Olduvaï
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -50%
Nouvel Echo Dot (4e génération), ...
Voir le deal
29.99 €

Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive

Aller en bas

Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive Empty Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive

Message par KrAvEn le Ven 4 Sep 2020 - 10:17

Salut !

Puisque le sujet semble être amené à croitre : milices armées, groupes d'autodéfense, vengeurs, justiciers solitaires, etc, etc.

Pour ceux qui vivraient dans une grotte, il y a, depuis peu, une multiplication inexpliquée des mutilations sur des chevaux.

https://twitter.com/Mediavenir/status/1301666726753570820
Justice : 2 femmes de 51 et 23 ans, propriétaires de chevaux, risquent 5 ans de prison pour avoir illégalement contrôlé une voiture dans le Finistère, armées d'une machette et d'un fusil à plomb. Le tribunal de Quimper souhaite "éviter l'anarchie". (F3) chevauxmutiles
Sinon, Pris à tort pour un pédophile, il est tabassé à mort

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar) - In Shadow, A Modern Odyssey - Ozymandias - La grande implosion/Rapport sur l'effondrement de l'Occident (Pierre Thuillier)
KrAvEn
KrAvEn
Fondateur et co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 9393
Localisation : En Dystopie
Emploi : Singe de l'Espace
Date d'inscription : 24/10/2006
Points : 8858
Réputation : 94

http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive Empty Re: Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive

Message par Kyraly le Jeu 17 Sep 2020 - 15:51

http://www.slate.fr/story/195068/etats-unis-usa-insurrection-guerre-civile-armee-donald-trump-attentat-manifestations-kilcullen-extreme-droite-gauche

La définition officielle d'une insurrection aux États-Unis est «l'utilisation organisée de la subversion et de la violence afin de s'emparer du pouvoir politique, de le supprimer ou de le compromettre». Un état «pré-insurrectionnel» peut se produire lorsque «des actions désorganisées menées par divers groupes» –suivies par l'organisation, la formation, l'acquisition de ressources (notamment des armes) et le renforcement du soutien public– entraînent des «incidents violents de plus en plus fréquents», reflétant «une meilleure organisation et une structuration des projets».
Kilcullen soutient que c'est ce à quoi nous avons assisté ces derniers mois avec les vagues de provocations et de violences urbaines qui ont frappé les villes américaines à la suite du meurtre de George Floyd par des policiers, le 25 mai dernier. Dans l'ensemble, ces violences n'ont pas été le fait des manifestant·es, mais d'extrémistes –aussi bien de gauche que de droite– qui se sont greffé·es aux manifestations et contre-manifestations, profitant du désordre.
Kilcullen a également observé, dans les médias sociaux des milices, une montée constante de la rhétorique «déshumanisante»: la gauche traite la droite de «parasites», la droite traite la gauche (en particulier l'aile gauche de Black Lives Matter) de «rats». Cette tendance peut-être mise en parallèle, et s'intensifie, avec l'hostilité mutuelle qui existe entre démocrates et républicains au Congrès et en politique en général.
Pendant ce temps, c'est une véritable poudrière qui est en train de se construire. Les demandes de casiers judiciaires auprès du FBI nécessaires à l'achat d'une arme ont atteint le record absolu de 3,9 millions en juin dernier. Beaucoup ont été faites par des personnes qui achetaient une arme pour la première fois (donc, par définition, peu entraînées et pouvant faire preuve d'imprudence). On estime à 20 millions le nombre d'Américain·es qui portent une arme à feu lorsqu'ils quittent leur domicile. Il suffit de quelques coups de feu pour que les choses s'embrasent. Même dans des cas d'insurrections particulièrement intenses comme en Irak après la guerre, seulement 2% des insurgé·es avaient concrètement fait usage de leur arme à feu.





Ca rejoint un peu ce fil non? : https://www.le-projet-olduvai.com/t11222-virginie-les-premisses-d-une-guerre-civile

________________________________________________________
« La guerre, c'est la paix. » : L Tolstoi (je crois)
« La liberté, c'est l’esclavage. » : Spartacus (pas sur)
« L'ignorance, c'est la force. » : F Dostoïevski (a vérifier)
Kyraly
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 3344
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017
Points : 3625
Réputation : 35

Canis Lupus aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive Empty Re: Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive

Message par Thibo le Sam 19 Sep 2020 - 16:38

Petit article de Marianne sur le sujet de l'inefficacité des FDO dans la traque des enfants disparus, au point d'attendre un mandat pour ouvrir une porte alors que la gosse est en danger de mort imminente... 

Pour ceux d'entre vous qui ne sont pas abonnés, je le retranscris ci-dessous (abonnez-vous, c'est chouette) : 
Spoiler:
La vie côté "Taken" : après avoir retrouvé sa fille, Béor dédie sa vie à traquer les prédateurs

En enquêtant lui-même sur la disparition de sa fille, ce père de famille de cinq enfants l’a retrouvée en moins de soixante-douze heures. Depuis janvier 2019, son collectif “Les disparus anonymes”, comptant quelque 45.000 internautes, a retrouvé 36 adolescents. Pour Béor, la fin justifie tous les moyens.

Ce soir glacial du 2 janvier 2019, dans son étroit F3 d'une cité de la banlieue parisienne, Béor tourne comme un lion en cage. Sa fille Assia n'a plus donné signe de vie depuis quelques heures. Ni sur son portable ni à sa grand-mère. D'habitude, l'ado de 14 ans passe toujours chez cette dernière avant de rentrer à la maison. Quelque chose cloche. Il le flaire. Instinct d'ancien videur de boîte de nuit. Souvenir de fins de soirée calamiteuses où, pour un regard, une lame jaillissait. De l'histoire ancienne, tout ça, pense l'homme de 36 ans désormais photographe et réalisateur. Le temps de s'habiller chaudement, et le voici déjà au commissariat. « Détendez-vous, monsieur. Elle va rentrer, c'est sûrement une fugue… », lui répète-t-on. Personne ne semble prêt à prendre sa déposition. Mais Béor n'est vraiment pas du genre à capituler. Son 1,77 m et ses 117 kg de muscles ont-ils pesé dans la balance ? Toujours est-il que, devant ce bloc de conviction, un fonctionnaire finit par lui promettre de lancer un avis de recherche.

[size=31]ÉPAULÉ PAR DEUX AMIS, BÉOR SE DÉMÈNE[/size]

De retour chez lui, pourtant, pas question d'attendre une hypothétique mobilisation policière. Son problème, il l'a bien senti, n'intéresse pas. Pis, il a presque l'impression que c'est lui, le souci. Ne lui a-t-on pas demandé s'il avait des relations conflictuelles avec sa fille ? Épaulé par deux amis, Béor se démène. Ils lancent des appels à témoins sur Facebook, tentent de joindre les copines de sa fille. Il apprend que celle-ci traînait dernièrement avec une jeune Asiatique de sa classe. Grâce à la liste des parents d'élèves, le trio prend immédiatement la route vers une barre d'immeubles de la communauté chinoise de La Courneuve. Portrait d'Assia en main, les voici qui frappent à toutes les portes. Personne ne parle. De faux uniformes de policier utilisés pour l'un de ses clips et enfilés à la va-vite feront la différence. Une personne finit par leur indiquer que l'amie de sa fille vit en fait chez son frère, dans le XIXe, à Paris. « On s'est alors précipités dans le commissariat de cet arrondissement, se souvient Béor de sa voix calme en caressant sa barbe. J'ai expliqué au policier l'avancée de notre enquête. Il n'en revenait pas et m'a même confié qu'il n'aurait jamais pu faire aussi vite que nous. » Mais le petit groupe piétine : le fonctionnaire refuse de communiquer l'adresse du frère, même si celui-ci est défavorablement connu de leurs services.

Et puis, il y a ce second élément agaçant : l'avis de recherche d'Assia n'est toujours pas diffusé ! « Même pas le temps de s'énerver, se souvient Béor, il fallait continuer sans dévier. J'avais trop conscience que chaque minute comptait. Je me suis alors rappelé au bon souvenir d'un de mes amis dans la police. Il s'est mouillé en me donnant l'adresse du jeune homme. Un coup de main essentiel. » Le but semble enfin atteint. Les voici chez le frère de l'amie d'Assia. C'est sûr, il va leur dire où les deux ados se trouvent. Raté : il leur donne seulement le nom d'un jeune homme qu'elles fréquentent. Rapidement, Béor trouve les coordonnées du père de celui-ci et lui laisse des dizaines de messages.
Au cœur de cette deuxième nuit de recherche, l'angoisse s'installe, aucune réponse ne vient. « À 7 h 30, le père a fini par me joindre !, raconte Béor. Mon sang s'est glacé lorsqu'il m'a expliqué que son fils avait des troubles psychologiques. Dès qu'il m'a donné l'adresse à Épinal, j'ai appelé le commissariat pour qu'ils envoient une patrouille. » Mais là, nouvelle déception. Les policiers rentrent bredouilles. La porte reste close, ils ne peuvent rien faire sans mandat de perquisition. Pas un problème pour Béor. Avec ses amis, il avale en voiture les 400 km le séparant de la ville des Vosges et déboule au pied de l'immeuble. Grâce aux clés récupérées auprès de la mère du garçon, il entre dans l'appartement et découvre sa fille maintenue dans le noir avec des chips comme seule nourriture. Celle-ci avouera plus tard qu'elle s'était rendue à une fête pour rejoindre ce garçon, qui l'avait séquestrée dès son arrivée.

[size=31]DES APPELS À TÉMOINS SUR LA WEBTÉLÉ[/size]

Une fois sa fille mise à l'abri, et après avoir découvert des couteaux éparpillés dans la cuisine et un calendrier satanique, Béor se rue sur le garçon et le roue de coups. Celui-ci passera quatre mois à l'hôpital… Pas peur d'être attaqué juridiquement pour ce sévère règlement de comptes ? Le regard de Béor vire au noir liquide. On comprend que le solide gaillard a planté ces yeux-là avec la même intensité dans ceux du jeune homme et de ses parents. De quoi faire sérieusement réfléchir… Le happy end est relayé par les réseaux sociaux. « J'ai réalisé une petite vidéo pour remercier tous ceux qui m'avaient aidé, explique Béor. La photo de ma fille a tout de même été partagée 400 000 fois. Très vite, j'ai été contacté par d'autres parents qui vivaient le même calvaire. Je ne pouvais pas les abandonner. En banlieue, j'ai vite appris qu'il fallait créer les moyens de s'en sortir car personne ne vient vous tendre la main… J'ai alors créé le collectif “Les disparus anonymes”. Depuis janvier 2019, nous avons retrouvé 36 adolescents sur les 50 qui nous ont été signalés. Bien sûr, je tiens à le préciser, nous ne demandons pas un centime. »
La plupart du temps, il s'agit d'une fugue, mais il arrive aussi que les gamins tombent dans les filets de réseaux de prostitution ou de pédophiles. À ce propos, Béor a déjà vécu une histoire digne du Silence des agneaux : il a arraché des griffes d'un pédophile une jeune fille enchaînée et séquestrée dans une cave pendant deux mois. Son geôlier la vendait de temps à autre à des hommes. Une fois l'ado sauvée, grâce à un raid mené avec son équipe, Béor avoue avoir laissé le père seul avec le prédateur avant l'arrivée de la police… Résultat : trois mois de prison ferme pour le père, et des mois d'hôpital pour le pédophile avant son procès. « Il nous est arrivé de remettre des pédophiles à la police, mais on les voit ressortir au bout de vingt-quatre heures », enrage Béor. Et pourtant, selon lui, toutes les preuves étaient là.

[size=31]JUSTICIER DANS LA VILLE ?[/size]

Musulman pratiquant, père de cinq enfants, ancien voyou entre 17 et 21 ans, Béor se voit-il comme un justicier dans la ville, un Charles Bronson du XXI e siècle ? Ce fils d'un ex-rédacteur en chef du grand quotidien algérien El Watan et d'une professeure de lettres, débarqué en France à l'âge de 10 ans, s'en défend avec force. Il ne s'est jamais senti l'âme d'un Zorro, pas même dans la cour de son lycée. « Mon combat, c'est celui d'un citoyen engagé. On ne touche pas aux enfants, ce sont de futurs adultes, qu'il faut protéger ! » Son vrai nom, il ne le donnera pas. Il craint les réseaux pédophiles, dont il est devenu la bête noire en quelques mois. Foisonnant de projets artistiques avec son agence Bosa, il espère réaliser bientôt deux heures d'une émission hebdomadaire de Webtélé intitulée « Les disparus anonymes » : parents, ados retrouvés et psys parleront de leurs expériences tout en lançant de nouveaux appels à témoins.
Mais, au fait, pourquoi ce surnom de Béor ? Un large sourire fend son visage. « Petit, j'étais blond et bouclé. Mon cher grand-père m'avait baptisé “Boucle d'or”, contracté en “Béor” au fil du temps. » Derrière le colosse au crâne rasé, on a du mal à retrouver le blondinet en question. Pourtant on sent que c'est son âme de gosse qui le pousse au combat aujourd'hui.
Thibo
Thibo
Membre

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 23
Localisation : Manche
Emploi : Etudiant ingenieur agronome
Loisirs : Lecture, sports divers
Date d'inscription : 07/12/2019
Points : 85
Réputation : 3

victor81 et Kyraly aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive Empty Re: Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive

Message par Kyraly le Sam 19 Sep 2020 - 19:40

A Lyon, les citoyens essaient de faire réagir en attaquant l'état en justice :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/excedes-incivilites-lyon-citoyens-attaquent-etat-justice-1870984.html

Reste la question de l’utilité d’une telle démarche. Aller devant un tribunal administratif a peu de chance de faire baisser la délinquance, mais pour maître Raffin, l’objectif est de mettre l’état face à ses responsabilités : "on attend une réaction. On ne voit pas de mesures ambitieuses pour résoudre la délinquance, il faut une volonté politique affirmée sur cette question." En attendant, la tension est vive. "Lyon en Colère", qui se veut complètement apolitique, craint des débordements : "les riverains se sentent abandonnés", affirme l’avocat. "Il y en a certains qui souhaitent se faire justice eux même, créer des patrouilles citoyennes ou des milices privées. C’est interdit par la loi. On veut éviter que ça n'arrive et qu’agresseurs comme victimes ne se mettent en danger." 

En Martinique par contre, les milices existent déjà : 
https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/milices-citoyennes-font-loi-saint-vincent-grenadines-593579.html
Un homme tabassé par la foule aux obsèques de sa femme. Un autre soupçonné de pédophilie, battu par des villageois. À Saint-Vincent et les Grenadines, les forces de l’ordre ont du mal à stopper les actions des citoyens justiciers qui pensent pouvoir faire la loi eux-mêmes.
Les actions des milices citoyennes ont été condamnées par les forces de l’ordre. Frankie Joseph, le commissaire adjoint par intérim de la police nationale demande à la population de laisser les policiers faire leur travail.

Et le sujet devient mainstream dans les médias :
https://www.radioclassique.fr/magazine/articles/milices-citoyennes-linquietant-retour-de-lautodefense/
Tenaillés par la peur, les gens ont le sentiment que les pouvoirs publics ne comprennent pas ce qu’ils vivent. Alors les citoyens se débrouillent eux-mêmes, organisent localement les solidarités sans plus rien écouter de ce qui vient de là-haut
Voilà comment prend racine cette idée de l’autodéfense, quand on ne croit plus dans le collectif et qu’on se dit qu’on ne peut plus compter sur l’Etat. Eh bien cette petit musique elle monte, elle monte dans les sujets des journaux, dans les éditos et comme souvent, ce sont les Américains qui annoncent la tendance. Pour Marianne, de plus en plus de Français veulent rendre justice eux-mêmes en marge du cadre légal, facilité par internet, le phénomène exprime une défiante grandissante vis-à-vis de la justice républicaine.

________________________________________________________
« La guerre, c'est la paix. » : L Tolstoi (je crois)
« La liberté, c'est l’esclavage. » : Spartacus (pas sur)
« L'ignorance, c'est la force. » : F Dostoïevski (a vérifier)
Kyraly
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 3344
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017
Points : 3625
Réputation : 35

Revenir en haut Aller en bas

Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive Empty Re: Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive

Message par BigBird le Dim 20 Sep 2020 - 13:06

Kyraly a écrit:
...
Pour Marianne, de plus en plus de Français veulent rendre justice eux-mêmes en marge du cadre légal, facilité par internet, le phénomène exprime une défiante grandissante vis-à-vis de la justice républicaine.
ce n'est pas tant la "défiance" du citoyen envers la Justice de son Pays, que la "défaillance" de celle-ci,
trop laxiste pour les délits mineurs, et quand des peines sont prononcées, un grand nombre restent non-exécutées
(en tout cas, non-exécutées intégralement).
mais le plus gros défaut de notre justice reste sa légendaire leeeeeeeeeeennnnnnnnnnnnnnteurrrrrrrrrrrrrrrrrrrr ... Shocked
un exemple chez moi, une affaire d'accès sur un chemin d'exploitation, un beau jour, des voisins nous ont barré la route (dans les années 70 !), ...mon père et mon oncle, dont les propriétés étaient impactées ont mis l'affaire en justice, ... 40 ans après, c'est nous les héritiers (moi + frère et sœurs + cousins) qui somment toujours sur la même affaire, on nous a donné raison dans un premier temps, mais après de multiple recours de la partie adverse et quelques changements de tribunaux, on attend toujours l'ultime résolution de ce litige; peut-être qu'il faudra attendre la 3ème génération pour connaitre l'issue de ce conflit, ...
c'est proprement inconcevable ! affraid
... pas étonnant après ça qu'on ait la grosse tentation de se faire justice soi-même,
justice(?) pas forcément très rigoureuse mais tellement plus expéditive ...

l'exemple du propriétaire qui ne peut pas "légalement" rentrer chez lui, même après que les ex-squatteurs-occupants aient quitté les lieux est édifiant également ... il lui faudrait plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour se plier aux procédures et s’acquitter de toutes les démarches et dossiers administratifs pour pouvoir enfin remettre les pieds chez lui "en toute légalité", ... c'est abracadabrantesque !!!
scratch

en gros, on emmerde les victimes, et on protège (et laisse courir) les coupables et délinquants,
cette tendance n'est hélas pas un simple "sentiment", c'est une réalité qui est de plus en plus flagrante,
et cette situation est du pain béni pour ceux (et celle) qui voudrait changer notre système
et le remplacer par un modèle nettement plus "musclé" et du même coup plus liberticide.

la Justice est l'un des principaux piliers sur lequel repose notre société et son "vivre ensemble",
si le peuple Français n'y croit plus, on est mal barré et notre République "liberté égalité fraternité" est en grand danger.
pale
BigBird
BigBird
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1569
Date d'inscription : 09/04/2009
Points : 1612
Réputation : 13

Da, Catharing et Kyraly aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive Empty Re: Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive

Message par Résilient le Dim 20 Sep 2020 - 20:49

Dans le même registre du "j'ai l'impression que personne fait le boulot, alors, je le fais moi-même" : 


________________________________________________________
Il n'y a pas de solution parfaite. Il n'y a que des compromis intelligents.
"Il n’y a pas de bons résultats, mais il y a toujours la possibilité d’un résultat moins mauvais". D. Orlov
"Pessimiste dans l'analyse. Optimiste dans l'action" P. Servigne
Résilient
Résilient
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 2424
Emploi : Mes loisirs
Loisirs : Mon emploi
Date d'inscription : 28/11/2013
Points : 2648
Réputation : 42

Revenir en haut Aller en bas

Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive Empty Re: Le phénomène des milices, des groupes de défense et de la justice expéditive

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum