BIG DATA : risque ou opportunité

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

BIG DATA : risque ou opportunité - Page 2 Empty Re: BIG DATA : risque ou opportunité

Message par Kyraly le Lun 16 Sep 2019 - 20:41

La fusion de l'urbanisme et du big data est la "smart city" (encore un anglicisme...)

Et ca commence a remuer contre cette vision du contrôle en France : 
https://www.laquadrature.net/2018/07/06/nice-smart-city-surveillance/

En mars, nous levions un bout du voile qui entoure encore le projet orwellien de la « Smart City:tm: » marseillaise. Mais force est de constater que le cas de Marseille n’est que l’arbre qui cache la forêt. Car la police prédictive et les centres de surveillance policière dopés aux Big Data pullulent désormais sur le territoire français. Une dérive qu’illustre très bien le cas de Nice : la ville de Christian Estrosi, grand obsédé sécuritaire, a fait appel à Engie Inéo et Thalès, par ailleurs concurrents sur ce marché en plein essor, pour deux projets censés faire advenir la « Safe City:tm: » niçoise. Or, face à cette fuite en avant dans les technologies de contrôle social que nos élus assument sans rougir, la présidente de la CNIL semble trouver qu’il urgent de… suivre la situation. Ce qui revient à laisser faire.

________________________________________________________
« La guerre, c'est la paix. » : L Tolstoi (je crois)
« La liberté, c'est l’esclavage. » : Spartacus (pas sur)
« L'ignorance, c'est la force. » : F Dostoïevski (a vérifier)
Kyraly
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 2317
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

BIG DATA : risque ou opportunité - Page 2 Empty Re: BIG DATA : risque ou opportunité

Message par Kyraly le Mar 1 Oct 2019 - 13:56

Un peu plus près de nous :

https://www.lebigdata.fr/fisc-francais-collecte-donnees-reseaux-sociaux

Dans l’article 9 du projet de loi de finances 2020, on découvre que les services de Bercy vont  » collecter et exploiter les données rendues publiques sur les sites Internet des réseaux sociaux et les opérateurs de plateformes « . Sont concernés les réseaux sociaux type Facebook et Instagram, mais aussi les plateformes telles que Le Bon Coin et Airbnb.

Le fisc utilisera un outil développé en 2013 dénommé « ciblage de la fraude et valorisation des requêtes », reposant sur « des méthodes statistiques innovantes, sur des provenances de l’administration fiscale et d’autres administrations, de bases de données économiques payantes et de données en libre accès ». De leur côté, les douanes effectueront le forage de données à l’aide du service d’analyse de risque et de ciblage (SARC).
Même si la CNIL émet des réserves, c'est un pas de plus vers des restrictions de la liberté...

________________________________________________________
« La guerre, c'est la paix. » : L Tolstoi (je crois)
« La liberté, c'est l’esclavage. » : Spartacus (pas sur)
« L'ignorance, c'est la force. » : F Dostoïevski (a vérifier)
Kyraly
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 2317
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

BIG DATA : risque ou opportunité - Page 2 Empty Re: BIG DATA : risque ou opportunité

Message par 2Cy le Mar 1 Oct 2019 - 15:32

Pareil en Belgique où le fisc signale qu'il utilisera les RS pour y détecter les "signes extérieurs de richesse". Exprimé ainsi, ça passe bien pour la plupart des gens (pour une fois, c'est les riches tricheurs qui vont casquer), mais en réalité c'est beaucoup plus grave, parce qu'intrusif pour tout le monde, tu as parfaitement raison.
2Cy
2Cy
Membre

Masculin Nombre de messages : 80
Age : 60
Localisation : Ardennes
Emploi : sans
Loisirs : rando solo, danse médiévale, shinrin yoku, permaculture
Date d'inscription : 09/03/2019

Revenir en haut Aller en bas

BIG DATA : risque ou opportunité - Page 2 Empty Re: BIG DATA : risque ou opportunité

Message par Kyraly le Mar 8 Oct 2019 - 20:50

Ah, là, on va droit vers 1984 :

https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/crgn/Publications/Notes-du-CREOGN/Reconnaissance-faciale-et-controles-preventifs-sur-la-voie-publique-l-enjeu-de-l-acceptabilite

Autant de promesses d'efficience qui ne doivent pas masquer les potentielles dérives totalitaires au sein d'un État qui voudrait l'exploiter pour assurer un contrôle social permanent sur sa population et une répression à l'encontre des individus ou groupes de population qu'il jugerait dissidents. L’histoire nous a montré qu’aucun pays n’est à l’abri d’une dérive autoritaire. Quand bien même la France le serait-elle, un autre danger pourrait venir de l’espionnage constant exercé par une puissance étrangère si la technologie n’était pas maîtrisée dans tous ses composants . Ce potentiel néfaste, renforcé par la convergence des technologies et la multiplication des objets connectés dans notre environnement comme autant de sources de nouveaux flux vidéos pouvant alimenter les systèmes de reconnaissance faciale, va rendre caduque la notion d’anonymat dans l’espace public. 

Bien que rares, ces sondages convergent sur trois points. Les jeunes et les minorités se sentent intuitivement plus menacés par les déviances de la reconnaissance faciale. Celle-ci ne reçoit un soutien massif que lorsqu’elle vise à réduire un risque grave et bien défini dans le temps et l’espace. Le consentement préalable du citoyen, et pas seulement son information, apparaît comme une condition à son usage légitime et légal10 sur la voie publique. Au-delà de ces constats statistiques, quels seraient les facteurs de nature à entraîner l’adhésion de la population française et à la convaincre de l’innocuité d'un tel outil dans les mains de l’État ?

Pour conclure, on ne peut que constater que les systèmes politiques, juridiques et sociaux ne sont pas prêts pour gérer cette technologie comme toutes celles résultant des NBIC25. La reconnaissance faciale en tant qu’outil d’administration des populations s’inscrit nécessairement dans un projet politique. Au sein d’une démocratie, il est impératif que le débat public en fixe les limites fonctionnelles, les cas d’usage acceptables, au regard des dérives possibles et pas seulement des bénéfices attendus. La recherche ne doit donc pas se limiter à l'aspect technique mais se densifier dans les domaines de la sociologie et de l'éthique dans le but d’en fixer les limites d'usage et d’en faciliter l'acceptation. « Il faut remettre la science au cœur de la décision publique » 
Realiste... et flippant

Une vision des choses :
https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-politique/le-billet-politique-du-mardi-08-octobre-2019?

suite a cela :
https://www.nextinpact.com/news/107883-alicem-biometrie-identite-numerique-sur-mobile-fait-tiquer-cnil.htm

Sidentifier sur un service en ligne officiel avec une application biométrique. Voilà l’ambition d’un décret publié ce matin au Journal officiel. Le texte a toutefois suscité des critiques de la CNIL, fondées sur le règlement général sur la protection des données personnelles, pointilleux sur la question de la reconnaissance faciale.
Ce décret au J.O. paru ce jour crée un nouveau moyen d'identification électronique, l’ « Authentification en ligne certifiée sur mobile » ou ALICEM. Derrière ce bel acronyme, les titulaires d’un passeport biométrique ou d’un titre de séjour étranger électronique vont bientôt pouvoir se créer « une identité numérique » à partir de leur titre.
La procédure se fera sur smartphone, via une application mobile, avec pour finalité l’identification et l’authentification auprès des fournisseurs de services en ligne publics ou privés et avant tout, FranceConnect (notre actualité).
Ce système de reconnaissance se fera « au moyen d'un équipement terminal de communications électroniques doté d'un dispositif permettant la lecture sans contact », explique le décret. Le texte évoque aussi un système de reconnaissance faciale, au besoin « dynamique ». Pour permettre la délivrance de cette clef d'identification électronique, à chaque utilisation de l'application, le traitement se mettra jonction avec le fichier national de contrôle de la validité des titres.

________________________________________________________
« La guerre, c'est la paix. » : L Tolstoi (je crois)
« La liberté, c'est l’esclavage. » : Spartacus (pas sur)
« L'ignorance, c'est la force. » : F Dostoïevski (a vérifier)
Kyraly
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 2317
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum