La bulle immobilière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par KrAvEuNn le Mer 14 Mar 2007 - 20:40



http://jaimelekrach.over-blog.com/

Citation:
La crise immobilière aux Etats-Unis va-t’elle faire plonger l’économie mondiale ? C’est quoi New Century ? La déflation est elle un nouveau marché porteur pour les pessimistes ?

Allez donc jetter un oeil sur ce site
http://www.bulle-immobiliere.fr/index.html il y a même un forum http://www.bulle-immobiliere.fr/phpBB2/ c'est instructif Very Happy

<table cellSpacing=1 cellPadding=3 width="90%" align=center border=0><tr><td>Citation:</TD></TR>
<tr><td class=quote>
USA: début des hostilités ?


Je vous propose cette fois-ci une approche un peu plus "fondamentale" du marché immobilier US... en effet, d'un point de vue technique, les seuils importants sont toujours valides (Reit index, banques, Fannie Mae)... Seul l'indice de la construction a perdu environ la moitié de sa valeur entre mi-2005 et mi-2006... et en regardant ce qui suit, on comprend pourquoi !...</TD></TR></TABLE>
<table cellSpacing=1 cellPadding=3 width="90%" align=center border=0><tr><td align=left></TD></TR>
<tr><td class=quote align=left>IMMOBILIER US: la fête est finie !


Le chaud et le froid soufflent sur le marché immobilier US ces derniers temps, mais le mouvement de correction mis en évidence il ya 3 mois ressemble désormais de plus en plus à un retournement !

Conclusion: Le marché immobilier US est très hétérogène mais il semblerait désormais que c'est l'ensemble du système qui est touché... il nous reste maintenant à observer la contamination du système bancaire et hypothécaire...

[url=http://www.bulle-immobiliere.fr/immous.html]l'article complet (avec des graphiques) ici
</TD></TR></TABLE><
Allez donc jetter un oeil sur ce site [/url]
http://www.bulle-immobiliere.fr/index.html il y a même un forum http://www.bulle-immobiliere.fr/phpBB2/ c'est instructif Very Happy



La crise du crédit immobilier prend de l'ampleur aux Etats-Unis

NEW YORK (Reuters) - Les craintes de faillites sur le marché américain du crédit immobilier ont encore gagné de l'ampleur mardi, et la "crise" décrite par l'une des sociétés du secteur prend maintenant une tournure politique aux États-Unis.

Le retournement du marché américain du logement, conséquence notamment de deux années de durcissement par la Fed du loyer de l'argent, a multiplié les défauts de paiement chez les emprunteurs et conduit l'an passé une vingtaine d'organismes spécialisés dans les prêts à risque, destinés aux acquéreurs disposant de peu d'apport ou présentant un profil crédit plus fragile, à suspendre l'octroi de prêts ou à déposer leur bilan.

Cette menace plane encore sur certains géants du secteur, comme le leader indépendant New Century, et les craintes d'une contagion aux autres acteurs de la finance a fait rechuter Wall Street mardi.

Une étude a par ailleurs montré que les organismes américains de crédit avaient lancé au quatrième trimestre de 2006 une procédure de déchéance dans plus d'un dossier de prêt immobilier sur 200, un taux jamais vu jusqu'ici.

Il s'agit de la toute première étape contre un emprunteur, mais celle-ci peut aller jusqu'à la saisie du logement pour lequel il a souscrit son crédit.

Le nombre total de procédures engagées, qui s'explique notamment par une multiplication des défauts de paiement dans les crédits immobilier "subprime" (à risque), est le plus important depuis que l'association des banquiers immobiliers réalise son étude nationale sur les incidents de paiement, c'est-à-dire depuis 37 ans.

La proportion des logements financés par le recours à un emprunt et pour lesquels la procédure de forclusion du contrat a été enclenchée est montée à 0,54% CVS sur les trois derniers mois de 2006, contre 0,50%, le précédent record. Celui-ci remontait au deuxième trimestre 2002, à une époque où l'économie américaine sortait peu à peu de la récession.

Les retards de paiements d'échéances sur des crédits immobiliers ont également augmenté au quatrième trimestre pour atteindre leur plus haut niveau en trois ans et demi.

LES POLITIQUES PRÉOCCUPÉS

Dans une interview à la chaîne de télévision CNBC, le directeur général d'un autre groupe du secteur, Countrywide Financial, a déclaré que le marché américain du crédit immobilier "entrait désormais dans une crise de liquidité" appelée "à faire de plus en plus de dégâts".

Angelo Mozilo a cependant déploré que les investisseurs sanctionnent les organismes de crédit exposés au même titre que ceux en posture plus solide.

Cette situation, et les craintes qu'elle suscite sur les marchés, prend maintenant aux États-Unis une tournure politique à l'échelle locale et fédérale.

Le président de la commission des Services financiers de la chambre des Représentants, le Républicain Barney Frank, a fait part de son intention d'introduire une législation pour restreindre la signature de crédits immobiliers trop risqués à un moment où le secteur traverse une tourmente.

Le Massachusetts a annoncé pour sa part avoir réclamé des informations aux banques d'affaires UBS Securities et Bear, Stearns & Co. concernant leur analyse des organismes de crédit immobilier à risque.

Le secrétaire de l'État, William Galvin, a expliqué dans un communiqué que plusieurs communautés du Massachusetts étaient affectées par les difficultés que traversent les sociétés de crédit à risque.


Dernière édition par le Jeu 20 Déc 2007 - 5:13, édité 1 fois

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Yann-K le Lun 30 Juil 2007 - 13:29

IL n'y a pas tant que ça d'étrangers dans le Cantal. Et pas tant que ça d'offres tant le secteur immobilier en général. Bien que le prix en soit bien inférieur à d'autres régions, il n'y a pas une offre faramineuse ici. Les bonnes occasions ne sont pas si fréquentes qu'on le croit et ça se passe alors généralement par le réseau relationnel et le bouche à oreille plus que par les agences et autres notaires.

Yann-K
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 20/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Rammstein le Ven 3 Aoû 2007 - 8:21

Super, je suis aux premières loges ! star

J'ai plusieurs connaissances qui viennent de contracter des crédits. Je vous dirai si ca fait mal...

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Rammstein le Lun 6 Aoû 2007 - 14:04

Pendant ce temps là, ma voisine allemande parle très sérieusement d'acheter un appartement à 300 000 euro ! Je lui ai quand même conseillé d'attendre 2 ou 3 mois avant de signer le chèque...

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Mariner le Dim 26 Aoû 2007 - 16:39

Pas mal! et il garde le meilleur pour la fin en pluss... quel suspense quand il relève ses manches, on croirait qu'il va coller une droite à la speakerine. mrsgreen

________________________________________________________
En survie, il est parfois plus rentable de choisir une solution simplement « assez correcte » plutôt que de rechercher en y consacrant beaucoup d'énergie et de temps la meilleure solution.

Mariner
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 483
Date d'inscription : 17/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par THIBAUD le Lun 17 Sep 2007 - 1:07

Un Iceberg nommé Nothern Rock :

En Grande-Bretagne , les petits épargnants viennent grossir les files d'attente devant les établissement à l'enseigne Nothern Rock, espèrant récupérer leur argent avant la fermeture définitive ...



A défaut de montrer une scène de panique, cette image illustre bien l'inquiétude des petits épargnants pour leurs liquidités ...

Mais comme pour tous les icebergs, ce n'est pas la partie émergée qui est la plus à redouter ...

La fil d'attente monstre (désolé pour l'image, elle n'est pas retaillable...)

Photo de petits épargnants/clients faisant la queue devant une banque en faillite pour fermer leur compte et retirer leurs économies/argent.

THIBAUD
Membre

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 22/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par trollinet le Lun 24 Sep 2007 - 16:49

KrAvEuNn a écrit:
La bulle éclate, le krach immobilier est mondial !

La bulle éclate ! On a commencé par parler d'atterrissage en douceur des prix. Maintenant on ne parle que de l'imminence d'un krach immobilier qui est devenu mondial. Certains pays ont plongé avant les autres. C'est le cas de l'Allemagne et du Japon. Quels sont les fondamentaux d'un tel krach ? La France sera-t-elle protégée par la ligne Maginot ? ou encore l'effet Tchernobyl ?
Nous assistons à un krach immobilier mondial (le cas du Japon et l'Allemagne) mais la France est protégée par la ligne Maginot et semble résister à l'évidence d'un retournement brutal du marché.

La suite ici...

vu sur ce lien : Dernière mise à jour : 5 mars 2006. Je parle du lien de Kraveunn. Désolé pour la couleur j'arrive pas à la modifier (pourtant je sais faire normelement)


Dernière édition par le Lun 24 Sep 2007 - 16:56, édité 1 fois

trollinet
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 185
Loisirs : GN, randonnée
Date d'inscription : 14/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Rammstein le Lun 24 Sep 2007 - 16:58

Quelques inexactitudes sur la situation allemande dans ce dernier articles. Si à l'est la dépopulation est effrayante (-2 millions de personnes depuis 1989) et conduit à des bonnes affaires immobilières, à l'ouest c'est la même folie qu'en France : explosion des prix, crédit à tout va, et projets pharaoniques de logements high-tech !

Ceci-dit, on trouve des fermes avec quelques hectares de terre à moins de 20000 euro dans plusieurs Länder désertifiés et injustement qualifiés de repères de néo-nazis.

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Andros le Jeu 8 Nov 2007 - 10:16

Je ne me fais aucun souci pour lui. Ce qui arrive a été anticipé dès le
départ de la bulle. Ceci dit la situation est complexe, mais nul doute
que les Superriches en sortiront renforcés, et la grande masse des
pauvres y perdra des plumes



Et parfois la vie : suicide, alcoolisme, maladie, froid, criminalité.
Il n'existe pas de statistiques de mortalité liée à la Venue de la Bise
hélas.

Andros
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 1132
Date d'inscription : 12/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Calaminus le Sam 1 Déc 2007 - 10:14


Destruction imminente de l'économie étasunienne
Par Paul Craig Roberts, le 27 novembre 2007

​​​​L'orgueil démesuré et l'arrogance sont trop
confortablement installés à Washington pour que les responsables
politiques soient conscients du piège dans lequel ils ont mis
l'économie étasunienne. Si l’effondrement du prêt hypothécaire à haut
risque est moitié moins pire que prévu, de faibles taux d'intérêt
étasuniens seront nécessaires pour contenir la crise. Mais si le sort
du dollar est moitié moins pire que prévu, des taux d'intérêt élevés
seront nécessaires pour que les étrangers continuent à désirer des
dollars et pour financer le déficit budgétaire et commercial.

​​​​Que sacrifiera Washington, le système financier
intérieur et la propriété immobilière surdéveloppée ou bien sa capacité
à financer les déficits ?

​​​​La réponse semble évidente. Tout devra être
sacrifié pour protéger la capacité de Washington à emprunter à
l'étranger. Sans la possibilité d'emprunter à l'étranger, Washington ne
peut pas mener ses guerres d'agression,
et les Étasuniens ne peuvent pas chaque année continuer à consommer
pour 800 milliards de dollars de plus que n’en produit leur économie.

​​​​Il y a quelques années, l'euro valait 0,85 dollar. Aujourd'hui, il vaut 1,48 dollar. C’est une énorme baisse
[1] de la valeur de change du dollar. Les étrangers qui financent le
budget des États-Unis et ses déficits commerciaux ont connu une énorme
perte sur la valeur de leurs avoirs en dollars. Pour les étrangers, le
taux d'intérêt sur les obligations du Trésor des États-Unis est loin de
compenser la baisse de la valeur du dollar par rapport aux autres
monnaies échangées. Les retours sur investissement dans l'immobilier et
dans les actions ne compensent pas les pertes dues à la baisse de la
valeur du dollar.
Lire la suitehttp://www.alterinfo.net/Destruction-imminente-de-l-economie-etasunienne_a14263.html





Calaminus
Membre

Masculin Nombre de messages : 21
Localisation : Ardèche
Emploi : Bouffon
Date d'inscription : 26/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.baladins-du-rire.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Invité le Jeu 13 Mar 2008 - 10:26

Que se passe t-il si on emprunte pour un logement et que la banque fait faillite?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Canis Lupus le Jeu 13 Mar 2008 - 10:34

Rechoungpa a écrit:Que se passe t-il si on emprunte pour un logement et que la banque fait faillite?
Les dettes des clients peuvent être rachetées par une banque en bonne santé, donc rien ne change dans ce cas-là. Par contre, si c'est le gros bazar et que la plupart des grandes banques font faillite, je ne saurais pas répondre.

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Rammstein le Jeu 13 Mar 2008 - 11:39

Même si la plupart des grandes banques font faillite, il en reste toujours une plus solide au final pour chercher à récupérer de l'argent là où il y en a. Ce n'est donc pas une bonne stratégie que de s'endetter maintenant.

Au début des années 90 les banques et les services du trésor russes avaient mis en place des équipes de recouvrement de fonds pour obliger les mauvais payeurs à s'acquitter de leurs dettes. Les récalcitrants ayant tendance à se barricader chez eux, ces équipes étaient lourdement équipées (tronconneuses, matériel d'effraction) et accompagnées de policiers armés et de magistrats !

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Armageddon974 le Ven 14 Mar 2008 - 9:45

Premiers signes tangibles de l'éclatement de la bulle immobilière en France : Lien & Lien

Armageddon974
Membre

Masculin Nombre de messages : 416
Date d'inscription : 19/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Armageddon974 le Ven 30 Mai 2008 - 8:29

Les prix immobiliers piquent du nez dans les pays occidentaux


Partie d'Amérique, la crise s'étend en Europe. En Grande-Bretagne, la baisse est historique.

Du jamais vu depuis au moins 17 ans ! Le prix moyen des logements a chuté de 2,5 % en mai en Grande-Bretagne par rapport au mois précédent selon l'indice Nationwide publié hier, qui n'existe que depuis 1991. Il s'agit de la septième baisse mensuelle consécutive, qui porte à 4,4 % le recul sur un an. «C'est un vrai choc, estime Howard Archer, économiste chez Global Insight. Compte tenu par ailleurs des problèmes liés au pétrole cher, nous nous dirigeons désormais vers une sévère orrection des prix immobiliers.» Ce n'est pas encore le krach des années 1991-1992, mais l'inquiétude est réelle. Dans les agences immobilières, la tension commence à être palpable. À Southfields par exemple, dans le sud-ouest de Londres, les ventes ont ralenti. Le prix d'un élégant appartement de quatre pièces, mis en vente il y a deux mois à 350 000 livres (450 000 euros), vient d'être abaissé à 329000 livres. «Le vendeur est prêt à réduire ses prétentions à 300 000 livres» , estime Natalie, cadre d'une agence immobilière locale. Soit un rabais de 15 % par rapport au prix initial. «Il y a toujours des acheteurs, mais le problème est qu'ils n'arrivent plus à obtenir de prêts, ajoute-t-elle. Plusieurs ventes ont ainsi échoué à la dernière minute parce que les banques durcissent leurs conditions.»Chute des mises en chantier

La crise est encore plus sensible dans les villes du nord de l'Angleterre, Liverpool et Manchester en tête. Faisant l'objet de vastes programmes de reconstruction de leur centre-ville depuis une décennie, elles se retrouvent aujourd'hui avec de nombreux logements vides. À quelques encablures des côtes britanniques, l'Irlande vit un purgatoire encore plus sévère. En mars, les prix affichaient une baisse de quelque 9 % sur un an et l'agence Standard & Poors estime qu'ils perdront 6 % en 2008. Un retour de bâton après le bond de 235 % enregistré au cours des douze dernières années. D'après l'institut de recherche économique de Dublin, le nombre de mises en chantier de logements devrait chuter de moitié cette année. La croissance économique va en subir les retombées. La hausse du produit intérieur brut irlandais ne devrait pas atteindre 2 % en 2008 contre 5,3 % l'an dernier. Plus au sud, l'Espagne subit aussi le contrecoup de quelques années de pure folie immobilière, encouragée par le bas niveau des taux d'intérêt européens. Le prix réel des maisons baisse pour la première fois depuis plus de dix ans. Sur certains marchés, la chute atteint 20 % et les transactions immobilières se sont effondrées de 60 % au premier trimestre. Jamais depuis quinze ans, la croissance économique espagnole n'a été aussi faible qu'entre janvier et mars dernier. Mais c'est aux États-Unis, d'où la crise est partie, que la situation est la plus dramatique. Là-bas, environ quatre millions de foyers doivent plus d'argent à leur banque que la valeur de marché de leur maison. L'agence de notation Moodys estime qu'ils seront 12 millions début 2009, car la chute des prix se poursuit. L'indice Case-Shiller qui mesure le prix des maisons individuelles s'est effondré de 14 % sur un an au cours du premier trimestre. Le recul est cinq fois plus rapide que lors de la dernière récession immobilière, a précisé l'agence. Les procédures d'expulsion se multiplient. Quelque 1,3 million de logements ont déjà fait l'objet d'une procédure de saisie l'an dernier…


Coup de froid sur l'immobilier neuf

L'effondrement des ventes dans le neuf au premier trimestre est un nouveau signal de ralentissement du marché en France.

Lentement mais sûrement, les clignotants passent à l'orange sur le marché de l'immobilier en France. Depuis plusieurs mois, les professionnels parlent d'atterrissage en douceur, d'attentisme des ménages mais se refusaient jusqu'ici à évoquer un repli clair de l'activité. Les chiffres concernant le marché du neuf publiés hier par le ministère de l'Équipement et de l'Écologie pour le premier trimestre 2008 sont beaucoup plus alarmants : les ventes de logements neufs se sont effondrées de 27,9 % sur un an au premier trimestre, à 26 700 unités.
La tendance est identique en ce qui concerne les mises en vente de logements, avec 28,3 % de moins qu'au premier trimestre 2007, ce qui pourrait ainsi contribuer à stabiliser l'offre. Résultat : les stocks d'appartements et de maisons invendus ont atteint au 31 mars dernier un seuil jamais vu en France, à 105 600 logements. Il faut désormais près d'un an pour vendre une maison et un peu plus de onze mois dans le collectif. Les professionnels ont beau souligner que le début de l'année 2007 avait été particulièrement faste pour eux et qu'ils ont anticipé ce ralentissement en ne proposant pas une offre commerciale trop importante, le cœur n'y est plus vraiment. Hier, la Fédération des promoteurs-constructeurs de France (FNPC) a indiqué que les ventes ne dépasseront guère les 110 000 logements en 2008. Elle tablait encore sur une fourchette comprise entre 110 000 et 115 000 ventes en février dernier. Quant à la Fédération française du bâtiment, elle commence à s'inquiéter des répercussions possibles de cette situation du logement neuf pour ses propres adhérents, tout en soulignant que les carnets de commandes restent pour le moment bien «fournis».Retrait des investisseurs privés

En l'espace de quelques mois, le secteur du neuf a connu la conjonction de plusieurs facteurs négatifs : un renchérissement du coût du crédit, amplifié par la crise du subprime, qui a désolvabilisé les primo-accédants ; un durcissement des banques qui se montrent beaucoup plus exigeantes avec les candidats à l'emprunt, ce qui a eu pour conséquence d'augmenter le nombre des dossiers refusés ; enfin, le retrait de plus en plus marqué des investisseurs privés en logement locatif. Ces derniers, qui avaient soutenu le marché du neuf ces dernières années, représentant plus d'une vente sur deux dans le secteur en 2006 (56 % exactement), se sont progressivement détournés des dispositifs de défiscalisation type Robien ou Borloo. Ils devraient être en dessous de 40 % cette année, selon les professionnels. «La refonte du barème de l'impôt, le recentrage des dispositifs fiscaux et la poursuite de la hausse des prix ( le prix moyen du m² a augmenté de 3,7 % en un an sur les appartements neufs, NDLR) ont rendu ces systèmes moins attractifs pour des investisseurs à la recherche d'optimisation fiscale exclusivement.
Ils ont en partie quitté ce marché et se sont lancés sur des produits plus efficaces fiscalement, type Girardin, mais non dénués de risques », observe Olivier Bokobza, directeur général des Espaces Immobiliers BNP Paribas. Le débat sur les niches fiscales (qui ne concernent a priori que les investissements en outre-mer) et les discussions sur un éventuel plafonnement global des avantages par foyer, ont sans doute aussi incité les investisseurs potentiels à retarder leur passage à l'acte.

Armageddon974
Membre

Masculin Nombre de messages : 416
Date d'inscription : 19/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Armageddon974 le Ven 20 Juin 2008 - 7:01

Le marché immobilier au ralenti

Le net ralentissement de l’immobilier en France se confirme. L’effondrement des ventes de logements neufs au premier trimestre et une chute du nombre des mises en chantier font redouter aux professionnels un affaissement du marché. France Info fait le point toute la journée avec des reportages en régions et répond à vos questions avec ses invités l’agent immobilier Stéphane Plaza et Bernard Cadeau président d’ORPI-agenceN°1…

Les ventes de logements neufs ont chuté de 27,9% sur un an au premier trimestre, selon les derniers chiffres du ministère de l’Ecologie. Cette baisse qui a affecté 12 des 22 régions de la France métropolitaine, est vertigineuse en Auvergne (-67,9%), en Lorraine (-68,4%) et dans le Limousin (-64,8%).
L’accession à la propriété des ménages a également chuté, ce qui est un phénomène nouveau et plus inquiétant", relève Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université Paris-X-Nanterre.



Même morosité du côté des mises en chantier qui ont baissé entre février et avril de 18,8%, même si elles restent quasi stables sur l’année. Quant aux permis de construire, ils ont reculé de 16,3% sur trois mois. "Le marché du logement s’affaisse", estime Alexandre Mirlicourtois, directeur des études économiques au cabinet Xerfi. "Le neuf est sur la mauvaise pente, l’ancien aussi. L’économie française a perdu un de ses plus fidèles soutiens, notamment en matière de création d’emplois", juge-t-il.

Le secteur immobilier souffre pour plusieurs raisons. Il est plus difficile pour les ménages d’obtenir un crédit en raison de la crise financière. "Les crédits accordés ont baissé de 10% sur le premier trimestre", souligne Michel Mouillart. En outre la hausse des prix de vente s’est poursuivie en 2007, ce qui a refroidi les investisseurs, qui représentaient la moitié des ventes cette année là.
Des agences immobilières commencent donc à fermer leurs portes faute de clients. Profitant d’une période euphorique, avec des prix de l’immobilier qui explosaient un peu partout en France, les agences immobilières se sont multipliées au début des années 2000. "Les cessations d’activité concernent surtout des petites structures indépendantes qui s’étaient crées il y a trois ou quatre ans en profitant du boom de l’immobilier" indique Jean-François Buet, secrétaire général de la Fnaim (Fédération nationale de l’immobilier).

Armageddon974
Membre

Masculin Nombre de messages : 416
Date d'inscription : 19/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Le_Celte le Ven 12 Sep 2008 - 21:15

Dans le Michigan (et apparement aussi dans quelques autres états), si on a perdu sa maison pour cause de faillite personnelle on perd aussi....son droit de vote Shocked

On vit dans un monde merveilleux vous ne trouvez pas? Embarassed

Le Celte

Le_Celte
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1237
Localisation : BREIZH
Emploi : webmaster
Date d'inscription : 10/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par bat le Sam 13 Sep 2008 - 10:52

Le_Celte a écrit:Dans le Michigan (et apparement aussi dans quelques autres états), si on a perdu sa maison pour cause de faillite personnelle on perd aussi....son droit de vote Shocked

On vit dans un monde merveilleux vous ne trouvez pas? Embarassed

Le Celte

Ne nous emballons pas! Il s'agit juste ici de faire en sorte que les gens votent bien depuis leur lieu de résidence, et non pas depuis une ancienne résidence revendue depuis.

C'est normal que les gens votent pour élire maire/etc de leur lieu de résidence et uniquement celui-là, non?

Ah, attendez on me souffle a l'oreille que certaines personnes n'auraient pas de résidence après avoir vendu la seule qui leur restait??? Mais alors ce sont des SDF! Qui voudrais donner le droit de vote a ces gens là??? Suspect

Ahum. Effectivement, monde merveilleux, yep!

bat
Membre

Masculin Nombre de messages : 18
Age : 33
Localisation : Bretagne
Emploi : Informaticien
Loisirs : lecture, tir, marche.
Date d'inscription : 05/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La bulle immobilière

Message par Canis Lupus le Ven 19 Mar 2010 - 21:49

Un article relativement long en anglais à propos du "génie" qui a eu l'idée de parier contre les produits financiers adossés à des crédits subprime : Betting on the blind side. C'est tout bonnement hallucinant. C'est un gérant de hedge-fund qui aurait pu se faire des milliards mais à cause d'un manque de confiance de ses investisseurs, il n'a fait "que" 100 millions de dollars avec la crise.

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum