Contraception, etc.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par Neville le Dim 20 Juil 2008 - 12:30

Ne pas oublier que les préservatif ont une durée de péremption assez courte, et qu'après un certain délai il se déchire facilement. Donc oublions les stock à très long terme...

Neville
Membre

Masculin Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 17/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par Stalker le Mer 30 Juil 2008 - 9:13

L'une des caractéristiques de la situation de survie telle qu'on l'évoque généralement est un dépeuplement brutal.
Dans ces conditions, je conçois mal l'intérêt de la contraception. Les survivants ne sont-ils pas dans la nécessité de perpétuer l'espèce et de transmettre valeurs et éducation ?
En outre, le rôle des enfants dans les sociétés qui ne bénéficient pas d'assurances médicales ou de retraites est bien de pourvoir aux besoins de base de leurs géniteurs.

Désolé de le dire aussi franchement, mais en situation de survie la sexualité redevient ce qu'elle est : l'unique moyen de survie de l'espèce à long terme.

Maintenant, à propos de la contraception elle-même, on m'a inculqué à l'école tout comme vous que les méthodes "naturelles" ne marchaient pas et qu'il fallait bénir l'industrie chimique ou plastique.
J'y ai cru.
Et puis pratique aidant, j'ai découvert que c'était du mensonge.

Ma femme n'a jamas pris de pilule. Pas la peine de faire l'effort de manger sainement si on avale quotidiennement des produits potentiellement cancérigènes. Le préservatif n'a pas eu beaucoup plus de succès avec moi.
Et malgré tout, en 10 ans de vie commune et de sexualité quotidienne, on n'a eu des enfants qu'au moment où on l'avait décidé.

Il n'y a pas de secret : le retrait ça marche.
L'homme doit juste savoir ne pas être trop gourmand pour s'arrêter à temps, et son épouse savoir faire varier les plaisirs.

Mais c'est certain que dans une société de consommation et de confort, ces petits trucs de bricoleurs/euses n'ont pas leur place Very Happy

Stalker
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 361
Date d'inscription : 29/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par luxferrrare le Sam 2 Aoû 2008 - 12:50

Bonjour Stalker !

Je me permets de reprendre quelques points de ton message d'après

mon expérience :

1) de "femelle"geek :

Stalker a écrit:
Dans ces conditions, je conçois mal l'intérêt de la contraception. Les

survivants ne sont-ils pas dans la nécessité de perpétuer l'espèce et

de transmettre valeurs et éducation ?
En outre, le rôle des enfants dans les sociétés qui ne bénéficient pas

d'assurances médicales ou de retraites est bien de pourvoir aux

besoins de base de leurs géniteurs.

Désolé de le dire aussi franchement, mais en situation de survie la

sexualité redevient ce qu'elle est : l'unique moyen de survie de

l'espèce à long terme.


Certaines femmes sont plus fécondes que d'autres et les grossesses à

répétition, ainsi que les accouchements difficiles ont fait de nombreux

veufs. Personnellement, sans césarienne, je n'aurais pas survécu à la

naissance de mon fils.

2) de mon expérience professionnelle :

Stalker a écrit:
Maintenant, à propos de la contraception elle-même, on m'a inculqué à

l'école tout comme vous que les méthodes "naturelles" ne marchaient

pas et qu'il fallait bénir l'industrie chimique ou plastique.
J'y ai cru.
Et puis pratique aidant, j'ai découvert que c'était du mensonge.

Ma femme n'a jamas pris de pilule. Pas la peine de faire l'effort de

manger sainement si on avale quotidiennement des produits

potentiellement cancérigènes. Le préservatif n'a pas eu beaucoup plus

de succès avec moi.
Et malgré tout, en 10 ans de vie commune et de sexualité quotidienne,

on n'a eu des enfants qu'au moment où on l'avait décidé.

Il n'y a pas de secret : le retrait ça marche.
L'homme doit juste savoir ne pas être trop gourmand pour s'arrêter à

temps, et son épouse savoir faire varier les plaisirs.

Mais c'est certain que dans une société de consommation et de

confort, ces petits trucs de bricoleurs/euses n'ont pas leur place Very

Happy

Je le répète, certaines femmes sont plus "fécondes" que d'autres.

Je me base sur mon expérience professionnelle de 2 ans dans un

service d'orthogénie (IVG) à l'Hôpital pour te répondre cela. AUCUNE

méthode de contraception n'est efficace à 100%

Il peut y avoir émission spermatique AVANT l'éjaculation.
J'ai même eu à accueillir dans le service, A 2 REPRISES, des jeunes filles vierges enceintes, ayant juste joué à "frotti-frotta"...

Vous êtres donc chanceux d'avoir pu "programmer"
vos bouts de choux, tant mieux !Very Happy

luxferrrare
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 1512
Age : 43
Localisation : InZeWild
Emploi : Luciol2Lux
Loisirs : Câliner les arbres, tomber des rochers
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par Stalker le Sam 2 Aoû 2008 - 20:51

Merci de faire part de ton expérience professionnelle.

luxferrrare a écrit:
Il peut y avoir émission spermatique AVANT l'éjaculation.
Je me demande souvent comment les gens font part de ces choses-là au médecin qui les reçoit.
Une émission spermatique, même une goutte, on la sent passer. A moins que ce soit la première fois et que le jeune homme ne connaisse pas encore ces sensations (rare aujourd'hui!), ou bien d'être particulièrement enthousiaste, ou encore sous l'effet de l'alcool...

Sans mettre en doute ton témoignage, je serai curieux de savoir quel crédit on peut donner aux explications des patients, d'une manière générale. Y a t-il des moyens de juger de la véracité des circonstances évoquées ?
Dans ce genre de situation (IVG) les gens sont prêts à trouver plein de justifications d'innocence, non ?

Stalker
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 361
Date d'inscription : 29/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par luxferrrare le Sam 2 Aoû 2008 - 21:44

Stalker a écrit:
Sans mettre en doute ton témoignage, je serai
curieux de savoir quel crédit on peut donner aux explications des
patients, d'une manière générale. Y a t-il des moyens de juger de la
véracité des circonstances évoquées ?
Dans ce genre de situation (IVG) les gens sont prêts à trouver plein de justifications d'innocence, non ?

Toyut à fait Stalker, et tu n'imagines même pas jusqu'où peut aller leur imagination Very Happy! J'en ai entendu des incroyables, et si on se fiait à leurs témoignages, les préservatifs seraient faits de papier à cigarette au vu de leur fragilité ("c'est la capote qui a craqué" je l'entendait au minimum 2 fois par jour).

Stalker a écrit:
Une émission spermatique, même une goutte, on la sent passer.

Cependant, je me fiait à mes cours de bio (niveau terminale D) appuyés par la confirmation des médecins du service :
1) ces "fuites" ne sont pas forcemment décelables
2) autre possibilité, les spermatozoïdes ont une durée moyenne de vie de 3 jours, et comme je l'ai expliqué à mon ado testostéroné, une petit "entraînement"quelques heures avant une partie de sport en chambre aide les jeunes impétueux à faire durer leur érection, dans ce cas (ou celui d'un rendez-vous avec une certaine veuve), des traces de spermes restent dans l'urètre et peuvent, sans sensation décelable, s'échapper, les coquins !

dévil

luxferrrare
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 1512
Age : 43
Localisation : InZeWild
Emploi : Luciol2Lux
Loisirs : Câliner les arbres, tomber des rochers
Date d'inscription : 11/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par mado le Lun 11 Aoû 2008 - 14:28

Hors sexualité consentie, pour mémoire, à l'arrivée des Russes, lors de la 2ème guerre mondiale, les femme allemandes utilisaient un gel pour éviter trop de douleur. Prévoir un gel contraceptif pour les jeunes femmes pour une situation de ce type n'est pas stupide.

mado
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 62
Localisation : Aquitaine - France
Emploi : Retraitée
Date d'inscription : 10/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par tarsonis le Lun 8 Nov 2010 - 14:01

Les inrocks ont réalisé un article assez complet sur l'IVG.

35 ans après, l'avortement toujours menacé?

L'IVG en danger plus de 35 ans après sa légalisation en France ? Alors que les fermetures de centres se multiplient, obligeant entre 4000 et 5000 femmes à avorter à l’étranger chaque année, le corps médical se désintéresse de la question. Les associations appellent à manifester ce samedi.

Décembre 2008, le docteur Marie-Laure Brival salue ses collègues lors d’un congrès sur la médecine foetale.

L’un d’eux l’apostrophe : « Qu’est-ce que tu fous là ? Je croyais que toi, tu les tuais. »

Marie-Laure Brival pratique l’intervention volontaire de grossesse (IVG).

Chef de centre, elle est aussi présidente de l’Ancic (Association nationale des centres d’interruptions de grossesse et de contraception), qui appelle ce samedi 6 novembre à manifester pour le droit à l'avortement aux côtés de la Cadac (Coordination des Associations pour le Droit à la Contraception et à l’Avortement) et du planning familial. « Le fondement du métier de médecin est de donner la vie et de la sauver. Ils sont peu enclins à faire des IVG : beaucoup le font à contrecœur voire pas du tout », explique Marie-Laure Brival.

Alors que le nombre d’avortements stagne autour de 210 000 par an en France, le nombre de praticiens tend à diminuer, attestent de nombreux médecins. Jusqu’à la pénurie ? « La plupart de ceux qui pratiquent l’IVG sont d’anciens militants qui partent progressivement à la retraite », s’alarme Marie-Laure Brival.

Chez les jeunes médecins, la relève ne semble pas assurée : le combat pour l’avortement, légalisé par la loi Veil de 1975, paraît loin. Des Françaises contraintes d’avorter à l’étranger 35 ans après, le droit à l’IVG semble pourtant plus que jamais en danger, s’alarment les associations. Chaque mois, des dizaines de femmes sont contraintes d’appeler deux à trois centres de planification avant d’obtenir un rendez-vous.

Au centre Clothilde Vautier de Nantes, un mardi de décembre, le téléphone ne cesse de sonner. Cette fois, la jeune femme qui souhaite avorter n’obtient pas de première consultation avant quinze jours. « C’est fréquent », avoue la secrétaire. « Pour les femmes dont la grossesse est trop avancée, nous les redirigeons vers d’autres centres. Qui sont pour la plupart tout aussi débordés! »

La Haute Autorité de santé (HAS) recommande un délai de cinq jours entre la demande d’intervention et sa réalisation. Mais, selon le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) rendu public en février, le délai de prise en charge reste supérieur à quinze jours dans un établissement sur vingt. Pointés du doigt comme des « goulots d’étranglement » : l’Ile-de-France et la Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Des embouteillages qui obligent entre 4 000 et 5 000 femmes à avorter à l’étranger chaque année, la plupart du temps aux Pays-Bas, affirment plusieurs associations.

Dans une enquête publiée en 2008, la Drass* d’Ile-de-France rapporte que trois Franciliennes sur dix ayant avorté hors de l’Hexagone avaient formulé une demande d’IVG en France dans le délai légal. Faute de place, ou par refus de l’établissement d’effectuer l’avortement après 12 semaines d’aménorrhée (malgré les 14 semaines légales), leur demande est restée sans réponse.

Multiplication des fermetures de centres

Principale cause de ces dysfonctionnements : les fermetures massives de centres IVG. En Ile de France, 50 ont fermé en dix ans. Un phénomène qui s’accélère depuis la loi Bachelot de 2009 sur la réforme hospitalière, qui incite à regrouper les services au sein d’une unique et grosse structure.

En région parisienne, trois CIVG ont fermé depuis début 2009, trois autres sont menacés. Le secteur privé, lui, s’est désengagé progressivement. 75 % des IVG sont aujourd’hui réalisées dans le public, contraint d’abriter un CIVG par structure hospitalière.
« Mais il passe en dernier et reste même géographiquement à l’écart des autres services. Nous n’avons que ce que nous pouvons grappiller et ce qu’on n’ose pas nous enlever », explique Jean-Claude Magnier, président de l’Association des centres de régulation des naissances de l’AP Hôpitaux de Paris.

L’an prochain, il part à la retraite et craint la disparition pure et simple de l’IVG au sein de son hôpital du Kremlin-Bicêtre:« L’hôpital risque d’en profiter pour rattacher le CIVG au service de maternité, ce à quoi je m’oppose. En les regroupant, le chef de service sera tenté d’utiliser les moyens dédiés à l’IVG pour autre chose. »

Car les établissements de santé sont loin d’être incités financièrement à la pratique de l’avortement. Le rapport de l’Igas relevait que les IVG chirurgicales constituent une activité déficitaire. Le 8 mars dernier, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot annonçait en réaction une revalorisation de 50% du forfait IVG, passant ainsi de 383 euros à 625 euros. « Une avancée, mais l’acte reste toujours déficitaire », déplore Marie-Laure Brival. Même problème pour les médecins des CIVG.

Rares sont ceux qui obtiennent un poste de praticien hospitalier: la plupart sont des médecins contractuels. Un statut, qualifié de « bâtard » par certains, qui se caractérise par un faible salaire et l’absence de rémunération en cas d’arrêt maladie. « Pratiquer l'IVG reste soit une corvée obligatoire, soit un acte de militantisme », résume Sophie Gaudu, responsable du CIVG de Port-Royal.

Routinier et facile, l’IVG est le « bizutage » des internes Au-delà des considérations financières, les aspects médicaux, éthiques et émotionnels participent au désintérêt du corps médical.
« Ce qui passionne les médecins c’est ce qui sort des clous et l’IVG est un acte assez facile techniquement, explique Julien, interne à Paris en gynécologie-obstétrique. C’est typiquement le lot des internes, qui n’osent pas refuser. »
Certains emploient le terme de « bizutage ». La pratique n’est pourtant pas anodine. Lorsque Lisa, médecin vendéenne de 50 ans favorable à l’IVG, évoque sa première et dernière aspiration, elle se dit « très choquée, très émue ». A l’époque, interne et jeune maman, elle a dû « retrouver les bras et jambes du foetus afin d’être sûre qu’il avait bien été évacué ».
En moyenne, jusqu’à la sixième année de médecine, seules deux heures d’enseignements théoriques sont consacrées à l’IVG et la contraception. « C’est une part ridicule dans la formation initiale, et pourtant c’est essentiel pour faire évoluer les mentalités », affirme Marie-Laure Brival, qui s’inquiète des dénigrements persistants au sein de la communauté médicale.

Résultat : ils sont de plus en plus nombreux à invoquer la « clause de conscience », qui leur permet de refuser la pratique de certains actes médicaux heurtant leurs convictions ou sensibilité. En 2008, la mutuelle étudiante LMDE la dénonce comme « une entrave grave à la possibilité d’avorter ». Seul garde-fou : ils sont tenus d’informer sans délai l’intéressée et de la rediriger vers une structure pratiquant l’IVG. Par idéologie ou désintérêt, tous ne respectent pas ce principe. IVG médicamenteuse : une « solution » controversée Pour résorber l’engorgement, certains prônent une « solution miracle » : l’IVG médicamenteuse, pratiquée jusqu’à 9 semaines d’aménorrhée. Surnommée « avortement à la maison », elle permet d’avorter sans intervention chirurgicale, en avalant de simples pilules en présence du médecin. Puis la femme se retrouve seule chez elle pour expulser l’embryon. En France, cette pratique, largement encouragée par le gouvernement et qui peut être prescrite hors hôpital jusqu’à 7 semaines, représente désormais 49 % des IVG contre 13% en 1991.

La méthode est souvent considérée comme « moins contraignante » par les femmes, comme en témoigne une anonyme dans une fiche du planning familial. Une autre atteste de ses difficultés : « Ne pas avoir d’encadrement médical culpabilise davantage, car on se retrouve seule à devoir assumer son acte. » L’acte en lui-même ne se déroule pas toujours sereinement. Près de 5 % des femmes rencontrent des complications chaque année, 2 % d’entre elles doivent finalement recourir à l’aspiration. De plus, certains médecins soulignent des abus, affirmant que des collègues utilisent le procédé au-delà des neuf semaines légales. Des méthodes qui indignent Sophie Gaudu : « Cela revient à imposer aux femmes la vision d’un fœtus entier qui pend à son cordon entre leurs jambes alors qu’elles sont seules chez elles. Cela fait aussi horriblement mal. C’est de la maltraitance pure et simple. » Enfin, parmi ceux qui s’engagent, rares sont ceux qui assument vraiment la pratique. « Personne ne souhaite être catalogué comme avorteur professionnel », résume Marc-Alain Rozan, président du syndicat national des gynécologues et obstétriciens français (Syngof).

« A l’inverse de toutes les autres spécialités médicales, vous ne voyez jamais de plaque devant les cabinets où il est inscrit « pratique l’IVG ». » Morgane Belloir, Anouchka Collette et Karine Parquet


________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par argoth le Lun 8 Nov 2010 - 19:59

Je ne prétends pas que les méthodes qui suivent soit efficace ou non, je ne les ai pas testé moi même. Ce son des méthodes dont j'ai entendu parler et donc je suis partie a la recherche d'information pour vous. Si quelqu'une les essaye et tombe en enceinte je décline toute responsabilité. lol

Bon donc, commençons, la graine de carottes sauvages, fut pris comme contraceptif au Québec par le passé et semble encore utilisé aujourd'hui.

Les graines de carotte sauvage semblent avoir été utilisées comme «
pilule du lendemain » depuis déjà quelques millénaires, car Hippocrate
en aurait fait mention. Les terpénoïdes qu’elles contiennent
bloqueraient la synthèse de la progestérone chez les femmes enceintes
de courte date, ce qui empêcherait l'oeuf fertilisé de s'implanter dans
l'utérus. (suivre le texte jusqu'à la mention de la graine de carotte ici

On parle généralement d'une cuillère a thé par jours au niveau des portions à prendre.

Vous trouverez une petite synthèse de la carotte sauvage ici

Vous trouverez des informations sur un témoignage ici , ainsi que le dosage qu'elle prend. Et des information sur la rhue et l'armoise. A savoir que ces deux dernières prise en grande quantité peuvent être dangereuse.

Parlons aussi du préservatif, il existe depuis 1700, en cæcum de mouton ou d'autres animal, il est mince et fragile. Il convient donc de faire attention. On doit également le laver après chaque usage. Il n'est pas jetable à cette époque, on le réutilise tant qu'on peut. Si vous prévoie poste kk avoir un petit élevage de porc ou montons pour vous nourrir, voici une autre raisons de vous y intéresser.

Puis vient vers 1840-1850, le préservatif en caoutchou. Même principe, lavable et réutilisable, cette fois il est bien solide (et un peu, pas mal moins de sensation). Marrant quand on apprendre que c'est goodyear qui fut le premier à le commercialiser. Voici comment vous assurez qu'il vous rendre service longtemps. : ''si l'on veut se servir d'un préservatif en caoutchouc à plusieurs reprises, il faut d'abord le choisir plus grand à cause de son rétrécissement et le laver dans une solution de sublimé et l'essuyer à chaque fois que l'on s'en est servi. Après une insufflation d'air pour s'assurer de son intégrité et de sa résistance et pour enlever les plis, on saupoudre le condom à l'aide de lyocopode acheté à la pharmacie ou de talc que l'on se procure chez le marchand de couleur, et après avoir tourné et retourné le condom dans cette poudre, on l'enroule sur deux doigts pour le conserver à l'abri de la lumière, de la chaleur et du froid excessifs. Il faut également préserver le caoutchouc du contact avec les corps gras (huiles, graisses, vaseline, paraffine), l'acide phénique, etc., qui le dissoudraient … '' BIen sur on lui suppose une bonne durée de vie.

Puis vient les premiers condom au latex, eux aussi lavables avec une garantie de vie de 5 ans. Soit supérieur au jetables que vous trouvez en pharmacie.

Il n'est peut être pas aisé de trouver des condoms réutilisable, comme les deux modèles que je viens de vous parler. Je n'ai pas eu le temps de faire une recherche poussée en se sens désoler.

Pour en apprendre plus l'histoire du préservatif, c'est par ici

argoth
Animateur

Masculin Nombre de messages : 3334
Date d'inscription : 16/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par Wasicun le Mar 9 Nov 2010 - 2:06

Etant désormais célibataire je ne crois plus trop à avoir de me préoccuper de ce passionnant sujet ...
Je souhaite tout de même témoigner : mes parents ont pratiqué la méthode ogino pendant 20 ans / résultat : moi (volontaire) et "un accident" (involontaire, soldé par un avortement spontané au 6ème mois), je pense donc que cette méthode relève du 50/50 ... - ensuite me concernant j'ai presque tout essayé et pour le moment (à ma connaissance tout du moins) aucune descendance / je tiens à préciser que j'ai pratiqué le "retrait" pendant 3 ans (pour cause d'impossibilité de toute autre méthode) et "rien" ...
Pour finir je pense qu'il ne serait pas inutile d'évoquer les diaphragmes/obturateurs vaginaux - lors d'un cours de gynéco/obstétrique j'ai découvert que ce moyen de contraception était très ancien (un diaphragme en or avec des armories royales ça vous dit ?) et encore utilisé de manière primitive dans les PVD (un simple caillou notamment). Le médecin en question (officiant auprès de populations pas forcément "favorisées") nous a d'ailleurs fait part de certaines de ses "découvertes" en qualifiant certains vagins de véritables "cavernes d'Ali Baba" ;-)

Wasicun
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1683
Age : 44
Localisation : Ost Front (definitiv)
Emploi : Nihiliste (für immer)
Loisirs : Boit Sans Soif (und ewig)
Date d'inscription : 23/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

méthode de contraception

Message par hildegarde le Ven 29 Avr 2011 - 23:17

Concernant le cycle féminin, Une ovulation ne se produit pas forcément vers le 14eme jour après le début des règles, même pour un cycle de 28 jours. Il peut arriver que l'ovulation s'effectue dès la fin des règles (ce qui rend inapplicable le teste de la glaire) ou n'importe quand pendant le cycle. plusieurs gynécos m'ont également confirmés que la femme peut ovuler lors d'un orgasme.
Par ailleurs, en K2kk, l'instinct de survie pouvant être exacerbé, il n'est pas impossible que les femmes soient très fécondes.
les méthodes 100 % efficaces pour ne pas tomber enceinte sont donc celles préconisées par silex (masturbation, rapports buccaux) hormis le rapport annal qui présente quand même un risque, l'entrée du vagin n'étant quand même pas loin, il y a un risque d'écoulement vers cette zone.
Les contraceptifs techniques locaux du genre diaphragme ou diaphragme artisanaux ne sont pas efficaces à 100 %.

Une fois la grossesse déclarée, les techniques abortives sont effectivement toutes dangereuses, y compris celles avec les plantes. Malgré tout l'ingestion de plantes abortives resterait moins risquée qu'une technique plus physique du genre aiguilles à tricoter. Il faudrait néanmoins avoir sous la main un phytothérapeute pour que cela soit fait dans de bonnes conditions et à la bonne posologie car ce n'est absolument pas annodin.

________________________________________________________
clic flower

hildegarde
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 3382
Loisirs : manger des fleurs
Date d'inscription : 14/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mauvaisesherbes.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contraception, etc.

Message par hildegarde le Mer 23 Mai 2012 - 10:20

Voilà une plante contraceptive fort intéressante :

Le grémil


Chrysalide a écrit:Le Grémil bleu


Le grémil contient des acides qui ont une action antiluteinique, lui conférant une activité anticonceptionnelle.
En 1956 P.DELAVEAU rapporte des propriétés antihormonales, antihyréotropes, et antigognodotropes.

L' emploi traditionnel pour la contraception est attesté en Afrique et en Inde, de même que chez diverses nations amérindiennes.

C'était la racine qu'on prenait après l'avoir fait macérer dans l'eau froide. Le degré de stérilité obtenu variait en fonction de la dose et de la durée du traitement.
D'après le Docteur VALNET, chez les Amérindiennes, la méthode traditionnelle consistait à prendre la macération aqueuse qui rendrait les femmes stériles plus ou moins longtemps suivant la dose et la durée (inhibition des gonadostimulines hypophysaires).
Dans d'autres tribus, les femmes consommaient tout simplement un petit morceau de racine chaque jour.


il inhibe la gonadotropine dont le rôle est de provoquer la rupture des follicules et de favoriser la formation du corps jaune. Il rendra d'excellents services pour soulager les syndromes prémenstruels.

la racine de consoude a également des propriétés spermicides intéressantes et efficaces à 70%.
de manière général, les borraginacées (la famille de la consoude, gremil, bourrache, vipérine, myosotis et...) ont des propriétés spermicides en applications locales, avec plus ou moins d'efficacité.
L'avantage avec le gremil, c'est qu'ingéré, il a une action sur le cycle même de la femme, sans aucuns effets secondaires immédiats, Attention cependant la prise de gremil pendant un long moment pourrait rendre stérile sur une plus ou moins longue période...

fiche gremil passeport santé

________________________________________________________
clic flower

hildegarde
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 3382
Loisirs : manger des fleurs
Date d'inscription : 14/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mauvaisesherbes.org/

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum