Olduvaï
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Greve des paysans en Inde

2 participants

Aller en bas

Greve des paysans en Inde Empty Greve des paysans en Inde

Message par Kyraly Lun 8 Mar 2021 - 12:08

En Inde, depuis Novembre les paysans ont entamé une grève qui se durcit de jours en jours :

https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/greve-en-inde-les-paysans-mettent-le-pays-larret-pour-exprimer-leur-desespoir


Mais lorsque le gouvernement de Narendra Modi a fait adopter au Parlement une réforme de dérégulation du marché agricole intérieur indien, fin septembre, “on n’a pas demandé leur avis aux paysans”, ceux qui produisent et qui sont à 86 % “de tout petits exploitants vivant sur moins de 2 acres (0,8 hectare) de terre”. À ce niveau de superficie, impossible d’investir pour mécaniser et augmenter les rendements. Comment ces gens “sans défense” pourront-ils “survivre aux attaques” des géants de l’agroalimentaire et de la grande distribution si ce sont avec ces derniers qu’il leur faut directement négocier les prix, ainsi que le prévoit désormais la loi ?

[url=https://www.francetvinfo.fr/monde/inde/inde-comment-depuis-novembre-des-dizaines-de-milliers-d-agriculteurs-protestent-autour-de-new-delhi-et-maintiennent-la-pression-sur-le-gouvernement_4281955.html]https://www.francetvinfo.fr/monde/inde/inde-comment-depuis-novembre-des-dizaines-de-milliers-d-agriculteurs-protestent-autour-de-new-delhi-et-maintiennent-la-pression-sur-le-gouvernement_4281955.html[/url]
Jour et nuit, ils campent en périphérie de New Delhi, la capitale indienne. Des dizaines de milliers de petits agriculteurs, venus pour beaucoup du Pendjab, au nord du pays, réclament depuis fin novembre l'abrogation de trois lois votées par le Parlement à l'automne. Celles-ci libéralisent les marchés agricoles et supprimeraient de fait le prix minimum auquel sont payés le riz et les céréales. Franceinfo revient sur ce bras de fer d'une ampleur inédite entre ces fermiers et le gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi.

Le mouvement prend de l'ampleur le mercredi 8 janvier, lorsque dix des 11 syndicats du pays se joignent aux agriculteurs pour dénoncer la politique économique et les réformes de libéralisation de Narendra Modi. Le pays connaît la plus grande grève générale de son histoire (en anglais), avec 250 millions de grévistes selon les syndicats et une Inde qui s'arrête. Tous les secteurs sont touchés : les transports, l'éducation, les usines, les bureaux administratifs, les fermes agricoles. Les syndicats réclament une hausse du salaire minimum et dénoncent les processus de privatisation en cours dans le pays. Des indicateurs se dégradent : le chômage atteint 9% dans les villes et l'inflation gagne, en particulier les produits de première nécessité comme le riz et la farine.  

Le 26 janvier, jour de la fête nationale, des convois de tracteurs bondés d'agriculteurs réussissent à entrer dans le centre de la capitale, malgré les forces de l'ordre et forces paramilitaires déployées dans la ville. Au vieux Fort rouge de Delhi, les manifestants haussent les couleurs de leur mouvement à côté du drapeau indien, avant d'être chassés des remparts par les forces de l'ordre. Des heurts éclatent ensuite entre des centaines de personnes rassemblées devant le quartier général de la police de Delhi et les forces de sécurité. La journée se solde par un mort – un agriculteur tué alors que son tracteur s'est renversé – et "400 policiers blessés" selon les autorités.

Ils ont même une milice pour protéger leurs campements (le gouvernement Modi faisant appel a ses unités paramilitaires ici) :
https://www.boursorama.com/boursoramag/actualites/inde-les-guerriers-du-nihang-chevalerie-sikh-veillent-sur-la-fronde-des-agriculteurs-e5fae3aacec70f6fbce162539caf7ec0
Vêtu d'une longue tunique bleu électrique, coiffé d'un turban de couleur assortie haut de 30 cm, un vieux sabre dans une main, un talkie-walkie dans l'autre, Amar Singh patrouille dans le dédale de tentes et de tracteurs qui bloque l'autoroute aux portes de New Delhi depuis 100 jours. 
Comme lorsqu'ils ont surgi à cheval, sabres au poing au coeur de Delhi pour aider les agriculteurs à l'assaut du Fort Rouge, haut lieu de l'indépendance indienne, pour hisser des drapeaux sikhs, offrant des scènes surréalistes en ce 26 janvier. 
Après ce tour violent pris par leur manifestation autorisée dans Delhi avec leurs tracteurs pour le jour de l'Indépendance, les autorités ont érigé "un mur" fait d'énormes blocs de ciment, d'acier et de barbelés autour du campement de Singhu sur lequel veillent Amar Singh et les siens. 
D'un côté se trouvent des milliers de policiers et paramilitaires, de l'autre des dizaines de Nihang, pieds nus, portant des armes que leurs ancêtres maniaient déjà au XVIIe siècle, sabres, glaives, épées, lances, poignards, couteaux, lames en tout genre.

Et dans ce climat de tension, Le gouvernement indien indique cela :
https://siecledigital.fr/2021/03/06/inde-twittr-facebook-whatsapp/
Selon le Wall Street Journal, l’Inde réclame aux réseaux sociaux des informations sur les personnes qui manifestent pour protester contre le gouvernement. Si les employés de Facebook, WhatsApp et Twitter ne divulguent pas ces informations, le Premier ministre Narendra Modi a promis de les jeter en prison.

Les réseaux sociaux sont réticents à l’idée de fournir des informations au gouvernement indien. Les manifestations actuelles en Inde sont certainement les plus importantes de l’histoire du pays. Les agriculteurs demandent au gouvernement de protéger leurs intérêts et s’inquiètent d’une baisse des prix dans les mois à venir à cause des lois votées par les dirigeants du pays. La vague de protestation a entraîné des violences, des arrestations et une décision historique de la part du gouvernement : couper Internet pour les agriculteurs.

Ravi Shankar, le ministre de la justice indien, a déclaré ceci : « je rappelle poliment aux entreprises, que ce soit Twitter, Facebook, LinkedIn ou WhatsApp ou qui que ce soit, qu’elles sont libres de travailler en Inde, de faire des affaires, mais qu’elles doivent respecter la Constitution indienne ». Plusieurs spécialistes de l’Inde pensent que les réseaux sociaux pourraient être contraints de se plier aux lois du pays à cause de cette fameuse loi qui oblige les grandes plateformes numériques à : « supprimer les informations générées, transmises, reçues, stockées ou hébergées sur le web qui pourrait affecter l’ordre public ».

A suivre...

________________________________________________________
« La guerre, c'est la paix. » : L Tolstoi (je crois)
« La liberté, c'est l’esclavage. » : Spartacus (pas sur)
« L'ignorance, c'est la force. » : F Dostoïevski (a vérifier)
Kyraly
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 4013
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017
Points : 4313
Réputation : 42

Revenir en haut Aller en bas

Greve des paysans en Inde Empty Re: Greve des paysans en Inde

Message par Catharing Lun 8 Mar 2021 - 17:37

Salut,
Kyraly a écrit:Et dans ce climat de tension, Le gouvernement indien indique cela :
https://siecledigital.fr/2021/03/06/inde-twittr-facebook-whatsapp/
Selon le Wall Street Journal, l’Inde réclame aux réseaux sociaux des informations sur les personnes qui manifestent pour protester contre le gouvernement. Si les employés de Facebook, WhatsApp et Twitter ne divulguent pas ces informations, le Premier ministre Narendra Modi a promis de les jeter en prison.
La plus grande démocratie libérale du monde.. nan
https://import-export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/inde/le-risque-pays-politique
Catharing
Catharing
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 7960
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 9052
Réputation : 112

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum