Russie 1998-1999

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 14:00

Puisque le crash économique fait partie des scénarios catastrophes possibles, je vais vous compter mes pérégrinations en Russie post-soviétique, et la maigre expérience que j'ai pu en tirer. Je précise que mon séjour est vieux d'une dizaine d'années : depuis, bien des choses ont changé en Russie !

Si vous avez des questions particulières, n'hésitez pas à les poser ! A l'occasion je posterai des photos.

Rammstein

***

Dans le cadre de mes études, j'ai eu l'occasion unique de pouvoir partir 7 mois à Saint Pétersbourg afin de parfaire ma formation. Mon séjour s'est étalé d'août 1998 à février 1999. Hasard du calendrier ? Un mois après mon arrivée, le pays était durement touché par une crise financière, le rouble perdant 60% de sa valeur en quelques heures.



Boursier, je suis arrivé en Russie guère riche. J'ai donc vécu mes premiers jours en Sainte Russie avec une parité parfaite entre le franc et le rouble. Quelques semaines plus tard, j'envisageais le reste de mon séjour avec plus de sérénité, la crise ayant multiplié ma fortune et mon pouvoir d'achat par 2,5. Autant dire que je n'ai pas eu à souffrir de la dévaluation du rouble. Par contre j'ai pu assister à la vie quotidienne des russes, se débattant quotidiennement pour survivre et ne pas sombrer dans la misère. C'est ce que j'ai vu et vécu lors de ces quelques mois que je vais m'efforcer de vous décrire dans les lignes suivantes.


Un peu d'histoire...

En 1991, le pays sort étrillé de 70 ans de communisme. 7 ans plus tard, la situation n'est pas brillante. Des pans entiers de l'économie sont sinistrés. Tous les secteurs de la vie économique, politique et sociale sont en complète restructuration. Pour la majorité de la population, la situation est difficile. Le doux assistanat des années soviétiques a fait place à la dure loi du marché : il faut désormais travailler pour gagner sa pitance. Certains ne s'en remettent pas et s'abandonnent à l'alcool, à l'opium made in Afghanistan. D'autres luttent en vain : trop vieux, trop incompétents, trop peu formés, voire trop honnêtes, ils finissent inexorablement dans la misère ou vivotent de petits boulots insuffisants pour subvenir à leur besoins les plus élémentaires. La sélection sociale fait son oeuvre, le plus faible étant impitoyablement relégué au bas de l'échelle sociale. En contrepartie, une minorité de malins, d'anciens apparatchiks, d'experts en corruption, d'hommes sans scrupules, de self-made men et de génies de l'entreprise s'enrichit sur les ruines du communisme. La classe moyenne ne représente même pas 20% de la population selon nos critères occidentaux.

A l'été 1998, la première guerre de Tchétchénie est en cours. Le gouvernement rencontre toujours des difficultés à payer les retraites et les salaires des fonctionnaires, qui ne volent déjà pas haut. La crise financière est pour le moment confinée dans les pays asiatiques, mais l'effet domino se fait déjà pressentir...


Arrivée - Premières impressions

Ambiance d'état d'urgence dès l'arrivé à l'aéroport de Pulkovo : des miliciens (policiers) armés de Kalashnikov gardent tous les accès à l'aéroport, les autorités redoutant des attentats de séparatistes tchétchènes. Le voyage jusqu'à ce qui va être mon lieu de résidence est épique : véhicules hors d'âge circulant sur les routes, règles de conduites approximatives, routes en très mauvais état (surtout en raison des conditions climatiques extrêmes), fous du volant à tous les coins de rue...

Arrivée à ma nouvelle résidence : étant catalogué "riche & étranger", je jouis de conditions d'hébergement privilégiées dans un foyer pour étudiants russes et étrangers. Le foyer consiste en un bâtiment d'une dizaine d'étages. 2 étages sont réservés aux étudiants halogènes, le reste aux russes. Mon loyer est de 100 dollars par mois. Les russes paient quant à eux 20 roubles (3 dollars), on verra par la suite pourquoi. Rien ne distingue les résidences pour étudiants des HLM environnants. Les immeubles sont identiques, les appartements aussi : c'est la "standardisatsiya" soviétique dans toute sa spendeur !

Après le thé et les biscuits de bienvenue, je m'installe dans ma chambre puis sors faire un tour dans le quartier. Ce dernier paraît un rien délaissé : herbes folles, trottoires défoncés, nids de poules dans la chaussée, briques des immeubles éclatées. Par la suite, j'apprendrai que les conditions climatiques sont terribles et mettent à mal année après année les infrastructures. Je repère quelques kiosques où faire des courses, des bureaux de change achetant aussi de l'or, et surtout beaucoup de gens pressés. Les avenues sont immenses, la ville s'étend sur des kilomètres et des kilomètres, et je ne sais toujours pas où je vais trouver à bouffer ! Bref, le dépaysement est total, je n'ai aucune idée de la façon dont les choses fonctionnent ici, et il fait une chaleur étouffante !

De retour au foyer, je rencontre des italiens, ce qui me permettra de manger. Le jour suivant se passera de la même façon : j'errerai sans but dans le quartier, parcourant des kilomètres, afin de m'imprégner de la topographie des lieux. Grand moment : je parviens à m'acheter une bouteille de soda et de la bière Baltika numéro 9. Pas de chance pour moi : la Baltika titre un degré d'alcool ahurissant (13-14°), et comme je n'ai presque rien mangé de la journée je m'écroule sur mon lit.

Un détail encore : en août les nuits blanches de Saint Péterbourg jouent les prolongations. Le soleil se couche vers 23:30 et se lève vers 03:00. Autant dire que les nuits sont courtes !

Par la suite, je découvrirai où m'approvisionner et comment simplifier mes déplacements.


Vie universitaire

Je ne m'étendrai pas sur mes études : je doute que la métallurgie ou la résistance des matériaux vous intéressent ! J'ai par contre eu tout le loisir d'observer mes camarades d'amphi russes. Autant dire tout de suite que l'étudiant russe à bien du mérite ! Obtenir un diplôme est une gageure dans un pays en crise. Tout coûte cher, et l'argent est rare. Autant avoir les reins solides financièrement ! La grosse majorité des étudiants que j'ai côtoyés vivaient chichement. Une chambre dans un foyer d'étudiant russe coûtait à l'époque 20 roubles (20 francs avant la crise, 7 francs 50 après). Soyons clair : pour un tel loyer la chambre que vous obtenez s'apparente plus à un squatt qu'à une chambre d'hôtel 5 étoiles. Bien souvent la chambre n'a plus de porte (vendue), plus de mobilier (vendu), plus de radiateur (vendu). Certains étudiants que j'ai connus avaient donc aménagé de fond en comble leur chambre, pour avoir un minimum de confort; Mais les étudiants les plus pauvres devaient faire avec, ou plutôt sans...

Un détail d'importance : un étudiant boursier russe touchait 40 roubles par mois en 1998. J'en ai connu certains qui, après avoir payé les 20 roubles de leur chambre, parvenaient à (sur)vivre un mois entier avec les 20 roubles restants...

Reste ensuite les 5% de riches qui font des études pour occuper leur temps libre...

Côté professorat, la situation n'était guère reluisante en 1998. De nombreux professeurs n'avaient pas reçu de salaire depuis 8 mois. En fait de salaire, la rémunération d'un professeur d'université tournait alors autour de 600 roubles par mois : bien insuffisant pour faire vivre une famille. Certains professeurs exerçaient donc une double activité : prof le jour, traducteur la nuit, ou plombier, ou chauffeur de taxi, ou vendeur de souvenirs, ou dessinateur CAO, etc. Pourquoi continuer à enseigner si le salaire ne tombe pas, me direz-vous ? Et bien si vous abandonnez votre poste de travail, l'état vous considère comme démissionnaire de la fonction publique, et tire un gros trait rouge sur vos droits à la retraite ! Autant continuer à faire acte de présence donc, et bien plus d'ailleurs car j'ai rarement vu des professeurs aussi motivés à enseigner malgrés les difficultés matérielles de toutes sortes ! Personnellement je leur tire mon chapeau !

Si les professeurs sont fidèles au poste, l'intendance en général ne suit pas. J'ai ainsi vécu lors de mon séjour la pénurie de papier, l'absence de chauffage en hiver (5°C en amphi), l'obsolescence du parc informatique et du matériel d'enseignement en général, la décrépitude des sanitaires... Si la scène des toilettes de "Trainspoting" vous dégoute, sachez qu'il y a bien pire ! J'en fait encore des cauchemards, et pourtant j'ai le coeur bien accroché...

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 14:04

Criminalité et sécurité

Dans un pays où tout file à veau l'eau, la criminalité doit être endémique, me direz-vous ? La réponse est mitigée. La guerre des mafias est une réalité : la défense d'un territoire conduit souvent à des bains de sang. Mais les règlements de comptes entre mafias (ou politiciens) relèvent du confidentiel. Le citoyen lambda russe, dans sa vie quotidienne, n'est presque jamais confronté à la violence. Les phénomènes de délinquance tels que nous les subissont en France sont inconnus en Russie. Ce qui m'a frappé à Saint Pétersbourg, c'est, bizarrement, la propreté des murs ! Pas un grafiti ! Parfois le parti communiste ou les anarchistes osent inscrirent un slogan supposé interpeller le citoyen post-soviétique, mais sinon les murs sont immaculés. Un vrai plaisir pour les yeux !

Les actes de délinquance sont à ma connaissance plutôt rares et sévèrement sanctionnés en Russie. Voler à l'étalage ne serait-ce qu'un pain équivaut à 2 ans de prisons, ou plutôt de Goulag. Autant dire que les délinquants en puissance se tiennent à carreau !

La criminalité est essentiellement le fait des mafias, qui se disputent des territoires ou des marchés. L'un des gros fléaux sociaux est la prostitution. Je me suis innocemment rendu dans des boîtes de nuit où 80% des femmes présentes travaillaient... J'ai également été abordé dans la rue par des gamines de 12 ans cherchant à se faire de l'argent de poche... N'étant pas amateur, j'ai toujours décliné ce genre d'offre susceptible de mal finir, mais il faut savoir que lorsque la crise économique frappe la prostitution devient une source de revenus pour beaucoup de femmes (et d'hommes dans une moindre mesure). Autour des prostituées gravite également toute une faune de maqueraux, de souteneurs du dimanche, de gros bras qu'il vaut mieux éviter.

Un autre secteur d'activité des mafias est la drogue. En Russie, c'est drogue dure - comprendre héroine - à volonté ! Idéalement en provenance d'Afghanistan. Les drogués sont plutôt faciles à identifier, connus, et à éviter autant que possible. Ce sont des loques humaines prêtes à tout pour un fix, y compris tuer leur meilleur copain ou leur mère ! Morale : éviter la drogue à tout prix, qu'elle soit dure ou douce ! De toute façon se droguer est incompatible avec le survivalisme !

Un bizness extrêmement rémunérateur consiste à importer des voitures de luxe volées. Il n'est ainsi pas rare de voir des berlines allemandes immatriculées à Frankfort ou Munich arpenter les rues des grandes villes russes. Dans les banlieues des grandes villes on peut faire ses amplettes sur des marchés de voitures officieux aux étalages bien achalandés. Et en cas de contrôle, me direz-vous ? Un billet de 100 roubles balaie tous les problèmes !

La corruption est quasi généralisée. Vous êtes interpellé en état d'hébriété dans une discothèque ? Un billet vous tirera d'affaire ! Vous conduisez comme un malade sans respecter le code de la route et vous faites arrêter ? Idem ! Vous voulez être prioritaire chez le chirurgien ou le dentiste ? Pareil !

Le système est tellement développé qu'on en vient à corrompre sans le vouloir des personnes pour s'assurer leur complaisance en cas de pépin. J'ai ainsi allègrement distribué des billets de 50 roubles aux gardiens de mon foyer, pour m'assurer leur protection en cas d'ennuis à proximité du foyer. Il faut dire que le foyer était gardé par une concierge, 2 gardes armés d'un Makarov (pistolet automatique) dissimulés au rez de chaussé, et un garde armé d'une Kalashnikov placé dans un mirador sur le parking du foyer ! Toutes les entrées et sorties étaient filtrées. Objectif ? Protéger les propriétaires de voiture et les locataires des cambrioleurs et des voleurs.

D'autres secteurs sont particulièrement rémunérateurs : traffic de CD piratés (j'ai trouvé des éditions japonaises très rares de grands artistes internationaux), de logiciels (Windows package pour 2 balles), de films, de parfums de luxe, de contrefaçons, d'armes... Tout s'achète dès qu'on y met le prix !

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 14:04

Approvisionnements divers

Si au début le simple fait de consommer a été problématique, avec le temps j'ai su trouver des sources d'approvisionnement fiables. Pour simplifier, les denrées alimentaires et autres articles de consommation courante se trouvent dans les kiosques, sur les marchés improvisés, les marchés "légaux", et dans ce que j'ose à peine qualifier de supermarchés.

Tout citoyen russe est en mesure, s'il y met le prix, d'acquérir ou de louer un kiosque. Un kiosque, c'est une sorte de cabane de jardin de quelques mètres carrés dans lequel le commerçant fait son bizness. Cela peut être la vente de légumes, de pain, de gâteaux, de matériel hifi, etc. En général les kiosques se trouvent sur les places et les carrefours, dans les zones de passage. La milice (police) y est toujours omniprésente. Je suppose fortement que les propriétaires de kiosques paient des pots-de-vin à la milice ou à la mafia pour bénéficier de leur protection. Un incendie est si vite arrivé ! Acheter au kiosque se fait le plus naturellement du monde, en allant au boulot ou entre deux cours. La qualité par contre laisse parfois à désirer, la vente en kiosque étant parfois le moyen d'écouler de la viande avariée ou de la vodka frelatée (expérience vécue).

L'autre endroit pour faire ses courses, c'est le marché improvisé. En gros, un groupe de personnes se rassemble sur une place ou à la sortie d'une station de métro, étale sa petite couverture par terre, et vend sa récolte de champignons ou de baies, des livres, des journeaux, des médailles à la gloire de Lénine, etc. Le tout ressemble à un vide grenier permanent. Beaucoup font cela en plus de leur activité professionnelle, lorsqu'ils n'arrivent plus à joindre les deux bouts. C'est souvent un signe précurseur de pauvreté, le stade précédent la misère. J'ai ainsi vu un de mes professeurs d'université faire le pied de grue pendant des heures pour essayer de vendre un lustre en cristal à un arrêt de bus... Les vendeurs exercent cette activité en parfaite illégalité, et sont donc à la merci d'un contrôle de police ou d'une razzia mafieuse. Mieux vaut être discret lorsqu'on fait ses amplettes ainsi, à la sauvette.

Mieux organisés, les marchés "légaux" offrent plus de choix et sont mieux gérés. Ces marchés sont en général ceints d'une palissade. On y trouve des boutiques de vêtements, de matériel hifi, des disquaires, des échoppes où se restaurer... La majorité des produits vendus sont issus de trafics. Les CD par exemple sont des copies de très bonne qualité provenant des ateliers de la mafia. L'ordre règne sur ces marchés, le perturbateur étant impitoyablement expulsé manu militari. C'est également l'endroit idéal pour se procurer du matériel "spécial" sur commande (armes par exemple), si tant est que l'on soit intéressé. Ce genre d'endroit est sûr, mais attire énormément de faune. Y accéder requiert donc un minimum de prudence.

Depuis la chute du rideau de fer, des sortes d'entrepots répondant au doux nom de "Univermag" proposent des services identiques à nos supermarchés traditionnels. Pas de biens périssables dans ces endroits : 90% des produits proviennent de l'étranger, souvent d'Allemagne. Le choix est parfois limité : on n'y trouve parfois qu'une marque de mouchoirs en papier ou de yoghurts, selon les arrivages en fait. D'autres
fois on y trouve des denrées totalement exotiques, comme des saucisses de phoque ou de renne ! C'est le moyen le plus simple de se procurer des produits d'importation de consommation courante.

Des magasins légaux plus "traditionnels" existent également, bien sûr, mais leur mode de fonctionnement, héritier de la période soviétique, est parfois des plus bizarres. Pour faire simple, on se présente d'abord à la caisse, et l'on indique à la caissière ce que l'on veut acheter. On paie, et muni de sa facturette on court se présenter à une vendeuse faisant le pied de grue devant ses étagères pour récupérer son achat. En période d'afluence la chose peut facilement tourner au cauchemard ! Par contre ces magasins proposent souvent des produits "made in Russia" de qualité acceptable (enfin... solides) à prix modique.

Enfin, dans les grandes villes, on trouve facilement des magasins calqués sur le modèle occidental où les articles se paient au prix fort. Bien souvent une pléthore de ravissantes vendeuses s'occupe de conseiller judicieusement le client dans ses achats.

Les rues sont en outre envahies de vendeurs plus ou moins autorisés de nourriture à emporter : hot-dogs, hamburgers, glaces (même et surtout en hiver par -30°C), Kvas (sorte de soda à base de pain noir fermenté, excellent), "pirojki" (gâteaux fourrés au chou, à la viande, aux pommes), lait... On y trouve également des fleuristes (les fleurs viennent de Hollande et tiennent 24 heures si l'on s'en donne la peine), des marchands de souvenirs, etc. La nourriture peut parfois sembler suspecte, mais globalement on parvient à se nourrir à très bon marché sans risquer la salmonellose à chaque repas. Toute une population tente de survivre en tirant ses revenus de la rue. De nombreux groupes de musiciens animent les rues par n'importe quel temps. J'ai ainsi eu l'occasion de voir à l'oeuvre le meilleur groupe de musique Dixie (guitare, banjo, clarinette, trombone, contrebasse, batterie) que j'ai jamais vu !

S'il est une chose qui peut choquer l'occidental, c'est le non respect des règles d'hygiène élémentaires pour ce qui concerne l'alimentation. Les infrastructures sont telles qu'il est totalement illusoire d'envisager une quelconque chaîne du froid en Russie. En hiver tout d'abord c'est inutile : la viande reste bien souvent sur le trottoire, par -30°C, le temps que le commerçant l'entrepose dans son magasin. Pendant la douce saison, c'est plus problématique, et il n'est pas rare d'observer sur les étales de la viande bleue, voire carrément avariée. C'est le stade ultime : en général le commerçant soucieux de sa notoriété se débrouille pour fourguer sa viande avant qu'elle n'apparaisse trop suspecte, sous forme de viande hâchée, de pâté cuit ou de farce. C'est ainsi qu'on devient rapidement végétarien : toute viande paraît suspecte, autant alors l'éviter. Le poisson quant à lui est consommé fumé ou sêché, jamais frais. Bien sûr il y a des exceptions. Les adresses où se procurer de la viande fraîche sont connues, mais la consommation de viande se fait essentiellement via des produits transformés.

Le régime alimentaire est peu varié et varie selon les saisons, en fonction des arrivages de légumes sur les marchés. La base est constituée de pain, de fromage type Gouda, de pomme de terre, de chou, de choucroute, de "pielmenis" (raviolis sibériens), de salami, d'oignon, de tomate, de poivron, de cornichon, de betterave. Côté fruits on trouve des pommes, des poires, des baies diverses et variées. A cela s'ajoute les biscuits et pâtisseries (pas toujours très bonnes) et les bonbons. Le poisson se trouve quant à lui fumé ou sêché, rarement frais. Pour ceux à qui ce régime ne convient pas, il reste bien sûr le McD* sur la Nevskii Prospekt !


Vie nocturne

Avec un soleil qui se lève à 10:00 et se couche à 15:30 en hiver, la vie nocture commence parfois très tôt, du moins à Saint Pétersbourg ! La ville regorge de bars et de clubs, parfois clandestins, parfois ayant pignon sur rue, et souvent à l'existence éphémère. Ces "lieux de perditions" sont des scènes privilégiés pour toute la faune artistique russe. Les artistes sont souvent très doués - le moindre DJ de seconde zone ayant souvent des années de conservatoire derrière lui (pour ceux que j'ai rencontrés). Avec le temps, on s'aperçoit que certains endroits n'accueillent que des russes. Le service y est minimal et la qualité des consommations plutôt médiocre. En contrepartie, l'entrée ne coûte que quelques roubles. Des endroits plus huppés font une sélection par l'argent. L'entrée dépasse souvent les 50 roubles (le tiers d'une pension de retraite de base), le service est très professionnel et de qualité. Viennent ensuite les endroits "interlopes" et indéfinissables : bars tenus par la mafia à l'atmosphère lourde, night clubs réservés aux expatriés (il suffit de présenter un passeport - les russes sont refoulés sans pitié) où 99% de la population féminine y exerce en fait son activité professionnelle, usines désaffectées transformées en pistes de dance géantes et contrôlées par la milice...

Si l'on cherche à s'amuser et à éviter la déprime consécutive à la nuit quasi permanente en hiver, ces endroits sont très agréables. On y fait des rencontres singulières, que ce soit l'industriel sibérien en goguette ou la péripapétitienne émêchée en quête d'une oreille attentive à qui conter sa vie... Les bagarres y sont très rares : le service d'ordre à la russe est toujours très musclé (j'ai vu un russe refoulé d'une boîte et un peu trop insistant se faire littéralement hâcher menu par les videurs), et la milice surveille certains endroits. Contrepartie parfois gênante : si vous êtes étranger, seul et émêché dans une boîte, vous avez de grandes chances d'être séquestré dans une "cellule de dégrisement" quelques heures, le temps de vous faire racketer par le service d'ordre ou des flics véreux !

En été c'est pire : la fête est non-stop, les "nuits blanches" faisant que le soleil ne se couche jamais pendant les mois de juin et de juillet.

En dehors des lieux de débauche, la vie culturelle est également très développée : ballets, théâtre, opéras, concerts. Moi qui suis plutôt inculte, j'y ai vu les plus beaux spectables qu'il m'ait été donné de voir. L'ambiance y est loin de ce que l'on peut observer en France, où des snobinards paient 150 euro la place pour voir un ballet de danse contemporaine imb*table - je pourrais citer "Nosferatus", un machin sans queue ni tête vu à Paris lors d'un moment d'égarement. En Russie, le classique prédomine, et à des tarifs défiant toute concurrence. Une place au 1er rang pour assister à un ballet réputé comme "Roméo et Juliette" revient à 35 euro, soit moins de 3 euro après la dévaluation du rouble. Mais attention : ce tarif s'applique uniquement aux russes (ou à ceux qui se font passer pour tels). Un couple d'américain venu chercher ses tickets à la caisse était par hasard devant moi : la place leur à coûté 75 dollars...

Je pense personnellement que cette démocratisation de la culture est une excellente chose : nombre de famille manifestement en difficulté financière peuvent, grâce à cette politique, se payer du divertissement à moindre coût.

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 14:05

Paupérisation généralisée

La libéralisation soudaine du marché et l'adoption d'un capitalisme sauvage comme politique économique après la chute du rideau de fer à bouleversé en profondeur la vie de tous les russes. Nombre d'entre eux vivaient en effet aux crochets de l'état, occupant des emplois inutiles et totalement improductifs. Quand les usines ont fermé, il a bien fallu se reconvertir ou sombrer dans la misère. La plupart des citadins ont trouvé des emplois dans le commerce ou l'artisanat (plombier, électricien... ces corps de métiers étant en plein boom). Pour d'autres la transition s'est faite dans la douleur, et l'on ne compte plus le nombre d'alcooliques, de drogués, de sans-abris qui hantent les faubourgs. Il n'y a quasiment pas de classe moyenne en Russie : soit l'on est très riches, soit l'on est pauvre et on lutte au quotidien pour subvenir aux besoins élémentaires, soit l'on est très pauvre et une dose quotidienne de vodka annihile toute volonté de s'en sortir. Moralité : seuls ceux doués d'un sens développé de l'adaptation s'en sortent.

Des légions de SDF, d'orphelins, d'enfants en fugue et de gens du voyagent occupant les rues avec une notion toute relative du respect des lois, les autorités ont adopté des mesures radicales pour limiter les nuisances imputables à ces populations. Des camions les ramassent régulièrement dans la rue, et les emmènent dans la forêt à plus de 200 kilomètres de la ville. Le temps que tous ces gens revienent par leurs propres moyens, et la situation dans la ville redevient normale pour quelques semaines.



Retour à la terre général

Une des mesures socialement salvatrices de l'ère soviétique a été la création du lopin de terre, attribué à tout citoyen russe. Cette mesure a littéralement permis d'éviter le retour de la famine dans un pays ou la propriété privée était interdite et l'état chroniquement déficient. Un lopin de terre n'est pas très gros, mais permet bien souvent de nourrir une famille entière à l'année. Un abri de jardin construit sur place fait bien souvent qu'on y passe ses vacances, à cultiver cornichons, tomates et pommes de terre. Les transports en commun de Saint Pétersbourg voient ainsi défiler un flux constant de ruro-citadins faisant la navette entre leur appartement et leur lopin en campagne, et équipés de sacs-à-dos remplis d'outils ou de fruits et légumes divers et variés. Les plus adroits parviennent à revendre une partie de leur production, dont une grosse partie est mise en conserve pour permettre une consommation à l'année.

Les bois sont également une source d'approvisionnement traditionnelle en Russie : baies et champignons sont récoltés par des armés de cueilleurs. Les pêcheurs sont légions. En hiver les journaux rapportent régulièrmeent des histoires de pêcheurs partis pêcher sur la banquise et se retrouvant, après avoir bien souvent abusé de la vodka, en perdition plusieurs jours durant sur un iceberg à la dérive !

Les conditions de vie des ruraux sont plus rudes : tout manque ! Le sucre vient en tête des produits dont le manque se fait cruellement sentir. Se procurer des vêtements, des provisions, des médicaments, etc, implique de faire des kilomètres jusqu'au bourg le plus proche. Pas facile à l'intersaison, quand les routes se transforment en bourbiers ! Et cela suppose également d'avoir un véhicule en état de marche... Vivre à la campagne présente toutefois quelques avantages :
- la criminalité y est limitée et peu organisée,
- produire sa subsistance est possible et permet même de faire des bénéfices si revente sur les marchés,
- on peut chasser / braconner sans trop de soucis,
- l'environnement y est plus agréable,
- se chauffer (au bois) en hiver par -35°C sans être tributaire d'un quelconque fournisseur est appréciable.


Environnement

Autant dire que l'environnement devient vite le parent pauvre en période de crise, faute de crédit. C'est notamment le cas en Russie, où la surabondance des ressources et l'immensité du territoire font que les règles environnementales les plus élémentaires sont mises au placard afin de parer au plus pressé. C'est ainsi que la région de Saint-Pétersbourg reste alimentée en électricité par une centrale nucléaire identique à celle de Tchernobyl, dont la sécurité n'est plus à démontrer ! Le lac Ladoga, qui alimente en eau la ville, est menacé par une pollution chimique de grande envergure, les usines chimiques du coin y déversant sans vergogne leurs déchets toxiques.

Le ramassage des déchets et l'entretien de la voirie ne sont assurés que dans le centre ville, qui attire énormément de toursites. L'entretien du reste de la ville incombe à la population, qui se débrouille du mieux qu'elle peut pour maintenir les infrastructures et les conditions sanitaires à un niveau correct. Pratiquement cela se traduit par l'incinération sauvage des poubelles dans les arrières cours, et un recyclage forcené de tout ce qui peut l'être : verre, papier, carton, sacs plastiques, vieux objets pouvant être revendus sur un marché, etc. Au final, et si l'on excepte le dérangement ponctuel dû à l'incinération des ordures ménagères, la moindre banlieue parvient à rester propre.

Concernant la pollution visuelle, elle est quasiment inexistante, exception faite de la publicité. L'ordre règne, et le "hooligan" se risquant à peindre un grafiti sur un mur risque fort de se faire tirer les oreilles par une babouchka. Seuls quelques slogans politiques du parti communiste ou du parti national-bolchevique parsèment parfois les murs... La publicité (non Kraveunn, pas vomir) est par contre omniprésente, en grand format sur les avenues. Mais la situation est telle que seules les grandes marques parviennent à financer des campagnes publicitaires de grande envergure.


"ça plane pour moi !" - Alcoolisme

Qui reste quelques semaines en Russie devient inexorablement un alcoolique. C'est un triste constat mais avéré. L'alcool est partout : chez les SDF qui campent dans les jardins publiques et qui s'évadent à grands verres de vodka, chez les russes de la classe moyenne pour qui la vodka et la boisson festive par excellence, chez les dirigeants et les personnalités pour qui la vodka est une épreuve de courage, le vrai chef étant celui qui tient le mieux l'alcool. Autant dire tout de suite que mes débuts ont été lamentables, malgré les restes de mon entraînement militaire : 2-3 verres et je finissaient sous la table. Après un semestre, une bouteille de vodka ne me faisait plus rien, sinon m'entraîner dans une agréable somnolence (la vodka ne rend pas malade mais endort, pour ceux qui n'en auraient jamais abusé).

Les russes accusant de nombreuses années de pratique derrière eux ont une résistance hors du commun, femmes incluses. Quelle que soit la classe sociale, quel que soit l'âge, le russe tient l'alcool mieux que quiconque ! Le phénomène est tel, qu'un professeur d'université n'a pas hésité à sortir une bouteille de vodka de son bureau à l'issue d'un exposé devant une commission d'examen, à ma plus grande stupéfaction.

Dans la rue c'est pire : des alccoliques invétérés arpentent les boulevards en mendiant, afin de se payer leur bouteille quotidienne. Malheur à qui les écoutent : ces gens s'accrochent à vos basques tels des morpions jusqu'à ce que vous leur cédiez quelques roubles !

Bien sûr, pour passer d'un extrême à l'autre, on rencontre également des russes ne touchant pas à l'alcool !

L'alcool est une véritable monnaie d'échange. Dans les bars, le solitaire aisé se paie une bouteille de vodka et invite filles et garçons voulant boire avec lui. C'est une façon de créer des liens entre les individus. Mais là encore, l'individu commettant des excès se révèle rapidement un boulet de premier ordre. Toute une mafia gravite autour du marché de l'alcool, au point que les cachets officiels scellant toute bouteille de vodka sont souvent imités, le contenu de la bouteille pouvant alors se révéler mortel. De nombreux russes amateurs de vodka frelatée finissent au mieux malades, au pire aveugles ou au cimetière.

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 14:05

Transports

Qui ne possède pas de voiture dans une grande ville russe n'est pas un blaireau pour autant ! Se déplacer ne constitue pas un gros problème dans une grande ville comme Saint-Pétersbourg. Le réseau de transport (tramway, bus, trolley-bus, métro, train), hérité de l'ère soviétique, est relativement bien développé. Le confort par contre laisse complètement à désirer. Et l'affluence est telle que bien souvent il faut voyager debout. A noter que Saint Pétersbourg possède le métro le plus profond du monde. Les escalators font plus de 200m, la descente durant 5 bonnes minutes. Une employée installée dans une vigie en bas des escalators s'assure d'ailleurs en permanence que tout se passe bien. Une fois "au fond", on peut s'extasier sur la propreté des lieux (pas de grafitis ni d'ordures sur le sol), et admirer l'épaisseur des portes blindées censées transformer tous le réseau souterrain en bunker anti-atomique !

Qui possède un peu d'argent peut bien sûr préférer rester en surface et choisir la voiture. Vu les conditions climatiques et l'état des routes, mieux vaut alors opter pour une voiture locale (Lada, Jigouli, Gaz...). Si elle ne répond à aucun critère occidental en matière de sécurité, de confort et de respect de l'environnement, elle sera par contre suffisemment rustique pour vous transporter d'un point A à un point B à l'abri des éléments et au chaud. Pour le reste, mieux vaut savoir s'en passer !

Avec un peu plus d'argent, on peut acquérir un véhicule occidental, parfois volé en Europe de l'ouest et à peine camouflé (certaines Mercedes sillonnent les rues avec leur plaque allemande d'origine). C'est le genre de plan pourri à la base nécessitant un minimum de revenus pour graisser la patte aux miliciens lors d'un contrôle routier, mais ce n'est pas si rare que cela. Il existe d'ailleurs des marchés de l'occasion où les véhicules volés se vendent au vu et au su de tous.

Enfin les plus riches se paient directement une voiture "de l'ouest", importée, allemande si possible, de forte puissance et 4x4. Plus le statut social est élevé, plus le véhicule est luxueux. Le plus problème récurrent des véhicules d'importation est leur manque de fiabilité en conditions extrêmes (le plastique se fend à partir de -30°C, le liquide batterie et le lave-glace gèlent, l'huile moteur se fige...). Ajoutons à cela la propension du russe à une certaine "brutalité" avec le matériel, et on explique le succès constant des véhicules locaux, à la maintenance aisée et peu coûteuse.

Contrairement à la ville, un véhicule est indispensable à la campagne, ne serait-ce que pour éviter le repli sur soi.

Un métier en vogue parmi les automobilistes russes est conducteur de taxi. Tout conducteur russe possédant un véhicule est un taxi en puissance. Pour le piéton c'est simple : il suffit de se mettre au bord d'un trottoir, de faire un signe de la main aux voitures, et en général quelqu'un finit par s'arrêter rapidement pour vous demander où vous aller et se proposer pour vous y conduire. Au préalable, il faut convenir d'un prix, qu'on règlera une fois à destination. Attention, il n'est pas rare la nuit de tomber sur des conducteurs bourrés ou complètement flippés après 36 heures sans sommeil, appât du gain ou famille à nourrir oblige !


La santé

Avec la dégradation des conditions d'existence et la déroute de l'économie socialiste, le secteur de la santé sort en lambaux de la période communiste. Le secteur publique, ruiné, manque cruellement de moyens. Le secteur privé par contre, en plein essor, offre des services 5 étoiles contre espèces sonnantes et trébuchantes. Certains secteurs de la médecine russe reste à la pointe du progrès, et sont même leaders mondiaux : chirurgie oculaire, traitement des addictions... Mais l'homo ex-sovieticus n'y a que difficilement accès. Pour lui, il reste les kiosques-pharmacies où l'on trouve des médicaments et du matériel médical, sans ordonnance, mais à l'origine indéterminée. Une consultation chez un médecin implique de prévoir une "gratification monétaire" si l'on souhaite un avis éclairé sur ses maux et un traitement efficace. Et la corruption se poursuit à l'hôpital et jusqu'aux pompes funèbres. Elle n'est pas systématique, loin de là, mais elle ouvre beaucoup de portes et simplifie énormément les choses.

Le dentiste est, d'après ce que l'on m'a raconté, un sadique pathologique qu'il vaut mieux éviter. Les rages de dents se soignent donc à la vodka, de même que les carries, les infections, les abcès, etc. La vodka est d'ailleurs le remède universel à tous les maux, quelle que soit leur origine...

Les services d'urgence (SMUR, SAMU) étaient il y a 10 ans quasi agonisants, faute de moyens. Depuis, la situation a dû s'améliorer.


Comment vivre en temps de crise ?

Mon expérience ne vaudra jamais celle d'un russe ayant vécu la situation et vu fondre une partie de ses économies placées en banque. S'il est toutefois une grande règle à respecter et valable quelle que soit le pays : ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Les gros perdants de la crise de 1998 ont été les épargnants ayant placé leur argent dans les banques russes : en quelques jours leur capital aura perdu 2,5 fois sa valeur par rapport aux autres monnaies, ce qui est quand même gênant lorsqu'on importe une grosse partie de ses produits de consommation. Ceux qui avaient converti une partie de leurs économies en dollars ou en Marks ont pu limiter la casse.

Après quelques jours de flottement, l'état a bien entendu rétabli un minimum d'ordre pour limiter lui aussi la casse. Concrêtement cela s'est traduit par le gel des pris des produits de première nécessité (pain, sucre, huile, produits laitiers...). La troupe quant à elle a été mobilisée pour rentrer les récoltes. Pour limiter les désordres sociaux, les manifestations ont été sévèrement encadrées. De ce que j'ai vu, les appels à la manifestation - voire au coup d'état - lancés par les différentes factions politiques (communistes, anarchistes, nationaux-bolcheviques, retraités...) ont eu peu de succès, les russes ayant bien mieux à faire. Car en temps de crise, la course à l'argent devient vite l'activité principale !

La totalité des banques limitent en effet les retraits monétaires, pour enrayer la fuite des capitaux vers des devises plus stables (dollar, franc suisse, mark...). Les russes ayant un bas de laine bien garni de roubles chez eux se sont rués sur les bureaux de change - il y en a un dans chaque rue - pour acheter des devises à des prix scandaleux. D'autre se sont débrouillés pour vider au plus vite leurs comptes tant que c'était possible, afin de convertir l'argent en produits de consommation ou en devises. Certaines banques étrangères ont carrément fermé, comme la banque American Express par exemple, au grand damne des américains présents dans la ville. Les retraits aux distributeurs ont été limités à 40 roubles maximum par retrait. C'est très pratique lorsqu'on doit payer un loyer de 1100 roubles par mois ! Les distributeurs ont de toute façon été rapidement vides... Ce qui m'a sauvé la mise, c'est l'existence d'une banque ouverte aux étrangers, en échange du passeport. Entrée hautement sécurisée, gardes armés en gilets pare-éclats, fouille, guichet blindé... dès qu'il est question d'argent, on ne mégote pas avec la sécurité !

Pour l'immense majorité des russes n'ayant pas accès à ces facilités, la question monétaire s'est réglée via l'achat et la revente de devises, et la débrouille au quotidien, en ne consommant par exemple plus que des produits locaux aux prix fixés par le gouvernement ou la production du lopin de terre.

Dans ces conditions, vivre au quotidien relève du défi. Chacun est à l'affût d'une bonne affaire, d'un bon plan, d'une source de revenus quelconque. La présence de touristes dans la ville facilite les choses. Le plus honnête proposera ses services pour jouer le guide, le traducteur, l'hôte. Le malhonnête choisira quant à lui le vol à l'arrachée ou l'arnaque aux billets de lotterie, voire pire.


Enseignements

Observateur de la crise financière de 1998, j'ai pu tirer quelques leçons de mes observations :
- un jardin est un bien précieux,
- diversifier ses investissements permet de limiter la casse,
- le cash est roi,
- l'argent achète tout et ouvre toutes les portes, autant en avoir beaucoup !
- l'argent doit circuler rapidement en période de dévaluation, pour limiter sa perte de valeur,
- les addictions (drogue, alcool) ne sont pas une solution et ne contribuent au contraire qu'à faire empirer les choses,
- a contrario, le marché des addictions peut être une grosse source de revenus, pour peu qu'on mette sa morale de côté,
- avec de l'ingéniosité, tout se répare ou trouve une utilité quelconque,
- s'accrocher à de quelconques "avantages acquis" en période de crise et croire en la puissance de l'état est une grosse erreur : l'état brille parfois par son absence !
- on ne peut compter que sur soi-même en toute circonstance, sur les autres occasionnellement et moyennant souvent contrepartie.

Voilà en gros ce que pourrait retenir le survivaliste d'une expérience de ce type.


Conclusion

Ces 7 mois en Russie ont été une excellente expérience pour moi, parfois spartiate, souvent déroutante, mais riche en enseignements de toutes sortes, que ce soit sur ce pays magnifiques, ses habitants chaleureux et sympathiques, ou sur le comportement de cet animal social qu'est l'homme en temps de crise. Bref une expérience à renouveler !


Dernière édition par Rammstein le Lun 2 Juin 2008 - 8:41, édité 1 fois

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Petrus16 le Mar 31 Juil 2007 - 14:36

Excellent Rammstein! cheers
Une expérience riche d'enseignements!

Au moment de la crise financière, comment les gens voyaient leur avenir proche? Est-ce qu'ils pensaient que ça allait s'amméliorer ou au contraire que la FIN était proche?
En tout cas chapeau d'être resté là-bas aussi longtemps.

Petrus.

Petrus16
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 1640
Age : 44
Date d'inscription : 14/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 15:07

L'avenir proche paraissait sombre pour beaucoup, surtout sur le plan collectif.

Il y avait beaucoup de remarques du style : "ca y est, on est devenu un pays du tiers monde", "adieu les joghurts allemands, je vous aimais bien", "les américains vont racheter notre industrie pour une bouchée de pain"...

Les gens craignaient en outre un coup d'état venant d'ex-communistes ou du parti national-bolchévique, qui entretient toujours des relations étroites avec des groupes para-militaires totalisant plusieurs milliers d'hommes. Il y a eu coup sur coup plusieurs manifestations importantes (plusieurs centaines de milliers de participants - moins qu'escompté) et la tension était vraiment perceptible, la milice craignant de gros débordements et des pillages.

Sur le plan individuel, cette crise faisait partie des impondérables qui parsèment la vie des citoyens russes depuis plusieurs décennies. Pas de catastrophisme donc, les gens ayant l'habitude de ne compter que sur eux-même et leur débrouillardise. Beaucoup disposaient alors d'un pécul en dollars, pour les coups durs. Mais la grosse majorité a perdu de l'argent et a vu ses conditions de vie se dégrader.

Une blague qui m'avait bien plu à l'époque :

"Alors que la crise financière bat son plein et que le rouble n'en finit plus de chuter, deux banquiers discutent :
- Tu arrives à dormir, toi, avec tout ce qui se passe ? demande l'un
- Comme un bébé !, répond l'autre. Je me réveille toutes les heures et je pleure..."

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Petrus16 le Mar 31 Juil 2007 - 15:16

Pour la même période:
- La différence entre un dollar et un rouble?
- Un dollar.

Petrus.

Petrus16
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 1640
Age : 44
Date d'inscription : 14/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 15:56

Franchement à l'époque il y avait pire chez le voisin biélorusse : monnaie convertible uniquement en roubles, à un taux scandaleux !

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Yann-K le Mar 31 Juil 2007 - 16:47

J'ai des amis russes et j'y suis allé quelques temps en 2001. Ce qui m'avais surpris, c'était la possibilité de retirer des dollars ou des roubles dans les distributeurs.
L'ami chez qui je logeais habitait dans la banlieue de Saint-Petersbourg et ça ressemblait à la zone, sorte de grands terrains vagues avec des poubelles et des voitures abandonnées au milieu. Il était au 8e étage d'un grande tour. Pour accéder chez lui, on devait ouvrir une porte ferraillée artisanalement à son étage pour accéder au palier depuis l'escalier ou l'ascenseur. Puis il avait deux portes pour accéder chez lui, la première en métal, faite maison, et l'autre, normale. Il habitait avec sa femme, ses deux enfants (d'une 20aine d'années) et sa mère dans un 2 pièces cuisine. Et il m'avait expliqué qu'il ne s'en sortait pas trop mal car, même si lui ne touchait que de façon très épisodique son traitement de fonctionnaire, sa femme avait beaucoup moins de problèmes : elle travaillait au service des impôts, où ils avaient moins de problème, l'administration voulant s'assurer qu'ils faisaient leur boulot au mieux.
Moralité : si vous êtes fonctionnaires , travaillez plutôt aux impôts !
PS: Tu as vraiment aimé le Kvas, Rammstein ? On pouvait en trouver pendant quelque temps en France, vers la fin des années 80. Personnellement j'ai détesté ça !

Yann-K
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 20/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 17:07

J'adoooore le Kvas ! Et le Yorsh aussi (bière + vodka), malheureusement... DDF

J'ai essayé de faire mon Kvas artisanal, mais ai lamentablement échoué. On s'en sert également pour confectionner des soupes froides et chaudes, des sauces...

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Kvas est une sorte de jus de pain noir fermenté et parfois sucré (soda).



On en trouve directement auprès des marchands ambulants :



Pétrus : faut absolument que tu essaies !

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Yann-K le Mar 31 Juil 2007 - 17:20

C'est LA boisson des non-alcooliques là-bas, bien plus que le Coca Cola.
Pour les addicts de l'achat en ligne, c'est 3,50 € les 2L :
http://www.kalinka-shopping.com/product_info.php?products_id=756&osCsid=9b6a8151b2f6b402830deff41adbb066

Yann-K
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 20/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par splotch le Mar 31 Juil 2007 - 17:35

Merci pour cet éclairage !

Il conforte l'idée qu'un crash politico-économique n'est pas un redémarrage de zéro (retour à la Nature vierge d'antan) mais une continuation de l'existant dans des conditions fortement dégradées.

Y a t-il eu exode vers les campagnes ?

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 31 Juil 2007 - 18:44

Non, pas d'exode vers les campagnes, mais plutôt vers les villes. La fin du communisme s'est accompagnée d'une explosion du chômage. Le meilleur endroit pour trouver du boulot - honnête ou pas - reste la ville.

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par splotch le Mar 31 Juil 2007 - 19:22

Comment expliquer que c'est le sucre qui manque en premier ? Fabrication de vodka ?

Pour les survivalistes stockeurs fous, c'est plutôt une bonne nouvelle. Le stockage est sans risque, pas cher et permet de se faire des amis chez les futurs bouilleurs de cru, profession à l'abri du besoin lors des crises Laughing

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mer 1 Aoû 2007 - 8:10

Je crois plutôt que c'est dû à un problème de production de betterave sucrière :
- sois les surfaces cultivées sont insuffisantes par rapport au besoin suite au démantellement des Kolkozes et Sovkozes,
- sois il manquait des bras et / ou du matériel pour effectuer la récolte (l'armée était régulièrement mobilisée pour écolter les patates),
- soit il manquait des raffineries en état de fabriquer du sucre.

Tout le sucre que j'ai consommé provenait de Chine. Mais son intérêt est évident : fabrication d'alcool, confection de confitures et de sirop pour conserver les fruits, de gâteaux pour les enfants, etc.

Dans les campagnes reculées c'était même devenu une monnaie d'échange.

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Yann-K le Mer 1 Aoû 2007 - 8:18

Un autre truc sur les campagnes, c'et qu'il ne faut pas imaginer que des datcha en bois. Parfois on arrive aux abords d'une forêt et il y a des immeubles assez hauts, au milieu de nulle part, implantation soviétique en zone rurale. C'est très loin du petit village/hameau. C'est plutôt la zone transportée au milieu de rien.

Yann-K
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 20/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Telimectar le Lun 6 Aoû 2007 - 1:49

Vraiment très instructif, et tous mes respects pour cette aventure audacieuse...

Mais quelquechose me titille en te lisant...l'Etat était maintenu...par la force c'est certain, et par la banque mondiale? etc... mais si les principaux partenaires économiques de la russie l'avaient laché? Et si quelques bonnes devises n'entraients grâce aux hydrocarbures? Et si les transports avaient étés stoppés dans tout le pay?...

Dans le cas d'un PO on entrerait au bout d'un moment dans une autre phase, et ce qui m'intéresse, c'est comment un Etat ne comptant que sur lui aurait pu survivre à cette crise? En combien de temps selon toi des factions auraient pu mettre à bas l'Etat russe?
(lol dsl question de .... mais j'aime trop les hypothèses et les scénarii...)

________________________________________________________
J'ai beaucoup étudié les philosophes et les chats. La sagesse des chats est infiniment supérieure.
Hippolyte Taine

Telimectar
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 728
Age : 34
Localisation : Haut Ariège
Emploi : Moujik
Loisirs : obéir au chat
Date d'inscription : 09/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Lun 6 Aoû 2007 - 8:44

A la fin des années 90 l'état russe était très endetté. Les dettes provenaient surtout de la transition vers l'économie de marché, la rénovation complète des infrastructures (surtout à Moscou, le reste du pays étant souvent abandonné à lui-même), le paiement des importations, le solde des comptes avec les ex-républiques soviétiques, etc. Si les partenaires économiques avaient lâché, l'état aurait tout simplement proclamé la "démocratie populaire" pour museler la population, et réactivé ses vieilles usines pour produire des biens vitaux, comme du temps de l'ère soviétique.

Depuis le début des années 2000, grâce au gaz, au pétrole, aux métaux précieux, aux armes... la situation s'est bien améliorée. La Russie a soldé sa dette au FMI avec plusieurs années d'avance, et affiche un taux de croissance de 4-5% par an.

Pour faire face au PO la Russie est plutôt bien pourvue par la nature, étant un pays producteur de pétrole. L'arrière pays est très riche. La Russie représente 40 fois la superficie de la France, pour une population 2,5 fois plus nombreuse à peine. Cela laisse de bonnes perspectives pour exploiter les quelques réserves de pétrole et de gaz non découvertes, et mettre en place une politique de développement des biocarburants si nécessaire à plus long terme. Des pénuries seraient peut-être à redouter localement, mais la situation sera bien pire chez nous, et bien plus tôt !

Je crois que la Russie, ainsi que l'Amérique du Nord, sont les mieux armés pour faire face au PO. Leurs réserves leur donnent en effet un sursis précieux pour anticiper les problèmes, et surtout voir comment nous allons les régler !

Mon avis à 2 francs clind'oeil

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Jeu 9 Aoû 2007 - 10:06

C'est justement pour "traiter" ces problèmes aux frontières que le leader nationaliste Jirinovsky préconise des bombardements nucléaires préventifs sur les républiques du Caucase et la Chine !





Manifestement il a déjà une bombe atomique sous la main ! wub

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Lun 24 Sep 2007 - 9:13

Un des signes précurseur de la paupérisation de la population, c'est l'apparition d'éboueurs improvisés qui cherchent leur pitance ou des objets à récupérer dans les poubelles publiques. En Russie, le sport national des retraités (retraite mensuelle moyenne de 350 roubles = 150 euros en 1998) consistait à chercher des bouteilles consignées et des métaux dans les ordures pour se faire un peu d'argent.

Manifestement le filon vient d'être découvert en Allemagne, vu le nombre de personnes âgées qui font les poubelles dans mon coin ! Pourtant j'habite dans une région "riche", où les bouteilles sont toutefois consignées...

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Yann-K le Mar 25 Sep 2007 - 12:53

Le week-end dernier, j'ai vu des amis russes (de Saint-Petersbourg et de Magnitogorsk). Un d'eux a une boîte d'ingéniérie mécanique. Il m'a dit que désormais il travaille essentiellement avec les Biélorusses car en Russie c'est très dur de faire du business de façon franche et honnête. C'est plus simple dans les pays voisins (pays baltes aussi) car la corruption y est moins omniprésente.
Par contre, ils avaient l'air de dire que la situation s'améliore grossièrement (ou alors ils se sont habitués) par rapport à il y a 10-15 ans.

PS:
@Petrus : Et ils avaient amené de la vodka au piment. Ca fait comme dans "Les bronzés font du ski", il y a des petits bouts qui tombent quand on goûte, même une toute petite quantité.

Yann-K
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 20/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Rammstein le Mar 25 Sep 2007 - 13:15

C'était l'occasion idéale de goûter le "Tchernobyl" : vodka, piment et poivre ! DDF

J'ai globalement le même son de cloche sur la situation en Russie : la situation de la population qui n'a pas lâché la rampe commence à s'améliorer tout doucement. Il faut dire que l'état fait des efforts pour normaliser la situation économique : paiement des salaires et des retraites en temps et en heure, remise en ordre de marche de l'outil industriel, etc. Ceci-dit socialement la Russie reste un pays "dur" : protection sociale quasi inexistante ou héritière du soviètisme et donc dépassée, absence de garde-fous sociaux...

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4997
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par Yann-K le Mar 25 Sep 2007 - 13:19

Sans compter la guerre en Tchétchénie où les jeunes appelés sont envoyés.
Le fils d'un de mes amis a préféré s'engager pour plusieurs années dans la marine que de risquer de s'y retrouver.

Yann-K
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 20/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Russie 1998-1999

Message par splotch le Dim 2 Déc 2007 - 13:20

Dmitry Orlov, un russe qui a vécu le crash soviétique :
Post-Soviet Lessons for a Post-American Century

j'ai pas encore tout lu mais ça a l'air intéressant (en anglais)

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum