Olduvaï
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 ...
Voir le deal
12 €

Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"

3 participants

Aller en bas

Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"  Empty Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"

Message par Catharing Mar 8 Juin 2021 - 21:14

Salut,

1956... zinzin

Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"  5d23393e790f2


« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.
L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle.

Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste.

Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.
Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif.

On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.
On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau.
Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.
Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. »


« Rien ne nous aliène à nous-mêmes et ne nous aliène le monde plus désastreusement que de passer notre vie, désormais presque constamment, en compagnie de ces être faussement intimes, de ces esclaves fantômes que nous faisons entrer dans notre salon d’une main engourdie par le sommeil – car l’alternance du sommeil et de la veille a cédé la place à l’alternance du sommeil et de la radio – pour écouter les émissions au cours desquelles, premiers fragments du monde que nous rencontrons, ils nous parlent, nous regardent, nous chantent des chansons, nous encouragent, nous consolent et, ne nous détendant ou nous stimulant, nous donnent le la d’une journée qui ne sera pas la nôtre.

Rien ne rend l’auto-aliénation plus définitive que de continuer la journée sous l’égide de ces apparents amis : car ensuite, même si l’occasion se présente d’entrer en relation avec des personnes véritables, nous préférons rester en compagnie de nos portable chums, nos copains portatifs, puisque nous ne les ressentons plus comme des ersatz d’hommes mais comme de véritables amis ».

Impossible de ne pas être percuté par l’incroyable actualité de ces lignes… écrites en 1956.
Remplacez « radio » par « smartphone », « émissions » par « podcasts », rajoutez « Netflix » et « réseaux sociaux » à l’ensemble, et observez comme ce texte correspond à la perfection à notre temps.
La puissance de ce texte visionnaire est sans égale.
Déjà, à l’époque, Anders voyait que la croyance dans un salut par le progrès technologique était vaine si cela ne nous permettait pas de nous resocialiser, de nous rapprocher les uns des autres.
Pire, en consommant des loisirs de masse, le travailleur contribue lui même à la standardisation des goûts, des usages, nous dit le philosophe allemand. Les appareils de transmission et les émissions (ou les « contenus » pour être plus moderne) aliènent la singularité de chacun dans un mouvement qui nous rend interchangeables – et donc obsolètes.

________________________________________________________
"Le problème avec ce monde est que les personnes intelligentes sont pleines de doutes tandis que les personnes stupides sont pleines de confiance."
"Quand on se fait vieux, on se réveille chaque matin avec l'impression que le chauffage ne marche pas."
C'est ça le problème avec la gnôle, songeai-je en me servant un verre. S'il se passe un truc moche, on boit pour essayer d'oublier; s'il se passe un truc chouette, on boit pour le fêter, et s'il ne se passe rien, on boit pour qu'il se passe quelque chose.
Catharing
Catharing
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Autre / Ne pas divulguer Nombre de messages : 9521
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Canis Lupus, Ash, un ptit breton, Da, Kyraly et NonoMacbill aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"  Empty Re: Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"

Message par Ash Mar 8 Juin 2021 - 22:28

Gustave le Bon et Francis Parker Yockey s'étaient accouplés ou bien c'est juste une impression ?

Ça rejoint ce que certaines lumières disaient déjà de la plèbe de l'époque mais le constat est accablant, néanmoins, comme dit un certain V. R*ynouard dans un des derniers numéros de R!varol, il ne faut pas confondre la cause de la conséquence ; si ça marche, c'est que ça correspond aussi à une aspiration naturelle d'une majeure partie de la population et d'ailleurs les CSP+ ne sont pas épargnées.

Si on reprend le cycle des Yuga (Indien Védantique) ou des quatre âges de la Grèce antique, en les simplifiant, ça donne ceci :
Age d'or : Des temps difficiles rendent les gens forts
Age d'argent : Des gens forts rendent les temps faciles
Age de bronze : Des temps faciles rendent les gens faibles
Age de fer : Des gens faibles rendent les temps difficiles <- maintenant dans vos foyers

Ce que je veux signifier par là, c'est qu'on peut retrouver ce genre de discours chez Pline l'Ancien sans aucun doute, c'est la nature même de l'homme que de se ch!er dans les bottes quand tout va trop bien...

________________________________________________________
...N'est pas mort ce qui à jamais dort et au cours des ères peut mourir même la Mort... Briarée-Erèbe
Ash
Ash
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5915
Age : 38
Localisation : Stairway to heavens (57)
Date d'inscription : 02/10/2008

Canis Lupus, un ptit breton, Catharing et NonoMacbill aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"  Empty Re: Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"

Message par Philippe-du-75013 Mer 9 Juin 2021 - 7:39

Ash a écrit:.... c'est la nature même de l'homme que de se ch!er dans les bottes quand tout va trop bien...
"...l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu'on a servi. On a voulu épargner l'effort ; on rencontre aujourd'hui le malheur..."




Discours du maréchal Pétain lors de la demande d'armistice. Très probablement écrit par Emmanuel Berl
homme politique, journaliste, historien et essayiste. Emmanuel Berl était le neveu d'Henri Bergson et je vous laisse chercher qui était son épouse: Pour ceux qui l'on connue télévisuellement (son épouse) c' est assez surprenant.

________________________________________________________
"Ne participez pas à l’économie sans nécessité. Achetez aussi peu que possible. Réutilisez autant que vous le pouvez. Réduisez vos besoins physiques. Établissez des plans pour les réduire davantage" (Dimitri Orlov)
Philippe-du-75013
Philippe-du-75013
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 2491
Age : 68
Localisation : IDF
Loisirs : Natation, vélo (déplacements non sportifs)
Date d'inscription : 24/08/2013

Ash, un ptit breton et Kyraly aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas

Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"  Empty Re: Günther Anders, "L’Obsolescence de l’homme"

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum