Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Dr house le Dim 8 Jan 2012 - 21:59

Bonsoir a tous et bonne année 2012 à tous !!!
Comme promis et avec un "leger" retard dont j'espere que vous m'excuserez, voici la partie ou je peux vous etre utile.

Je vous propose d'aller du simple au compliqué et je reste ouvert a toutes vos observations.
Il y aura certainement des digressions, notamment sur la pharmacie que l'on adaptera à mesure.

Prérequis:
1) ce qui suit n'engage pas ma responsabilité.
2) toute copie sans autorisation expresse de tout ou partie de ce qui suit est interdite et pourra faire l'objet de poursuites.



Commençons par:

Chapitre 1: la Plaie simple, antispesie et l'aspesie.

Pour tordre d'emblée le cou aux idées recues, nous allons nous placer dans le cadre d'une plaie simple, peu profonde, qui ne necessite par exemple pas de point de suture (des strips ), ou qui a ete suturée chirurgicalement, le cas d'une plaie de nos jours en situation normale.
Cette plaie est considérée comme étanche six heures après son traitement initial. Les soins à y apporter comportent simplement le nettoyage à l'eau du robinet et au savon doux (l'idéal étant le savon de Marseille, mais il en existe de nombreux autres: Septivon, que les dames connaissent souvent, et toutes les marques de cosméto ont le leur). Le séchage est effectué avec une compresse propre (le stérile est inutile), en tamponnant sans frotter, un pansement propre est confectionné ensuite.
C'est la prise en charge actuellement recommandée pour une plaie standard: il n'y a ni serum physiologique stérile, ni antispetique.
L'objet de cette introduction est de souligner l'importance du nettoyage à l'eau, et en conditions difficiles ce sera LE truc a avoir pour commencer le traitement de la plaie.

Nettoyage donc... à l'eau, si possible avec un peu de pression, sans exagerer pour ne pas accroitre la douleur; un jet de douche par exemple est tres bien, le karcher un peu excessif...

L'interet du savon doux est d'oter les croutes de sang, de lymphe... son pouvoir antiseptique est limité mais une plaie simple n'a pas besoin d'etre rendue stérile. C'est probablement un des grands maux de ces dernières années ou l'aseptisation est de mises dans bien des domaines... On sait pourtant depuis les années cinquante que les bactéries sont indispensables à la bonne cicatrusation, c'est l'éthologie bactérienne. Il est donc inutile voire dangereux de vouloir rendre une plaie stérile; au mieux la cicatrisation est retardée, au pire les antispetiques utilisés, qui ne seont jamais totipotents, éliminent la majorité des bactéries, champignons et autres, créant un déséquilibre qui permet à d'autres bactéries, en général très coriaces, de se développer.
Ce "principe" de vouloir tout éradiquer notamment avec des antibio en masse est à l'origine depuis une vingtaine d'années de l'apparition des fameuse bactéries multi resistantes, sur lesquelles nous avons de moins en moins de solution.

Donc sur notre plaie simple, pas de béta...
Eau et savon et pansement propre.

Digression pharmacie:

les antiseptiques à avoir:
Du gel hydro alcoolique: simplissime d'emploi, tres efficace, il ne sert cependant qu'à l'hygiène, sur des zones sans plaies... sinon aie aie aie...
Au minimum de la bétadine jaune: antiseptique de référence des pros (!), efficace, facile a trouver. Contrairement à une idée reçue, les allergies à la béta sont rares; dans l'inconscient collectif, il y a un amalgame entre les allergies aux produits de contraste iodés et la béta: les premiers sont souvent responsables de réactions allergiques, la béta rarement.
De l'éosine: tres efficace sue les plaies superficielles, notamment les dermabrasions; encore un médiacment passé de mode parce que tres efficace et pas cher... on lui reproche de colorer la peau et ainsi de ne pas permettre l'examen d'une plaie. En conditions difficiles, cela n'est pas de mise.

La béta rouge à peu d'interet a mon avis: c'est un savon. Donc pour la plaie propre, autant avoir du savon de marseille ou autre qui permet par ailleurs l'hygiene. En préparation a une vraie asepsie, avant chirurgie, c'est discutable en conditions difficiles.

Eau oxygénée: l'eau oxygenée est un antispetique dont l'interet majeur est... l'oxygene... Il apporte donc dans la plaie un surcroit d'oxygene, tres mal toléré par certaines bactéries qui vivent sans, appelées anaérobies, et qui meurent donc a son contact. Or ces bactéries, souvent responsables des phénomènes de gangrènes, sont tres fréquentes dans les sols, et donc courantes dans les plaies que l'on se fait dans la nature. Par ailleurs, l'eau oxygnénée a un carctere moussant qui permet en pratique de faire remonter la plupart des débris et autres corps étrangers a la surface de la plaie, et, ainsi, de faciliter le nettoyage. En revanche son application sur une plaie profonde est assez douloureuse, il faut donc la manier avec précaution. C'est un produit tres utilisé en traumatologie de brousse, pour nettoyer les plaies souillées de terre, d'herbe... avant le parage chirurgical. Un auxillaire precieux en conditions difficiles.


Dernière édition par Dr house le Dim 19 Fév 2012 - 17:28, édité 5 fois

Dr house
Membre

Masculin Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par blood le Dim 8 Jan 2012 - 23:46

Intéressant, est-ce que c'est pareil pour les brulures légères ?

je me suis brulé le bout du doigt, il y a un peu plus d'1 mois, ça fait assez mal d'ailleurs et c'est très handicapant.

J'ai mis dessus tous les jours de l'antiseptique avec un pansement pensant bien faire,

Au début, je pensais même que les stries des empreintes digitales ne réapparaitraient pas, il n'y avait que du rouge. Aujourd'hui, pas de problème, une lègère trace sur le contour de la brulure qui devrait disparaitre prochainement.

Ah le corps humain, quelle formidable machine.
avatar
blood
Membre

Masculin Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 08/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Akilon le Lun 9 Jan 2012 - 10:31

Dr house a écrit:
Au minimum de la bétadine jaune: antiseptique de référence des pros (!), efficace, facile a trouver. Contrairement à une idée reçue, les allergies à la béta sont rares; dans l'inconscient collectif, il y a un amalgame entre les allergies aux produits de contraste iodés et la béta: les premiers sont souvent responsables de réactions allergiques, la béta rarement.

salut à tous, je réponds là-dessus parce que j'ai pas les mêmes infos et j'aurai souhaité "comparer"
Dans mon travail, il nous arrive de faire de la chirurgie (bon ok, c'est pas des opérations à coeur ouvert, n'empêche qu'on utilise scalpel, écarteur, suture, tout ça tout ça)

Actuellement, on nous enseigne que si allergie aux fruits de mer, (sous-entendu à l'iode) la bétadine vous évitez absolument.
Alors, je suis le premier à souvent remettre en cause tout ce qu'on peut me raconter, même venant d'un professeur, mais en général ils ont quand même de la pratique derrière et l'expérience franchement c'est difficile de passer outre.
Par mesure de précautions, moi, je choisirais plutôt l'éosine, elle se conserve plus facilement (dans des capsules plastiques qu'on peut éventuellement reboucher sans trop de problème, en plus, ce sont de petites dosettes, pas obligé d'ouvrir une bouteille (même petite) de béta qui garde pas non plus super longtemps une fois ouverte dans mon souvenir).
D'autre part en cas d'urgence l'éosine colore en rouge, je trouve ça plus discret que la couleur laissée par la béta. bon c'est anecdotique mais sait-on jamais. Rolling Eyes

Akilon
Membre

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 18/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Akilon le Lun 9 Jan 2012 - 10:35

Désolé j'en rajoute, mais dans mon dernier stage aux urgences, avant de suturer, on désinfectait les plaies avec une solution de chlorhexidine (je crois que c'est la bonne orthographe) qui pour info est la même molécule utilisée dans les bain de bouche type h*xtril(qui contient de l'alcool(ça pique) en plus mais ya des bains de bouche sans alcool également).

Du coup si vous êtes en galère et que ya que votre matos d'hygiène courante à portée, une ptit flacon de bain de bouche ça marche aussi cheers

Akilon
Membre

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 18/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Catharing le Lun 9 Jan 2012 - 11:41

Salut,

En cas de plaie , selon l'origine, savoir si la personne a été vacciné contre le tétanos et de quand date son rappel de vaccination...

________________________________________________________
« Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles qui avant ne pouvaient parler qu’au bar, après un verre de vin, sans conséquence pour la collectivité. On les faisait se taire tout de suite, tandis que maintenant ils ont le même droit de parole qu’un Prix Nobel. » Umberto Eco
avatar
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4307
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par opaline le Lun 9 Jan 2012 - 18:20

hum, le commun des mortels se souvient rarement de ce genre de dates...
et les petits vieux s'en fichent pas mal, facta : ma grand-mère est restée plus de 40 ans sans vaccin en tripatouillant la terre au quotidien et c'est notre accharnement qui l'a poussé à aller se faire vacciner ...

________________________________________________________
3 enfants maintenant, (mode on ) youpi!!! on a droit à la carte famille nombreuse, c'est sur on a des gosses pour les allocs.... (mode off), ... Menfin!



monastère de Minsk
miserere
agni partene
avatar
opaline
Membre Premium

Féminin Nombre de messages : 792
Localisation : dans le coin en bas
Emploi : A quoi j'emploie mon temps? Mais vous êtes bien curieux...
Date d'inscription : 06/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Catharing le Lun 9 Jan 2012 - 18:45

Source Infovac
La bactérie responsable du tétanos se trouve partout, et en particulier dans la terre et la poussière ramenée de l’extérieur.

Même une petite blessure insignifiante peut être à l’origine d’un tétanos.
La bactérie sécrète une toxine qui cause la maladie.
Le tétanos provoque des crampes musculaires très douloureuses.
Si
les muscles respiratoires sont atteints, la prise en charge dans une
unité de soins intensifs ne permet pas d’éviter qu’environ 25% des cas
de tétanos meurent encore aujourd’hui.

En France, on recense une vingtaine de cas de tétanos chaque année, le plus souvent chez des personnes âgées ou des enfants non vaccinés

Source BEH 2011

à 26-28 ans : une dose de dTPolio, remplacée
par une dose de dTcaPolio en l’absence
de vaccination par la coqueluche depuis
10 ans ;
––puis une dose de dTPolio tous les 10 ans.



La vaccination..sujet sensible ...
Very Happy Very Happy

________________________________________________________
« Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles qui avant ne pouvaient parler qu’au bar, après un verre de vin, sans conséquence pour la collectivité. On les faisait se taire tout de suite, tandis que maintenant ils ont le même droit de parole qu’un Prix Nobel. » Umberto Eco
avatar
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4307
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Ash le Lun 9 Jan 2012 - 19:17

Humm... de mémoire, y'a un sujet sur la vaccination ainsi que sur le stockage des médicaments à titre préventif... clind'oeil
avatar
Ash
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 5681
Age : 32
Localisation : Terre du milieu (23)
Date d'inscription : 02/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Akilon le Mar 10 Jan 2012 - 21:08

Je continue dans la digression vaccin, toutes mes excuses :
Concernant le tétanos, dans mon souvenir, oui elle se trouve partout, mais de mémoire préférentiellement dans les zones où il y a élevage de chevaux. pardon de ne pas être plus précis, j’essaierai de retrouver les infos...ah, il s'avère que j'ai le bouquin à coté de moi :
ma source, le pilly, c'est un livre de médecine recensant les maladies tropicales et infectieuses rédigé sous la gouverne du collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales.

Mon édition date de 2008, mais pour avoir fait quelques recherches plus poussées dans le domaine de la santé, en général les infos sur ce type de maladies (étiologies, épidémiologie, physiopathologie, autres trucs en gie) ne bouge pas beaucoup.

Causé par une bactérie (je vous passe le nom latin on s'en fout) elle est sensible à la pénicilline G (type clamoxyl mais faut je vérifie et le vidal est trop lourd pour mon petit bras là maintenant)

oui voilà, le réservoir naturel de la bactérie est tellurique, c'est à dire qu'elle est contenue dans un sol contaminé par les excréments d'animaux style cheval ou mouton.

La "contamination" se fait par une plaie avec élément souillé, terre ou autre objet non stéril et contaminé par la bactérie. Même la plus petite plaie suffit.

Il faut en moyenne 8 jours avant que les symptômes se déclare (mais l'échelle va de 3 à 30 jours). en général le premier symptôme, c'est un trismus, ça veut dire que votre mandib...machoire se bloque à cause de vos muscles qui sont hyper contractés (mais parfois c'est juste vos dents de sagesses qui se rappellent à vos bons souvenirs alors paniquez pas non plus) Commencez à vous inquiéter franchement si la contraction s'étend au niveau du cou (difficultés à avaler sous-entendu à déglutir hein, parce que dents serrées ya que la soupe qui passe)

Bon voilà rapidement sur le sujet. j'espère que ça aura été utile.


Dernière édition par Akilon le Mar 10 Jan 2012 - 21:12, édité 1 fois (Raison : quelques précisions supplémentaires)

Akilon
Membre

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 18/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par tarsonis le Mar 10 Jan 2012 - 21:14

Salut !
Akilon a écrit:le vidal est trop lourd pour mon petit bras là maintenant
Passe à la version électronique ! L'entreprise en envoie toujours quelques CDs chaque année aux praticiens abonnés

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
甩葱歌 - 古箏 - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France
avatar
tarsonis
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 8309
Age : 31
Localisation : Grand Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, post apo.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Catharing le Mar 10 Jan 2012 - 21:45

Merci cerise....message annulé Very Happy
avatar
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4307
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Akilon le Mer 11 Jan 2012 - 12:50

ouais mais suis pas abonné, ceux que j'ai, je les ai récupéré de praticien que je connais, conscients que quand on est étudiant on n'a pas forcément les moyens de se payer ces pavés imbuvables.

Cela dit il est vrai qu'ils sont disponibles en ligne, mais quelque part, en K2KK ou post KK trouver un médoc et ne pas pouvoir connaitre son usage ou sa posologie parce qu'il n'y a plus de courant me frustrerai grandement c'est pourquoi je garde ces exemplaires papiers malgré tout. Même s'ils ne seront pas à jour éternellement, d'ici là je renouvellerai probablement.

Akilon
Membre

Masculin Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 18/12/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles (Suite)

Message par Dr house le Mer 11 Jan 2012 - 21:51

http://www.le-projet-olduvai.com/t5242-traitement-chirurgical-des-plaies-en-conditions-difficiles

Prérequis:
1) ce qui suit n'engage pas ma responsabilité.
2) toute copie sans autorisation expresse de tout ou partie de ce qui suit est interdite et pourra faire l'objet de poursuites.



Chapitre 2: la plaie simple, la fermeture

Je rapelle que nous sommes pour ce deuxieme chapitre dans le cadre d'une plaie simple peu profonde.
Nous avons vu que la peau se defendait bien, et que apres le premier chapitre, cette plaie est propre, et prete a etre fermée.
L'objectif de la fermeture est d'accélérer la cicatrisation.
En effet, il serait tout a fait envisageable de laisser la plaie cicatriser seule, ce qui prendra plus de temps que la fermeture de la plaie, qui, par ailleurs, donnera une cicatrice plus esthétique.

Pour cette plaie simple, deux possibilités:

les steri strips:
ces petits scotchs reunissent les deux berges de la plaie, le temps de la cicatrisation.
Sur une plaie propre, en conditions difficiles, les strips peuvent etre utilement remplacés par du scotch de papeterie, coupés en bande fines.
Ce traitement est tres simple d'emploi: il faut s'assurer que la peau est seche avant de poser les strips puis affronter les berges.
Une fois en place, il est inutile de les changer s'ils ne se décollent pas; la manipulation ne peut que provoquer la réouverture de la plaie. Les strips meme tachés ne se changent donc pas systématiquement.

La suture.
Cela requiert deux choses: du materiel et du savoir faire.
Je ne sais pas si vous prevoyez d'avor de quoi faire des sutures dans vos BOBs, mais bon, voici quelques elements.
le materiel: il faut des instruments et du fil. Il existe des kits de suture a usage unique sous l'apellation kits de biopsie qui coutent quelques euros, et qui permettent le parage et la suture de la plupart des plaies.
Il faut au minimum:
- une pince type Adson, si possible a griffe
- un porte aiguille, sauf si vous optez pour des fils a aiguille droite
dans l'ideal, rajouter:
- une paire de ciseaux
- un bisouri lame 23 ou 15 qui serviront pour les plaies plus complexes.

En ce qui concerne le fil, il faut avoir:
Des fils de Nylon de type 2/0 et 3/0 pour les sutures des plaies des membres. L'aiguille peut etre ronde, mais necessite un porte aiguille pour la suture ou droite mais pour laquelle la suture est plus rapide mais pour des plaies et des fermetures plus "rustiques".
Pour le visage, un nylon 5/0 permettra de suturer la plupart des plaies.
Quelque fils resorbables ont a envisager dans les memes decimales pour les plaies que nous verrons aux chapitres suivants.

Le savoir faire
Difficile a expliquer par ecrit.
Etes vous interessés par une video et est-ce integrable au forum ?


Une fois la fermeture effectuée, on confectionne un pansement sec et propre qui sera changé tous les deux ou trois jours au maximum, sauf complication.
Il faut garder en mémoire qu'une plaie fermée depuis plus de 6 heures est étanche et que l'on peut donc la laver, la sécher... et que, la encore, l'étanchéité étant acquise, les antiseptiques sont inutiles...
Donc eau et savon...





Dernière édition par Dr house le Dim 19 Fév 2012 - 17:28, édité 15 fois

Dr house
Membre

Masculin Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par creol971 le Jeu 12 Jan 2012 - 3:21

Salut

Sans rentré dans une bataille d'expert lol, en milieu hospitalier et en médecine de ville, la béta a encore de beau jour devant elle ou a défaut le serum phy. Maintenant, le lavage au savon ne pose aucun problème si il n'y a pas de risque d'atteinte des tissus un peu plus profond.
Quand on se coupe le doigt avec un couteau, un peu de savon, une compresse, un pansement et c'est suffisant.

La peau est composé de deux flores, la flore transitoire et la flore permanente.
La flore transitoire ce sont les microbes et autres bactéries que l'on a forcément sur soit. Même sans rien touché. Cette flore est éliminée par notre douche quotidienne ou bi quotidienne, le lavage des mains. Un savon suffit à la retirer.
La flore permanente par contre nous appartient, ce sont nos bactéries qui nous protège et il faut un antiseptique pour les retirer.
Par exemple, lors de la pose d'une perfusion, on retire la flore transitoire puis la flore permanente afin de ne pas introduire de bactéries dans la veine lors de l'introduction du cathéter.
Deuxième exemple quand vous prenez des douches avec un antiseptique moussant (par exemple cyteal) de manière continue, vous privez votre peau de sa défense naturel. A ne pas abuser donc.

La béta jaune correspond à la dénomination de la bétadine dermique. Dermique puisque ce flacon ne contient pas d'alcool et qu'en cas de brûlure grave (troisième degrée) il est quasiment le seul antiseptique autorisé. Après son seul défaut est son opacité (marron très foncé). Initialement c'est un produit de champs opératoire. Mais son usage n'est plus limité à cette seule activité.
Le principal risque avec la bétadine est bien la réaction allergique. Et elle peut être extrêmement violente. D'une manière générale, pour la bétadine ce n'est pas l'iode qui provoque l'allergie, mais le povidone qui est sont principal constituant. Si vous n'avez pas eu de réaction allergique la première fois, il est peu probable que vous l'ayez la prochaine fois.


La chlorhexidine est de plus en plus employée. Elle a pris un peu la suite de solutions antiseptique javellisé comme le dakin. Ce sont des produits à larges spectres, non allergène (enfin pour l'insant)
La biseptine est utilisé en gynéco et maternité dans mon hôpital, ce qui veut dire que dans une génération ce produit remplacera la bétadine.

L'eau oxygénée n'est quasiment plus utilisé sauf en cas de saignement important (et encore)
L'alcool a été abandonné, on n'a même plus le droit de l'utiliser dans certains hôpitaux.

Pour ce qui est des plaie, je n'ai rien de plus à ajouté.
avatar
creol971
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 173
Localisation : guadeloupe
Emploi : infirmier
Date d'inscription : 27/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Dr house le Jeu 12 Jan 2012 - 8:12

Absolument.
L'objectif de ce topic etant les conditions difficiles, il est illusoire d'envisager d'avoir une pharamcie qui contient la beta rouge, la verte , la jaune l'alcoolique la bleue, l'hibiscrub, la chlorhex aqueuse, le dakin !!
Il faut faire des choix rationnels et avoir le meilleur benefice risque; la beta jaune est le meilleur compromis entre son efficiacité et le rique allergique qui est, encore une fois, rare.

Dr house
Membre

Masculin Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par tarsonis le Jeu 12 Jan 2012 - 22:06


________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
甩葱歌 - 古箏 - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France
avatar
tarsonis
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 8309
Age : 31
Localisation : Grand Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, post apo.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Athea le Jeu 12 Jan 2012 - 23:12

Merci Dr House pour ce rappel!

Ici (zone tropicale), il ya qq cas de leptospirose - 10 cas mortel en 3 ans - et de tétanos (sans mouton, ni cheval + avec des chats/chiens et des rongeurs) donc je suis 1 peu parano, dés qu'il y a 1 tite coupure, c totale désinfection Rolling Eyes .

J'avais complètement zappé le savon marseille + l'eau. Qu'on faisait quand j'étais petite, mais là on dirait que c plus à la mode, même à la pharmacie, c direct bétadine (jaune).

J'ai une question : est-ce qu'il faut changer tous les jours le pansement? Uniquement s'il est souillé? Parce qu'en K2KK on va vite se retrouver à court de compresse, donc les petits bobos ....

________________________________________________________
Ce sont nos choix et non pas la chance, qui déterminent notre destinée. Remettons nos soucis à leur place : chassons-les de notre vie Very Happy ! (Mottos for succes)
avatar
Athea
Membre Premium

Féminin Nombre de messages : 501
Localisation : Océan Pacifique
Date d'inscription : 02/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Dr house le Ven 13 Jan 2012 - 21:11

malheureusement je pense qu'il faut surtout se méfier des effets de mode et surtout des trucs non prouvés...

en tout cas, le pansement n'est surtout pas a changer tous les jours. Tous les deux voir trois ou qautre ne posent aucun problème.

Par ailleurs il s'agit d'un pansement, la compresse n'est donc pas obligatoire, un linge propre suffit.
8)

Dr house
Membre

Masculin Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Dr house le Dim 19 Fév 2012 - 11:27

MAJ 19/02:

Chapitre 1: J'ai fait un complément sur l'eau oxygénée

Chapitre 2: Quelques ajouts sur la fermeture et j'attends vos réponses sur la vidéo !

lunettes

Dr house
Membre

Masculin Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Dr house le Dim 19 Fév 2012 - 11:32

Prérequis:
1) ce qui suit n'engage pas ma responsabilité.
2) toute copie sans autorisation expresse de tout ou partie de ce qui suit est interdite et pourra faire l'objet de poursuites.



Chapitre 3: la perte de substance, cicatrisation dirigée


Bon, la, on attaque un gros morceau... En effet, a moins d'avoir un minimum de matériel, toute plaie ne sera pas forcement refermable, si elle l'est déja initialement...
A fortiori, s'il s'agit d'une plaie étendue, d'une plaie profonde, d'une plaie qui touche une structure "noble" (qui feront l'objet des chapitres suivants), ou d'une plaie dont la conséquence est la perte de tissu, quel qu'il soit, que l'on appelle perte de substance.

Pour autant il faut traiter cette plaie et sa prise en charge est foncièrement différente de la plaie simple qui est refermable. Ici, l'objectif est d'aider l'organisme a cicatriser, c'est à dire a reformer les tissus manquants.

A but didactique, on se basera pour commencer sur une perte de substance cutanée, dont la prise en charge, on le verra plus loin, est superposable sur les autres plaies plus complexes.

La cicatrisation d'une Perte de Substance (PDS) suit un enchaînement de 3 temps: la détersion, le bourgeonnement et l'épidermisation.
Pour simplifier, la détersion, est la phase de nettoyage, le bourgeonnement, la phase de comblement, l'épiderrmisation, la fermeture superficielle.

Lorsque l'on aide un ou plusieurs temps de cette cicatrisation, on parle alors de "cicatrisation dirigée".

La détersion:

La nature, on l'a vu, fait bien les choses... Pour commencer, l'organisme va éliminer les éléments nuisibles a la cicatrisation: d'abord les corps étrangers (c'est pour cela que plusieurs années parfois après un traumatisme, des bouts de verre de bois... peuvent remonter sous la peua) et les éléments propres de la plaie qui ne sont plus viables: zones cutanées ou sous cutanées contuses, nécrosées...
Cette détersion est donc une phase très inflammatoire, puisque l'organisme met toutes ses défenses en jeu pour contrer cette agression externe. La plaie est donc rouge, assez douloureuse, il y a des écoulements qui ne sont pas forcement du pus, signe d'infection, mais simplement le produit de dégradation des zones devenus inutiles ou nuisibles à la cicatrisation.

A ce stade, les soins de la plaie sont simples et permettent d'accélérer de façon notable le temps de guérison, tout en limitant le risque d'infection.
C'est ce que l'on appelle le "parage". Cela consiste a nettoyer la plaie de ses corps étrangers, cailloux, herbe, goudron, verre, éclat métalliques dans une plaie balistique... avec une pince propre, type Adson ou pince à épiler par défaut. Nul besoin d'être stérile a ce stade, la plaie ne l'est pas...
Ensuite il faut ôter les tissus qui ne guériront pas, zones noires, lambeaux déchiquetés... En dehors du visage, et puisque l'on est en conditions difficiles, il ne faut pas avoir peur: il vaut mieux sacrifier un lambeau de peau qui aurait pu être sauvé dans des conditions techniques optimales, plutôt que de risquer de le faire nécroser et entrainer une infection qui sera beaucoup plus dure à traiter en conditions difficile qu'une plaie plus large mais propre dans ces mêmes conditions. Cela se fait à la pince et aux ciseaux.
Ensuite la plaie doit être lavée et nettoyée. Dans un premier temps le lavage a grande eau, jusqu'à plusieurs litres si elle ne fait as défaut et si l'étendue de la plaie le justifie. Ensuite, l'idéal est d'avoir des antiseptiques: lavage bétadiné +/_ eau oxygénée si la plaie est très souillée de débris dits "telluriques" cad terre, végétaux...

Cet état de propreté doit être maintenu, puisque parallèlement va commencer la phase suivante, celle du bourgeonnement.
Cette phase dure en général une grosse semaine à une dizaine de jours dans de bonnes conditions.

Le bourgeonnement:

Cette phase de la cicatrisation peut survenir lorsque, comme on l'a vu, la plaie est propre. L'organisme, aidé ou non, a évacué les éléments nuisibles et commence sa réparation. Cela se traduit par l'apparition au fond de la plaie de zones rouges et granuleuses qui vont progressivepent se réunir. L'évolution se fait de la profondeur vers la superficie et de la périphérie vers l'intérieur, ce qui fait qu'un plaie cicatrisée sera toujours plus petite que la plaie initiale.
Cette phase est aussi une phase inflammatoire, mais il n'y a normalement pas d'écoulement.
On utilise donc dans l'idéal un pansement dit "pro-inflammatoire" cad qui favorise l'inflammation; le plus courant est le pansement gras type Tulle Gras@ ou la pléthore d'équivalents aujourd'hui. Ne pas utiliser de pansement siliconé, cela est moins traumatique certes, mais retarde cette phase de cicatrisation.
Si le materiel manque, il faut faire appel soit aux plantes, mais la, il nous faudra l'aide des gens compétents, ce que je ne suis pas du tout en phyto...
Je suis d'ailleurs vivement intéressé par cet aspect la, il y a de véritables mines avec les plantes.
Au pire, laisser une compresse ou équivalent légèrement humide.
Le pansement ne doit pas être renouvelé tous les jours, sinon, a chaque retrait, on ôte le bourgeon qui a été fait dans les heures précédentes; il faut attendre 48 heures entre chaque pansement (en l'absence de complication bien sur), ce qui n'enlève a chaque fois qu'une petite partie du nouveau bourgeon et permet de gagner du temps.

Pendant cette phase, certaines zones peuvent avoir du mal a cicatriser, et on observa alors des dépôts blanchâtres, qu'on appelle communément "fibrine" et qui doit être enlevée à la pince et aux ciseaux sous peine de retarder voire de stopper la cicatrisation.

Le lavage au jet d'eau est d'un grand intérêt dans cette phase, cela stimule le bourgeonnement. En conditions difficiles, si l'eau propre ne fait pas défaut, utiliser une tubulure avec une petite hauteur d'eau de l'ordre d'1m50 à 2m, soit l'équivalent d'un jet de douche léger.

Cette phase prend du temps, beaucoup de temps...
Evidemment cela dépend de la taille de la perte de substance mais pour donner une idée, une perte de substance d'une dizaine de cm de diamètre sur 2-3 cm de profondeur mettra 6 à 8 semaines a bourgeonner.

Progressivement, le bourgeon va se mettre de niveau avec la périphérie saine, et il faut alors attaquer la phase suivante, l'épidermisation. Il ne faut pas rater le coche parce que sinon, le bourgeonnement va se poursuivre et dépasser en hauteur la zone saine !!!

L'épidermisation:








Dernière édition par Dr house le Dim 19 Fév 2012 - 17:56, édité 6 fois

Dr house
Membre

Masculin Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 25/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par tarsonis le Lun 20 Fév 2012 - 11:33

Salut !
Merci pour le retex !
Dr house a écrit:
Si le materiel manque, il faut faire appel soit aux plantes,...
Je suis d'ailleurs vivement intéressé par cet aspect la, il y a de véritables mines avec les plantes.
Au niveau "plantes répandues sous nos climats qui aident à la cicatrisation", il me semble que l'Achillée millefeuille remplissent plusieurs conditions :





Histoire de l'usage médicinal de cette plante
* La réputation de la plante comme médicinale remonte à la préhistoire, comme le montrent les recherches archéologiques faites à Shanidar, en Irak. Les hommes de Néandertal semblaient avoir une pharmacie rudimentaire basée sur les plantes, et l'une des huit plantes identifiées au moyen des grains de pollen trouvés sur ce gisement était l'achillée.
* Le Grec Dioscoride (Ier siècle) fut le premier à mentionner la millefeuille comme une plante incomparable pour traiter les plaies saignantes ainsi que les ulcères anciens ou récents
* Pline, naturaliste romain du premier siècle après J.-C., cite Achille, héros de la mythologie grecque, qui s'en servit avec de la rouille pour guérir la blessure de Télèphe[4].
* Au IVe siècle, le médecin bordelais Marcellus Empiricus devait reprendre cette thèse pour recommander la millefeuille contre les saignements
* Jusqu'au XIXe siècle, elle a été utilisée pour accélérer la cicatrisation. C'est une plante comestible dont on peut utiliser les fleurs et feuilles aux propriétés toniques, digestives, hémostatiques, antispasmodiques, emménagogues, hypotensives, antihémorroïdales.
* Durant la Première Guerre mondiale, un infirmier, faute de médicaments, a soigné des blessures légères avec cette plante.
L'article de wiki manque beaucoup de références crédibles, même si j'ai souvent lu que l'achillée millefeuille était reconnue pour ces propriétés.
Il ne reste plus qu'à retrouver les sources que l'article ne cite pas

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
甩葱歌 - 古箏 - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France
avatar
tarsonis
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 8309
Age : 31
Localisation : Grand Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, post apo.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Traitement chirurgical des plaies en conditions difficiles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum