PRIX DU PÉTROLE

Page 8 sur 15 Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 11 ... 15  Suivant

Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Invité le Ven 9 Mai 2008 - 12:36

ALERTE - NY/pétrole: le baril pour la première fois au-dessus de 125 dollars


LONDRES - Le baril de pétrole a dépassé vendredi pour la première fois de son histoire le seuil de 125 dollars à New York, poursuivant une course folle amorcée par des craintes sur l'offre et nourrie par une intense spéculation.
(©AFP / 09 mai 2008 12h28)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par SavageBeast le Ven 9 Mai 2008 - 22:38

Economie
Le pétrole termine presque à 126 dollars à New York, après un record à 126,25 dollars

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Photo_1210066460017-13-0_article</A>
<BLOCKQUOTE>Image © David McNew(AFP/Getty Images/Archives)
Un puits de pétrole en Californie, en janvier 2008 </BLOCKQUOTE>

  • A+
  • A-
  • Imprimer
  • RSS
  • Envoyer



Les cours du pétrole ont terminé vendredi à presque 126 dollars le baril à New York, achevant à des sommets une semaine de course en avant effrénée du prix de l'or noir, marquée par un record historique à 126,25 dollars.


9/05/2008 NEW YORK (AFP)
© 2008 AFP



Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin a encore gagné 2,27 dollars sur la séance de vendredi, pour terminer à 125,96 dollars, un nouveau record de clôture.
Après avoir fait tomber la barre des 120,121,122,123 et 124 dollars depuis lundi, le marché new-yorkais du brut a continué sur sa lancée en allant au-delà du seuil symbolique des 125 dollars puis des 126 dollars.
De nouveaux records se sont inscrits à 126,25 dollars le baril à New York et 125,90 dollars le baril à Londres, marquant un bond d'environ 10 dollars en une seule semaine.
Alors que le dollar rebaissait quelque peu vendredi, attirant traditionnellement les investissements vers les marchés de matières premières monnayées en dollars, "des vagues d'achats ont continué de se produire, en particulier en provenance de fonds spéculatifs", a affirmé Mike Fitzpatrick, de MF Global.
Selon l'analyste, 25 à 30 dollars du prix du baril est dû à l'affluence d'intérêt spéculatif, sur un marché qui apparaît plein de promesses financières, quand les marchés boursiers restent très fragiles.
"Même s'il y a un accord presque unanime pour dire que les prix actuels ne reflètent pas les fondamentaux du marché, il n'y aura pas de ventes conséquentes tant que n'apparaîtra pas une preuve indiscutable d'un changement économique", a considéré M. Fitzpatrick.
De plus, les tensions géopolitiques dans plusieurs grosses zones de production continuent d'entretenir la nervosité du marché de l'or noir. Des sabotages sur les installations nigérianes du groupe pétrolier Shell et un regain de tensions géopolitiques entre l'Occident et l'Iran, deuxième producteur au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avaient servi d'amorce vendredi dernier à cette dernière flambée.

________________________________________________________
ZeBoB
SavageBeast
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 54
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par calogronan le Ven 9 Mai 2008 - 23:54

Le principe de la spéculation est une rapide prise de bénéfices,on peut donc penser à une baisse prochaine du cours du baril ou alors certains événements géopolitiques
sont anticipés, et ça n'augure rien de très positif pour les populations!

calogronan
Membre

Masculin Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 29/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Armageddon974 le Sam 10 Mai 2008 - 11:07

Y a quelque chose qui m'échappe dans tout ça...
S'il s'agit d'une forte spéculation, des riches achètent beaucoup de pétrole, des masses et des tonnes de pétrole... invendable de suite puisque le marché est soit disant parfaitement approvisionné...
Dites moi où ces "riches" stockent ce pétrole en surplus? le stockage coute une fortune...
Quelque chose cloche vraiment dans ce qui se passe. Le dollar résiste face à l'Euro donc les cours du pétrole ne sont plus liés à la faiblesse du dollar. L'OPEP et les spécialistes nous disent que le marché regorge de pétrole, et pourtant dès qu'un évènement mineure surgit (par exemple panne sur une seule grosse plateforme) et le pétrole prend 5$ en 10 heures!!!

Je pense à une autre explication : On nous cache cette fameuse déplétion ou bien des pays stockent à mort dans des cuves monstrueuses comme en chine. C'est pas possible autrement.

Armageddon974
Membre

Masculin Nombre de messages : 416
Date d'inscription : 19/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par SavageBeast le Sam 10 Mai 2008 - 15:26

@Armageddon974,

Pas forcemment, en fait, le pétrole chargé dans les super-tankers, peut être vendu plusieurs fois en cours de transport, donc c'est du bénéfice facile et rapide.

Il est chargé à 80$/barril, puis sort en haute mer, vendu à 90$, arrive à une semaine de sa destination, revendu à 100$, à 5 jours, revendu à 110$ ... etc...

Donc à la fin, on le paye à 125$ ... Tu vois l'astuce... Ils jouent aussi avec la peur du manque, et augmentent les prix en conséquence. Semaine prochaine... A plus de 130$... Voyons quel sabotage va être trouvé pour justifier l'augmentation...

________________________________________________________
ZeBoB
SavageBeast
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 54
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Armageddon974 le Sam 10 Mai 2008 - 17:08

Merci SavageBeast, j'avais pas pensé à ça.

Armageddon974
Membre

Masculin Nombre de messages : 416
Date d'inscription : 19/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par transhuman le Sam 10 Mai 2008 - 18:05

L'un n'excluant pas l'autre !

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....
transhuman
transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Invité le Mar 13 Mai 2008 - 21:37

Nouveau record du brut après des propos de Mahmoud Ahmadinedjad

NEW YORK (Reuters) - Le baril de pétrole a pris plus de deux dollars mardi à New York, atteignant un nouveau record à 126,98 dollars pour le brut léger américain, dans la foulée d'une déclaration de Téhéran envisageant de réduire sa production.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par SavageBeast le Mar 13 Mai 2008 - 21:42

On l'aura à 130$ d'ici la fin de la semaine... C'est du jeu. Rien d'autre. Si on laissait tous nos voitures au garage 1 mois, et bien croyez-moi, cela fera plonger le prix du baril.

Votre pétrole ? Gardez-le, nous on va à pied, c'est bon pour la santé...

________________________________________________________
ZeBoB
SavageBeast
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 54
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Invité le Mar 13 Mai 2008 - 22:00

SavageBeast,
Ce n'est pas seulement la voiture qu'il faut laisser au garage.
Mais pratiquement tout les objets que tu utilise au quotidien.
Aide Mémoire wolf at the door:

Les Produits du Pétrole


Transport


L'essence et le diesel sont probablement les premières choses qui viennent à l'esprit quand on pense à l'utilisation du pétrole. Etant donné sa nature liquide et son rapport masse/énergie, rien ne peut remplacer facilement le pétrole. Les automobiles peuvent être adaptées pour rouler à l'électricité ou à l'hydrogène, mais ça serait un gaspillage d'énergie et en outre inadapté pour le futur. La circulation des personnes peut être dans une certaine mesure remplacée par les transports en commun (et du biocarburant), ; les bateaux pourraient réduire leur consommation d'énergie avec l'utilisation de voiles modernes. Le plus grand problème concerne les avions qui ne peuvent pas utiliser des énergies alternatives comme l'électricité. En raison leur consommation excessive, ils seront les premiers à en souffrir.
PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Toparrowbreak

Production d'Électricité


Environ 42% de l'énergie primaire (pétrole, gaz naturel et charbon) est utilisée pour produire de l'électricité; et si le pétrole représente le sang de la société, l'électricité en représente l'oxygène. Comme nous l'avons vu de la gigantesque panne du mois d'août 2003 au Nord-Est des Etats-Unis et au Canada, quelques jours sans électricités et nous sommes forcés de nous arrêter. Bien que d'autres moyens de produire de l'électricité existent, ils ne représentent actuellement qu'un faible pourcentage des sources d'électricité (voir tableau S1), les trois quarts provenant du pétrole, du gaz naturel et du charbon. L'hydroélectrique est dépendant de la disponibilité de l'eau et le nucléaire n'est pas en odeur de sainteté. La seule option qui reste sont les énergies renouvelables, mais elles ne sont pas encore suffisamment développées. Il aurait fallu dépenser plus d'argent pour la recherche dans les années 1970 et 1980s.
PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Toparrowbreak

Agriculture


Un des plus gros consommateurs de pétrole, – mais nous n'en sommes que peu conscients – , est l'agriculture, et pas uniquement pour alimenter les tracteurs et moissonneuses-batteuses. Les engrais et herbicides sont tous produits à partir de gaz et de pétrole, et les agriculteurs utilisent des aliments pour les animaux qui provenant du monde entier.
L'exemple de la Corée du Nord nous montre ce que devient l'agriculture quand on supprime les produits pétroliers. Après la guerre. La Corée a développé une agriculture moderne, mécanisée et basée sur les engrais pétrochimiques. Avec la chute de l'Union Soviétique, l'aide des Communistes s'arrêta et le pays ne fut plus capable d'acheter ni du pétrole, ni d'autres fournitures. Sans pétrole, les machines agricoles restaient au repos (80% de leurs capacités en 1998) et une large portion de la population a dû retourner aux champs. Malheureusement, le sol a été érodé et vidé des substances nutritives durant des années et, sans engrais, il n'était plus capable de produire autant qu'avant. Les rendements des cultures agricoles ont chuté jusqu'à 60% durant la période 1989 – 1998. Tant que le pays ne pourra pas accéder de nouveau au pétrole et aux engrais, sa population déclinera jusqu'à atteindre son niveau d'équilibre viable.
Cet aspect est très important, aussi je l'aborde plus en détail sur la page de l'agriculture
PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Toparrowbreak

Matières Plastiques


La plupart des gens oublient souvent que les matières plastiques sont dérivées du pétrole. Un rapide coup d'œil dans n'importe quelle pièce nous montre à quel points ils sont envahissants. Il y a de nombreux autres objets dans un ménage aussi produits à partir du pétrole. Ci dessous une liste des produits qui pourraient disparaître en même temps que le pétrole.
<BLOCKQUOTE>
Climatiseurs, ammoniaque, antihistaminiques, antiseptiques, gazon artificiel, asphalte, aspirine, ballons, pansements, bateaux, bouteilles, chewing-gums, butane, cameras, bougies, voitures, batteries pour l'automobile, carrosseries de voitures, moquettes, cassettes vidéo, calfeutrage, CD, froid, peignes/brosses, ordinateurs, cortisone, crayons de couleur, crèmes, adhésifs dentaires, déodorants, détergents, produits-vaisselle, habits, séchoirs, couvertures chauffantes, toile isolante, engrais, leurres de pêche, fils de pêche, cire pour sols, ballons de foot, colles, glycérine, balles de golf, cordes de guitares, teintures pour cheveux, bigoudis, aides auditives, valves cardiaques, mazout de chauffage, peintures, congélateurs, encres, insecticides, isolation, kérosène, gilets de sauvetage, linoléum, beurre de cacao, rouges à lèvres, haut-parleurs, médicaments, éponges, lubrifiants, casques de moto, pellicule cinématographique, vernis à ongles, filtres à huile, pagaies, pinceaux, parachutes, paraffine, stylos, parfums, Vaseline, chaises en plastique, vaisselle en plastique, ruban adhésif, contreplaqué, matières plastiques, réfrigérateurs, roues de skateboards, pare-vapeur, sacs poubelle, bottes en caoutchouc, chaussures de jogging, saccharine, joints, chemises (non-coton), cirage, chaussures, rideaux de douche, solvants, lunettes, chaînes-stéréo, pulls, balles de ping-pong, enregistreurs, téléphones, magnétoscopes, raquettes de tennis, thermos, collants, garnitures de WC, dentifrice, transparents, pneus, rubans encreurs, parapluies, capsules de vitamines, tapisseries, conduits d'eau, résines.</BLOCKQUOTE>

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par SavageBeast le Ven 16 Mai 2008 - 0:27

Une centaine de morts dans l'incendie d'un oléoduc au Nigeria



  • A+
  • A-
  • Imprimer
  • RSS
  • Envoyer


L'incendie d'un oléoduc éventré par un engin de construction dans les faubourgs de Lagos a fait au moins 100 morts. Au moins 45 personnes souffrent d'importantes brûlures.
15/05/2008
SDA-ATS News Service



"Le décès d'une centaine de personnes a été confirmé (...). Nous avons jusqu'ici porté secours à une vingtaine de blessés, que nous avons conduits à l'hôpital", a déclaré un représentant de l'organisation interrogé sur le lieu du sinistre. "La plupart des victimes ont été brûlées", a-t-il ajouté.
Le porte-parole des services nigérians de secours d'urgence a précisé que les secours quittaient les lieux du drame en raison de la tombée de la nuit. "Nous quittons la scène (du drame). Le feu a très sensiblement diminué. Nous continuerons à travailler vendredi", a-t-il dit.
Les incendies sur des oléoducs sont courants au Nigeria, le plus gros producteur de pétrole brut en Afrique, en partie en raison d'un mauvais entretien des installations, mais aussi à cause de voleurs qui siphonnent le pétrole pour le vendre au marché noir.
Le 25 décembre 2007, environ 40 personnes ont trouvé la mort lors d'un incendie sur un oléoduc situé dans les environs de Lagos, qui avait été saccagé par des pillards.

________________________________________________________
ZeBoB
SavageBeast
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 54
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par SavageBeast le Ven 16 Mai 2008 - 0:36

Le pétrole cher va-t-il changer notre vie?


L'ÉVÉNEMENT | 00h08 L'essence sans plomb 95 à 2 francs, c'est pour l'été. Première réaction: acquérir une voiture moins gourmande. Deuxième bonne pratique: tester le covoiturage, la marche à pied, le vélo électrique, bouder les vols bon marché. Mais se serrer la ceinture énergétique a ses limites et la flambée des prix frappe davantage les plus pauvres.

Le fameux billet pour Barcelone à 20 francs va finir par grimper à son tour.


16 Mai 2008 | 00h08


L'essence sans plomb 95 à deux francs le litre? On se passerait volontiers de ce cadeau pour l'ouverture prochaine de la saison estivale des transhumances automobiles. Mais au rythme où danse le baril sur le marché mondial (il cotait jeudi plus de 126 dollars, cinq fois plus qu'il y a six ans), il n'est pas exclu que les pompes à essence du pays servent, dès juillet prochain, leur précieux nectar énergétique à ce prix inédit. Les stations-service Migrol s'y préparent. Tamoil ne communique pas sur ses prévisions, mais il est probable que son cocktail de bruts libyens et nigérians ne tardera pas lui non plus à franchir le seuil.
Ce que cela changera? Pas grand-chose, quelques francs de plus pour remplir un réservoir déjà plombé depuis plusieurs années par la hausse du brut. Pourtant, l'essence à deux balles en Suisse est bien plus qu'un simple prix. L'indice, peut-être, d'une ère nouvelle: le style de vie occidental est en jeu, disent les plus pessimistes. Et si c'était vrai? Tour d'horizon sommaire.


La fin du low cost?


VOLER
Le transport aérien souffre particulièrement de l’envolée du cours du brut. A 120 dollars le baril, un vol transatlantique coûte 44?000 dollars en kérosène à une compagnie, quatre fois plus qu’en 2000. Depuis deux ans, les surtaxes carburant ne cessent d’augmenter sur le prix des billets — Air France a annoncé mercredi de nouvelles hausses. Mais ce sont surtout les compagnies low cost qui sont dans l’œil du cyclone. Elles qui ont bâti, à la fin des années 90, leur modèle économique sur l’idée d’un pétrole bon marché pour l’éternité. Jusqu’ici, elles ont répercuté l’ascension de leurs coûts d’exploitation en ajoutant des services payants (nourriture et boissons à bord, check-in prioritaire) ou en facturant au prix fort ce qui était gratuit (bagages de soute, embarquement de matériel sportif, comme les skis).
Mais ce ne sera pas suffisant. Même le produit d’appel, le fameux billet pour Barcelone à 20 francs, va finir par grimper à son tour. C’est ce que confessait, il y a dix jours, le CEO d’easyJet, Andy Harrison: «Nous transportons 15% de passagers de plus que l’an dernier, mais l’augmentation du prix de l’or noir nous coûte huit francs de plus par passager. Notre rentabilité est en jeu.» Sur l’année en cours, easyJet vise tout de même un bénéfice, mais en forte réduction: chaque dollar supplémentaire sur le cours du baril en efface 5 millions dans les comptes du groupe.


Mazout, le désamour


CHAUFFER
Il revenait chaque année au premier coup de froid automnal. Il remplissait la citerne et on payait. Il: l’homme du mazout, son camion, son long tuyau et son odeur âcre d’hydrocarbures. Mais désormais, quand arrive le moment de l’appeler, on réfléchit à deux fois. Le taux de remplissage moyen des citernes n’est actuellement que de 25%, contre 50% il y a quelques années à la même période. «Les clients ont complètement modifié leurs habitudes, note un distributeur. Ils passent leurs commandes en pointillé, ils fragmentent le remplissage de leurs cuves. D’abord pour éviter de devoir tout payer en une fois, mais aussi dans l’espoir de voir le cours du pétrole baisser entre deux commandes.» Espoir déçu, on l’aura compris.
Pour la branche du mazout, ce changement des mœurs est problématique: les camions doivent se déplacer plus souvent, ce qui renchérit la facture… de diesel. On ne peut pas encore parler en Suisse de «pauvreté combustible», mais on n’en est peut-être plus très éloigné. La notion existe par contre au Royaume-Uni, avancée par l’ONG EnergyWatch. Qui remarque que les premiers touchés par la hausse de leur facture de chauffage sont les plus pauvres et les plus vulnérables, comme les retraités. Aspect positif de la hausse du brut: l’explosion du nombre de systèmes de chauffage alternatifs:?+?32% de pompes à chaleur en Suisse en 2007, à 15?806 unités. Le chauffage au bois (pellets) a également la cote.

Bientôt tous piétons?


ROULER
Impensable mais vrai, on aperçoit désormais des Smart sur les routes d’Amérique, c’est dire si l’heure est grave. Avec un prix du gallon (près de 4 litres) qui a triplé en cinq ans, l’effet du prix du brut sur les ventes automobiles est implacable: effondrement des SUV au premier trimestre (-?50% pour le Hummer), et?+?46% pour la Toyota Yaris, longtemps moquée pour sa taille lilliputienne. Et en Suisse? «Oui, le pétrole cher est bon pour nos affaires. Non, ce n’est pas de la provocation», lance Dino Graf, directeur marketing d’Amag, premier vendeur de véhicules du pays — 64?000 unités écoulées en 2007. «L’essence chère, poursuit-il, pousse les clients à changer leurs anciennes voitures qui consomment trop. Et il y a, dans ce pays, un million de voitures de huit ans ou plus.»
Résultat, le marché suisse de l’automobile est florissant,?+?9% à fin avril comparé à l’année précédente. A la question de savoir si les Suisses achètent, comme les Américains, moins de SUV, la question, selon Dino Graf, ne se pose pas: «Il n’y a pas en Europe de monstres de la route comme aux Etats-Unis. Ici, les 4x4 sont plus compacts, ils ne consomment que 12 -13 litres aux cent.» Quant à savoir si l’utilisation du véhicule privé diminue avec la hausse du pétrole, c’est une autre affaire. Les économistes se disputent sur le seuil (en francs à la pompe) de «basculement».
Plusieurs facteurs permettent de mesurer, de façon encore modérée, le nouveau paradigme: vogue du covoiturage (encore rare en Suisse mais en hausse dans les métropoles européennes), fréquentation en hausse aux CFF. Et stabilité côté consommation de carburant: selon l’Union pétrolière suisse, les ventes ont continué de progresser en 2007, mais avec des disparités (+?15% pour le diesel, -?0.2% pour le sans-plomb). La consommation moyenne baisse, mais pas assez vite: 7,43 litres aux 100 km l’an dernier. Fixé en 2002 par le Département des transports et de l’énergie, l’objectif 2008 était de 6,4 l./100 km.


Tous végétariens?


MANGER
Rajendra Pachauri ne mange pas de viande, et il nous conseille de faire comme lui. Le climatologue indien qui préside le Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (GIEC) rappelait récemment que l’accession au style de vie occidental de pans entiers des populations d’anciennes puissances pauvres (Chine, Inde) est en train de bouleverser les vieux équilibres. Climatiques, économiques, énergétiques.
Prenez la viande. La production d’une pièce de bœuf (ou de porc) d’un kilo «émet» 40 kilos de CO2, autant qu’un trajet automobile de 250 km. L’élevage, le transport, et le conditionnement de ce même morceau de viande consomment l’équivalent d’une ampoule de 100 watts allumée pendant trois semaines. Le steak est donc climatiquement incorrect. Mais même en assumant ce désagréable travers, il n’est pas certain qu’il sera toujours abordable de le poser dans son assiette à l’avenir: son «poids» en pétrole est en effet si chargé que le prix de la viande va lui aussi exploser. «La facture en hydrocarbures de mon exploitation a augmenté de 10% depuis le début de l’année, explique Gilles Cretegny, éleveur à Prilly. Les engrais sont de plus en plus chers. Il faudra bien, d’une manière ou d’une autre, répercuter ce coût quelque part.»

________________________________________________________
ZeBoB
SavageBeast
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 54
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Bouh-riko le Ven 16 Mai 2008 - 14:17

Pétrole : le baril a dépassé les 127 dollars à New York
16/05/08 - 14H23

Les
cours de l'or noir ont été portés à 127,43 dollars, soit un nouveau
record historique, par des craintes sur l'offre et la vigueur de la
demande chinoise.


Nouveau record historique pour le pétrole à New York. Pour la première fois, le
baril de "light sweet crude" a dépassé les 127 dollars ce vendredi sur
le New York Mercantile Exchange (Nymex). Les cours de l'or noir ont été
portés à 127,43 dollars par des craintes sur l'offre et la vigueur de
la demande chinoise. Plus d'infos à suivre... (source AFP)


ps : quelqu'un sait ou l'on peut trouver les cours du pétrol en euro, par ce qu'il parrait qu'en euro, sa monte beaucoup moins vite, et c'est pour sa que l'europe est moins touché que les états unis.

Bouh-riko
Membre

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 32
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Invité le Sam 17 Mai 2008 - 17:32

Les conséquences:

Il n’y a pas que les pêcheurs qui se mobilisent. Vendredi à Vitrolles, plusieurs dizaines de routiers ont démarré une opération escargot sur les autoroutes A55 et A7 en direction de Marseille pour «sensibiliser les pouvoirs publics à leurs difficultés» liées selon eux à la hausse du gazole, aux charges sociales plus lourdes, aux péages autoroutiers en augmentation, concurrence étrangère accrue.

20Minutes.fr, éditions du 17/05/2008 - 14h45

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par SavageBeast le Sam 17 Mai 2008 - 18:23

Si vous avez lu les infos concernant la ballade de M. Bush en Arabie Saoudite, la réalité est qu'il n'y a pas de pénurie au niveau de la production, MAIS des gens qui s'amusent à jouer avec les cargaisons de pétrole afin de faire un maximum de profit à très court terme.

L'Arabie Saoudite s'est dite prête à ouvrir le robinet s'il y a une demande accrue...

Donc spéculation sauvage... Bienvenue dans le monde de la finance incontrôlée et incontrôlable. A mon avis, il y a déjà longtemps que le capitalisme est devenu un instrument dangeureux parce qu'il n'a plus les valeurs qui étaient les siennes au départ.

De nos jours, c'est une politique de profit maximum, et ce à n'importe quel prix. J'avais parié sur un barril à 130$ cette semaine. Je me suis trompé... Nous verrons ce qu'il se passe d'ici le 30 mai...

________________________________________________________
ZeBoB
SavageBeast
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 54
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Armageddon974 le Sam 17 Mai 2008 - 20:40

Je n'en suis pas si sûr, SavageBeast :

Lien
Lien
J'ai lu aussi ça dans un forum : Lien :
(Et bien d'autres sites de toute provenance...)

Je connais quelqu'un qui travaille dans le service prospective d'un
grand pétrolier. quand nous nous sommes vus il y a plus d'un an il, Il
me disait travailler sur des études de mode de vie et de consommation
pour un pétrole à 200 USD a court terme et 400 USD à 10 ans!!! Il
semble qu epour le premier terme il voyait juste. A 400 $ me disait-il
on ne bougera plus pendant un moment car la consommation ralentirai
très fortement et la distilation du charbon et des schistes bitumineux
devient rentable.

De tout ce que j'ai lu, j'en retire qu'il y a évidement spéculation, mais que celle-ci va dans le même sens d'une production très tendue et à son maximum de capacité. Les marges de manœuvres de l'OPEP sont réduites à 300.000 barils jours alors qu'il y a 3 ans, l'OPEP pouvait augmenter de 2 à 3 millions d'un seul coup pour stopper la spéculation ; et il est faux de penser que la spéculation rend service à l'OPEP pour faire monter les prix ; c'est le contraire à un certain niveau. La production de diminue pas, mais la demande des pays émergeants augmente. Nous entrons dans une phase de tensions très fortes concernant l'énergie. Elle sera suivie d'une phase d'économie de celle-ci et de pénurie. La spéculation est une conséquence de ce début de pénurie... elle n'en est pas la cause et n'est pas indépendante de cette production maximale, paraissant à tous comme quasi-insufisante dans un très proche avenir.

Armageddon974
Membre

Masculin Nombre de messages : 416
Date d'inscription : 19/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Invité le Lun 19 Mai 2008 - 21:37

Conséquence:
Les pêcheurs amplifient leur mouvement de colère contre la hausse du gazole


LA ROCHELLE - Le mouvement des marins-pêcheurs contre la hausse du prix du gazole s'est amplifié lundi sur une grande partie du littoral atlantique, de la Manche et de la Méditerranée, avec les blocages des dépôts de carburants de La Rochelle et du port pétrolier de Lavera près de Marseille.
Du Pas-de-Calais aux Bouches-du-Rhône, les marins bloquent l'accès aux ports ou laissent les bateaux à quai en attendant la réunion du comité de suivi du plan d'aide de la filière, de 310 millions d'euros sur trois ans, que doit présider mercredi le ministre de l'Agriculture et de la pêche Michel Barnier.
M. Barnier s'est dit prêt lundi soir à envisager une mise en place "plus rapide" et des "compléments" à ce plan annoncé en janvier.
Les discussions prévues mercredi avec les représentants de la profession porteront sur les moyens "d'utiliser ces outils de manière plus rapide, plus accélérée et sans doute en les complétant", a-t-il déclaré à la presse à Bruxelles, en marge d'une réunion avec ses collègues européens.
"Ce plan est très utile mais le prix du gazole a augmenté très vite, en compromettant la viabilité de beaucoup de bateaux", a ajouté M. Barnier.
Les premiers effets du blocage des dépôts ont été ressentis lundi après-midi à La Rochelle où certaines stations service ont été prises d'assaut par les automobilistes craignant une éventuelle pénurie. Les dépôts de carburant du port de commerce, qui alimentent tout le Centre Ouest, sont bloqués depuis dimanche soir.
Le mouvement de grogne des professionnels a gagné lundi la Méditerranée où l'accès au port pétrolier de Lavera (Bouches-du-Rhône) a été bloqué dans la matinée.
En Languedoc-Roussillon, les pêcheurs se sont arrêtés jusqu'à mercredi dans l'ensemble des ports de la région.
Le dépôt de carburant du port de Sète (Hérault) a également été bloqué.
Dans l'ouest, les trois ports de La Rochelle étaient toujours bloqués par les pêcheurs en grève.
Une vingtaine de pêcheurs maintenait aussi un barrage filtrant à l'entrée du pont de l'île d'Oléron, destiné à empêcher les camions transportant des produits de la mer de se rendre sur l'île.
Les marins étaient aussi en grève à Royan (Charente-Maritime) et Arcachon (Gironde) alors qu'en Vendée, le blocage se poursuivait aux Sables d'Olonne, à l'Ile-D'Yeu et au port de plaisance de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. En Loire-Atlantique, les ports de La Turballe et du Croisic sont touchés.
Les bateaux hauturiers ne sont pas sortis à Saint-Malo et Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d'Armor).
Dans le nord-ouest, une dizaine de petits bateaux de pêche côtière barraient l'entrée du port de plaisance de Cherbourg lundi matin. En Basse-Normandie, les navires sont restés à quai à Port-en-Bessin et Trouville-sur-Mer (Calvados).
Des marins-pêcheurs de Dieppe (Seine-Maritime) ont pour leur part bloqué le terminal trans-Manche, empêchant les mouvements des ferries avec la Grande-Bretagne.
Dans le Pas-de-Calais, les marins-pêcheurs d'Etaples se sont également mis en grève lundi.
L'essentiel du financement du plan d'aide aux pêcheurs proviendra d'une taxe de 2% prélevée sur la vente de poissons dans la grande distribution.
Les mesures n'ont toutefois pas encore été appliquées, dans l'attente d'un feu vert de la Commission européenne qui entend s'assurer qu'elles sont en conformité avec la législation de l'UE, stricte, sur les aides d'Etat.
Le prix du gazole, carburant le plus consommé en France, a atteint un nouveau record la semaine dernière, dépassant 1,41 euro le litre, selon des chiffres gouvernementaux cités lundi par la Fédération des entreprises de transport et logistique de France (TLF).
(©️AFP / 19 mai 2008 20h04)


Ps: imaginez le jour, ou les approvisionnements vont "Buggés"affraid

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par SavageBeast le Lun 19 Mai 2008 - 22:45

Le pétrole repart en direction des 128 dollars le baril à New York

</A>Les cours du baril de pétrole repartaient en direction des 128 dollars lundi à l'ouverture à New York, après l'annonce de nouvelles perturbations sur les approvisionnements en brut, qui interviennent dans un contexte de spéculation continue.



Vers 13H05 GMT, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en juin, dont c'est le dernier jour de cotation, s'échangeait 127,05 dollars, en hausse de 76 cents par rapport à vendredi.
Le pétrole est monté à 127,82 dollars le baril vendredi, un niveau inédit depuis le début de sa cotation en 1983.
Lundi, le raffineur Holly Corporation a annoncé qu'une unité d'une de ses raffineries dans l'état du Nouveau Mexique (ouest des Etats-Unis) avait été temporairement fermée pour des travaux, qui devraient prendre plusieurs jours. Cette fermeture devrait réduire sa production de 55.000 barils par jour.
La production d'essence du groupe devrait baisser de 13.000 b/j à 18.000 b/j sur l'ensemble du mois de mai, a-t-il ajouté dans un communiqué.
Par ailleurs, les investisseurs anticipent une hausse de la consommation pendant l'été en Chine à cause des Jeux Olympiques et aux Etats-Unis, où ont lieu d'habitude des grands déplacements, selon Ellis Eckland, analyste indépendant.
Après quelques hésitations, les investisseurs ignoraient la hausse de la production de l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial d'or noir.
Face aux appels répétés de pays consommateurs, dont les Etats-Unis, lui demandant de pomper plus, l'Arabie saoudite a indiqué vendredi avoir augmenté sa production de brut de 300.000 barils/jour le 10 mai, et qu'elle produirait en juin 9,45 millions de barils par jour.
L'effritement du billet vert accroît le pouvoir d'achat des investisseurs hors zone dollar, qui se ruent alors sur les marchés des matières premières pour se protéger contre l'inflation.
Un euro valait près de 1,56 dollar lundi.

________________________________________________________
ZeBoB
SavageBeast
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 54
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Armageddon974 le Mar 20 Mai 2008 - 6:00

Pétrole : le pouvoir a changé de camp

Au début des années 1970, quand le baril d'or noir valait moins de 2 dollars, personne n'imaginait qu'un président américain en serait un jour réduit à quémander auprès du roi d'Arabie saoudite une hausse de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) pour faire baisser les prix. L'Occident en est pourtant là. Après une première rebuffade, mi-janvier, George W. Bush est revenu à la charge, vendredi 16 mai, lors de sa rencontre à Riyad avec le roi Abdallah. Sans plus de succès, sinon une augmentation limitée et temporaire. Elle est révolue, l'époque où la Standard Oil of New Jersey, l'Anglo-Persian, Gulf Oil et leurs quatre autres "soeurs" dominaient le marché mondial. Où le président Roosevelt obtenait du roi Ibn Saoud l'ouverture des puits saoudiens aux compagnies étrangères en échange de la protection militaire américaine (1945). Où l'on pouvait renverser impunément le premier ministre iranien Mossadegh (1953), coupable d'avoir nationalisé les hydrocarbures. Où l'on feignait de croire que le pétrole est une richesse inépuisable.Le pouvoir de marché a changé de camp. Il a échappé aux pays consommateurs et aux Big Oil (Exxon, Chevron, Shell, BP...). L'évolution du baril (128 dollars), se joue dans les coulisses du Kremlin et les méandres du pouvoir iranien, dans les mangroves nigérianes et sur les bords de l'Orénoque vénézuélien, dans les couloirs viennois de l'OPEP et les salles du New York Mercantile Exchange. Et, surtout, dans les palais saoudiens.Le monde vit un troisième choc pétrolier - plus lent que ceux de 1973 et de 1980. Le baril, dont le prix a été multiplié par six en six ans, est plus cher en dollars constants qu'au début de 1981. Son prix peut refluer de dix ou vingt dollars dans les prochains mois, mais rien n'est moins sûr. Des analystes aussi écoutés que ceux de la banque d'affaires Goldman Sachs le voient à 141 dollars en moyenne au second semestre et à 148 dollars en 2009. L'OPEP n'exclut plus 200 dollars...Le royaume wahhabite, seul pays à pouvoir mettre un million de barils supplémentaires sur le marché, y rechigne. Il a même infléchi son discours, récemment, en annonçant qu'il allait plafonner sa production quotidienne à 12,5 millions de barils entre 2009 et 2020 pour préserver ses réserves et les intérêts des générations futures avec elles. "Chaque fois qu'il y a de nouvelles découvertes, laissez-les dans le sol car nos enfants en auront besoin", a tranché le roi.Rien n'incite les Saoudiens à ouvrir les vannes. Ils jugent le marché bien approvisionné et les stocks de brut et d'essence à de bons niveaux. Ils s'inquiètent surtout de la politique énergétique des Etats-Unis, qui vise à réduire leur "dépendance au pétrole" du Moyen-Orient - mot d'ordre lancé par M. Bush et repris d'une seule voix par les candidats à la présidentielle John McCain et Barack Obama. Il suffit d'entendre les réquisitoires du ministre saoudien de l'énergie contre les agrocarburants, qui se développent outre-Atlantique, pour comprendre l'enjeu. S'ajoute la volonté de certains parlementaires américains de soumettre le marché pétrolier aux règles anticartels du commerce international, voire de suspendre les ventes d'armes si Riyad n'accroît pas sa production pétrolière. Ces initiatives inquiètent et exaspèrent l'OPEP. La stratégie du cartel de Vienne, qui a renoncé à fixer une fourchette de prix depuis 2003, semble simple :
approvisionner le marché pour éviter toute rupture, réduire le "coussin de sécurité" au minimum (2 millions de barils par jour) et maintenir ainsi les prix aussi élevés que possible sans compromettre la croissance économique. Avec les trois quarts des réserves mondiales, les treize Etats membres de l'OPEP ont les moyens de leur politique.FLAMBÉE DES PRIXLa dépendance des pays consommateurs est liée à la fragilité des multinationales. Les Etats pétroliers et leurs compagnies publiques nationales se partagent 85 % des réserves mondiales. Les majors n'en détiennent plus que 15 % et peinent à les reconstituer à mesure qu'elles puisent dedans. Que pèse le "géant" ExxonMobil, première entreprise côtée, face à Gazprom ou à Saudi Aramco ? L'accès des grandes sociétés occidentales aux champs pétrolifères - fermés en Arabie saoudite, au Koweït et au Mexique, de plus en plus difficiles en Russie, au Venezuela et en Algérie - impliquerait "le retour à la période d'avant les nationalisations des années 1970", juge Nicolas Sarkis, directeur de la revue Pétrole et gaz arabes.Faudra-t-il faire la guerre pour le précieux liquide ? Inimaginable, même si la soif de pétrole était un des motifs de l'invasion américaine de l'Irak en 2003, a reconnu l'ancien patron de la FED, Alan Greenspan. Pour quel bénéfice ? En accroissant les tensions au Moyen-Orient et en réduisant l'offre, elle a contribué à la flambée des prix. Prendre possession de ces réserves par la force serait "une bataille d'arrière-garde", les pays pétroliers étant aujourd'hui "dans une position de force", note M. Sarkis. Ils peuvent vendre leurs énormes réserves en dollars et priver les va-t-en-guerre de pétrole en le proposant à des pays plus pacifiques. A la Chine plutôt qu'à l'Amérique !Nombre de pays industrialisés ont tiré les leçons des crises de 1973 et 1980 et réduit leur dépendance. Il leur en faut moins pour créer la même richesse. Aux Etats-Unis, les administrations successives ont tranché dans le même sens : "le mode de vie américain n'est pas négociable". Moyennant quoi son taux de dépendance au pétrole importé passera de 60 % à 80 %.Dans l'immédiat, le problème est géopolitique : l'accès à la ressource se réduit. A plus long terme, il est géologique. Il reste 1 200 milliards de barils de pétrole, soit quarante ans de consommation au rythme d'extraction actuel. Les plus optimistes multiplient ce chiffre par trois en y ajoutant les bruts dits "non conventionnels" (huiles lourdes, sables bitumineux). Las, ils sont très coûteux à extraire. Les champs déclinent en Arabie saoudite, en Russie, en Norvège, au Mexique, en Indonésie...La seule réponse réside dans une baisse de la consommation. Or la flambée des prix n'a réduit la demande qu'à la marge, puisque les transports fonctionnent à 97 % grâce aux dérivés du brut. Une telle baisse est vitale pour renforcer la sécurité énergétique et lutter contre le réchauffement climatique. Le pétrole le moins cher et le plus propre est encore celui qu'on ne brûle pas.

Armageddon974
Membre

Masculin Nombre de messages : 416
Date d'inscription : 19/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Bouh-riko le Mar 20 Mai 2008 - 15:44

Pétrole : nouveaux records à New York et à Londres

[ 20/05/08 - 15H33 - actualisé à 15:38:00 ]


Outre-Atlantique,
le baril de "light sweet crude" a atteint 129,31 dollars, soutenu par l'intransigeance de l'Opep et par le sentiment que l'offre de brut et de produits pétroliers reste vulnérable. A Londres, il a dépassé les 127 dollars.


Les prix du pétrole ont franchi le seuil des 129 dollars ce mardi. Le baril de "light sweet crude" a inscrit un nouveau record à 129,31 dollars à New York, soutenu par l'intransigeance de l'Opep et par le sentiment que l'offre de brut et de produits pétroliers reste vulnérable. Même tendance à Londres, avec un baril de Brent à 127,49 dollars. Montés à des niveaux records vendredi dernier (127,82 dollars le baril à New York et 126,34 dollars à Londres), les cours du pétrole ne donnaient pas de signe de faiblesse depuis le début de la semaine.Les craintes sur les approvisionnements étaient relancées par le blocage d'un dépôt de carburant par des pêcheurs et par l'annonce d'un mouvement de grève qui pourrait affecter les approvisionnements du port de Lavera-Fos (près de Marseille), le deuxième port d'Europe pour les hydrocarbures avec 62,5 millions de tonnes transportées par an. Le groupe pétrolier Total, premier distributeur de carburants en France, a néanmoins indiqué mardi qu'il approvisionnait normalement ses stations-service.Lundi, les prix avaient déjà été "soutenus par l'annonce selon laquelle l'Opep n'envisagerait pas de hausse de production avant sa prochaine réunion, prévue à Vienne le 9 septembre, malgré le gage fourni par l'Arabie Saoudite", ont rappelé les analystes du cabinet indépendant John Hall. Vendredi, l'Arabie saoudite a indiqué avoir augmenté sa production de brut de 300.000 barils/jour le 10 mai mais ce geste n'a pas été jugé suffisant par les opérateurs pour apaiser les craintes sur l'offre.L'annonce de la fermeture pour quelques jours d'une raffinerie du groupe Holly Corporation, au Nouveau Mexique, avait également entretenu le sentiment, très largement répandu sur le marché, que l'offre de produits pétroliers était vulnérable, notamment en raison de la vétusté des raffineries américaines.Alors que l'offre semble fragile, la consommation pétrolière ne montre, elle, aucune velléité de faiblesse dans les pays émergents qui alimentent presque entièrement seuls la croissance de la demande pétrolière mondiale. La Chine aurait, selon des courtiers, dopé ses importations de fioul pour alimenter la région du Sichuan frappée le 12 mai par un séisme.Par ailleurs, le président américain George W. Bush a signé lundi une loi suspendant le remplissage des réserves stratégiques de pétrole des Etats-Unis pour le second semestre de 2008, dans un contexte de flambée des prix de l'essence, a indiqué la Maison Blanche. (source AFP)

Bouh-riko
Membre

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 32
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Bouh-riko le Mar 20 Mai 2008 - 16:01

J'ai enfin trouvé un graphique du prix du baril en euro, et en plus il y a même le prix en $ pour comparer :

>> source <<


PRIX DU PÉTROLE - Page 8 H_4_euro_petrole3-24042008

Pour info pour le moment, le baril est a 128,91$ et en euro 82,32.

L'euro a comme même du bon.

Bouh-riko
Membre

Masculin Nombre de messages : 126
Age : 32
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Invité le Mar 20 Mai 2008 - 21:08

Merci, pour le graphique.

Voila, la situation en matiére de communication change à présent.
Voici ce que l'on peut lire ce soir au "sujet du baril à "130" dollars...sur les dépéches AFP:

Citation:
Cette fois, l'escalade des prix résulte plutôt du sentiment, partagé par une majorité d'opérateurs, que l'écart entre offre et demande se resserre dangereusement au fil des mois: alors que la demande ne cesse de progresser dans les pays émergents, l'offre peine à suivre, notamment chez les producteurs hors-Opep.
Le marché fondait de grands espoirs sur la capacité des Russes à fournir au marché les barils réclamés par ces nouveaux consommateurs, Chine en tête. Espoirs déçus: depuis le début de l'année, la Russie a affiché une progression stagnante et un dirigeant de Loukoïl a même prophétisé un déclin de la production nationale.

Afp

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par SavageBeast le Mar 20 Mai 2008 - 22:02

Pétrole: le baril dépasse les 129 dollars à New York

Le baril de pétrole a connu une nouvelle frénésie d'achats mardi, se rapprochant des 130 dollars à New York, où il a atteint 129,58 dollars, tandis qu'à Londres il a bondi jusqu'à 127,90 dollars, profitant des craintes sur l'offre et de l'essor de la demande dans les pays émergents.



L'intransigeance de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui refuse d'ouvrir les vannes pour freiner l'envolée des prix, pousse les investisseurs à des achats massifs au moindre élément négatif pour l'offre de brut.
Le blocage d'un dépôt de carburant par des pêcheurs et l'annonce d'un mouvement de grève, qui pourrait affecter les approvisionnements du port de Lavera-Fos (près de Marseille), deuxième port européen pour les hydrocarbures avec 62,5 millions de tonnes transbordées par an, nourrissaient ainsi l'envolée mardi.
Le groupe Total, premier distributeur de carburants en France, a néanmoins indiqué qu'il alimenterait normalement ses stations-services.
Les treize pays membres de l'Opep, qui détiennent les trois quarts des réserves mondiales, estiment que les marchés pétroliers sont bien approvisionnés et que les stocks de brut et d'essence sont à de bons niveaux.
Côté demande, la Chine aurait, selon des courtiers, accru ses importations de gazole pour alimenter la région du Sichuan frappée le 12 mai par un séisme. La Chine, deuxième consommateur mondial d'énergie, verrait aussi ses besoins pétroliers s'accroître à l'approche des jeux Olympiques.

A mon avis, on continue dans le jeu de faire du cash vite fait bien fait. La joie de la mondialisation et du capitalisme hors de contrôle. On joue sur la peur du manque, et cela va entraîner une spirale d'augmentation TOTALEMENT HORS DE CONTROLE. Là est le risque actuel (un de plus je dirais). Les instruments financiers sont complètements faussés, je mise sur un barril à 150$ d'ici début-mi juillet. Nous verrons.

________________________________________________________
ZeBoB
SavageBeast
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 54
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Invité le Mar 20 Mai 2008 - 22:04

Sur Oléocéne on parle à présent de 130 Dollars40.

Voir "ça monte" dans actualité sur le forum.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PRIX DU PÉTROLE - Page 8 Empty Re: PRIX DU PÉTROLE

Message par Invité le Mar 20 Mai 2008 - 22:09

Allez faire un tour ICI, vous allez voir ce que spéculation veut dire!!!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 15 Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 11 ... 15  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum