Olduvaï
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

5 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Mar 24 Nov 2009, 21:43

Bonsoir à toutes et tous.

J'ai commencé à traduire le roman Lights Out, par David Crawford (HalfFast) que beaucoup d'entre vous connaissent. Vous pouvez trouver le pdf en anglais ici : http://www.giltweasel.com/stuff/LightsOut-Current.pdf
Il serait bien d'utiliser le wiki pour en faire une traduction complète, je n'aurais surement pas les compétences pour mener cette traduction à terme tout seul.

En attendant, voici le prologue et les 7 premiers chapitres.


Attention Cette œuvre est une traduction d'une nouvelle provenant d'un forum US. A ce titre elle présente de nombreux points hors charte, notamment l'emploi d'armes, un langage parfois fleuri et des scènes de violence. Ce texte NE REFLÈTE PAS les opinions des membres du forum OlduvaÏ et du traducteur. Merci.
N'hésitez pas à me faire remonter vos commentaires, suggestions, corrections orthographiques et grammaticales, etc.


Bonne lecture.

Prologue

Le vieil homme regarda sa Rolex en or. «Plus que quelques minutes», pensa-t-il en souriant. Tout était si ironique. Il tuait ses meilleurs clients et utilisait pour cela l'argent qu'ils lui payaient. Certes, il cassait son business, mais il avait accumulé plus d'argent que ses petits-enfants pourraient en dépenser dans leur vie. Tous ses petits-enfants, tous, à l'exception de son petit-fils préféré. Les infidèles l’avaient tué en Afghanistan. Quel idéaliste, il rappelait au riche magnat du pétrole combien il était pareil à son âge. Tragiquement, le jeune scheik a été abattu à distance par un tireur d’élite couard du Grand Satan pour avoir tenté de vivre selon ses convictions. Enfin, maintenant les États-Unis et ses putains d'alliés allaient payer. Les radicaux que son petit-fils avait rejoints ne seraient jamais en mesure d'accomplir une telle chose. Ils avaient eu quelques moments de gloire, comme avec les avions de ligne sur New-York, mais ils parlaient beaucoup, et quand ils frappaient, ils frappaient surtout les symboles. Il était pour l'action. Il en avait les moyens. Et, il savait ce qui allait leur faire le plus de mal. Il les tuerait tous, et le meilleur, c'est qu'ils le feraient en se tuant eux-mêmes. Il aurait simplement à lancer le mouvement.

Ça avait été si facile. Huit missiles nucléaires intercontinentaux que l'ex-Union soviétique avait signalée comme détruits. Et à seulement cinq millions de dollars pièce -dollars qui seront bientôt sans valeur- c'était vraiment une bonne affaire. Puis, trois millions pour un scientifique chinois qui les a modifiés pour atteindre l'effet désiré. Bien sûr, le scientifique avait été assez intelligent pour réclamer son paiement en or. Mais ce n'était pas un problème, tout ça n'était qu'argent de poche pour le milliardaire. Le magnat du pétrole possédait déjà des tankers pour transporter les charges. Il venait de les faire modifier, afin que chacun soit muni d'un tube de lancement qu'il serait très difficile à détecter, même si ces crétins d'importateurs de pétrole y jetaient un coup d'oeil.

Le sourire sur le visage du vieil homme s'élargissait au fur et à mesure que les minutes défilaient sur le cadran. Combien de temps, se demandait-il, jusqu'à ce que tous les Occidentaux se retournent les uns contre les autres une fois que l'Extinction se produirait ?


Dernière édition par dedenimes le Mar 01 Déc 2009, 17:48, édité 11 fois

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Mar 24 Nov 2009, 21:49

Chapitre 1 – L’explosion

« Bordel ! » s'écria-t-il.
Mark Turner ne jurait pas souvent, mais il était furieux. Ce n'était pas le fait que les lumières se sont éteintes qui l'avait bouleversé. Cela arrivait au moins trois ou quatre fois par an dans ce vieux secteur industriel de la ville. Ce qui le gênait était le fait que l'onduleur n'avait pas gardé son ordinateur allumé cette fois et il avait perdu plus d'une heure de travail. Il décrocha le téléphone afin d'appeler le support informatique pour qu'on lui apporte un onduleur de rechange et composa le numéro à l'aide de la faible lueur des lumières de secours.
Rien. Il raccrocha le téléphone, puis le repris de nouveau, et l'approcha de son oreille. Pas de tonalité.

«Merde !» dit-il, «Quoi qu'il est arrivé, ça a fait aussi tomber le réseau téléphonique.»

Mark se rendit dans le hall et certains des autres comptables étaient déjà là.

«Salut, Mark.»

«Salut, Jim.»

Jim Davis était le meilleur ami de Marc dans la boîte. Personne n'aurait pu le deviner en les regardant. Ils étaient complètement opposés. Jim mesurait 1m90 pour 98 kilos et ressemblait à un athlète. Mark mesurait à peine 1m75, pour 84 kilos, et commençait à devenir chauve. Malgré une ceinture noire en karaté et le fait d'être un très bon coureur, il ressemblait à un mordu d'informatique. Les deux passaient de nombreux week-ends de chasse et de pêche ensemble au grand désespoir de leurs épouses.

«Qu'est-ce qu'il se passe ?» demanda Jim.

«Oh, c'est juste que mon onduleur a lâché et que j'ai perdu un paquet de travail.» répondit Mark.

«C'est étrange, mon onduleur a lâché aussi. Peut-être qu'ils ont acheté un lot défectueux. Eh bien, j'espère que nous allons arriver à rentrer à la maison plus tôt grâce à la coupure et nous nous occuperons de cela demain. «

«Mais enfin, Jim ...» dit Mark regardant par-dessus ses lunettes de lecture avec un sourire sadique, «tu sais bien que la politique de l'entreprise dit que nous devons attendre 30 minutes pour voir si le courant revient avant de pouvoir partir, et tu sais qu'il reviendra dans 29 minutes et demie. «


«Ouais, je parie que tu as raison.»

Après cinq ou dix minutes passées à discuter de la prochaine saison de football, les gars furent interrompus par Suzy Smith, la verrue anxieuse du bureau.

«Quelque chose va vraiment mal!» dit-elle.

«Sans blague.» répondit Jim. «Le courant est juste coupé à nouveau.»

«Non» répondit-elle, sans se soucier des sarcasmes, «C'est plus que cela. Je suis allé à ma voiture pour écouter les nouvelles et voir ce qui se passait. La radio ne fonctionne pas et la voiture ne démarre pas non plus. Alors, j'ai sorti mon téléphone portable pour appeler mon mari et il ne fonctionne pas lui aussi. «

«Probablement que la batterie de ta voiture a rendue l'âme, et la panne d'électricité a frappé tous les relais cellulaires proches.» dit Jim.

«Je ne pense pas. La voiture fonctionnait parfaitement ... et elle ne démarre plus, et mon portable est M-O-R-T, mort et je l'ai rechargé la nuit dernière «.

«Allons jeter un œil à ta voiture.» suggéra Mark.

Une fois arrivés à l'extérieur Mark remarqua qu'il n'y avait pas de nuages dans le ciel et il commençait déjà à faire chaud.

«Mec», dit Mark, «il n'est même pas encore 10 heures et ça cogne déjà.»

«Ouais,» répondit Jim avec un grand sourire: «C'est ce que j'aime dans le sud du Texas ... On n'a jamais à se demander quel temps il va faire en août. «

Quand ils arrivèrent à la Mustang dernier modèle de Suzy, Mark lui demanda d'ouvrir le capot.

«Maintenant, essaye de démarrer.»

Suzy tourna la clef et le moteur toussa, mais ne voulu pas démarrer.

«Tu vois ce qui se passe ?» demanda Suzy à Jim.

Mark se pencha et sortit un fil de bougie de son logement et le tint près du bloc moteur.

«Essaye encore une fois, Suzy.»

Suzy lança le démarreur à nouveau.

«OK, Suzy, ça suffit.»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Mar 24 Nov 2009, 21:49

«Que veux-tu dire?»

«Tu vois, il ne faut que deux choses pour faire tourner un moteur... du carburant et du feu. De l'essence et une étincelle électrique pour y mettre le feu, en d'autres termes. Et là, il n'y a pas la moindre étincelle.»

«Pourquoi ça ?»

«Je ne sais pas, Suze, je suis juste un comptable.»

«Regardez-moi ça!» cria Jim en pointant son doigt vers le nord.

Il y avait quatre colonnes distinctes de fumée s'élevant dans les airs. Trois étaient dans la direction de l'aéroport et une était plus à l'est. L'une des colonnes, l'une qui avait l'air la plus proche de l'aéroport, était significativement plus grande que les trois autres.

«Je pense que Suzy a vu juste. Quelque chose va vraiment mal! « s'exclama Jim. Il regarda Mark, «tu penses à ce que je pense? «

«IEM ?»

Jim hoche la tête.

«C'est quoi I-E-M ?» demanda Suzy.

«C'est l'acronyme d'impulsion électromagnétique.» lui dit Jim: «C'est un sous-produit d'une explosion nucléaire et elle détruit les appareils situés dans la zone de tir qui contiennent de l'électronique.»

«Tu-tu-tu veux dire que nous avons été atomisé ?» balbutia Suzy.

«Ne sautons pas aux conclusions.» conseilla Mark, «de toute évidence, nous n'avons pas été directement touchés par une bombe nucléaire ou nous ne serions pas debout ici. Jim, va essayer ta voiture et je vais essayer la mienne.»

Comme Jim se dirigeait vers sa voiture, Suzy suivit Mark jusqu'à sa Jeep.

«Eh bien, si ce n'est pas une IEM, Qu'est-ce que ça pourrait être d'autre ? Oh, mon Dieu, c'est pas bon tout ça. Je dois rentrer chez moi. Et si nous avions été bombardés et que nous ne le sachions pas encore? Que faire si ... »

«Suze! Calme-toi. Nous n'en savons pas assez pour deviner ce qui se passe et céder à la panique ne va pas aider, peu importe ce qu'il se passe».

Jim essaya la Jeep, mais tout comme la voiture de Suzy, elle toussait, mais ne démarrait pas. Jim avait espéré que comme il avait un modèle de 1978 sans électronique, elle aurait pu fonctionner.

«Ma Jeep ne démarre pas non plus.» dit Jim tout en revenant.

«Que faisons-nous maintenant?» demanda Suzy.

«Revenons à mon bureau et voyons si ma radio portable fonctionne.» répondit Mark.

Une fois arrivés au bureau de Marc, il ouvrit le tiroir du bas de son bureau et en tira un petit poste de radio. Il l'activa et tout ce qu'ils entendirent était de l'électricité statique.

«Eh bien au moins, elle s'allume.» déclara Jim.

«Pourquoi mon autoradio ne fonctionne pas lui ?» chuchota Suzy.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Mar 24 Nov 2009, 21:50

«Qu'est ce qui déconne ?» demanda-t-elle.

«Eh bien, je ne sais pas exactement pourquoi, mais il n'y a pas d'étincelle.»
«Si on a été touché par une IEM, elle a probablement brûlé ton autoradio, et celui-ci a été protégé par l'épaisseur des murs et par le bureau métallique de Marc. Essaye le 1200 kHz, Mark.»

Mark tourna la molette vers 1200.

... Est le système d'alerte d'urgence. S'il vous plaît, basculez vers 640 kHz pour plus d'instructions... Vous êtes sur le 1200 kHz émettant en puissance réduite ... Ceci est le système d'alerte d'urgence. S'il vous plaît, basculez vers 640 kHz pour plus d'instructions... Vous êtes sur le 1200 kHz émettant ...

Mark tourna la molette vers 640 kHz.

... Cinq minutes. Ceci est le système d'alerte d'urgence. S'il vous plaît restez à l'écoute pour une annonce importante dans cinq minutes.
Ceci est le système d'al
...

Mark coupa le volume.

«Je suppose que nous allons savoir ce qui se passe dans cinq minutes. « dit-il.

Alors que le mot se répandait que Marc avait une radio fonctionnelle, son bureau commença à se remplir de gens qui demandaient toutes sortes de questions et disaient à tout le monde ce qu'ils pensaient sur la situation. Lorsque son bureau fut comble, Mark suggéra qu'ils se réunissent tous à la salle de pause. Les gens n'en finissaient plus d'entrer dans la salle de pause. Après cinq minutes, Mark remis la radio en fonction.

... Mesdames et messieurs, ici le vice-président des Etats-Unis.

Mes chers compatriotes, comme vous le savez, il y a 27 minutes, il y a eu une coupure d'électricité. Ont été également touchés la plupart des communications et des systèmes de transport dans la zone continentale des États-Unis, la plus grande partie du Canada, et certaines régions du Mexique. Cela semble à l'effet d'une grande rafale d'impulsions électromagnétiques. Nous ne sommes pas sûrs au moment présent de la source de l'explosion et nous ne savons pas si elle était accidentelle, si c'était un acte de Dieu, ou une attaque malveillante. Nous savons juste que ces impulsions ne sont pas le résultat d'une attaque nucléaire. Je le répète, nous n'avons PAS été attaqués avec des armes nucléaires. Comme beaucoup d'entre vous le savez, le Président et la plupart de son cabinet étaient en route vers son ranch au Texas dans l'avion Air Force One. Depuis les impulsions, nous n'avons pas eu de contact avec eux
….

«Oh mon Dieu .... Le président est mort !» se lamenta quelqu'un.

«Chutttttt !» répondit une partie de la salle.

Je prends le commandement jusqu'à ce que nous puissions contacter le président. J'ai activé toutes les unités de réserve de l'armée jusqu'à ce que nous puissions déterminer la cause et la source de l'IEM. Je demande à tous les gouverneurs de mobiliser la Garde Nationale afin d'aider les autorités locales jusqu'à ce que nous puissions rétablir le courant. Tout le personnel de police, des pompiers et le personnel médical qui ne sont pas en service doivent se présenter à leur poste dès que possible. Je demande à tous les autres Américains de rester calme et d'essayer de regagner vos maisons. La plupart de vos véhicules ne seront pas en état de fonctionner tant que leur électronique n'aura pas été remplacée. Si vous avez un véhicule en état de marche, s'il vous plaît, aidez vos amis et voisins à regagner leurs familles. La FEMA va mettre en place des abris dans les grandes villes pour ceux d'entre vous qui ne peuvent pas rentrer chez eux. Vous pourrez obtenir des informations sur ces abris dès qu'elles seront disponibles, sur cette fréquence de secours. Notre première priorité est d'obtenir le retour de l'énergie, des communications et des systèmes de transport le plus rapidement possible. Toutefois, il risque de falloir un jour ou deux pour obtenir le retour du courant dans les grandes villes, et pour les zones rurales cela devrait prendre un peu plus de temps. S'il vous plaît restez dans vos maisons et suivez les instructions de vos autorités locales. J'impose un couvre-feu pour tous les Américains dès la tombée de la nuit.
Ceci est une urgence que nous, les Américains, n'avions jamais eu à affronter auparavant. Je sais que si nous travaillons tous ensemble, tout comme nous l'avons fait pour le 11 Septembre, nous sortirons de cette épreuve plus forts et plus sages en tant que nation. Nous vous tiendrons informés dès que possible.
Nous vous remercions de votre coopération et que Dieu vous bénisse.

Ici 640 AM. Nous serons de retour dans un instant avec une liste des refuges FEMA pour la ville.


Mark coupa la radio.

«Qu'allons-nous faire maintenant ? «, cria quelqu'un.

«Tout le monde va se calmer, maintenant.» Todd Rosenburg, le PDG de l'entreprise, monta sur une chaise pour que tout le monde puisse l'entendre. «Je tiens à rencontrer tous les chefs de département dans la salle de conférence d'ici cinq minutes.
Tom Baskins est-il ici ?»

«Juste ici, Todd.»

«Bon, Tom, pouvez-vous aller voir combien de camions de livraison sont en état de marche, puis vous rendre ensuite à la salle de conférence ?»

«Pas de problème.»

«OK ... tout le monde, s'il vous plaît, allez voir si votre voiture démarre. Si elle le peut, merci de revenir ici et donnez votre nom et où vous habitez à Mark Turner. Si elle ne démarre pas, ne paniquez pas, nous allons trouver un moyen pour vous aider à retourner chez vous. Revenez à la salle de pause ou allez attendre dans votre bureau et détendez-vous ... tout va bien se passer.»

Presque tout le monde se rua en masse vers le parking.

«Marc, pouvez-vous obtenir un carnet et noter où chacun vit, et quel véhicule fonctionne ?»

«Bien sûr.»

«Et pensez-vous que vous pouvez dénicher une carte de la ville ?»

«J'en ai une dans la jeep.»

«Excellent. Que tout le monde essaye de garder son calme, d'accord ?»

«Ok, Todd. Juste une question.»

«Oui ?»

«Qui est censé me tenir tranquille?»

Todd sourit à la plaisanterie, se retourna et se dirigea vers la salle de conférence.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Mer 25 Nov 2009, 02:41

Chapitre 2 – L’exode



Mark était inquiet pour sa famille. Comme il se dirigeait vers sa jeep pour prendre sa carte, il pensait à la façon dont il allait les récupérer. Jessica, sa femme, et David, son fils de 13 ans, étaient au collège. Il savait qu'il n'y avait pas moyen que le SUV neuf de Jess puisse démarrer. Samantha était quand à elle au lycée. Le collège était à environ quatre miles de la maison, mais le lycée était beaucoup plus loin que cela. Mark n'était pas vraiment sûr, mais il estimait que c'était entre 12 et 15 miles ... un long chemin à pied. Pas aussi long cependant que les 32 miles qu'il aurait à marcher juste pour rejoindre la maison. Il était rassurant pour lui de penser qu'ils devaient être en sécurité à l'école jusqu'à ce qu'il puisse y arriver. Comme il se promenait dans le bâtiment, il entendit une voiture démarrer. C'était la vieille Volkswagen Rabbit de Joe Babcock. Il se dirigea vers la voiture.

«Hey, Joe. On dirait que tu va devenir M. populaire. «.

«Ouais. Quelle chance ! J'ai acheté cette Rabbit diesel pour les économies de carburant, non pas parce qu'elle était à l'épreuve des IEM. Écoute, Mark, je dois rentrer chez moi. Je pense que je vais évacuer tout de suite. «

«Joe, je ne sais pas si c'est vraiment intelligent. Tout le monde va te haïr si tu pars ainsi et ils ne l'oublieront pas lorsque le courant va revenir. Pourquoi ne pas rester assez longtemps pour entendre ce que M. Rosenburg et les chefs de département vont trouver ? Probablement qu'ils veulent juste que tu raccompagnes les personnes qui habitent le plus près de chez toi. Si il n'y en a pas, et que tu n'aimes pas le plan, tu pourras ensuite nous quitter.»

«Je suppose que tu as raison. Tout cela est juste en train de m'effrayer. Je suis désolé. «

«Ne t'en fait pas. Nous ressentons tous la même chose et si ma Jeep démarrait je penserai au départ aussi. Alors, dans quelle partie de la ville habites-tu ? «

Lorsque Mark retourna à la salle de pause, il y avait trois personnes qui attendaient après lui. Deux avaient des camionnettes diesel et il y avait une Cadillac diesel. Mark fut encouragé de voir que peut-être le vieux pick-up diesel qu'il avait chez lui pourrait fonctionner. Il déplia la carte sur une des tables et commença à marquer l'emplacement des propriétaires des diesels. Comme il venait de finir, Todd et les chefs de département entrèrent dans la pièce.

«Qu'est-ce que tu as, Mark?» demanda Todd.

«Nous avons quatre voitures opérationnelles et les camions, tous des diesels. Deux vivent dans le nord de la ville, un à l'ouest, et le dernier vit à environ 25 miles au sud de la ville, à proximité de Poteet. Qu'as tu toi ?»

«Eh bien, au meilleur compte nous avons actuellement 168 personnes à ramener chez elle. Deux des porteurs fonctionnent, les plus vieux, le plus récent ne démarre pas, et le plus vieux semi tourne aussi. Ce sont tous des diesels. Tom pense qu'il peut réparer le vieux camion essence que la maintenance utilise s'il peut obtenir une nouvelle bobine, des bougies et autre chose, je ne me souviens plus comment il l'a appelée.»

«Un condensateur ?»

«Ouais, c'est ça, car il ne dispose pas d'électronique, donc il pense qu'il repartira. Quoi qu'il en soit, la maintenance va construire des bancs pour les monter dans les remorques et nous allons les utiliser comme des bus, elles peuvent contenir environ 40 personnes chacune. Bien qu'ils travaillent sur l'un, Tom va prendre l'autre pour voir s'il peut trouver les pièces pour le plateau. Il irait bien, même si il est vieux parce que toutes les remorques que nous possédons ont des planchers métalliques et il n'y a aucun moyen de fixer les bancs à travers. Quoi qu'il en soit, nous allons faire sortir tout le monde dans le parking et les répartir en fonction de là où ils doivent aller.»

«Todd, ma vieille Jeep a probablement besoin des mêmes pièces que le camion essence. Pense-tu que Tom pourrait les prendre pour moi pendant qu'il y est ?»

«C'est une bonne idée. Nous allons voir si quelqu'un d'autre a une vieille voiture qu'il pense que nous pourrions réparer ainsi. Tu sembles t'y connaître un peu en voitures, peut-être tu pourrais l'aider ?»

«Eh bien, j'étais une sorte de touche à tout à l'école secondaire, mais c'était sur des véhicules assez anciens. Je ne connais pas beaucoup ces nouvelles voitures.»

«Ce n'est pas ça qui compte le plus, n'est-ce pas?»

«Oui, tu as raison.»

Les deux hommes sortirent sur le parking. Pendant qu'ils attendaient pour que chacun puisse arriver, ils écoutèrent la radio de Marc à nouveau. La station rediffusait ce que le vice-président avait dit précédemment et donnait l'emplacement des abris de la FEMA. Mark se disait que les choses devraient vraiment empirer pour le décider d'aller dans un de ces refuges. Quand il sembla que presque tout le monde était là, Todd grimpa dans la benne de son tout nouveau pick-up. Mark fût étrangement frappé par le fait que juste la semaine d'avant, il avait été envieux du camion. Maintenant, il servait le but le plus utile qu'il soit ... en tant que plate-forme. Au moment où il commençait à parler, Billy Newman, le chef de la maintenance, accourut et chuchota quelque chose à l'oreille de Todd, puis repartit en marche arrière vers le bâtiment d'entretien.

«OK, voilà où nous en sommes. Nous avons deux semis en état de marche et la maintenance va construire des bancs et nous pourrons tous vous reconduire à la maison avec eux. Ce ne sera pas confortable, mais c'est mieux que la marche. Tom et Mark vont essayer de réparer les vieux véhicules. Si votre voiture ne dispose pas d'électronique, allez voir l'un d'eux et ils essayeront de vous aider. Nous avons quatre véhicules personnels fonctionnels et nous demandons à leur propriétaire de faire du covoiturage avec certains d'entre vous dont le domicile est proche du leur. Nous avons plusieurs centaines de gallons d'essence et de diesel pour nos
camions, et toute personne qui aidera à ramener des gens à leur domicile sera la bienvenue pour faire son plein, si besoin est. Billy vient de me dire que le générateur électrique à essence fonctionne et qu'il peut préparer les camions assez vite, maintenant qu'ils peuvent utiliser les outils électriques. Tom allait cannibaliser l'un des semis afin d'obtenir des pièces pour les voitures, mais maintenant que Billy peut travailler sur les deux, y aurait-il l'un d'entre vous ayant une voiture en état de marche qui pourrait prendre Tom et Mark pour les emmener au magasin de pièces auto ?»


Dernière édition par dedenimes le Mer 25 Nov 2009, 02:56, édité 1 fois

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Mer 25 Nov 2009, 02:51

«Je peux les prendre.» dit un des hommes avec un pick-up diesel.

«Merci, ça aidera beaucoup. OK, Mark a un plan de la ville et Billy doit nous apporter un tableau pour la fixer dans une minute. Suzy a quelques punaises et je voudrais que chacun d'entre vous se présente de façon ordonnée devant la carte et mette une punaise à l'endroit où
il habite. Si vous ne vivez pas en ville, mettez une punaise sur le bord dans la direction dans laquelle vous vivez. Je sais que vous êtes tous pressés de rentrer chez vous, et nous allons essayer de travailler de telle sorte que nous puissions ramener la plupart des gens à domicile au plus vite. Si vous habitez à proximité et que vous souhaitez marcher, c'est très bien. Les ressources humaines ont une liste de toutes les personnes présentes et si vous décidez de marcher, s'il vous plaît faîtes-vous connaître afin de nous assurer que nous ne perdions pas n'importe qui en route. Assurez-vous de boire beaucoup d'eau avant de nous quitter. Il va
faire vraiment chaud aujourd'hui. J'aurais aimé avoir quelques gourdes ou quelque chose d'approchant que vous pourriez prendre avec vous.»

«Excuse-moi, Todd.»

C'était James Houseman de la branche commerciale. «Il nous reste quelques unes de ces bouteilles de sport promotionnelles de l'année d'avant.»

«Vraiment ? Combien ?»

«Au moins deux cents, je crois.»

«C'est parfait. OK, que ceux qui rentrent à pied voient James pour obtenir une bouteille d'eau avant de partir.» Todd s'arrêta. «Voici Billy, avec le tableau pour la carte. Donc, si vous avez une vieille voiture, allez voir Tom et Mark. Si vous voulez rentrer à pieds, voyez James et Mary des RH. Tout le monde prend une punaise auprès de Suzy et la mets sur la carte. Dès que nous aurons finis de préparer les remorques, nous commencerons à partir. Des questions ?»

Une femme à l'arrière leva la main.

«Oui ?»

«Ma mère vit avec moi et elle est reliée à une pompe à oxygène électrique. Elle ne peut pas vivre plus d'une heure ou deux sans, donc j'ai vraiment besoin de rentrer à la maison pour veiller sur elle.»

«OK, bien. Quelqu'un d'autre besoin de rentrer au plus vite ?»

Environ 40 mains se levèrent.

«OK, je sais que nous sommes tous impatients, mais y-a-t-il quelqu'un d'autre qui soit dans une situation de vie ou de mort ?»

Personne ne dit rien.

«Où habitez-vous, Sarah ?»

Mark avait toujours été impressionné par la capacité de Todd de se rappeler le nom de tout le monde.

«À proximité du centre médical.»

«Mark, l'un des propriétaires d'une voiture fonctionnelle vit-elle près de là ?»

«Non» répondit Mark en réfléchissant rapidement, «Mais je parie que Joe Babcock serait prêt à la prendre.»

«Qu'en pensez-vous Joe?» demanda Todd.

«Bien sûr !» répondit Joe en lançant à Mark un regard reconnaissant. «Cindy et Bill vivent près de chez moi et je peux les prendre aussi.»

«OK, alors enregistrez-vous auprès des RH et allez-y. Joe, avez-vous besoin d'essence ?»

«Vous voulez dire de diesel. Mais, non je n'en ai pas besoin. J'ai fait le plein la nuit dernière.»

«OK, tout le monde sait quoi faire, non ?»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Mer 25 Nov 2009, 02:57


Environ 30 personnes se dirigèrent vers l'endroit où Tom et Mark se tenaient.

Mark demanda au premier : «Quel type de voiture avez-vous ?»

«Une Taurus de 88.»

«OK, que tout le monde écoute.» dit Tom. «Si vous possédez une voiture avec injection électronique nous ne pouvons pas vous aider. Toutes les voitures depuis environ 1985 ont une injection électronique de carburant. Si vous n'êtes pas sûr, nous pouvons aller voir et nous pourrons vous le dire avec certitude.»

Près des deux tiers du groupe partirent avec un air abattu. Après avoir regardé plusieurs des autres voitures et avoir éliminé toutes celles ayant de l'électronique embarquée, ils se retrouvèrent avec quatre voitures, plus la Jeep et le camion-plateau qu'ils pensaient être facilement récupérables. Dave Thomson, l'homme qui s'était porté volontaire pour prendre Tom et Mark, démarra son véhicule et ils s'installèrent à bord. Mark pensa à sa famille et espéra qu'ils allaient bien. Un regard sur les autres hommes lui dit qu'ils avaient des pensées similaires. Il était difficile pour Mark de penser que cela ne faisait qu'une heure que le courant était parti. Ils écoutèrent la radio et entendirent les mêmes nouvelles que précédemment, sauf que le maire était venu et avait demandé à tout le personnel de la police et des pompiers de se présenter au travail. Il a aussi annoncé que les nouveaux bus de ville qui étaient alimentés au propane pour réduire la pollution ne fonctionnaient pas, mais qu'environ 20% de la flotte se composait encore de vieux bus diesel et qu'ils étaient toujours en fonction. Il a enfin dit qu'ils travaillaient sur la révision du plan des trajets et qu'il le présenterait dès qu'il serait prêt.

Quand ils arrivèrent au magasin de pièces détachées, il apparut que c'était un magasin indépendant, au grand étonnement de Marc. Il pensait qu'ils avaient tous été conduits à la faillite par les magasins des grandes chaînes. Tom connaissait le propriétaire et ils n'eurent aucune difficulté à se procurer les pièces qui leur étaient nécessaires et ils les mirent sur l'ardoise de leur entreprise. Mark remarqua qu'il y avait des piles de 9 volts pour son petit poste de radio et il en acheta quelques-unes.

Dave se dit que ça serait bien de prendre une courroie de distribution de rechange pour son camion et quand il s'aperçut qu'il n'avait pas assez pour payer, le propriétaire fit une facture et dit à Dave qu'il pourrait revenir et la payer une fois que le courant serait revenu. Sur le chemin du retour, Tom argumenta sur la façon dont il aurait pu économiser à la compagnie un peu d'argent en achetant les pièces dans un magasin d'une grande chaîne, mais que lui et Todd pensaient que c'était une bonne idée de soutenir les entreprises locales quand ils le pouvaient.

«Ça a été payant pour nous aujourd'hui cette façon de faire.» a-t-il ajouté. «Essayez juste d'obtenir une faveur comme celle là de Manny, Moe, et Jack ! Si l'ordinateur est en panne, ces gens là ne savent même pas rendre la monnaie.»

Quand ils furent revenus à l'entreprise, ils décidèrent que le camion-plateau devait être la priorité et en moins de quinze minutes, ils l'eurent remis en état de marche. Il y eut un cri de joie d'un groupe de spectateurs qui étaient approchés pour regarder. Mark eu vraiment envie de travailler sur la Jeep ensuite, mais il savait que tout le monde était tout aussi inquiet que lui. Il dit à Tom qu'il pouvait passer en dernier et Tom le remercia et lui demanda de conduire le camion à Billy. Après qu'il eut amené le camion, il s'approcha de Todd et de la carte.

«Hey, Mark. Comment ça s'est passé ?»

«Nous avons pu démarrer le plateau et Billy travaille sur les bancs en ce moment. Il a dit que cela devrait être fait dans environ 20 minutes et ils pourront porter 18 ou 20 personnes. Comment ça va ici ?»

«Bon, jusqu'à présent nous avons eu 34 personnes qui sont parties à pied, 21 réparties dans les 3 véhicules particuliers et 77 à mettre dans les remorques. Ça nous en laisse 36 à rapprocher de chez eux. Dès que le plateau sera prêt, nous aurons un groupe de 17 personnes, pour aller du côté nord-est. Qu'en est-il de la Jeep, est-elle en état de marche ?»

«Pas encore, j'ai dit à Tom que nous pouvions travailler sur les autres en premier. Comment vas-tu rentrer chez toi ?»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Mer 25 Nov 2009, 03:04


«Eh bien, avec trois autres nous ne vivons pas loin de Dave donc je vais lui demander de nous prendre dès que tout le monde sera parti.»

«C'est très bien. Bon, je ferais mieux de retourner aider Tom.»

«OK, mais assure-toi de venir me voir avant de rentrer chez toi.»

«Bien sûr.» répondit Mark en se demandant bien ce que Todd pourrait lui demander. Comme il marchait vers l'endroit où Tom travaillait sur la prochaine voiture, Jim le rattrapa.

«Hé, mon meilleur pote dans ce monde de sauvages, si ta Jeep démarre, me ramèneras-tu à la maison ?»

«Mais bien sûr, à une condition.»

«Laquelle ?»

«Si nous n'arrivons pas à la démarrer, tu devras m’aider à la pousser jusqu'à chez moi.» dit Mark avec un sourire sadique.

«OK, topes-la, gros malin !»

«Eh bien, puisque c'est ma jeep, je pense plutôt que c'est M. Gros Malin.»

Mark et Jim s'approchèrent de Tom et l'aidèrent sur les voitures les plus anciennes. Au fur et à mesure qu'ils mettaient en marche les voitures, les propriétaires les remerciaient puis partaient voir Todd, ramassaient des passagers et partaient. Tom ne parvint pas à faire partir la troisième voiture, même avec les nouvelles pièces. Ils y travaillèrent durant un long moment, mais durent finalement renoncer. Le propriétaire abattu parti voir Todd pour obtenir une place avec quelqu'un d'autre. Quand les nouvelles pièces furent installées dans la Jeep, Mark tourna la clé anxieusement. Dès que le moteur tourna rond son appréhension s'évanouit. Les trois hommes montèrent dans la jeep et se dirigèrent en direction de Todd.

«Bien, vous l'avait fait fonctionner. Tu ne voudrais pas l'échanger, même pour un pick-up tout neuf n'est-ce pas ?»

«Todd, la semaine dernière, j'aurais dit oui dans la seconde, mais aujourd'hui, je crois que je vais garder mon vieux tas de rouille.»

«Je ne t'en blâme pas. Tu as besoin de gasoil ?»

«Eh bien, je n'en ai pas vraiment BESOIN, mais je voudrais remplir le réservoir, si c'est OK.»

«Bien sûr, pourquoi ne pas laisser Jim et Tom le faire tandis que nous parlons une minute.»

Tom hocha la tête en direction de Todd et lui et Jim conduisirent la Jeep en direction des réservoirs de stockage de carburant.

«Mark, je veux que tu viennes à une réunion ici au bureau demain matin.»

«Une réunion à quel sujet, Todd ?» questionna Mark, en se demandant ce qui pouvait être assez important pour justifier une réunion alors qu’il n'y aurait probablement toujours pas de courant.

«Tu le sauras dans la matinée, disons à 7:30. Et prends Jim avec toi.»

«OK, Todd. Tout ce que tu veux. Hé, où est passé Dave ? N'est-il pas censé te ramener chez toi ?»

«Je l'ai renvoyé avec les autres. Ils étaient pas mal anxieux. Tom va prendre le plateau et me déposer chez moi avant de rentrer chez lui.»

Jim revient avec la jeep. Il sortit et se dirigea vers le côté passager.

«Plein effectué et prêt à partir.», dit-il à Mark.

«OK.» dit Todd avant que Mark ne puisse répondre. «Allez-y et je vous vois à la première heure demain matin.»

«Ok, bye.» répondirent les deux amis à l'unisson.

Ils montèrent dans la Jeep, Mark accéléra et ils se dirigèrent vers la porte.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 02:47

Chapitre 3 – Retour à la maison


Mark regarda sa montre. Elle indiquait 13:52. Près de quatre heures et demie depuis l'évènement. La première heure avait été très longue, mais les dernières trois heures et demi étaient passé assez vite.

«À ton avis, ça va être une réunion sur quoi ?» demanda Jim.

«Je ne sais pas. Peut-être pour savoir jusqu'à quel point la coupure va affecter le chiffre d'affaire ? Mais, si c'est juste à ce propos, je ne sais pas pourquoi il ne pouvait pas attendre jusqu'à ce que le courant revienne. Je ne peux pas imaginer ce qui pourrait être si important.» répondit Mark.

«Hé, au fait la radio fonctionne ?»

Mark tendit la main et tenta d'allumer la radio de la jeep. Il essaya toutes les fréquences, mais il n'y avait rien.

«Elle doit être grillée.» Il parla à Jim. «Allume la radio portable.»

... Confirmation qu’Air Force One a été retrouvé dans les montagnes de l'est du Tennessee. Il n'y a pas de précision encore sur d'éventuels survivants. Les équipes de secours sont en route et nous vous tiendrons informés dès que nous en saurons plus.

Il semble que la plupart des avions de ligne ont été atteints par l'IEM et des centaines d'accidents ont été signalés. Un avion en approche de Las Vegas a été en mesure d'effectuer un atterrisse forcé sur une autoroute dans le désert. Les passagers et l'équipage ont subi des blessures mineures, mais tous devraient se rétablir complètement. La plupart des avions qui étaient en vol au moment de l'IEM n'ont pas eu autant de chance. On s'attend à des dizaines de milliers de morts, tant en l'air qu'à terre suite au crash des avions en vol. La dévastation autour des aéroports des grandes villes est indescriptible.

La ville de Cincinnati est en proie à des émeutes. Les policiers locaux ont été submergés, on compte plus de 600 morts et ça continue d'empirer. Entre les feux dus aux accidents et ceux provoqués par les
émeutiers, le Cincinnati Fire Department annonce qu'ils ne peuvent qu'éviter aux feux de se propager à d'autres parties de la ville. Le gouverneur de l'Ohio a appelé la Garde nationale pour réprimer les émeutiers et protéger les pompiers par tous les moyens. Des émeutes ont également été signalées à Détroit et Seattle.


Le vice-président a prévu de tenir une conférence de presse à 18 h ET.

Vous êtes sur le réseau de CBS Radio. Nous revenons maintenant à votre programmation locale.

Ici KSTX à San Antonio, au Texas. Nouvelles 640 AM.


Dernière édition par dedenimes le Ven 27 Nov 2009, 02:51, édité 1 fois

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 02:51

Le crash des six avions de ligne à l'intérieur des limites municipales poussent les services d'incendie de San Antonio jusqu'à leurs limites. Les trois incendies situés dans la zone aéroportuaire ne sont pas combattus et continuent de brûler, tout effort étant mis sur les incendies dans les zones résidentielles. La baisse de la pression d'eau causée par la perte d'électricité entrave sérieusement leurs efforts. Le commissaire aux incendies invite tous les pompiers volontaires et les pompiers municipaux des collectivités de la région qui ont des camions-citernes les envoient afin d'aider les services de la ville. Veuillez s'il vous plait vous adresser au centre de crise temporaire au coin de Broadway et de la boucle 410.

Le service Électricité et Lumière de la ville a déclaré qu'il faudrait plusieurs jours pour rétablir le courant dans toute la ville. Un porte-parole a déclaré que la première priorité est les centres médicaux et cliniques qui n'ont pas de groupes électrogènes d'urgence.

Tous les hôpitaux locaux sont fermés aux blessés ne présentant pas de blessures mortelles et aux malades. Ils sont submergés par les brûlés et par les blessés victimes des accidents d’avion.

Les abris de la FEMA sont maintenant ouverts dans la plupart des lycées. Des générateurs ont été livrés aux établissements de Judson, Madison, et South San. Seuls les infirmes et les personnes âgées qui souffrant de la canicule sont admis dans ces centres.

Le couvre-feu à la tombée de la nuit mis en place par le vice-président entrera en vigueur dans la région de San Antonio à 20 H 11. Le San Antonio Police Departement a déclaré que toute personne trouvée dans les rues après ce délai sans motif légitime d'urgence sera arrêtée.

Ici KSTX, 640 AM. Nous serons de retour après cette pause.

Souffrez-vous des effets gênants des pellicules? Si oui, alors nous vous invitons à essayer notre nouvelle recette améliorée ...


Jim éteignit la radio.

«Merde ! C'est presque la fin du monde et ils passent des pubs ?» dit Jim.

Mark ignora cette question rhétorique. «Jim, si nous avions des émeutes ici, comme ils en ont à Cincinnati, que ferais-tu ?»

«Ben je resterais juste derrière toi. Après tout, tu as une putain de sacrée ceinture noire. Et je sais que tu possèdes une licence permettant le port caché d'une arme de poing, et je parie que tu as au moins un calibre planqué dans cette Jeep.» dit Jim avec un grand sourire diabolique.

«Non, sérieusement. Que ferais-tu ?»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 02:56

«Eh bien, si nous pouvions sortir de la ville, nous irions chez les parents de Lisa à Uvalde. Si nous ne le pouvons pas, alors je fermerais les volets, et je prierais pour que la situation s'améliore.»

«Tu n'aurais pas peur?»

«Oui et non.»

«Comment ça ?»

«Eh bien,» oui «parce que j'aurais peur pour Lisa et les filles si les choses allaient vraiment mal. Et «non» parce que tu oublies qui habite à côté ?»

«Tu veux parler de Gunny ?»

«Ouais, pour qu'une foule puisse arriver jusqu'à chez moi, elle devra passer outre Gunny et son vieux Garand, et il aime mes filles comme si elles étaient ses propres petits-enfants.» Jim repris. «L'autre chose que j'aimerais, c'est de squatter chez toi. Je doute que les émeutiers ne parviennent aussi loin du centre-ville.»

«Je suis d'accord. Pourquoi ne venez-vous pas séjourner chez nous jusqu'à ce que les choses reviennent à la normale ? D'ailleurs, ça m'évitera ainsi d'avoir à venir te chercher demain matin.»

«Quand nous serons arrivés à la maison, je demanderais à Lisa.»

Quand ils stoppérent dans l'allée de Jim, le Sergent-chef Marcus T. Pickwell de l'US Marine Corps (retraité) était dans sa cour en train de clouer un morceau de contreplaqué sur une fenêtre.

«Hey, Gunny, qu'est-ce que tu fais ?» appela Jim.

Gunny avança en boitant vers l'endroit où se tenaient Jim et Mark aussi vite que son genou artificiel et l'autre bientôt opéré ne le lui permettaient.

«Je ne fais pas confiance à ces enfoirés d’enfants de putains pour ne pas provoquer une émeute comme ils font à Cinci.» Gunny continua. «Je suis justement en train de renforcer les issues de ma maison au cas où ils se pointeraient et commenceraient à foutre leur merde.
Bien sûr j'ai laissé une fente suffisamment grosse pour la grosse Bertha. Si j'étais toi Jimbo, je ferais la même chose.»

«Eh bien, j'espère qu'on en arrivera pas là. Tu te souviens de mon ami Marc, du travail ?»

«Karaté Man, hein ?» dit Gunny en tendant la main. «C'est un joli carrosse que tu as là, Karaté Man. J'en pilotais un dans ce genre là en Corée. Comment as-tu réussi à le faire rouler ? Mon vieux tas de merde ne démarre pas.»

«Nous avons remplacé toutes les pièces d'allumage.» répondit Mark. «C'est sans doute juste ce qu'il faudra faire pour le votre.»

«Bien, nous devrions rentrer et aller voir comment vont les filles, Gunny.» dit Jim.

«T'en fais pas, j'ai gardé un œil sur elles, Jimbo.»

«Merci, Gunny, je savais que tu le ferais et j'étais soulagé de te savoir juste à côté.»

«À quoi serviraient les voisins sinon ?» répondit Gunny alors que Jim et Mark entraient par la porte du garage.

«Qui est Bertha ?» demanda Mark.

«C'est le calibre 12 anti-émeute de Gunny. Crois-moi, tu ne voudrais pas discuter avec lui !» lui fit savoir Jim. «Mec, il a apprécié ta Jeep. La seule chose qu'il ai jamais admiré chez moi, mis à part les filles, c'est mon M1A.»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 03:02

Quand les filles de Jim le virent, elles coururent vers lui et s'agrippèrent chacune à une jambe. Lindsey et Lacy étaient des jumelles âgées de 8 ans. Lisa arriva juste derrière elles et saisit Jim par la taille. Elle était presque aussi grande que Mark, mince avec de longs cheveux blonds et sans doute elle aurait pu être un modèle si elle n'avait pas épousé sa star d'ailier de foot du lycée. Avant que les jumelles ne naissent, elle travaillait comme infirmière de salle d'opération. Lorsque leur premier enfant s'avéra être deux enfants, elle et Jim décidèrent qu'elle resterait à la maison pour les élever. Elle leur faisait aussi l'école à la maison.

«Oh, chéri.» dit-elle. «J'étais tellement inquiète à ton sujet. Je suis si contente que tu sois à la maison. Rien ne marche dans la maison et même ma voiture ne démarre pas. Il fait si chaud à l’intérieur, mais j'avais peur de laisser la porte ouverte devant. Gunny m'a dit que le Président est mort et que tous les avions se sont écrasés et qu'il y a déjà des émeutes dans certaines des grandes villes et ... »

«C'est OK, bébé.» dit Jim avec douceur. «Je suis ici maintenant et rien de mauvais va nous arriver.»

«Je sais, mais c'est juste que c'est la pire chose dont j'ai jamais entendu parler ... Oh, salut Mark.»

«Salut, Lisa.»

«Bébé, Mark voulait savoir si l'on aimerait aller passer une nuit ou deux chez eux.»

«Je ne sais pas ... Je veux dire que je suis sûre que lui et Jessica ont assez de soucis sans avoir des invités, et je ne sais pas si c'est une bonne idée de quitter la maison.»

«Tu sais quoi ?» lui dit Mark. «Il fera probablement trop chaud pour dormir dans notre maison aussi. Que diriez-vous de prendre votre caravane pliante et de vous installer à l'arrière de notre terrain ? Nous allons probablement passer la nuit dans notre camping-car aussi. Si le groupe électrogène fonctionne encore nous pourrons l'utiliser pour faire fonctionner l'air conditionné suffisamment longtemps pour rafraîchir l'atmosphère comme nous l'avions fait à Big Bend. Au moins tout le monde pourra se reposer de cette façon.»

«Eh bien, si tu es sûr que ce n'est pas un problème. Je sais que je me sentirais sans doute mieux à la campagne qu'en ville.»

«OK, alors voici le plan. Vous, vous vous chargez de regrouper tous les trucs que vous souhaitez prendre. Mettez les choses les plus importantes dans le camping-car. Moi je vais aller en vitesse chercher ma famille à leur école et puis je reviendrai. Si j'arrive à faire démarrer le pick-up, je le ramènerais et vous aurez suffisamment de place pour prendre beaucoup de choses. Si je n'y parviens pas, je reprendrais la jeep à nouveau et il n'y aura alors de la place que dans votre caravane. Il est presque 14 h 30 maintenant. Je serai de retour vers, disons, 16 h 00.»

«Génial, Mark.» dit Lisa. «Merci beaucoup.»

«Pas de problème. Après tout ... à quoi serviraient les voisins sinon ?» dit Mark en faisant un clin d'œil à Jim.


Sur le chemin du retour, Mark se dit qu'il devrait probablement passer par chez lui pour voir si Jess ou les enfants avaient peut-être trouvé un moyen pour rentrer. Comme il passait par l'un des secteurs les plus pauvres de la ville, il remarqua un grand nombre de personnes regardant la Jeep. Il se pencha sous le siège, dézippa un étui, et mit son Colt Lightweight Commander sous sa cuisse. Si quelqu'un voulait lui prendre sa voiture, il se figurait que le .45 serait plus dissuasif que le petit .32 qu'il avait toujours dans sa poche arrière. Tout en conduisant il pensait à ce dont ils pourraient avoir besoin. Ils avaient leur propre puit et pourraient faire fonctionner la pompe avec le groupe électrogène. Mark était à peu près sûr qu'il fonctionnerait puisqu'il était d'un modèle similaire à celui que Billy avait utilisé au travail. Il pourrait remplir les réservoirs du camping-car, et il avait deux barils en plastique de 55 gallons dans lequel il transportait de l'eau jusqu'au terrain de chasse. Cela comblerait les besoins en eau. La nourriture pourrait être un problème. Jess était notoirement connue pour attendre jusqu'à ce qu'il n'y ai plus rien à manger avant d'aller au magasin. Il savait que le camping-car avait une réserve de nourriture, mais il n'était pas sûr de la quantité et de la péremption. Il y avait encore beaucoup de chevreuil qu'il avait tué l'année dernière dans le congélateur. Ils auraient de toute façon à l'utiliser à cause de la coupure de courant. Avant même de s'en rendre compte, il tournait dans son lotissement. Il était situé juste à la limite du comté de Wilson et il se composait de 60 lots de un à cinq acres, avec environ 50 maisons bâties. Silver Hills était entouré d'exploitations agricoles de taille moyenne. Mark possédait quatre acres à l'arrière de sa maison [NDT : 4 acres=1,6Ha]. En se garant dans l'allée, il vit David lancer un ballon de basket vers le panier au dessus du garage.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 03:06


«Hé, papa !» cria David en courant vers la jeep.

«Comment êtes vous rentrés ?» demanda Mark.

«Maman et moi avons marché. Ça nous a pris environ une heure.»

«Et ta sœur ?»

«L'autobus scolaire l'a ramenée.»

«C'est super !» dit Mark en se dirigeant vers la porte d'entrée.

Comme il franchi la porte, il remarqua que la maison était chaude. Ce n'était pas aussi chaud que chez Jim car toutes les portes et les fenêtres étaient ouvertes.

«Dieu, je suis content que tu sois à la maison.» dit Jess en sortant du couloir. C'était une rousse d'un mètre soixante aux yeux verts et elle commençait tout juste à avoir quelques rondeurs. Mark se rappela que la première fois où il la vit, il pensa qu'elle était la plus jolie fille qu'il ait jamais vu. Elle était encore jolie, et avait un tempérament irlandais, que Mark avait appris à éviter si possible. Elle avait étudié pour devenir biologiste marin, mais comme il n'y avait pas de travail dans son domaine, elle était retournée à l'école pour obtenir son certificat d'enseignement et maintenant elle enseignait la biologie en 8e année et les sciences de la terre en 7e année [NDT: 4ème et 5ème respectivement pour la France].

«Je suis si content que vous soyez tous à la maison. Je pensais devoir aller vous chercher.»

«Non David et moi sommes revenus avant qu'il ne fasse trop chaud, et Samantha est revenue à la maison en bus.»

«Tous les bus de l'école fonctionnent ?»

«Non, seulement la moitié environ. Seulement les plus vieux. Tu te souviens que l'augmentation du budget scolaire n'avait pas été votée l'an dernier et a quel point ça me rendait folle ?»

«Ouais.»

«Eh bien, une partie de cet argent devait servir à remplacer les anciens autobus. Désormais, je suis bien contente qu'elle ne soit pas passée.»

«Tu es au courant de ce qu’il se passe ?»

«Assez bien je pense. Nous avons entendu certaines nouvelles à l'école et quand je suis arrivé ici, je suis allé à ton cabanon et j'ai pris la radio à ondes-courtes. Il a fallu que je prenne les batteries d'une partie des lampes de poche pour qu'elle puisse fonctionner, mais j'ai écouté par intermittence ces deux dernières heures.»

«La radio ondes-courtes fonctionne ?» demanda Mark, surpris.

«Eh bien, euh ... Elle était dans une armoire métallique dans un bâtiment en métal.»

«Bon, peut-être que toutes les choses dans le hangar était protégées.»

«Peut-être. Mais nous n'avons plus d'eau. Nous avons tiré la chasse une paire de fois et nous nous sommes lavés les mains et puis la pression à chuté.»

«Eh bé alors, Miss Science, le réservoir sous pression n'est que de sept litres.»

«C'est stupide. Il devrait être beaucoup plus gros.»

«Ben il ne l'est pas. Mais je pense que je peux utiliser le générateur pour faire fonctionner la pompe.»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 03:12


«Parfait. Tu peux le faire maintenant ?»

«Non. Je dois aller chercher Jim et Lisa et je veux voir si le camion peut fonctionner. Nous allons apporter leur camping-car ici et j'ai pensé que nous pourrions rester dans le nôtre jusqu'à ce que la lumière revienne. Soit dit en passant, à quand remonte la dernière fois où tu es allé au magasin ?»

«Avant-hier, mais je n'ai pas acheté tant que ça.»

«Est-ce suffisant pour nous faire tenir pour trois ou quatre jours ?»

«Oui, je crois.»

«OK, je sors pour vérifier le pick-up et le Camping Car.»

«Oh, avant que tu ne partes, Jon Olsen, tu sais, l'ex-marine qui longe la maison de bonne heure chaque matin lors de son footing, il est venu un peu plus tôt et il a dit que lui et quelques-uns des autres hommes allaient tenir une réunion à son domicile après le discours du vice-président. Il a dit qu'ils allaient parler de mettre une sorte de garde à l'entrée du lotissement. Il a dit qu'il tenait vraiment à ce que tu y ailles.»

«Pas encore une réunion !» Mark expliqua à Jess que lui et Jim devraient aller au travail le demain pour une discussion avec le boss. Il était d'accord avec elle que ça semblait stupide, mais puisque son patron insistait, que pouvait-il faire d'autre ? «D'ailleurs,» ajouta-t-il, «j'ai pris l'habitude de manger trois fois par jour, et ma paye me permet de continuer à vivre ainsi.»

«Bon, je suppose que tu m'as eu sur ce point là, Monsieur. Que penses-tu de ce que M. Olsen veut faire ?»

«Je pense que tous ces anciens Marines sont un peu trop réactifs à mon goût et ils devraient se calmer un tout petit peu.»

«Je suis d'accord.»

Mark lui fit un salut militaire, la contourna et se dirigea vers la porte arrière. Il longea le côté de la remise et grimpa dans son Ford F-350 de 1991. Il tourna la clé et attendit que le voyant de préchauffe s'allume. Mark attendit ... et attendit ... et attendit. Lorsqu'il s'avéra que le voyant ne s'allumerait pas, Mark compris que le contrôleur de préchauffe devait être mort. Il essaya d'amorçer le moteur en tournant la clé et après plusieurs minutes d'efforts il s'ébranla bruyamment en ratant jusqu'à ce que le moteur devienne chaud. Il pensa que s’il était si difficile à démarrer quand il faisait presque 38 degrés à l'ombre, ce serait presque impossible à 24 ou moins. Il laissa tourner le moteur du camion et regagna la caravane qui était stationnée dans son emplacement. La cellule amovible pour pick-up, ou capucine comme elle était parfois appelée, avait parfaitement servi à la famille Turner pendant beaucoup d'années. Il vérifia la pompe à eau, le chauffe-eau, le réfrigérateur au propane, et le système stéréo. Tout semblait fonctionner. Probablement le fait que la cellule soit en aluminium avait aidé à protéger les composants. Quand il essaya le générateur au propane, il ne fonctionna pas. Mark fût déçu, mais il avait encore le vieux générateur à essence dans le hangar et il était pratiquement sûr que lui il fonctionnerait. Il serait plus bruyant que le Onan dans la cellule, mais il fournissait du 220 volts dont il aurait besoin pour le puits. La cellule était équipée de quatre vérins électriques pour la soulever hors du camion. Toutefois, quand Marc les essaya, seuls les deux les plus proches de l'abri fonctionnaient.


«Merde.» se dit-il à lui-même. C'était la deuxième fois qu'il jurait aujourd'hui. Cela signifiait qu'il devait mettre deux dollars dans le pot aux gros mots. Il ne pouvait pas se rappeler la dernière fois qu'il avait eu une journée à deux dollars.

Mark mit les deux vérins qui fonctionnaient en position basse puis récupéra les manivelles de secours manuelles pour les deux autres. Après environ 20 minutes d'effort, et en ruisselant de sueur, les deux vérins furent abaissés au sol. Il desserra les ridoirs qui attachaient la cellule au pick-up et en défaisant quelques écrous d'un côté et des clavettes sur l'autre, il fût en mesure de sortir le pick-up de sous la cellule. La caravane demandait à être abaissée plus près du sol pour pouvoir servir en position fixe, mais cela pourrait être fait plus tard. Il devait se dépêcher s'il voulait retourner chez Jim avant 16 h. Il installa le hayon arrière sur le pick-up et le conduit à côté de la maison. Il arrêta le pick-up car il devait être bien chaud maintenant et démarrerait sans problèmes dans la prochaine demi-heure. Il se hâta vers la maison pour prendre une chemise propre et se dirigea vers l'extérieur. Il prit son .45 dans la jeep et le mit dans le camion. Sa montre indiquait 15 h 22. Il devrait être chez Jim un peu avant 16 h 00, il pensait, mais comme il avait le camion il y aurait beaucoup à charger, connaissant Lisa, et il pourrait aider Jim afin qu'ils puissent revenir à la maison avant le discours du Vice Président.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 03:15

Quand il arriva chez Jim et Lisa, Jim avait déjà sorti sa caravane pliante du garage et l'avait chargée. Lisa avait préparé les choses qu'elle voulait prendre empilées dans le garage où était stationné la caravane. Il n'y avait pas autant de choses que Mark aurait crû. Mark recula en direction de la caravane et lui et Jim la raccordèrent. Puis, ils chargèrent l'arrière du pick-up.

«Penses-tu que je devrais prendre certaines de mes armes ?» demanda Jim.

«Si tu te sens mieux ainsi.» dit Mark, pensant que c'était inutile.

«Je vais juste prendre les Python et un fusil de chasse juste au cas où.»

«Ça semble correct, je pense.»

Jim se dirigea vers le coffre sécurisé que Lisa lui avait fait mettre dans le garage parce qu'il était trop moche pour aller dans la maison. Il l'ouvrit et en retira le revolver .357 et le calibre 12. Il prit un holster pour le revolver et quelques munitions et mit le tout, hormis le fusil de chasse, dans un petit sac polochon. Il rangea le fusil de chasse dans un étui souple et mis le tout derrière les sièges arrière du pick-up 4 portes.

Juste après, Gunny s'approchant en clopinant. «Prêts à partir de cet enfer, hein ?»

«Nous allons chez Mark jusqu'à ce que le courant revienne.» expliqua Jim.

«Vous serez partis un certain temps, alors. Je garderai un œil sur votre maison.»

«Merci, Gunny. Mais nous devrions être partis juste un jour ou deux et puis le courant sera de retour.»

«Tu crois vraiment ce que tu entends à la radio? Ces enfants de putes visqueux à Washington mentent comme des arracheurs de dents. Aucune chance que le courant revienne en moins d'un mois, ou peut-être pour toujours! » protesta Gunny.

«Eh bien, j'espère que tu as tort cette fois, Gunny. Mais merci de te proposer pour surveiller la maison. Si tu as besoin de quelque chose, tu sais où est la clé. Nous allons y aller. Mark veut être de retour pour la conférence de presse du vice-président.»

Mark sorti le pick-up et la caravane dans la rue, puis il aida Jim à pousser la voiture de Lisa dans le garage. Jim verrouilla la maison puis tous prirent places dans le pick-up, les filles en agitant les mains à l'attention de Gunny debout dans sa cour. Mark pris un itinéraire de retour différent cette fois. Il faisait un détour de cette façon, mais ça lui permettait d'éviter le quartier ou il était passé plus tôt. Quand ils arrivèrent à la maison, Jim installa sa caravane et Mark baissa la sienne avec l'aide de David. Ils avaient presque fini d'installer leur campement à 17 h 00, heure de la conférence de presse. Ils se dirigèrent vers le comptoir où Jess avait posé une cruche de limonade froide et Mark alluma la radio avant de se laisser tomber dans l'une des chaises de jardin.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 15:38

En effet, merci Mado. Je vais rajouter un disclaimer sur mon premier message pour en informer les lecteurs.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 17:27

Chapitre 4 - La première nuit


Lorsque le vice-président vint, il n'avait pas vraiment de nouvelles à signaler. Il confirma que Air Force One avait été trouvée, mais il n'y avait toujours pas de nouvelles précises sur le président. Des messages de condoléances furent offerts à ceux qui avaient perdu des êtres chers et des promesses d'aide furent faites à ceux qui avaient perdu leurs maisons. Il indiqua que les experts travaillent toujours sur la source de l'extinction. Il encouragea tout le monde à travailler avec la FEMA et avec leurs autorités locales et il réprimanda ceux qui provoquaient les émeutes et qui rendaient la situation pire. Il assura à tous que l'essentiel du courant serait de retour en deux ou trois jours tout au plus. Il promit qu'il allait parler à la nation tous les jours jusqu'à ce que la situation revienne à la normale. Ensuite, l'un des membres du réseau «Talking Heads» vint micro-analyser ce que le vice-président avait dit.

«Je suppose que nous n'avons pas besoin d'écouter cela.» dit Mark tout en
éteignant la radio. «Jim, tu viendras à cette réunion avec moi ? Peut-être que le fait de côtoyer Gunny nous sera utile.»

Les deux hommes prirent la route et discutèrent sur ce qu'ils auraient à faire avant la nuit. Finir la mise en place du camp était la première priorité et le pompage de l'eau était la suivante. Les femmes pourraient préparer le repas dès que le camp aurait été mis en place. Mark voulait brancher le congélateur sur le générateur pour un certain temps. Tout le reste pouvait attendre jusqu'au lendemain. Quand ils arrivèrent chez Jon Olsen, il y avait déjà 15 ou 20 hommes présents. Mark en connaissait un certain nombre et il leur présenta Jim. Tous furent cordiaux, mais aucun ne fût très amical. Au moment où Jon ouvrit la séance, 5 ou 6 autres personnes les avaient rejoints.

«Je pense que la première chose que nous devons faire est de mettre une garde 24 heures sur 24 à l'entrée du lotissement. Je pense qu'elle devrait se composer de deux hommes pendant quatre heures d'affilée.» commença Jon. «Cela signifie que nous aurons besoin de douze hommes par jour. Si nous avons 24 bénévoles, cela signifiera une garde de 4 h tous les deux jours. On peut alterner les quarts de chaque semaine entre le jour et nuit. De cette façon, personne ne prendra toujours les mauvais horaires.»

Mark regardais la plupart des autres hommes, qui hochaient la tête. «Excuse-moi, Jon, mais même si nous avions besoin de gardiens, pourquoi aurions-nous besoin d'eux pendant des semaines? Le courant va être de retour dans deux ou trois jours, ou peut-être un peu plus longtemps pour que ça fonctionne ici, mais ce ne sera pas pour des semaines.»

«Je sais que c'est ce qu'ils disent, Mark, mais nous ne pensons pas que ce soit vrai. Dites-leur Scott.»

«OK.» dit-il à Jon, puis il se tourna vers tout le monde. «Mon nom est Scott Simmons. La plupart d'entre vous ne me connaissez pas, mais ceux qui me connaissent savent que je travaille pour City Power and Light. Je travaille dans les travaux de réparation et, aujourd'hui, nous n'étions pas trop loin de nos bureaux lorsque l'explosion a frappé. Nous sommes rentrés à pied au bureau et ils nous ont dit de rentrer chez nous comme nous pourrions et qu'ils annonceraient à la radio quand ils nous faudrait revenir bosser.»

«Je ne vois pas ce que cela prouve.» affirma Mark.

«Laissez-moi finir. Vous voyez, nous avons entendu qu'ils avaient également renvoyés chez eux les employés des deux centrales électriques alimentées au charbon. Soi-disant les centrales entières et la plupart des pièces de rechange avaient été grillées par l'impulsion électromagnétique. Certaines de ces pièces demandent un délai de six mois pour leur obtention en temps normal. L'usine qui produit nos circuits de commande fournit la quasi-totalité des pièces pour l'Amérique du Nord. L'usine fonctionne à l'électricité, ce dont ils ne disposent pas. Même si ils arrivaient à la faire fonctionner sur l'alimentation de secours, impossible de dire combien de temps ça prendrait pour fabriquer les pièces de rechange pour l'ensemble des centrales électriques des seules grandes villes. C'est vachement drôle si on y pense ... On ne peut pas faire de l'électricité sans ces pièces et on ne peut pas faire ces pièces sans électricité.»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 17:34


«Les bonnes nouvelles sont que nos générateurs auxiliaires fonctionnant au GPL n'étaient pas en marche au début de la journée. Ils ne les lancent qu'au moment du pic de la demande électrique qui se situe généralement entre 15 et 18 h au moment où il fait le plus chaud. Ils nous ont dit qu’ils pourraient être en mesure de les faire fonctionner à nouveau dans quelques jours, mais ... ils ne peuvent fournir environ que de 10 à 15 pour cent de la demande normale des besoins de la ville, et ils fonctionnent au propane qui doit être pompé par, vous l'aurez deviné ... des pompes électriques. Puis il y a le travail de remplacement de tous les transformateurs de la ville. Je travaille pour CPL et je ne sais même pas combien il y en a, mais ça doit se compter par dizaines de milliers. Les équipes de maintenance peuvent en remplacer de 150 à 200 maximum en 24 heures. La pire tempête que nous avons subie au cours des dix dernières années a grillé un peu plus de 300 transformateurs. Pensez-y, parfois après une tempête certaines régions n'ont pas de courant pendant deux jours et c'est juste pour remplacer 200 ou 300 transformateurs. Maintenant, nous devrons en remplacer peut-être une centaine de milliers. Toutes les pièces de rechange dont nous disposions étaient sur le terrain extérieur derrière les bureaux. Un des ingénieurs m'a dit que l'IEM les a cuites, même si elles n'étaient pas connectées au réseau. Vous voyez l'impulsion les a chargés et ils étaient mis à la terre du fait qu'ils étaient posés au sol. Maintenant je ne sais pas combien de temps cela va prendre aux entreprises de matériel électrique pour produire des transformateurs en nombre suffisant pour les remplacer tous en Amérique, mais vous pouvez parier votre joli cul que ça va prendre plus de trois jours !»

«Est-ce que ce sont les ingénieurs qui vous ont dit tout ça ?» demanda Mark.

«En grande partie. Le reste n'est que du bon sens.» répondit Scott sur la défensive.

«OK, supposons que Scott dise juste et que ça va durer des mois ou peut-être même des années avant que nous ayons à nouveau du courant. A quoi servirait le fait de placer deux gardiens à l'entrée ? « fit valoir Mark.

«Ils peuvent faire en sorte que personne ne rentre ici, si elles ne vivent pas ici ou si elles n'ont rien à y faire.» répondit quelqu'un dans le groupe.

«Comment vont-ils faire cela ... tirer sur toute personne qu'ils ne connaissent pas ?»

«Ils pourraient tirer dans leurs pneus.» dit un homme que Mark ne reconnu pas, et, ce faisant, marcha droit dans son piège.

«Eh bien tout d'abord, environ 99% des voitures ne fonctionnent plus et même si certains gars viennent ici dans une voiture en marche qu'allez-vous faire après avoir tiré sur leurs pneus ? Ils sont coincés ici à partir de ce moment là. Qui va les loger et les nourrir ? Ou pensiez vous rétablir le peloton d'exécution ?»

Personne ne dit rien durant un long moment.

«Eh bien, certains d'entre nous sentiraient mieux d'avoir une paire de gars avec des fusils à l'entrée juste au cas où, et rien d'autre, afin de décourager la racaille.» dit Jon.

«Est-ce légal pour nous de placer des agents armés sur la route ?» demanda Ted Petrie, professeur au Collège de San Antonio.

«C'est un chemin privé. Nous pouvons faire ce que nous voulons si on le désire ! » dit d'un air béat le tireur dans les pneus.


«S'il y avait des émeutes à San Antonio, alors je pourrais accepter les gardes. Mais jusque-là, je pense que c'est idiot.» Mark aurait vraiment voulu utiliser le mot «stupide», mais il se ravisa. Il regarda autour de lui et ne vit que trois ou quatre personnes acquiescer.

«Procédons au vote. Je pense cependant que seuls les propriétaires de maisons dans le lotissement devraient voter.» déclara Jon regarder Jim. «Quelqu'un n'est pas d'accord ?»

Personne ne pipa mot.

«Tous ceux qui pensent que nous devrions poster des gardiens et qui seraient disposés à se porter volontaires, levez la main.»

Presque toutes les mains se lèvent. «On dirait que les oui l'emportent. Si c'est OK avec vous les gars je vais faire le planning de la première semaine.»

Tous ceux qui avaient voté oui hochaient la tête.

«OK, alors, je pense que ça suffit pour l'instant. Il n'y a rien d'autre ?»

«Jon, pourrais-je ajouter quelque chose ?» demanda Mark.

«Qui pourrait vous en empêcher ?» dit Jon en roulant des yeux.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 17:37


Mark fit fi des sarcasmes. «Je ne suis peut être pas d'accord sur les gardes, mais nous sommes encore voisins. Jim et moi allons rentrer à la maison et raccorder une génératrice à essence sur mon puit. Si l'un d'entre vous a besoin d'eau, venez juste avec un récipient et nous vous en donnerons. Si par malheur vous n'en aviez pas, venez quand même et nous trouverons le moyen de transporter l'eau tout de même.»

Tous les hommes qui le regardaient d'un air dur et renfrogné jusqu'à présent le regardaient désormais comme si il était leur meilleur ami.

«Merci, Mark.» dit Jon. «Je sais que nous apprécions tous votre geste.»

Les deux amis arrivaient à peine à domicile que Scott se présenta avec une voiturette rouge, transportant deux seaux de cinq gallons. Il avait aussi quelques outils électriques et offrit d'aider à câbler la pompe. Scott dit qu'ils pouvaient ôter la prise 220 volts du générateur et brancher le fil directement à la pompe, mais Mark lui dit qu'il voulait être en mesure de déplacer facilement le générateur. Scott lui demanda s'il avait des fiches de 220 volts. Mark n'en avait pas et la seule qu'il connaissait était sur le sèche-linge. Après avoir dû lui promettre 15 fois d'acheter une nouvelle fiche le plus tôt possible, Jess accepta avec réticence de leur permettre de couper la fiche du sèche-linge. Dix minutes plus tard, la prise fût branchée sur la pompe et quand Mark tira la corde du démarreur pour la deuxième fois le générateur revint à la vie. Ils le laissèrent chauffer pendant un moment puis branchèrent la pompe. La jauge de pression commença à grimper, et Mark fût autant soulagé que lorsque il avait réussit à démarrer la Jeep. À ce moment-là il y avait presque 35 personnes chez Marc avec toute sorte de récipients, des bouteilles vides de Coca de 2 litres à une énorme brouette recouverte d'un liner en plastique. Tout le monde remercia Mark à profusion et certains offrirent même de le payer. Mark les remercia de l'offre, mais il refusa en disant que c'était seulement du simple bon voisinage. Après un certain temps, alors que certains revenaient pour leur troisième ou leur quatrième voyage et que d'autres arrivaient pour la première fois, Mark donna à Samantha et David la charge de s'occuper de la pompe avec pour ordre strict de ne pas accepter d'argent. Puis il alla à l'arrière pour terminer d'installer sa caravane.

Quand il arriva à l'arrière, Jim avait fini d'installer sa caravane pliante, et se tenait debout à côté du barbecue à charbon de Mark, en train de faire cuire des burgers.

«Mec, ça sent bon.» dit Mark, en se rendant compte qu'il n'avait pas mangé depuis le petit déjeuner.

«Oui, n'est-ce pas ?» répondit Jim. «Écoute, au sujet de l'eau, Jess et Lisa ont rempli deux baignoires, j'ai estimé qu'elles contenaient au moins 100 gallons chacune, et j'ai rempli tes bidons de 55 gallons et les trois de 5 gallons que tu avais. J'ai aussi rempli le réservoir de ma caravane, il contient 25 gallons, et j'ai pris les clés auprès de Jess et j'ai rempli ton réservoir d'eau douce aussi. Je me suis dit que ton réservoir était au moins aussi grand que le mien et cela devrait nous donner au moins 375 litres.»

«Cela parait beaucoup, mais je parie que ça ne durera pas longtemps. Heureusement, il ne devrait pas y avoir de problèmes puisque nous pourrons utiliser la pompe autant que nous en aurons besoin.»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 17:42


Mark contempla le feu l'espace d'un instant. Il mit ensuite sa caravane de niveau, ouvrit toutes les fenêtres et les évents, et mis en fonction le réfrigérateur et le chauffe-eau. Ceci fait, il aida Jim à terminer les hamburgers.

Lorsque les burgers furent prêts, toutes les personnes qui avaient besoin d'eau avaient été servies, et les deux familles s'assirent autour de la table de pique-nique pour manger. Mark prononça les grâces, et demanda au Seigneur de les protéger et leur donner la sagesse au milieu de cette crise. Jess avait seulement acheté un paquet de petits pains, qui était généralement plus que suffisant pour eux quatre, alors toute personne qui voulut manger un second hamburger dû le manger avec du pain blanc ordinaire. Alors que Mark et Jim en étaient à leur deuxième burger, et David à son troisième, une petite dame âgée apparue au coin de la maison avec une bouteille d'un demi-gallon de lait vide à la main.

«Excusez-moi, mais êtes-vous les personnes qui offrent de l'eau ?»

«Oui madame.» dit Mark en se levant.

«Pourrais-je vous déranger un petit moment ?»

«Vous ne me dérangez pas. Mais en aurez-vous assez avec la moitié d'un gallon ?»

«Il m'en faudrait plus, mais c'était le seul contenant propre que j'avais.» expliqua-t-elle.

Mark s'approcha de la femme. «Bonsoir, mon nom est Mark Turner.»

«Bonsoir, je suis Abigail Petersen.» dit-elle en tendant la main à Marc.

«Ravi de vous rencontrer.» dit Mark en lui serrant la main. «J'ai plusieurs bidons de 5 gallons qui sont déjà remplis. Aimeriez-vous en emprunter une ?»

«Je ne serais jamais en mesure d'emporter une telle quantité.» répondit la femme qui avait l'air d'avoir autour de 70 ans.

«Mme Petersen, c'est pourquoi Dieu a mis les adolescents sur la terre, juste pour que nous, les adultes n'ayons pas à porter de lourdes choses.»

«David !» appela Mark.

«Oui, papa.» répondit David avec sa bouche à demi plein de hamburger.

«Va dans le hangar et prend le bidon d'eau avec le robinet et apporte-le chez Mme Petersen.»

«Oui, chef !» répondit le garçon en avalant la dernière bouchée de son hamburger avant de courir vers le hangar.

«Il n'a pas à faire cela.» s'opposa Mme Petersen.

«Mme Petersen, le garçon vient d'avaler près de la moitié d'une vache. Vous lui faites une faveur en lui faisant faire de l'exercice.»

Un moment plus tard, David apparu avec un charriot avec le bidon d'eau dedans. Mme Petersen remercia Mark et elle et David partirent en direction de sa maison. Au bout de quelques minutes David était de retour avec le jeu de société «risk» dans le charriot.

«Où as-tu eu ça ?» lui demanda sa mère.

«Mme Petersen me l'a donné. Elle a dit qu'elle l'utilisait pour y jouer avec ses petits-enfants, mais qu'ils ont tous grandi maintenant.» dit David.

«Je pensais que je t'avais dit de ne rien prendre pour l'eau.» le réprimanda Mark.

«Tu as dit ne pas prendre de l'argent.»

«C'est vraiment ce que j'ai dit?»

«Oui, papa.» dit Samantha en prenant la défense de son frère, ce qui était quelque chose qui ne se produisait pas souvent.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Ven 27 Nov 2009, 17:46


«Eh bien, OK alors, mais je pense que tu devrais le considérer comme un prêt et non comme un don.»

«OK, papa. Pa', tu aurais dû voir le salon dans sa maison. Il était plein de têtes d'animaux. La plupart venaient d'Afrique, mais elle avait quelques-uns des plus grands cerfs de Virginie que tu as jamais vu. Elle m'a dit que son mari était un gros chasseur en son temps, mais il est mort il y a environ deux ans. Sa baraque était trop cool.»

«Je suis content que tu l’as aimé, parce que tu devras probablement transporter de l'eau là-bas de façon régulière jusqu'à ce que le courant revienne.» dit Mark à son fils.

Mark regarda sa montre et elle lui indiqua 20 h 07. Le couvre-feu avait prit effet il y avait quatre minutes. Mark et Jim déplacèrent le générateur à un endroit où ils pourraient y brancher les deux caravanes. C'était un modèle 4000 watts plutôt silencieux. Ils le calèrent, allumèrent la climatisation dans les caravanes, puis branchèrent une rallonge de 25 m au congélateur. Durant leur voyage en été au Big Bend National Park, ils avaient découvert que si si ils faisaient fonctionner la clim pendant deux heures environ après le coucher du soleil pour rafraîchir l'intérieur du camping-car, il ne faisait pas trop chaud au moment de dormir. Mark pensait également que deux ou trois heures pour le congélateur permettrait de tout garder congelé pendant un moment. Jess, avec l'aide de Lisa, déplaça autant de choses possibles du contenu du réfrigérateur dans la maison pour ceux dans les caravanes, mais il y avait certaines choses qui ne pourraient pas y aller. Mark prit sa glacière Igloo 95 L et y mis 4 bouteilles pleines de glace. Il avait remarqué que, s’il mettait une bouteille de 3 litres de coke remplie à ras bord d'eau dans le congélateur, elle gèlerait en dessous de 0°. La pression causée par l'eau en expansion abaissait le point de congélation. Il n'était pas sûr de savoir combien de degrés il gagnait ainsi, mais il avait trouvé lors de ses séjours de pêche sur la côte que ça tenait longtemps. Il mit ensuite le reste de la nourriture du réfrigérateur dans la glacière.

Une fois que les tâches furent finies et tous les enfants occupés, les quatre adultes s'assirent autour de la table de pique-nique et discutèrent des événements de la journée. Ils parlaient surtout de ce que Scott Simmons avait dit aux hommes. Jess et Lisa estimaient que, bien que Scott soit un gentil compatriote, il était juste un réparateur à la compagnie d'électricité et il ne savait pas de quoi il parlait. Après tout, pourquoi le vice-président mentirait-il au sujet de combien de temps cela allait prendre pour restaurer le courant ? Ils parlèrent encore pendant un moment de la rencontre avec Todd, puis la discussion dériva sur la façon dont il devait vivre quand il y avait de l'électricité. Au bout de ce qui semblait être un peu de temps, Mark regarda sa montre. Elle indiquait maintenant 22 h33. Mark annonça qu'il allait prendre une douche rapide dans le camping-car et aller au lit. Jim déclara qu'il allait faire de même. Les femmes décidèrent de parler un peu plus longtemps et déclarèrent qu'elles regrouperaient les enfants et iraient se coucher dans un petit moment et qu'elles couperaient le générateur plutôt qu'eux le fassent. Avant de se diriger vers la caravane, Mark entra dans sa chambre à coucher et trouva la boite noire sur sa commode à l'aide d'une lampe de poche. Il sorti deux dollars de son portefeuille et les mis dans la boîte à gros mots. Après sa douche, Mark se sécha, mis le réveil et grimpa dans le lit du le camping-car. La dernière chose à laquelle il pensa était que beaucoup de choses s'étaient passées dans les derniers quatorze heures.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Sam 28 Nov 2009, 18:18

Chapitre 5 - La grande réunion


Lorsque l'alarme du réveil se déclencha à 06 h 00 elle tira Mark d'un sommeil profond. Il chercha à couper l'alarme, mais ne la trouva pas. Il lui fallu un moment pour se rappeler qu'il dormait dans la caravane. Il trouva le réveil, l'éteignit, et regarda sa montre. Il était en train de calculer qu'il pouvait gagner quelques minutes de sommeil quand Jess se retourna.

«Quelle heure est-il ?» demanda-t-elle.

«Six heures, essaye de te rendormir.»

«OK». Elle se retourna et enroula le drap autour de son cou.


Mark se rappela que la nuit dernière il avait pensé qu'il fallait mieux se lever à 6 h, s'il voulait aller à la réunion de Todd à 07 h 30. Il se donnait 45 minutes pour faire le trajet qui lui prenait habituellement 35 minutes, mais avec toutes les voitures en panne ça pourrait prendre une heure pour y arriver. La plupart des voitures avaient été mises sur le côté de la route, mais il y avait quelques-unes qui étaient encore sur la chaussée. Il prit une paire propre de jeans et une chemise polo, mit ses chaussettes et ses chaussures, et se dirigea alors vers la caravane de Jim pour voir si son ami était réveillé. Il y avait une lumière allumée dans la caravane.

«Jim» chuchota Mark.

«J'arrive.» murmura Jim en retour. Un moment plus tard, la porte s'ouvrit et Jim sortit de la caravane. Il était vêtu de la même façon que Mark.

«Quel véhicule allons-nous prendre ?» demanda-t-il.

«Nous allons essayer le pick-up, je préfère le prendre, mais si il ne démarre pas assez vite, nous prendrons la Jeep.» répondit Mark.


Ils se dirigèrent vers le camion et Mark s'acharna dessus durant cinq ou six minutes sans succès. Il était prêt à renoncer à quand Jim lui demanda s'il avait du start-pilote. Jim se souvint avoir entendu des chauffeurs de vieux camions discuter sur l'utilisation de start-pilote pour démarrer les camions avant qu'existent les bougies de préchauffage. Mark trouva une vieille bouteille de liquide dans le hangar et la donna à Jim. Quand il tourna le démarreur, Jim pulvérisa le fluide dans l'entrée d'air du moteur. Le camion démarra presque immédiatement, mais eu des ratés pendant les deux premières minutes. Pendant qu'ils attendaient que le moteur se réchauffe, Mark prit deux jerricans en métal et trois en plastique dans le garage et les mit à l'arrière du camion. Il espérait que Todd lui permettrait d'emprunter un peu d'essence pour le générateur. Lorsque le ralenti se stabilisa, les deux hommes grimpèrent à l'intérieur et Mark engagea une vitesse et ôta lentement son pied de l'embrayage. Lorsqu'ils approchèrent de l'entrée de Silver Hills, l'aube naissante donnait suffisamment de lumière pour distinguer les deux gardes armés. Mark arrêta le camion et Manuel Hernandez s'approcha de la fenêtre. Mark ne connaissait pas l'autre homme, mais il l'avait vu lors de la réunion chez Jon et lors de la distribution d'eau. Manuel tenait une vieille Winchester .30-30 et qu'il semblait que l'autre avait un fusil à canon court Mossberg.


«Bonjour, Manny.» dit Mark. «Tout c'est bien passé la nuit dernière ?»

«Bonjour à vous, messieurs.» répondit Manny. «Pas de problème jusqu'ici. Où allez-vous de si bonne heure ?»

«Notre patron nous a dit de venir travailler aujourd'hui.» Il marqua une pause. «Hé, vous voudrez me faire une faveur ?»

«Bien sûr.»

«Je ne sais pas combien de temps nous allons partir, mais pourriez vous dire aux gardes que nous allons revenir ? Je ne voudrais pas qu'ils tirent sur MES pneus.» dit-il avec un clin d'oeil.

«Pas de problème. Nous garderons un œil sur vous.» promis Manny. «Ecoute.» Il chuchotait maintenant. «Les poulets ont beaucoup pondus ce matin. Je donne habituellement les œufs supplémentaires au boulot, mais comme je ne vais pas y aller pendant un moment, Rosa et moi
voulons que vous les preniez.»

«Merci, Manny. Nous viendrons les prendre quand nous serons de retour. C'est très gentil de ta part.»

«C'était très gentil de ta part de donner de l'eau à nous tous, surtout que vous n'êtes pas d'accord avec nous.»

«C'était la bonne chose à faire et je suis sûr que tu aurais fait la même chose.» dit Mark humblement.

«Peut-être. Mais je ne pense pas que tout le monde aurait fait pareil.»

«Peut-être pas.» Mark topa la main de Manny en élançant le camion sur la route
.


Dernière édition par dedenimes le Dim 29 Nov 2009, 02:21, édité 1 fois

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Sam 28 Nov 2009, 18:22


Les deux hommes discutèrent encore sur ce qui pouvait être si important pour que Todd leur dise de venir. Ils en vinrent à la conclusion que Todd voulait sans doute savoir combien d'argent l'entreprise pourrait débloquer pour aider ses salariés pendant les trois ou quatre jours où elles seraient absentes du travail. L'entreprise avait toujours été très généreuse envers ses travailleurs, en particulier pendant les moments difficiles.

Ils ne virent pas d'autres voitures avant d'arriver en ville. Même alors, ce ne fut que quelques voitures et quelques bus de la ville. Au moins sur les routes principales, une personne devait avoir déplacé toutes les voitures qui n'avaient pas été poussées sur le côté. Ils arrivèrent finalement plus vite qu'ils ne l'auraient pensé. Jim fit remarquer qu'ils avaient de la chance que l'impulsion n'avait pas eue lieu à l'heure de pointe.

«Pense à la côte ouest.» dit-il à Mark. «L'impulsion les a frappé à environ 07 h 30. Vu la façon dont leur système routier est toujours encombré, ils ne seront jamais en mesure de pousser toutes les voitures sur le côté. »

Quand ils arrivèrent en vue du portail de l'entreprise, Tom était là et leur ouvrit. Mark entra le camion et Tom ferma et verrouilla la porte. Il grimpa ensuite dans la grande benne de la Ford et tapa sur le toit pour signaler qu'il était prêt. Mark se gara devant l'immeuble des bureaux principaux et les trois hommes sortirent du camion et se dirigèrent vers la salle de conférence. Todd était déjà là et ils prirent tous un siège, Jim et Mark sur un côté et Todd et Tom en face d'eux.

«Bonjour. Vous avez probablement dû vous demander pourquoi je vous voulais ici aujourd'hui.» commença Todd.

Jim et Mark hochèrent la tête.

«D'abord, comment allez-vous vous et vos familles, jusqu'à présent ?»

«Très bien.» répondit Jim en premier. «Mark a transporté ma caravane chez lui et Lisa, les filles et moi sommes restés là-bas la nuit dernière.»

«Vous n'êtes pas branchés sur l'eau de ville, n'est-ce pas Mark ?»

Mark secoua la tête.

«Comment ça se passe sans électricité et sans eau ?»

Les deux amis se regardèrent et sourirent timidement.

«Comment, ai-je raté quelque chose ?»

«J'ai un groupe électrogène à essence que nous utilisons pour le camping et nos séjours au terrain de chasse. Un des voisins nous a aidé à câbler la pompe sur mon puit, nous pouvons donc la brancher sur le générateur. Presque tout le quartier est venu et a prit de l'eau la nuit dernière. Puis nous avons branché nos caravanes et laissé la clim assez longtemps pour que nous puissions dormir confortablement.»

Todd et Tom se regardèrent. Mark ne pouvait pas dire si le regard qu'ils échangèrent était d'étonnement ou d'amusement, ou si c'était un peu des deux.

«Dites-moi les gars,» Todd retourna son attention vers sur eux. «Que feriez-vous si le courant était coupé de plusieurs mois à un an ?»

«Pourquoi tu me demandes ça ?» interrogea Mark. «Tu es la troisième personne en 24 heures qui nous suggère que les lumières ne seront pas de retour dans quelques jours. Sais-tu vraiment quelque chose ou tu ne fais juste que spéculer ?»

«Pour l'heure, jouons simplement avec les hypothèses, OK ?»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Sam 28 Nov 2009, 18:29


«OK.» Ce fût Jim qui parla cette fois. «Les premières choses à se soucier serait l'eau, la nourriture et le logement.»

«C'est un bon début. Prenons les un par un.» dit Todd. «On dirait que vous aurez de l'eau aussi longtemps que vous disposerez d'essence pour le générateur. Qu'en est-il de la nourriture ?»

«Nous avons probablement assez chez nous pour les huit d'entre nous pendant une semaine au plus. Nous aurions besoin d'en acheter plus. Et, si on part sur une année, je voudrais essayer de faire un jardin et d'élever du bétail, comme des poulets et des chèvres, je suppose.» déclara Mark.

«Probablement que nous avons assez de nourriture dans ma maison pour deux semaines ou peut-être trois.» ajouta Jim. «Comme Lisa ne travaille pas, elle achète un tas de trucs en gros pour économiser de l'argent et si il y a des promos, elle en achète beaucoup. Nous devrons cependant transporter tout ça chez Marc. Lisa connait un peu le jardinage et l'élevage du petit bétail comme elle a grandi à la campagne.»

«Ensuite, le logement.» repris Mark. «Nous avons évidemment nos maisons. Mais elles ne sont pas prévues pour être habitées une fois privées d'électricité. Même avec toutes les portes et fenêtres ouvertes, il faisait vraiment chaud dans notre maison hier après-midi. Si on avait une ancienne maison construite avant d'avoir l'air conditionné, et le chauffage, on pourrait s'en sortir assez bien. Nous aurons probablement à rester dans nos caravanes. Au moins, on y habitera jusqu'à ce qu'il fasse suffisamment frais pour revenir dans la maison. «

«Tout ça semble très bien.» nota Todd. «Par quoi d'autre seriez-vous inquiétés ?»

Mark répondit en premier. «Les prochaines choses seraient le sujet des soins médicaux, puis l'éducation de mes enfants et enfin notre sécurité personnelle.»

«Je serais inquiet au sujet de nos familles et amis.» ajouta Jim. «Lisa est déjà préoccupé par ses parents ... Quel est le but de toutes ces questions, Todd ?»

«Que connaissez-vous sur le fondateur et président du conseil d'administration de notre entreprise ?» demanda Todd.

«Tu veux parler de M. Davis ?»

Todd hocha la tête.

«On dit qu'il est dingo. Une sorte de Howard Hughes moderne. » répondit Jim.

«Fou comme un renard, peut-être. Ce qui serait plus proche de la vérité.» dit Tom, ouvrant la bouche pour la première fois depuis que la réunion avait commencé.

«Vous voyez, M. Davis a songé depuis un certain temps que quelque chose pourrait perturber notre mode de vie. Il a acheté un grand ranch vers l'endroit où ils ont construit le lac de retenue de Choke Canyon.» expliqua Todd. «Il possède 2500 acres sur la partie supérieure droite du lac. C'est de la bonne terre et elle est giboyeuse. Le lac est l'un des meilleurs lacs de pêche de l'état.»

«Nous avons pêché et chassé le canard là-bas. En fait, notre terrain de chasse n'est pas trop loin de là.» avoua Jim.


«Nous le savons.» poursuivit Tom. «Nous sommes un groupe de personnes, 19 familles pour le moment, qui ont été sélectionnées pour aller là-bas en cas de, dirons-nous, gros caca [NDT : traduction clin d'oeil de "worst case scenario"]. Nous avons des informations très fiables selon lesquelles le courant ne pourra pas être totalement rétabli en moins de 18 à 24 mois. Dans ce laps de temps qui sait ce qui va se passer. Nous savons avec certitude qu'il y aura des émeutes comme ils en ont eu dans le Nord. Il serait idiot de penser que lorsque les gens ne pourront pas obtenir de la nourriture et l'eau ils resteront tranquille. Nous nous attendons à des émeutes à grande échelle dans toutes les grandes villes des États-Unis au cours des deux à trois prochaines semaines.»

«Alors vous êtes un groupe de ces fous de survivalistes ?» Le tact n'avait jamais été l'un des points forts de Jim.

«Eh bien, je ne pense pas que nous soyons fous, surtout si ce que nous pensons qu'il va se passer se passe réellement. Mais, oui. Je crois qu'on peut dire que nous sommes survivalistes.»

«Même si tu as raison à propos de l'électricité, qu'est-ce que cela a à voir avec nous ?» demanda Mark.

«Je pense que dans quelques jours, nous saurons tous si j'ai raison ou non.» commença Todd. «Mais pour répondre à votre question, nous vous surveillions tous les deux depuis un certain temps. Vous avez tous deux des qualités et des compétences que nous recherchons. Nous aurions sans doute été amenés à vous parler de toute façon d'ici 6 à 8 mois et nous aurions essayé de vous incorporer lentement dans le groupe, mais les
circonstances nous ont forcées à accélérer nos plans.»

«Que veux-tu dire par vous n'avez cessé de nous observer ?» Mark fût légèrement indigné.

«Exactement ce que ça veut dire.» expliqua Todd sans la moindre excuse. «Nous en connaissons beaucoup sur vous et vos femmes. Nous sommes très sélectifs sur qui nous prenons dans le groupe. Nous ne voulons pas de surprises, alors on se renseigne à fond sur nos futurs membres.»

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75 Empty Re: [Fiction] Lights Out (traduction en cours) chap 8 sur 75

Message par dedenimes Sam 28 Nov 2009, 18:35


«Je n'aime pas le fait que vous nous avez espionnés, mais pourquoi nous voulez-vous dans "votre" groupe ?»

«Vous avez tous deux des compétences outdoor. Vous savez comment chasser et de pêcher et nous n'avons pas quelqu'un qui ait de réelles compétences dans ces domaines. Mark, nous avons été impressionnés par le fait que tu sois une ceinture noire et que tu donnes des cours de karaté. Nous voulons que tout le groupe apprenne le karaté à la fois pour la condition physique et pour la défense. Ta femme est un professeur d'école et nous avons beaucoup d'enfants qui vont avoir besoin d'éducation. Jim, nous savons que tu es un tireur accompli. Tu pratiques le tir au fusil à longue portée et tu finis presque toujours en première, deuxième ou troisième place au pistolet dans les compétitions de ... comment les appelles-tu ? « demanda Todd à Tom.

«IDPA.» lui fit savoir Tom.

«Ouais, c'est ça.» Todd poursuivi. «Nous voulons quelqu'un qui peut apprendre à notre communauté à tirer. Et ta femme est un véritable trésor de compétences. Elle a des connaissances sur le bétail, sait faire l'école à domicile, et est une infirmière du bloc. Nous disposons d'un médecin dans le groupe, mais nous aimerions vraiment avoir une infirmière, en particulier une qui a de l'expérience en salle d'opération. Nous savons que vous allez à l'église protestante régulièrement, et que vous êtes tous deux assez conservateurs sur le plan politique. Vos valeurs de la famille s'inscrivent dans notre philosophie et vous serez les bienvenues en tant que membres de notre groupe. «

«Alors, pourquoi pensez-vous que NOUS voudrions rejoindre votre groupe?» s'enquit Jim.

«Eh bien nous avons totalement mis en place la logistique. Nous avons stocké assez de nourriture pour tout le monde pour trois années complètes. Nous disposons de plus d'un tracteur et de semences à planter pour cultiver notre propre nourriture. Nous avons des bovins, des poulets et des lapins. Nous avons un puis et une génératrice diesel pour la pompe avec suffisamment de carburant pour 10 ans. Nous avons des véhicules en état de marche et du carburant. Nous avons non seulement un médecin, mais nous avons des fournitures médicales et un bon approvisionnement de médicaments. Chaque famille a sa propre habitation prévue pour être confortable avec peu ou pas d'énergie comme celles dont vous parliez, Mark. L'endroit est très isolé et sécurisé. Juste en cas, nous avons des armes et des mesures de sécurité pour lutter contre la possibilité que quelqu'un nous attaque. Nous avons les moyens de faire face à presque n'importe quelle crise. Vos familles seraient nourries, logées et protégées avec nous. Il s'agit d'une situation idéale pour être à l'abri en cas de caca [NDT: traduction clin d'oeil de "shit hits the fan"] ».

«On dirait que vous avez pensé à tout.» dit Jim.

«Nous avons essayé.» répondit Todd. «Et M. Davis n'a épargné aucune dépense pour faire en sorte que nous ayons tout ce dont nous pourrions avoir besoin.»

«Vous avez dit que nous correspondions à votre philosophie. Pouvez-vous nous dire exactement quelle est votre philosophie ?» questionna Mark.

«Nous sommes conservateurs et croyons à la Constitution. Nous voulons protéger et entretenir les idées qui ont créées cette grande nation. Telle que la croyance en Dieu, le dur labeur, et le droit à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur. Je commence à paraître un peu ringard. Fondamentalement, nous sommes tous protestants, nous ... «.

dedenimes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 49
Localisation : Région de Nîmes, gard
Emploi : conducteur de station d'épuration
Loisirs : informatique, lecture, sorties dans les bois
Date d'inscription : 10/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum