Olduvaï
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Premiers secours : quelques gestes

Aller en bas

Premiers secours : quelques gestes Empty Premiers secours : quelques gestes

Message par matthioux le Jeu 1 Jan 2009 - 8:10

Il me semble important de rapeler les gestes essentiels aux premiers secours.
Voici une compil non exostive des principaux gestes et reflex a connaitre en cas d'urgence.

Celle-ci peut être complétée en fonction de vos expériences et compétances.
Merci de votre participation.



Saignement

Comment reconnaître une hémorragie ?
Le sang s'écoule abondamment à l'extérieur du corps par une plaie.

Que faire ?



  • Comprimer immédiatement la plaie qui saigne avec un coussin hémostatique ( ou à défaut avec la paume de la main), en se protégeant à l'aide d'un gant.
  • Allonger la victime,
  • Faire alerter les secours,
  • Conserver cette compression jusqu'à l'arrivée des secours.
  • Surveiller la victime jusqu'à l'arrivée des secours.
Pourquoi agir ainsi ?

En maintenant la compression sur la plaie qui saigne, vous stoppez l’hémorragie, et évitez que la victime ne perde trop de sang. Si la victime perd trop de sang, elle peut mourir rapidement.

En l’allongeant, vous évitez qu’elle ne soit prise d'un malaise dû à la perte d’un volume trop important de sang, et ne tombe.


Perte de conscience

Comment reconnaître une victime inconsciente ?

La victime est inconsciente quand :



  • Elle ne répond pas aux questions simples : «m’entendez-vous ?», «que s’est-il passé ?», «que vous est-il arrivé ?»…
  • Elle ne répond pas aux ordres simples : «ouvrez les yeux !», «serrez-moi la main !»,…
Que faire ?


  • Desserrer la ceinture et le col pour lui faciliter sa respiration,
  • Basculer prudemment sa tête en arrière en tirant le menton vers le haut pour éviter que la langue ne tombe en arrière dans la gorge et ne gène la respiration de la victime, regarder dans la bouche pour retirer d'éventuels corps étrangers visibles.
  • S’assurer que la victime respire en vous penchant au-dessus de sa bouche,
  • Placer la victime sur le côté.
  • Donner l'alerte ou faire alerter les secours.
  • Surveiller la victime jusqu'à leur arrivée.
Comment placer la victime sur le côté ?


  1. Ecarter son bras du côté de retournement à angle droit de son corps et plier le coude, paume de la main tournée vers le haut.
  2. Saisir l'épaule et la hanche de la victime du côté opposé.
  3. Tout en maintenant la main, saisir la jambe opposée au retournement derrière le genou, la replier pied au sol
  4. Faire rouler lentement le corps en tirant sur le genou vers soi et en maintenant la main de la victime contre son oreille.
    Lorsque le genou de la victime est au sol, retirer la main de sous la tête de la victime en maintenant son coude pour ne pas bouger la tête.
    Ajuster la jambe pliée, de sorte que la cuisse soit à angle droit du corps.
    Ouvrir la bouche
    .

Pourquoi mettre une victime inconsciente qui respire sur le côté ?

Si la victime inconsciente reste sur le dos, elle risque de s’étouffer avec sa langue et avec ses propres vomissements.

En la plaçant sur le côté, tête en arrière, bouche ouverte et dirigée vers le sol, ses vomissements s'écouleront librement sur le sol, et la langue ne pourra plus tomber dans sa gorge. Ainsi elle ne risquera plus de s'étouffer ! De plus lors du retournement, en maintenant la main de la victime sur son oreille on assure la stabilité de la nuque et on limite les risques de lésion de la colonne cervicale.

En aucun cas vous ne devez laisser une victime inconsciente qui respire sur le dos.



Malaise cardiaque

Comment reconnaître un malaise cardiaque ?

La victime se plaint d’une violente douleur dans la poitrine. Cette douleur la serre comme un étau. La victime est angoissée, elle peut avoir également mal dans un bras, dans la mâchoire, dans le dos, au ventre,…

Que faire ?

Mettre la victime au repos : lui proposer de s'allonger sauf si elle préfère une autre position.

Lui poser quelques questions :



  • Lui demander depuis combien de temps la douleur s'est installée,
  • Lui demander si c'est la première fois qu'elle ressent cette douleur,
  • Lui demander ce qu'elle fait quand elle a ce genre de douleur (prise d'un médicament particulier,…),
  • L'interroger sur son état de santé habituel : traitement en cours, maladies particulières, hospitalisation…
Si la victime possède le médicament qu'elle prend habituellement pour ce genre de douleurs, l'aider à prendre le(s) médicament(s) comme l'a prescrit le médecin traitant (même nombre, même type,…),


  • Alerter le SAMU (15) et transmettre tous les renseignements en votre possession.
  • Suivre les indications du médecin du SAMU.
  • Surveiller la victime jusqu'à l'arrivée des secours.
Pourquoi agir ainsi ?

En installant la victime en position de confort, vous évitez qu’elle ne s’agite et vous permettez qu’elle se repose confortablement en attendant les secours.
En l’interrogeant sur son état de santé habituel, et en la questionnant, vous permettez, lors de votre contact avec le médecin du SAMU, que celui-ci prenne mieux connaissance des problèmes médicaux de la victime, pour une meilleure prise en charge par les secours. En l’aidant à prendre le(s) médicament(s) comme l’a prescrit le médecin traitant (même nombre, même type,…), vous évitez qu’elle ne se déplace et ne se fatigue encore plus.

En aucun cas vous ne devez donner d’autres médicaments que ceux prescrits par le médecin traitant pour ce genre de douleur.



Brûlure

Que faire ?



  • Refroidir la brûlure en l'arrosant immédiatement pendant 5 minutes à l'eau froide, sans pression sur la brûlure.
  • Retirer les vêtements pendant l'arrosage, à l'exception de ceux qui adhèrent à la peau.
Si la brûlure est très étendue, ou que les cloques sont de grandes tailles (plus de la moitié de la paume de la main de la victime), la brûlure est dite grave. Il faut allonger la victime sur la région non brûlée. L'installer en position demi-assise si elle présente des difficultés respiratoires. Alerter au plus vite les secours. Surveiller la victime jusqu'à l'arrivée des secours.

Si la brûlure est simple, l'arrosage peut être poursuivi plus de 5 minutes pour limiter la douleur, protéger la brûlure, ne pas percer la cloque. Surveiller la brûlure, si elle devient chaude, gonflée ou si elle continue à faire mal dans les 24 heures, consulter un médecin.

Pourquoi arroser une brûlure ? En arrosant une brûlure avec de l’eau froide, vous permettez :



  • Un refroidissement immédiat de la zone brûlée,
  • Une diminution immédiate de la douleur,
  • Un arrêt de l’extension en taille et en profondeur de la brûlure, en particulier en cas de brûlure par produits chimiques.
En cas de brûlure grave, l'arrosage de plus de cinq minutes entraîne le refroidissement de la victime.

Cas particulier : La victime a avalé un produit chimique.
Que faire ?


Allonger la victime et alerter les secours (SAMU : 15).

Vous ne devez jamais :



  • Faire boire quoi que ce soit à la victime. En effet, dans ce cas, vous augmentez le risque de vomissements du produit chimique.
  • Faire vomir la victime. En effet, dans ce cas, le nouveau passage du produit chimique dans les voies digestives aggraverait les lésions déjà instaurées.

Plaie

Comment reconnaître une plaie grave ?

Il s'agit d'une plaie étendue, souillée, contenant des corps étrangers ou d'une plaie située au niveau du ventre, de la poitrine ou de l’œil.

Que faire en cas de plaie superficielle ?


  • Nettoyer la plaie avec une compresse et un désinfectant, ou soit à l’aide de tampons désinfectant. EVITER LA COTON pour nettoyer !
  • Protéger la plaie avec un pansement si besoin.
Que faire en cas de plaie grave ?


  • En règle générale, allonger la victime pour éviter qu’elle ne s’agite et la mettre au repos.
  • Alerter les premiers secours.
  • Surveiller la victime jusqu'à leur arrivée.
Cas particuliers :

Plaie à la poitrine :
Mettre la victime en position demi-assise pour faciliter sa respiration.

Plaie au ventre :
Mettre la victime en position allongée jambes fléchies pour diminuer la douleur et faciliter sa respiration.

Plaie de l'oeil :
Mettre la victime allongée sur le dos, tête calée, les yeux fermés. Demander à la victime de ne pas bouger les yeux pour ne pas aggraver les lésions.

matthioux
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 257
Localisation : côte varoise
Date d'inscription : 18/09/2008
Points : 220
Réputation : 0

Revenir en haut Aller en bas

Premiers secours : quelques gestes Empty Re: Premiers secours : quelques gestes

Message par Invité le Jeu 1 Jan 2009 - 9:41

Je conseille de faire une formation, une fois les gestes acquis sur le manequin ou un autre stagiaire on fait de petits sketchs avec mise en situation surprise et auto-organisation de l'équipe sous l'oeuil du moniteur. On mémorise bien mieux qu'une simple lecture.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Premiers secours : quelques gestes Empty Re: Premiers secours : quelques gestes

Message par Paulo Simoes le Sam 31 Jan 2009 - 22:33

bonjour à tous,
Matthioux: Merci pour ces petits rappels, qui ne font pas de mal.

Je me permet quand même de rappeler que tout les bouquins du monde ne remplacerons pas l'enseignement, les corrections et les conseils d'un formateur de secourisme.
Et un recyclage ou remise à niveau régulièrement est conseillé.
De plus, il faut prendre soins de cadrer certaines infos en les apportant et s'assurer qu'elles soient à jour

Exemple au hasard: quand ça saigne il faut appuyer directement dessus.
C'est vrai mais avant il faut s'assurer qu'il n'y a pas de corps étrangé dans la plaie. Et si la plaie est plus large que sa main ou appuyer ? ( sur le point le plus hémorragique de la dite plaie).
En tout cas c'est plaisant de voire que le secourisme est de plus en plus souvent traité et abordé, car la France n'est malheureusement pas un bon élève dans ce domaine.
A plouche.
Paulo.
Paulo Simoes
Paulo Simoes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 24
Localisation : Eure
Emploi : Coutelier forgeron et infirmier smuriste, instructeur de secourisme et SST.
Date d'inscription : 10/01/2009
Points : 0
Réputation : 0

Revenir en haut Aller en bas

Premiers secours : quelques gestes Empty Premiers secours, formation AFPS PSC1

Message par tarsonis le Mar 13 Juil 2010 - 10:13

Philippe13 a écrit:Je conseille de faire une formation, une fois les gestes acquis sur le manequin ou un autre stagiaire on fait de petits sketchs avec mise en situation surprise et auto-organisation de l'équipe sous l'oeuil du moniteur. On mémorise bien mieux qu'une simple lecture.

Tout à fait d'accord sur ce point. La formation AFPS (maintenant PSC1) donne de bonnes bases, avec un petit examen final. La plupart du temps, les instructeurs vous téléphonent et proposent de faire un petit rappel pour consolider les connaissances, ou une formation supplémentaire pour approfondir les notions.

Certaines professions rendent gratuite la formation, d'autres l'exonèrent, et certaines associations proposent carrément une formation gratuite (étudiants, sans emploi, etc...).

Les Français, mauvais élèves du secourisme

En France, les accidents de la vie quotidienne ou de la route sont la première cause de mortalité, avec près de 50 000 décès par an. Selon un rapport de l'Académie nationale de médecine, adopté le 29 juin, les premiers gestes de secours pourraient augmenter les chances de survie de 20 %.

Or, plus de 60 % des Français ne connaissent pas les gestes qui sauvent, et préfèrent attendre l'arrivée des pompiers ou du SAMU lors d'un accident. A l'approche de l'été, cette méconnaissance du secourisme est d'autant plus préoccupante que les accidents se multiplient : on recense beaucoup plus de noyades, piqûres et malaises qu'en basse saison.

DES FRANÇAIS DANS LA MOYENNE BASSE DE L'UNION EUROPÉENNE

A la différence des Allemands et des Scandinaves, formés à plus de 80 % aux premiers soins, seulement 40 % des Français seraient initiés ou formés, selon une enquête de la Croix-Rouge réalisée l'an dernier. Des chiffres alarmants, s'inquiètent les experts de l'Académie de médecine, pour lesquels le secourisme devrait être reconnu grande cause nationale.

Comment expliquer les lacunes des Français en la matière ? Tout d'abord, il n'existe pas de définition claire du terme secourisme. Bénévoles occasionnels et professionnels rigoureusement formés ne sont pas distingués aux yeux de la loi. De cette absence de terminologie résulte un blocage juridique. En effet, "un des premiers obstacles à la diffusion du secourisme et à la mise en œuvre des gestes appris est la prise de responsabilité civile et pénale qu’elle implique", constate le rapport de l'Académie de médecine.

De plus, il n'existe aucun plan national sur le secourisme en France. En cause, le trop grand nombre d'organisations concernées, depuis les ministères - santé, travail, jeunesse et sports - jusqu'aux instances administratives, comme l'Observatoire du secourisme, créé en 1997, qui a pour mission "de réfléchir et de commenter tout ce qui concerne les premiers secours en France".

Enfin, les services d'urgences renforceraient l'attentisme des Français. Par leur rapidité et leur performance, ils dissuaderaient les témoins d'un accident de débuter une action de secourisme. Une partie de la population n'oserait pas, en outre, toucher les victimes d'un accident par peur d'aggraver leurs blessures avec un mauvais geste. Attitude que dénonce Pascal Cassan, médecin conseiller de la Croix-Rouge française, qui assure qu'il vaut mieux pratiquer un massage cardiaque, même incertain, que ne pas agir du tout".

LES SOLUTIONS : SENSIBILISER ET CONTRAINDRE

De nombreuses solutions sont proposées pour pallier le mauvais score français. Pour Pascal Cassan, une sensibilisation toujours accrue est le meilleur moyen de pousser les Français à se former : "Ils doivent comprendre qu'ils auront huit chances sur dix de pratiquer les premiers secours sur un de leurs proches." Si les jeunes semblent prompts à se former, ce sont les seniors qui sont les plus réticents. Pourtant, ils sont souvent les plus touchés.

Une autre solution, recommandée par l'Académie de médecine, est la mise en place d'une formation obligatoire et suivie. Il s'agirait d'imposer l'apprentissage des gestes de secourisme à l'école, au travail ou encore lors de l'examen du permis de conduire pour permettre à chacun d'assimiler tout au long de la vie les premiers secours. Cet été, les caravanes de la Croix-Rouge sillonneront les plages, proposant une initiation gratuite d'une heure.

Enfin, le vote d'une loi "du bon Samaritain", déchargeant le bénévole de responsabilité pénale en cas de décès après des gestes de secourisme, pourrait permettre aux Français de franchir le pas de l'intervention. S'il n'y a en réalité jamais de condamnation, une loi lèverait toute ambiguité.

Chloé Baïze

________________________________________________________
L'expérience est une lumière qui n'éclaire que ceux qu'elle a déjà brûlés. Cédric Dassas


甩葱歌 - 古箏 - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France
tarsonis
tarsonis
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 9358
Age : 33
Localisation : Grand Est
Loisirs : Trek, ethnobotanique, électronique DIY, nucléaire, médecine, post apo.
Date d'inscription : 21/05/2008
Points : 9847
Réputation : 136

Revenir en haut Aller en bas

Premiers secours : quelques gestes Empty Re: Premiers secours : quelques gestes

Message par SAVAGE le Mer 28 Juil 2010 - 11:24

Penser aux premiers réflexes, la protection par ordre d'importance :

-se protéger soi-même des dangers immédiats, directs ou indirects
-protéger les autres
-protéger la victime

Les dangers directs et indirects : par exmple un incendie. Les flammes et l'asphyxie sont des dangers directs, la toiture qui s'effondre est un danger indirect.

l'acronyme P A S : Protéger Alerter Secourir.

L V A : Libération des Voies Aériennes

C C C : Col Cravate Ceinture

Pour les brûlures : dans le cas d'une brûlure chimique, on arrose pas, car il y a risque de projections. On préférera plonger la partie atteinte dans l'eau :

ASSIS DANS L'EAU ON EST BIEN (acide dans l'eau on est bien).

Pour les hémorrhagies, distinguer :

-hémorrhagie externe (on se vide)
-hémorrhagie interne
-hémorrhagie interne extériorisée (on se vide par un orifice naturel)

A A A : Appuyer Allonger Alerter

Pour une hémo interne extériorisée, mieux vaut placer la victime de façon à ce que le sang s'écoule librement afin d'éviter la formation de caillots.

L'importance du message d'alerte :

- permet une intervention rapide et ciblée des secours
- donner les bons renseignements
-permet aux secours de se protéger et protéger les autres des dangers directs et indirects (ex: accident de la route)

Un message d'alerte doit comporter :

- la cause de l'appel (malaise, accident...)
- le lieu de l'accident et si possible le point kilométrique si accident routier
- le lieu de l'appel si différent du lieu d'accident
- type d'accident
- nombre et types de véhicules impliqués (avec description des plaques des camions citernes)
- état des véhicules impliqués
- nombre de victimes
- état apparent des victimes
- soins apportés aux victimes
- n° de tél si possible

SAVAGE
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 403
Localisation : au milieu c'est à dire au Centre
Date d'inscription : 13/10/2009
Points : 436
Réputation : 0

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum