Olduvaï
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-40%
Le deal à ne pas rater :
Écharpe Lacoste en laine côtelée à -40%
60 € 100 €
Voir le deal

Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Catharing le Ven 28 Fév 2020 - 18:05

Salut,

Avec la propagation du coronavirus et les mesures prises par le gouvernement concernant les élèves de retour des pays touchés, difficile d'éviter le sujet à l'école.
Résultat, les questions fusent à la maison.
Comment, dans ces conditions, informer son enfant sur ce nouveau virus sans l'effrayer ? Les professeurs ont un rôle à jouer pour répondre aux questions de leurs élèves, mais les parents aussi... le tout sans céder à la panique.

Pour savoir comment en parler à son enfant, on a interrogé le psychologue Jean-Luc Aubert. L'article

Que dire à son enfant qui, en rentrant de l'école, vous demande : 'c'est quoi le coronavirus ?'
Jean-Luc AUBERT - La première recommandation, c'est de ne pas dépeindre ses angoisses à travers ses réponses. Il faut parler de la façon la plus neutre et la plus objective possible, en donnant les éléments que l'on connaît.
Dire par exemple que c'est une maladie contagieuse et que les cas de décès sont très rares.

Que cela concerne des personnes très fragiles, en insistant sur le "très".

C'est ça la réalité des choses. Et si l'enfant pose plus de questions, là encore lui répondre sans faire un long discours.

En revanche, il ne faut pas devancer ses questionnements et faire du terrorisme verbal.

Il y aussi un côté visible du coronavirus avec les masques que l'on peut voir sur des personnes croisées dans les lieux publics.

C'est forcément générateur d'angoisses...
Pour les masques, on peut dire à son enfant que certaines personnes sont plus inquiètes que d'autres, et c'est pour ça qu'elles en portent.

Car on sait que les masques vus dans la rue n'ont de justification que pour ceux qui sont infectés, et dans ces cas-là, ils sont tenus d'être confinés.

Si l'on doit soi-même en porter un, dans le cas d'un enfant qui ne sait pas encore parler, et donc qui a du mal à intellectualiser ce qui se passe, on peut instaurer un jeu que les tout-petits adorent, le "coucou, c'est moi".

Au lieu de cacher son visage avec ses mains et ensuite de les écarter, on fait la même chose avec son masque de protection. Cela permet de dédramatiser car l'enfant considérera cela comme un jeu.

Cette épidémie permet aussi d'expliquer les phénomènes de peur.

On peut dire à l'enfant que la peur est plus contagieuse que le virus.
Mettez par exemple quelqu'un qui a peur dans une pièce, vous allez voir qu'au bout de 10 minutes, toutes les personnes présentes seront dans le même cas.

Les craintes actuelles sont notamment liées au fait que l'on s'interroge sur ce nouveau virus que l'on ne connaît pas.

Et comme on n'a aucune réponse définitive, cela crée de l'angoisse.
[..]

Dans le cas d'une famille qui doit rester en quarantaine, comment l'expliquer à son enfant et le rassurer ?
Il faut dire à son enfant que ce sont des mesures de précaution parce qu'on revient d'une zone à risque et qu'on ne sait pas si on a attrapé le virus.
Pour ne pas prendre le risque de le communiquer à d'autres personnes, on est obligé de rester à la maison 14 jours. Si son enfant a moins de 4 ans, et donc pas trop la notion du temps, ne pas hésiter à lui montrer sur un calendrier ce que ça représente.
Il faut aussi dire qu'il n'y a rien de grave et que si on a le virus, des soins existent, et que dans la majorité des cas, on guérit.
Là-aussi on explique les choses très simplement.
De toute façon, à partir du moment où l'enfant est avec ses parents, qu'il peut jouer, il ne se pose pas plus de questions que ça.
Encore une fois, ces mesures de confinement, ce sont plutôt des angoisses d'adultes.
Donc il faut surtout apprendre à maîtriser ses propres inquiétudes, pour pouvoir ensuite rassurer son enfant.

________________________________________________________
"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien.
Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion.
Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger.
Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez." H.Arendt

"La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat."  H.Arendt

Lalalalalala
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 6929
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 7894
Réputation : 83

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Catharing le Ven 28 Fév 2020 - 18:12

Salut,

 Si vous ne voulez pas avoir cette discussion avec vos chérubins pour ne pas les inquiéter, les experts recommandent au contraire d’évoquer le sujet avec eux.
Selon le Dr Nikiforidou, spécialiste de l’enfance exerçant à l’Université de Liverpool Hope, il est en effet important de les tenir informé sur cette maladie. [url=actualites]Ici[/url]




Lui apprendre à reconnaître les risques


« Je suis contre l’idée de ne pas en discuter avec son enfant pour ‘le protéger’.

Bien qu’il soit jeune, il est capable de comprendre et il va forcément en entendre parler à la radio, à l’école ou à la télévision.
Il ne vous en parlera peut-être pas, mais il va digérer cette information de son côté et cela peut lui créer des angoisses », déclare-t-il auprès du Daily Mail.
Avant d’ajouter : « Se dire qu’il n’a pas besoin de savoir ce qu’il se passe peut avoir des conséquences sur son développement cognitif.
Cela pourrait en effet altérer son appréciation du risque. En clair, il pourrait ne pas reconnaître ce qui est dangereux ou non. »
Pour l’experte, éviter le sujet va aussi entraîner de l’incompréhension chez l’enfant.
« Cela l’empêche en effet d’assimiler l’information, les causes et conséquences de ce virus et les mesures de précautions (…)
Cela le prive également de faire face à ses émotions, à ses peurs. Vous sous-estimez sa capacité à penser, réfléchir, et cela peut impacter son intelligence émotionnelle », affirme-t-elle. 
Elle recommande ainsi de prendre un moment pour lui parler du Covid-19 calmement, lui expliquer d’où il vient et quels sont les symptômes.
Il est aussi important de l’informer des mesures de précautions et de lui indiquer de bien se laver les mains plusieurs fois par jour.
N’hésitez pas à le rassurer en lui disant que l’on peut évidemment guérir de cette maladie.

________________________________________________________
"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien.
Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion.
Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger.
Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez." H.Arendt

"La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat."  H.Arendt

Lalalalalala
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 6929
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 7894
Réputation : 83

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Catharing le Mer 4 Mar 2020 - 21:36

Salut,

Explique-moi un virus: comment informer les enfants sur l'épidémie ?
https://www.ladepeche.fr/2020/03/04/explique-moi-un-virus-comment-informer-les-enfants-sur-lepidemie,8774979.php
Le mot "pandémie" ne leur parle pas, la quarantaine reste un concept flou.
Confrontés à un flux d'informations anxiogènes et à un vocabulaire inaccessible, les enfants sont en demande de réponses adaptées à leurs questions et angoisses au sujet de l'épidémie de coronavirus.
A la rédaction du Petit Quotidien, un journal destiné aux écoliers de 6 à 10 ans, l'atelier de journalisme de ce mercredi permet à une classe de CE1 de l'ouest parisien de faire un point sur les connaissances.

"Il est parti (de Chine) en Italie et après ça a fait beaucoup de personnes malades en Italie", explique Tal, 7 ans. C'est aussi l'occasion de dire tout haut ses angoisses: "Ca fait un peu peur le Coronavirus, t'as pas envie de l'avoir, ça peut faire mourir", souffle la fillette.

Comme souvent avec les enfants, c'est la question des origines qui la taraude le plus : "d'où il vient et comment il a fait pour arriver sur Terre ?".

Pokemon Coronavirus -

Le faible risque encouru par les enfants en cas de contraction du virus est également mis en valeur par les rédactions de la presse jeunesse.

Sur les près de 250 cas recensés en France, une poignée sont des enfants et leurs conditions n'a soulevé aucune inquiétude jusqu'à présent.

"On le dit beaucoup donc ça aide les lecteurs à prendre de la distance et du recul, ça leur est utile pour relativiser les choses et se sentir un peu préservés", selon le journaliste Olivier Gasselin.
"Ils savent aussi qu'ils sont moins exposés, mon fils a donc surtout peur pour sa grand-mère de 73 ans qui nous rend visite en ce moment, il lui rappelle tous le matins de ne pas trop sortir", témoigne Leila, mère du petit Nahel.

Nahel, 7 ans, confirme ne pas se sentir trop concerné et bataille pour assimiler toutes les nouvelles consignes de prévention que lui assène la maitresse et ses parents, notamment éternuer dans son coude, car il n'a pas encore l'habitude.
Dans cette affaire qui ne l'intéresse pas tant que ça il se réjouit surtout d'avoir gagné un nouveau jeu pour s'occuper à la récréation.
"On a inventé un Pokemon qui s'appelle Coronavirus, il a la forme du virus et on doit tout faire pour l'éviter et après on court partout".


Téléchargez gratuitement l'exemplaire du Petit Quotidien du 5 mars 2020 : "Contre les virus, pas de bisous!"
Cliquez ici pour télécharger directement le PDF

________________________________________________________
"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien.
Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion.
Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger.
Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez." H.Arendt

"La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat."  H.Arendt

Lalalalalala
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 6929
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 7894
Réputation : 83

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par BigBird le Mer 4 Mar 2020 - 22:42

en même temps, le coronavirus semble plus "actif" sur les vieux que sur les très jeunes,
la mortalité juvénile due à cette souche est semble t-il très très faible, alors que sur le 3ème age, c'est nettement plus morbide,
donc, pour les rassurer, leur dire que s'ils suivent bien les recommandations d'hygiène au quotidien, ils ne risquent pas grand chose, qu'après le pic, il y aura la décrue, et que pépé et mémé ont surement plus de soucis à se faire qu'eux.  mrsgreen


on peut aussi leur dire qu'un mal pour un bien, c'est bon pour le financement de la retraite Twisted Evil ,
mais ça, les mômes, ils s'en foutent !
BigBird
BigBird
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1658
Date d'inscription : 09/04/2009
Points : 1703
Réputation : 15

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Semper le Jeu 5 Mar 2020 - 5:01

Comparons les mortalités respectives des deux maladies: de 1 à 3% pour le Covid-19 [le taux a été actualisé à 3,4% par l'OMS] contre 0,1% pour la grippe, soit un écart d’un facteur 10 à 30. Ecart vraisemblablement sous-estimé, rappelle Antoine Flahault: «Le 0,1% de la grippe renvoie à un «excès de mortalité» constaté en comparant les statistiques d’un mois avec grippe versus un mois sans. Ce chiffre englobe les décès directs et indirects liés à la maladie. Si l’on s’en tient uniquement aux décès cliniquement établis, comme c’est le cas dans les statistiques actuellement transmises pour le Covid-19, la mortalité directe de la grippe est inférieure à 0,01%.» Soit un facteur 100 d’écart, qui, compte tenu de la propagation internationale du virus, justifie de prendre des mesures


source: https://www.letemps.ch/sciences/covid19-bien-pire-quune-grippe
Semper
Semper
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 1936
Date d'inscription : 13/11/2010
Points : 2089
Réputation : 30

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par 10000 etres le Jeu 5 Mar 2020 - 8:32

Au collège de sillingy (haute Savoie), tous les élèves et tous les professeurs habitant à la balle de sillingy ne reprendront pas les cours lundi matin.

Aucune autre consigne pour l'instant.

________________________________________________________
--
10000 etres
10000 etres
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 117
Localisation : sud-est
Loisirs : arts-martiaux, méditation, plantes, nature, bricolage
Date d'inscription : 27/11/2010
Points : 146
Réputation : 1

http://le-projet-olduvai.forumactif.com/t3773-presentation-10-00

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Catharing le Jeu 5 Mar 2020 - 21:41

Salut,

En parlant des enfants..

Le coronavirus a un impact sur l'éducation . UNESCO
https://en.unesco.org/themes/education-emergencies/coronavirus-school-closures

https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://en.unesco.org/themes/education-emergencies/coronavirus-school-closures&prev=search

Un nombre record d'enfants et de jeunes ne fréquentent pas l'école en raison de fermetures temporaires ou indéfinies d'écoles mandatées par les gouvernements pour tenter de ralentir la propagation de COVID-19 .
Au 4 mars, 22 pays sur trois continents différents avaient annoncé ou mis en œuvre des fermetures d'écoles. L'UNESCO apporte un soutien immédiat aux pays, y compris des solutions pour un enseignement à distance inclusif .

Treize pays ont fermé des écoles dans tout le pays, ce qui a touché près de 290 millions d'enfants et de jeunes qui fréquentent normalement les classes préprimaires et secondaires supérieures.
Neuf autres pays ont mis en place des fermetures d'écoles localisées pour prévenir ou contenir la propagation du COVID-19.
Si ces pays ordonnaient également la fermeture d'écoles à l'échelle nationale, cela empêcherait 180 millions d'enfants et de jeunes supplémentaires de fréquenter l'école.

Fermetures d'écoles dans tout le pays
Nombre de pays [total]: 13 pays
Nombre d'apprenants affectés [total]: 290.509.228









































 Arménie
437,612
 Azerbaïdjan
1.783.390
 Bahrein
247.489
 Chine [y compris Hong Kong et Macao]
233.169.621
 République Populaire Démocratique de Corée
4.229.170
 Iran (République islamique d ')
14.561.998
 Irak
7.010.788
 Italie
9.039.741
 Japon
16.496.928
 Koweit
358,786
 Liban
1.132.178
 Mongolie
870.962
 Emirats Arabes Unis
1.170.565
Remarque: Les chiffres correspondent au nombre d'apprenants inscrits aux niveaux d'enseignement préprimaire, primaire, secondaire inférieur et secondaire supérieur [niveaux CITE 0 à 3].  Chiffres d'inscription basés sur les données de l'Institut de statistique de l'UNESCO.  Les chiffres n'incluent pas les étudiants du niveau supérieur qui peuvent également être affectés par des fermetures d'établissements d'enseignement.


Fermetures d'écoles localisées


Nombre de pays [total]: 9 pays
Nombre d'apprenants potentiellement à risque: 180.236.493





























 France
 Allemagne
 Pakistan
 République de Corée
 Singapour
 Thaïlande
 Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord
 les États-Unis d'Amérique
 Viet Nam
(*) Remarque: les chiffres correspondent au nombre total d'apprenants inscrits aux niveaux d'enseignement préprimaire, primaire, secondaire inférieur et secondaire supérieur [niveaux CITE 0 à 3] et pourraient être affectés si des fermetures d'écoles localisées devaient se produire dans tout le pays.  Chiffres d'inscription basés sur les données de l'Institut de statistique de l'UNESCO.  Les chiffres n'incluent pas les étudiants du niveau supérieur qui peuvent également être affectés par des fermetures d'établissements d'enseignement.
[/quote]


Conséquences néfastes des fermetures d'écoles


Les fermetures d'écoles, même temporaires, entraînent des coûts sociaux et économiques élevés.  Les perturbations qu'elles causent touchent les gens dans toutes les communautés, mais leur impact est particulièrement grave pour les garçons et les filles défavorisés et leurs familles.
Certaines des raisons pour lesquelles les fermetures d'écoles sont si nuisibles sont énumérées ci-dessous.  Bien que la liste soit loin d'être exhaustive, elle aide à clarifier pourquoi les fermetures d'écoles devraient être importantes pour nous tous.



  • Apprentissage interrompu : la scolarité fournit un apprentissage essentiel et lorsque les écoles ferment, les enfants et les jeunes sont privés de possibilités de croissance et de développement.  Les inconvénients sont disproportionnés pour les apprenants défavorisés qui ont tendance à avoir moins d'opportunités éducatives au-delà de l'école.
  • Nutrition : De nombreux enfants et jeunes dépendent de repas gratuits ou à prix réduits fournis dans les écoles pour se nourrir et se nourrir sainement.  Lorsque les écoles ferment, la nutrition est comprise.
  • Parents non préparés pour l'enseignement à distance et à domicile : lorsque les écoles sont fermées, les parents sont souvent invités à faciliter l'apprentissage des enfants à la maison et peuvent avoir du mal à accomplir cette tâche.  Cela est particulièrement vrai pour les parents dont l'éducation et les ressources sont limitées.
  • Accès inégal aux portails d'apprentissage numérique : le manque d'accès à la technologie ou à une bonne connectivité Internet est un obstacle à la poursuite de l'apprentissage, en particulier pour les étudiants issus de familles défavorisées.
  • Lacunes dans la garde d'enfants : En l'absence d'options alternatives, les parents qui travaillent laissent souvent les enfants seuls lorsque les écoles ferment, ce qui peut conduire à des comportements à risque, notamment une influence accrue de la pression des pairs et de la toxicomanie.
  • Coûts économiques élevés : les parents qui travaillent sont plus susceptibles de manquer de travail lorsque les écoles ferment pour prendre soin de leurs enfants, ce qui entraîne des pertes de salaire dans de nombreux cas et un impact négatif sur la productivité.
  • Contrainte involontaire sur le système de santé : les femmes représentent souvent une grande partie des travailleurs de la santé et ne peuvent souvent pas aller au travail en raison des obligations de garde d'enfants qui résultent des fermetures d'écoles.  Cela signifie que de nombreux professionnels de la santé ne se trouvent pas dans les établissements où ils sont le plus nécessaires en cas de crise sanitaire.
  • Pression accrue sur les écoles et les systèmes scolaires qui restent ouverts : les fermetures locales d'écoles font peser un fardeau sur les écoles car les parents et les responsables redirigent les enfants vers les écoles ouvertes.
  • Les taux d'abandon ont tendance à augmenter : il est difficile de garantir que les enfants et les jeunes reviennent et restent à l'école lorsque les écoles rouvrent après la fermeture.  Cela est particulièrement vrai pour les fermetures prolongées.




Applications et plates-formes éducatives pour atténuer l'impact des fermetures d'écoles COVID-19
https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&pto=nl&rurl=translate.google.com&sl=en&sp=nmt4&u=https://en.unesco.org/themes/education-emergencies/coronavirus-school-closures/solutions&usg=ALkJrhjIeqVLpIUyOewfDomzNLGtdJvb0Q


En réponse aux fermetures d'écoles causées par COVID-19, l'UNESCO recommande d'utiliser des programmes d'enseignement à distance pour limiter les perturbations de l'éducation.
 Vous trouverez ci-dessous une liste d'applications éducatives ouvertes et de plates-formes permettant aux écoles et aux enseignants de continuer à se soucier de la société et de l'interaction humaine, et de faciliter l'apprentissage des élèves.
Bien que ces solutions ne bénéficient pas de l'approbation explicite de l'UNESCO, elles ont généralement une large portée, une base d'utilisateurs solide et des preuves d'impact.
 Plusieurs prennent en charge plusieurs langues.


 Applications et plateformes éducatives ouvertes












Applications et plates-formes pour prendre en charge les classes de streaming en direct
Grâce à des cours en ligne en direct, les enseignants peuvent diffuser une activité ou une leçon depuis leur domicile ou leur lieu de travail.
Les solutions incluent Skype , Zoom et Hangouts Meet - disponibles en plusieurs langues.
Applications spécifiques à la langue:

Applications pour soutenir la production de leçons vidéo, de MOOC et de classes asynchrones
L'apprentissage asynchrone permet aux étudiants de suivre des cours en ligne à leur propre rythme. Les enseignants fournissent du matériel, des conférences, des tests, des vidéos et des devoirs accessibles à tout moment.
Les solutions incluent Youtube , Thinglink , Edpuzzle et Kaltura - disponibles en plusieurs langues.
Applications spécifiques à la langue:

Applications pour soutenir la communication entre les élèves, les enseignants et les parents
Des canaux de communication ouverts sont essentiels pour suivre les progrès et démontrer des preuves holistiques de l'apprentissage
Applications spécifiques à la langue:

Plateformes pour aider les enseignants à gérer le matériel pédagogique, surveiller le processus d'apprentissage des élèves, les résultats d'apprentissage de la note
La gestion de l'apprentissage à distance à grande échelle peut utiliser la technologie pour suivre les progrès des cours en ligne et des activités académiques hors ligne des apprenants.
Les solutions incluent Moodle , Google Classroom , Edpuzzle et Kaltura - disponibles en plusieurs langues.
Applications spécifiques à la langue:

Outils numériques pour des solutions d'ici et maintenant pour les apprenants, les parents, les enseignants et les décideurs.

  • African Storybook - Libre accès aux livres d'images dans les langues de l'Afrique
  • Alison - Cours en ligne en ligne gratuits d'experts de premier plan.
  • Andela - Communauté d'apprentissage numérique et hors ligne pour autonomiser la prochaine génération de leaders technologiques africains.
  • Babbel - Application d'apprentissage des langues.
  • BRCK - Matériel, logiciel et outils de connectivité pour permettre l'apprentissage.
  • Byju's - Application d'apprentissage avec plus de grands référentiels de contenu adaptés à différents niveaux et niveaux d'apprentissage.
  • Cell-Ed - Plateforme d'apprentissage mobile, centrée sur l'apprenant et basée sur les compétences, avec des options hors ligne.
  • Coursera - Cours en ligne dispensés par des instructeurs d'universités et d'entreprises reconnues.
  • Duolingo - Application gratuite d'apprentissage des langues.
  • EdX - Accédez aux cours en ligne gratuits des principaux établissements d'enseignement du monde entier.
  • EkStep - Une plate-forme d'apprentissage ouverte avec une collection de ressources d'apprentissage en littératie et numératie.
  • Eneza Education - Offre des révisions et du matériel d'apprentissage pour les téléphones de base.
  • Funzi - Service d'apprentissage mobile qui prend en charge l'enseignement et la formation pour les grands groupes.
  • Geekie - Une plate-forme Web en langue portugaise qui fournit un contenu éducatif personnalisé en utilisant la technologie d'apprentissage adaptatif.
  • Bibliothèque numérique mondiale - Favorise l'alphabétisation précoce dans le monde entier en mettant à disposition des livres de contes numériques et d'autres supports de lecture dans plusieurs langues.
  • Google Classroom - Aide les classes à se connecter à distance, à communiquer et à rester organisées.
  • KaiOS - Un système d'exploitation ouvert qui offre des capacités de smartphone aux téléphones mobiles de base et aide à ouvrir des portails à des opportunités d'apprentissage.
  • Khan Academy - Cours, leçons et pratiques en ligne gratuits.
  • KitKit School - Suite d'apprentissage sur tablette avec un programme complet qui s'étend de la petite enfance au début du primaire.
  • Kolibri - Une application en ligne pour l'éducation universelle.
  • Mindspark - Un système de tutorat en ligne adaptatif qui aide les élèves à pratiquer et à apprendre les mathématiques.
  • Moodle - Plateforme d'apprentissage ouvert pilotée par la communauté et prise en charge à l'échelle mondiale.
  • Nafham - Plateforme d'apprentissage en ligne gratuite de la langue arabe qui héberge des leçons vidéo éducatives qui correspondent aux programmes égyptiens et syriens.
  • One Billion - Application axée sur les enfants pour offrir une éducation en lecture, écriture et calcul.
  • Rumie - Outil et contenu éducatifs numériques gratuits qui permettent un apprentissage tout au long de la vie pour les communautés mal desservies du monde entier.
  • Siyavula - ressource éducative ouverte offrant une éducation en ligne en mathématiques et sciences physiques alignée sur le programme d'études sud-africain.
  • StoryWeaver - Dépôt numérique d'histoires multilingues pour les enfants.
  • Ubongo - Utilise le divertissement, les médias de masse et la connectivité des appareils mobiles pour offrir un apprentissage efficace et localisé aux familles africaines à faible coût et à grande échelle.
  • University of the People - Université en ligne à but non lucratif, accréditée aux États-Unis et sans frais de scolarité, dédiée à l'ouverture de l'accès à l'enseignement supérieur dans le monde.
  • Programme d'apprentissage interactif de l'UNRWA - Jeux éducatifs en langue arabe axés sur l'alphabétisation et le calcul destinés aux élèves palestiniens de la 1re à la 9e année.
  • Ustad Mobile - Accédez et partagez du contenu éducatif hors ligne.
  • Worldreader - Fournit un accès gratuit à une grande bibliothèque de livres et d'histoires numériques accessibles via des appareils mobiles.


________________________________________________________
"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien.
Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion.
Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger.
Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez." H.Arendt

"La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat."  H.Arendt

Lalalalalala
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 6929
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 7894
Réputation : 83

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Catharing le Lun 9 Mar 2020 - 14:39

Salut,

Mise au point sur le COVID-19 en pédiatrie   (le 8 mars 2020)
http://www.pediatre-online.fr/infections/coronavirus-covid-19-chez-enfants/


  • peu d’enfants sont touchés, aucun d’entre eux ne fait de forme sévère
  • on n’explique pas à ce jour la raison pour laquelle les enfants (nouveau-nés, nourrissons, jeunes enfants, grands enfants) sont moins touchés, mais en effet les enfants sont pour le moment préservés: 3 hypothèses circulent:

    • soit un système immunitaire pas assez fort pour provoquer une inflammation importante des bronches par exemple
    • soit une réplication du virus moindre en lien avec une réaction de ce qu’on appelle le récepteur angiotensine  moindre (le récepteur qui accueille le virus)
    • probablement les enfants ont-ils été plus souvent mis en contact avec les autres coronavirus (dans les crèches?) ce qui peut les protéger. Cette hypothèse semble faire l’unanimité.




  • Quelle attitude adopter avec les enfants?



  • éviter en famille les lieux confinés: si vous aviez prévu un concert, un match de foot, un voyage en avion, ca peut attendre qu’on y voie plus clair (d’ici l’été)
  • porter un masque de type chirurgical si vous toussez: vous protégerez votre entourage en attendant de voir comment ça évolue.
  • apprenez à vos enfants à se laver régulièrement les mains
  • à tousser dans leur coude
  • à se moucher avec un mouchoir à usage unique
  • ayez chez vous un flacon de gel hydro alcoolique et n’hésitez pas à vous en servir avec vos enfants en rentrant à la maison
  • si vous n’arrivez pas à en vous procurer (rupture de stock), voyez avec votre médecin qui peut vous en prescrire: les pharmaciens peuvent en constituer eux mêmes désormais
  • les enfants sont très peu atteints, mais peuvent être vecteurs de la maladie (la transmettre): le virus peut persister quelques heures sur leurs vêtements. Changez les au retour à la maison.
  • déplacez vous en ayant deux masques de type chirurgical avec vous (utilisation maximale 12 heures). Ainsi, si dans le bus ou le train vous avez quelqu’un qui tousse près de vous, tendez-lui un masque et suggérez-lui
  • pas de transmission si vous vous tenez à 2 mètres d’une personne qui tousse
  • vivez normalement, en respectant les règles d’hygiène décrites
  • oui vous pouvez aller au parc, c’est une bonne chose


Les choses à ne pas faire:


  • se déplacer inutilement chez son médecin car une toux apparait chez votre enfant ou une fièvre: faites-le point avec lui par téléphone ou mieux par téléconsultation
  • en ce qui me concerne, je propose ce mode chaque jour à mes patients
  • ne portez pas de masque chirurgical quand vous êtes dehors; ne le faites que si vous êtes dans un endroit confiné (train, tram bondé, métro mondé, consultation dans un hopital)
  • ayez avec vous un petit flacon de gel hydro alcoolique: idéal après avoir touché des poignées de porte
  • ne serrez plus les mains
  • embrassez moins, vous pouvez démontrer l’amour que vous portez aux autres autrement. Justement aussi en les protégeant.
  • si votre enfant tousse et que vous allez chez le pédiatre, attendez dans le couloir ou dans la salle d’attente dédiée selon les consignes qu’il vous aura données
  • en principe chaque pédiatre doit avoir retiré les jouets de sa salle d’attente, principe de précaution pour éviter un mode de transmission
  • ne soyez pas agressifs à l’encontre des pharmaciens: ils font ce qu’ils peuvent et s’ils n’ont plus de masques ou de gel, ce n’est pas de leur faute.
  • si vous êtes enceinte, on ne connait pas à ce jour les risques, mais aucun cas de fausse couche n’est avéré et prouvé pour le moment. Cependant redoublez de vigilance sur le plan de votre hygiène et de vos déplacements.

________________________________________________________
"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien.
Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion.
Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger.
Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez." H.Arendt

"La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat."  H.Arendt

Lalalalalala
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 6929
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 7894
Réputation : 83

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Kyraly le Lun 9 Mar 2020 - 21:52

Merci du partage. Très instructif

________________________________________________________
« La guerre, c'est la paix. » : L Tolstoi (je crois)
« La liberté, c'est l’esclavage. » : Spartacus (pas sur)
« L'ignorance, c'est la force. » : F Dostoïevski (a vérifier)
Kyraly
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 3469
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017
Points : 3755
Réputation : 36

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Catharing le Sam 14 Mar 2020 - 15:36

Salut,

Coronavirus : Message à destination des familles à la maison. Infovac 12 mars 2020.

https://www.infovac.fr/actualites/coronavirus-message-a-destination-des-familles-a-la-maison


1. Quels sont les risques dans votre famille ?
 On sait que :


    • Le COVID-19 est de la vaste famille des coronavirus, qui donnent habituellement un « rhume ». Celui-ci a acquis la capacité de concerner le poumon, ce qui peut donner une pneumonie. A ce jour, en Chine comme en Europe, la maladie liée au COVID-19 s’exprime surtout chez les personnes vulnérables et/ou adultes ou les personnes vieillissantes (les grands parents !).
    • Parmi les personnes les plus vulnérables : celles ayant une maladie chronique (pulmonaire, cardiaque, diabète) ou une immunité affaiblie (sous chimiothérapie, ou tout traitement immunosuppresseur).
    • Très peu d’enfants sont malades du COVID-19.
    • Le COVID-19 est contagieux (plus qu’une grippe saisonnière, nettement moins que la rougeole ou la varicelle). Le risque de le transmettre aux personnes dans la maisonnée est important.
    • Pour 100 personnes ayant des signes respiratoires et confirmées positives au COVID-19, mais sans signes de gravité justifiant une hospitalisation, une très grande majorité (plus de 80%) restera à la maison… Ces personnes seront donc contagieuses pour leur entourage !



Il est encore trop tôt pour savoir avec précision si des personnes touchées par le COVID-19 (dont des enfants) mais sans signes respiratoires sont aussi une source de contagion pour l’entourage. Donc prudence !!
Que faire ?


    1. Si vous n’avez aucune personne testée positive chez vous : tant mieux ! Soyez vigilants sur les points 2 et 3 de ce document, et de manière générale :

      • Anticipez sur le risque potentiel, avec l’identification des personnes vulnérables de votre entourage (famille, amis).
      • Evitez de serrer les mains, essayez de limiter les embrassades, les câlins.


  • Si vous avez une personne testée positive dans la maisonnée :

    • Informez toute personne vulnérable (famille, amis) qu’il faut rester à distance de votre maisonnée.
    • Si possible, isolez la personne testée positive dans une pièce bien ventilée.
    • Maintenez vos enfants à distance de cette personne (au moins un mètre, de préférence deux mètres).
    • Respectez les consignes qui vous sont données par les autorités de santé et votre médecin.





2. Que pouvez-vous faire pour vous protéger et protéger vos proches à la maison ?
On sait que :


    • Le virus est respiratoire et contagieux (quand on est à moins de 1 mètre, voire deux, d’une personne testée positive). La toux, les éternuements facilitent la diffusion.
    • De ce fait, les mains contribuent à la transmission du virus.
    • Le virus peut rester quelques heures sur les objets et les surface.



Que faire ?


    1. Ecoutez attentivement et respectez les messages diffusés largement par les autorités de santé : ils concernent des mesures simples d’hygiène, faciles à appliquer, même par les enfants. Ces messages sont ceux délivrés lors de toute épidémie respiratoire. Ils sont efficaces et protègeront vos enfants, vos proches et vous-même.
    2. Maintenez une hygiène de vie habituelle (alimentation, sommeil).
    3. Aérez largement les pièces au moins une fois par jour (un bon pull en plus s’il fait un peu froid dehors !).
    4. Sortez au grand air les enfants et vous-même, normalement.
    5. Evitez les lieux confinés (boite de nuit, club fermé…), les goûters d’anniversaires, tout regroupement d’enfants ou adolescents.
    6. Portez une attention un peu plus marquée que d’habitude au nettoyage des surfaces et des objets (notamment pour l’enfant : livres, jouets, peluches…).



3. Et si mon enfant tombe malade ?
 En tant que parent, vous connaissez bien votre enfant et savez :


    • Percevoir un changement de comportement.
    • Adapter les premières mesures (par exemple : un traitement contre la fièvre, ou contre la diarrhée).


Il peut débuter une autre maladie que celle liée au COVID-19 !
Que faire ?


    1. Evitez d’amener en consultation un enfant qui est simplement enrhumé ou qui n’a rien d’inquiétant.
    2. Appelez le 15 avant de consulter, si votre enfant ou vous-même avez été en contact avec un sujet infecté par le Covid, et surtout si vous avez des symptômes.
    3. Restez en contact avec votre médecin traitant. Consultez-le en premier, soit en téléconsultation s’il est équipé, soit par téléphone. Comme d’habitude, il saura vous écouter et vous indiquer la marche éventuelle à suivre.
    4. Chaque fois que cela est possible, évitez de vous « précipiter » aux urgences hospitalières (beaucoup d’enfants, dans des espaces qui risquent d’être déjà saturés).



________________________________________________________
"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien.
Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion.
Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger.
Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez." H.Arendt

"La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat."  H.Arendt

Lalalalalala
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 6929
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 7894
Réputation : 83

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Catharing le Sam 14 Mar 2020 - 15:44

Salut,

Fondée en 1990, l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA), regroupe les pédiatres ayant un exercice à prédominance libérale et compte aujourd’hui plus de 1 500 adhérents.

Covid-19 Quels enfants hospitaliser ?  (Document mis à jour le 14 mars 2020)
https://afpa.org/covid-19-enfants-hospitaliser/

Principe général : l’indication d’hospitalisation sera portée par le pédiatre selon les mêmes critères que ceux habituellement utilisés pour la prise en charge des enfants atteints d’une infection respiratoire aiguë ou de toute autre pathologie.
Les critères d’hospitalisation, évalués au cas par cas, doivent tenir compte d’une part de critères cliniques (toux fébrile ou dyspnée fébrile) et d’autre part de facteurs de vulnérabilité et de l’environnement de l’enfant (présence ou non de la famille, conditions de vie).

Formes   modérées

l’hospitalisation   doit   être   discutée   au   cas   par    cas    et concerne notamment les formes

  • relevant d’une oxygénothérapie (Sp02% < 92%) et/ou
  • nécessitant un support nutritionnel (diminution d’au moins 50% des apports habituels sur 3 prises successives) et/ou
  • avec des signes de lutte conséquents.

Les formes modérées associées à des critères de vulnérabilité tels que :


  • Âge < 2 mois en tenant compte de l’âge corrigé (risque d’apnées)
  • Pathologie neuromusculaire
  • Insuffisance respiratoire chronique ou bronchopathie sévère
  • Insuffisance rénale chronique dialysée
  •  Polyhandicap
  • Déficit immunitaire acquis ou héréditaire
  • Cardiopathie congénitale avec shunt

Des formes modérées survenant dans un contexte de vie non compatible avec une prise en charge ambulatoire


  • Contexte médico-socio-économique ou de recours aux soins ne permettant pas un retour à domicile
  • Vie en établissement médico-social (risque de transmission aux autres usagers hébergés)

Formes graves

Les formes graves de dyspnée et de mauvaise tolérance relèvent d’une hospitalisation systématique en unité de soins intensifs ou de réanimation. Les critères suivants seront considérés (cf. recommandations HAS bronchiolites) :

  • Constatation d’apnées et/ou d’un épuisement respiratoire évalué sur la clinique (diminution des signes de luttes, polypnée superficielle et/ou  apnées fréquentes voire prolongées), la capnie (> 46-50 mmHg) et le ph (< 7,34)
  • Une augmentation rapide des besoins en oxygène

Chez tous ces enfants, une recherche de Covid-19 par PCR sera systématiquement effectuée dès que possible pour confirmer le diagnostic, poursuivre les mesures d’hygiène spécifiquement préconisées pour prévenir le risque de transmission virale nosocomiale (sectorisation, précautions complémentaires renforcées…) et guider la prise en charge ambulatoire ultérieure des cas confirmés susceptibles de rentrer à domicile.


Dossier complet NCov

Plusieurs groupes de spécialités et sociétés savantes se sont mobilisées pour faire des synthèses pratiques des recommandations appliquées à la pédiatrie et des fiches de conseils pour les familles

  • Infovac France et le GPIP propose une mise au point sur le COVID ici
  • Infovac France , le GPIP et l a Société Francophone pour la Rhumatologie et les Maladies Inflammatoires en Pédiatrie (SOFREMIP) propose une information concernant les enfants immunosupprimés 
  • La Société Française de Pédiatrie, le GPIP et la Société Française de Néonatalogie proposent une synthèse concernant la nouveau-né suivi d'une fiche de conseils pour les parents:
    File
    COVID nouveau-né87.61 Ko


  • Le Infovac, l'AFPA la SFP et le GPIP proposent la synthèse suivante pour les consultations de pédiatrie en cabinet de ville

________________________________________________________
"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien.
Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion.
Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger.
Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez." H.Arendt

"La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat."  H.Arendt

Lalalalalala
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 6929
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 7894
Réputation : 83

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Catharing le Dim 15 Mar 2020 - 22:56

Salut,

Le coronavirus Covid-19 chez les enfants
Mise à jour du 15 Mars 2020
http://www.pediatre-online.fr/infections/coronavirus-covid-19-chez-enfants-mise-a-jour-15-mars/


  • Nous entrons depuis 2 à 3 jours dans la phase 3 de l’épidémie: la plus grave. Voyez le dessin, il est explicite photo 1. Le pic de l’épidémie va flamber, raison des mesures prises par le gouvernement. L’objectit étant de faire en sorte que ce pic soit le moins haut possible (pour pouvoir gérer les malades graves) ; la conséquence sera une phase 3 plus longue dans le temps: 1 à 2 mois? Nul ne sait
  • Dans les 2 à 3 semaines nous serons partout dans le rouge dans les hôpitaux européens, il nous faut tout notre personnel bien disponible. Ils sont dévoués, n’hésitez pas à les encourager, les remercier, les aider si vous pouvez d’une manière ou d’une autre.
  • Pour votre information sachez que l’incubation (le temps entre le moment où la personne est infectée et le temps où les premiers symptômes apparaissent) est de 14 jours au maximum). photo 2
  • Puis arrive le J1 (jour 1) où démarrent les symptômes et cette période dure maxi 14jours pendant laquelle le sujet est contagieux; 
  • La fièvre est quasiment constante; la toux sèche au début pour les personnes atteintes
  • Le rhume peut être un signe précurseur; mais il faut savoir que 25% des rhumes dans le monde sont dus aux coronavirus (il y en a beaucoup de types différents)
  • Le 8ème jour à compter du début des symptômes est celui où en général les choses s’aggravent chez les personnes fragiles (personnes âgées, diabétiques, cardiaques, etc.)
  • Ce COVID-19 a certains points communs avec le SARS-COV qui a sévi en 2003.
  • Le virus reste actif sur les poignées de porte, vêtements, masques pendant 4 heures. Puis il meurt, c’est prouvé.
  • La transmission se fait à 99% par les gouttelettes de salive en toussant
  • Contamination par les mains reste faible
  • Se tenir à 1,5 mètre des personnes suspectes si possible (si elles toussent par exemple)
  • Les équipes de soins sont triplées pour faire face au pic qui arrive
  • Les enfants des personnels soignants sont gardés dans des crèches dédiées (ici à Strasbourg je suis réquisitionné pour driver une crèche personnel soignant ouverte à partir de demain lundi 16)
  • Moins de 1% de l’ensemble des personnes atteintes dans le monde sont des enfants de moins de 10 ans; aucun d’entre eux n’a fait de forme grave pour le moment
  • En Alsace pour le moment aucune femme enceinte n’est atteinte, ni aucun nouveau-né
  • Une femme qui serait atteinte et qui vient d’accoucher pourra allaiter son bébé (sauf si malheureusement elle était en service de réanimation; dans ce cas bébé bénéficierait de biberons de lait infantile).
  • 40% des personnels soignants en Chine ont été atteints !!
  • Des médicaments actifs? Des essais sont en cours pour certains d’entre eux: Remdesivir, Favipavir: études en cours
  • Groupe français de l’INSERM travaille chaque jour et nous donne ses avancées à nous médecins
  • De mon côté je fais beaucoup de téléconsultation, même samedi et dimanche= beaucoup de parents à rassurer, dépister, orienter si besoin
  • Vaccin: pas avant 6 mois
  • Ne pas utiliser Advil, nurofen (uniquement paracétamol ou aspirine si fièvre)
  • mardi 17 mars je participerai à un direct à l’émission La Maison des Maternelles sur France 5 à partir de 9heures au sujet du COVID-19, avec un confrère chef de service du pôle gynécologie de Necker.

photo 1:
Coronavirus : comment en parler à son enfant ? QveQQcpeSmBGrL4C4jEg_thumb_3864-480x272
photo 2:
Coronavirus : comment en parler à son enfant ? HiPTjxUaTIOLJH5QbWTsg_thumb_3866-480x275

En pratique:


  • Prenez votre température matin et soir, vous serez rassurés
  • Si nez pris, mouchez vous et lavez vous les mains après chaque mouchage
  • Jetez mouchoir
  • toussez dans votre coude (à montrer aux enfants)
  • Gardez vos portes ouvertes au domicile (pour éviter de toucher les poignées)
  • Lavages des mains avec savon normal est suffisant
  • N’utilisez le gel hydro alcoolique que lors de vos déplacements (poignées de porte, métro, bus, espace fréquenté, etc)
  • Si vous avez le nez pris ou petite toux= mettez un masque dit chirurgical
  • Une fois le masque mis en place, ne pas le toucher et le garder jusqu’à 8 heures.
  • Vous pouvez le conserver sur la fenêtre la nuit suivante (dans un carton ouvert): ainsi vous pourrez le réutiliser le lendemain, il n’y aura plus aucun virus dessus= ca permet d’économiser les masques= système D validé officieusement entre nous médecins
  • Évitez les zones confinées
  • Faire son jogging= oui, ca ne peut que faire que du bien, détendre, à condition d’éviter les groupes de personnes immobiles aux feux
  • Promenade au parc avec bébé= oui, très bien, là aussi en évitant groupes de personnes
  • Si vous avez en face de vous une personne qui tousse= éloignez vous
  • Les courses= vous pouvez bien entendu aller faire vos courses, il n’y aura pas de pénurie; privilégiez des horaires où il y a mois de monde. Mais comme beaucoup de gens ne vont pas au boulot, allez y dès l’ouverture ou mieux à 13heures: la France déjeune…
  • N’allez pas fouiller sur le web, sauf site de la DGS, Gouvernement ou pediatre-online

________________________________________________________
"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien.
Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion.
Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger.
Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez." H.Arendt

"La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat."  H.Arendt

Lalalalalala
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 6929
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011
Points : 7894
Réputation : 83

http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Coronavirus : comment en parler à son enfant ? Empty Re: Coronavirus : comment en parler à son enfant ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum