Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par hildegarde le Mar 9 Fév 2016 - 19:40

Voici un excellent Article bien sourcé sur les dangers des antidépresseurs et des médocs en général durant la grossesse.

On sait déjà que la prévalence augmente de façon inquiétante. 

L'autisme pourrait même être le "cri du canari" de l'homo sapiens

En France on en est encore à se demander que faire de cette patate chaude qu'est l'autisme....et, surtout, à ne pas changer la vision psychiatrique de la chose.  Ce faisant on élude alors toute autre cause possible, et le traitement devient facile, on file des psychotropes (Médicaments destinés à soigner des pathologies psychiatriques type schizophrenie, bipolarité, etc. : Risperdal, Dipiperon, etc.) et hop l'affaire est réglée... Les prises en charges comportementalistes se developpent, heureusement, mais pas assez, et ce ne sont que des pansements qui ne règlent pas le problème de fond.

Témoignage vécu : Dans les IME, il y a des pédopsychiatres dont la présence est parfois annecdotique, ces spécialistes n'interviennent pas pour les symptomes courants ( fièvre, problème digestif, douleur etc.) il n'y a donc pas de "vrai" medecin qui puisse examiner un enfant qui souffre, la seul réponse du corps médical est "il crie, c'est parce qu'il est autiste, filons lui une camisole chimique ! "
ce qu'on ne ferait surement pas avec un enfant "normal"!  Et ne parlons pas des nombreux médecins généralistes qui ignorent tout de cette pathologie, voir même que cela effraie (j'imagine que c'est parce que ça les met face à leur impuissance).

En attendant, il y a de plus en plus de cas. Et le manque de visibilité sur les causes véritables de ce mal font que cela ne va pas s'arranger.

Bref, on est mal barré, je vous le dis  ! oui, je sais ce n'est que mon point de vue, pas très constructif, mais je suis bien placée pour me sentir préoccupée par le fait que de plus en plus de familles vont se retrouver confrontées à cette pathologie, juste parce que ni le corps médical ni les pouvoirs publics n'ont pris la mesure de l'ampleur de la catastrophe.


La seue chose que l'on puisse faire c'est mettre en garde les mamans et futures mamans sur l'effet tératogène (littéralement : fabricant de monstres) de certains médocs, vaccins, comportement alimentaire etc.


prenez soin de vous et des gens que vous aimez, faites passer ce message.


Dernière édition par hildegarde le Mar 9 Fév 2016 - 21:41, édité 1 fois

________________________________________________________
clic flower

hildegarde
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 3380
Loisirs : manger des fleurs
Date d'inscription : 14/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mauvaisesherbes.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Sobio le Mar 9 Fév 2016 - 19:58

Plein de choses bien illisibles à cause de procédés sophistiques d'une grossièreté...

C'était mon point de vue non constructif à moi.

Sobio
Membre

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 46
Localisation : France métropolitaine
Emploi : Sage-Femme
Loisirs : Karaté, Bataireacht, Lance-pierre, jardinage
Date d'inscription : 23/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Griffon le Mar 9 Fév 2016 - 20:40

Oui, il y a de sacré enjeux financiers derrière l'autisme...
Les lobby pharmaceutiques... mais aussi la mainmise de la solution "camisole chimique" en France. Ce n'est pas une hasard si de très bons centres "éducatifs" pour personnes autistes voient le jour le long de la frontière franco-belge .°
Au grand déplaisir de la sécu française et autres qui aimeraient fermer les dit-centre pour que l' "argent" reste en France.
L'autisme est multiforme, avec des atteintes sévères et d'autres plus légères.
Un faible proportion a des origines génétiques, pour certaines formes sévères on s'oriente de plus en plus vers un problème de neuromédiateur, les formes dites "légères" connaissent une croissance exponentielle.

Griffon
Membre Premium

Féminin Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 09/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par hildegarde le Mar 9 Fév 2016 - 21:32

Sobio a écrit:Plein de choses bien illisibles à cause de procédés sophistiques d'une grossièreté...

C'était mon point de vue non constructif à moi.
???? nan  je ne vois pas ce que ça apporte au sujet.


pour ceux que ça interresse voilà quelques liens  en relation avec l'article sus cité:

https://www.santelog.com/news/neurologie-psychologie/grossesse-et-antidepresseurs-risque-accru-de-87-d-autisme-chez-l-enfant_15072_lirelasuite.htm#lirelasuite

http://www.theguardian.com/society/2015/jul/08/antidepressants-prozac-taken-while-pregnant-linked-to-small-risk-of-birth-defects-study

http://www.bmj.com/content/351/bmj.h6019.full.pdf+html

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/06/09/23820-depakine-scandale-retardement

http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Restriction-de-la-prescription-initiale-de-l-isotretinoine-orale-aux-dermatologues-Point-d-Information

http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/0891693031000067296

http://pcem2amiens.free.fr/Cours/Pharmacologie/Sophie%20Liabeuf/chp2_M%E9dicament,%20allaitement%20et%20grossesse.doc

extrait de ce dernier lien: 
-          Etymologie de tératogène :
  Teras, teratos signifiant monstre en grec.
Genos signifiant origine en grec.
Se dit de toute substance pouvant provoquer un développement anormal de l’embryon et conduisant par là même à des malformations.


Dernière édition par hildegarde le Mar 9 Fév 2016 - 21:34, édité 1 fois

________________________________________________________
clic flower

hildegarde
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 3380
Loisirs : manger des fleurs
Date d'inscription : 14/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mauvaisesherbes.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Sobio le Mar 9 Fév 2016 - 21:33

J'ai un avis semblable à celui de Griffon.

Par contre, pour ne parler que de ce qui est positif dans l'article (il ne me parait pas utile de souligner les "autres choses"), ce qui est vrai également c'est la mainmise des théories issues de la psychanalyse dans ce domaine comme dans d'autres. Les méthodes dites behavioristes, pouvant au moins se prévaloir d'évaluer ce qu'elles font, ne sont que sous développées en France et en grande partie parce que le tout analytique y est le dogme dominant. F. Dolto n'est pas complètement morte, voyez-vous.

Sur les formes légères, certaines études nord-américaines corrèlent le temps d'exposition à des écrans à leur probabilité de survenue. Je peut retrouver des références mais prévoir un délai.
S'agissant de certains vaccins, ce qui a été étudié avec une certaine rigueur c'est la corrélation des troubles du comportement dans l'enfance avec un conservateur mercuriel nommé thiomersal. L'auteur des recherches est un épidémiologiste nommé Mark Geier.
Malheureusement les autres études que j'ai lues ont une méthodologie que je trouve discutable.

Notons que l'on ne vaccine qu'exceptionnellement les femmes enceintes en dépit des recommandations. Exemple: dans l'usine à bébés où je travaille (*), aucune patiente n'a été vaccinée contre la grippe l'an passé alors que c'est recommandé en raison des risques accrus de complications respiratoires. Quelle est donc la place de cette "mise en garde" dans l'article?






(*)Si!, appelons "chat" un Felis catus sylvestris var domesticus, à 4500 accouchements l'an, ce n'est plus vraiment autre chose.

Sobio
Membre

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 46
Localisation : France métropolitaine
Emploi : Sage-Femme
Loisirs : Karaté, Bataireacht, Lance-pierre, jardinage
Date d'inscription : 23/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par hildegarde le Mar 9 Fév 2016 - 21:39

pour les vaccins le problème ne se situe pas avant mais après la naissance.

"La seule chose que l'on puisse faire c'est mettre en garde les mamans et futures mamans "...

Je vais changer le titre du sujet " Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse" et rajouter..."et après"

________________________________________________________
clic flower

hildegarde
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 3380
Loisirs : manger des fleurs
Date d'inscription : 14/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mauvaisesherbes.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Sobio le Mar 9 Fév 2016 - 22:55

hildegarde a écrit:pour les vaccins le problème ne se situe pas avant mais après la naissance.

"La seule chose que l'on puisse faire c'est mettre en garde les mamans et futures mamans "...

Je vais changer le titre du sujet " Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse" et rajouter..."et après"

Un vaccin est un médicament. Tous les médicaments sont suivis également après avoir reçu une AMM (autorisation de mise sur le marché) durant tout le temps de leur commercialisation parce que le dietilestilbestrol (distilbène)a montré que l'on pouvait ne se rendre compte des effets d'une substance que 30 ans après la naissance de l'enfant.
Comme ce qui s'est passé une fois ne peut plus être écarté en terme de probabilité, tout le monde en obstétrique freine des 4 fers pour prescrire quelque chose à une femme enceinte. C'est aussi le cas dans d'autres spécialités médicales lorsqu'il faut prescrire durant la grossesse.
RIEN n'écarte qu'un substance actuellement donnée et surveillée ne se révélera pas pourvoyeuse de démences séniles dans 60ans (ce n'est qu'un exemple), de psychopathie chez l'adolescent, de troubles de la mémorisation à tel age etc... rien
C'est une des choses qui ne sont pas comprises dans notre société du tout information: rien n'est jamais certain, rien n'est jamais exclu.
Pour les certitudes voire un mathématicien ou un prêtre (religion au choix, 'suis pas sectaire).

Mais ce n'est pas avec des tisanes ou de la relaxation qu'on va traiter une femme enceinte à risque suicidaire. Dans ce cas on se dit que si elle se flingue, on a deux morts. La dépression est une maladie grave (9715 décès en 2012, il se raconte qu'aucun n'allait bien).
Alors soit on parle des représentations autour de la grossesse: c'est forcément un moment heureux où la jolie dame ne pense qu'à engloutir des fraises auquel cas effectivement les psychorégulateurs sont hors de propos.

Soit on parle du vrai monde véritable où la grossesse même désirée même attendue pendant des années de PMA (procréation médicalement assistée) peut ouvrir un gouffre sous les pieds avec des conséquences gravissimes et là, va falloir se sortir les doigts du fondement, poser son bréviaire et agir en sachant que la médecine, c'est des calculs probabilistes et des évaluations de rapport risque/gain.




Parlons de l'implication du patient (il se raconte qu'il/elle est aussi citoyen(ne) entre autres)
Parce que y'en a marre que les lilibobos et autres bien-pensants tapent toujours sur les mêmes.
Si le propos est de déplorer que dans notre monde consumériste à désirs immédiats, on recours trop vite aux cachetons pour traiter le mal-être (ne rêvez pas, la personne qui a choisi qu'elle aurait des abrutissants trouvera le toubib pour les lui prescrire) alors je suis forcément d'accord. Mais c'est un mouvement social de fond auquel certes la puissante industrie pharmaceutique participe mais chaque quidam aussi.
Je fais partie des professionnels de santé qui proposent des outils non chimiques (pour ce qui me concerne, la sophrologie) mais ils nécessitent de s'investir, de pratiquer: d'être adulte face à sa vie. J'accepte tout le Monde mais crois moi, ça n'en intéresse pas des masses.
On ne compte plus les gens qui se disent qu'ils devraient faire du sport et ne font que se mettre au régime en étant parfaitement conscients et sachant qu'il a été démontré que c'est 1°) inutile 2°) facteur de risque d'obésité. C'est le même processus mental.

Que veux tu faire pour quelqu'un(e) qui trouve qu'il y a toujours plus intéressant que lui/elle-même à la téloche?
Et de faire sa prépa à la naissance devant baby-boom avant de paniquer le jour venu parce que à la télé c'est plus court, à la télé c'est moins douloureux, à la télé il suffit de faire la méduse échouée und zo weiter...

Et de perdre patience dès la deuxième nuit parce que bébé pleure tout le temps (bah oui, il/elle vient juste d'être téléporté(e) contre son gré dans un univers parallèle où tous ses repères sont bouleversés). Et de DEMANDER si il n'y a pas un truc à lui donner pour qu'il la laisse dormir...

Ça c'est la vie telle que je l'observe. Mais tu peux faire ce genre d'observation seule. Je suis sur que tu les as déjà faites.

Promène toi dans la rue et observe le nombre de mères avec leur jeune enfant qui ne lui prêtent aucune attention trop occupées à envoyer un texto dans une orthographe improbable.
Que crois-tu qu'elle fera lorsque à sa façon de mioche il/elle réclamera de l'attention (faire une "bêtise") => télé et si ça suffit pas et surtout si l'enseignante a un avis conforme => ritaline.
Après tout, c'est que des amphés...

Dans un Monde où une majorité rêve de n'être plus l'auteur de sa vie (personnelle, sociale etc...) où cette majorité croit qu'il lui suffit de soigner son image pour exister, ce genre de choses arrive.
On neutralise le vrai pour s'occuper du faux parce qu'il est gérable moyennant un faible investissement, lui.

Sobio
Membre

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 46
Localisation : France métropolitaine
Emploi : Sage-Femme
Loisirs : Karaté, Bataireacht, Lance-pierre, jardinage
Date d'inscription : 23/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Griffon le Mer 10 Fév 2016 - 10:34

Concernant les vaccins et l'autisme, le sujet revient souvent et le vaccin ROR est pointé du doigt.
Il y a des études qui montrent qu'il y a un lien d'autres qui prétendent le contraire...
En ce qui me concerne, il m'est difficile de déterminer les failles des dites études.

Par contre, pour avoir évoqué ce sujet avec de nombreux parents d'enfants autistes (particulièrement ceux qui sont lourdement atteint) , eux font le lien avec le vaccin. Ils ont observé des changements du comportement et des réaction de leur enfant après l'injection du vaccin ! J'ajouterai pour qu'on ne reste pas dans du ressenti subjectif de parents meurtris que ces changements se constatent sur les photographies de famille !!!

Griffon
Membre Premium

Féminin Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 09/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Sobio le Mer 10 Fév 2016 - 12:39

Je viens de faire un saut sur le vidal.

 Je vous fait un copié-collé du chapitre composition de la spécialité dite RORVax:
COMPOSITION (début page)
Poudre :p dose de 0,5 ml
Virus de la rougeole* souche Schwarz (vivant, atténué)
≥ 3,0 log DICC 50**
Excipients : milieu de dilution de la rougeole(1) et excipient de lyophilisation(2).

(1) [size=undefined]Milieu de 199 Hanks(3) avec rouge de phénol, lactose monohydraté, phosphate dipotassique, acide L-glutamique, L-glutamine, solution d'albumine humaine, hydroxyde de potassium et phosphate monopotassique.
[/size]
(2) [size=undefined]Mélange complexe d'acides aminés (incluant la phénylalanine) de Dextran 70 (pour injection), de sorbitol, de rouge de phénol et d'urée.
[/size]
(3) [size=undefined]Mélange complexe d'acides aminés (incluant de la phénylalanine), de sels minéraux, de vitamines et d'autres composants (incluant le glucose).
[/size]
Le milieu de dilution, l'excipient de lyophilisation ainsi que le milieu de 199 Hanks sont dilués dans de l'eau pour préparations injectables avec ajustement du pH par de l'acide chlorhydrique ou de l'hydroxyde de sodium.
Solvant : eau pour préparations injectables.

Résidu de procédé de fabrication : néomycine.

* [size=undefined]Cultivé sur cellules primaires d'embryons de poulet.
[/size]
** [size=undefined]DICC 50 : dose infectant 50 % des cultures cellulaires.[/size]
__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 Concernant la spécialité Priorix:
COMPOSITION (début page)
Poudre :p dose de 0,5 ml*
Virus vivants atténués de :

- rougeole(1) (souche Schwarz)
≥ 1000 DICC50**

- oreillons(1) (souche RIT 4385, dérivée de la souche Jeryl Lynn)
≥ 5000 DICC50**

- rubéole(2) (souche Wistar RA 27/3)
≥ 1000 DICC50**
Excipients : acides aminés, lactose (anhydre), mannitol, sorbitol.
Solvant : eau ppi.

Teneur en sorbitol : 9 mg/dose (cf Mises en garde et Précautions d'emploi).
Ce vaccin contient des traces de néomycine, cf Contre-indications.

* [size=undefined]Après reconstitution.
[/size]
** [size=undefined]Dose infectant 50 % des cultures cellulaires.
[/size]
(1) [size=undefined]Produit sur cellules d'embryon de poulet.
[/size]
(2) [size=undefined]Produit sur cellules diploïdes humaines (MRC-5).
[/size]

Sobio
Membre

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 46
Localisation : France métropolitaine
Emploi : Sage-Femme
Loisirs : Karaté, Bataireacht, Lance-pierre, jardinage
Date d'inscription : 23/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Barnabé le Mer 10 Fév 2016 - 15:34

Sobio : et alors ? Tu veux dire quoi avec ce copier-coller ?

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Sobio le Mer 10 Fév 2016 - 16:33

Griffon nous ayant parlé de doutes sur le ROR, j'ai pensé qu'il serait utile de savoir ce qu'il y a dedans pour savoir si par hasard quelqu'un passant par là pouvait nous dire: "j'ai lu ceci à tel endroit à propos de ce composant"

Donc ce n'est pas pour dire quelque chose, c'est pour donner des moyens d'avancer sur ce sujet.

Pour illustrer, le Dr Geier avait étudié et relevé des choses sur un composant de certains vaccins: le thiomersal. Ces travaux ne permettaient pas de dire que la vaccination en général céleumal (*)mais ils montraient par contre que de sérieux doutes existent à propos un adjuvant de certains d'entre eux.

Clairement je ne crois pas que le virus de la rougeole vivant aténué soit en cause (si cause il y a) car si non, la prévalence des troubles envahissants du comportement chez l'enfant serait monstrueuse, elle.
Pas plus qu'au sujet d'autres composants comme les acides aminés ou le lactose parce qu'on en trouve partout; notamment dans l'alimentation.

Si le sorbitol était responsable, cela devrait être connu des pédiatres: y a-t-il plus de ces troubles chez les enfants constipés chroniques et traités avec du sorbitol au long cour (exemple maladie de hirschprung, ileus des malades de mucoviscidose)?

Mais il reste toutes les autres substances sur lesquelles je ne sais rien (même pas honte). Peut-être que quelqu'un d'autre..?










(*) ce qu'en ont conclu des savants du net chlorophilien pour lesquels nous sommes tous intolérants au gluten, tous incapables de digérer le lait etc... Moi quand j'ai envie de me faire peur, je saute en élastique ou je vais voir un film d'horeur, je ne fais pas participer tout le webmonde.

Sobio
Membre

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 46
Localisation : France métropolitaine
Emploi : Sage-Femme
Loisirs : Karaté, Bataireacht, Lance-pierre, jardinage
Date d'inscription : 23/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Griffon le Mer 10 Fév 2016 - 16:57

Merci pour l'explication du copié coller.
Je me demandais ce que je devais en faire, c'est en bonne partie du chinois pour moi. clind'oeil

Griffon
Membre Premium

Féminin Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 09/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par hildegarde le Mer 10 Fév 2016 - 21:37

et je doute que ce simple copier collé puisse faire avancé le chmilblick vu que ce n'est pas sur ce forum en lisant ce type de notice que l'on va découvrir la cause de l'autisme.

Off :Sobio, si tu pouvais enlever tout les "size " ça simplifirait le travail de la modération merci

je te confirme Griffon, mon fils n'était pas autiste avant 18 mois, le déclencheur : un passage à l'hosto pour pose d'ATT (des yoyos dans les oreilles) et là dessus injections des vaccins.

Je pense que les causes peuvent être multiples, presqu'autant que les types d'autisme, on avance les vaccins, les medocs pendant la grossesse, les produits chimiques de l'environnement, c'est surement un peu de tout ça.

tient en parlant de causes, il y a aussi les pesticides en ligne de mire en ce moment


concernant l'intolerance au gluten et à la caseine, c'est une pathologie associée qu'on retrouve souvent chez les autistes qui ont souvent un terrain allergique.

la véritable question finalement c'est : puisqu'il y a une multitude de facteurs qui peuvent provoquer l'autisme, est ce qu'on peut y echapper ?
pour l'instant, la prévalence augmentant de façon dramatique, la réponse semble être non .



________________________________________________________
clic flower

hildegarde
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 3380
Loisirs : manger des fleurs
Date d'inscription : 14/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mauvaisesherbes.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Sobio le Jeu 11 Fév 2016 - 8:07

hildegarde a écrit:et je doute que ce simple copier collé puisse faire avancé le chmilblick vu que ce n'est pas sur ce forum en lisant ce type de notice que l'on va découvrir la cause de l'autisme.
[...]
Tu n'as pas besoin de le découvrir puisque d'autres l'ont fait (cf le lien que tu donnes en début de fil) mrsgreen .
Je cherche juste à comprendre sans pour autant accepter qu'on me prenne pour un c_n en me vendant de la croyance. Comme déjà dit, je lance des lignes on verra si ça mord. Si oui, tant mieux. Si non, tant pis.
Je suis très marqué par cette idée: "il faut avoir l'esprit ouvert mais pas au point que le cerveau tombe".


Hildegarde a écrit:La véritable question finalement c'est : puisqu'il y a une multitude de facteurs qui peuvent provoquer l'autisme, est ce qu'on peut y echapper ?
pour l'instant, la prévalence augmentant de façon dramatique, la réponse semble être non .


Si on ne sait pas les causes des autismes, alors oui il n'est pas possible d'en échapper.
Si on les sait mais ne peut s'y soustraire (exemple des quelques causes génétiques) alors oui encore.
Mais  la nature est ainsi faite que deux personnes rassemblant les mêmes causes d'une pathologie ne la développent pas forcément avec la même "intensité" ni la même "force". On parle d'expression variable. Donc même connaître toutes les causes ne suffira pas forcément.




Derrière tout cela il y a quand même l'idée que l'on doit adapter l'individu à la société et jamais le contraire silent
J'y vois aussi les conséquences du Doltoisme, autre école du "Dieu m'a téléphoné pour me dire les secrets, désormais j'en suis dépositaire. Pour te résumer, t'es coupable, sista".
Alors le dogmatisme répond au dogmatisme et on cultive la douleur là où il y en a déjà bien assez.


Sur les pesticides, il serait surprenant que des substances conçues pour être neurotoxiques pour les insectes ne le soient toutes que pour ceux-ci. Là un autre lobby intervient; l'industrie agro-alimentaire. C'est encore moins simple car elle ne donne que succinctement les compositions de ses produits et a largement les moyens de financer des contre-études ou des campagnes électorales pale

Sobio
Membre

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 46
Localisation : France métropolitaine
Emploi : Sage-Femme
Loisirs : Karaté, Bataireacht, Lance-pierre, jardinage
Date d'inscription : 23/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Philippe-du-75013 le Jeu 11 Fév 2016 - 19:49

Sobio a écrit:
Sur les pesticides, il serait surprenant que des substances conçues pour être neurotoxiques pour les insectes ne le soient toutes que pour ceux-ci.
Pas si simple: on engraisse bien les cochons avec des glands qui sont plutôt toxiques pour les chevaux et les font dépérir sans toutefois les tuer.

________________________________________________________
"Ne participez pas à l’économie sans nécessité. Achetez aussi peu que possible. Réutilisez autant que vous le pouvez. Réduisez vos besoins physiques. Établissez des plans pour les réduire davantage" (Dimitri Orlov)


"Le sage ne peut recevoir ni injure ni outrage" (Sénèque)

Philippe-du-75013
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1146
Age : 61
Localisation : IDF
Loisirs : Natation, vélo (déplacements non sportifs)
Date d'inscription : 24/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Catharing le Ven 12 Fév 2016 - 23:53

Salut,
Comme d'hab chacun a le droit d'avoir sa propre opinion,etc,etc... study

Les 10 produits chimiques soupçonnés de provoquer l’autisme
Dans un éditorial publié dans la revue scientifique Environmental Health Perspectives, trois scientifiques appellent à une intensification des recherches pour identifier clairement les causes environnementales capables de créer ou de favoriser l’apparition d’un autisme.
A Research Strategy to Discover the Environmental Causes of Autism and Neurodevelopmental Disabilities
Philip Landrigan, Luca Lambertini, Linda Birnbaum
Environmental Health Perspectives, 2012

Comment la pollution au diesel provoque des troubles du déficit et de l’attention avec hyperactivité
Une nouvelle étude confirme que la pollution liée diesel est capable de détruire le cerveau de l’enfant déjà in utero avec des conséquences psychiques ultérieures importantes. Elle est publiée dans la revue JAMA Psychiatry.

Future Maman? La pollution par le diesel et les métaux lourds double le risque d’autisme
La pollution atmosphérique, majoritairement causée par les automobiles et les poids lourds en de nombreux endroits du territoire et particulièrement en ville, est-elle un des phénomènes expliquant l’augmentation exponentielle de l’autisme dans nos sociétés? C’est en tout cas ce que suggère une étude publiée le 18 Juin 2013 dans la revue « Environmental Health Perspectives » : les femmes enceintes vivant dans des zones où le niveau de pollution est élevé ont un risque double d’avoir un enfant autiste en, comparaison à des femmes enceinte de même âge vivant dans un endroit non pollué.

L’autisme débute in utero
L’autisme est une pathologie neurologique caractérisée par un trouble du développement cérébral affectant diverses régions corticales et subcorticales. Mais les anomalies sous-jacentes restes méconnues faute d’étude de cerveaux après la mort de personnes autistes. En conséquence les anomalies moléculaires, cellulaires ou d’organisation cérébrales présentes chez les enfants autistes restent inexplorées.
C’est donc une étude sur des cerveaux de jeunes autistes décédés, qu’ont conduit ces chercheurs américains ( en comparaison à des cerveaux de personnes non autistes)
Ils ont donc vérifié, en comparant des coupes de cerveaux, l’hypothèse suivante : si ces anomalies sont présentes dans le néocortex des enfants autistes, elles pourront être détectées au niveau préfrontal et temporal. Une technique de coloration d’ARN a donc été utilisée permettant de coloriser spécifiquement les différentes couches de neurones du cerveau et de voir réellement l’existence d’anomalies du développement.
Les travaux confirment l’existence d’anomalies de l’architecture cérébrale chez les filles et les garçons autistes touchant le cortex frontal et préfrontal mais pas occipital.
Les résultats de cette étude sont majeurs à plusieurs titres : ces désorganisations cérébrales retrouvées au niveau du cortex frontal et préfrontal mais de manières dispersées chez les différents sujets étudiés, expliquent l’hétérogénéité de l’autisme, et potentiellement les symptômes et le devenir clinique.
Par ailleurs, la confirmation d’une pathologie commençant à évoluer in utero a plusieurs conséquences :
– Elle confirme l’erreur profonde de la prise en charge psychanalytique à la française, récemment dénoncée mais pas encore morte, et renforce l’importance de l’approche comportementale, très précoce, faute de mieux pour l’instant.
– Elle tend à mettre un cause un mécanisme perturbateur extérieur, comme la pollution ou d’autres facteurs
– Elle devrait faire taire les « célébrités » (US) qui lors d’émissions de télévision défrayent la chronique en expliquant qu’elles refusent de faire vacciner leur enfant car elles ont peur de l’autisme : L’autisme apparaît bien avant la première vaccination.

Prendre un antidépresseur pendant la grossesse accroit le risque d’autisme
La fréquence de l’autisme s’est dramatiquement accrue ces dernières années en particulier aux Etats-Unis : alors qu’un enfant sur 10 000 était concerné en 1988, en 2012, 1 sur 50 le sont.
Récemment, une étude a suggéré qu’il pouvait exister un lien entre la prise d’antidépresseurs chez les femmes enceintes et la survenue ultérieur d’un autisme chez l’enfant
Des scientifiques Suédois ont voulu tenir compte de ces différents aspects pour rechercher un lien entre autisme et prise d’antidépresseur en réalisant une étude cas-témoin

Les résultats montrent que l’existence d’une dépression maternelle accroit de 60% le risque d’autisme chez l’enfant. Lorsque la consommation d’antidépresseur au cours de la grossesse est pris en compte, le risque d’autisme est accru de 40%. Ce risque persistait après élimination des autres facteurs confondants. Ce risque était retrouvé en particulier pour le risque d’autisme sans trouble intellectuel qui était presque multiplié par 2 (+86%) chez une mère ayant eu une dépression. Aucun lien n’est retrouvé avec une dépression paternelle.
Les scientifiques estiment à la lumière de leur analyse qu’une suppression totale de la prise d’antidépresseur au cours de la grossesse supprimerait 0,6% des cas d’autisme.
Il existe donc bien une relation entre dépression maternelle et autisme mais surtout chez les femmes ayant pris un antidépresseur inhibiteur de la recapture de la sérotonine pendant leur grossesse. Les femmes doivent donc en être sérieusement informées.
Cependant, les antidépresseurs n’expliqueraient que moins de 1% des cas d’autisme et leur prise ne peut donc pas expliquer l’accroissement exponentiel de l’autisme actuellement en cours.
Parental depression, maternal antidepressant use during pregnancy, and risk of autism spectrum disorders: population based case-control study
Dheeraj Rai, Brian K, Christina Dalman, Jean Golding, Glyn Lewis, Cecilia Magnusson
BMJ 2013;346:f2059

L’obésité et le diabète de la femme enceinte favorise un autisme de l’enfant
Les femmes obèses ou diabétiques, y compris en cas de survenu d’un diabète gestationnel au cours de leur grossesse, ont un  risque accru que leur enfant soit autiste, démontre une étude publiée dans la revue Pediatrics. Aux Etats-Unis où l’obésité est dorénavant endémique, cette nouvelle étude fait beaucoup de bruit.
1004 couples mère-enfant de 2 à 5 ans ont été inclus dans cette étude : 517 enfants étaient autistes, 172 avaient un trouble du développement neurologique, et 315 avaient un développement neurologique normal.
Si 9,3% des enfants nés de mère diabétique étaient autistes, et 11,6% avaient eu un trouble du développement neurologique, ils n’étaient que 6,4% d’autistes nés de mères non diabétiques : un diabète chez la maman déjà connu, ou un diabète gestationnel diagnostiqué au cours de la grossesse multiplie par 2,3 le risque de donner naissance à un enfant autiste (chiffre valable aux Etats-Unis)
Maternal Metabolic Conditions and Risk for Autism and Other Neurodevelopmental Disorders
Paula Krakowiak, Cheryl K. Walker, Andrew A. Bremer, Alice S. Baker, Sally Ozonoff, Robin L. Hansen and Irva Hertz-Picciotto
Pediatrics; originally published online April 9, 2012; DOI: 10.1542/peds.2011-2583


Andrew Wakefield, le médecin qui avait lié le risque d’autisme à la vaccination, condamné par ses pairs
Andrew Wakefield, médecin gastro-entérologue d’origine britannique, s’est fait connaître en 1998, par la publication d’une étude dans le prestigieux journal médical The lancet, qui semblait mettre en évidence un lien entre vaccination ROR (Rougeole-Oreillon-Rubéole) et l’autisme.
L’étude avait été réalisée chez 12 enfants. Les deux tiers auraient présenté dans les 14 jours suivant la vaccination par le ROR, une inflammation des intestins (syndrome de Bowel) et un autisme.
Cette publication a eu une résonance internationale et à entraîné une diminution de l’acceptation des vaccinations ROR.
Le Dr Wakefield appelait alors à la suspension de l’utilisation du vaccin combiné.
Cependant, malgré plusieurs tentatives, aucune autre équipe n’est arrivé à confirmer ses résultats et 10 des 13 auteurs initiaux de l’article se sont rétractés. Une enquête du Sunday Times a plus tard mis en évidence des conflits d’intérêts et une conduite scientifique douteuse de la part du Dr Wakefield. En 2004, le Conseil de l’Ordre des Médecins (General Medical Concil) a décidé de lancer une enquête sur les accusations du Sunday Times. Les auditions du Dr Wakefield ont débuté en 2007 et un jugement a été rendu le 28 janvier 2010.
L’enquête du Sunday Times a été mené par un journaliste du nom de Brian Deer.
Elle raconte une incroyable histoire. Deux années avant la fameuse publication, Wakefield avait été engagé par un avocat, Richard Barr, qui voulait intenter une action judiciaire, une “class action”, contre le laboratoire produisant le vaccin. Wakefield signa alors un avantageux contrat, d’un montant de 55 000 livres pour mener à bien des recherches dont l’objectif était de cerner un “nouveau syndrome” qui devait devenir le coeur de l’action judiciaire.
Richard Barr avait, en suivant un certain nombre d’histoires publiées dans le presse, recensé 1600 familles ayant un enfant autiste, qui deviendraient les plaignants.
Six mois avant le publication dans The Lancet, dans un courrier confidentiel, l’avocat écrivait à Wakefield que ” le premier objectif est d’apporter à la court une preuve irréfutable dans le but de la convaincre de la dangerosité de ce vaccin“.
Brian Deer révéla ce conflit d’intérêt majeur, jusqu’alors secret, en 2004, ce qui entraîna la rétractation de 10 des auteurs et le début des poursuites par le Conseil de l’Ordre des Médecins.
Mais le conflit d’intérêt ne s’arrêtait pas là.
 En juin 1997, soit 9 mois avant la publication de son étude et de sa prestation au cours d’une conférence de presse où il allait demander l’arrêt de la vaccination triple, et son remplacement par une vaccination séparée contre la rougeole, la rubéole et les oreillons, le Dr Wakefield déposa un brevet pour un vaccin contre la rougeole, qui bien sûr n’avait aucune chance commerciale tant que la vaccination ROR restait recommandée, analyse encore Brian Deer.


________________________________________________________
« Celui qui donne sa pitié au méchant fait tort au juste. »

"J'ai tendance à comparer les humains actuels aux légumes cultivés hors sol, sous serre.
Il suffit que tu les déplaces en terre, au soleil, en plein vent, sous la pluie, pour qu'ils crèvent. Tellement ils sont fragiles
." Lo de

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4077
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Autisme : gare aux médocs pendant la grossesse et après

Message par Sobio le Sam 13 Fév 2016 - 9:05

Le British Medical journal, le JAMA et Pediatrics: que d'excellentes revues a comité de lecture.
Ça n'exclut pas totalement les impostures méthodologiques (exemple de l'accouchement par le siège devenu obligatoirement une indication de césarienne dans beaucoup d'endroits du Monde) mais ça les diminue sérieusement.
J'ai de la lecture intéressante.
un ÉNORME merci, Catharing. /hiphiphourra/



P.S. ça a mordu, finalement  clind'oeil
P.S.2: Le lien entre l'obésité et l'autisme pourrait à lui seul expliquer l'explosion de l'incidence des autismes. En effet, l'obésité elle-même est en très forte augmentation, principalement chez les pauvres dont le nombre lui-même est en accroissement rapide.
Cependant, l'unicausal m'a toujours laissé dans le doute.

Sobio
Membre

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 46
Localisation : France métropolitaine
Emploi : Sage-Femme
Loisirs : Karaté, Bataireacht, Lance-pierre, jardinage
Date d'inscription : 23/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum