Le pic de pétrole et ses conséquences

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par KrAvEuNn le Dim 10 Déc 2006, 15:05

Salut le monde,

Je viens vous parler du peak oil (alias : pic d’extraction pétrolier, pic de Hubbert, pic de pétrole, déplétion du pétrole ; alias on est dans la caca).

Je vais essayer de faire court et simple.

Comme tout un chacun le sait, les énergies fossiles sont épuisables et ne se renouvellent qu’à des rythmes très lents (plusieurs millions d’années – l’uranium, lui, ne se renouvelle plus). Ce qui se sait moins, c’est que ces réserves sont gravement entamées et que l’on commence déjà à voir poindre le début de la fin ; c’est le cas notamment pour le pétrole.

Comme toute réserve limitée, plus on abuse de la chose et plus vite on l’épuise ; c’est ce qui est en train d’arriver pour le pétrole et qui arrivera un peu plus tard pour toutes les autres énergies fossiles.

Actuellement, il semblerait que l’on ait consommé environ la moitié du pétrole existant (estimation ASPO) et que nous nous trouvions donc à un sommet d’extraction (peak oil) ; nous reste donc plus que l’autre moitié, condamnée à diminuer et s’épuiser (déplétion). Malheureusement ce n’est pas la meilleure moitié, car le pétrole qui reste est celui qui était le plus difficile à extraire (profond, enfui sous les calottes polaires, sous les océans, etc.) et à exploiter (mélangé à du sable - sables bitumeux, ou de mauvaise qualité). De plus, un puis pétrolier ne peut et ne pourra jamais être exploité à 100% ; on en laisse toujours un peu (pas pour le plaisir, mais parce qu’on ne peut pas tout extraire, c’est physique).

Comme tout le monde le sait, une chose qui commence à devenir rare et difficile à produire, devient chère, très chère. Nous allons donc bientôt avoir un pétrole cher et qui se raréfie.

Ce que toute personne consciente sait aussi, c’est que le pétrole est très présent dans nos vies ; en fait, bien plus encore qu’on ne l’imagine. On le retrouve dans : nos vêtements, nos voitures, nos objets usuels, nos peintures, notre alimentation (via les engrais, pesticides, herbicides, le transport, le conditionnement, etc.), notre électricité (via les gaines des câbles électriques, les centrales électriques faites en béton (voir plus loin) et le transport des ressources fossiles (uranium, charbon) venues de très loin), l’eau du robinet (pompée parfois de très loin), le chauffage, la télé et Internet (électricité, voir plus haut), le béton (il faut beaucoup d’énergie pour le produire, le transporter et le conditionner et on utilise souvent du pétrole), etc., etc..

Enfin, bref de près ou de loin, directement ou indirectement, le pétrole est quasiment partout.


Quand est-ce que l’on va commencer à en sentir les effets ?

Bientôt ; en fait ça a déjà commencé. Les prix du pétrole ont flambés ces derniers temps et ne rebaissent pas significativement ; il semblerait que le baril à 30 dollars soit à tout jamais un lointain et doux souvenir. Nous allons probablement assisté (pendant quelques années), à une variation continuelle des courts (plateau bosselé), avant d’entamer une montée vertigineuse et définitive vers les sommets, avec un baril à 200 ou 300 dollar.

Du pétrole, il en restera encore longtemps ; mais pas pour tout le monde et pas dans les quantité disponibles faramineuses actuelles.


Tout n’irait peut-être pas si mal si l’on pouvait le remplacer par autre chose (charbon, gaz, uranium) ; seulement, ce n’est pas aussi facile. On ne fait pas voler des avions avec du charbon ou du gaz par exemple et de toute façon, ces énergies sont elles aussi épuisable ; épargnées pour l’instant certes, mais attendez seulement qu’on se jette tous frénétiquement dessus, pour compenser l’épuisement du pétrole, et vous verrez si elles durerons longtemps.

Donc, à terme, nous allons manquer d’énergies fossiles. Qu’en est-il donc des énergies alternatives (alias énergies propres, renouvelables, durables, etc.) ? Et bien ce n’est pas la panacée non plus. Ces énergies n’ont en effet, ni la rentabilité énergétique, ni la souplesse d’utilisation, ni la facilité de stockage du pétrole (et très loin s’en faut).

Voyons les donc tous un par un :

Les bio carburants : il faut compter environ 1000 litres d’huile par hectare cultivé (à grand renfort d’engrais, pesticides, etc.) ; ramené au parc automobile français actuel, ça donne quelque chose comme la surface agricole française actuellement exploitée. Rouler ou manger, il va falloir choisir.

L’éolien : il faut du vent et il n’y en a pas suffisamment partout ; quand il n’y en a pas de trop, (il faut alors arrêter les éoliennes – trop fragiles). Les éoliennes sont faites en fibres synthétiques (pétrole).

Le solaire : il n’y a pas de soleil la nuit, pas assez en hivers ou lorsqu’il pleut. Fabriquer un panneau solaire coûte énormément d’énergie (peut-être plus qu’il n’en restituera durant sa « vie » ; j’ai lu quelque part 4 fois) et il faut stocker sur batteries (voir ci-dessous).

L’hydrogène : n’est pas une énergie, mais un vecteur d’énergie (une pile en quelque sorte) ; elle ne restitue que l’électricité que l’on a stockée en elle. Charger une batterie, ou de l’hydrogène en électricité (comme pour une pile) gaspi 80% d’électricité pour 20 malheureux % absorbés.

La force marémotrice : il faut des marées et donc être prêt de l’océan ; il faut du béton (coûteux en énergie).

L’hydroélectricité : on a exploité presque tout les lieux propices à l’implantation de centrales, il faut du béton, du pétrole (câbles, etc.), un entretien régulier.

Le méthane : on peut en fabriquer à partir de déchets ménagers ; idem que pour les bios carburants, (il faudrait une quantité de matière organique monstrueuse).

La géothermie : de toute, l’énergie la plus intéressante sur le point rentabilité énergétique ; il faut du gaz (injecté dans un circuit qui passe dans le sol) et ça ne sert que pour se chauffer.

Iter (l’énergie du soleil) : c’est pour dans 100 ans au mieux (donc sûrement trop tard) et pour jamais au pire (on est pas sure d’y arriver).

Conclusion : nous allons bientôt manquer d’énergie et notre mode de vie va profondément être chamboulé ; mais ça, c’est une autre histoire. Celle de la fin d’un monde et peut-être d’une civilisation (la civilisation industrielle).

Vous ne me croyez pas !? Documentez vous, faites des recherches, réfutez ce que je viens de vous annoncer, remettez le en cause et faites vous votre propre opinion.



Une liste de liens concernant le pic pétrolier, sur Oléocène : http://www.oleocene.org/index.php?page=liens


Dernière édition par KrAvEuNn le Lun 14 Mar 2011, 17:43, édité 2 fois

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par KrAvEuNn le Mer 14 Fév 2007, 21:22

Idée reçue 1 : Comme le prix du Brut augmente on va enfin pouvoir exploiter les gisements à fort coût d'extraction (sous entendu il y a plein de pétrole que l'on n'exploite pas car trop cher à extraire)

Question : Le coût d'extraction du pétrole est actuellement de

6 $ le baril hors OPEP et 1,5 $ au sein de l'OPEP ! comment expliquer que des productions même 2 à 3 fois plus chères n'aient pas été engagées alors que le baril est resté globalement supérieur à 25 $ même à ses prix les plus bas .Il y aurait donc en fait deux sortes de pétrole l'un très peu cher et l'autre très cher ?

Idée reçue 2 : Comme la capacité de raffinage planétaire est insuffisante ou en limite de capacité le prix du Brut augmente ! (sous entendu ce n'est pas un problème de ressource)

Question : Le brut est ce qui rentre dans une raffinerie et non ce qui en sort.

Si la capacité des raffineries est limité comme on le dit , cela signifie que la demande en brut est plafonnée.

Si la demande est plafonnée et que l'offre est disponible la logique de l'offre et de la demande devrait faire baisser le prix du brut ! ! ?

Idée reçue 3 : Aujourd'hui on n'arrive à extraire que 35 % en moyenne des gisements, avec les progrès techniques (IFP) on va augmenter ce taux et donc compenser la déplétion .

Question : Si cela est vrai ,pourquoi plus de 60 pays producteurs( dont la première puissance technologique et économique mondiale)ont laissé se produire leur pic de production sans rien pouvoir faire , alors qu'il s'agit d'une ressource économique et stratégique pour ces pays ? !

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

fin du pétrole bon marché : Effondrement ou décroissance

Message par KrAvEuNn le Jeu 15 Fév 2007, 22:20


La fin du pétrole bon marché : Effondrement ou décroissance de la civilisation industrielle ?


par Ivo Rens

L’humanité est-elle à la veille du déclin de l’exploitation pétrolière ? A quelle échéance ? Quelles sont les énergies de substitution à disposition ? Quelles seront les conséquences du renchérissement croissant à venir du pétrole et de toutes les sources d’énergie ? Telles sont les principales questions auxquelles s’efforcent de répondre trois ouvrages récents que j’ai lus ces derniers temps, à savoir




Dernière édition par le Ven 18 Jan 2008, 11:03, édité 1 fois

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par phyvette le Jeu 15 Fév 2007, 22:43

J'ai lu le tiercé dans l'ordre en 2005 a leurs parution. Le KUNSTLER est le pire des trois dans son anticipation de l'effondrement de la société pétro-industrielle . WINGERT est très pointu sur la technique brut , en cela il est complémentaire du COCHET qui met bien plus le doigt sur les conséquences a venir.
Mais le plus interéssant reste KUNSTLER, certes c'est une vision de romancier , mais ce n'est pas un roman, ni une pure fiction , ce qu'il décrie risque bien de ce produire dans les grandes lignes. Bref je lui dois un mois de novembre 2005 avec des cauchemars toute les nuits et une petite dépression momentané.

Si vous n'en lisez qu'un ......ce doit etre KUNSTLER.

Phyvette

phyvette
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 04/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par transhuman le Sam 17 Fév 2007, 11:48

Bonjour,

Finalement peut importe lequel des 3 livres vous lisez. Ensuite lisez un ouvrage d'economie contestant la théorie du PO.

Si..si...

Faut bien etre au courant des arguments employés. C'est pas que de l'aveuglement c'est souvent de l'égoisme.
Ce qui est implicite dans beaucoup d'ouvrages ou d'articles c'est l'idée que celà va continuer "business as usual". Le commerce ....mais rien n'est dit sur la qualité de vie ou même la continuïté de l'existence de grandes masses de consommateurs...

Quand on a compris cette différence de point de vue, on réalise mieux l'immense cynisme sous jacent à la plupart des "études" économiques publiées.
Pour la majorité des économistes la soi disant survie de la civilisation se réduit à la pérennité des comptes d'exploitation et pas seulement celui de Wall mart ou de carrefour; tant que l'argent circule tout va bien.

Perso c'est là que j'ai un ( très gros ) doute....est ce que l'argent circulera toujours aussi bien ?

transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par KrAvEuNn le Jeu 26 Avr 2007, 12:01

UN LONG ARTICLE SUR TERRE DE BRUT ; extrait et conclusion :


1- L'ensemble géographique et humain que représente le reste du monde est considérable.

2- L'ensemble de la production du reste du monde se trouva actuellement sur un plateau depuis juin 2005 autour de 14,6 à 14,8 mb/j après une période de croissance qui a duré deux ans.

3- J'ai divisé cette catégorie en 5 groupes de pays.

4- Le groupe des pays du Moyen-Orient (Oman, Syrie et Yemen) se trouve en déclin depuis 2000 comme nous avons pu l'observer. Les trois pays se trouvent en déclin.

5- Le groupe des pays d'Amérique du Sud ( Brésil, Equateur, Argentine, Colombie) se trouve sur un plateau actuellement qui devrait retrouver le chemin de la croissance en 2007 avec la seule contribution du Brésil. Les trois autres pays prennent le chemin du déclin. Le Brésil devrait atteindre son pic entre 2008 et 2012.

6- Le groupe des pays africains a été le grand contributeur de la croissance de la catégorie depuis 2003 mais il n'est pas certain que cela se poursuive en 2007-2008.

7- Le groupe des pays asiatiques occupent une place stratégique particulière par son poids dans la catégorie. Il semble que ce groupe de pays se trouve sur le point d'entamer son déclin emmené par le plateau persistant de la Chine et du déclin du Vietnam et de la Malaysie depuis fin 2004. Si ce déclin se confirmait, alors il serait suffisant pour emporter le déclin de l'ensemble de la catégorie du "reste du monde". c'est donc la Chine qui va avoir un rôle pivot dans la date à laquelle le déclin du reste du monde va commencer.

8- Les autres pays du reste du monde, les très petits producteurs, semblent avoir atteint eux aussi un pic de production en mai 2006.

Sur le 5 groupes, 2 sont en déclin, un sur le point de l'être et deux autres en croissance.

La conclusion est que l'on peut difficilement croire que la production du reste du monde va repartir à la hausse. La question est de savoir quand celle-ci va entamer son déclin après ces deux années de plateau. La réponse se trouve du côté de la Chine.

Makhnovitch.

http://www.terredebrut.org/article-10124007.html

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Outback le Mar 08 Mai 2007, 08:06

Voici un lien (tiré d'oléocène) qui semble encore plus intéressant pour tous ceux qui ont du mal à croire au PO et à ses conséquences...

... ça pourrait s'appeler "Le Peak Oil pour les nuls", et j'aime particulièrement la fin, terrifiante par sa simplicité et son réalisme...

________________________________________________________
" La barbarie est l'état naturel de l'espèce humaine. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte d'une fantaisie de la Vie. Et la barbarie finit toujours par triompher..." Robert E. Howard

Outback
Membre

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 42
Localisation : Plein sud
Date d'inscription : 09/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Rammstein le Mar 08 Mai 2007, 09:27

Bonne synthèse du problème effectivement !

Pas d'accord par contre avec l'affirmation qu'il n'existe aucune alternative au pétrole dans le domaine des transports. Le charbon pourrait pendant un certain temps palier à la pénurie, via les fameux gazogènes. Et les nazis sont bien parvenus à fabriquer du kérozène de synthèse à partir du charbon, alors tous les espoirs restent permis. Sans compter que la machine à vapeur pourrait connaître un second souffle...

Reste à savoir si le citoyen lambda pourra se payer tous ces nouveaux gadgets. Mais il y a un marché à prendre pour les entrepreneurs visionnaires en quête de produits porteurs à commercialiser !

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Outback le Mar 08 Mai 2007, 10:45

L'article date de décembre 2005, quand au CTL et à des procédés comme le Fischer-Tropsch, faut pas se leurrer, ça ne fera que reculer la date du pic et prolonger un peu la phase plateau...
... à condition toutefois de s'y prendre à temps, et avec des procédés écologiques qui n'aggrave pas le bilan déjà catastrophique du RC.

Tout cela sera gourmand en énergie, surtout si on attend que le pétrole décline définitivement et c'est ce que semble attendre les investisseurs avant d'injecter des sommes énormes dans la construction d'usines CTL.
Sans compter qu'entre la décision politique, administrative et la construction elle-même il s'écoule facile une demi-douzaine d'années.

Compliqué non?...

Personnellement j'y parirais pas un kopeck et il est peu probable que nous les petits, les sans grades puissions maintenir notre niveau de vie même avec l'utilisation massive de CTL, de GTL, et de biocarburants tous azimuts une fois le pétrole en franche déplétion.

Comme l'auteur l'écrit, on ne remplace pas un miracle...

Ceci dit tu as techniquement raison quand tu dis qu'il existe bien des alternatives au pétrole dans les transports, le tout est de pas se laisser empapaouter par les solutions miracles qu'on nous agite sous le nez.

________________________________________________________
" La barbarie est l'état naturel de l'espèce humaine. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte d'une fantaisie de la Vie. Et la barbarie finit toujours par triompher..." Robert E. Howard

Outback
Membre

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 42
Localisation : Plein sud
Date d'inscription : 09/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Andros le Mar 08 Mai 2007, 11:01

Tu as tout à fait raison Outback, les gens normaux vont voir leur niveau de vie, et leur mode de vie, se déteriorer.

Personellement, c'est pour éviter cette dégradation qu'une partie de mon niveau de vie est déjà assez frugal : je n'ai pas de voiture, je fais tout à pied (même s'il s'agit parfois de se rendre à 8 km de chez moi). J'ai un vélo mais je m'en servirais quand il y aura moins de voitures, les gens conduisent n'importe comment.

J'habite à 10 min. à pied du travail, en fait je prends moins de temps pour aller au travail que je n'en prenais avant pour me rendre de chez moi au métro...

Tous ceux qui vivent à une demi-heure de voiture de leur lieu de travail vont se retrouver dans une position très désagréable. Je pense que pour beaucoup, le revenu de leur travail ne couvrira plus le coût du déplacement, et du coup ils se retrouveront sans revenu du tout.
Les employeurs, inversement, vont choisir des gens qui habitent plus près de chez eux, ce qui va être un cauchemar sans nom dans les grandes zones urbaines.

D'une certaine manière, c'est un choix de vie à prendre maintenant : soit on reste dans la société pétrophage (parfois faute de pouvoir faire autre chose), soit on s'en sépare maintenant autant que faire se peut, pour ne pas subir la dégradation (lente ou soudaine, les deux sont possibles) de la situation).

Tout cela dépend de la perception du risque. Ceux qui ont pris la peine de s'informer savent qu'ils sont très dépendants du pétrole, et percoivent ce risque, alors que pour d'autres, faute d'information, il est minime.

Andros
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 1132
Date d'inscription : 12/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par geispe le Mar 08 Mai 2007, 11:02

je ne compte pas sur le charbon si le pétrole vient à manquer : il faut que quelqu'un aille le casser à 500m de fond, résoudre les problèmes d'oxygène, de lumière et d'inondation des mines, remonter le charbon, le réduire en petits morceaux puis le transporter partout où on en a besoin...
et attention les quantités...

________________________________________________________
http://rythmescycleshumains.blogspot.com/
http://monotarcie.blogspot.com/

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Canis Lupus le Mar 08 Mai 2007, 11:03

Pas mal la devinette du nénuphar...Pendant 29 jours c'est la surface libre qui prime et le 30ème jour, gloups plus rien Very Happy Mais je ne sais pas trop pourquoi il écrit ça...

Par contre l'exemple des cultures de bactéries en boîte de Pétri, c'est très bon. Le problème c'est que l'ensemble humain est intelligent...

Le monde qui dépend de cette ressource, évidemment. Quand les silex bruts ont commencé à se faire rares, ça a été la fin du monde paléolithique. Quand les gisement riches et superficiels de cuivre et d'étain ont commencé à manquer, ça a été la fin de l'âge du bronze.

Alors ça, je demande à voir franchement ! D'où il tire son info lui ?? C'est vraiment à vérifier, parce que normalement, cela ne se passe pas comme ça, c'est plutôt l'obsolescence des anciennes techniques qui les fait disparaître.

Une cellule photovoltaïque met une vingtaine d'années à produire l'énergie nécessaire pour produire et installer une autre cellule photovoltaïque.


Je veux bien le croire, en terme d'énergie. (minage, purification &co)

Supposons, comme le prétendent ces rêveurs, que ce soit le manteau terrestre qui transpire du pétrole à travers la croute. Et que ce soit à une cadence compatible avec l'utilisation que nous en faisons. Donc environ 25 milliards de barils par an. Pendant les 4,5 milliards d'années de son existence le manteau aurait transpiré de quoi recouvrir la terre d'une couche de pétrole de 30 km d'épaisseur. Ca aurait laissé des traces.

Le coup de grâce lol! (plus d'infos ici)

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Rammstein le Mar 08 Mai 2007, 12:09

Geispe,

En allemagne le problème de l'extraction du charbon est réglé : réactivation des mines à ciel ouvert des Länder de l'Est ! C'est là qu'à été tourné "Stalingrad", au passage...

Il va de soit que la transition du pétrole au charbon va en laisser un paquet sur le bord de la route. Seuls les plus riches pourront s'équiper. Les autres iront à pied ou en vélo, comme une bonne partie du reste de l'humanité !

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par geispe le Mar 08 Mai 2007, 12:41

effectivement, là où il y a des mines à ciel ouvert on doit pouvoir récupérer le charbon... mais en cas de "zéro-pétrole" çà se complique s'il faut ensuite le transporter à travers toute l'allemagne et en livrer dans chaque maison individuelle et dans les appartements des grandes ville... un tout charbon est impossible à s'imaginer donc çà ne marche pas il me semble, même s'il existe un ïlot autour de la mine... cela leur servirait-il à quelque chose ?

________________________________________________________
http://rythmescycleshumains.blogspot.com/
http://monotarcie.blogspot.com/

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Rammstein le Mar 08 Mai 2007, 13:07

Fort heureusement une partie du réseau ferrovière est électrique ! Même avec des restrictions importantes il devrait être possible de faire circuler des trains sur une partie du réseau. Ensuite les derniers kilomètres pourraient se faire avec les moyens du bord : traction animale, porteurs...

De nombreuses locomotives à vapeur sont en outre encore en activité, le sujet étant une véritable passion nationale. Dans ma boîte, spécialisée en mécanique, construire des machines à vapeur sommaires ne présenterait aucune difficulté.

Il ne me fait aucun doute que les dirigeants n'auront aucun scrupule à passer au charbon, lorsque la situation l'exigera. C'est du moins la ligne officielle en Allemagne, qui dispose de réserves pour quelques décennies encore. Quand au RC, c'est une autre histoire.

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Outback le Mar 08 Mai 2007, 13:17

Pas mal la devinette du nénuphar...Pendant 29 jours c'est la surface libre qui prime et le 30ème jour, gloups plus rien Mais je ne sais pas trop pourquoi il écrit ça...

Par contre l'exemple des cultures de bactéries en boîte de Pétri, c'est très bon. Le problème c'est que l'ensemble humain est intelligent...

En fait ces deux paraboles se complètent pour souligner la logique suicidaire de développement exponentiel de notre société et de notre mode de vie consumériste.
Elles ont en plus le mérite d'attirer notre attention sur l'inanité de tous les chiffres mirobolants dont on nous abreuve inlassablement. Tant de milliards de tonnes de réserves de ceci, de millions de tonnes de cela, ça parait énorme et le blaireau lambda se croit à l'abri pour des siècles.
Il oublie simplement qu'actuellement la conso mondiale est exponentielle, c'est-à-dire qu'elle se multiplie sur elle-même inexorablement.
Partant de là les chiffres ne veulent plus rien dire, et les fameuses années de réserves sont à diviser d'autant...

Heuu?... L'ensemble humain, intelligent?... Moi je dirais qu'au contraire la masse humaine est stupide, rendant son comportement consuméro-capitaliste semblable à celui de la bactérie de la parabole...

... sauf qu'elle est excusable car non dotée d'un cerveau évolué.

En ce qui concerne l'allusion au silex et au bronze, l'exemple est maladroit, mais il semble plus destiné à frapper l'attention du lecteur moyen qu'à l'instruire sur les ages paleolithiques. Je rappelle qu'il s'agit du " PO pour les Nuls ".

Tous ceux qui vivent à une demi-heure de voiture de leur lieu de travail vont se retrouver dans une position très désagréable.

C'est trés exactement mon cas. Et quand je vois les quantités astronomiques de gas-oil qu'engloutissent chaque jour nos engins de chantier je vois mal comment le charbon pourrait remplacer tout ça dans des délais raisonnables... d'ailleurs en a t'on vraiment envie?..
J'en doute, le pétrole est sans équivalent en rentabilité énergétique.

La seule solution c'est une baisse drastique de la demande mondiale, qui rendrait l'extraction, le traitement et le transport du charbon sur 5000 kilomètres ( sites de Sibérie, offshores de Norvège) trop coûteux et donc non-rentable.
Combattre le système en utilisant ses propres armes en quelque sorte...

________________________________________________________
" La barbarie est l'état naturel de l'espèce humaine. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte d'une fantaisie de la Vie. Et la barbarie finit toujours par triompher..." Robert E. Howard

Outback
Membre

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 42
Localisation : Plein sud
Date d'inscription : 09/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par geispe le Mar 08 Mai 2007, 15:46

<<<Combattre le système en utilisant ses propres armes en quelque sorte...
>>>

à mon avis après le pétrole la société moderne devient inexistante : il en restera ce qu'il reste du Titanic.

________________________________________________________
http://rythmescycleshumains.blogspot.com/
http://monotarcie.blogspot.com/

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par KrAvEuNn le Sam 19 Mai 2007, 15:45

Pic Pétrolier : Cantarell, un champ majeur sur le déclin
6 avril 2007Cantarell, l’un des plus grands champs pétroliers off-shore jamais découvert, situé au large du Mexique, connait un déclin accéléré. Découvert en 1971, après avoir produit 12 milliards de barils, il est en train de dépérir. De janvier 2006 à février 2007 la production est passée de 2 millions de barils jour à 1,6, en chute de 20%.
la suite ici

Oil Peak : la production saoudienne sur le déclin
21 mars 2007L’analyse de l’évolution de la production pétrolière de l’Arabie Saoudite suggère fortement que depuis la fin 2004 celle-ci est entrée dans une phase de déclin marqué de ses capacités de production.
la suite ici

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par KrAvEuNn le Mar 22 Mai 2007, 19:59

Prudence et sang froid, ceci est l'opinion d'un seul et non une certitude :

La crise du pic pétrolier : des alarmes retentissent
Un article de Tom Whipple est paru dans Falls church News Press le 17 mai 2007.
L’auteur semble paniquer en raison de ce qui est en train de se produire aux Etats-Unis…



La crise du pic pétrolier : des alarmes retentissent

Partout dans le monde, des alarmes commencent à retentir. Au-dessus de chaque station service, un large panneau annonce que les prix sont sur une pente ascendante impossible à arrêter et qu’ils grimpent vers des niveaux ingérables. A Paris, l’Agence Internationale de l’Energie a annoncé que la demande en pétrole devrait excéder l’approvisionnement dans le courant de l’année. A moins que, bien sûr, l’OPEP n’augmente sa production. Au Moyen-Orient, les porte-parole de l’OPEP ont répété à maintes reprises que tout allait bien, qu’il y avait abondance de pétrole et qu’il n’y avait aucune raison d’augmenter la production.

La suite ici

Tom Whipple

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Rammstein le Mer 23 Mai 2007, 06:54

Quelles sont les réactions sur Oléocène ?

Je pense qu'il faut ausi dissocier les problèmes : il peut y avoir pénurie de carburant en raison d'un manque de capacité de raffinage, sans pour autant qu'il y ait PO (pic de production de pétrole) à proprement parler.

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par KrAvEuNn le Ven 15 Juin 2007, 09:33

LIEN
Tout laisse penser que l'offre mondiale de pétrole s'épuisera plus vite que prévu
Par Daniel Howden
The Independent, le 14 juin 2007
article original : "World oil supplies are set to run out faster than expected, warn scientists"
Des scientifiques contestent le principal rapport
sur les réserves mondiales et préviennent que
l'offre commencera à décroître dans quatre ans


--------------------------------------------------------------------------------

Des scientifiques ont critiqué un rapport majeur sur les réserves mondiales restantes de pétrole, prévenant que la fin du pétrole arrive plus vite que ce que les gouvernements et les compagnies pétrolières veulent bien admettre.

Le Rapport Statistique sur l'Energie Mondiale, publié hier par BP, semble montrer que le monde a encore assez de réserves "prouvées" pour répondre, au rythme actuel, à 40 années de consommation. Cette affirmation, basée sur des chiffres officiels rapportés, a une fois de plus fait reculer la date où l'on estime que le monde sera asséché.

Cependant, des scientifiques, emmenés par le Oil Depletion Analysis Centre [le centre d'analyse sur la diminution du pétrole], dont le siège est à Londres, disent que la production globale de pétrole doit atteindre son apogée dans les quatre prochaines années avant d'entrer dans un déclin rapide qui aura des conséquences massives pour l'économie mondiale et la manière dont nous vivons.

Selon la théorie du "pic pétrolier", notre consommation de pétrole rattrapera, puis dépassera la découverte de nouvelles réserves et nous commencerons à épuiser les réserves connues.

Colin Campbell, le chef du centre sur la diminution, a déclaré : "C'est une théorie assez simple que tout buveur de bière peut comprendre. Au début, le verre est plein et à la fin il est vide. Et plus vite vous le buvez, plus vite il est vide".

Le Dr Campbell est un ancien géologue en chef et ancien vice-président d'une kyrielle de majors pétrolières comprenant BP, Shell, Fina, Exxon et ChevronTexaco. Il explique que le pic de pétrole standard — celui qui est facile et peu coûteux à extraire — a déjà été atteint et qu'il a été dépassé en 2005.

Même lorsque vous prenez en compte le pétrole lourd plus difficile à extraire, les réserves dans les profondeurs de l'océan, les régions polaires et le liquide prélevé du gaz, le pic arrivera aussi tôt que 2011, déclare-t-il.

Ce scénario est platement réfuté par BP, dont le chef économiste, Peter Davies, a écarté les arguments des théoriciens du "pic pétrolier".

"Nous ne croyons pas qu'il y a une contrainte absolue de ressource. Lorsque le pic pétrolier arrivera, il est juste probable qu'il proviendra du pic de consommation, peut-être à cause des politiques relatives au changement climatique comme de la culmination de la production."

Ces dernières années, le fossé autrefois considérable entre la demande et l'offre s'est réduit. L'année dernière, ce fossé a quasiment disparu. Les conséquences d'une pénurie seraient immenses. Si la consommation commence à excéder la production ne serait-ce que de la plus petite quantité, le prix du pétrole pourrait dépasser les $100 le baril. Une récession globale s'ensuivrait.

Jeremy Leggert, à l'instar du Dr Campbell, est un défenseur des ressources naturelles devenu géologue dont le livre "Half Gone: Oil, Gas, Hot Air and the Global Energy Crisis" [A moitié disparus : le Pétrole, le Gaz, les Paroles en l'Air et la Crise Energétique] a amené la théorie du "pic pétrolier" vers un public plus large. Il compare la réticence de l'industrie et du gouvernement à faire face à la fin imminente du pétrole au déni du changement climatique.

"Cela me rappelle la manière dont personne, pendant des années, ne voulait écouter les scientifiques qui alertaient sur le réchauffement planétaire," dit-il. "Nous prédisions des choses qui se sont passées à peu près exactement ainsi. Ensuite, comme aujourd'hui, nous nous sommes demandés ce qu'il faudrait pour que les gens écoutent."

En 1999, les réserves pétrolières de la Grande-Bretagne dans la Mer du Nord ont atteint leur pic, mais pendant deux années après que cela est devenu visible, affirme M. Leggert, ce fut une hérésie pour quiconque dans les cercles officiels de le dire. "Ne pas répondre à la demande n'est pas une option. En fait, c'est un acte de trahison," dit-il.

Une chose sur laquelle la plupart des analystes pétroliers sont d'accord est que la diminution des champs de pétrole suit une courbe en cloche prévisible. Ceci n'a pas changé depuis que le géologue de Shell, M. King Hubbert, a établi un modèle mathématique en 1956 pour prédire ce qui arriverait à la production pétrolière américaine. La Courbe de Hubbert montre qu'au début la production de tout champ de pétrole croît en flèche, puis atteint un palier avant de tomber dans un déclin irréversible. Sa prédiction selon laquelle la production des Etats-Unis atteindrait son pic en 1969 fut tournée en ridicule par ceux qui prétendaient qu'elle pouvait croître indéfiniment. En l'occurrence, elle a atteint son pic en 1970 et a décliné depuis lors.

Dans les années 70, Chris Skrebowski était un planificateur sur le long-terme pour BP. Aujourd'hui, il édite la Petroleum Review et il est l'un des initiés de cette industrie qui sont de plus en plus nombreux à s'être convertis à la théorie du pic. "Au début, j'étais extrêmement sceptique," admet-il aujourd'hui. "Nous avons assez de capacité pour répondre à la demande sur les deux prochaines années et demie. Après cela, la situation se détériorera."

Ce que personne, même pas BP, ne conteste est que la demande est en hausse. La croissance rapide de la Chine et de l'Inde, à la hauteur de la dépendance du monde développé sur le pétrole, signifie que beaucoup plus de pétrole devra provenir de quelque part. Le rapport de BP montre que la demande mondiale de pétrole a cru plus vite ces cinq dernières années que dans la deuxième moitié des années 90. Aujourd'hui, nous consommons en moyenne 85 millions de barils par jour. Selon les estimations les plus conservatrices de l'Agence Internationale à l'Energie ce chiffre montera à 113 millions de barils/jour d'ici 2030.

Les deux-tiers des réserves mondiales de pétrole se trouvent au Proche-Orient et la demande croissante devra être pourvue par des augmentations massives de l'offre en provenance de cette région.

Le Rapport Statistique de BP est l'estimation la plus utilisée dans le monde sur les réserves de pétrole, mais, ainsi que le Dr Campbell le fait remarquer, c'est seulement un résumé des estimations hautement politiques fournies par les gouvernements et les compagnies pétrolières.

Ainsi que le Dr Campbell l'explique : "Lorsque j'étais le patron d'une compagnie pétrolière, je ne disais jamais la vérité. Cela ne fait pas partie du jeu."

Une étude sur les quatre pays qui ont les réserves les plus importantes — l'Arabie Saoudite, l'Iran, l'Irak et le Koweït — révèle des inquiétudes majeures. Au Koweït, l'année dernière, un journaliste a découvert des documents suggérant que les réserves réelles du pays étaient la moitié de celles rapportées. L'Iran, cette année, est devenu le premier des grands producteurs à introduire le rationnement pétrolier — une indication de l'opinion de l'administration [américaine] sur le chemin que prennent les réserves pétrolières.

Sadad al-Huseini en sait probablement plus sur les réserves de l'Arabie Saoudite que n'importe qui d'autre. Il a pris sa retraite de chef exécutif de la corporation pétrolière du royaume il y a deux ans et son point de vue sur la possibilité de progression de la production pétrolière saoudienne se modère. "Le problème est que l'on est passé de 79 millions de barils par jour en 2002 à 84,5 millions en 2004. On grimpe de deux à trois millions [barils/jour] chaque année", a-t-il déclaré au New York Times. "C'est comme l'ensemble d'une nouvelle Arabie Saoudite tous les deux ans. Cela ne peut pas durer indéfiniment."

L'importance de l'or noir

* Une réduction aussi petite que 10 ou 15% pourrait paralyser les économies dépendantes du pétrole. Dans les années 70, une réduction de seulement 5% a causé une augmentation de prix de plus de 400 %.

* La plupart des équipements agricoles sont soit fabriqués dans des usines alimentées en énergie pétrolière soit utilisent le gazole comme carburant. Presque tous les pesticides et de nombreux fertilisants sont fabriqués à partir du pétrole.

* La plupart des plastiques, utilisés partout, des ordinateurs et des téléphones mobiles jusqu'aux pipelines, les vêtements et les tapis, sont fabriqués à partir de substances pétrolières.

* Le secteur manufacturier nécessite des quantités énormes de carburants fossiles. La construction d'une seule voiture aux Etats-Unis nécessite, en moyenne, au moins 20 barils de pétrole.

* La plupart des équipements pour l'énergie renouvelable nécessitent de grandes quantités de pétrole pour leur fabrication.

* La production de métaux — en particulier l'aluminium —, de cosmétiques, de teintures pour les cheveux, d'encres et de nombreux antidouleur, tous reposent sur le pétrole.

Les sources d'énergie alternatives

Le charbon

On estime qu'il y a encore 909 milliards de tonnes de réserves prouvées de charbon dans le monde — assez pour durer au moins 155 ans. Mais le charbon est un carburant fossile et une énergie sale qui ne peut qu'accroître le réchauffement planétaire.

Le gaz naturel

Les champs de gaz naturel en Sibérie, en Alaska et au Proche-Orient devraient durer 20 ans de plus que les réserves mondiales de pétrole, mais, bien qu'il soit plus propre que le pétrole, le gaz naturel est encore un carburant fossile qui émet des polluants. Il est aussi coûteux à extraire et à transporter parce qu'il doit être liquéfié.

Les éléments combustibles de l'hydrogène

Les éléments combustibles de l'hydrogène nous fourniraient une source d'énergie permanente, propre et renouvelable, puisqu'ils combinent chimiquement l'hydrogène et l'oxygène pour produire de l'électricité, de l'eau et de la chaleur. Toutefois, la difficulté est qu'il n'y a pas assez d'hydrogène pour tout le monde et que les quelques moyens propres de le produire sont coûteux.

Les biocarburants

L'éthanol provenant du blé et du maïs est devenu une alternative au pétrole en vogue. Cependant, les études suggèrent que la production d'éthanol ait un effet négatif sur l'investissement énergétique et sur l'environnement, à cause de l'espace nécessaire pour faire pousser ce dont nous avons besoin.

L'énergie renouvelable

Les nations dépendantes sur le pétrole se tournent vers les sources d'énergie renouvelable, telles que l'hydroélectricité, le solaire et l'éolien, pour fournir une alternative au pétrole. Mais la probabilité est mince que les sources d'énergie renouvelable puissent produire suffisamment d'énergie.

Le nucléaire

Les craintes que l'offre mondiale d'uranium s'épuise ont été dissipées par des réacteurs améliorés et la possibilité d'utiliser le thorium comme combustible nucléaire. Mais une augmentation du nombre de réacteurs à travers le monde accroîtrait le risque d'un désastre ou que ces substances dangereuses atterrissent entre les mains de terroristes.

Traduction [JFG-QuestionsCritiques]

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Canis Lupus le Ven 15 Juin 2007, 11:16

Après The Independent hier, c'est au tour de Business Week de sortir un article sur le PO ! Attention, chaud devant !!!!!!!!!!

From Peak Oil To Dark Age?
Oil output has stalled, and it's not clear the capacity exists to raise production.
Business Week

Le PO fait son coming out dans les médias mainstream !!!!!

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Canis Lupus le Ven 15 Juin 2007, 11:40

Bon, au cas où vous avez la flemme de cliquer sur le lien, je vous fais un copier-coller de cette "bombe atomique" :

With global oil production virtually stalled in recent years, controversial predictions that the world is fast approaching maximum petroleum output are looking a bit less controversial. At first blush, those concerned about global warming should be delighted. After all, what better way to prod the move toward carbon-free, climate-friendly alternative energy?

But climate change activists have nothing to cheer about. The U.S. is completely unprepared for peak oil, as it's called, and the wrenching adjustments it would entail could easily accelerate global warming as nations turn to coal (see BusinessWeek.com, 4/19/07, "Rx for Earth: Sooner Not Later"). Moreover, regardless of the implications for climate change, peak oil represents a mortal threat to the U.S. economy.

Peak oil refers to the point at which world oil production plateaus before beginning to decline as depletion of the world's remaining reserves offsets ever-increased drilling. Some experts argue that we're already there, and that we won't exceed by much the daily production high of 84.5 million barrels first reached in 2005. If so, global production will bump along near these levels for years before beginning an inexorable decline.

What would that mean? Alternatives are still a decade away from meeting incremental demand for oil. With nothing to fill the gap, global economic growth would slow, stop, and then reverse; international tensions would soar as nations seek access to diminishing supplies, enriching autocratic rulers in unstable oil states; and, unless other sources of energy could be ramped up with extreme haste, the world could plunge into a new Dark Age. Even as faltering economies burned less oil, carbon loading of the atmosphere might accelerate as countries turn to vastly dirtier coal.

GIVEN SUCH UNPLEASANT possibilities, you'd think peak oil would be a national obsession. But policymakers can hide behind the possibility that vast troves will be available from unconventional sources, or that secretive oil-exporting nations really have the huge reserves they claim. Yet even if those who say that the peak has arrived are wrong, enough disturbing omens—for example, declining production in most of the world's great oil fields and no new superfields to take up the slack—exist for the issue to merit an intense international focus.

The reality is that it will be here much sooner for the U.S.—in the form of peak oil exports. Since we import nearly two-thirds of the oil we consume, global oil available for export should be our bigger concern. Fast-growing domestic consumption in oil-exporting nations and increasing appetites by big importers such as China portend tighter supplies available to the U.S., unless world production rises rapidly. But output has stalled. Call it de facto peak oil or peak oil lite. It means the U.S. is entering an age when it will have to scramble to maintain existing import levels. (en gros taper sur les pays producteurs...)

We will know soon enough whether the capacity to raise production really exists. If not, basic math and the clock tell the story. All alternatives—geothermal, solar, wind, etc.—produce only 3% of the energy supplied by oil. If oil demand rises by 2% while output remains flat, generation of alternative energy would have to expand 60% a year. That's more than twice the rate of wind power, the fastest-growing alternative energy. And all this incremental energy would somehow have to be delivered to transportation (which consumes most of the oil produced each year) just to stay even with the growth in demand.

Nuclear and hydropower together produce 10 times the power of wind, geothermal, and solar power. But even if nations ignore environmental concerns, it takes years to build nuclear plants or even identify suitable undammed rivers.

There are many things we in the U.S. can do (and should have been doing) other than the present policy of crossing our fingers. If an oil tax makes sense from a climate change perspective, it seems doubly worthy if it extends supplies. Boosting efficiency and scaling up alternatives must also be a priority. And, recognizing that nations will turn to cheap coal (recently, 80% of growth in coal use has come from China), more work is needed to defang this fuel, which produces more carbon dioxide per ton than any other energy source.

Even if the peakists are wrong, we would still be better off taking these actions. And if they're right, major efforts right now may be the only way to avert a new Dark Age in an overheated world.

KAA-BOOOOM !

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par Canis Lupus le Ven 15 Juin 2007, 18:01

Un petit ka-boooum alors Smile L'article de Business Week va sortir le 25 juin sous forme papier, et cela va toucher beaucoup plus de lecteurs. Tu te rends compte ? C'est le PO qui s'infiltre dans les chaumières !

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le pic de pétrole et ses conséquences

Message par efgé le Ven 15 Juin 2007, 18:26

Tout laisse penser que l'offre mondiale de pétrole s'épuisera plus vite que prévu


En injectant de l'eau comme il le font un peu partout, on va piquer à 8% annuel.
Very Happy

efgé
Membre

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 05/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 12 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum