"Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Catharing le Ven 27 Juin 2014 - 23:47

Salut,

"Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre."

C'est par cette phrase que s'ouvre   le site pour le grand public que le CNEV a créé et qui est consacré au moustique noir à rayure blanches et qui sert aussi de portail de signalement du moustique tigre (Aedes albopictus).

Le moustique tigre est reconnaissable à ses rayures nettes noires et blanches sur le corps et sur les pattes. Il est également appelé Aedes albopictus (ou moustique du chikungunya ou moustique de la dengue).
Ses ailes sont franchement noires (sans tâches). Son allure est pataude et il est facile à écraser en vol. Il mesure moins d'1 cm.

Voici une série de photos du moustique tigre afin de vous aider à l'identifier.







Mode de vie de la bestiole.:

Cycle de vie
:
La vie d’un moustique se déroule sous quatre formes distinctes : l’œuf, la larve, la nymphe et l’adulte. L’œuf du moustique tigre doit être mis en eau pour éclore et donner naissance à une larve. La larve se nourrit en filtrant la matière organique et passe par quatre stades larvaires, séparés à chaque fois par une mue. La larve se change ensuite en nymphe, stade au cours duquel se produit la métamorphose, et pendant lequel le moustique ne s’alimente pas. Une fois la métamorphose accomplie, l’enveloppe de la nymphe s’ouvre pour laisser émerger l’adulte, mâle ou femelle.
D’une phase aquatique, le moustique passe alors à une phase aérienne.

Peu de temps après l’émergence, mâles et femelles vont s’accoupler. Les femelles ne s’accouplent généralement qu’une seule fois dans leur vie et conservent le sperme dans des organes spécifiques, les spermathèques. Une fois fécondée, la femelle va partir en quête d’un hôte (homme, mammifère, oiseau…) à piquer. Le sang prélevé permet de fournir à la femelle les protéines nécessaires au développement de ses œufs. Après trois ou quatre jours, les œufs arrivent à maturation. La femelle recherche alors un gîte larvaire pour pondre ses œufs. Ce cycle piqûre-ponte (appelé cycle gonotrophique) se répète jusqu’à la mort de l’insecte.
Ainsi, seules les femelles piquent. Les mâles, eux, se nourrissent uniquement de jus sucré, de nectar.

Gîtes de développement :
La forte plasticité écologique du moustique tigre lui a permis une adaptation rapide dans un très large éventail d'habitats. L’espèce est adaptée à l'environnement humain et se développe préférentiellement dans des environnements péri-urbains, ainsi que dans des zones urbaines très denses. Les gîtes larvaires originels d’ Ae. albopictus étant de petits gîtes formés par des plantes retenant de l’eau (souche de bambou, broméliacées ou trous d’arbres), celui-ci a colonisé toutes sortes de récipients et réservoirs artificiels ainsi que d’éléments du bâti disponibles en milieu urbain (vases, pots, fûts, bidons, bondes, rigoles, avaloirs pluviaux, gouttières, terrasses sur plots…).

Aire de répartition du "tigre":

Modes dispersion :
Originaire des forêts tropicales d’Asie du Sud-Est, le moustique tigre s’est adapté à divers environnements, et notamment au milieu urbain, en colonisant une multitude de récipients dans lesquels il pond ses œufs. Grâce au commerce international et notamment à celui des pneus usagés, Ae. albopictus a progressivement été introduit sur les cinq continents ces trente dernières années. Cette capacité à être transporté et à coloniser des zones tempérées est due à une plasticité physiologique également importante. D’une part, les œufs d’ Ae. albopictus ont comme particularité de résister à la dessiccation (assèchement), ce qui favorise leur transport et augmente leur durée de vie. D’autre part sa capacité de diapause (« hibernation ») lui permet de survivre durant l’hiver sous forme d’œufs en dormance dans les régions tempérées.

L’espèce est aujourd’hui implantée dans plus de 80 pays d’Asie, de l’océan Indien, du Pacifique, d’Afrique, du bassin méditerranéen et des Amériques. Cette expansion fulgurante lui vaut d’être classé parmi les dix espèces les plus invasives au monde.

Aire de répartition en France :
Détectée en Italie dans les années 90, l’espèce est surveillée en France métropolitaine depuis les années 2000 avec pour principal outil de surveillance entomologique le piège pondoir. Ce piège constitué d’un seau noir contenant de l’eau (attractif) et d’un morceau de polystyrène flottant (support de ponte) permet de proposer un site de ponte attractif pour l’espèce. Un larvicide est également ajouté pour éviter toute production de moustiques. Cette surveillance est principalement mise en place dans les grandes agglomérations et le long des axes de communication car les œufs et adultes peuvent être déplacés passivement par l’homme.

Initialement, les zones surveillées étaient des sociétés importatrices de pneus usagés depuis des zones où Ae. albopictus était présent, ainsi que la frontière franco-italienne. Parallèlement à des introductions, détectées puis contrôlées, chez certains importateurs de pneus dans le nord de la France, l’implantation d’une population d’Ae albopictus a été mise en évidence dans le Sud-Est de la France en 2004 à Menton. La surveillance s’est ensuite amplifiée (13 pièges pondoirs en 2002, 2 600 pièges en 2012) et a permis de suivre sa progression. En 2014, l’espèce a colonisé la quasi-totalité des départements des Alpes-Maritimes, du Var, des Bouches-du-Rhône, de la Haute-Corse et de la Corse-du-Sud. L’espèce est également implantée dans quelques communes des Alpes-de-Haute-Provence, du Vaucluse, de l’Hérault du Gard, de l’Aude, des Pyrénées-Orientales, de la Haute-Garonne, du Lot-et-Garonne, de l’Ardèche, de la Drôme, de l’Isère et du Rhône. Des interceptions (identification de la présence et contrôle) sont également régulièrement réalisées à d’autres points du territoire.

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Bilan_de_la_surveillance_albopictus_2013.pdf


Risque sanitaire:

Le moustique tigre est capable de transmettre à l’homme différents virus dont ceux de la dengue et du chikungunya. Bien que ces maladies sévissent principalement en zones tropicales, la survenue de cas autochtones (contractés sans voyage) en France métropolitaine représente un risque bien réel. Ainsi, en 2010, deux cas autochtones de dengue et deux cas autochtones de chikungunya ont été détectés respectivement à Nice et à Fréjus. En 2013, un cas autochtone de dengue a également été identifié dans les Bouches-du-Rhône. Pour qu’une transmission de ces virus (dengue et chikungunya) ait lieu en France métropolitaine, plusieurs conditions sont nécessaires :

   la présence du vecteur,
   l’exposition du moustique au virus de la dengue ou du chikungunya,
   une « naïveté » immunologique de la population humaine à ce virus, ce qui est le cas des métropolitains, très peu confrontés à ces virus.

L’exposition des moustiques tigres présents en France aux virus de la dengue et du chikungunya est notamment possible lorsque des voyageurs, de retour de pays où ces maladies sont présentes (Antilles, Amérique du Sud, Asie du Sud-Est, Océan Indien) reviennent infectés, introduisent ces virus en France métropolitaine et se font piquer par des moustiques tigres locaux.

Après quelques jours, ces moustiques seront capables de transmettre à leur tour, sur le territoire métropolitain, le virus à une personne qui n’a pas voyagé.
Ceci est illustré au sein de l'infographie accessible ici.

COMMENT S'EN PROTEGER ?

Les bons gestes pour éviter la prolifération :
Aedes albopictus est adapté à l'environnement humain et se développe préférentiellement dans des environnements péri-urbains, ainsi que dans des zones urbaines très denses. Les gîtes larvaires originels d’Ae.albopictus étant de petits gîtes formés par des plantes retenant de l’eau (souche de bambou, broméliacées ou trous d’arbres), celui-ci a colonisé toutes sortes de récipients et réservoirs artificiels ainsi que d’éléments du bâti disponibles en milieu urbain (vases, pots, fûts, bidons, bondes, rigoles, avaloirs pluviaux, gouttières, terrasses sur plots…). Voici quelques conseils pour éviter la prolifération de cette espèce :
   - Coupelles sous les pots de fleurs, vases : videz-les régulièrement (au moins une fois par semaine) ou supprimez-lez
   - Seaux, matériel de jardin, récipients divers : videz-les puis retournez-les, ou mettez-les à l’abri de la pluie.
   - Bidons de récupération d’eau : recouvrez-les à l’aide d’un filet moustiquaire ou de tissu, en vous assurant que les moustiques ne pourront pas accéder à l’eau.
   - Bassin d’agrément : introduisez des poissons, qui mangeront les larves.

Comment se protéger des piqûres :
La prévention passe également par la protection contre les piqûres de moustiques.
Plusieurs méthodes sont possibles : port de vêtements longs et amples, aménagement de l’habitat (moustiquaires aux fenêtres…), utilisation de produits répulsifs. Ae. albopictus ayant une activité diurne, l’utilisation de répulsifs cutanés reste l’option la plus efficace.
Parmi les différents produits proposés sur le marché, tous ne sont pas d’une efficacité optimale. Les autorités sanitaires recommandent l’utilisation des produits dont l’efficacité est reconnue. Il existe toutefois des précautions d’emploi pour certains publics sensibles (nourrissons et femmes enceintes notamment).
Pour connaître ces produits et leurs conditions d’utilisation vous pouvez consulter les recommandations émises par le minisrtère de la santé et accessibles ici.
Pour plus d’informations, vous pouvez également demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

Voir aussi
http://www.sante.gouv.fr/recommandations-d-utilisation-des-repulsifs-et-biocides-contre-les-moustiques.html

Autres conseils
Comment se protéger à titre personnel ? Comment éviter la propagation du moustique-tigre ?
Stéphane Robert, président du site vigilance moustiques nous éclaire à ce sujet.

1. Evitez les retenues d'eau
"Evitez les retenues d'eau. Les moustiques tigres se reproduisent dans de l'eau stagnante. Ils pondent entre 50 et 300 oeufs en une fois. Quelques gouttes d'eau dans une soucoupe suffisent à leur prolifération"
2. Pensez à mettre des larvicides
"Si vous avez des puits ou des mares chez vous, n'hésitez pas à y mettre des larvicides (substance active qui a pour propriété de tuer des larves NDLR.)"
3. Utilisez des répulsifs cutanés
"Pensez à vous appliquer une lotion cutanée. Veillez cependant à ce qu'elle utilise des principes actifs reconnus : du DEET de l'IR3535 ou de l'Icaridine. Vous les trouverez généralement en pharmacie. Evitez les huiles essentielles, qui ne sont pas homologuées"
4. Optez pour des vêtements larges et clairs
"Les moustiques tigres piquent à travers les vêtements et sont attirés par les couleurs foncées. Pensez donc à mettre des vêtements longs, amples et clairs. Imprégnez -les également de produit à base d'insecticides"
5. Achetez des moustiquaires
"Le plus important est de protéger les bébés et les personnes fragiles des moustiques-titres. Entourez le lit de vos enfants avec des moustiquaires imprégnées ou non de pesticides. Vous pouvez également en mettre autour des portes et des fenêtres"
6. Mettez des bougies dans votre jardin
"Utilisez des bougies pour détourner l'attention des moustiques tigres. Elles dégagent, en effet, des grandes quantités de CO2. On sait que les moustiques tigres y sont particulièrement sensibles"

________________________________________________________
"Les choses ne changent pas, change ta façon de les voir, cela suffit".

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4102
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Wanamingo le Lun 7 Juil 2014 - 1:04

J'en ai repéré en Loire Atlantique cette semaine ! Une autre personne m'a bien confirmé que c'en était. Malheureusement je n'avais pas mon appareil...

Wanamingo
Modérateur & animateur

Masculin Nombre de messages : 1230
Date d'inscription : 27/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par agralil le Lun 7 Juil 2014 - 6:19

ils sont vraiment minuscules, je pense que je n'identifierai même pas ça comme des moustiques, si j'en croise  Suspect

du coup, je suis content qu'on en vois pas (encore) à paris (je me fais assez régulièrement dévorer la nuit sans rien voir venir)

agralil
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 732
Age : 43
Localisation : yvelines
Emploi : employé libre service
Loisirs : rares
Date d'inscription : 24/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Catharing le Jeu 17 Juil 2014 - 17:02

Chikungunya et dengue - Données de la surveillance renforcée en France métropolitaine en 2014
Du 1er mai au 11 juillet 2014 => 427 cas suspects de dengue ou de chikungunya ont été signalés.
Parmi eux :

  • 51 cas importés de dengue ont été confirmés ;
  • 148 cas importés de chikungunya ont été confirmés ;
  • 4 cas importés co-infectés.


Il n'y a eu aucun cas autochtone.

Les cas se répartissent ainsi :

Nombre de cas de suspects et de cas confirmés de chikungunya et de dengue,
par région de surveillance renforcée, du 1er mai au 11 juillet 2014
RégionsCas suspects signalésCas confirmés importés Cas confirmés autochtones
DengueChikungunyaCo-infectionDengueChikungunyaCo-infection
Provence-Alpes-Côte d'Azur15019481000
Corse6000000
Languedoc-Roussillon656331000
Rhône-Alpes8711350000
Aquitaine397152000
Midi-Pyrénées808170000
Total427511484000

________________________________________________________
"Les choses ne changent pas, change ta façon de les voir, cela suffit".

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4102
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par troisgriffes le Ven 18 Juil 2014 - 14:40


troisgriffes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2371
Localisation : Sud RP
Emploi : technicien
Date d'inscription : 17/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Catharing le Mar 21 Oct 2014 - 14:47

Salut,

Chikungunya : quatre personnes ont été infectées par le virus à Montpellier
Selon les informations de France 3 Languedoc-Roussillon, les malades ont été piqués par un moustique tigre dans le centre-ville de Montpellier.
ll s'agit des premiers cas autochtones décelés cette année.

Ce n'est pas la première fois que des cas de chikungunya autochtones sont recensés en France métropolitaine, mais il s'agit des premiers cette saison.
 Les deux premiers cas autochtones de chikungunya en France ont été détectés en 2010 dans le Var.



Fortes fièvres et douleurs articulaires
Le chikungunya provoque de fortes fièvres avec des douleurs articulaires. Dans certains cas, ces douleurs et des raideurs persistent plusieurs mois voire plusieurs années. La maladie peut être mortelle chez les patients fragilisés, notamment les personnes âgées. Il n'est pas mortel, mais aucun traitement ni vaccin n'existe pour s'en prémunir ou en guérir.

La maladie est due, tout comme la dengue, à un virus qui se transmet uniquement par l'intermédiaire d’une piqûre du moustique aedes albopictus, également appelé moustique tigre.
L’apparition de cas autochtones de chikungunya ou de dengue nécessite d'abord que le moustique s'infecte en piquant une personne revenant malade d’un pays ou d'une zone d'endémie.
Le moustique devient alors infectant: à chaque piqûre, il transmettra le virus.
Un cas est dit "importé" si le patient a séjourné en zone de circulation connue du virus dans les 15 jours précédant le début des symptômes

Traitements et prévention (Institut Pasteur)
La prise en charge médicale est purement symptomatique, reposant sur des traitements anti-douleurs et anti-inflammatoires.
Ces traitements n’ont cependant aucun effet préventif sur la survenue d’une évolution chronique. Une corticothérapie peut s’avérer nécessaire dans les formes sévères d’évolution subaiguë – chronique.
 
La prévention de cette infection est à la fois collective et individuelle, reposant sur la lutte anti-vectorielle. A l’échelle individuelle, il s’agit de limiter sa propre exposition au moustique vecteur, en portant des vêtements longs, en s’appliquant des répulsifs cutanés, et en utilisant des insecticides sur les vêtements et les moustiquaires.
Collectivement, une lutte anti-vectorielle à large échelle consiste en des épandages précautionneux d’insecticides et une élimination des gîtes larvaires potentiels, particulièrement autour des habitations (pots de fleur, récipients divers, pneus usagés, déchets encombrants, etc.).
http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/chikungunya#sthash.PpNwGEVM.dpuf%3Cbr%20/%3E[/url]

Montpellier : comment s'organise la lutte contre le moustique tigre
A Montpellier, la recherche contre le “tigre“ avance des solutions innovantes. Comprendre les “discussions “avec les femelles, le moustique pour tuer le moustique, stériliser les “tigres“ mâles en les bombardant de rayons gamma ou rayons X...

L'épisode cévenol que la région vient d'essuyer n'est pas de bon augure.
Raffolant de chaleur et d'humidité, la femelle du moustique tigre peut pondre un millier d'œufs lors de ses 30 jours d'existence. Pas de quoi ôter son sourire à Didier Fontenille, ce chercheur Montpelliérain, spécialiste du moustique tigre, fléau mondial, vecteur du chikungunya, dengue, paludisme...
Responsable du Centre national d'expertises des vecteurs, à l'IRD, à Montpellier, il est à la pointe de la lutte contre aedes albopictus plus connu sous le nom de “tigre “.[..]



Aida "moustique-tigresse".."
En 5 minutes, ce film d’animation nous présente donc Aida, un “moustique- tigresse“, qui raconte sa brève vie, explique son cycle de vie, sa reproduction, et comment il transmet des maladies… Sous un angle humoristique réussi, mais scientifiquement exact, ce film, sans grand discours, traite de la biologie du moustique tigre, et nous donne des recommandations pour s’en protéger.



________________________________________________________
"Les choses ne changent pas, change ta façon de les voir, cela suffit".

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4102
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par albertspetz le Ven 24 Oct 2014 - 10:13


albertspetz
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1558
Localisation : Sud Est
Date d'inscription : 14/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Catharing le Ven 7 Nov 2014 - 21:59

Salut,

Cette infographie créée dans le cadre de la Journée mondiale de la Santé 2014 décrit un certain nombre de mesures à prendre pour se protéger des maladies vectorielles :


________________________________________________________
"Les choses ne changent pas, change ta façon de les voir, cela suffit".

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4102
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Catharing le Lun 18 Mai 2015 - 18:04

Présence du moustique  tigre (Aedes albopictus) en France métropolitaine début 2015.


13 Mai 2015 : la saison des moustiques a commencé dans 37 départements de l’hexagone.

Comme chaque année, Vigilance-moustiques guette le démarrage de la saison des moustiques grâce à 3 outils combinés :

_ le suivi des températures diurnes et nocturnes dans tous les départements de France. En effet, selon une méthodologie mise au point avec des experts, il est établi qu’au bout de 10 jours consécutifs de température supérieure à 23°C le jour et à 15°C la nuit, la probabilité que la saison des moustiques démarre augmente sensiblement.

_ la réception de déclarations de cas effectuées par le grand public.

_ l’activation de nos 2 000 pharmacies sentinelles pour vérifier les informations centralisées au préalable par Vigilance-moustiques.

Liste des départements dans lesquels la saison des moustiques a officiellement démarré :

Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse, Gard, Hérault, Aude, Pyrénées-Orientales, Alpes-Maritimes, Gers, Landes, Gironde, Lot-et-Garonne, Charente-Maritime, Drôme.
Loire-Atlantique, Pyrénées-Atlantiques, Tarn, Tarn-et-Garonne, Rhône, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Doubs, Jura, Saône-et-Loire, Ardèche, Isère, Loire, Savoie, Haute-Savoie, Alpes-de-Haute-Provence, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Ariège, Haute-Garonne, Lot, Hautes-Pyrénées, Dordogne.

Carte ECDC sur la répartition des différentes espèces de moustiques vecteurs de maladies en Europe  Source
Ici celle concernant le moustique tigre à Janvier 2015.



Conditions propices à l'émergence du chikungunya

Actuellement en France, 18 départements rassemblent toutes les conditions propices à l’émergence du chikungunya, selon l’Institut Pasteur : la présence du moustique vecteur dans la région, la température et l’humidité favorables à l’éclosion des œufs et de nombreux déplacements des populations entre la France et les Antilles (vacances, coupe du monde de football).

La chaîne de contamination Source

  • Une personne infectée dans une zone où la maladie est présente (endémique) se fait piquer à son retour par un moustique vecteur, alors qu’elle se trouve dans la phase de la maladie au cours de laquelle le virus est présent dans son sang (phase virémique, jusqu’à 7 jours après le début des signes).
  • Le moustique infecté peut, quelques jours après, piquer d’autres personnes qui seront à leur tour infectées par ce virus, entraînant l’apparition des premiers cas autochtones pouvant être à l’origine d’une épidémie.




Accentuer la protection individuelle!!
Le moustique tigre est fortement affilié à l’homme et se déplace peu. Il y a donc toutes les chances pour que le moustique qui vous pique soit né chez vous, ou tout près. C’est pourquoi les mesures prises à la maison sont les plus efficaces pour éviter la prolifération.


  • Éliminer les eaux stagnantes

        Arrosoir, soucoupes de pots de fleurs, descente de gouttière, égouts, creux d’arbres, vieux pneus, bassins divers, fût d’eau de pluie... de  très nombreux endroits parfois insoupçonnés peuvent être propices à la ponte. Le mieux est de passer régulièrement le jardin au peigne fin pour les éliminer. Pour les réservoirs d’eau tels que les puits, mares ou les piscines hors d’usage (celles en fonction ne sont pas propices à la ponte), pensez à mettre des larvicides.


  • Répulsifs
    Dans certaines régions très propices aux moustiques (zones humides ou marécageuses), ces mesures ne suffiront pas. Il est donc nécessaire de se protéger individuellement. Les produits répulsifs constituent un marché gigantesque dans lequel il est difficile de se retrouver.
    Voici quelques repères :

Les produits à oublier :

  • Les applications smartphones qui prétendent éloigner les moustiques par l’émission d’ultrasons sont nombreuses. Elles sont pourtant parfaitement inutiles. Testées et désapprouvées par Sciences et Avenir


  • Les bracelets anti-moustiques qui fleurissent dans les rayons des supermarchés sont certes très tendance, mais sans grand intérêt. Si les produits qu'ils diffusent peuvent être efficaces, ils ne le sont qu'au niveau de la zone du bracelet. Tout juste vous protégeront-ils l'avant-bras si vous le mettez au poignet et le mollet si vous le placez sur votre cheville... Il vaut donc mieux choisir des sprays à étaler sur les surfaces découvertes de votre peau.


  • Bien que très populaire, la citronnelle sous ces différentes déclinaisons (bougies, huile, spray) n'est pas l'idéal. Son efficacité est réduite à quelques espèces seulement, et le moustique tigre n'en fait pas partie.



Les produits efficaces :


  • Économique et presque infaillible, la moustiquaire est encore ce qui se fait de mieux lorsque vous n'êtes pas en mouvement


  • Dans la catégorie répulsif, le DEET (Diethly Toluamide) est considéré comme le plus actif. Sous forme de spray, lotion ou gel, il agit en modifiant les perceptions olfactives du moustique afin de l’empêcher de piquer.
    Attention cependant car il s'apparente à un produit neurotoxique. Il est formellement déconseillé chez la femme enceinte et les enfants de moins de six mois.

         Attention, les répulsifs ne font pas bon ménage avec les crèmes de protection solaire : celles-ci doivent être appliquées au    moins 20 minutes avant le répulsif.


  • Plus naturel que le DEET mais tout aussi agissant, l'IR3535 ne comporte aucune contre-indication particulière et est réputé efficace également contre les tiques, les taons, les guêpes et les abeilles.
    Son utilisation chez les jeunes enfants demande néanmoins de respecter scrupuleusement les précautions d'emploi. Au besoin, demandez conseil à votre pharmacien.


Enfin, il faut savoir que les moustiques tigres piquent à travers les vêtements et sont attirés par les couleurs foncées. Pensez donc à mettre des vêtements longs, amples et clairs. Source

________________________________________________________
"Les choses ne changent pas, change ta façon de les voir, cela suffit".

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4102
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par hildegarde le Mar 19 Mai 2015 - 9:25

Enfin, il faut savoir que les moustiques tigres piquent à travers les vêtements et sont attirés par les couleurs foncées. Pensez donc à mettre des vêtements longs, amples et clairs. Source

JE CONFIRME !

en pleine zone infestée, ce sont des veritables essaims qui vous agressent en sous bois...même à travers des vetements epais.

Par contre AUCUNS repulsifs chimiques vendus à ce jours en pharmacie et dont la liste est donnée par Catharing ci dessus n'est efficace....malheureusemement.

Je pense que c'est parce qu'ils sont en trop grands nombres...

d'un point de vue phytothérapie, pas encore trouver de solution non plus, la HE de  lavande marche bien pour soigner les piqures, mais comme répulsif le mieux est encore d"éviter les zones infestées.

________________________________________________________
clic flower

hildegarde
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 3387
Loisirs : manger des fleurs
Date d'inscription : 14/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mauvaisesherbes.org/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par castel le Mer 20 Mai 2015 - 3:14

hildegarde a écrit:Enfin, il faut savoir que les moustiques tigres piquent à travers les vêtements et sont attirés par les couleurs foncées. Pensez donc à mettre des vêtements longs, amples et clairs. Source

JE CONFIRME !

en pleine zone infestée, ce sont des veritables essaims qui vous agressent en sous bois...même à travers des vetements epais.

vivez en régions parisienne y'a pas de moustique ...
par contre y'a d'autres prédateurs ....


Pour avoir subit des HORDES de moustiques en Corse  : je confirme !!!!

castel
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 310
Age : 46
Localisation : trou perdu
Emploi : qui me laisse du temps pour réfléchir
Loisirs : pareil
Date d'inscription : 15/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par albertspetz le Lun 13 Juil 2015 - 20:06

Ok


Dernière édition par albertspetz le Lun 13 Juil 2015 - 22:28, édité 1 fois

albertspetz
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1558
Localisation : Sud Est
Date d'inscription : 14/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Kerkallog le Lun 13 Juil 2015 - 22:00

...j'ai comme un doute sur l'indépendance scientifique pour dresser la carte "vigilance moustique" grâce à un tel sponsor:
http://www.comptoirsante.com/marques/manouka.html  lunettes

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1344
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Kerkallog le Lun 13 Juil 2015 - 22:10

...en cherchant plus loin dans les poils du moustique=

1/

"La carte circule depuis déjà plusieurs semaines. Elle est d 'ailleurs arrivée dans la boîte mail du Point.fr. Vingt départements métropolitains seraient désormais en vigilance rouge « moustique-tigre ». L 'annonce rappelle les communiqués très officiels de Météo-France. Comme l 'alerte à la canicule lancée ce mercredi. Exceptée qu 'elle n 'émane pas d 'un organisme public, mais bien d 'un site internet privé baptisé Vigilance-moustiques.com. Une société créée à l 'initiative du directeur d 'un laboratoire spécialisé dans les lotions répulsives anti-moustiques et qui tire ses ressources de publicités pour ce même laboratoire, ainsi que pour Moustiquesolutions, site marchant commercialisant toutes sortes d 'armes de lutte contre ces insectes. Un bien curieux mélange des genres

Au vu de la polémique suscitée par les cartes diffusées par Vigilance-moustiques, il faut bien faire le distinguo entre les départements où des populations de moustiques-tigres sont implantées – c'est-à-dire les 20 départements dont je viens de parler –, et ceux où des spécimens ont pu être interceptés de manière très ponctuelle dans des pièges placés le long des axes de communication, parce que, comme je le disais précédemment, il voyage avec les hommes dans leur véhicule. Cela n'atteste en aucun cas de son implantation à ces endroits-là.


Quelles sont les prévisions quant à sa propagation en France ?
Plusieurs travaux de modélisation ont été réalisés pour définir les zones propices à l'installation de l'espèce. La plupart d'entre eux prédisent que la très grande majorité du territoire peut permettre l'installation du moustique-tigre. Et ce, d'autant plus que la niche écologique qu'il occupe, dans les environnements urbains, est très peu exploitée en France par d'autres espèces de moustiques. Aucune compétition ne freine donc son implantation.

Comment peut-on limiter la casse ?
Comme ce moustique est capable de pondre dans de tout petits récipients, la grande partie de ses gîtes larvaires se trouvent sur le domaine privé. D'où une très grande difficulté pour les opérateurs publics qui ne peuvent que difficilement intervenir. Les particuliers ont donc un rôle primordial à jouer. Une grande partie de la lutte contre ce moustique leur revient. Il faut qu'ils se mobilisent pour éviter toute stagnation d'eau : vider régulièrement l'eau des fleurs, ne pas mettre de soucoupe sous les pots de fleurs ou bien les remplir de sable, ne pas laisser traîner d'objets ou de détritus susceptibles de se remplir d'eau… Un bouchon de bouteille, plein d'eau durant une semaine, peut suffire à une ou deux larves d'Aedes albopictus pour se développer !

Combien de personnes sont actuellement infectées par la dengue ou le chikungunya dans l 'Hexagone ?
Il y a quelques cas répertoriés par l'Institut de veille sanitaire (* voir tableau de l'InVS), mais le fait est qu'il n'y a pas de transmission autochtone. Tous les cas détectés sont des cas importés : ils concernent uniquement des voyageurs revenant de zones à risque, des mesures étant mises en œuvre autour de ces personnes pour éviter toute transmission. Plus largement, l'infection en France d'une personne n'ayant pas voyagé demeure un événement extrêmement rare..."

http://www.lepoint.fr/environnement/alerte-rouge-au-moustique-tigre-vraiment-05-07-2015-1942493_1927.php

*   tableau de l'InVS:




2/

http://www.liberation.fr/societe/2015/06/19/la-vraie-fausse-histoire-de-l-invasion-du-moustique-tigre_1333070


Dernière édition par Kerkallog le Lun 13 Juil 2015 - 22:14, édité 1 fois

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1344
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par albertspetz le Lun 13 Juil 2015 - 22:11

ok tu as raison


Dernière édition par albertspetz le Lun 13 Juil 2015 - 22:28, édité 1 fois

albertspetz
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1558
Localisation : Sud Est
Date d'inscription : 14/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Kerkallog le Lun 13 Juil 2015 - 22:20

albertspetz a écrit:
Kerkallog a écrit:...j'ai comme un doute sur l'indépendance scientifique pour dresser la carte "vigilance moustique" grâce à un tel sponsor:
http://www.comptoirsante.com/marques/manouka.html  lunettes
Je ne connais pas manika

Mais j'ai personnellement travaillé avec le HCFDC et se sont des gens sérieux. Maintenant si mon information te semble fausse ou tendancieuse, j'autorise un des cardinaux à supprimer mon poste

http://www.pavillon-orange.org/


...cette info est biaisée;Manouka est un fabriquant de produits répulsifs anti-moustiques, c'est le sponsor qui a financé la carte que tu publies & qui est reprise par 99% des médias , sans aucun discernement.

Ils ont aussi un site =Vigilance-moustiques ; c'est pratique pour mieux faire flipper le touriste piqué par les habituels moustiques de l'été!!!
Achetez des spirales pas chères, c'est du pyrêtre  fumeur

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1344
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par troisgriffes le Lun 13 Juil 2015 - 23:14

Euh,j'ai souvenir que l'année dernière il y avait eu trois cas  autochtones de dengue en France et
non zéro comme indiqué dans le tableau.

troisgriffes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2371
Localisation : Sud RP
Emploi : technicien
Date d'inscription : 17/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Kerkallog le Lun 13 Juil 2015 - 23:20

troisgriffes a écrit:Euh,j'ai souvenir que l'année dernière il y avait eu trois cas  autochtones de dengue en France et
non zéro comme indiqué dans le tableau.


...des cas contractés en métropole ou dans les dom-tom & ramenés en avion??? study

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1344
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par troisgriffes le Lun 13 Juil 2015 - 23:29

Qui dit autochtone dit refilé par des moustiques tigre du cru à une personne n'ayant pas
voyagé.C'était dans le sud-est de mémoire.

troisgriffes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2371
Localisation : Sud RP
Emploi : technicien
Date d'inscription : 17/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Kerkallog le Mar 14 Juil 2015 - 0:55

troisgriffes a écrit:Qui dit autochtone dit refilé par des moustiques tigre du cru à une personne n'ayant pas
voyagé.C'était dans le sud-est de mémoire.


...exact=

"En métropole, une surveillance épidémiologique est mise en place depuis 2006. Elle comprend deux dispositifs nationaux pérennes basés sur la déclaration obligatoire (DO) et un réseau de laboratoires, ainsi qu’un dispositif local et saisonnier de surveillance renforcée dans les départements où Ae. albopictus est implanté, pendant sa période d’activité, du 1er mai au 30 novembre.

En 2014, en France métropolitaine, 489 cas de chikungunya et 201 cas de dengue ont fait l’objet d’une DO ; 2 327 cas de chikungunya et 953 cas de dengue ont été rapportés par le réseau de laboratoires. Du 1er mai au 30 novembre, 454 cas de chikungunya et 167 cas de dengue ont été identifiés dans les 18 départements où Ae. Albopictus était implanté. Quatre cas autochtones de dengue ont été détectés en région Provence-Alpes-Côte d’Azur et un foyer autochtone de chikungunya (11 cas confirmés) dans l’agglomération de Montpellier.

Le nombre important de cas importés de chikungunya en métropole était lié au contexte épidémiologique des départements français d’Amérique. Le plan de surveillance a permis de limiter les épisodes autochtones, mais il devra évoluer en fonction de l’extension rapide du vecteur pour être réactif, exhaustif et efficient...."

2014= http://www.invs.sante.fr/beh/2015/13-14/2015_13-14_1.html


"Nombre de cas de suspects et de cas confirmés de chikungunya et de dengue,
par région de surveillance renforcée, du 1er mai au 3 juillet 2015= 0 cas autochtones..."


2015= http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-transmission-vectorielle/Chikungunya/Donnees-epidemiologiques/France-metropolitaine/Chikungunya-et-dengue-Donnees-de-la-surveillance-renforcee-en-France-metropolitaine-en-2015

...à compléter le 30/11/2015 pour un bilan complet

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1344
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Catharing le Ven 13 Nov 2015 - 12:50

Le chikungunya a quitté les Antilles mais a gagné 40 pays du continent Amérique

Nouvelle-Orléans-Etats-Unis --
Dans 40 pays ou territoires d’Amérique du Nord, Centrale ou du Sud, 1,74 millions de cas de chikungunya ont été recensés depuis le début de l’épidémie en 2013, selon le Dr Marc Fischer du CDC des Etats-Unis qui a présenté ces données à l’occasion de l’ ID Week 2015 (International Group Department).

Avant 2006, les cas de chikugunya étaient particulièrement rares dans les continents nord et sud américains.
Jamais le pays n’avait eu à faire face à une épidémie autochtone. En moyenne par exemple, on comptait seulement 28 voyageurs malades aux Etats-Unis.

Mais tout a changé fin 2013 avec l’épidémie qui s’est d’abord déclarée aux Antilles.
En 2014, elle s’étendait aux pays d’Amérique Centrale et mi-2014, le nombre de cas mensuels s’élevait de 150 000 à 250 000 dans cette région. A cette date, 40 pays ou territoires étaient concernés....

Des voyageurs malades dans tous les états des États-Unis
Entre janvier 2014 et septembre 2015, le nombre de cas confirmés a été de 3 270 aux États-Unis, 75 % d’entre eux avaient voyagé dans les caraïbes au cours des mois précédents.
C’est dans les états de New York (863 patients) et de Floride (530 patients) que l‘incidence a été la plus élevée. Globalement, des cas de chikungunya de voyageurs ont été signalés dans tous les états nord-américains.


________________________________________________________
"Les choses ne changent pas, change ta façon de les voir, cela suffit".

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4102
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Attention, tout ce qui vole n’est pas moustique, tout moustique n’est pas un moustique tigre...."

Message par Kerkallog le Mar 21 Juin 2016 - 13:32

...  sunny   rappel pré-estival=


http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2016/18-19/2016_18-19_1.html

"Résumé

Introduction 

Afin de prévenir le risque de dissémination du chikungunya et de la dengue en France métropolitaine à partir des voyageurs malades au retour ou en provenance des zones d’endémie, une surveillance entomologique et humaine est mise en place chaque année dans les départements colonisés par le vecteur Aedes albopictus. En août 2015, deux cas suspects de dengue autochtones ont été signalés dans le Gard à l’Agence régionale de santé, puis confirmés par le Centre national de référence des arbovirus. Des investigations épidémiologiques et entomologiques ont immédiatement été mises en place afin de contrôler la transmission du virus.

Méthodes –

Une recherche active de cas suspects a été réalisée (enquête porte-à-porte, signalement des cas suspects autochtones…) et un cas index recherché parmi les cas de dengue importés signalés en 2015. Les mesures de lutte anti-vectorielle (LAV) ont été mises en œuvre. Des réunions publiques visant à mobiliser les habitants du quartier concerné dans la gestion du foyer ont été organisées.

Résultats –

Entre le 8 août et le 11 septembre 2015, 7 cas autochtones de dengue (6 confirmés, 1 probable) ont été détectés dans un quartier de Nîmes. Un cas index probable, de retour de Polynésie française, a été identifié. Six traitements de LAV ont été réalisés dans le quartier et trois réunions publiques organisées par l’intermédiaire de l’école primaire et du comité de quartier.

Discussion –

Cet épisode constitue le premier foyer significatif de dengue en France métropolitaine. Les cas sont survenus dans une zone colonisée par Ae. albopictus depuis plusieurs années alors que la pression d’importation était faible (5 cas importés dans le Gard). La survenue régulière de cas de dengue et de chikungunya depuis 2013 en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Languedoc-Roussillon traduit le risque grandissant d’émergence des arboviroses en métropole..."

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1344
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum