Golden Holocaust : le complot des cigarettiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Golden Holocaust : le complot des cigarettiers

Message par Barnabé le Dim 27 Avr 2014 - 5:28

Dans ce livre de 700 pages qui vient de paraître en français, Robert Proctor, historien américain, explique :

- comment le séchage à chaud du tabac, inventé fin du XIXe siècle, permet d'adoucir la fumée, donc de l'avaler dans les poumons. Avant, les fumeurs, peu nombreux, utilisaient le tabac en pipe, cigare, ou tabac à rouler brun ou gris : la fumée est tellement acre qu'on ne l'avalait pas (ou très peu) dans les poumons. Avec cette invention, il s'agissait donc de rendre le goût plus agréable donc d'augmenter le nombre de fumeurs. Il s'agissait aussi d'augmenter la pénétration de la fumée dans les poumons, donc augmenter le transfert de nicotine, donc l'addiction. Tant pis si on augmente aussi l'effet cancérigène au passage.

- comment les efforts ont été maintenus pour rendre cette fumée plus facilement inhalable et plus addictive. Plus de 100 additifs sont ajoutés, dont le fameux ammoniaque qui augmente fortement l'addiction.

- comment les deux guerres mondiales vont servir à diffuser largement la cigarette fournie aux soldats ; non seulement la diffuser physiquement auprès des soldats et des gens qu'ils cotoient, mais aussi développer au passage l'image positive du héros qui fume. Le nombre de fumeurs aux USA a été plus que triplé pendant la première guerre mondiale et plus que doublé pendant la seconde.

- Comment, alors que la certitude du lien entre tabac et cancer du poumon est acquise début des années 1950, le lobby cigaretier a réussi à retarder d'au moins 10 ans le début des politiques publiques de prévention (la conséquence de ce retard se chiffre à 8 millions de morts)

- comment le lobby cigarettier US a mis du tabac dans le plan Marshall (1 dollar d'"aide tabac" pour 2 dollars d'aide en nourriture !) alors que les européens n'avaient rien demandé.

- comment les cigarettiers déploient des efforts pour recruter les fumeurs le plus jeune possible (renouveler le stock de fumeurs)

- comment le lobby cigarettier a acheté de très nombreux membres de la communauté scientifique, en application du plan décidé dès 1953 pour contrer les révélations sur la causalité tabac-cancer. Achetés pour qu'il disent des choses favorables au tabac, ou moins défavorables ; pour maintenir le doute (ne pas publier de résultats définitifs) ; mais aussi, et c'est incroyablement machiavélique, pour faire diversion. Le lobby cigaretier a financé par exemple de la recherche sur les liens entre le cancer et toute une floppée de facteurs, pourvu que ça ne soit pas le tabac. Pendant ce temps-là, les scientifiques ne travaillent pas sur le tabac, et la floppée des résultats de ces études va faire diversion, va retarder la compréhension d'à quel point le tabac a un rôle énorme dans le développement de cancers.

- comment l'industrie du tabac n'a rien fait contre le problème du polonium 210. Manque de pot, le tabac fixe le polonium radioactif provenant des engrais phosphatés utilisés. Fumer 1 paquet et demi par jour correspond à une exposition radiologique équivalente à 300 radiographies du thorax par an. Cette information a soigneusement été tenue secrète. Les recherches des cigarettiers ont montré que chercher à réduire cette pollution radioactive était compliqué, que ça allait coûter de l'argent, et que ça ne donnerait aucun avantage concurrentiel (que ça ne ferait pas vendre plus que le voisin) ; donc l'industrie a sciemment renoncé à traiter ce problème et l'a soigneusement gardé secret.

- comment le lobby du tabac a influé sur Hollywood pour que les films montrent des gens en train de fumer

- comment faire croire aux gens que la liberté consiste à se rendre accro à un truc qui ne fait même pas plaisir (contrairement aux drogues récréatives) ; d'où toute la pub sur le cowboy malboro, toute l'iconographie, tous les slogans publicitaires. Mais aussi un discours permanent sur la liberté, la liberté de fumer. Dans le plus pur style '1984", ils vous disent que la "l'aliénation, c'est la liberté"... et ça marche !

Toutes ces infos proviennent des documents issus de l'industrie du tabac elle-même : En 1998, le Master Settlement Agreement, qui clôt les poursuites engagées par 46 Etats américains contre les cigarettiers, ne comprend pas qu'un volet financier, il ordonne aussi la mise dans le domaine public des secrets de l'industrie. Résultat : plus de 13 millions de documents, qui ont été la matière première de travail de cet historien.

A défaut peut-être de lire le livre de 700 pages, voici de bons articles qui le résument :
http://www.liberation.fr/societe/2014/03/17/comment-les-cigarettiers-ont-roule-le-monde-entier_987837
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/02/25/les-conspirateurs-du-tabac_1647738_3224.html
http://www.mutualite.fr/L-actualite/Sante/Tabac-plus-d-un-demi-siecle-de-conspirations

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Golden Holocaust : le complot des cigarettiers

Message par agralil le Dim 27 Avr 2014 - 12:13

fumer, c'est con, rien d'autre à dire (ca fais puer et ca coute des sous)

agralil
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 732
Age : 42
Localisation : yvelines
Emploi : employé libre service
Loisirs : rares
Date d'inscription : 24/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Golden Holocaust : le complot des cigarettiers

Message par Barnabé le Dim 27 Avr 2014 - 12:55

agralil a écrit:fumer, c'est con, rien d'autre à dire (ca fais puer et ca coute des sous)

Tu te places là dans l'optique du choix individuel.

Or, ce que montre ce bouquin, c'est qu'il y a toute une machine de guerre des cigarettiers et de leur lobby pour pousser les gens à commencer, puis à ne plus arrêter : image positive obtenue par la publicité, le cinéma, la télé, diffusion massive et gratuite de la cigarette (service militaire, guerre, aide humanitaire type plan Marshall et autres), goût agréable, maximiser le potentiel addictif, etc.

Le discours habituel qui consiste à individualiser le choix en disant "il ne faut pas commencer" puis "arrêter c'est une question de volonté" est fortement relativisé quand on découvre l'ampleur du "complot". Les cigarettiers ont mis en place une véritable civilisation de la cigarette, dans laquelle il n'était pas facile de résister.

Aux Etats-Unis, il y a eu un moment (années 40-50), où 45 % des adultes fumaient http://www.gallup.com/poll/156833/one-five-adults-smoke-tied-time-low.aspx , mais pour une classe d'âge donnée, on est monté à plus de 80 %. http://cisnet.cancer.gov/modeling/multi-cohort.html La même approche montre que sans les politiques publiques d'information et de dissuasion, on serait resté à un taux de 70 à 80 % de fumeurs, qui serait donc devenu le taux "normal" de toute la population adulte. Cf les lignes tiretées dans ce graphique : http://cisnet.cancer.gov/lung/comparative.html

Le complot des cigarettiers était bien de mettre en place une civilisation de la cigarette, où presque toute la population fume, tout en prétendant que ça reste un choix individuel.

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Golden Holocaust : le complot des cigarettiers

Message par tarsonis le Dim 27 Avr 2014 - 14:12

A ce sujet, le Dr Dupagne a évoqué sur atoute.org l'infiltration des institutions sanitaires par les lobbies du tabac dans l'article sur la cigarette électronique.

La seule question qui se pose donc actuellement est la suivante : pourquoi les pouvoirs publics tentent-ils par tous les moyens de limiter la diffusion de cette révolution sanitaire ? J’ai bien peur de connaître la réponse. L’influence des experts liés à l’industrie pharmaceutique (substituts nicotiniques concurrents de la cigarette électronique), et le poids de la fiscalité sur le tabac jouent sans doute un rôle important.

Certes, la cigarette électronique n’est pas une panacée, elle ne fonctionne pas chez tout le monde, mais le progrès qu’elle apporte dans la lutte contre le tabagisme dépasse tout ce que nous connaissions jusqu’ici. Une publication récente le démontre solidement.

Même la Ligue contre le cancer s’est prononcée contre son usage, ce qui est surréaliste [2]. Cela montre à quel point les lobbies ont infiltré les institutions sanitaires.

La puissance de ceux qui se dressent contre cette menace pour leurs industries se mesure aux projets en cours, notamment à Bruxelles, pour tenter de condamner la cigarette électronique. Nous verrons si nos institutions sauront résister à ces pressions.

Ce qui certain, c’est que de toute façon, l’interdiction ou même la limitation de l’usage de la cigarette électronique sont impossibles, tant la contrebande sera aisée. Cette guerre perdue d’avance par les lobbies du tabac et du médicament sera intéressante à suivre sur un plan sociologique. Le gagnant, ou plutôt la gagnante est connue d’avance : c’est la santé publique avec l’effondrement programmé d’un des pires fléaux mondiaux.

Notez que cette victoire n’est pas venue de la science, mais d’un bricoleur chinois et d’une communauté 2.0 [3]. C’est aussi un fait sociologique et scientifique intéressant. À force d’être sponsorisée par l’industrie, la recherche médicale perd de vue ses objectifs sanitaires.

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7989
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Golden Holocaust : le complot des cigarettiers

Message par agralil le Lun 28 Avr 2014 - 1:17

l'industrie n'a que son intérêt à protéger, que ce soit le tabac, l'alcool, les drogues "récréatives", les grosses bagnoles/motos/autres (ou les pc surpuissants pour geek), tout le monde sais que ça ne sert à rien et que ça coute un bras, et que ça peux finir mal (oui, même les pc)

a un moment, l'individu moyen, qui a le libre arbitre (même si la pub, la mode, et ses copains l'influencent) doit décider pour lui même ce qui est utile, et bon pour lui (les deux) et ce qui est toxique et doit donc, logiquement disparaitre de sa vie (on fera une exception pour nos moitiés, parfois toxiques, mais qui savent compenser par de bons moments ^^ )

ça fais un siècle qu'on vend du tabac, ça fais un siècle que des millions de gens n'en achètent pas (ou qu'ils testent et arrêtent) quelque part, c'est bien la preuve que l'industrie n'a pas le pouvoir de forcer les gens (sauf ceux qui laissent leur libre arbitre au vestiaire)

ça fais deux mille ans qu'on fais du vin (au moins) et ça fais aussi longtemps qu'il y a des gens pour ne pas s’enivrer, c'est donc possible, même quand la culture encourage à faire quelque chose, d'y résister

pour la cigarette électronique, j'ai un léger doute, la plupart des gens de mon entourage qui s'y sont mis fument et la cigarette électronique (en intérieur, et refusent qu'on leur interdise en intérieur) et des cigarettes normales à coté
l'idée que ça aide à arrêter ne semble pas vraiment évidente -leur argument principal est le prix des produits, et la lassitude des produits en question (ils en changent vite, s'habituent vite et se lassent vite)
j'ai même un peu peur pour certains qui fument beaucoup les deux, et, du coup, ont surement augmenté leur absorption de nicotine journalière (puisqu'ils vapotent en intérieur, ce qu'ils ne pouvaient plus faire depuis des années avec du "vrai" tabac)

agralil
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 732
Age : 42
Localisation : yvelines
Emploi : employé libre service
Loisirs : rares
Date d'inscription : 24/02/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Golden Holocaust : le complot des cigarettiers

Message par Raffa le Lun 28 Avr 2014 - 13:16

l'individu moyen, qui a le libre arbitre (même si la pub, la mode, et ses copains l'influencent) doit décider pour lui même ce qui est utile, et bon pour lui (les deux) et ce qui est toxique et doit donc, logiquement disparaitre de sa vie (on fera une exception pour nos moitiés, parfois toxiques, mais qui savent compenser par de bons moments ^^ )

Comment peux-tu juger de ce qui est (plus) toxique ou pas pour un autre ?

"I have absolutely no pleasure in the stimulants in which I sometimes so madly indulge. It has not been in the pursuit of pleasure that I have periled life and reputation and reason. It has been the desperate attempt to escape from torturing memories, from a sense of insupportable loneliness and a dread of some strange impending doom."
Edgar Allan Poe

Le libre arbitre est un jouet de notre cerveau, dans l'addiction aussi. Addiction qui concerne tout autant les substances chimiques que les compulsions et comportements, l'addiction à la moitié toxique, cela existe avec des conséquences sur la santé physique et psychique non négligeable. Et ce sont les mêmes processus neurologiques en cause. S'il est vrai que tout le monde ne tombe pas dans l'addiction c'est qu'effectivement tout le monde n'est pas égaux face à ce risque. Des facteurs génétique, épigénétique, psychologique, social etc. influencent le développement du cerveau addictif. Mais ne pas oublier que les processus sous tendant l'addiction sont présent chez tout le monde, le système de récompense est ce qui nous permet d'apprendre (il y a d'ailleurs des drogués de l'apprentissage).

Et il s'avère que parmi les multiples pistes expliquant l'addiction l'impact du stress et des traumatismes sur le cerveau sont l'une des pistes les plus explorées aujourd'hui. Comme en témoigne cet enoncé de formation médicale

"Nous retrouvons fréquemment des événements traumatiques uniques ou répétés, anciens ou récents dans la biographie de nos patients addicts. Nous savons, d’autre part, que le syndrome de stress post-traumatique conduit dans un nombre très important de cas au développement de conduites addictives avec et sans substance." source

Là aussi tout le monde n'est pas à la même enseigne concernant un risque de stress post traumatique ou la manière de vivre un stress chronique.

Cela intéresse d'ailleurs les thèmes de ce forum, puisque l'on retrouve des cas d'addictions apparaissant suite à des drames comme par exemple les fusillades dans les lycées américains, ou des conditions de vie particulièrement dures. Certains cerveaux "choisiront" le tabac, d'autres l'alcool, la prière, l'amour, les fringues ou le jeu. Et là encore je ne suis pas sûre que notre arbitre soit totalement libre dans ce choix. Les services marketing divers l'ont bien compris. D'ailleurs l'industrie du tabac a su profiter habilement des militaires pour s'implanter.

Certes on peut arrêter de fumer : à condition de trouver/rendre un palliatif moins toxique aussi efficace pour le cerveau car éliminer le fait de fumer n'élimine pas ce qui pousse à fumer... et apprendre au cerveau à utiliser/gérer/éviter correctement le stress. Soit un réapprentissage très long pour certains, sans parler du fait qu'éviter les situations de stress n'est pas toujours facile/possible pour tout le monde et que le stress de l'un n'est pas forcément le stress de l'autre et inversement.

Le déficit de contrôle de soi, ou contrôle inhibiteur, est l’un des facteurs de risque majeur dans la vulnérabilité à l’addiction. Il traduit un dysfonctionnement des régions corticales frontales qui régulent nos comportements. Il est possible d’envisager que ce dysfonctionnement pourrait être héritable et donc faire partie des facteurs génétiques qui contribuent fortement (environ pour moitié) au risque de développer une addiction. L’addiction aux drogues a été associée à des modifications structurales du cerveau, mais le fait de savoir si ces changements précèdent l’addiction ou s’ils en sont les conséquences demeure inconnu [...]
L’ensemble de ces résultats démontre que, comparativement à des témoins sains sans lien de parenté, les individus présentant une addiction aux stimulants et leurs frères et sœurs biologiques présentent un contrôle inhibiteur altéré, une réduction de l’intégrité de la substance blanche dans le lobe préfrontal, ainsi qu’un volume de substance grise diminué. Ces résultats contribuent à renforcer les bases de l’une des théories de l’addiction qui postule que le déficit de contrôle inhibiteur est un facteur important dans la vulnérabilité à l’addiction. Cette étude suggère que des anomalies des structures cérébrales préfrontales et striatales prédisposeraient les individus à un contrôle de soi réduit qui, en l’absence de facteurs protecteurs, précipiteraient les individus dans la spirale infernale de l’addiction aux stimulants. Il reste maintenant à découvrir quels facteurs protecteurs ont empêché le second sujet de la paire, non atteint, de développer une addiction en dépit des altérations cérébrales prédisposantes.
source

________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum