Laisser à nos descendants un savoir utile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par KrAvEuNn le Lun 4 Déc 2006 - 22:17

J’ai trouvé ce texte ici : http://www.delaplanete.org/Commentaires-de-lecteurs.html , qui a le mérite de poser une très bonne question : comment allons nous conserver le savoir (immense) dans la civilisation post oléocène de demain et donc sans technologie moderne ?





Qu’en est-il des livres ?

Après le pic de la production mondiale de pétrole, aucun substitut n’existera pour compenser le manque d’énergie. Puisqu’il n’y a aucune source alternative d’énergie, la priorité devrait aller à préserver le savoir.

Nous risquons fort de perdre beaucoup des livres imprimés sur du papier acidifié entre 1850 et le vingtième siècle d’ici quelques décennies. Pour les vingt dernières années, nombre de livres et de journaux ont été imprimés sur du papier sans acide et copiés sur des microfiches. Les deux peuvent durer des siècles s’ils sont gardés à une température et à un niveau d’humidité idéaux. Mais ce ne sont pas des solutions suffisamment durables. Certaines bibliothèques abandonnent la conservation de nombreuses revues et n’offrent qu’un accès à la version numérisée.

Mais les ordinateurs sont la carte la plus élevée du château de cartes complexe de la civilisation que nous avons construite en nous appuyant sur le charbon et le pétrole. Or les ordinateurs seront les premiers à disparaître lorsque les chaînes d’approvisionnement cesseront et que le commerce mondial commencera à diminuer.

Lorsque la production mondiale de pétrole déclinera, tous les pays seront affectés. Les conséquences seront une dépression économique mondiale et des désordres sociaux à mesure que se poursuivra le déclin, la faim apparaîtra puisque l’agriculture sera touchée et nous subirons une troisième guerre mondiale pour les ressources restantes. S’il est possible de graver des substances métallique, ou extrêmement durables, nous devons le faire, non seulement pour la période sombre à venir mais pour permettre la survie à travers les changements climatiques à venir. Après tout, nous avons déjà placé un disque sur une sonde spatiale afin d’expliquer l’humanité à des extraterrestres. Pourquoi ne le ferions-nous pas pour nos descendants ?

Un projet visant à préserver le savoir pourrait ne pas survivre dans une société instable frappée par des pannes de courant, la faim et le crime. Une fois que la rationalisation et les coupures auront commencé, l’agriculture et d’autres services essentiels recevront la majeure partie de l’énergie restante. Les scientifiques seront au chômage. Il est fort probable qu’une guerre pour les ressources va éclater sur la planète entière, ce qui aura pour conséquence que ce seront les militaires qui s’accapareront l’essentiel d’une énergie en raréfaction.

Nous devrions laisser à nos descendants de l’information qu’ils puissent utiliser et pour laquelle ils pourraient s’émerveiller. Nous leur devons cela. C’est la moindre des choses que nous puissions faire, considérant que nous aurons mené un nombre si important d’espèces à l’extinction et laissé derrière nous des terres toxiques et désertiques. La préservation du savoir doit commencer immédiatement alors que les nations sont encore stables et fortunées. C’est maintenant le moment de considérer comment préserver le savoir avec un matériau qui ne va pas dépérir, rouiller, fondre, ou se réduire en poussière facilement. Nous devons laisser à nos descendants un savoir qui leur sera utile (...), une information qui fournira le carburant de la prochaine Renaissance.

Alice Friedemann
Oakland, California, USA






Perso, je ne vois pas trop ce qui pourrait durer longtemps, sans être trop encombrant et pouvant contenir beaucoup d’infos ; sans qui plus est attirer la convoitise.



A part peut-être ce que l’on a toujours fait : le bouche à oreille et la copie (livres) ; inconvénient de la chose : la retransmission n’est jamais tout à fait fidèle et au bout de plusieurs générations (d’homme ou d’ouvrages), on obtient quelque chose de très différent, voir au bout de plusieurs siècle quelque chose qui n’a plus grand-chose avec l’original.



Le savoir (moderne et ancien) est-il condamné à l’oubli ?

A mon avis, c'est probable ; à long terme certain.

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7488
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Un savoir faire utile

Message par Jep le Dim 14 Jan 2007 - 17:16

J'oserais faire une suggestion. Intéressez-vous aux groupes de reconstitution historique, toute époque confondue, il y a toujours des passionnés qui reprennent avec beaucoup de sérieux et de minutie l'exercice d'un «ancien métier».

Jep
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 376
Localisation : Canada P.Q.
Emploi : retraité
Date d'inscription : 13/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mokotakan.com/francais/bienvenue.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par geispe le Dim 14 Jan 2007 - 18:13

D'après le scénario qui m'intéresse, nous essaierons probablement de conserver au mieux les livres les plus importants, mais dans le chaos post pétrole ce sera difficile... La disparition de la technologie moderne et facile va poser problème (il faut pouvoir mettre à l'abri de la pluie et de l'humidité, des insectes, des souris) Or nos premières préoccupations durant un certain temps iront à l'agriculture, afin de nous assurer à manger ; comme il faut tout inventer nous n'aurons pas trop de temps pour nous occuper d'autre chose... Pour les rescapés du chaos (j'espère qu'il y en aura un maximum) un livre aura une grande valeur surtout que nous n'en referons pas de sitôt...
Je n'ai par contre pas trop d'inquiétude pour ce qui est de la perte du savoir acquis : il est aussi dans nos têtes surtout s'il s'agit de celui dont nous avons besoin et que nous aurons donc l'occasion d'utiliser et de perpétuer... quant au savoir qui est facultatif je ne sais pas s'il est tellement important d'essayer de le conserver à tout prix... Il reviendra au fur et à mesures de nos envies et besoins...

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par KrAvEuNn le Dim 14 Jan 2007 - 19:27

Pour Geispe :

Pour le savoir facultatif, il est certain que ce ne sera pas une perte vitale ; toutefois, ça me fait mal au cœur de savoir que toutes ces connaissances (art, sciences, etc.) vont disparaître à jamais. Je ne suis pas scientiste, toutefois, j’apprécie beaucoup la science (tout au moins ce qu’elle a de meilleur) et la perte de théories tel que celles de l’évolution ou de l’inconscient freudien, seraient à mon avis un préjudice certain. Mais bon, elles survivront toutefois probablement un temps.



Pour Jep

L’idée de contacter des passionnés de vieux métiers et des groupes de reconstitution historique est judicieuse.clind'oeil

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7488
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par geispe le Dim 14 Jan 2007 - 19:47

Les savoirs intéressants ne se perdront pas, à mon avis. Je pense en outre que nous allons en découvrir beaucoup d'autres, probablement de bien étonnants, car nos savoirs actuels étaient souvent "orientés" et limités, puisque conditionnés par certains intérêts (la science n'avait qu'accessoirement pour but le bien-être de l'humain, son but premier étant de rapporter de l'argent). Ainsi a été laissé de côté le développement de certaines de nos facultés, parce qu'elles ne peuvent pas se commercialiser mais surtout par solution de facilité... tant qu'on a un portable on ne cherchera par exemple jamais à communiquer d'une autre façon...
Tant qu'on a de la chimie facile on se s'intéressera pas à d'autres façons de faire fonctionner ou de remédier à certaines choses...

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par brunov99 le Lun 15 Jan 2007 - 0:00

Encore un très long message en 2 parties
Promis après j'essais de me calmer.

Bruno



Extrait de "l'histoire secrète du monde" L. Knight
...
Imaginons, si vous le voulez bien, une civilisation couvrant le monde entier, similaire à la nôtre en de nombreux points, bénéficiant de technologies avancées (encore que les technologies de l’ancien monde devaient être bien différentes des nôtres, comme nous le verrons). Imaginons ensuite l’arrivée d’un grand cataclysme trop soudain pour que l’on ait pu le prévoir et prendre des mesures pour protéger la civilisation, ou trop grand pour que l’on ait pu y faire face. Imaginons que les infrastructures de la civilisation ont été anéanties. Imaginons que sur tout le globe, le cataclysme a été si terrible que de six milliards d’êtres humains il en reste 10 millions. En outre, les survivants sont éparpillés un peu partout sur la planète, et tous les moyens de transport et de communication ont été détruits, de telle sorte que l’idée même de se rassembler pour reconstruire les infrastructures est impossible. De plus, la majorité des survivants en seraient tout à fait incapables techniquement parlant.

Mais disons qu’en quatre ou cinq endroits, quelques poignées de gens très instruits ont survécu. Cependant, le malheur veut que leurs connaissances soient tellement spécialisées qu’ils ne sont capables que de remettre en place quelques éléments de la civilisation disparue. Et donc, ils font du mieux qu’ils peuvent. Ils deviennent, pourrait-on dire, les Seigneurs des Mouches. Et ils s’efforcent de recréer ce qui a été perdu; de rechercher les connaissances qui leur permettront de reconstruire leur monde à partir de ses cendres.

N’ayant autour d’eux que des gens sans instruction et ignorant tout des techniques à utiliser pour entreprendre les travaux nécessaires, et sachant que lorsqu’ils mourront ce qu’ils savent sera perdu, ils tentent de transmettre tout le savoir possible, à autant de gens que possible, tout en sachant bien que ce savoir est très incomplet. Ou inversement, ils décident de mettre sur pied une “structure de pouvoir d’une élite” où le savoir n’est transmis qu’à quelques-uns uns afin de maintenir les rênes du pouvoir dans leurs mains et dans celles de leurs propres descendants.

Dans une telle situation, quel savoir serait considéré comme essentiel à transmettre? Qu’est-ce qui serait le plus important dans l’esprit de cette personne?

Eh bien, l’ancêtre d’une élite avide de pouvoir transmettrait certainement des connaissances qui permettent d’exercer un contrôle. Mais un individu qui voudrait venir en aide à l’humanité tout entière pourrait penser que le monde serait meilleur s’il pouvait transmettre à ses successeurs tout ce qu’il sait et laisser à ceux-ci le soin de compléter le puzzle. Et est-ce que cela ne comprendrait pas, non seulement la connaissance des choses importantes qui ont caractérisé cette civilisation, mais aussi son infrastructure, ses moyens de communication, de transport, sa manière de légiférer, son éthique, ses sciences les plus avancées, et, le plus important: les terribles informations qui sont parvenues au dernier moment, juste avant que tout n’explose pour retomber à l’âge de la pierre, la conscience que la Terre subit régulièrement et cycliquement des cataclysmes?

Imaginons un désastre imminent, comme un barrage de comètes, qui menacerait notre civilisation. Les premières choses que feraient nos scientifiques seraient de prendre des mesures et faire des observations: ils étudieraient le chemin et la trajectoire, et ils annonceraient sans tarder, à la télévision, au monde entier, que nous sommes sur le point de traverser une longue période de dangers dus à des chutes de comètes. Ils annonceraient leur nombre à tout le monde, et chacun saurait, peu de temps avant la destruction, que ce qui est sur le point de se produire s’est déjà produit auparavant. Et ce savoir, révélé trop tard, serait une des choses que les survivants voudraient transmettre à leurs descendants. Dès lors, dans un tel environnement, dans de telles conditions, on assisterait à la naissance de mythes consistant en souvenirs du monde d’avant, et de sa glorieuse technologie, comment il a fini, et que de tels désastres se reproduiront.

Imaginons, si vous le voulez bien, un groupe de survivants. Ils émergent de leurs refuges, pour découvrir que le monde qu’ils ont connu n’est pas seulement endommagé, mais que de violentes convulsions de la planète ont provoqué des plissements, des élévations de terrain, et ont emporté la plus grande partie de ce qui existait. Les usines, les centrales d’énergie, les villes, les autoroutes, les lignes de chemin de fer, les aéroports et les avions, les grands navires et les complexes industriels, tout cela a été réduit à de la ferraille, des cendres, des gravats et de la poussière. Mettant à profit leurs aptitudes et ne disposant que des outils les plus rudimentaires, ils construisent une petite communauté et tentent de survivre du mieux qu’ils peuvent.

A mesure que le temps passe, notre petite communauté commence à prospérer. Ses membres sont devenus vieux, et à présent ils s’assoient autour des feux entourés d’une génération de petits-enfants curieux d’entendre des histoires sur le thème: « qu’est ce que tu faisais quand tu étais jeune, Papy? » Et les grands-pères soupirent en pensant aux facilités, au confort d’antan, et aux merveilles perdues, et répondent: « nous allions dîner dans de bons restaurants et nous allions au cinéma ».
- C’est quoi un cinéma, Papy?
- Eh bien, c’est une grande salle où on allait voir les merveilleuses aventures de stars célèbres. On s’asseyait dans des rangées de fauteuils et le film se déroulait sur un grand mur blanc devant nous.
- C’est quoi qui apparaissait sur le mur?
- Les images des étoiles de cinéma.
- C’est quoi une étoile de cinéma, Papy?
- Une étoile de cinéma, c’est une personne célèbre qui fait semblant d’être quelqu’un d’autre, pour raconter une histoire.
- C’est quoi une image, Papy?
- C’est une projection de la vraie étoile de cinéma, qui n’est pas là en chair et en os. Elle vit ailleurs, et quand elle ne joue pas dans des films, elle mène sa vie comme toi et moi.
- Et comment ça se fait qu’on peut voir l’image de l’étoile de cinéma quand elle est ailleurs?
- Eh bien, ça c’est de la technologie. C’est une lumière qui brille à travers un long ruban transparent qui tourne autour d’une roue.
- Et c’est quoi qui fait tourner la roue, Papy?
- L’électricité.
- C’est quoi l’électricité, Papy?
- C’est une grande force qui se trouve dans l’air. L’électricité, c’est ce que tu vois quand il y a un éclair. Quand nous étions petits, nous utilisions l’électricité pour faire tout fonctionner. C’était l’énergie qui apportait la lumière, qui nous permettait de cuire nos aliments. Nous utilisions l’électricité pour faire fonctionner nos stéréos, nos postes de radio et de télévision.
- Papy, c’est quoi une télévision?
- C’est une sorte de boîte, et on pouvait voir à la maison, des images des mêmes étoiles qu’on allait voir au cinéma.
- Comment les images entraient dans la télévision?
- Elles entraient portées par l’air. Il y avait des satellites qui flottaient haut en l’air tout autour de la Terre, et ils envoyaient ces images à la télévision. Et ces mêmes satellites nous permettaient de parler à qui on voulait dans le monde entier, par téléphone.
- Papy, c’est quoi un téléphone? »
Laissons là cette série de questions et réponses du plus grand intérêt, et faisons un saut jusqu’au moment où Papy profite d’un repos bien mérité: son petit-fils a grandi et a lui-même des enfants.
Le petit-fils parle à ses propres enfants des étoiles dans le ciel, qui envoient des messages dans des boîtes et permettent de parler à n’importe qui partout dans le monde. Il parle à ses propres petits-enfants des grandes étoiles de cinéma d’Hollywood qui pouvaient apparaître sur un mur blanc dans un grand cinéma après un grand banquet avec les dieux ou, si les circonstances le permettaient, dans une boîte spéciale dans notre maison-même.

brunov99
Membre

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 52
Localisation : 41 - Centre
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://brunov99.free.fr/Documentation/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par brunov99 le Lun 15 Jan 2007 - 0:00

Partie 2:

Sautons encore une génération, et nous voyons que la communauté est dans une mauvaise passe. Ses membres se rappellent les histoires du monde d’avant et ils paraissent avoir besoin d’aide. Peut-être que s’ils construisent une réplique de l’objet en forme de boîte, qui était si important pour la plupart des gens, ils parviendront à communiquer avec les dieux qui se trouvent à Hollywood et que ceux-ci pourront mettre fin à la famine ou à la peste.

Alors ils construisent une boîte et la mettent sur un autel. Ils commencent à évoquer les différents noms dont ils se souviennent grâce aux histoires de leurs grands-pères: “Oh, Grande Mère Elizabeth Taylor! Ecoute notre prière! Viens à notre aide, Grand Père Clark Gable!” Mais rien ne se passe. Les dieux seraient-ils fâchés? Peut-être veulent-ils quelque chose? Un sacrifice peut-être? Peut-être que les dieux regrettent les banquets? Ils voudraient peut-être un bon agneau succulent. Non? Alors, peut-être un enfant nouveau-né? Une vierge? Deux? Une douzaine, ou plus? Et à mesure que le temps passe, la réalité de ce qui était jadis devient conte de fées, des traces de temps anciens, ensevelies sous des couches d’ignorance et de superstition. Et à mesure que la population augmente et que des voyages peuvent être entrepris, ils rencontrent des tribus qui ont des histoires similaires mais vues sous des angles différents. Ils font peut être la rencontre d’un groupe dont le “grand-père” était un grand savant. Il a appris à ses petits-enfants à mémoriser des formules scientifiques. Naturellement, puisque leur grand-père était un savant et qu’il leur a transmis “des connaissances scientifiques et supérieures”, ils estiment qu’ils sont en mesure d’instruire ces ignares qui invoquent Liz Taylor et Clark Gable. Mais non, il faut faire comme ceci: il faut former un cercle autour de la télévision et prononcer les paroles idoines, dire les formules magiques. Alors, les tribus mélangées se mettent à danser autour du “Cube de l’Espace,” en psalmodiant Eéééé égale Emmmm Céééé Carré! Eééé égale Emmmm Céééé carré! Eééé égale Emmmm Céééé carré! Nous en appelons au grand dieu Einstein! Parle-nous !

Et s’ils le font assez longtemps, ils déclencheront la production, dans le cerveau, de certains éléments chimiques qui les conduiront à un état d’extase, et voilà le travail! La preuve que ça marche. Voilà comment naissent nos légendes d’une grande science occulte. Je suis certaine que le lecteur peut approfondir ces saynètes, et voir comment le souvenir de l’âge d’or a été transmis et comment les mythes adéquatement examinés et analysés peuvent être la clé permettant de retrouver le fil d’une ancienne technologie, les disjecta membra d’une civilisation perdue.

Cela ne veut pas dire qu’aucun groupe n’est parvenu à reconstituer une partie de la technologie. Il paraît évident que certains scientifiques, certains technocrates, ont survécu et ont été responsables de la soudaine émergence des civilisations dont fait état l’Histoire telle que nous la connaissons. Il est également probable, la nature humaine étant ce qu’elle est, que les fondateurs de ces civilisations en sont devenus l’élite et, comme cela se produit le plus souvent quand l’élite prend le pas sur les masses, des révolutions ont détruit les sources même de ces connaissances.

Et comme je l’ai déjà dit, d’autres ont probablement tenté de préserver des connaissances qu’ils ont codées afin qu’elles puissent être retrouvées dans le futur, quand une renaissance des technologies les rendrait à nouveau compréhensible. Ceci nous amène à un autre sujet.

En 1984, Thomas A. Sebeok fut chargé par l’Office of Nuclear Waste Isolation33 et par un groupe d’autres institutions, de préparer des réponses à une question posée par la US Nuclear Regulatory Commission. Le gouvernement américain avait sélectionné, sur le territoire des Etats-Unis, plusieurs zones désertiques où il avait l’intention d’ensevelir les déchets nucléaires. L’idée était qu’il était aisé de protéger ces sites de toute invasion dans le temps présent, mais que, comme ces déchets mortels ont une demi-vie de plusieurs dizaines de milliers d’années, il fallait trouver un moyen de protéger les populations de toute intrusion future qui risquerait d’avoir pour résultat l’anéantissement de l’humanité. Dix mille ans, c’est plus qu’il n’en faut pour assister à l’épanouissement et à la chute de grands empires et civilisations. En quelques siècles seulement après la disparition du dernier pharaon, la possibilité de lire les hiéroglyphes avait disparu elle aussi, de sorte qu’il est concevable que l’humanité pourrait connaître un nouvel “Age de Ténèbres” comme celui qui a suivi le Déclin de l’Age d’Or en Grèce, ou la chute de l’Empire romain. La question posée était: Comment avertirons-nous ceux du futur de ce danger? Umberto Eco commente les réponses de Sebeok :

“Presqu’immédiatement, Sebeok écarta la possibilité de toute communication verbale, de tout type de signaux électriques car ils nécessitent une source de courant constante, de tout type de message olfactif car ils sont tous de brève durée, et de toute espèce d’idéogrammes basés sur une convention. Même un langage pictographique semblait problématique. Sebeok analysa une image provenant d’une antique culture primitive où l’on pouvait sans aucun doute reconnaître des figures humaines, mais où il est difficile de distinguer ce qu’ils sont en train de faire: danser? Combattre ? Chasser ?
“Une autre solution serait d’établir des segments temporels de trois générations chacun (calculant que dans toute civilisation le langage ne s’altère pas au-delà de toute reconnaissance entre grands-parents et petits-enfants), en donnant l’instruction qu’à la fin de chaque segment le message soit reformulé, adapté aux conventions sémiotiques en vigueur à cette époque. Mais même cette solution a recours à exactement la sorte de continuité que la question originale met en doute. Une autre solution était de remplir de messages toutes les zones dans tous les systèmes sémiotiques et langues connus, le raisonnement étant qu’il était statistiquement probable qu’au moins un de ces messages serait compréhensible pour les visiteurs de l’avenir. Même si seulement une partie de ces messages pouvait être déchiffrée, ils constitueraient tout de même une sorte de pierre de Rosette qui permettrait aux visiteurs de traduire tout le reste. Mais même cette solution présupposait au moins une faible forme de continuité culturelle.

“La seule solution qui restait envisageable était d’instituer une sorte de “clergé” de scientifiques nucléaires, anthropologues, linguistes et psychologues, supposés se perpétuer par cooptation de nouveaux membres Cette caste pourrait conserver vivante la connaissance du danger, en créant des mythes et légendes sur ce thème. Même si, au fil du temps, ces “prêtres” perdaient la notion précise du péril dont ils étaient chargés de protéger l’humanité, il resterait cependant, même dans une éventuelle situation de barbarisme, des tabous obscurs mais efficaces.
“Il est curieux de constater qu’après avoir été mis en présence de quantité de types de langage universel, le choix soit finalement tombé sur une solution ‘narrative’, laissant supposer une nouvelle fois ce qui s’est reellement passé il y a des millenaires.

L’égyptien a disparu, ainsi que toutes les autres langues primordiales parfaites et entières. Et ce qui reste de tout cela ce ne sont que des mythes, des récits codés sans queue ni tête, ou dont le code a été oublié depuis longtemps. Et malgré tout, ces récits sont capables de garder notre intérêt en éveil, dans nos efforts désespérés pour les déchiffrer. »

Il est éminemment significatif pour moi que Eco ait si clairement suggéré l’idée que nos ancêtres lointains pourraient avoir eu connaissance d’un grand péril menaçant l’humanité et qu’ils aient organisé des séances de “remue-méninges” pour trouver comment transmettre cette information aux générations suivantes. Et c’est avec cette idée en tête que nous en revenons aux mythes qui ont été le fondement de telles religions, et que nous formulons l’hypothèse de travail que de tels récits sont des narrations faites par nos ancêtres pour nous avertir de quelque chose, ainsi que le définit Thomas Sebeok dans son rapport à l’Office of Nuclear Waste Isolation. Et voilà le problème: nous ne pouvons pas simplement mettre les pièces ensemble comme s’il s’agissait d’un puzzle et découvrir ainsi la réponse. Il nous faut analyser en profondeur les histoires, découvrir leurs nombreuses versions et inversions; et en tentant de retrouver la racine des mots, découvrir leurs relations. De cette manière, il se pourrait que nous puissions découvrir ce que nos ancêtres savaient et qu’ils ont si désespérément tenté de nous dire.
...

brunov99
Membre

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 52
Localisation : 41 - Centre
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://brunov99.free.fr/Documentation/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par geispe le Lun 15 Jan 2007 - 11:28

perso j'adopte comme idée : on prend ce qui est bien du passé et ce qui est bien du présent... on laisse tomber ce qui ne l'est pas du passé et aussi du présent... et on fait du neuf...
comme condition dans mon futur il y a bien entendu les limites de la faisabilité et de la possibilité de tricher (qui n'existera plus à moins que l'on ne trouve un autre pétrole) :-)
C'est la raison pour laquelle, pour expérimenter et me préparer, j'essaie de me placer dès à présent dans la situation "je fais quoi et comment, avec les moyens que j'ai" (mon scénario étant celui de "tôt ou tard zéro pétrole pour la planète") car il peut bien entendu y avoir d'autres scénarios possibles.

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Canis Lupus le Lun 15 Jan 2007 - 15:29

Cette idée me plaît aussi, bien vu Bruno !

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par KrAvEuNn le Lun 15 Jan 2007 - 19:35

Très intéressant post Bruno Very Happy ; je ne connaissais pas ce livre.



La transmission du savoir et de l’info, c’est un peu comme le téléphone « arabe » ; que la transmission soit orale ou écrite (par les erreurs de traduc ou de recopie), l’info sera fatalement légèrement modifiée à chaque transmission et on obtiendra alors, au fil des transmissions, un message totalement différent de l’original.



Faire croire que les ouvrages hyper sécurisés qui renferment les déchets radioactifs (ou autres) respecterons et maintiendrons à distance nos descendants pendant des dizaines de milliers d’années est non seulement absurde, mais criminel.



Il est assez amusant d’imaginer ce que le souvenir de notre civilisation laissera et quel type de mythologie il engendrera ; peut-être un mythe comparable à celui de l’Atlantide.



Pour Geispe d’accord avec toi, mais qui jugera de ce qu’il est bien ou pas de prendre et de transmettre ?

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7488
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par geispe le Lun 15 Jan 2007 - 20:26

Pour Geispe d’accord avec toi, mais qui jugera de ce qu’il est bien ou pas de prendre et de transmettre ?

vrai que çà peut poser des problèmes, surtout si on y réfléchi dans le contexte actuel. Si tu es placé sur une île de type Robinson Crusoe la notion en est déjà pas mal simplifiée... il y aura notamment surtout un problème de faisabilité dans des conditions redevenues plutôt "rustiques"...
Avec le temps, s'il s'instaure un nouveau type de société la question de choix va effectivement se poser, mais j'espère bien que nous aurons un peu de jugeote... je compte sur le fait que l'humain adulte de demain n'est pas l'humain ado d'aujourd'hui...

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Telimectar le Ven 13 Juil 2007 - 1:27

J'ai un doute...pourquoi dire que l'on ne peut conserver notre savoir dans les livres? c'était au moyen age que l'on recopiais comme on voulait, en arrangeant tout à la sauce du pouvoir en place...cela fait près de 400 ans que l'on conserve les livre très bien, et que nous les réeditons sans coquille (je veux dire, si l'on fait bien le travail, consciencieusement, pas de souci...
le seul problème est la perte de ces livres, mais la vulgarisation à fait son oeuvre et ils sont partout, et contrairement notre époque, demain ne devrait etre il fait que d'une seule bibliothèque?

chercher à transmettre autrement le savoir l'altèrerait obligatoirement Amha...et aboutirait à ce que nous indiquait Brunov99...

alors pour moi c'est certain, bien des choses méritent d'étre transmises hiératiquement dans la mesure ou seuls quelques individus on pu les découvrir en plusieurs milliers d'années (Philosophie, Physique, Mathématiques, et même l'Histoire...que ferions nous sans notre mémoire de l'Humanité?)

Telimectar
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 728
Age : 34
Localisation : Haut Ariège
Emploi : Moujik
Loisirs : obéir au chat
Date d'inscription : 09/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Darkside of the Moon le Lun 24 Déc 2007 - 14:36

Superbe post, eh oui nos descendants risquent de se poser bien des questions sur notre mode de vie (du style comment peut-on transporter quelque chose dans un cable immobile).

Contrairement à ce que nous serions portés à penser, je pense que certaines idées sont elles aussi en voie de disparition.
Que les livres soient voués à la destruction certe, que nos ordinateurs soient les premières victime d'un crash, certe. Mais ce génocide des idées a déja commencé. Mes grands parents partiront sans avoir transmis leur savoir, savoir remplacé par des noms de marques, des codes de carte bleu, des numéros de téléphone, des noms d'acteurs hollywoodiens...
Je pense qu'il y a là aussi un grand danger, avec la spécialisation toujours accrue de l'individu, même le plus grand ingènieur n'est plus capable de construire quoi que ce soit seul. Nous sommes tous dépendants d'un système qui ne nous enseigne même plus comment fonctionner sans lui.
La mort de nos grands parents ce sera un peu comme l'incendie de la bibliothèque d'alexandrie, tout un savoir ancestral perdu pour des siècles.

________________________________________________________
L’exaltation de son orgueil le sauvait de l’épouvante. Le sommet atteint, après tant de noires batailles était si lumineux, si haut, que la chute serait un envol.
René BARJAVEL : Le diable l’emporte

Darkside of the Moon
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 172
Localisation : France
Emploi : contributeur au RC
Loisirs : Ecriture
Date d'inscription : 26/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-prediluviennes.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Capausoleil le Lun 24 Déc 2007 - 16:42

Normalement, tout survivaliste sérieux devrait anticiper "la perte" des connaissances vitales ou utiles et stocker ce savoir d'une façon ou d'une autre (livres, ordinateurs ou autres ?)
Malheureusement, on a tendance à ne garder que des savoirs utiles à la vie en autarcie, culture des végétaux, élevage des animaux, etc au détriment des savoirs ou oeuvres inutiles du genre musique classique, poésie, récits historiques, etc.....
Meme un disque dur de 400 giga finit par être plein....Le choix est vaste et le travail de "compilation" est colossal.....Sans compter qu'il faudrait un minimum de culture générale pour faire les choix judicieux ! scratch
C'est pouquoi, l'idée du partage des taches dans un groupe de "survivalistes" ou chacun pourrait faire profiter les autres de ses compétences tout en étant assuré que quelqu'un d'autre s'occupera des autres facettes de la préparation devrait augmenter les chances de survivre ou du moins améliorer la qualité de vie post LLBSV....
Mais ceci est un autre sujet....Rolling Eyes

Capausoleil
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 866
Date d'inscription : 17/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par splotch le Lun 24 Déc 2007 - 18:32

Ce qui pèse lourd dans un disque dur ce sont les vidéos, puis le son (musique), les images et enfin le texte.
Or le rapport signal/bruit est inverse.

En Ascii pur, on peut mettre beaucoup de livres sur un seul disque de 400Go (environ 10 000 à la louche), ce qui fait trente années de lecture à un bouquin par jour !

Evidemment la culture ne se limite pas à l'écriture et il serait dommage de faire l'impasse sur Monet, Beethoven ou "Il était une fois dans l'Ouest".

Dans un but de sauvegarde de l'héritage culturel de l'Humanité, un metre-cube de cd-rom permettrait déjà , après triage honnète, de représenter 80% de ce patrimoine.

Il y a aussi toute la littérature grise : actes de colloques, documents d'entreprises, plans cadastraux et tout ce à quoi on ne pense pas spontanément...

Tiens, que voilà un truc à mettre dans son kit : le plan du sous-sol de sa commune avec égoûts, conduites de gaz etc. Je philosophais l'autre jour en poireautant à ma mairie devant une carte des servitudes d'urbanisme. Y en a des trucs bizarres !

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Darkside of the Moon le Lun 24 Déc 2007 - 18:54

Ouais, fin, faudrait s'assurer que le nouvel homme est doté d'une conscience avant de lui redonner sa science. Je pense qu'il n'y a pas grand chose qui mérite d'être sauvé, vu ce qu'on en a fait.
Pour moi l'important survivra, le superflus dégagera.

________________________________________________________
L’exaltation de son orgueil le sauvait de l’épouvante. Le sommet atteint, après tant de noires batailles était si lumineux, si haut, que la chute serait un envol.
René BARJAVEL : Le diable l’emporte

Darkside of the Moon
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 172
Localisation : France
Emploi : contributeur au RC
Loisirs : Ecriture
Date d'inscription : 26/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-prediluviennes.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par splotch le Lun 24 Déc 2007 - 19:04

Et tu considères que ta science et ta conscience te méritent de faire partie des "à survivre" ou des "à dégager" ?

Brûler une bibliothèque au prétexte qu'on n'en connait pas la valeur n'est pas une démarche saine. Ceux qui s'y sont livré n'avaient en général pas beaucoup de conscience. Juste une épée et un fire-steel.

Désolé pour l'agressivité (un soir de Noël en plus), ton post me choque un peu.

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Darkside of the Moon le Lun 24 Déc 2007 - 20:05

Désolé c'était un peu violent il est vrai, je m'en excuse platement et sincérement.

Ce que je voulais dire c'est qu'il est malheureusement dans la nature humaine d'uttiliser sans conscience les moyens mis par la science à sa disposition (cf les bombes nucléaires, l'élevage en batterie, la culture hors sol, l'exploitation pétrolière). Et vu que la culture actuelle est de faire l'apologie de ce monde ruineux, je me disais juste qu'il faudrait surtout montrer à nos descendants les travers de ce monde pour ne pas qu'ils voient ça comme un idéal à reconquérir le plus vite possible, mais bien plus comme une voie testée et non approuvée.

Quand je parlais d'une bibliothèque qui brûle, je faisais juste le parallèle entre la perte de connaissances engendrée par la mort de nos grands parents (construire une maison sans outillage lourd, faire les moissons sans moissoneuse, vivre en mode dégradée) et celle engendrée par l'incendie d'une bibliothèque.

Encore une fois je m'excuse si mes paroles ont pu choquer ce n'était vraiment pas le but de faire l'apologie d'une destruction, mais bien plus de montrer le désastre engendré par la perte de l'héritage de nos anciens.

Joyeux noël à tous et particulièrement à toi Splotch pour m'avoir signalé à juste titre que mon post allait un peu loin.

________________________________________________________
L’exaltation de son orgueil le sauvait de l’épouvante. Le sommet atteint, après tant de noires batailles était si lumineux, si haut, que la chute serait un envol.
René BARJAVEL : Le diable l’emporte

Darkside of the Moon
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 172
Localisation : France
Emploi : contributeur au RC
Loisirs : Ecriture
Date d'inscription : 26/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-prediluviennes.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Capausoleil le Mar 25 Déc 2007 - 11:15

ça me fait penser au film "le jour d'aprés" ou les jeunes enfermés dans la bibliotheque doivent choisir entre brûler des livres ou mourir de froid....Ils finissent par se quereller au sujet d'un livre de Freud (je crois) pour decider s'il "mérite" d'être conservé ou brûlé......

Sinon, Splotch, les chiffres que tu donnes concernant la quantité de CD à stocker (1m3) prouve bien qu'il s'agirait d'une vocation à part entiere......Si quelqu'un veut se dévouer.....On lui sera éternellement reconnaissant pour son "sacrifice".....parce que son potager risque d'être négligé !

Capausoleil
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 866
Date d'inscription : 17/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Le_Celte le Mar 25 Déc 2007 - 12:45

Si pour une raison ou une autre on doit se déplacer il sera quasi-impossible de transporter autre chose que le contenu de notre mémoire, donc on risque de devoir tout ré-écrire quelques années plus tard, avec bien sur les erreurs et approximations prévisibles...

J'imagine bien dans 500 ans, les adeptes du Grimoire de Splotch en train de persécuter les hérétiques défenseurs du "Book of Tagada"... Laughing

Le Celte

Le_Celte
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1237
Localisation : BREIZH
Emploi : webmaster
Date d'inscription : 10/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par splotch le Mar 25 Déc 2007 - 13:13

LOL, si une religion se crée sur mon nom, faudra pas qu'un érudit en cherche l'éthymologie, que je rappelle ici aux mécréants qui ne lisent pas soir et matin ma présentation :

Splotch : résonnance acoustique générée lors de la mise en relation de la valeur ajoutée du processus intestinal avec une éolienne réversible.


Pour Capausoleil, en effet 1m3 de cd, ce n'est pas le volume ou même le coût du support qui pose problème, mais le temps nécessaire à compiler tout ça. Disons qu'une cdthèque normale avec quelques encyclopédies permettrait à des archéologues du futur, dûment dotés d'un pc en état de marche, de déjà bien connaitre notre civilisation.

Le défi était encore plus grand avec la sonde Voyager, qui devait tout faire tenir sur une bande dessinée de quelques cm² !

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Bea le Mar 18 Mar 2008 - 23:07

Superbe histoire Bruno Very Happy
Quand on regarde l'antiquité, la chute des civilisations, Maya, Egyptien... nous parait soudaine au regard de leur histoire et de leur technologie.
Aujourd'hui, si notre civilisation disparaissait à son tour, ça serait aussi soudain, vu notre dépendance énergétique, notre hyperspécialisation, et notre interdépendance alimentaire et technologique.
Mais quand on regarde les peuples autochtones d'aujourd'hui, on s'aperçoit de leur autonomie et de leur polyvalence, les savoirs sont transmis de génération en génération au sein de la famille ou du groupe. Leur mode de vie repose sur l'autonomie familiale ou communautaire, mais aussi sur des échanges avec d'autres familles, d'autres communautés et d'autres peuples ( Laughing quand ils nous demandent à nous comment nous vivons, les animaux et les plantes que nous mangeons...) L'échange est très important, et surtout il est réciproque, c'est le don, je donne et je reçoit : du savoir, des techniques, mais aussi des plantes, des histoires...
Alors soyons autonome et social!!

________________________________________________________
Ce n'est pas quand les nuages s'en vont que la lune existe, elle a toujours été là, parfaitement claire. (proverbe chinois)

Bea
Membre Premium

Féminin Nombre de messages : 49
Localisation : Occitania
Emploi : Nomade
Loisirs : Nature
Date d'inscription : 17/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Hervé le Mer 9 Avr 2008 - 12:57

Tout cela rejoint ce que je disais dans un autre post : la sauvegarde des vieilles machines outils qui partent à la ferraille parceque ne répondant plus au normes de productivité et de sécurité !!
Ces vieilles machines ne valent plus que le prix de la ferraille, autrement dit il ne devrait pas être couteux de créer un musée de l'industrie !
Avec les lois sur le mécénat et le don aux associations, il pourrait même être plus rentable pour une entreprise de donner ces vieilles machines à une association de sauvegarde du patrimoine et du savoir faire pré-industriel que les vendre à la ferraille.

Regardez ce qui se passe en ce moment à l'aciérie de Gondrange, c'est la dernière en service dans le nord de la France, si elle disparait de notre territoire national nous serons contraint de payer au prix forts nos importations d'acier, cela se répercutera sur la fabrication de machine outils puis sur le reste, une véritable catastrophe par effet domino, car vous payez toujours plus cher ce que vous n'êtes pas capables de produire vous mêmes .

Alors récupérez et stockez toutes ces vieilles machines et outils divers condamnés à la ferraille et à la destruction.
Il ya de nombreux cas où des usines n'ont été reprise que pour mieux les piller en prélevant LA machine indispensable pour l'exporter ailleurs.
Ce qui restait ensuite n'ayant plus aucune valeur du fait de la dispariion "" de la clef de voute de l'usine"", et était spolié par des vautours et des chaognards qui en vidant les restes dans des containers pouvaient les exporter et faire de bonnes affaire en reconstituant l'usine dans un pays du tiers monde.
En terme militaire on appelle cela de l'intelligence avec l'ennemi, en terme civil on appelle cela faire de bonnes affaires !!

De même que des machines ne servent à rien sans les hommes et leurs connaissances.
Au lieu de se gargariser de médailles olympiques et de titre mondiaux obtenus grace au dopage, il serait plus intelligent d'organiser des championnat professionnel pour conserver les savoirs et les savoirs faire.
Après tout à quoi sert une fraiseuse ou un tour sans la personne apte à s'en servir ??
Les vieilles machines à commandes manuelles sont supprimées au profit des machines à commande numériques, mais en cas d'attaque IEM à quoi serviront ces machines qui seront grillées par l'impulsion électromagnétique ???

Alors pour éviter cela, il y a une solution : organiser un championnat de France des tourneurs fraiseurs sur machines manuelles !!
Faut organiser des compétitions de débrouille, des compétition basées sur l'aptitude à fabriquer la pièce qui manque pour restaurer une machine ou un véhicule, des compétitions où le temps et la vitesse ne sont pas le facteur principal, le but étant de prouver son aptitude à réparer !!

Organiser ce genre de compétitions permettrait de créer des associations de sauvegardes des machines outils qui échapperait ainsi à la destruction tout en constituant un patrimoine survivaliste collectif et un lieu de rencontre.

Hervé
Membre

Masculin Nombre de messages : 107
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 10/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par Atom le Jeu 10 Avr 2008 - 12:31

Tout cela me fait penser à la série de bouquins de SF d'un certain Asimov: "Fondation"...

En super-résumé: l'empire galactique s'effondre, un savant avisé crée un fondation sur une planète à la lisière de cet empire avec comme raison d'être de conserver le savoir au delà de la période sombre de décadance.

Atom
Membre

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 52
Localisation : Bruxelles
Emploi : Annee sabatique
Date d'inscription : 25/03/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Laisser à nos descendants un savoir utile

Message par ipphy le Jeu 10 Avr 2008 - 12:37

Hervé a écrit:
Organiser ce genre de compétitions permettrait de créer des associations de sauvegardes des machines outils qui échapperait ainsi à la destruction tout en constituant un patrimoine survivaliste collectif et un lieu de rencontre.

Tu sais des associations de sauvegarde du patrimoine ça existe.

C'est pas des tarés de com' et de la pub mais je suis certain qu'il y en a au moins une dans ta région qui conserve et restore des objets/habits/outils anciens.

ipphy
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 516
Localisation : Cyberespace
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum