Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Barnabé le Jeu 10 Jan 2013 - 23:06

Tout le monde a déjà testé cela : quand on reprend le vélo après une période sans, on a mal au cul. Au bout de quelques jours, c'est passé.

Bon, les courbatures quand on reprend le sport après une période d'inactivité, par exemple, on comprend. Les muscles se renforcent rapidement et après on n'a plus de courbature.

Mais la selle, ça touche des endroits sensibles et pas spécialement musclés. Alors, d'où vient qu'en seulement quelques jours on n'ait plus mal ?

Quels sont les mécanismes physiologiques impliqués ?

Toutes les contributions sont les bienvenues, mais avec une préférence quand même pour les explications ancrées dans l'expérience et/ou les explications conforme à la physiologie humaine (et si possible avec publication scientifique à la clé). J'espère tout particulièrement les lumières de philippe13.

C'est la question que je me posais après 2 jours de reprise du vélo, et je n'ai pas la réponse.

Merci d'avance.

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Cornegidouille le Jeu 10 Jan 2013 - 23:18

Vu le titre, j'avais pensé a un problème de très longue constipation : " réhabituer son cul à aller à la selle" Very Happy . J'avais mal pour toi...
Si c'est le,même problème que pour les très longues randos, moi, j'ai chopé un érythème fessier, un fois. Avec du talc, ça passe en une nuit. A mon avis, si ça passe plus vite, c'est parce que le problème n'est pas musculaire mais provient d'une irritation cutanée due au frottement. Et ça se répare assez facilement.
Dans les temps, les cyclistes s'asseyaient sur une peau de chamois pour éviter ces problèmes.
Mes deux clous...

Cornegidouille
Membre

Masculin Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 11/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Barnabé le Jeu 10 Jan 2013 - 23:30

Ah non, je parle pas du tout d'une irritation dûe au frottement, mais de la douleur en profondeur, là, comme si on t'avait donné un violent coup de pied. Ca meurtrit à l'intérieur.

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Cornegidouille le Jeu 10 Jan 2013 - 23:38

"Sur une selle de vélo, le cycliste s’assoit sur 2 os du bassin nommés ischions et sur les parties molles du périnée. En gros cela donne 3 points d’appui, plus ou moins intenses. Les compressions des chairs prises entre les os du bassin et la selle d’une part, et comprimées sur le bec de selle d’autre part, entrainent les premiers désagréments. La largeur de la selle, sa forme bombée, la dureté ou la mollesse de la selle, la forme du bec et les réglages horizontaux et verticaux de la selle ont une influence.

Des frottements peuvent par ailleurs survenir suite aux mouvements répétitifs des cuisses lors du pédalage si la selle est trop large par exemple, et à l’appui si le bassin bouge parce que la selle est trop haute ou mal positionée en avant/arrière.

Outre de l’inconfort et des douleurs, ces problèmes peuvent engendrer des maux bien plus sérieux."

http://srv5.atmedia.fr/~ep/etude-posturale/?tag=mal-aux-fesses-en-velo

Apres quelques recherches, il semblerait que cette douleur soit difficile a eradiquer, sauf a l'atténuer avec un cuissard bien rembourré. La question m'interesse egalement : j'ai le meme probleme.

Cornegidouille
Membre

Masculin Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 11/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 0:55

Si la douleur est trop importante durant le parcours, se mettre "en danseuse", de préférence sur une route ou chemin en légère descente. Ça soulage et ça ne demande aucun effort supplémentaire...C'est juste un peu ridicule^^ Mais que ne ferait-on pas pour son postérieur clind'oeil

Par contre, si la douleur persiste plusieurs jours après l'effortet/ou à chaque fois que vous prenez le vélo, il va falloir changer de selle (en gel je trouve ça bien) et effectivement un cuissard rembourré (en gel également). C'est un vttiste habitué aux selles de VTT qui vous parle et croyez-moi je ne saurais plus m'en passer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Gofor le Ven 11 Jan 2013 - 8:41

Il existe aussi des selles plus confortable que d'autres. Et des selles qui se "moulent" à ton anatomie ou qui tout au moins s'adapte.

J'ai acheté une selle Brook il y a maintenant un an, et je dois dire que si elle est entretenue (un peu de graisse de "phoque"), elle reste super souple, et se fait à notre anatomie.
Après 300Km elle devient agréable, et plus on roule plus c'est confortable.

Par contre, ces selles ne sont pas données (90-160€), mais il existe aussi les grosses selles en gel du même genre que chez d$ecathl*n qui sont trés démocratiques.

Gofor
Membre

Masculin Nombre de messages : 103
Localisation : Belgique
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 05/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Invité le Ven 11 Jan 2013 - 9:49

Barnabé a écrit:.... J'espère tout particulièrement les lumières de philippe13....

Je n'ai pas d'explication, je vais poser la question sur un forum de vélo ou je suis inscrit. D'expérience une demi-heure de vélo par semaine suffit à maintenir l'habitude.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Barnabé le Ven 11 Jan 2013 - 19:59

Cornegidouille a écrit:"Sur une selle de vélo, le cycliste s’assoit sur 2 os du bassin nommés ischions et sur les parties molles du périnée. En gros cela donne 3 points d’appui, plus ou moins intenses. Les compressions des chairs prises entre les os du bassin et la selle d’une part, et comprimées sur le bec de selle d’autre part, entrainent les premiers désagréments. La largeur de la selle, sa forme bombée, la dureté ou la mollesse de la selle, la forme du bec et les réglages horizontaux et verticaux de la selle ont une influence.

Merci ! Voilà le mécanisme physiologique qui explique pourquoi ça fait mal !

Il manque le mécanisme de comment on s'habitue. Ca, je dois avouer que ça m'étonne. Surtout que ça passe très vite. Si on se remet à faire du vélo tous les jours, par exemple, en une semaine c'est passé.

Après, je suis bien d'accord que si ça perdure ou empire au lieu de passer, il faut faire quelque chose : ça veut dire que le vélo, la selle ou les réglages ne conviennent pas. Je suis d'accord aussi que les selles gels sont formidables.

Moi j'ai une astuce pour quand j'ai mal aux fesses, sans me mettre en danseuse pour autant. Je pédale fort pendant quelques tours de pédale. Quand on pédale fort, on peut se tenir en appui sur ses jambes, c'est à dire qu'on a le cul qui touche la selle, mais sans y mettre de poids. Puis je laisse filer le vélo, avec un pied en haut et un pied en bas (sur les pédales bien sûr). Dans cette position aussi on peut tenir facilement avec le cul sur la selle mais sans y mettre de poids. Puis quelques tours de pédale à nouveau...
Evidemment, on ne peut pas faire du vrai cyclisme comme ça. Mais pour faire un petit trajet d'une dizaine de minutes sans réveiller les meurtrissures précédentes, ça va.

J'avais lancé le sujet en plaisantant à moitié, d'où le titre un peu provoc, mais finalement on apprend plein de choses !

clind'oeil

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Cornegidouille le Ven 11 Jan 2013 - 20:19

Comme quoi, on peut parler de cul sur olduvai...

Cornegidouille
Membre

Masculin Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 11/12/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par bigblond le Mar 15 Jan 2013 - 16:07

Bonjour,

Cornegidouille a écrit:Comme quoi, on peut parler de cul sur olduvai...

Justement,... Il serait intéressant que quelqu'un propose une synthèse des différents moyens de contraception naturels en cas de crise (pénurie de pilules, préservatifs, bromure, ...). Comment se préparer au mieux. A moins que ce ne soit déjà fait.

Désolé pour le H.S content

bigblond
Membre

Masculin Nombre de messages : 335
Localisation : Vosges - FRANCE
Date d'inscription : 15/08/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Invité le Mar 15 Jan 2013 - 19:04


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

une selle confortable pour le séant

Message par Freemousse le Lun 4 Fév 2013 - 18:39

Bonsoir,

C'est une question de première importance si on considère que le vélo c'est le moyen à privilégier en cas d'évacuation et/ou pour se ravitailler en période difficile (cf. occupation).

Pour ma part, pour rejoindre mon lieu de replis en cas de grosse catastrophe je devrais faire 150 km. C'est réalisable en 2 à 3 jours en vélo mais il faut être capable de faire de longues heures à vélo.

Un lien vers des discussions sur le forum "Randonner léger", que certains doivent connaitre, qui traite de ce sujet...et propose des solutions.

Un fil dédié : randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?id=21821&p=2

Des indications très pertinentes ici dans ce fil sur un autre sujet :
randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?pid=267383#p267383

ajoutez devant les liens l'entête habituelle : ....en attendant que mon statut de noobs s'améliore. Embarassed

________________________________________________________
Mhen tou da chouren gant lealded, hep trubarderezh na taol fall ebet, evit ma enor ha hini ma bro

Freemousse
Membre

Masculin Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 29/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Invité le Lun 4 Fév 2013 - 20:46

Freemousse a écrit:

Pour ma part, pour rejoindre mon lieu de replis en cas de grosse catastrophe je devrais faire 150 km. C'est réalisable en 2 à 3 jours en vélo mais il faut être capable de faire de longues heures à vélo.


Avec un peu de simple pratique très régulière et non d'entrainement + les bons réglages de posture: un jour et demi même chargé à 20/25 kilos de bagages.

J'ai développé au fil du temps pas mal de trucs sur le vélo sur ce forum. Un vélo d'évacuation, c'est à dire en réalité un vélo de cyclo-touriste ça se prépare facilement et ça peut servir le week-end.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Freemousse le Lun 4 Fév 2013 - 21:50

Oui, on peut le faire en 15 heures sans trop forcer et moins avec de l'entrainement. Mais ça c'est quand on roule seul, sur du plat, par météo correcte et sans se soucier du cheminement.

Je préfère considérer que je suis en groupe (famille) qu'il peut être intéressant de rouler discrètement (nuit) ou d'être obligé de faire des détours pour éviter des zones potentiellement dangereuses ou des check points.
En hiver, le temps peut être notablement allongé aussi (ex : neige).

C'est pour ces raisons que j'ai indiqué 2/3 jours. C'est certainement possible en une longue étape dans de bonnes conditions.

PS : j'ai parcouru, ici et ailleurs, tes posts toujours intéressants y compris celui où tu calculais le prix d'un vélo ancien fabriqué en Europe (un demi smic de mémoire).

________________________________________________________
Mhen tou da chouren gant lealded, hep trubarderezh na taol fall ebet, evit ma enor ha hini ma bro

Freemousse
Membre

Masculin Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 29/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Barnabé le Lun 4 Fév 2013 - 23:45

Les plus affûtés font 200 km dans la journée avec pourtant du dénivellé. Du coup, même pas besoin d'emmener des bagages si on a tout ce qu'il faut au point de chute. Un ou deux bidons d'eau, quelques barres de céréales et un petit coupe-vent pour les descentes, et on arrive avant la nuit. clind'oeil

Mais bon, faut reconnaître que pour une personne normalement constituée et/ou avec famille, il faut prévoir beaucoup plus de temps. Surtout si on se pose la question qui ouvre le fil ! Moi ça serait quelques jours aussi... Twisted Evil

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Invité le Mar 5 Fév 2013 - 7:31

Barnabé a écrit:Les plus affûtés font 200 km dans la journée avec pourtant du dénivellé.

La ça devient du sport cycliste, activité très envahissante en temps d’entraînement et avec des vélos fragiles qui coutent le prix d'une petite voiture d'occasion. Quand on fait ça on ne fait rien d'autre comme loisir.

Maintenant entre celui qui se contente de regarder son vélo et celui qui roule un peu une fois le week-end sans chercher la vitesse la différence de capacité en kilométrage est importante.

Quelque idées en vrac :

Déterminer sa position et régler son vélo est fondamental pour durer dessus, ce n'est pas simple, il ne suffit pas de monter ou descendre la selle, ça ne s'improvise pas: Docvélo , ce site est une mine, tout y est!

Un vélo de ville est fait pour rouler en ville (bonne assise, vue dégagée, maniabilité) une heure dessus au grand maximum, ne pas en demander plus, le but ce sont les trajets en ville sans fatigue en cas de défaillance durable des transports en commun.

Le cyclotouristes disent : on peut faire occasionnellement sans fatigue excessive le double de ce qu'on fait régulièrement à l'entrainement.

La plupart des cyclotouristes ne roulent qu'une fois le week-end et trois heures maxi soit 50/60 km. C'est ce que je fais avec un vélo de course 5*2 vitesses qui date de 1970. Cela suffit pour faire 100 kilomètres avec une sacoche un jour de randonnée.

Pour durer il faut se reposer mais pas trop pour ne pas casser le rythme et traîner: 5 minutes montre en main toutes les heures, on peut même marcher en poussant le vélo ce ne sont pas les mêmes muscles qui travaillent.

A la base il suffit d'avoir une bicyclette dans son garage, de s'obliger à la maintenir prête à prendre la route immédiatement et de rouler avec un heure chaque semaine en en connaissant l'entretien basique.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Habituation du cul à la selle : quels mécanismes physiologiques ?

Message par Freemousse le Mar 5 Fév 2013 - 15:17

Philippe13 a écrit:on peut même marcher en poussant le vélo ce ne sont pas les mêmes muscles qui travaillent.

Oui, c'est un point souvent oublié.

On a tous en tête les coureurs du tout de France qui montent un col à la vitesse d'une mobylette. Si on s'y essaye on se rend compte que cela demande (au moins...) une forme physique extraordinaire. On arrive facilement à conclure que seuls les athlètes peuvent faire du vélo en zone vallonnée et encore, seulement avec des vélos de compétitions. C'est une erreur.

Par le passé, les gens avaient des vélos qui pesaient une enclume et sans vitesses. Pas de problème sur le plat, encore moins dans les descentes (attention aux freins tout de même) et dans les montées : ils mettaient pieds à terre et marchaient à coté des vélos (parfois avec le renfort d'un manche à balais).

Ce faisant il montaient à la même vitesse qu'il l'auraient fait à pied, mais globalement (montée+plat+descente) ils allaient bien plus vite qu'à pied. Cette méthode ne demande pas une forme éblouissante, y compris avec un vélo chargé à +25kg (ou plus).

Donc être habitué au vélo, avoir une bonne selle, un bon cuissard c'est bien...mais même sans cela le vélo reste un moyen de facilement tripler sa vitesse par rapport à la marche.

________________________________________________________
Mhen tou da chouren gant lealded, hep trubarderezh na taol fall ebet, evit ma enor ha hini ma bro

Freemousse
Membre

Masculin Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 29/01/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum