décembre 2012. La nasa s'inquiète de la "fin du monde"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

décembre 2012. La nasa s'inquiète de la "fin du monde"

Message par Raffa le Mer 5 Déc 2012 - 11:37

L’Agence spatiale américaine reçoit par jour une multitude de lettres et de mails provenant d’habitants. Ces derniers sont parfois obnubilés et certaines déclarations sont très inquiétantes. Cette croyance a pris une telle ampleur que la Nasa redoute de faire
face à un nombre important de suicides d’adolescents ou d’enfants croyant à cette thèse. L’astrophysicien à la Nasa, David Morrison
explique « Bien que ce soit une blague pour certaines personnes et un mystère pour les autres. Il y a un noyau de gens qui sont vraiment
concernés
». Ce canular risque de se transformer en drame macabre puisque certaines mères sont prêtes à tuer leur enfant pour leur épargner la fin du monde. Des jeunes indiquent à la Nasa qu’ils vont se suicider avant cette date. Un enfant a envoyé une lettre incroyable à la Nasa « Mon meilleur ami est mon petit chien s’il vous plaît dites-moi quand je devrais l’endormir pour qu’il ne souffre pas de l’apocalypse ».

La Nasa a donc mis en ligne une série de questions posées par les internautes. L’Agence spatiale répond à chacune des interrogations avec le plus grand intérêt.

fin-du-monde-la-nasa-recoit-des-lettres-tres-inquietantes



________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: décembre 2012. La nasa s'inquiète de la "fin du monde"

Message par logan le Mer 12 Déc 2012 - 10:33

AFP - 12/12/12 - La fin du monde a déjà commencé mais l'agonie sera lente

PARIS - Astéroïde géant, pandémie virale, changement climatique, guerre nucléaire: calendrier maya ou pas, l'humanité n'a que l'embarras du choix en matière d'apocalypse, d'ailleurs déjà enclenchée depuis longtemps à l'échelle de l'Univers tout entier.
Qu'on se rassure, l'agonie sera lente. L'idée d'une fin du monde soudaine par une quelconque cause est absurde, tranche David Morrison, scientifique de la Nasa et spécialiste de la vie dans l'espace.

(...)

La menace pourrait-elle tout de même venir du ciel?
(...)Scénario peu probable dans l'immédiat, répondent les astronomes de la Nasa qui scrutent très officiellement le ciel pour éviter qu'il ne nous tombe sur la tête.

(...)Survivre à une pandémie mondiale d'un virus mutant, de type grippe aviaire H5N1, pourrait s'avérer plus compliqué. Mais même une pandémie extrêmement sévère ne peut entraîner la fin de l'humanité, déclare le Jean-Claude Manuguerra, spécialiste des virus à l'Institut Pasteur, au magazine Sciences & Vie, qui consacre un hors-série à la fin du monde.
La diversité des systèmes immunitaires est telle qu'il y a toujours au moins 1% de la population qui résiste naturellement à une infection, assure-t-il.

Hypothèse un peu passée de mode depuis la fin de la Guerre froide, le spectre d'une guerre nucléaire mondiale n'a pas disparu pour autant.
Le nombre de victimes directes dépendrait de son ampleur. Mais même un conflit régional - comme le Pakistan et l'Inde qui auraient l'idée saugrenue d'échanger une centaine de bombes atomiques - suffirait à instaurer un hiver nucléaire plutôt désagréable sur l'ensemble de la planète. Soleil obscurci par les fumées, baisse des précipitations et chute des températures rendraient toute agriculture impossible et entraîneraient probablement une famine généralisée.

Au train où progressent les négociations mondiales sur le climat, c'est encore le réchauffement qui ressemble le plus à cette fameuse fin du monde, s'inquiètent de nombreux scientifiques.

Et il ne s'agit plus cette fois de simples hypothèses. Sécheresse, inondations, tempêtes et autres catastrophes naturelles deviendront à la fois plus fréquentes et plus intenses avec la hausse des températures mondiales: +2°C, +4°C, voire +5,4°C d'ici à 2100, selon les différents scénarios envisagés.

Une dose suffisante pour que l'espèce humaine réussisse son suicide collectif aux gaz à effet de serre? Le thermomètre nous donnera la réponse bien assez vite.


logan
Animateur

Masculin Nombre de messages : 2428
Localisation : France
Emploi : Ingénieur IT
Date d'inscription : 17/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://oldu.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum