Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Page 4 sur 12 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par quid le Lun 31 Aoû 2009 - 21:44

Canis Lupus a écrit:Etant un ignorant complet en la matière, je pose cette question en public car la réponse pourrait être intéressante pour tous les prépeurs (paye ton franglais de la mort qui tue !).
J'ai trouvé cette après-midi une antenne radio de voiture (90cm) par terre et j'ai tout de suite réfléchi à un moyen pour l'adapter sur un talkie-walkie PMR. Est-ce que c'est faisable, et comment qu'on s'y prend ?

Je confirme une antenne est normalement faite pour une fréquence donnée ou une plage assez réduite. On dit qu'elle est accordée sur la longueur d'onde.
La première réponse qui viendrait serait donc non ca ne fonctionnera pas si ce n'est pas la même gamme de fréquence.

Mais ou ça se complique c'est qu'il y a plein d'antennes qui peuvent être accordées sur une fréquence : des 1/4 d'onde des 1/2 onde etc. (multiple et sous multiple donc).
Donc une 1/4 d'onde pour ton autoradio peut très bien être la 1/2 onde d'un talkie walkie et là ça marcherait.

En plus de la gamme ce qui caractérise une antenne c'est aussi son impédance (souvent 50 ohms ou 75 ohms). Pas sûr que cela soit les mêmes entre l'autoradio et le talkie.

Au final tu l'auras compris le mieux est d'essayer ...

quid
Membre

Masculin Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 16/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par Zapata le Mer 2 Sep 2009 - 22:03

Canis Lupus a écrit:Etant un ignorant complet en la matière, je pose cette question en public car la réponse pourrait être intéressante pour tous les prépeurs (paye ton franglais de la mort qui tue !).
J'ai trouvé cette après-midi une antenne radio de voiture (90cm) par terre et j'ai tout de suite réfléchi à un moyen pour l'adapter sur un talkie-walkie PMR. Est-ce que c'est faisable, et comment qu'on s'y prend ?

Bonsoir,

C'est théoriquement possible, dans certains cas, selon la fréquence de résonnance de cette antenne (ça se détermine avec un grid-dip, pour dégrossir, et aussi avec un récepteur VHF/UHF et un "pont de bruit", ou bien avec un analyseur d'antenne, ce dernier matériel étant le meilleur, le plus précis, le plus cher...).

Supposons que la fréquence de résonnance de cette antenne soit exploitable (c'est à dire que la fréquence PMR est un multiple direct de la fréquence de l'antenne), alors elle est utilisable, avec un bon rendement.

Sinon, le gain risque d'être peu marqué.

Pour le couplage, on entoure l'antenne PMR de quelques tours de fil (âme du coaxial de l'antenne, seul).

C'est une introduction, à la hussarde, sur la problématique de l'utilisation d'une antenne quelconque, sur une fréquence particulière, pas un guide d'instruction complet...

Salut.

Zapata
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 501
Date d'inscription : 06/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

lampe LED à manivelle super condensateur

Message par tarsonis le Ven 16 Oct 2009 - 11:11

Salut à tous !

On avait déjà parlé des lampes LED sans piles (à manivelle).

Hier, je n'ai pas pu résister à m'en acheter une, le même modèle que Phm1903 (en fait pour récupérer le mécanisme et les LEDs blanches car j'en avais plus ) mais à 4,5 euros.

A ce prix là, il faut pas s'attendre à grand chose quant à la fiabilité, mais je propose tout de même de la faire passer de 'très bas de gamme' à 'bas de gamme' moyennant quelques bidouilles simples.

Le prix garanti aussi un mécanisme simple et grossier : on peut l'ouvrir avec un simple cruciforme, et si un rouage pète, on peut le recoller facilement.


Sur la boite, aucun indication : pas de durée de vie de la charge, juste le temps de remontage : 1 minute de manivelle pour 25 minutes d'éclairage avec les trois LEDs. L'interrupteur est à 3 positions : Off-1 LED (milieu)-Off-3 LEDs.

La bête désossée :

Comme on s'y attend, l'électronique est très rudimentaire :
De droite à gauche :
- le moteur, qui fournit allègrement du 6V. Remarquez que c'est sensiblement le même modèle qu'un moteur de baladeur.
- La charge, pour l'instant inconnue
-la résistance chutrice (pour ne pas griller le mode 'unique LED en fonctionnement')
-un pont de diode, pour redresseur le courant du moteur. Il est intéressant de constater que le moteur débite uniquement du courant continu, ce pont est en réalité ici afin de redresser tout de même le courant si on tourne dans le mauvais sens.
- l'interrupteur
-les 3 LEDs.

maintenant, penchons-nous sur l'accu :


Horreur, c'est un Li-ion 3,6V !
C'est actuellement un bon compromis entre le condo et l'accu, mais la technologie Li-ion a quelques (gros) inconvénients :
- éviter la décharge prolongée (le cas avec ce genre de lampe)
- l'accu se détériore si on l'utilise pas; au bout de quelques mois, il perd beaucoup de ses capacités, et il est presque mort au bout d'un an de non-utilisation ! De quoi devenir barjo en pleine cambrousse avec son BOB.
- et enfin, le plus gros inconvénient, elle nécessite une charge très précise (contrôlée d'habitude pas un processeur) : 4,1V avec une marge de 0.05V ! (sinon l'accu se dégrade très vite)

Or ici, nul régulateur de charge, on est plutôt entre 3V et 5V !
On comprend mieux pourquoi les lampes bas de gamme ont un nombre de charge avoisinant les 500 cycles à peine !

Mais bon, il n'est pas nécessaire pour autant de tout balancer à la poubelle car il y a un second composant capable de jouer le même rôle : le super-condensateur qui, au prix d'une tension max limitée à 5,5V (idéale donc pour ces montages) est capable d'encaisser à peu près n'importe quel courant et a un nombre de cycles supérieur à 100 000.

Pour l'expérience, j'ai récupéré un bon vieux 1F d'un magnétoscope :

Un interrupteur permet de choisir entre l'accu et le condo.

De cette manière, on a moins de chance de pester dans la cambrousse.

Par ailleurs, j'ai remplacé la LED du milieu par une LED rouge (superlumineuse), afin d'avoir un mode 'nuit' sans devoir se réhabituer à l'obscurité :



Au niveau des tests, bien entendu, le condo a une autonomie un peu
inférieure (à remplacer par un plus costaud de 5 à 10F par la suite).

Il est plein aux environs de 30 secondes et assure un peu plus de 13 minutes de lumière sur 3 LEDs; après cela commence à bien s'estomper.

C'est une bidouille vraiment simple qui ne nécessite que trois fils à souder, alors n'hésitez pas !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par logan le Ven 16 Oct 2009 - 13:25

Big thanks tarsonis pour le temps que tu consacres à nous partager ces infos. Je suis ce fil avec grand intérêt ...

logan
Animateur

Masculin Nombre de messages : 2428
Localisation : France
Emploi : Ingénieur IT
Date d'inscription : 17/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://oldu.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par Rammstein le Ven 16 Oct 2009 - 14:13

Idem !

Si je puis me permettre : le truc qui me brancherait vraiment, mais alors vraiment bien, ce serait une liste illustrée de composants à récupérer sur divers objets HS (magnétoscope, lecteur DVD, aspirateur, etc).

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Ven 16 Oct 2009 - 14:22

Merci Logan et Rammstein !
C'est vraiment par plaisir que je poste ici !

Pour la liste illustrée de composants à récupérer sur divers objets HS, j'en avais commencé une très rudimentaire des compos que l'on peut dégotter dans une simple alim d'ordi HS (première page de ce topic), mais je vais plancher sur la question plus sérieusement pour en avoir une bien plus complète afin que chacun puisse s'orienter au mieux sur les carcasses dans sa ville le jour des encombrants !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Sam 14 Nov 2009 - 10:12

Salut à tous !
Ceci n'est pas un nouveau message, mais le précédent qui vient d'être supprimé (merci Mado !) car les schémas étaient faux et je ne pouvais plus l'éditer. Donc inutile pour ceux qui l'avaient lu.

"Aujourd'hui, on va s'amuser un peu avec l'électronique du survivaliste !

Ramm, tu me demandais un petit topo sur ce que l'on pouvait récupérer dans le matos qui traîne dans la rue. Je vais esquisser un tout petit peu en attendant le fichier ods (~xls).

Il est intéressant de rappeler que l'on s'approche du mois de décembre, celui des cadeaux et donc du mois où tous les appareils électroniques tombent mystérieusement en panne....
Pas tant que cela en fait puisque l'on se trouve de très bonnes excuses pour remplacer la vieille télé de mémé qui a 25 ans pour un bon écran plasma qui sera mort d'ici 8 années.....
Préparez-vous donc à voir les rues encombrées de TV, radios, ordis, magnétoscopes...et tout plein de trésors !

Bien évidemment, si l'on a pas un atelier très spacieux, on est pas vraiment
tenté de ramener une vieille TV pour mettre des pièces partout !
C'est pourquoi il y a quelques outils de base que l'on peut emporter dans la
rue pour parer à beaucoup de situations : en gros, un EDCD (électronique-démonte-casse-dessoude ).

Voici ce qui me sert lorsque j'ai repéré un truc intéressant :

Certains outils peuvent paraître redondants, mais ont chacun leur utilité.
Deux tournevis isolés (par mes soins ) : un cruciforme, un plat.
Ils sont particulièrement utiles si on a un appareil dont les vis sont
enfouies dans la carcasse (10cm) et dont il faut accéder avec un outils
très mince.
Ils sont isolés car bien évidemment, certains appareils sont encore dangereux débranchés (Tv, etc...) et par exemple, le jaune isolé (plat) permet de décharger les condensateurs haute tension sans danger.

L'outil de gauche sert à désosser les vélos, mais son usage est très fréquent en raison des constructeurs qui utilisent toutes sortes de vis hétéroclites (cf tournevis-bic dans le topic sur les plastiques), dont les hexagonales. Avec ce dernier, plus de soucis !
Par ailleurs, sur les très vieux appareils, les vis sont presque prises dans la carcasse qui a mal vieilli, et grâce à l'angle droit, on démultiplie et on peut par exemple ôter les plus récalcitrantes.

La pince coupante permet d'ôter tous les fils énervants lorsque l'on bricole, on pourrait les remplacer par des ciseaux, mais la pince sert également à casser un circuit imprimé rapidement pour récupérer un composant en quelques secondes.

Enfin, pour du 'propre', il y est joint un soudeur maison ! Je n'ai jamais trouvé de meilleur moyen pour avoir un soudeur sans fil sur soi :


Un simple briquet sur lequel on a greffé un rayon de vélo (d'ailleurs qui servent à pas mal de choses...) à l'aide d'un domino. Ce dernier sert surtout à maintenir bien perpendiculaire la tige tout en évitant le transfert de chaleur sur le briquet.

Ce soudeur vite à bout de presque toutes les soudures (l'étain fond à environ 200°C)....très utile si l'on arrive pas à casser le circuit imprimé.

Au sujet des composants AMHA, ce sont les magnétoscopes VHS qui remportent la palme électronique. Il sont rustiques, nécessitent beaucoup de composants pour avoir une image correcte, possèdent une mécanique
bourrin (pas loin de 40 rouages, 10 courroies, des roulements à bille, des galets, etc...) et sont facilement démontables (que du cruciforme).

Le tambour (tête de lecture) peut être intéressante car elle contient en
plus de deux roulements, un aimant permanent aussi monstrueux qu'elle.

la carte, de quoi se régaler LLBSV :


Des condos et des résistances, des selfs (dont des ajustables) à la pelle
de toutes les valeurs possibles. Les circuits intégrés sont en général
bons à jeter car trop spécialisés.

En outre, ils ont quelques modules intéressants :


En haut, une barre de résistances ajustables de précision avec sa barre de
diodes permettant au fabricant de synchroniser les stations et le
magnéto.
En bas, tout un lot de diodes zener (voir plus bas) et ses connecteurs rustiques.

Ensuite les TV (pas de photos), qui contiennent de bonnes pièces rustiques
comme les condos THT (nécessaires aussi en radiotransmission) et qui crament souvent, les bobines THT, les circuits de réception (les anciens, car les récents sont trop miniaturisés).

Ensuite les radios :

Celle-ci est on ne peut plus chinoise : les compos montés n'importe comment, avec un bon excédant de pattes. C'est bien évidemment un plus lorsqu'on les dessoudes pour une réutilisation. Les transistors sont intéressant car ils fonctionnent dans le domaine des hautes fréquences, mais sans plus.


Ensuite, tout ce qui est de l'ordre de l'alimentation d'objets lourds : portables, perceuses, etc...

C'est du classique : un gros transfo (ici de perceuse, qui représente presque tout le poids du module), un pont de diodes carré, permettant de
redresser un courant de plusieurs ampères sous 50V, donc très utile LLBSV sur une éolienne. De gros condos de lissage (ici réutilisés), un fusible, et enfin ses stabilisateurs (transistors de puissance, diacs, triacs, diodes shottky, etc...) reliés à leurs radiateurs.
C'est un circuit très classique dont les pièces sont rustiques et peuvent assurer de bons montages.

Enfin, les petits appareils domestiques regorgent d'électronique :
-Le balladeur mp3 à cd (bon, ancien je vous l'avoue) :

La partie permettant de traiter le son comprend de nombreux condos basse tension, utiles à peu près partout où l'on bricole.... tandis que le verso de traitement du cd est un peu trop 'CMS' pour nous :


Nous avons aussi l'électronique informatique, mais à part l'alimentation, peu de composants peuvent être récupérés : Ici un régulateur de courant d'un gros serveur :

Il comprend divers condos, et surtout de bons transistors de puissance, soudés à leur radiateur.

Le circuit CMS de gauche n'est pas pour autant à jeter car on remarque une
multitude de diodes zener soudées sur sa face (voir plus bas); les symboles des composants sont parfois mis sur les CI, ce qui facilite leur repérage.


Chose curieuse pour la réutilisation des circuits LLBSV :
Certaines plaques sont multicouches (composants internes) et sont horriblement dures à découper (j'ai cassé une scie dessus). A la pince coupante c'est impossible et seul un soudeur et de la patience vient à bout des composants:

La plaque époxy brûle difficilement et celle-ci a supporté sans aucun
souci mes 87Kg (posée entre deux briques)....peut être un genre de plaque à réutiliser pour construire des protections (jambières, etc...) si on arrive à la découper ?!

Avant d'aller plus loin, je souhaite parler d'un logiciel très simple qui pourrait intéresser certains s'ils ne l'ont pas déjà : Crocodile Clip. Vous l'avez reconnu, c'est le log qu'on utilisait sous win3.1 au lycée !

Il permet de construire et surtout tester ses montages.

Ici, le montage très rudimentaire du précédent post avec la lampe LED à
manivelle : la source (ici 5V), un pont de diodes, un inter qui choisit
la charge à utiliser et les leds :


Il est possible de paramétrer toutes sortes d'outils et de disposer des sondes un peu partout :


En faisant à peine plus compliqué avec un ne 555:


Et enfin il permet de tracer quelques graphes :


Une option (que l'on peut désactiver) signale si certains composants du
circuit risquent de griller ou mal fonctionner, donc idéal si on se
trompe de valeur...
Dans l'optique où l'on souhaites d'abord tester la faisabilité d'un circuit avant de le construire, cela représente un bon plus pour qui souhaites bidouiller LLBSV.
Lorsque je posterai des circuits, c'est avec des copies d'écran que je fournirai le schéma.

La seconde partie de mon mess concerne les diodes zener, non encore évoquées ici.


Elles fonctionnent de la même manière qu'une diode (bloque le courant dans un sens), à ceci près qu'à partir d'une certaine tension (tension de zener), elles deviennent conductrices. C'est à dire qu'une diode zener de 5,7V ne laissera passer le courant qu'à partir de cette tension. Elle maintiendra ensuite la tension à cette valeur.

C'est un composant intéressant dans l'optique où l'on a pas ou plus de
références de tension, car elle va pouvoir permettre la fabrication
d'alimentations stabilisées.

On peut placer une DZ en parallèle sur les bornes d'alimentation, avec une résistance en amont destinée à limiter le courant qui peut la traverser quand rien n'est branché en sortie c'est la DZ qui doit absorber tout le courant, c'est pourquoi on ajoute souvent une DEL à l'alim).


Dans le cas suivant, on a régulé la tension du générateur 5v avec une DZ et une résistance.


On peut trouver une application directe à ce schéma (où la charge consomme très peu) : l'alimentation d'un téléphone portable ! En effet, les téléphones utilisent une batterie 3.7V et sont horriblement sévères quant à une tension différente.
On peut donc une fois de plus modifier notre lampe à LED à manivelle qui débite du 4,5V pour la transformer en alim de portable (prochain montage, où notre pile au lithium bénéficiera aussi d'une DZ 4,2V pour tenir le coup plus longtemps):


Le voltmètre symbolise le portable.

Les applications sont très variées : alim de circuit 5V (circuits intégrés
surtout), alim de radio régulée, régulation pour les batteries pour une
charge précise, etc...

Il convient cependant de faire attention au courant qui transite à travers la DZ. Si ce montage convient pour alimenter une LED ou un portable, les appareils qui consomment un peu plus risquent de tout faire griller à cause des variations bien plus élevées de courant !

Il convient pour cela d'utiliser un transistor de puissance (tiens tiens !) qui servira de "ballast".
Le transistor fait légèrement chuter la tension (~0.5V); il convient donc d'adapter au préalable la tension zener de la diode.


La valeur de la DZ est indiquée en général dessus en volts. Sinon on fait appel à une table du constructeur, ou on teste....
On les repères facilement sur les circuits car certains fabricants
utilisent encore deux anneaux de couleur pour les différencier des
diodes.

Voilà pour la diode zener, qui fournit pas mal de services.
Bons bidouillages à tous !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par Raffa le Lun 16 Nov 2009 - 17:06

le plus impressionnant c'est que tu as même l'air de comprendre ce que tu racontes

Plus sérieusement ce fil est passionnant mais hors de ma portée (déjà le vocabulaire employé ne fait pas parti de mon langage courant)... Il me donne furieusement envie de m'inscrire à un cours du soir en électronique afin de pouvoir suivre 3 phrases de Monsieur Tarsonis et pouvoir moi aussi bidouiller un télétransporteur avec une merdouille chinoise et un vieux transistor cramé. Tu prends des stagiaires ?

J'ai une question sur ton soudeur main libre. Je n'ai jamais soudé avec rien et cela fait plusierus fois que je me dis "si j'avais un soudeur je ferais..." , je pourrais me lancer avec ça où il vaut mieux comprendre la technique avant ?

Quand tu dis tournevis isolé par tes soins tu peux préciser ?

Enfin moi ça m'intéresserait d'avoir un petit développement de cela "rayons de vélo qui servent à pas mal de choses"

________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Lun 16 Nov 2009 - 21:17

Plus sérieusement ce fil est passionnant mais hors de ma portée (déjà
le vocabulaire employé ne fait pas parti de mon langage courant)... Il
me donne furieusement envie de m'inscrire à un cours du soir en
électronique afin de pouvoir suivre 3 phrases de Monsieur Tarsonis et
pouvoir moi aussi bidouiller un télétransporteur avec une merdouille
chinoise et un vieux transistor cramé. Tu prends des stagiaires ?

Salut Raffa; tout d'abord merci !
Je veux bien faire des cours du soir en électronique, mais je te rassure, il n'y a rien de bien méchant dans ce domaine; amha, 95% des pannes sont réparables rien qu'en analysant le composant défectueux, son remplacement et quelques formules si on a pas les valeurs exactes du compo sous la mains ! En tous cas, si vous avez des questions à ce sujet, c'est avec plaisir que je répondrai par MP (VIP, Newbies, et non-membres); j'essayerai d'y répondre dans la (très) limite de mes connaissances.

J'avais posté trois cours PDF qui se suivent au début du topic, mais ils n'étaient téléchargeables qu'un seul mois. Je viens de les remettre sur megaupload; dites-moi s'ils sont OK.
Cours 1
Cours 2
Cours 3

Les cours s'intitulent "L'électronique depuis 0" et permettent de saisir les principales notions (avec images et schémas, donc pas prise de tête) tout en allant beaucoup plus loin que mes bidouilles sur ce topic...un must à avoir si on se retrouve LLBSV dans sa cave à désosser un motivateur systolique triphasé (si vous voyez l'allusion)...ou tout simplement si on veut améliorer ce que l'on a déjà.


J'ai une question sur ton soudeur main libre. Je n'ai jamais soudé avec
rien et cela fait plusierus fois que je me dis "si j'avais un soudeur
je ferais..." , je pourrais me lancer avec ça où il vaut mieux
comprendre la technique avant ?

Au sujet du soudeur dont j'ai parlé plus haut, il ne sert en fait qu'à dessouder en milieu extérieur. Le briquet chauffe suffisamment la tige pour faire fondre la soudure du composant à récupérer. Cela me sert aussi bien sur une TV dans la rue (avec le regard affolé des passants) que dans le coin des encombrants électroniques. C'est une version 'améliorée' de mon premier soudeur 'main libres' constitué d'une pince 'multiprise', d'un clou et d'une gazinière (avec le regard inquiet de vos amis qui vous ont apporté leur lecteur DVD en panne et que vous n'avez pas amener un soudeur dans la poche).
Quant à la soudure (constructive), elle est réalisable mais assez pénible car sa température est vraiment aléatoire et la soudure peu uniforme.
Puisque tu poses la question, je prends un peu d'avance sur un post que je préparais au sujet de la 'soudure du survivaliste'.
En gros, si on se retrouve en pleine cambrousse, une braise (voire un ensens) peut suffire car la température de fusion de la soudure à l'étain (dont l'on a pris soin d'emporter un bout dans son BOB) est très basse. Le prix à payer est bien entendu une soudure de piètre qualité (poussières de braises pris dans la jonction) mais qui tient tout de même la route.

Mon premier soudeur était en fait un pyrograveur sur bois . il n'était pas isolé et donnait quelques coups de jus en faisant griller tous les composants sensibles de la plaque (puces), mais pour bien débuter, je te conseille vraiment de prendre un vrai soudeur.

Certains préconisent un haut de gamme avec tout le tintouin. Mais pour ma part, je travaille toujours avec le soudeur premier prix (70F avec trois pannes (l'embout métallique) que j'ai acheté en cassant ma tirelire à mes 12 ans (comptez...). Pour quelques heures par semaine d'utilisation, jamais de problème sans pour autant lui apporter de soin, même avec la nouvelle soudure sans plomb corrosive (depuis 2006) et son refroidissement barbare dans un verre d'eau pour terminer rapidement.
Je ferai un petit tuto sur la (dés)soudure d'ici peu.

Cela permet de bien débuter sans pour autant te ruiner (disons 10 euros en grande surface).
Au niveau de la puissance, idem, ne te ruine pas; tu pourra réparer la plupart des appareils (radio, fils 220V, ordis, alims, etc...) avec le bas de gamme 30W sans soucis (voire même les composants CMS d'une Gam*cube avec un peu de dextérité).
Niveau sécurité, une fois qu'il est isolé à la terre (la norme maintenant mais pas le mien), le pire qu'il puisse t'arriver, c'est que tu le prennes comme moi une fois à la manière d'un stylo par : la pointe ! Méthode assurée pour changer d'empreintes digitales et avoir de belles cloques marrons pendant un mois...


Quand tu dis tournevis isolé par tes soins tu peux préciser ?

Les tournevis utilisés ont un embout long et métallique avec une petite poignée en plastique. Il arrive donc que pendant un dévissage ou un bidouillage les doigts touchent cet embout, avec les risques d'électrocution si on décharge un condensateur d'une TV par exemple.
La bidouille est très simple : de la gaine de fil électrique. On dénude un fil de cuivre (rigide, type jaune/vert 220V pour relier à la terre), on tire sur le fil et on a une gaine assez élastique. On insère la tige du tournevis, et il est couvert d'une gaine (photo); cela remplace l'ancienne qui était faite en scotch.
C'est une bidouille de fortune que certains serruriers utilisent afin de remplacer le plastique de leurs outils par une gaine plus souple et moins rigide au toucher...et aussi sur les outils de précision : scalpels, aiguilles épaisses, etc...

Enfin moi ça m'intéresserait d'avoir un petit développement de cela "rayons de vélo qui servent à pas mal de choses".

Effectivement, cela mériterait un petit développement !
Il arrive assez souvent que lorsqu'on bidouille, il manque une tige métallique. Le rayon de vélo a tous ces avantages : très rigide, mais on peut le tordre dans tous les sens. Il m'a servi pour faire la manivelle de la génératrice quelques posts plus haut, la panne du soudeur fait maison, une boucle de ceinture cassée en randonnée (si si !), un poinçon à bois (ou à tôle assez mince) pour planter des clous (en cassant le rayon pour qu'il soit coupant, et en le tordant pour faire une poignée), des tuteurs pour les semis. Quand on casse une pièce en plastique (ou que l'on veut en relier deux), on peut chauffer au rouge le métal et faire traverser la pièce qui va fondre autour; ce qui est le cas des deux engrenages de la génératrices à manivelle.

Voilà pour les éclaircissements, n'hésitez pas s'il y a des points obscurs !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par un ptit breton le Mar 17 Nov 2009 - 8:06

Raffa a écrit ;
le plus impressionnant c'est que tu as même l'air de comprendre ce que tu racontes

Plus sérieusement ce fil est passionnant mais hors de ma portée (déjà le vocabulaire employé ne fait pas parti de mon langage courant)...

J'ai le même raisonnement que toi, mais comme je ne comprends pas ce que je lis je me dis que je chercherais plutôt un électronicien AMHA que d'essayer de bidouiller quelque chose moi même.

En tout cas TARSONIS je suis aussi un de tes fidéles lecteurs. ( j'ai dit lecteur, pas que je refaisais tout chez moi....

________________________________________________________
Les habitants ne croient plus en l'avenir. Pourtant notre civilisation est éternelle , nous sommes les élus. Nous avons la science et la vérité " dit le scribe à Pharaon. ( texte écrit sur un papyrus - 2500 av j.c.)

La prochaine révolution ne sera pas celle du travail !!!

un ptit breton
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 3788
Localisation : Dans la forêt de Brocéliande
Loisirs : lire le troll est parmi nous de D. Vincent et F. Mulder et appronfondir ma Tétracapilosectomie
Date d'inscription : 02/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par Raffa le Mar 17 Nov 2009 - 9:38

Ouh je me sens pas de bidouiller non plus clind'oeil quand je parlais de cours du soir, je parlais de vrai cours du soir, formation pro en promotion sociale de plusieurs semaine à 1 ou 2 ans en général (y'a tous les domaines ou quasi, si on veut apprendre un truc, carrosserie, cuisinier, soudeur, coiffeur, c'est par là qu'il faut aller, j'ai déjà appris l'informatique, la couture, la compta et l'herboristerie par ce biais) seulement souvent ils demandent de faire un stage... d'où ma question clind'oeil

Merci beaucoup pour toutes ces précisions tarsonis et pour le cours, je suis en train de le télécharger

Edit. Bon j'essayerai plus tard parcequ'il refuse définitivement que je charge la partie 1 (les 2 autres pas de problème )

________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Jeu 19 Nov 2009 - 12:25

Salut !
Je vous rassure, l'électronique peut s'apprendre sans cours du soir; sinon il y aurait peu de magasines genre "Electronique facile", ou "Je monte mes circuits", etc...

Il y a une abondance de littérature sur le sujet permettant de sortir de l'apprentissage académique, et il existe toute une communauté d'amateurs très qualifiés qui ont débuté ainsi. Ce que je reproche aux mags est de ne pas prendre en compte la disponibilité du matos (et son aspect pécuniaire qui n'est pas souvent négligeable), et ne jamais évoquer la récup et la réparation. Il est vrai que cela n'apporterait pas grand chose aux lecteurs, mais pour ma part, je suis aux antipodes d'un fournisseur électronique (qui plus est, bon marché) alors c'est soit de la récup, soit (très rarement) une commande sur internet (type mk484).
La nouvelle "Une Odyssée terrienne" de K. Dick m'avait marqué quand j'étais ado. Cela parle d'une petite communauté qui a survécu et qui se débrouille après un cataclysme. En particulier, un passage relate qu'un fermier a déterré un missile de la guerre, et tous les réparateurs à plusieurs jours de marche à la ronde accourent dans l'espoir d'arriver les premiers pour le désosser et récupérer les précieux composants....

C'est un domaine où il est nécessaire de connaître les principaux risques (hautes tensions, chaleurs, etc...), c'est pourquoi on commence souvent avec des expériences sur pile 9V; c'est d'ailleurs la plupart du temps en se trompant sur ce genre de montage que l'on progresse niveau électronique.
Bien entendu, c'est toujours un plus d'avoir un professeur; on perd moins de temps sur ses erreurs et on a souvent plusieurs solutions à un problème particulier.

Il est vrai rétrospectivement que certains de mes messages font l'impasse sur certaines propriétés; c'est souvent quand je les ai déjà développées dans un post précédent. A titre d'exemple, celui de la radio à galène regroupe presque tous les principes et les formules que j'utilise dans le topic.
Donc si cela revient, n'hésitez pas à contacter par MP histoire que je rectifie le contenu, et pointe un lien vers le descriptif nécessaire qui éclaire un passage obscur .

Apparemment, un ou plusieurs cours de la page précédente sont difficiles à télécharger. J'ai recommencé et aucun problème de mon côté. Nous pouvons en discuter par MP, afin de repérer où cela coince. Pour l'historie, j'utilise firefox, avec le plugin Downthemall, qui permet une récupération en cas de perte de la connexion (fréquent avec megaupload).
Je pensais également le fournir au format DJVU, mais le pdf est protégé contre l'extraction, l'impression et l'écriture; donc on devra s'en contenter, désolé !

Maintenant que j'ai un peu développé les principes du transfo, des condensateurs, des diodes (dont zener), je vais aborder un sujet qui va sans doute durer plusieurs posts : les alimentations.

C'est à mon avis un sujet important dans le cas d'un développement autarcique.
Tout autour de nous ou presque fonctionne à l'électricité. A ceci près que tout est adapté pour fonctionner sur le secteur 220V alternatif.
LLBSV, on peinera à générer du 380V triphasé alternatif sous 100 ampères, mais on pourra tous se mettre à bidouiller une éolienne à partir d'un alternateur de voiture.

Pour commencer, on va juste construire ici un simple régulateur de tension sur une 'dynamo', à partir uniquement de pièces de récup d'une alim. Si vous avez pu suivre les précédents posts, inutile de lire ce qui suit, car il n'y a pas grand chose à apprendre de neuf.

Comme certains n'ont pas encore tenté la soudure, on va par ailleurs construire uniquement avec des dominos !
C'est pratique, simple, et permet de retourner en arrière si on se goure .

La base des alimentations classiques est constituée par une diode.
Comme décrit précédemment, une diode laisse passer le courant dans un seul sens (le sens passant) et le bloque lorsque l'on intervertit les bornes (sens bloquant, jusqu'à un certain seuil avant les dégâts).

Cela va précisément nous être utile pour redresser un courant alternatif, puisque ce dernier, comme son nom l'indique, circule tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre.


Sur ce schéma, la tension oscille entre +5v et -5V aux bornes de la résistance.

Si maintenant on ajoute une diode dans le circuit, on remarque que l'on ne conserve qu'une période sur deux : celle où la diode est dans le sens 'passant'.



Cela pourrait nous suffire : on a un courant unilatéral. Mais même si ce dernier qui oscille entre 0 et 5V pourrait être lissé en un courant de 3V fixe (mais les valeurs des composants seraient élevées, et la place itou), on perd la moitié de l'énergie fournie par le générateur.

Nous aimerions récupérer les deux périodes; pour cela, il suffit de relier à chaque borne du générateur, deux diodes : voici le cas d'une borne


Lorsque le courant passe dans le sens 1 à gauche, il emprunte la diode en sens passant. Lorsque sa tension s'inverse, il emprunte l'autre diode, puisque la précédente est en sens 'bloquant'.

Sur les deux bornes, maintenant, nous obtenons le schéma de Graetz, ou pont de diodes :


Lorsque le courant circule dans le sens 1, il emprunte une première diode en sens passant, puis la lampe, puis une autre diode en sens passant.



Puis lorsque le courant change de sens, il emprunte les deux autres diodes en sens passant.
De cette manière, on récupère les deux périodes et le courant ne circule que dans un seul sens dans la lampe. C'est un avantage indéniable, mais la contrepartie est d'avoir une chute de tension doublée (de l'ordre du volt en général), car il y a deux diodes au lieu d'une dans le circuit. C'est pourquoi on ne peut utiliser ce principe pour récupérer les deux alternances dans le redressement à la galène car la tension est déjà assez faible.

La lampe est une charge fictive. Ce qui nous intéresse est bien entendu un circuit polarisé (où + et - importent).

Pour des raisons de commodité, les schémas représentent le plus souvent un pont de diode comme ceci :


Les '~' représentent bien entendu la source alternative, et + et - les polarités du courant débité.

Ces deux alternances sont superbes, mais le courant ondule toujours entre 0V et 5V ! La plupart des circuits ne le supporteront pas. C'est pourquoi il convient de 'lisser' cette alternance, à l'aide d'un condensateur. Pour cette étape, c'est exactement le même principe que la radio à galène plus haut (chercher 'lissage'). On arrive donc à une tension fixe.

Passons maintenant à la pratique : le régulateur de 'dynamo' de récup.
J'ai utilisé uniquement des pièces de l'alim désossée dans le premier post.

La base est donc de chercher ce fameux pont de diode : dans les alims, TV, radios, réveils...en fait tous les appareils qui fonctionnent sur secteur mais qui sont alimentés en courant continu.


Il n'est pas difficile à repérer, c'est assez gros, carré (ou cylindrique) et noir.
La plupart du temps, les polarités sont même marquées dessus !

J'ai personnellement eu la flemme de dessouder le pont, et c'est à la pince coupante que je l'ai débité (donc possible sans soudeur ).



Une chose que je conseille à chaque désossage : chercher les références et caractéristiques (datasheet) du composant sur le net. C'est gratuit, et permet de ne pas se retrouver bredouille 10 ans plus tard sans.
Exemple ici de ce pont qui redresse allègrement 420V sous quatre ampères, bien loin des 8V (34V à vide) sous 0.7A débités par notre 'dynamo'.

Pour faire un montage avec des dominos, certains composants ont des pattes trop petites. C'est pourquoi il faut débiter à la pince les bornes des dominos :



On relie avec des câbles récupérés de l'alim (y en a plein de toutes les couleurs !):



Idem pour le condensateur.


Ses caractéristiques influent sur son filtrage (1000 uF suffisent en général largement). ici, c'est ceux que j'ai trouvé dans l'alim : 4500uF; la tension de service (35V) est celle maxi qu'il peut supporter.
Ces deux caractéristiques influent sur ses dimensions, un même condo de 330microF sous 250V aura les mêmes dimensions. On verra pourquoi plus loin je n'ai pas choisi un Tmax 12V. Les condos électrochimiques sont tout particulièrement adaptés à ce type de filtrage : grande tension maxi, grande capacité. Mais ils sont polarisés. Si on inverse les bornes, il peut claquer (en explosant parfois...).
On repère la borne '-' sur tous les condensateurs électrochimiques à l'aide de la grosse bande '-' dessinée à côté.

On relie le condo au pont de diode afin de lisser le courant :


Maintenant, il convient d'apporter une petite précision quant à notre 'dynamo'. En effet, le terme regroupe tous les générateurs de courant continu, mais une 'dynamo' de bicyclette débite bien un courant alternatif (car il n'y a pas de patin et l'aimant tourne au sein d'une bobine). C'est une confusion qui persiste, et certains vous soutiendront mordicus que c'est du continu jusqu'à ce qu'ils lisent ce qui suit.

Pour la dynamo, c'est assez simple de relier : il n'y a qu'une borne. La seconde est en fait le cadre entier du vélo. Cela simplifie beaucoup puisque l'on a besoin que d'un seul fil pour , mais il convient de faire attention aux éventuels court circuits, plus fréquents.


Et la seconde borne :


On teste si tout fonctionne bien (on détecte juste le fonctionnement car la lampe n'est bien entendu pas polarisée):


Maintenant, nous avons du 6V continu sous à peu près 0,6A, mais on peut s'amuser pour aller un peu plus loin avec un transformateur.

J'ai développé un peu la théorie sur la page précédente : en gros, le rapport entre le nombre de spires est celui des tensions. On peut le trouver à la louche à l'aide d'un ohmmètre. Puisque notre 'dynamo' débite un courant alternatif, on peut en modifier la tension avec le transformateur.

Ici, récupéré dans l'alim d'ordi, on a un rapport 2 (2ohms/1ohms) :


Donc avec notre 8V, on le passe en 16V alternatifs en le reliant entre la dynamo et le pont de diodes :


Puis au vélo :


Mais ici, pas question de relier à la lampe. La tension est variable, en fonction du nombre de tours de la dynamo; on risque de la griller. C'est donc au multimètre que l'on mesure la tension (désolé pour le flou, mais c'était pas évident) :


La tension la plus proche de 12 V que j'aie pu atteindre (à vitesse constante, mais 14V maxi en tournant plus vite) sous 300mA, ce n'est pas étonnant, car le transformateur et le pont de diodes ont leur part de consommation, mais cela devient intéressant !

Voilà pour la petite introduction au régulateur.
Environ 12V +/-1V c'est déjà pas mal (compte tenu du nombre très restreint de composants mis en oeuvre) et pourrait suffire à certaines applications basiques : ma CB (elle 'ronflle' un peu avec, mais c'est possible), un éclairage, et les applications 'grossières en 12V.
Mais pour des montages plus sensibles, il convient de réguler et lisser parfaitement la tension, afin d'éliminer l'ondulation qui persiste à cause de la vitesse non constante du pédaleur (ou de notre éolienne).
Le prochain post concernera la stabilisation de la tension : un transistor de puissance, une diode zener et des fusibles, ce qui permettra d'avoir du 14V très stable et tenter de recharger une batterie.....

Bon bidouillage à tous !


Dernière édition par tarsonis le Jeu 19 Nov 2009 - 13:57, édité 2 fois (Raison : Ajustement avec valeurs plus précises)

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par Ash le Jeu 19 Nov 2009 - 17:28

(juste marrant le pauvre condo qui se fait balader dans la photo test avec l'ampoule)

Sinon, tes posts me donnent envie de m'y remettre tiens! (dois avoir quelques condos, transistors et cie qui trainent)

Ash
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 5681
Age : 31
Localisation : Terre du milieu (23)
Date d'inscription : 02/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

un régulateur de tension pour la lampe à dynamo

Message par tarsonis le Lun 11 Jan 2010 - 16:07

Salut à tous !

Tout d'abord, merci pour tous vos MP d'encouragement ! ça me pousse à poursuivre ce petit topic.

Cela faisait longtemps que je le promettais, le voici : un régulateur de tension pour la lampe à dynamo.

Derrière ce terme qui pourrait paraître barbare ne se cache pas grand chose de méchant et rien d'innovant. Cette bidouille ne nécessite pas de connaissances particulières à part celles décrites plus haut, et est réalisable en moins d'une heure.

Prenons un cas concret, qui a initié ce petit projet :
Au premier abord, le BOB et l'équipement de beaucoup de membres contiennent des appareils basse tension, dit 'nomades' : les radios, les lampes, le téléphone portable, le lecteur MP3, etc...

La plupart sont alimentés par un accumulateur, mais certains nécessitent des piles. Cette dernière source d'alimentation est l'une des plus efficaces (lithium par exemple) mais est péremptible et représentent un certain poids dans le BOB, proportionnel au nombre d'appareils utilisés (à moins d'être économe et de démonter les piles à chaque utilisation).

Cette dernière manip a ses limites puisque certains appareils nécessitent des tensions différentes et variées : 1,5V (pile bâton), 3V (deux piles), 3,6V (batterie Li-ion de portable), 3.7V (idem), 2,8V (diode laser)....

Il est sûrement arrivé à chacun de ne plus avoir de batterie en utilisant un portable en pleine nature (j'ai décrit il y a peu mon aventure dans un col enneigé)...et donc comment y pallier facilement ?

Sous la main pour certains, dans le BOB, nous avons un élément qui n'est pas encore multifonction : la lampe dynamo, qui produit pas loin de 5V continus.


Sur des vidéos du net, on peut voir certains qui relient directement l'accu à leur portable avec deux soudures et commencent à mouliner; mais cette manip me semble soit un trucage soit une aberration à déconseiller.

Pour cause, j'ai grillé un vieux téléphone portable uniquement en rechargeant de cette manière (il fallait un chargeur 5.5V, donc je pensais qu'une tension inférieure n'était pas dommageable). Il convient donc de réguler cette tension (qui oscille si en plus on mouline en même temps) pour qu'on obtienne un courant fixe désiré.

La bidouille ci-dessous pallie donc à ces aléas :

Le circuit régulateur permet de fournir différent voltages, que l'utilisateur peut modifier, ici, par défaut, on pourra avoir 1,5V qui alimenteront ma radio AM, 3V qui alimenteront mon balladeur MP3, et la mini radio FM, et 3.6V qui fourniront de quoi alimenter un téléphone portable (directement et pas en tant que chargeur pour pouvoir l'utiliser dans l'immédiat).

Une fois de plus, le matériel nécessaire se réduit au strict minimum : uniquement de la récup (une radio ou un vieux magnétoscope fait largement l'affaire).

Quand on parle de régulation en électronique, on pense immédiatement 'circuit LM' comme le LM317, qui est un circuit tout fait et qui donne une tension précise selon quelques composants. Ce genre de circuit est largement décrit sur le net.
Son inconvénient majeur est de nécessiter une tension de 2V supérieure à ce que l'on souhaite. C'est à dire qu'avec une tension de 4V, il pourra fournir une tension max de 2V.
Les constructeurs ont en partie pallié à ce défaut en créant un circuit à faible chute de tension (low drop) tels que le LMS8117A. En plus de son prix plus élevé et sa rareté (il faut le commander dans mon coin), on s'éloigne de la simple bidouille qu'est mon propos vu qu'on se veut minimaliste au possible :



Le schéma est le même que j'avais donné il y a peu :



Il s'agit d'utiliser de simples diodes zener, qui ont pour but de stabiliser la tension à une valeur précise.
Afin de pouvoir délivrer un courant plus important que quelques mA, j'ai ajouté un transistor ballast. Ce dernier ajoute une petite chute de tension de l'ordre de 0.5V (sur le schéma 0,8V, cela dépend du composant), qu'il convient de relever afin de choisir les diodes : 2.3V pour obtenir 1,5V, 3,8V pour obtenir 3V et 4,4V pour obtenir 3,6V.

Certains membres m'ont demandé le circuit des précédents montages, le voici pour le cas présent, réalisé à l'aide du gratuiciel Tracé de CI :



Il convient de faire attention au brochage du transistor, par exemple, un simple BC547 aura son émetteur et sa base inversés par rapport à ce circuit (ici de haut en bas : collecteur, émetteur, base).

Vous remarquerez sur le circuit qu'il y a trois diodes pour un interrupteur à 4 voies. La dernière est utilisée pour court-circuiter le circuit si l'on a pas besoin de réguler la tension. C'est directement du 5V (qui va chuter progressivement) qui va sortir, ou 4,2V à charge sur l'accu Li-ion (oui, sa tension est loin du 3,6 V annoncé, mais c'est sans doute en raison de sa charge non régulée à la base qui va par ailleurs l'abîmer; cf post précédent).

Les diodes peuvent être changées : elles sont fixées sur un ancien support de circuit intégré. De cette manière, si on a besoin d'une tension différente on change juste la diode sans avoir à tout dessouder.

Chose à ne pas faire : les trous avant le tracé des pistes. C'est rare que je le fasse, mais les composants étaient de la récup et ont leurs pattes fragiles. Dans le doute, je fais d'abord les trous pour qu'ils s'y enfichent sans casser; le circuit se fera selon les trous :



Certains utiliseront une bonne perceuse pro; pour ma part, je ne peux me défaire de cette perceuse cassée de récup dont j'ai ajouté une manivelle (plus précise à mon goût) :


En revanche, le foret 7mm a du mal à tenir. La solution à l'arrache consiste à scotcher autour trois bouts de fil électrique. En resserrant, ils écrasent le foret de la perceuse :


Face cuivre :



Le tracé, réalisé à l'arrache comme à la belle époque avec du ruban noir :



Gravure :





Le circuit réalisé :


Un transistor, trois diodes Zener amovibles, un interrupteur (en fait 4 en 1) récupéré d'une carte réseau Ethernet (sert au constructeur à tester différentes voies) :


et une résistance limitatrice de courant dans les diodes.

Au passage, si vous avez ce modèle de lampe dynamo (4 Euros en général dans le commerce), la résistance bleue (15 Ohms) a une valeur trop faible, si bien qu'elle chauffe et les diodes éclairent trop. Je la fait sauter pour la remplacer par une bonne 220Ohms.



Insertion du circuit dans la lampe, en dérivation des LEDs :



J'ai joint un interrupteur, afin de couper l'alimentation si on ne
l'utilise pas car il y a un léger courant de fuite à travers les diodes.
Afin
d'alimenter les circuits, j'ai opté pour une prise jack mono (le truc
vert). De cette manière, il n'y a pas de connectique trop fragile.

Vue à l'arrière du jack et son interrupteur.


J'ai modifié l'emplacement de l'interrupteur condo/lithium, pour plus de solidité.



Pour sélectionner la tension désirée, il suffit de relever la languette en caoutchouc.



Test avec l'appareil le plus contraignant : le téléphone portable (que ma femme m'a amicalement fourni clind'oeil )


La connectique est faite à l'arrache, pour tester, mais on peut faire mieux avec une barre de polystyrène et deux clous (qui font contact avec les lamelles).


(contrairement aux vidéos, j'ai mis l'accu à gauche pour authentifier qu'il n' pas été remis )

Sur le condo, j'ai pu envoyer un SMS (il se décharge vite avec l'envoi), sur l'accu Li-ion, j'ai pu passer un appel de 1m30s environ ('Salut chérie, je fais un test...' ). Je réaliserai d'autres essais en chargeant à fond l'accu, et un autre en moulinant en même temps afin de d'avoir une estimation maxi de l'autonomie.
Sous 1,5V, la radio AM tient 5 bonnes minutes avec le condo, mais avec la radio FM, deux seulement (ça je sais pas encore pourquoi).
Prochain test également avec un truc genre Ip*d et mon baladeur que je retrouve pas...

Voilà, c'est une bidouille très simple, mais qui peut rendre pas mal de services une fois perdu dans la brousse puisqu'elle peut générer n'importe quelle tension d'alimentation entre 5V et 0.5V...avec pour charge maxi 150mA (si on veut plus, on change le transistor)
N'hésitez pas si vous avez des questions !

Prochaine bidouille : un compteur de radioactivité très simple avec une diode PIN...

EDIT :
Nouveaux tests, plus concluants !
Une fois rechargée à fond (1 min), l'accu peut nourrir ma radio AM (à mk484) pendant vingt bonnes minutes, la radio FM pendant 9 min (impossible de faire plus !) et le portable en veille pendant au moins une heure (ne consomme presque rien) en marche pendant un quart d'heure (sans le rétro éclairage), l'envoi de deux à trois SMS, et un appel de quatre à cinq minutes (conso maxi).
Par ailleurs, la résistance changée qui diminuait un chouïa a fait chuter la consommation également ! Une minute de manivelle me donne cinq minutes de plus de LED, soit 30 minutes d'éclairage !

Je vais regarder de ce côté pour dénicher un accu de plus grande capacité, (et un condo plus fort également, indisponible dans ma région, mais qui a une capacité moindre mais en ayant une nombre de cycles illimité).
Par ailleurs, j'ai remarqué que la dynamo fonctionnait en courant continu (principe du simple moteur à balais), donc le pont de diodes fait chuter deux fois la tension. En remplaçant le pont par une simple diode, la dynamo pourra fournir pas loin de 6V (mais il faudra que j'adapte la charge....)

Bon bidouillages à tous !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Multimètre numérique

Message par tarsonis le Lun 18 Jan 2010 - 13:55

Salut à tous !
Comme on me le demande assez souvent, je fais un petit topo sur le multimètre.
C'est un outil précieux qui apporte beaucoup à un électronicien amateur.

Tout d'abord, qu'est ce que c'est ? En gros, c'est un appareil de mesure; la plupart du temps à circuit intégré; beaucoup du forum l'ont déjà utilisé au gré de leurs bidouillages, tests ou travaux.


Pour les multimètres classiques (8 euros, comme le mien), il sert tout d'abord à tester les tensions et les intensités qui circulent dans un circuit (avec deux câbles qui servent de 'sonde'). Il y a plein de calibres possibles , qui permettent de choisir le degré de précision.
Par exemple, pour le post sur la dynamo, je l'ai calibré sur 20V (max), j'ai pu mesurer 12.08V. Mais calibré en '200V' j'aurais sûrement eu 12V tout court. On peut tester les courants alternatifs et donc tester le réseau EDF chez soi.

Ensuite, on peut tester la résistance des matériaux (la plupart du temps les résistances). Idem ici, on peut calibrer : 10ohms pour tester des haut parleurs, des résistances chauffantes et autres filaments par exemple, ou 1Mohm pour tester la résistance d'une solution chimique ou du corps humain.

La plupart des multimètres permettent de tester également les transistors, mais ces derniers doivent être enfichés dans le multimètre donc impossible de tester directement sur circuit imprimé.

Le mien, premier choix acheté à l'époque dans un bricoland n'a jamais fait défaut et la pile est d'origine. On en trouve maintenant à très bon marché, voire quelques euros dans les puces; mais la notice fait souvent défaut (surtout pour les modèles chinois).

Voici donc un scann de la notice du mien : le M830B, qui est archi-courant. Les autres modèles sont rigoureusement identiques pour peu que l'on reste dans cette gamme.
Cela permettra de savoir comment utiliser la plupart des multimètres en images, plus précisément, et sans que ce post devienne (comme souvent ) rébarbatif....








Pour finir, voici le schéma interne de ce multimètre au cas où un composant flanche :

lien de l'image

Bien que la plupart du temps ce n'est que le fusible de l'appareil qui a sauté !


Dernière édition par tarsonis le Lun 29 Nov 2010 - 9:02, édité 2 fois (Raison : image linkée pour que la page ne s'affiche pas n'importe comment...)

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

lampes fluocompactes / eco, récupération des composants

Message par tarsonis le Mer 3 Mar 2010 - 15:35

Salut à tous !

En attendant ma prochaine bidouille, qui accumule beaucoup de retard, voici un petit tuyau qui permet de trouver quelques bons composants électroniques.
Actuellement, il est obligatoire pour les vendeurs de lampes éco de proposer un service de 'recyclage'.
Depuis peu, on voit ces bennes se remplir...et il n'est pas rare du tout d'y trouver des lampes 'garanties 12 ans' ... fraîchement achetées .

Cependant, l'élément le plus dangereux à recycler est bien entendu le
mercure contenu dans le tube, le reste est rarement réutilisé (et souvent part à l'incinérateur)...ce qui fait qu'il y a de merveilleux composants à récupérer avant d'envoyer le reste au recyclage.

Dans une lampe fluocompacte, en général, on retrouve toujours la même chose : un circuit qui redresse et filtre le courant du secteur (230V~ -> 320V DC), un circuit de découpage qui a une fréquence supérieure à 1KHz, afin d'éviter le scintillement typique sur les installations lumineuses habituellement sur secteur (néon 50Hz), un transformateur 320V -> 600V afin d'allumer le circuit.

Voici une lampe 7W toute fraîche sortie du carton de recyclage du coin :



On voit déjà un bout du circuit intérieur.
Il convient de faire très attention lors de l'ouverture. Bien que la plupart des lampes aient un circuit séparé qui est clipsé au culot (et facile à démonter), certaines sont thermosoudées, et il n'y a pas d'autre solution que de sortir la scie (ce que je ne m'aviserais même pas de faire) : risque d'éclats, de bouts de verre, et de poussière de mercure !

Un schéma s'approchant de cette lampe :


Il provient d'un site assez bien fait, qui propose des infos (valeurs, pannes fréquentes, etc...) pour plusieurs modèles.

La lampe un fois démontée :



En rouge à gauche, la partie lissage (avec redressement au dos) : un condo électrochimique 20µF 400V, en dessous, un fusible. Point important ici : le condo doit être vide, mais si la lampe a un défaut, il se peut qu'il soit encore chargé. Il convient donc de faire très attention et de décharger avec un tournevis isolé en court-circuitant ses pattes, sinon gare à la châtaigne !

Au sujet du fusible, il est amusant de constater qu'il n'est pas prévu pour être changé, mais le seul problème de la lampe peut être ici. Au dessus, un second condo pourpre 1nF 2KV (ça c'est intéressant). On constate au premier abord que le circuit ne dispose pas d'un self à ce stade, permettant d'éviter le renvoi de parasites hautes fréquences dans le réseau EDF.

En bleu : deux transistors haute tension BV32. ça c'est la partie intéressante : ces composants peuvent piloter une charge de 1 ampère sous 700V maxi ! Cela change des transistors de même format 15V 0.1A...
Le revers de la médaille est que si c'est le tube qui est défaillant, un des transistors a sans doute claqué au passage.
En vert clair, le transformateur bobiné sur une tore ferrite. Le fait de fonctionner sous plusieurs KHz permet d'utiliser ce genre de transfo, très petit, avec un nombre de spires très limité. Il élève la tension pour le tube fluo.
En rose ; une diode 1N1007 : très intéressant aussi ! Une diode de redressement 1 Ampère sous 1000V. A côté, un diac db3 30V.

En jaune, quelques condos de l'ordre du nanoFarad sous 2KV et 1KV...idéal pour certains montages HF et le filtrage haute tension, voire la réparation de vieilles radios.

En bleu clair : le composant qui pose le plus de problèmes : un condo 1nF. Curieusement, les tensions en jeu devraient pousser le fabricants à opter pour un modèle 2KV, mais c'est ici qu'ils sont les plus radins : 700V . Au fur et à mesure que la lampe vieillit, le tube met plus de temps à l'allumer, en faisant travailler cette pièce...qui finit par claquer. 20cts à remplacer et ça repart.

Maintenant, le verso, qui montre la panne de la lampe :


A gauche, un pont de diodes 300V, 2A. Très intéressant dans les montages redresseurs du secteur.

A droite, on remarque que toutes les résistances CMS ont claqué ! La lampe possédant un circuit amha bas de gamme, le constructeur a mis le tube bien trop près du circuit. Les clips de support du tube étant à quelques mm des résistances, ces dernières ont baigné dans la chaleur avant de rendre l'âme.

Personnellement, la réparation me semble un peu trop énervante (surtout au vu des bons composants que l'on peut récupérer) : les CMS sont collés à la plaque et horriblement difficiles à ôter. Souder des résistances par dessus ne changera pas grand chose puisque le tube sera toujours aussi proche. On dessoude tout ce qui peut l'être !

Certains composants étant très petits, on peut utiliser la vieille technique du fil, qui fonctionne aussi avec les circuits intégrés : on place un bout de fil sur la patte à retirer, et lors de la dessoudure, le compo part sans casser.




Les compos récupérés, qui vont rejoindre le prochain montage de ce topic :


Au final, on remarque qu'on envoie à la poubelle (disons, au 'recyclage') pas mal de bonnes choses qui sont tout à fait opérationnelles. Le tube fluo fonctionne toujours, mais plutôt que d'en accumuler, je préfère les rendre au carton de l'enseigne. Les composants récupérés valent grosso modo (voire plus, au détail) le prix de la lampe.

Lorsque c'est seulement le tube qui fait défaut, certains réutilisent même le circuit encore valable afin de remplacer le ballast de leurs néons : plus aucun scintillement, et moins de consommation !

Bonne bidouille & récup à tous...et prudence toujours sur ce genre de matos !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par BigBird le Mer 3 Mar 2010 - 22:50

tarsonis a écrit:... Curieusement, les tensions en jeu devraient pousser le fabricants à opter pour un modèle 2KV, mais c'est ici qu'ils sont les plus radins : 700V . Au fur et à mesure que la lampe vieillit, le tube met plus de temps à l'allumer, en faisant travailler cette pièce...qui finit par claquer. 20cts à remplacer et ça repart.
...
c'est pas qu'ils sont radins, mais plutôt qu'ils sont malins ... pourquoi faire des lampes plus solides que le consommateur va acheter tous les 3 ans, alors qu'ils peuvent vendre le même produit au même consommateur une fois tous les 3 mois ... diminuer le coût de production tout en dimiunuant la durée de vie, c'est gagnant/gagnant pour le fabricant, et perdant/perdant pour le consommateur gogo qui a pris l'habitude de sur-consommer et de remplir les conteneurs-poubelles sans retenue.

c'est une pratique bien connue, notament chez les fabricants d'électroménager, qui conçoivent des appareils avec un "maillon faible", de manière à ce qu'ils rendent l'âme peu de temps aprés la date de fin de garantie ... dévil

BigBird
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1017
Date d'inscription : 09/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Jeu 4 Mar 2010 - 10:40

BigBird a écrit:c'est pas qu'ils sont radins, mais plutôt qu'ils sont malins ... pourquoi faire des lampes plus solides que le consommateur va acheter tous les 3 ans, alors qu'ils peuvent vendre le même produit au même consommateur une fois tous les 3 mois ... diminuer le coût de production tout en dimiunuant la durée de vie, c'est gagnant/gagnant pour le fabricant, et perdant/perdant pour le consommateur gogo qui a pris l'habitude de sur-consommer et de remplir les conteneurs-poubelles sans retenue.

c'est une pratique bien connue, notament chez les fabricants d'électroménager, qui conçoivent des appareils avec un "maillon faible", de manière à ce qu'ils rendent l'âme peu de temps aprés la date de fin de garantie ... dévil

Je suis entièrement d'accord avec toi, et c'est vraiment dommage que de grandes marques soient tachées par ce genre de magouilles. Pour info, l'alim de mon ordi a brûlé moins d'une semaine après l'expiration de la garantie; là encore, c'était un condo défectueux (Tmax 400V alors qu'il peut y avoir des pics à 600V !).
L'avantage avec ce genre d'escroquerie est que la panne n'est pas généralisée. Si cela tient sur une seule pièce, qui vise une réparation simple mais très coûteuse pour le client au SAV post-garantie, cela signifie aussi qu'un simple désossage et un coup de soudeur fait repartir la plupart des appareils en panne !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par Raffa le Jeu 4 Mar 2010 - 10:43

et comment peut-on déterminer que c'est ce compo et pas un autre qui a un soucis ? Il est crâmé ?

________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Jeu 4 Mar 2010 - 10:49

Raffa a écrit:et comment peut-on déterminer que c'est ce compo et pas un autre qui a un soucis ? Il est crâmé ?

Salut !
En général, la panne est flagrante. Quand c'est un condo haute tension qui a cramé, il y a le nuage de fumée noire qui sent la mort chimique qui n'est pas loin. Souvent c'est très impressionnant, et on croit que tout a brûlé. Lorsque l'on démonte, la plaque du circuit garde des traces de noir autour.
Je repose la photo de la première page :

Celui de gauche (Tmax ~ 400V) est bien fendu et un peu carbonisé, celui de droite tient 700V.

Mais parfois, il se peut que la pièce ait juste 'claqué', si bien qu'il convient de regarder de plus près pour voir la cassure. Et c'est un peu ardu sur certains appareils car ces compos haute tension sont aussi à proximité d'autres encombrants (bobines, transistors et radiateurs, etc...), ce qui empêche une peu de s'approcher.

Sur une TV par exemple (ou cette pièce fait souvent défaut), la pièce peut encore fonctionner tout en étant défectueuse, mais l'image mettra plus de temps pour venir...jusqu'à claquer deux ans plus tard.


Dernière édition par tarsonis le Jeu 4 Mar 2010 - 10:59, édité 1 fois

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par Raffa le Jeu 4 Mar 2010 - 10:56

Ok ! Bon pendant que j'y suis.

J'ai un vieux gsm (98) dont la batterie est "morte" (batterie à effet mémoire, batterie introuvable dans le commerce ou, à l'époque, hors de prix). Mais en dehors de cela je pense que tout est ok. Que puis-je récupérer-en faire?

________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Jeu 4 Mar 2010 - 11:03

Raffa a écrit:Ok ! Bon pendant que j'y suis.

J'ai un vieux gsm (98) dont la batterie est "morte" (batterie à effet mémoire, batterie introuvable dans le commerce ou, à l'époque, hors de prix). Mais en dehors de cela je pense que tout est ok. Que puis-je récupérer-en faire?

Arg, sur l'électronique miniaturisée, je trouve qu'il n'y a pas grand chose à récupérer. A la rigueur : le micro, le haut parleur, le vibreur, quelques LED CMS, mais à part ça, c'est une plaie à dessouder !
Il y a des boites qui commencent à récupérer les portables pour les réexpédier ou recycler...désolé !
Sinon, si tu souhaites le réutiliser, tu pourrais prendre une batterie (encore faut-il qu'elle s'y adapte...) avec son chargeur (sans passer par le portable). C'est rare, mais ça existe...
Ou alors en plus fun, tu achètes un accu li-ion de même tension (3,6V ou 3,7V), tu soudes les cosses + et -, et tu ajoutes un clips pour la relier à une lampe dynamo !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Ven 5 Mar 2010 - 13:08

Au passage, j'ai remarqué un truc sur les disques durs. Celui-ci est tombé en panne il y a peu; un des plateaux s'est cassé et le tout faisait un bruit de vaisselle dans une machine à laver.
En ôtant l'adhésif, on voit une petite capsule.



Cette dernière semble être un filtre à particules, faite de billes de charbon actif, quelqu'un aurait une confirmation ? Il y a deux trous sur le dessus de part et d'autre, et le dessous (face aux plateaux) est composé d'une matière poreuse...



________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par Da le Ven 5 Mar 2010 - 13:15

N'oublie pas de récupérer les aimant du disque dur (ceux du coin qui dirige la tête de lecture), ils sont hyper puissant et ultra-durable clind'oeil.

Par contre, pas de confirmation pour le filtre.

Da
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 2446
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Electronique, récupération, réparation, maintenance, fabrication de compos

Message par tarsonis le Ven 5 Mar 2010 - 13:18

Da a écrit:N'oublie pas de récupérer les aimant du disque dur (ceux du coin qui dirige la tête de lecture), ils sont hyper puissant et ultra-durable clind'oeil.

Je n'y manquerai pas, et ferais peut être un petit tuto clind'oeil Mais il me manque une clef torx T7...pour faire sauter la dernière vis d'ouverture. Les autres (T6) sont parties à la pince, mais là, rien n'y fait, même pas le coup du tournevis fondu !

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7991
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 12 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum