Le crash

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le crash

Message par Petrus16 le Jeu 28 Juin 2007 - 21:47

trollinet a écrit: la bière ça se conserve pas assez longtemps Smile (et me parle pas de stock tournant, je vais finir alcoolique, ce qui n'est vraiment le but recherché !!!)

ça dépend du type de bière...Certaines bières belges se bonifient avec l'age...La date limite de consommation c'est pour en vendre plus.
Mais pour les stocks tournant, vu que le message s'adressait à Rammstein... DDF

Petrus

Petrus16
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 1640
Age : 44
Date d'inscription : 14/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par splotch le Dim 1 Juil 2007 - 23:27

Suite de ma remarque à Geispe sur la marge de manoeuvre à la baisse (de pétrole) de la France.

Sur le site de Jancovici www.manicore.com, rubrique "calculs de coins de table", "Que pouvons nous espérer des biocarburants ?" un tableau graphique donne la répartition de l'usage du pétrole (en millions de tonnes, j'ai estimé les chiffres à partir du graphe).

Si la quantité de pétrole dévolue à la France diminue, certains secteurs jugés prioritaires seront moins affectés. En imposant des restrictions drastiques (colonne effort% = pourcentage alloué par rapport à la conso d'origine) :

Code:

Secteur__________ Conso Effort% Allocation
non énergétique____ 15 ___ 90 ___13,5 __Réduction sur les plastiques jetables
kérozène____________ 6 ___ 40 ___ 2,4 __Trafic aérien fortement réduit
utilitaires________ 18 ___ 70 ___12,6 __Interdiction du fret à flux tendu, ferroutage
voitures___________ 24 ___ 40 ___ 9,6 __Bus, essence à 5 euros/L
agriculture_________ 4 ___ 95 ___ 3,8 __Prioritaire, la bouffe d'abord
résidentiel________ 15 ___ 70 __ 10,5 __Economies
industrie ___________8 ___ 80 ___ 6,4 __Optimisation

__Total____________ 90 __________58,8

(Fèch... la mise en forme du tableau, on se croirait revenu aux années 80 ! )


On tombe à 66% de besoin en pétrole, seulement par des mesures incitatives fortes, et sans que le système s'écroule. On n'est même pas en économie de guerre, tout juste revenu aux années 60-70 en terme de consommation énergétique, c'était pas la misère ! (et le progrès depuis en plus).

A la question "Peut-on diviser par deux les déplacements automobiles ?", il suffit de voir le nombre de voitures avec un seul passager pour dire qu'un gisement énorme se situe là (covoiturage...)

Avec une réduction de 2% par an dès 2008, on arrive à 66% résiduel en 2023. Ca donne le temps de se préparer, ce n'est pas un passage brutal du tout au rien. A 5% de réduction annuelle on y est en 2013. La réélection de Sarko serait chaude ! dévil

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par splotch le Sam 7 Juil 2007 - 11:46

Geispe nous dit souvent qu'après le crash il ne faudra plus compter sur les objets issus de notre glorieuse civilisation. Je ne trouve plus son message mais il parle par exemple de l'absence de grillage pour faire un poulailler.

Même dans un scénario apocalyptique, (mais pas trop pour qu'il laisse des survivants sinon le problème est réglé), tout le stock existant d'objets fabriqués ne va pas disparaître. La bassine en plastique made in china mettra plusieurs siècles à se dégrader. Des tonnes de matériaux divers issus des décombres des villes seront disponibles longtemps. Malgré leur usure, les outils actuels tiendront aussi plusieurs décennies. Chaque foyer de nos jours a une perceuse électrique (la mienne a percé 10 trous en 12 ans !). Un moulin à eau ou une éolienne bricolée avec des matériaux de récupération pourra faire tourner ce stock de perceuses électriques pendant un siècle au moins. Nous serons tous morts depuis longtemps que nos arrière-petits enfants nés en société survivaliste utiliseront encore nos "déchets" de civilisation.

On utilise encore quotidiennement de nos jours des ponts fabriqués par les Romains (pont du Gard, d'autres aussi). Les antiquaires vendent des objets datant de quelques siècles encore fonctionnels. Pourquoi donc notre gigantesque production disparaitrait-elle en cas de crash économique ? Ok certains trucs complexes ne fonctionneront plus très longtemps (batteries d'ordinateurs portables) mais leurs composants seront récupérables. Fut-ce comme usage détourné. Un poulailler fabriqué avec des ordinateurs neufs empilés, ça aurait de la gueule non ?

La première et plus florissante industrie post-crash sera celle du recyclage.

Mais ceux qui devront recycler les composants des centrales nucléaires abandonnées auront des surprises pale

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par geispe le Dim 8 Juil 2007 - 11:49

Geispe nous dit souvent qu'après le crash il ne faudra plus compter sur les objets issus de notre glorieuse civilisation. Je ne trouve plus son message mais il parle par exemple de l'absence de grillage pour faire un poulailler.

je pense qu'on ne pourra plus en fabriquer sans la technologie du pétrole mais qu'on pourra encore un moment se servir des stocks existants.
Mais ces stocks sont infimes en comparaison des besoins qu'il y aura...
Avant le problème d'engrillager des poules il y aura le problème de les nourrir : si nous devons produire notre blé manuellement il faut espérer que - sans expérience et avec des terres en mauvais état - nous arriverons à en produire d'abord pour nous-mêmes : cette année mes céréales ont été ravagées à 100% par les rongeurs. Donc pas de blé pour moi alors les poules n'en parlons pas...

La bassine en plastique made in china mettra plusieurs siècles à se dégrader. Des tonnes de matériaux divers issus des décombres des villes seront disponibles longtemps. Malgré leur usure, les outils actuels tiendront aussi plusieurs décennies. Chaque foyer de nos jours a une perceuse électrique (la mienne a percé 10 trous en 12 ans !). Un moulin à eau ou une éolienne bricolée avec des matériaux de récupération pourra faire tourner ce stock de perceuses électriques pendant un siècle au moins. Nous serons tous morts depuis longtemps que nos arrière-petits enfants nés en société survivaliste utiliseront encore nos "déchets" de civilisation.

certains plastiques se dégradent très vite tout seul : j'ai stocké plein de seaux lorsque je me suis rendu compte qu'après quelques temps ils cassent dès qu'on s'en sert... le plastique se dégrade à l'air et à la lumière. Alors une bassine utilisée intensivement n'a pas une durée de vie bien longue. Et çà peut casser rien qu'à l'usage.

Pour les perceuses électriques, l'intérêt d'expérimenter la pratique c'est de voir que la théorie ne marche pas... Lorsque tu auras fait tourner des perceuses avec une centrale électrique personnelle handmade tu me le diras... :-)
Pour voir si quelque chose survit à l'après-pétrole je fais comme si... comme s'il n'y avait plus de pétrole... ben on a de sacrées surprises. (si bien sûr on ne triche pas tout au long des maillons de la chaîne)...
Sinon effectivement je pense que nous déterrerons peut-être tous les dépôts d'ordures enterrés, ne serait-ce que pour récupérer bocaux et bouteilles, casseroles, et tout ce qui peut avoir une utilisation quelconque...


On utilise encore quotidiennement de nos jours des ponts fabriqués par les Romains (pont du Gard, d'autres aussi). Les antiquaires vendent des objets datant de quelques siècles encore fonctionnels. Pourquoi donc notre gigantesque production disparaitrait-elle en cas de crash économique ? Ok certains trucs complexes ne fonctionneront plus très longtemps (batteries d'ordinateurs portables) mais leurs composants seront récupérables. Fut-ce comme usage détourné. Un poulailler fabriqué avec des ordinateurs neufs empilés, ça aurait de la gueule non ?

Les trois objets des antiquaires il faudra par contre les multiplier par quelques dizaines de millions et qu'ils ne soient pas trop vermoulus :-)
d'accord pour le pont du gard... et bien sûr on n'a pas eu besoin de pétrole pour construire les pyramides et les cathédrales... cela démontre bien qu'il y a une vie après le pétrole :-)
et je suis même persuadé qu'elle sera plus intéressante et motivante que celle que nous avons aujourd'hui puisque nous aurons bien plus de choses à faire... Elle sera simplement différente.

________________________________________________________
http://rythmescycleshumains.blogspot.com/
http://monotarcie.blogspot.com/

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par splotch le Dim 8 Juil 2007 - 12:55

Pour les perceuses électriques, l'intérêt d'expérimenter la pratique c'est de voir que la théorie ne marche pas... Lorsque tu auras fait tourner des perceuses avec une centrale électrique personnelle handmade tu me le diras... :-)

Ouane poïnnt pour toi. Déjà qu'avec une prise 220v je sais à peine la faire marcher Embarassed

Ca dépend un peu du die-off.

S'il y a beaucoup de monde qui survit, alors il y aura les compétences disponibles : quelques mécaniciens et électriciens sauront refaire du 220V avec les matériaux de récupération.
Si c'est l'hécatombe, moins de 1% de la population qui survit, alors il sera plus certes plus difficile de trouver les compétences, mais les ressources (= récup) disponibles seront plus importantes par personne.

Près des barrages hydroélectriques existants, il y aura encore de l'électricité pendant quelques années. Et vue la haute valeur ajoutée de celle-ci, elle sera exploitée et la maintenance poussée à l'extrême limite du bricolage.

Ma mère a utilisé la même bassine plastique rose pendant trente ans. Si ça se trouve ma soeur l'a récupérée et l'utilise encore. Donc même si le crash a lieu demain matin à 10h47, nombre de bassines seront encore là le 9 juillet 2037. Surtout qu'on y fera beaucoup plus attention.

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par geispe le Dim 8 Juil 2007 - 13:31


..........
Ca dépend un peu du die-off.

S'il y a beaucoup de monde qui survit, alors il y aura les compétences disponibles : quelques mécaniciens et électriciens sauront refaire du 220V avec les matériaux de récupération.
Si c'est l'hécatombe, moins de 1% de la population qui survit, alors il sera plus certes plus difficile de trouver les compétences, mais les ressources (= récup) disponibles seront plus importantes par personne.

Près des barrages hydroélectriques existants, il y aura encore de l'électricité pendant quelques années. Et vue la haute valeur ajoutée de celle-ci, elle sera exploitée et la maintenance poussée à l'extrême limite du bricolage.

on a tendance à se préoccuper de l'électricité, mais je pense surtout qu'on en aura pas vraiment besoin... et nous auront des préoccupations bien plus vitales...
die off... effectivement çà reste l'une des questions ouvertes... parmi les nombreuses questions à suspense. Je ne crois quand même pas à un scénario de 1% restant... mais plutôt de l'ordre de 20 au pire 50% de pertes, et c'est essentiellement la famine qui va sévir lorsque je vois le mal que j'ai à essayer de produire de quoi manger pendant 365 jours...

Ma mère a utilisé la même bassine plastique rose pendant trente ans. Si ça se trouve ma soeur l'a récupérée et l'utilise encore. Donc même si le crash a lieu demain matin à 10h47, nombre de bassines seront encore là le 9 juillet 2037. Surtout qu'on y fera beaucoup plus attention.

c'est vrai : j'ai utilisé professionnellement durant 25 ans des caisses du genre Allibert (que je conseille d'ailleurs de se procurer si l'on peut car parfaitement étanches et empilables - attention pas de poignées trouées dans les caisses) j'y conserve toujours l'essentiel de mes stocks à l'abri des rongeurs et des insectes, et même d'un certain risque d'humidité.

________________________________________________________
http://rythmescycleshumains.blogspot.com/
http://monotarcie.blogspot.com/

geispe
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 642
Age : 69
Localisation : alsace
Emploi : retraité
Date d'inscription : 07/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par Wasicun le Jeu 12 Juil 2007 - 2:46

Je trouve que vous focalisez trop sur les origines potentielles d'un crash "final" ... en ce qui me concerne qu'elles soient économiques, politiques, écologiques ou catastrophiques je m'en balance ... ce qui m'intéresse ce sont les premiers signaux d'alarme : qu'ils soit clairement identifiables et surtout synonymes de "retour arrière impossible" pour me permettre de "lever le camp" et de me dire : O.K. "çayé" j'y vais ... Le pourquoi on s'en fout ... c'est le "comment y faire face" qui importe ... de toute manière notre société est tellement fragile que peu importe l'origine du "binz" les conséquences seront à terme peu ou prou identiques ...
;-(

Wasicun
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1683
Age : 44
Localisation : Ost Front (definitiv)
Emploi : Nihiliste (für immer)
Loisirs : Boit Sans Soif (und ewig)
Date d'inscription : 23/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le crash

Message par KrAvEuNn le Mer 18 Juil 2007 - 18:45

Wasicun a écrit:Je trouve que vous focalisez trop sur les origines potentielles d'un crash "final" ... en ce qui me concerne qu'elles soient économiques, politiques, écologiques ou catastrophiques je m'en balance ... ce qui m'intéresse ce sont les premiers signaux d'alarme : qu'ils soit clairement identifiables et surtout synonymes de "retour arrière impossible" pour me permettre de "lever le camp" et de me dire : O.K. "çayé" j'y vais ... Le pourquoi on s'en fout ... c'est le "comment y faire face" qui importe ... de toute manière notre société est tellement fragile que peu importe l'origine du "binz" les conséquences seront à terme peu ou prou identiques ...
;-(
oui, ok, les origines ne sont peut être pas l'essentiel. Mais, toutefois, pour identifier les signaux d'alarme, il faut avoir un tant soit peu conscience des problèmes...n'oublie pas wasicun que la vocation de ce site est aussi de sensibiliser aux menaces potentielles ceux qui y sont encore étrangers.

Le comment faire face importe en effet le plus, mais pour cela il faut avant tout avoir pris conscience du pourquoi. Sans questionnement originel, nulle réponse n'est possible clind'oeil

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum