[Crise économique] (1)

Page 3 sur 40 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Ven 6 Juil 2007 - 10:47

Un article en anglais du "Businessweek" que je n'ai malheureusement pas le temps de traduire nous informe que Wall Street est sur les dents et qu'une crise financière de grande ampleur menace. Ca sent le sapin !

Rammstein

Lien : http://www.businessweek.com/magazine/content/07_28/b4042037.htm

Mutually Assured Mayhem
Wall Street is on edge, scrambling to buck up Bear Stearns and avert a domino-effect debacle

On June 26 managers of Credit Suisse's alternative investment group sent an e-mail to investors reassuring them that its portfolios "have minimal direct exposure" to subprime mortgages and "do not have any direct exposure" to the two Bear Stearns & Co. hedge funds that had nearly collapsed the week before. As that note was wending its way through the ether, other investors were quietly trying to sell their stakes in hedge funds full of subprime securities. Some were noting that Toronto bank CIBC holds many subprime bonds. Paris bank BNP Paribas was fending off questions about its investment in the Bear fund with heaviest losses.

It's white-knuckle time on Wall Street as firms try to prevent the subprime mess from spreading. The hedge fund blowup has suddenly thrown the world's biggest financial institutions into a game of brinkmanship that will end in one of three ways: a quick, brutal crash of the subprime mortgage market and possibly the broader corporate bond market; a slow, painful meltdown of one or both lasting many months; or a short-term blip that, over time, will be forgotten as conditions return to normal.

Disaster has been averted so far. But pressure continues to come from all sides. The decisions made by Wall Street's bankers, hedge fund managers, and bond raters over the next several weeks will determine which way the game plays out. One twitchy move by any of them could lead to mutually assured destruction.

ELBOW DEEP
At first the subprime mess looked more or less like a Bear Stearns problem. When its funds stumbled, it was Bear that put up a staggering $1.6 billion in loans to stanch the bleeding. It was Bear's stock that took the biggest hit of any brokerage house, falling some 3.2% in a day. And it was Bear that, as reported by BusinessWeek.com on June 25, drew the scrutiny of the Securities & Exchange Commission, which has opened up a preliminary investigation into what went wrong inside the 84-year-old firm led by CEO James E. Cayne.

Ordinarily, rivals wouldn't shed tears if Bear Stearns were suffering—they'd pounce on the weakness. But much of Wall Street is elbow-deep in the same troubled securities, all created during the height of the mortgage boom, that are now coming back to bite Bear. Last year, Wall Street churned out some $550 billion in so-called collateralized debt obligations (CDOs): complex bonds often backed by subprime loans that pay high yields in good times but are dangerous when the market gets rocky, as it is now. "This is not [only] a Bear Stearns problem," says Joseph R. Mason, associate professor of finance at Drexel University's LeBow College of Business.

A DOZEN PROBES
CDOs are especiallY troublesome in a choppy market because they're illiquid— difficult not only to sell but even to value. Until now, accounting rules have let firms peg their CDOs at roughly the price they paid for them. But if the market sets new prices, then others must use those prices to value their holdings. What gives Wall Street nightmares is the possibility that Bear Stearns' struggling hedge funds, which once controlled $16 billion in assets, will be liquidated by their creditors. A shotgun sale of poorly performing securities would provide Wall Street with a true price for valuing the slumping assets. "Nobody wants to officially acknowledge the worthless nature of these products," says Peter Schiff, president of Euro Pacific Capital, a Darien (Conn.) money management firm. Indeed, SEC Chairman Christopher Cox, during a hearing on Capital Hill on June 26, disclosed that regulators have opened a dozen separate probes on the subprime market and the issue of CDO pricing, in addition to the Bear inquiry.

If Bear's holdings were auctioned off at, say, 60 cents on the dollar and other firms marked down their CDOs accordingly, losses would spread. Firms would start dumping their CDOs to get what they could for them. Thus would begin a quick, brutal crash.

That's one reason Wall Street firms such as Merrill Lynch
JPMorgan Chase Goldman Sach, and Deutsche Bank, all of which had financed the funds in the first place, have been in no rush to liquidate them. A liquidation would have hurt everyone.

There's another force bearing down on CDO holders: credit rating agencies such as Moody's Investors Service
and Standard & Poor's, which like BusinessWeek is a unit of The McGraw-Hill Companies. If the ratings agencies were to downgrade the CDOs, it would force holders to mark down their values accordingly, potentially igniting the same sort of disaster scenario. That hasn't happened yet. "Our surveillance involves significant testing and analysis, and our long-term record is excellent," says an S&P spokesman. Noel Kirnon, head of global CDO ratings at Moody's, says the firm has a rigorous process for monitoring CDOs, and adds that deterioration in the underlying assets "has not exceeded expectations."

The wild card is institutional investors such as pension funds, university endowments, and foreign governments. If they get more nervous about the hedge funds they're invested in, they could start looking to cash out—as some have done already. If they rush for the exits, hedge funds will feel pressure to get out of CDOs, perhaps prompting a downward spiral.

The broader housing market also presents a potential threat. In Maricopa County, Ariz., which includes Phoenix, houses are entering foreclosure at a rate of more than 50 a day, according to Foreclosure.com, up 60% from last year, as recent buyers are hit by high payments and falling equity. The faster foreclosures rise, the more it may become apparent that the loans held by the CDOs are in trouble and the greater the risk of CDO downgrades.

In this high-stakes game, the risks to other lines of business are major. Already, concerns are growing that the Bear situation may be spilling over to junk bonds and leveraged loans—two red-hot markets that have kept leveraged buyouts booming and generated big profits for big banks. An index of leveraged loans has fallen 2% the past two weeks. Junk bonds are down as well. Steven C. Miller, managing director of Standard & Poor's LCD, a loan market research service, says that for the first time in two years, investment bankers have had to issue "bridge" or back-up financing for an LBO after running into difficulty selling junk bonds to fund the deal. LBO firms are going back and offering investors higher yields and better protections to raise money for pending buyouts such as the one for retailer ServiceMaster Co.
, owner of Terminix and Merry Maids. "There's a much more sober view in the leveraged finance market right now," says Miller.

For all the pressure on CDOs, though, a crisis hasn't yet been touched off. Some observers are downplaying the significance of the hedge fund blowup to Bear Stearns' bottom line. Roger Freeman, an analyst at Lehman Brothers Inc.
, says in a June 26 research note that the matter will not have "a meaningful impact on Bear's earnings." Likewise, Miller of S&P LCD predicts that, for all the consternation over Bear, the LBO pace will only slow, not stop. CIBC, meanwhile, rejects suggestions that it could be the next firm to tumble. The assumptions about its subprime exposure "are simply not true," says bank spokesman Stephen Forbes. Paribas declined to comment.

Wall Street's strategy from here will be to try to maintain the status quo, putting out new fires quickly. "They are hoping to buy themselves as much time as possible," says James Melcher, founder of Balestra Capital, a hedge fund. "The game could work out if the top dozen firms get together to hold the market and gradually deflate it over time."

But the prospect of a meltdown is on everyone's mind. On June 26, UBS
analysts held a conference call with money managers to review the Bear situation. "There's a search for contagion going on," says Douglas J. Lucas, a UBS analyst on the call. "I've talked to people from as far away as Australia." Everyone is watching to see who might blink.

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par KrAvEuNn le Jeu 9 Aoû 2007 - 8:00

http://www.lafinducapitalisme.net/

La grande trouille



Par Aureliano Buendia le lundi 6 août 2007, 13:35



Les milieux financiers ont aussi leurs modes. Taux d'intérêt, inflation, croissance, déficits, l'une de ces nombreuses données focalise tout à coup l'ensemble de l'attention, et les investisseurs ne regardent plus que ça. Je ne sais pas s'il y a déjà eu des études de socio sur le comportement moutonnier des investisseurs, mais je vous assure qu'ils sont sans doute champions du monde de cette catégorie.


Bref, en ce moment, LE truc, le mot clé du moment, c'est "l'aversion au risque". C'est balaise, non, comme terme, l'aversion au risque ? ça fait tout de suite sérieux. En clair, ça signifie tout simplement... la trouille.
Les investisseurs ont la trouille.
Les foies quoi, la pétoche...


Et comme ces braves gens ont des indices pour absolument tout (les chiffres, ça les rassure, ça parait tout de suite plus rationnel quand c'est chiffré), ils en ont aussi un pour ça ! Son nom savant, c'est l'indice Vix de volatilité du Chicago Board Options Exchange. A vos souhaits. Il est surnommé plus simplement "l'indice de la peur". Et il vient de bondir de plus 16,5% fin juillet !

Evidemment, vu d'ici, on ne peut que sourire de ces tentatives de rationnalisation d'un des trucs les plus subjectifs qui soient : la confiance.


Il se trouve que cette petite chose est aussi, à bien y regarder, le ciment ultime du système capitaliste. Vous allez bosser le matin parce que vous pensez que vous serez payés à la fin du mois. Vous laissez vos thunes sur un compte en banque pare que vous avez confiance dans le fait qu'elles y seront toujours si vous venez les cherchez. Vous pouvez payer avec des bouts de plastique ou de papier parce que le commerçant a confiance. Et les banques prêtent des thunes (qu'elles n'ont pas) à tout le monde parce qu'elles ont confiance.
Or il y a évidemment des boites qui font faillite, des gens, voire des entreprises, des banques ou des etats, qui ne peuvent plus rembourser, etc.

Ce système ne fonctionne que parce que certains prennent (ou ignorent) le risque.
Au bout de cette chaine, et en simplifiant à outrance, il y a l'économie US. Elle fonctionne totalement à crédit et on lui prête parce qu'on a confiance. Non pas qu'ils pourront rembourser hein, faut pas rêver, mais que quelqu'un continuera à leur prêter pour qu'ils puissent continuer... à emprunter.

Enlevez ce petit truc, la confiance, et tout s'effondre.
C'est dans une certaine mesure, ce qui est en train de se passer.

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Jeu 9 Aoû 2007 - 13:46

On peut maintenant dire que ca sent fortement le sapin... Un conseil : vendez vos actions et soldez vos dettes tant qu'il est temps !

Rammstein

***

Lien : http://www.boursorama.com/forum/message.phtml?page=1&id_message=359622499

Immo et titrisation, 23:41 24/04/07
Un pouvoir d'achat qui a augmenté de 25% alors que l'immobilier augmentait dans le même temps de 125%, un endettement des ménages massif historique..mais grâce à Sarko, nous allons devenir à nouveau un pays émergents selon fiorentino..

L'immobilier français est conditionné comme l'ensemble des classes d'actifs par la bulle du crédit. Lorsqu'il y aura une contraction forte des liquidités dans le monde en raison de l'arrêt du carry trade et de la destabilisation des dettes titrisées, l'immobilier dans le monde entier prendra un sacré coup sur la tête. Alors les US risquent de subir en effet un -50% sur les 5 prochaines années mais la france un beau -30%...

La dette titrisée, cad qui est concédée par les banques mais qui n'apparaît pas dans son bilan, était de 1000 milliards de $ en 2001, 3000 milliards en 2003 et de 26000 milliars fin 2006. Elle serait auj de 40000 mds de $ et double tous ans depuis 5 ans. Pour mesurer l'ampleur du phénomène, le PIB des USA et de l'europe réunis est de 26000 mds de $...A méditer.

Autant dire que toutes ces liquidités qui inondent les marchés ne sont pas le fait de BC mais essentiellement le fait de la titrisation des dettes. Qu'est ce que la titrisation?
C'est transférer à des tiers des créances qu'on ne veut pas garder soi-même. en général, elles sont transmises par les banques à des hedge funds ou fonds de pension qui greffent là-dessus un effe de levier...Tout ceci est une des plus grosses dérives du monde financier.

Ainsi, si vous cumulez la titrisation, le carry trade et enfin la politique de taux bas des BC de ces dernières années, vous avez l'origine de toute cette croissance des pays émergents et des bénéfices des sociétés. Tout ceci est ainsi fondé sur du..........crédit.Du moins, une trés grosse partie. C'est tellement facile et il y a tellement de liquidités qu'on a inondé l'immo, les actions, les matières premières...etc etc.

Ce ne sont donc pas les banques centrales qui influent sur le marché, c'est ce qu'on veut vous faire croire. Ce sont les banques et les financiers qui ont pris le pouvoir avec le phénomène de titrisation et de carry trade.

Cela peut tenir encore quelques temps...combien je n'en sais rien mais le jour où il va y avoir un grain de sable..on s'en souviendra pour des décennies.

Voici des liens qui vous expliqueront plus en détails ce phénomène:

http://www.ci.com/perspectivef/pdf/signature/winter_2007.pdf

http://www.ci.com/perspectivef/pdf/sterling/200612_f.pdf

http://www.banque-france.fr/fr/instit/telechar/discours/20070405.pdf

http://www.banque-france.fr/fr/publications/telechar/rsf/2006/chroni3_1206.pdf

Quand on relache les conditions d'octroi des crédits..on sait ce qui arrive..

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par KrAvEuNn le Sam 11 Aoû 2007 - 15:17

http://www.lafinducapitalisme.net/

Les mouches ont changé d'âne



Par Aureliano Buendia le vendredi 10 août 2007, 14:38


Alors que tous les regards de la finance internationale sont tournés vers le subprime et le risque de "credit crunch", il se peut qu'ils ratent, du coup, une menace bien plus importante encore. Car tout au bout de ce gigantesque système de crédit, il y a... l'économie US dans son ensemble, et le financement de sa dette, en particulier par la Chine.

Les récentes déclarations de He Fan (de l'académie chinoise des sciences sociales) suggérant que la Chine pourrait vendre ses bons du Trésor US et de Xia Bin (Directeur du centre de recherche sur le développement), traitant au passage les sénateurs américains d'idiots, ont provoqué une vague de réactions, (articles dans des blogs spécialisés et jusqu'au Washington Post) allant jusqu'à une intervention du secrétaire d'Etat au trésor, Paulson, et du président Bush.
C'est qu'on ne parle plus ici de quelques "pour cent" de plus ou de moins en bourse, mais bien du financement de la première économie au monde.
Comme le fait très justement remarquer Brad Setser, "une des leçons de la théorie des jeux est qu'une menace n'est couteuse que si elle échoue". Peu importe, dès lors, de disserter sur la probabilité que le gouvernement chinois mette ou pas cette menace à exécution. Le fait est qu'elle existe et qu'elle aboutit, de mon point de vue, à une redistribution majeure des cartes de la puissance mondiale.
La vraie nouvelle, dans cette histoire, n'est en effet pas la dépendance croissante de l'économie US vis-à-vis des financements étrangers (qu'on suit sur ce blog depuis près de deux ans), ni même le risque (qui existe pourtant) qu'un des créanciers ne cesse d'alimenter la pompe. La vraie nouvelle, c'est, aussi fou que ça puisse paraitre, que les pouvoirs publics US commencent à s'en rendre compte !
En quelques lignes, Xia Bin vient juste de démontrer au monde entier (quelques "silly senators" en tête), que les Etats-Unis n'étaient plus en mesure de réclamer quoi que ce soit à la Chine, que le gouvernement chinois les tenaient, en gros, par les c..., et que leur leadership mondial était, de fait, terminé.

Il va sans dire que les conséquences de cette prise de conscience sont immenses. Je vois mal, par exemple, les Etats-Unis se lancer dans un conflit avec l'Iran, fournisseur de pétrole à la Chine, sans l'accord de leur banquier... Nul doute aussi, que le capitalisme vient là de se trouver un nouveau maitre, et qu'il semble finalement prospérer beaucoup plus vite dans une bonne vieille dictature que dans nos pseudos démocraties occidentales. Dès lors, ceux qui rêvaient encore d'un alignement "par le haut" des conditions sociales, sanitaires, environnementales peuvent revoir leur copie.

On ne s'aligne que sur le leader, et il vient de changer.

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Mar 14 Aoû 2007 - 11:04

Et la rumeur enfle...

http://www.solidariteetprogres.org/spip/sp_article-breve.php3?id_article=3188

Pétrus, vendrais-tu tes actions ???

Rammstein

***

Des choses importantes se trament à la City de Londres
9 août 2007 - 09:48

8 août 2007 (LPAC) - Tard dans la journée du 8 août, une source travaillant à la City de Londres a rapporté qu’ « un évènement absolument massif a lieu sur les marchés aujourd’hui. Vous n’en verrez pas les traces en regardant les cotations du FTSE ou du Dow Jones, mais il semble que quelqu’un liquide un énorme portefeuille d’actions de type market-neutral », se référant à un portefeuille d’investissement fait pour gagner de l’argent malgré les baisses des marchés. Les ventes ont eu lieu dans le monde entier, commençant au Japon, puis en Europe et aux Etats-Unis. Cette source a indiqué que d’autres à la City pensent que l’impact observé de cette liquidation n’a pu être causé que par un portefeuille d’entre 3 et 6 milliards de dollars.

La source a précisé que l’identité du liquidateur n’est pas connue et son motif non plus - que ce soit un besoin désespéré d’obtenir du cash, l’intervention d’un gouvernement pour influer sur le marché, ou autre chose. Il a dit qu’il s’agissait d’un « évènement sans précédent ». Dans la dynamique mondiale actuelle, cet évènement ne peut être considéré comme isolé.

Brève contenue dans : Le Krach d’août 2007 : pendant les vacances, le système financier se désintègre

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Petrus16 le Mar 14 Aoû 2007 - 11:14

Eh, ben non c'est pas le moment Crying or Very sad

M'ens fout les impôts m'ont rendu du pognon cheers

Petrus.

Petrus16
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 1640
Age : 44
Date d'inscription : 14/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Mar 14 Aoû 2007 - 11:20

D'où ta liste de Noel délirante ???

Tsss...

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par transhuman le Mar 14 Aoû 2007 - 11:42

Salut,

Voici une perle pour mieux comprendre les raisons de la crise actuelle ( sorry it's in englis; not enough time actually to translate it ) :

http://biz.yahoo.com/tm/070813/16177.html?.v=2&.pf='banking-budgeting'

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....

transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par KrAvEuNn le Jeu 16 Aoû 2007 - 17:22

http://carnetsdenuit.typepad.com/

Où la “correction“ prend des airs de krach


A l'heure où ceci est écrit, la baisse du CAC 40 est d'environ 16,5 % (5.264 points à 13h58) depuis un plus haut (6.150 points) atteint le 13 juillet dernier.
Voici deux semaines, Boursorama interrogeait ses lecteurs sur la valeur prochaine du CAC 40 (alors situé vers 5.600 points). Plus de 52% des internautes affirmaient croire en une hausse et seulement 26% voyaient le CAC 40 descendre vers 5.400 points. Il est donc maintenant sous les 5.300 points. Et avec lui, toutes les Bourses mondiales chutent lourdement.
Changement de perspective : Boursorama interroge ces jours-ci les internautes sur l'impact possible de la crise des prêts immobiliers aux Etats-Unis. Cette fois, la réponse est différente : si 41,4 % des quelque 59.000 réponses reste optimiste (“c'est le moment de réinvestir à long terme“, 23,9% et “il ne faut pas dramatiser, pas d'impact durable et profond“, 17,5 %), 51,6% des réponses et pessimiste (“l'incertitude va perdurer“, 22,6 % et “on n'a encore rien vu, le pire est à venir“, 30,5 %).
Il semble bien, malgré les déclarations rassurantes de quelques spécialistes, en général non-neutres car professionnellement engagés dans les circuits financiers, que la crise prenne de l'ampleur et que des premiers mouvements de panique se fassent jour, comme l'indiquait, ce matin, la baisse des Bourses asiatiques (la plus forte en trois ans) et, notamment, la chute de 7% de la Bourse de Séoul.
A ce stade, la psychologie des investisseurs est atteinte. La confiance n'est plus là. Toute mauvaise nouvelle économique ou financière -qu'elle touche à l'immobilier ou à un autre secteur- est susceptible de renforcer la baisse.
Or les mauvaises nouvelles risquent de ne pas manquer dans les jours et les mois qui viennent : depuis la baisse des permis de construire aux Etats-Unis, jusqu'à la mauvaise saison annoncée sur le front des cyclones dans les Caraïbes (qui peuvent mettre en danger l'exploitation pétrolière off-shore et pousser à l'augmentation du baril) ; depuis la fragilité des hedge funds que la crise du crédit a masqué ces dernières semaines, jusqu'à la baisse de la consommation aux Etats-Unis et ailleurs, qui entrainerait une baisse de la croissance, voire une récession ; depuis la baisse tendentielle du dollar, jusqu'à des troubles sociaux en Chine...
La liste est encore longue et promet une arrière-saison chaude, après un été pourri.

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Jeu 16 Aoû 2007 - 17:30

Et déjà les petits investisseurs commencent à morfler...

http://fr.news.yahoo.com/afp/20070816/tbs-economie-bourse-marches-asie-f41e315_1.html

Rammstein

***

Par Shino YUASA AFP - Jeudi 16 août, 13h47

BANGKOK (AFP) - Les petits investisseurs asiatiques manifestaient leur désarroi jeudi en voyant leurs portefeuilles meurtris par la chute généralisée des Bourses régionales sur fond de crise des prêts immobiliers à risque américains "subprimes".
A Bangkok, les actionnaires individuels se sont agglutinés dans les locaux de la maison de courtage Adkinson Securities pour consulter un immense tableau de cotations électronique couvert de chiffres rouges.
"Je ne réalisais pas que la crise des +subprimes+ pourrait prendre une telle ampleur. Dans le jeu de la Bourse, il y a des gagnants et des perdants. Je crois que je suis un perdant. C'est vraiment un sale moment", avouait Sam, un investisseur de 49 ans qui a dû vendre un grand nombre d'actions.
Ake Ummaritchote, un entrepreneur de 32 ans regardant les cours s'effondrer sur l'écran de télévision de son bureau, s'est délesté de tous ses titres dans l'espoir de limiter la casse.
"Je me suis débarrassé de toutes mes actions parce que je crains que les problèmes d'assèchement du crédit aux Etats-Unis ne se propagent. Presque tous mes gains ont été effacés", déplorait-il.
"Je n'arrive pas à comprendre comment un problème né aux Etats-Unis a pu se répandre sur toute la planète, et jusqu'en Asie", se lamentait encore cet investisseur.
"Je me demande si je vais recommencer à investir en Bourse. Pour l'instant, j'attends que le marché touche le fond", lâchait-il, fataliste.
La Bourse thaïlandaise a atteint en juillet dernier son plus haut niveau depuis la crise financière asiatique de 1997-98.
Mais elle ne s'est jamais complètement remise de la tourmente d'il y a dix ans et évolue encore à un niveau inférieur de plus de moitié à celui du début des années 1990.
L'affolement s'est emparé jeudi de la Bourse de Séoul, dont l'indice Kospi a subi la chute la plus brutale de toute son histoire (-6,93%).
"Le marché a totalement perdu confiance. Les investisseurs sont comme hantés par un fantôme invisible. On peut appeler ça un authentique krach dû à la panique", a témoigné Suh Duck-Shik, de chez Samsung Investment and Management.
Certes, les classes moyennes, en plein essor dans toute l'Asie et souvent adeptes du boursicotage, ont permis aux marchés de la région de prospérer ces dernières années et d'atteindre des maximums historiques.
Mais la crise subite du "subprime" a infligé une sévère correction à ces marchés.
Tous les petits investisseurs n'ont cependant pas cédé à la tentation de vendre. Beaucoup attendent stoïquement que la crise s'apaise dans l'espoir de voir leurs actions redécoller.
"La dégringolade est rapide, c'est très inquiétant. Mais, in fine, je crois qu'il ne s'agit que d'une phase de correction", analyse Nobuyuki Seto, un homme d'affaires nippon de 49 ans qui a choisi de conserver son portefeuille.
La Bourse de Tokyo a subi deux fortes baisses mercredi (-2,19%) et jeudi (-1,99%), même si la plupart des économistes considèrent que l'économie japonaise est peu exposée au problème des "subprimes" : hantées par le souvenir de la débâcle bancaire des années 1990, les institutions financières nippones sont allergiques aux risques, une prudence salutaire par les temps qui courent.
"Il est étonnant que les prêteurs américains et européens se soient lancés dans des crédits aussi risqués", critique Hidenori Suzuki, un boursicoteur japonais âgé de 60 ans. "Mais pour l'instant, la seule chose que je puisse faire, c'est attendre", dit-il, résigné.

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Ven 17 Aoû 2007 - 14:35

La FED vient à l'instant d'annoncer une baisse des taux d'escompte (et non directeurs, attention c'est un leurre) de 6,25 à 5,75%.

Le CAC 40 a aussitôt pris 2,5% !

Apparemmment selon les spécialistes cette décision implique une entrée en récession.

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Invité le Sam 18 Aoû 2007 - 13:59

Tant que notre économie reposera sur la bourse l'on aura toujours de gros soucis à nous faire... La bourse c'est du vent, de la spéculation, la virtualisation de l'économie, les salariés qui ne sont plus considérés que comme un outils de production jetable, etc... evcol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Lun 27 Aoû 2007 - 17:18

Le point de vue d'un survivaliste américain sur la situation économico-financière du moment :

http://www.survivalblog.com/2007/08/projecting_some_possible_outco.html

Désolé, pas le temps de traduire ou de résumer, faut que je file à la piscine !

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Outback le Lun 27 Aoû 2007 - 21:39

Ouah la vache, elle arrache la gueule la traduc' auto. Je suis pas un expert en angliche mais là j'ai mieux compris en version originale qu'en version française, alors j'm'en va tenter un résumé perso...

L'introduction plantant le décor de crise boursière que l'on connait déjà,voici en gros ce que j'en ai retenu concernant le plus intéressant, c'est à dire les différentes hypothèses exposées par l'auteur:

1) Le marché du crédit chancèle mais retour au "business as usual".

(en gros) L'ordre est restauré sur les marchés grace aux injections massives de liquidités de la part de la Fed et de la Banque Centrale Européenne, et de l'intervention du Congrés. Mais en attendant que ça se produise, le marché du crédit continuera à être pétrifié par la peur et le doute.
Mais même dans le meilleur des cas, il y aura probablement une récession mondiale.
Aprés un peu de bla-bla technique auquel déjà en français j'entrave que dalle, l'auteur explique qu'un retour rapide à une économie basée sur le crédit ("business as usual") comme avant ne fera que reculer l'inévitable, qui surviendra tout de même quelques années plus tard... mais en pire !
Probabilité pour ce scénario: 5%

2) Taux d'intérêt bas (limités), puis récession.

En résumé l'auteur semble penser que le maintien de taux d'intérêt bas (sous la pression politique du "court-terme") entrainera une baisse de la valeur du dollar et une profonde récession aux US.
2a) Baisse colossale des prix de l'immobilier dans les banlieux de la côte US.
La situation s'inverse. Les prix des pavillons de banlieux, dans des coins plutôt recherchés auparavant (et donc largement sur-évalués pendant des années), s'effondrent alors que ceux des propriétés situées dans l'arrière-pays (la campagne US) restent stables voire augmentent.
Comme le marché s'effondre, les propriétaires, paniqués, vendent à perte ( résidence secondaire, locations...), et se débarrassent de tout le superflu ( bagnoles de luxe, tableaux, bijoux...) au profit de leur résidence principale.
Certains (plus pauvres) ne se donneront même pas cette peine et abandonneront tout simplement leur maison lorsqu'ils réaliseront qu'elle coûte encore moins que ce qu'il leur reste à rembourser.
2b) Déflation et inflation simultanées.
Inversion de la valeur des produits, phénomène connu. Certains produits devenus "indispensables" ou jugés "plus utiles" augmentent considérablement alors que d'autres, auparavant hors-de-prix, s'effondrent (exemple pittoresque du prix du pick-up qui monte et de celui de la Corvette qui chute).
Probabilité pour ce scénario: 60%

3) Taux d'intérêt bas (sans limite), puis dépression.

Cette fois-ci, la récession n'a plus de limite. Ca devient pire tout simplement. On dépasse la barre fatidique des 30% de chomeurs au US (ce chiffre semble être crucial). Les mesures gouvernementales sont sans effets. Le marché intérieur continue de baisser, de même que le dollar qui s'effondre face aux autres devises étrangères.
Ca n'est plus une simple récession mais une dépression. " Non plus la Grande Dépression mais la Méga-Dépression " selon l'auteur. Elle pourra durer 5 à 20 ans.
Probabilité pour ce scénario: 20%

4) Dépression mondiale et Troisième Guerre Mondiale.

Inutile d'expliquer vous avez compris !... La guerre devient la seule solution pour un gouvernement condamné à agir ou à mourir.
Probabilité pour ce scénario: 10%

5) Le pire des cas, hyperinflation et effondrement socio-économique total.

Effondrement de l'état et de l'économie mondiale, cessation du commerce international ...etc... je vais pas vous faire un dessin.
Probabilité pour ce scénario: 2%

En conclusion, l'auteur conseille de se préparer sérieux et (carrement) de rejoindre au plus vite son point de chute. Pour les infortunés qui n'ont d'autre choix que de rester en ville il conseille de constituer fissa son stock de bouffe, de bastos et de médocs !
Je vous avez prévenu c'est juste un résumé, je laisse aux éventuels experts le loisir de la traduction intégrale...

________________________________________________________
" La barbarie est l'état naturel de l'espèce humaine. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte d'une fantaisie de la Vie. Et la barbarie finit toujours par triompher..." Robert E. Howard

Outback
Membre

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 42
Localisation : Plein sud
Date d'inscription : 09/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Outback le Lun 27 Aoû 2007 - 23:00

C'est assez surprenant venant d'un survivaliste US, mais le texte est interessant, même s'il est trés centré américano-américain (j'ai expurgé la partie sur les guns).
C'est toujours bien d'avoir un avis "de l'intérieur" sur une crise qui les touche quand même en premier...

________________________________________________________
" La barbarie est l'état naturel de l'espèce humaine. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte d'une fantaisie de la Vie. Et la barbarie finit toujours par triompher..." Robert E. Howard

Outback
Membre

Masculin Nombre de messages : 132
Age : 42
Localisation : Plein sud
Date d'inscription : 09/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Telimectar le Jeu 30 Aoû 2007 - 0:11

Mdr selon ce Marc Fiorentino, le nouvel eldorado, c'est quand même la France lol, ah incorrigible optimisme des économistes Laughing

________________________________________________________
J'ai beaucoup étudié les philosophes et les chats. La sagesse des chats est infiniment supérieure.
Hippolyte Taine

Telimectar
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 728
Age : 34
Localisation : Haut Ariège
Emploi : Moujik
Loisirs : obéir au chat
Date d'inscription : 09/07/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://yomenie.forumzarbi.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Jeu 30 Aoû 2007 - 21:59

Ca sent le sapin ! Les pros commencent à donner des conseils (en anglais, sorry) pour sauver les meubles !

http://www.howestreet.com/articles/index.php?article_id=4619

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Ven 31 Aoû 2007 - 21:41

La déflation arrive !

Un lien très intéressant pêché sur Oléocène, que je n'ai fait que survoler pour le moment :

http://tropicalbear.over-blog.com/archive-08-2007.html

Des conseils pratiques judicieux notamment pour se préparer au grand bouleversement !

Un autre lien sur la bulle immo (je crois que Kraveunn l'a déjà cité - si c'est le cas, doublon) :

http://www.bulle-immobiliere.fr/

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par splotch le Ven 31 Aoû 2007 - 22:05

Inflation ou déflation ? That is the question.

La baisse des prix et le sur-stock concerne uniquement l'immobilier US. Sur lequel est adossé pas mal de prêts à la consommation.

En cas de crise il va y avoir des secteurs déflationnistes, immobilier, loisirs upper-middle-class... et des secteurs inflationnistes comme énergie, nourriture...

C'est donc une recomposition de la structure du pouvoir d'achat des consommateurs. Avec des perdants et des gagnants selon le secteur professionnel.

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par transhuman le Ven 31 Aoû 2007 - 22:32

Salut,

Je reste septique devant tout ces sites, memes très bien réalisés, qui annonce des pourcentages de probabilité comme si tout celà relevait d'une science exacte.

Le plus probable est que cette crise soit "resolue" par un tour de passe passe comptable, comme l'a ete l'eclatement de la bulle internet. 3 millions d'américains risquent d'y laisser leur chemise mais je ne crois pas que celà empêche les banquiers centraux de dormir.

Quel tour de passe passe ? Oh un peu de spéculation sur les bio carburants, caresser le brésil en montrant du doigt la mauvaise qualité des produits chinois, flatter un petit pays européen qui se croit toujours le centre du monde pour essayer de lui refiler la gestion de l'Irak.
Et au total on se retrouvera en juin 2008 avec des Chinois plus malléables, des flux commerciaux réorientés ( comme après le debut de la crise japonaise ..) , un financement du déficit US mieux réparti entre plusieurs creanciers ( et plus seulement à la merci de pekin ), une situation militaire simplifiée pour les USA ( pas pour les européens ) donc une FED avec une plus grande liberté d'action.

Pourquoi j'anticipe une spéculation sur les bio carburants : bah en moyenne une famille possède une seule habitation principale et n'en sont pas forcement propriétaires.
Par contre cette famille peut fort bien posséder plusieurs voitures et y tenir donc etre prêts à payer les bio carburants plus chers que l'essence classique surtout après avoir connue une rupture d'approvisionnement ! ( cf les stocks actuels d'essence aux USAs...)

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....

transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par splotch le Ven 31 Aoû 2007 - 23:44

Si l'Etat a besoin de sous, il taxera un peu plus les biens pour lesquels les Français sont des clients captifs.
L'essence avec sa TIPP est un bon exemple.
Prévoir le même mécanisme sur l'électricité, une "Taxe de Solidarité Environnementale sur l'Energie", indolore, discrète et très facilement recouvrable sur la facture EDF.
Des taxes départementales sur la pollution diverses et variées.
Une cht'ite taxe antipiratage à l'octet transmis par fil ou par radio.

L'impôt sur le revenu progressif est trop lourd, compliqué, impopulaire, truandé... et peu rentable. Les taxes proportionnelles ont plus d'avantages : simples, les mêmes pour tout le monde, garanties...
Ya plus que les gauchisssss qui croient encore au mythe redisributif de l'impôt progressif Laughing

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par splotch le Ven 31 Aoû 2007 - 23:55

etre prêts à payer les bio carburants plus chers que l'essence classique surtout après avoir connue une rupture d'approvisionnement ! ( cf les stocks actuels d'essence aux USAs...)

Les partisans du complot se disent que les gouvernements ont dans leurs cartons des projets de taxe ci-dessus et attendent juste le bon contexte pour les annoncer : coupure électrique, pénurie d'essence...

De là à provoquer une rupture volontaire si elle se fait un peu attendre Suspect

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Tagada Jones le Lun 3 Sep 2007 - 8:51

LaRouche : « Le plus gros krach économique de l'histoire moderne pourrait arriver d'ici la mi-octobre »








Lyndon LaRouche a annoncé hier qu’il enregistrera un message pour le peuple américain samedi prochain, dans lequel il énoncera précisément ce qui doit être fait face au plus gros krach de l’histoire moderne.


Se référant au Homeowners and Bank Protection Act of 2007 qu’il a lui-même écrit, LaRouche a dit que si l’on ne passe pas cette législation, il n’y aura pas de protection contre ce qui frappera bientôt la nation américaine. Ce qu’il a mis en avant est le seul et unique programme capable de faire face à cette crise. Aucune autre proposition ou aucune modification de son programme ne réussira. Tout autre calendrier devrait être annulé. Avec le programme de LaRouche, quand le krach arrivera nous serons encore debout. Il n’y a pas d’autre option. Ce que LaRouche a mis en avant est ce qui est requis, ni plus ni moins.

Le plus grand effondrement de l’histoire moderne frappera probablement en septembre-octobre. Le seul espoir est de créer un pare-feu, pour que quand l’orage éclate, les banques puissent rester debout et les propriétaires puissent garder leurs maisons. C’est ce problème que nous devons régler en premier, sinon les Etats-Unis n’existeront plus. A l’égard de l’effondrement, les événements ont montré que LaRouche avait raison et que les autres avaient tort. Donc, ce que LaRouche a mis en avant doit être fait maintenant. C’est tout.

LaRouche a souligné que si aux Etats-Unis les banques disparaissent et les gens sont expulsés de chez eux, alors le pays ne peut être sauvé. Si cette législation est mise en place début septembre, on pourra surmonter la crise. Sinon ce sera l’enfer. Le temps de débattre est terminé. C’est la seule chance que nous avons.

Les propositions faites par Bush hier ne feront qu’accélérer l’effondrement de la bulle immobilière. On ne peut pas réorganiser les prêts hypothécaires, parce qu’effacer les dettes signifierait l’extinction des actifs financiers, avec une réaction en chaîne inverse. LaRouche a dit que cette conférence de presse était plus une « conférence-dépression », vu que ceux qui y ont assisté sont repartis en étant sûrs que le pays est condamné. Même les basses formes de vie que sont les journalistes sont repartis déprimés. Le seul passage du discours de Bush avec laquelle LaRouche pourrait être d’accord, c’est quand Bush a dit que le gouvernement peut avoir un rôle, mais un rôle limité. LaRouche a dit : il a raison. Le gouvernement Bush est limité. Bush est mentalement malade. Mais il est moins dangereux que Dick Cheney ; c’est un fou, stupide, tandis que Cheney, qui le contrôle, est vraiment mauvais.

Les gens qui appellent à la destitution de Bush et Cheney à la fois passent à côté du problème. La menace de guerre contre l’Iran est basée sur la Révolution dans les affaires militaires initiée par le monstre de Middlebury Felix Rohatyn et par George Schultz. De plus, vu la nature des crises financière et stratégique internationales, nous ne pouvons procéder à un remplacement de toute l’administration. Nous devons simplement nous débarrasser de Cheney. Chasser Bush et Cheney à la fois créera un problème. En mettant Cheney dehors, Bush peut être neutralisé. Si Nancy Pelosi dit non, dites-lui : « Serrez les vis, votre tête est en train de tomber ». La description de Bernanke de l’effondrement du système financier international comme un simple « épisode » dans son discours devant la Fed a été risible. Comme le dit LaRouche, Bernanke est un simple d’esprit. Il se fait probablement un peu vieux. Ses commentaires étaient simplement un sermon rituel pour la fraternité locale.

Tous les jours il y a de nombreuses « petites histoires » sur le carnage économique et financier. Vendredi, nous avons appris que le Ministre des finances de l’état de Saxe a démissionné suite à l’effondrement de la Saxon Landesbank. Cependant, toutes les petites histoires ne racontent pas la vraie histoire, mais sont une diversion de la vraie histoire : le processus de réaction en chaîne de l’effondrement du système mondial. Comme l’a souligné LaRouche, ceci n’est pas une crise saxonne, mais une crise globale.

Le processus décrit par la Triple courbe de Lyndon LaRouche est clé, notamment dans la seconde version de la courbe, où le taux d’accroissement du taux de croissance monétaire dépasse celui des agrégats financiers, tandis que le taux de la production physique décline. Ils monétarisent du vent, transformant de faux actifs financiers en faux argent.

La dette est traitée comme un actif financier - la dette de quelqu’un devient l’actif de quelqu’un d’autre, qui l’utilise alors pour s’endetter, cela devient alors l’actif de quelqu’un d’autre encore. Les actifs financiers du système ne sont rien d’autre qu’une chaîne de dettes impayables, qui vont détoner dans une réaction en chaîne. Ce que nous voyons maintenant est du niveau de l’explosion de grenades, de bien plus grosses explosions sont à venir.

C’est un processus non linéaire, dans lequel on ne peut prédire les tendances. On peut simplement prédire des hyper-tendances : chaque fois que des actifs financiers s’effondrent, cela augmente le taux d’effondrement des autres actifs, et accélère le taux d’effondrement de tout le système.

C’est un effondrement général, centré dans les Iles Caïman - c’est le système britannique.

La seule politique rationnelle est de mettre en place des pare-feu pour geler et retarder l’effondrement, pour nous donner le temps de mettre en place des mesures. Laissons les charlatans de côté, laissons-les faire faillite.

On ne peut pas traiter ça comme une série de problèmes en tant que tels, l’un après l’autre. Ca ne marche pas.

Le fond de Sachsen LB, Ormond Quay, en est un exemple. Ce fonds avait énormément d’actifs soutenus par des garanties de crédit, les actifs étaient considérés comme ayant de la valeur mais en fait c’était du vent.

Le taux d’effondrement va augmenter de façon hyperbolique - à la mi-octobre ou plus tôt, le système aura entièrement chuté. Si le système frappe une grosse mine, le processus va s’accélérer. Plus nous approcherons de l’explosion finale, plus gros sera le montant de la dette.

N’essayez pas de quantifier cela, parce que c’est impossible ; c’est sans valeur, un système plein de déchets qu’on appelle actifs financiers. Donnez des exemples fonctionnels du processus. Henri Craque est en défaut de paiement sur sa dette, que Jacques Krach avait compté comme un de ses actifs ; donc Jacques Krach est en défaut de paiement sur sa dette...

Ca s’appelle un casino : la spécialité de Galilée. Il étudiait les mathématiques du pari, et avait établi des formules pour que les parieurs augmentent leurs chances.




Samedi 01 Septembre 2007

Solidarité et Progrès

Tagada Jones
Membre

Masculin Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Tagada Jones le Lun 3 Sep 2007 - 8:55

La nervosité du marché de l'énergie à l'ombre de nouvelles menaces iraniennes









A mesure que les tensions s'intensifient entre l'Iran et les Etats-Unis, la perspective d'une fermeture du détroit d'Hurmouz s'approchent et le marché de l'énergie s'en inquiete.
"En cas d'une frappe américaine, l'Iran n'hésitera pas à bloquer le détroit d'Hurmouz , carrefour par où circule la quasi totalité des pétroliers du monde pour transiter pres de deux cinquieme du pétrole mondial", écrit le journal Wall Street Journal.
"Les cheikhs des Emirats arabes unis - troisième producteur de l'OPEP- cherchent dors et déjà à mettre au point des projets pour faire couler le pétrole de cette région dans les veines énergétiques du monde même en cas du blocage du détroit ; bien que les Emirats arabes unis ne se prononcent pas directement à ce propos, mais ces projets ne sont en principe que destinés à contourner la menace iranienne".

"Il s'agit d'un enjeu majeur pour l'Agence internationale de l'énergie. Car en cas d'interruption du courant du pétrole, l'Agence décidera certainement à libérer les réserves des pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économique".
"L'année dernière près de 1 millions de barils du brut ont transité via le détroit soit un cinquième de la production mondiale du pétrole. les cours du pétroles dégringoles dans un contexte d'attentes et d'indécision".

Wall Street Journal met en doute la capacité de l'Iran à mettre à exécution ses menaces concernant le blocage du détroit d'Hurmouz mais ses craintes se manifestent aux dernières lignes : " Apres tout, les exercices militaires de l'Iran dans la région ont bien montré une chose : les missiles iraniennes sont de nature à donner du fil à retordre aux Américains".





Samedi 01 Septembre 2007

Mehr News

Tagada Jones
Membre

Masculin Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Crise économique] (1)

Message par Rammstein le Lun 3 Sep 2007 - 9:11

Un post intéressant trouvé sur boursorama : http://www.boursorama.com/forum/message.phtml?file=364141485&pageForum=2

(je n'ai pas retouché le message...)

Rammstein

***

++Ce n’est pas l’apocalypse++ 11:23 02/09/07
Ce n’est pas l’apocalypse
Car apocalypse voulant dire révélations, une chose est certaine:
Personne aujourd'hui

En écoutant les communiqués
En regardant les graphiques
En lisant les analystes
Et s'il est honnête avec lui-même :

ne miserait 1 penny sur l'évolution des indices ne serait ce que dans une semaine . Dire qu’ils vont monter ou baisser ? Quelle valeur jouer?

Les interventions faussent le jeu

Les réactions excessives faussent le jeu

L’équipe de plongeon aux US fausse le jeu

Les variations brutales sur le marché des devises faussent le jeu

L’omerta des banques sur leurs pertes fausse le jeu

Mais une seul chose est sur, le pétrole et les céréales repartent fortement a le hausse et tout le monde peut le voir,

Donc je maintien mon analyse: hausse des matières premières, des denrées alimentaires, et de l'énergie et tout ça sans inflation ? d'aucun m'objecterons que la baisse de l'immobilier va compenser cette hausse, mais cette solution conviendrait a dire que le pire est a venir sur cette crise et que les banques ne sont qu'au début de leur chemin de croix............je laisse a chacun le soin de choisir, mais personnellement je ne mise pas un radis sur les bancaires

Un dernier point de repère a ceux qui savent lire un graph.

Alerte rouge sur la parité CHF/yen si le yen continue de remonter

Il n'y a pas de problème boursier, il y a un très gros problème monétaire

Depuis plus de 5 ans l'Amérique absorbe plus de 50% de l'épargne mondiale, et le monde étonné est en train de découvrir que les américains sont insolvable, que leur épargne est partie en fumé dans « l’american way of life »

Bush est intervenu pour prévenir le monde que l'état us et la Fed couvrirait la casse, les semaines à venir, nous verront si le monde va accepter ou faire semblant de croire que l’état le plus endetté du monde est solvable.

J’avais préparé une analyse graphique comparé sur le marché des devises et des matières premières, mais perdu beaucoup de temps à servir d'exutoire a une meute de bulls, qui ne cessent leurs attaques personnelles, sans rien apporter sur l'analyse de fond..............

je persiste : c'est une crise monétaire, il ne faut pas quitter l'Asie des yeux, quand a la Russie ............................ j'enverrais bientôt a ceux qui m'ont laissé leurs mails une analyse géopolitique sur le sujet, car le ton continue de monter dans la cour des grands…………..

Denissto

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 40 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum