Villes en Transition (Transition Towns)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[peak oil] transition town

Message par Olcos le Mer 9 Jan 2008 - 0:44

Récupérer dans un post d'Emmuel sur VS&S :

transition town

What is a Transition Town (or village / city / forest / island)?


A Transition Initiative is a community that is unleashing its own
latent collective genius to look Peak Oil and Climate Change squarely
in the eye and to discover and implement ways to address this BIG
question:
"for all those aspects of life that this community needs in order to sustain

itself and thrive, how do we significantly increase resilience (to mitigate

the effects of Peak Oil) and drastically reduce carbon emissions (to

mitigate the effects of Climate Change)?"

The resulting coordinated range of projects across
all these areas of life leads to a collectively designed energy descent
pathway.


The community also recognises two crucial points:

  • that we used immense amounts of creativity, ingenuity and
    adaptability on the way up the energy upslope, and that there's no
    reason for us not to do the same on the downslope
  • if we collectively plan and act early enough there's every
    likelihood that we can create a way of living that's significantly more
    connected, more vibrant and more in touch with our environment than the
    oil-addicted treadmill that we find ourselves on today.

Olcos
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 21/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villes en Transition (Transition Towns)

Message par Raffa le Mer 29 Oct 2008 - 19:28

Je ne sais pas si je suis au bon endroit, merci de déplacer au cas où


Communiqué de presse

Londres, le 29 octobre 2008



Un groupe de multinationales
britanniques se réunit pour alerter le gouvernement


sur les effets à court
terme du pic pétrolier mondial




Les huit entreprises
du groupe de travail UK Industry
Taskforce for Peak Oil and Energy Security
publient un rapport
alarmant : le déclin de la production mondiale de pétrole
impactera l’économie britannique d’ici 5 ans faute de
mesures suffisantes. C’est la première fois qu’un
avertissement de ce type est adressé par un groupe d’entreprises.




Réunies au sein d’un
groupe de travail nouvellement créé pour alerter le gouvernement
britannique de l’impact économique du pic pétrolier mondial
à court terme, huit multinationales britanniques publient
aujourd’hui un rapport intitulé The Oil Crunch: Securing the UK’s energy future (Crise pétrolière :
assurer l’avenir énergétique du Royaume-Uni).



Le groupe UK Industry Taskforce on Peak Oil and Energy
Security (TFPOES)
conclut à la grave menace pour l’économie du Royaume-Uni, et du monde en
général,
constituée par le déclin de la production de pétrole bon
marché et aisément disponible d’ici 2013.



Le premier
rapport du groupe énonce ensuite à l’intention des pouvoirs
publics une série de recommandations concrètes dont
l’objectif est de saisir les opportunités économiques et
environnementales existantes grâce à un renouvellement des
investissements dans les énergies renouvelables et les solutions de transport
durables.



Une initiative inédite

Habituellement réservé aux
organisations non gouvernementales, cet avertissement doublé de
recommandations provient pour la première fois d’un groupe
d’entreprises multinationales représentant un large éventail
de secteurs d’activités : transports, énergie,
construction, architecture, multimédia, internet.



Les
entreprises membres du groupe de travail TFPOES sont :


·
Arup
·
FirstGroup
·
Foster +
Partners
·
Scottish and
Southern Energy
·
Solarcentury
·
Stagecoach
Group
·
Virgin Group
·
Yahoo






Faisant un parallèle avec la
crise du crédit qui touche actuellement l’économie, Jeremy Leggett , Président et fondateur de
Solarcentury, membre du groupe TFPOES, a déclaré :



« Les réserves « toxiques »
pourraient bien devenir pour l’industrie pétrolière ce que
les produits dérivés toxiques sont devenus pour le secteur
financier. Après avoir été incapables d’anticiper la
crise du crédit, nous ne devons pas reproduire la même erreur avec
la crise pétrolière. On peut envisager la « toxicité »
des réserves de pétrole sous trois angles. D’une part, il
est à craindre qu’une partie de ces réserves dites
« prouvées » ont été
surestimées. Une autre partie, bien que présente dans le
sous-sol, risque de ne pas être exploitable à temps pour
répondre à la demande en raison d’investissements moindres
de la part des industriels. Enfin, les vastes réserves de sables
bitumineux sont particulièrement toxiques du point de vue de
l’effet de serre. En effet, nous ne pouvons surtout pas éluder le
changement climatique alors que nous tentons de remédier à la fin
du pétrole bon marché. »




Le rapport intitulé The Oil Crunch : Securing the UK’s energy future a été
présenté par le groupe TFPOES le 29 octobre à Londres lors
d’une conférence de presse. Il est à présent
disponible sur le site www.peakoiltaskforce.net.

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villes en Transition (Transition Towns)

Message par tarsonis le Dim 3 Oct 2010 - 9:18

Pas vraiment une ville de vraie transition, mais je mets ici en attendant de trouver le topic adéquat :

La révolution des "villes lentes" gagne la France
Le soleil se couche sur les vignes de Charentes, la vendangeuse rentre au garage chez Bernard et Monique Moreau. Une fin de journée ordinaire au pays du cognac... jusqu'à l'arrivée des amis et voisins, les bras chargés de plats maison, de raisin frais pressé, de légumes du jardin. Voilà le hameau de Deuville réuni pour un apéritif "slow food". L'occasion rêvée pour le maire, Véronique Marendat (Nouveau Centre), d'expliquer à ses administrés pourquoi leur commune de Segonzac vient de devenir la capitale française... de la lenteur.
Les deux pôles de la lenteur

La municipalité est la première de France à adhérer à Cittaslow, le réseau international des "villes lentes". Inspiré du slow food, le mouvement est né en Italie en 1999 et promeut une gestion municipale centrée sur la qualité de vie, l'économie de proximité, le respect des paysages..., en réaction aux zones commerciales et industrielles, à l'étalement pavillonnaire et au tout-voiture devenus l'ordinaire d'un urbanisme débridé.

Cette révolution tranquille compte de plus en plus de partisans. Cent quarante villes de 21 pays ont déjà adhéré à cette charte de 70 obligations. On trouve des villes lentes dans toute l'Europe, mais aussi en Australie, en Corée du Sud, en Turquie, au Canada...

"Fil conducteur"

Que diable va chercher dans cette aventure une commune de 2 300 âmes, que ne guette aucun risque de mégapolisation ? "Les petites communes sont les moins armées face aux pièges d'un développement anarchique. Ce qui nous intéresse, c'est moins le label que la démarche. Nous avons des choix importants à faire. Cittaslow va donner un fil conducteur à notre politique d'aménagement", explique la jeune femme, élue atypique dans cet univers de viticulteurs.

Ouverture d'un parc public, rénovation de bâtiments viticoles en bureaux, retour du petit commerce, réhabilitation d'un réseau de ruelles piétonnes et cyclables, structuration d'un marché de producteurs locaux, investissement dans la petite enfance et la maison de retraite, création de jardins partagés, transformation de la station d'épuration en bassins filtrants naturels... les chantiers ne manquent pas.

La commune ne part pourtant pas de zéro. Tels des Monsieur Jourdain de l'aménagement du territoire, les Ségonzacais faisaient du "slow" sans le savoir. Et pas seulement parce que les Charentais arborent pour emblème un escargot - la cagouille -, qui est aussi le logo de Cittaslow. "Le cognac nous a donné une culture de la lenteur : la vigne, le vieillissement en fûts, cela apprend un rapport au temps particulier", pense Colette Laurichesse, l'adjointe au maire, qui a ficelé le dossier Cittaslow.

Le cognac est aussi l'occasion de mettre en valeur compétences et productions locales : plus petite cité universitaire de France, Segonzac héberge l'Université internationale des eaux-de-vie et boissons spiritueuses et le Centre international des eaux-de-vie, sans oublier l'Institut français de la vigne et du vin. Surtout, la municipalité a voté, dès 2006, un plan local d'urbanisme qui encadre strictement les constructions, interdisant l'étalement des hameaux, empêchant le mitage du territoire. "On ne construira de logements que sur des terrains proches du centre et sous forme d'écoquartiers", assure Mme Marendat. Une ambition rare pour une commune de cette taille.

Pas question pour autant, pour cette professeure d'économie et de gestion, de passer pour une adepte de la décroissance, dont se revendiquent certains apôtres du "slow". "Ce que nous voulons, c'est une croissance raisonnée, sortir de la consommation abrutie des zones commerciales. Mais pour garder notre population, nous devons lui donner accès à des services et des emplois, donc créer des zones d'activité."

Paradoxalement, pour la petite commune, l'adhésion à Cittaslow a entraîné... une formidable accélération du temps. Des journalistes comme s'il en pleuvait, des appels incessants d'urbanistes, de municipalités... Nourri par les écrits du philosophe allemand Hartmut Rosa, auteur de l'essai Accélération (La Découverte, 474 p., 27,50 euros), ou du journaliste canadien Carl Honoré, auteur en 2004 du best-seller Eloge de la lenteur, le monde occidental se prend de passion pour la lenteur, slogan et paradigme d'un mode de vie alternatif où figure en bonne place le souci de l'écologie.

Epicentre du phénomène dans l'Hexagone, Segonzac travaille aujourd'hui avec la direction de Cittaslow pour enrôler d'autres communes et constituer un réseau français de villes lentes. La municipalité animera à la Foire de Paris, en avril 2011, un espace Cittaslow qui servira de vitrine à la constellation de la lenteur.

Appendice :

Slow Food Fondée en 1989 pour défendre alimentation de qualité, respect de l'environnement et dynamisme des communautés locales, l'organisation Slow Food revendique 100 000 membres dans 1 300 antennes locales (les "conviviums") de 150 pays. Slow Food France affiche 4 000 sympathisants dans 45 conviviums.

Cittaslow Créé en 1999 à Greve in Chianti, en Toscane, le mouvement réunit 140 villes de 21 pays, comme Bra (Italie), Ludlow (Grande-Bretagne), Katoomba (Australie), Levanger (Norvège), Fairfax (Californie), ou Uberlingen (Allemagne). La plupart comptent de 10 000 à 20 000 habitants.

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7988
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Villes en Transition (Transition Towns)

Message par logan le Ven 2 Déc 2011 - 17:23

En écoutant une interview de piero qui en faisait une bref allusion, je suis tombé sur ce "mouvement/initiative", axé sur la résilience locale, que je ne connaissais pas :

La transition est un mouvement crée en Angleterre par Rob Hopkins en 2006.
Il s’agit d’inciter les citoyens d’un territoire (village, commune, ville, quartier, territoire, île, forêt…) à prendre conscience du pic pétrolier et du changement climatique, et de leurs conséquences profondes.
Le concept central de mouvement de transition est la résilience, c’est la capacité à réagir aux crises et à être autonome.
Il y a aujourd'hui des centaines d'Initiatives de Transition dans une vingtaine de pays réunies dans le réseau de Transition (Transition Network).
Les populations locales sont invitées à créer un avenir meilleur et moins vulnérable devant les crises écologiques, énergétiques et économiques qui menacent en agissant dès maintenant pour :
- réduire la consommation d'énergie fossile
- reconstruire une économie locale vigoureuse et soutenable et retrouver un bon degré de résilience par la relocalisation de ce qui peut l'être ;
- acquérir les qualifications qui deviendront nécessaires.
Chaque collectivité locale trouvera par elle-même les actions qui lui conviennent en fonction de ses ressources et de ses enjeux. Il n'y a pas de réponse toute faite. Le modèle de Transition offre un cadre de travail cohérent mais non coercitif.

- Lien Wikipedia (anglais) : http://en.wikipedia.org/wiki/Transition_Towns
- Site Français : http://www.transitionfrance.fr/
- Site Francophone (Canada & Co) : http://villesentransition.net/
- Portail Anglais : http://www.transitionnetwork.org/
- suivi du Guardian : http://www.guardian.co.uk/environment/transition-towns
- Beaucoup d'autres sites sur le sujet en France ou dans d'autres pays


Concrètement en France, pas mal de groupes dans différents villes, mais pour l'instant on dirait plutôt à l'état de réunions ou projets (j'ai regardé que très succintement les sites)
Après ce "mouvement" ne se veut pas fédérateur en soi, mais consiste plutot à fournir des outils/méthodes pour créer des groupes qui deviennent après indépendants (avec un axe fort sur la permaculture).
Dans d'autres pays par contre comme en Angleterre, plusieurs villages ou petites villes ont déjà commencé cette transition.

-> Connaissiez vous déjà ? Vous en pensez quoi ?

Surement pas une réponse/solution unique en soi, mais peut être une petite pierre de plus, parmi d'autres, à l'édifice ..





Dernière édition par logan le Ven 2 Déc 2011 - 17:32, édité 1 fois

logan
Animateur

Masculin Nombre de messages : 2428
Localisation : France
Emploi : Ingénieur IT
Date d'inscription : 17/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://oldu.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villes en Transition (Transition Towns)

Message par Semper le Ven 2 Déc 2011 - 18:03

logan a écrit:

-> Connaissiez vous déjà ? Vous en pensez quoi ?


Yes,
Voici 2 émissions de France culture sur le sujet.
Reportage les villes en transition fondé par l’anglais Rob Hopkins à partir d’initiatives mises en place par des groupes de travail locaux déclinés en différentes thématiques (emploi, eau, biodiversité, énergie...). Ceci afin d’organiser la résilience locale face aux enjeux du changement climatique et de la fin programmée des énergies fossiles.

http://terreaterre.ww7.be/transition-towns-a-bristol-1.html
et
http://terreaterre.ww7.be/transition-towns-a-bristol-2-2.html
bonne écoute.

Semper
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 1759
Date d'inscription : 13/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villes en Transition (Transition Towns)

Message par Raffa le Sam 3 Déc 2011 - 14:14

En Belgique ça bouge bien aussi à ce sujet. Ce type de projet n'est pas parfait mais explore de nouvelles voies et donne des idées. Il a le mérite d'impliquer tout le monde (individus, commerçants, élus, asbl etc.). Perso je suis ce mvt de près.

Présentation d'Ath en transition (Belgique) et du film "Cultures en transition"

Un dossier d'Imagine

Un article récent sur slate

Sujets connexes :

Les monnaies libres et complémentaires. BD augmentée - Portail fr sur le sujetsur le sujet. En Belgique voir le réseau financité

Les coopératives citoyennes (alimentaires, énergétique de type éoliens/géothermique). Cf article sur basta, enercoop.

La consommation collaborative

etc etc etc Very Happy

--------
Le manuel de la transition
.

________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villes en Transition (Transition Towns)

Message par logan le Mer 12 Déc 2012 - 10:26

Espérons voire ce genre d'initiatives se multiplier ...

AFP - 12/12/12 - En Alsace, un village en transition prépare l'après-pétrole
UNGERSHEIM (France / Haut-Rhin) - Chaufferie à bois, panneaux solaires, cantine 100% bio et espaces verts sans pesticides: le village d'Ungersheim (Haut-Rhin), en transition vers l'autonomie énergétique et alimentaire, fonctionne au quotidien comme un laboratoire de l'après-pétrole.

Lassé par l'inertie et les beaux discours des politiques, le maire de cette commune de 2.000 âmes proche de Mulhouse multiplie les projets écologiques.
Un maire peut avoir beaucoup de leviers dans la contribution pratique, relève Jean-Claude Mensch, qui dirige sa commune depuis 1989. Le fait de passer à la transition, ça évite de trop parler d'écologie.

(...)

Désormais, l'éclairage public est moins énergivore, la piscine municipale est chauffée par des panneaux solaires et plusieurs bâtiments municipaux sont alimentés par une chaufferie à bois.

Le recours à la biomasse ayant fait ses preuves, la mairie envisage maintenant de relier cette chaudière à un futur lotissement voisin, pour avancer un peu plus vers l'autonomie.

Autre mesure forte, le désherbage des espaces verts, du cimetière ou encore du terrain de foot se fait sans pesticides. On fait tout à la main!, s'amuse David, un des employés communaux.

En plus des espaces verts, le jeune homme est affecté à une mission bien spéciale: c'est lui qui, tous les midis, assure une partie du ramassage scolaire... en calèche.

(...)

Une bonne partie de la population reste cependant circonspecte face à un tel dynamisme. Leur soutien n'est pas toujours évident, ils sont parfois un peu récalcitrants, admet le président d'une association locale, Serge Heckmann. Mais si on ne prend pas d'initiatives, personne ne le fera.

Ce volontarisme politique s'est traduit par l'implantation à Ungersheim de la plus grande centrale solaire d'Alsace (40.000 m2), dont la mise en service est prévue le 31 décembre.

Après avoir racheté une friche industrielle de 6 ha, la ville a lancé un appel d'offres pour y attirer un entrepreneur spécialisé dans le photovoltaïque.

Une société basée à Mulhouse va transférer son siège social à Ungersheim, payer un loyer à la ville et vendra au réseau ERDF une production équivalant à la consommation énergétique de 800 foyers, selon M. Mensch.

Ce maire hyperactif a encore des projets plein la tête. Tandis qu'il réfléchit à la création d'une unité de méthanisation, pour assurer une réelle autonomie énergétique, il tente d'attirer de futurs habitants avec la mise en place d'un éco-hameau constitué de maisons passives (qui ne consomment que l'énergie produite localement).

logan
Animateur

Masculin Nombre de messages : 2428
Localisation : France
Emploi : Ingénieur IT
Date d'inscription : 17/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://oldu.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Villes en Transition (Transition Towns)

Message par Raffa le Mer 12 Déc 2012 - 12:54

ce genre d'initiatives se multiplie. Je l'affirme .

Edit, et en témoigne d'ailleurs, le fait que le réseau des initiatives de transition vient d'obtenir le premier prix de la Société Civile de l’Union Européenne http://www.transitionnetwork.org/news/2012-12-03/european-union-award-transitioners

________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum