[Nucléaire] - incidents & accidents

Page 1 sur 30 1, 2, 3 ... 15 ... 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Andros le Mer 21 Fév 2007 - 11:28

Un Tokamak (réacteur à fusion) a déjà dégagé plus d'énergie qu'il n'en
avait nécessité, donc dans le principe scientifique c'est déjà une
réalité, maintenant il reste à voir si on peut le faire de manière
rentable.



Personnelement je suis un farouche défenseur de la filière nucléaire.



NB Au cas où vous auriez pas remarqué, ce n'est pas parce que nous
venons à la base d'Oléocène que tout le monde est pour les thèses qui y
sont développées.... c'est je crois une des raisons pour lesquelles ce
site a été crée je crois.



Je développe :

1- Nous vivons dans une société très technique et complexe, qui a
besoin de beaucoup d'énergie. Abandonner l'ordinateur ou l'Imagerie à
Résonnance Magnétique à cause d'une idéologie, c'est le Moyen-Age. Mais
heureusement personne (hormis les Khmers Verts) n'acceptera.



2- Il y a du gâchis, à cause de la société de consommation. La solution
à cela est politique, et pas technique. Sinon, c'est la faute aux
trains si Auschwitz a existé.



3- L'énergie nucléaire a permi à la France de devenir plus
indépendante, face notamment aux Américains qui veulent dominer le
marché des matières premières mondial (doctrine Kissinger). Dans un
livre sur les méfaits de Greenpeace, il me semble que cette
organisation est noyautée par des groupes d'influence très troubles
(pensons CIA), et je pense la même chose des groupes antinucléaires.
Ces gens ont un raisonnement valable à leur échelle, mais ils ne se
rendent pas compte de ce que cela implique stratégiquement.



Agiter le spectre de Tchernobyl pour vouloir sortir du nucléaire, c'est
du niveau du gosse qui s'est fait griffer par un chat et qui depuis a
une panique dès qu'il voit un chat.

Andros
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 1132
Date d'inscription : 12/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Nucléaire : risques & accidents

Message par KrAvEuNn le Sam 10 Mar 2007 - 4:14

source
Nucléaire : Rappel sur les accidents et incidents graves déjà survenus sur réacteur
Les industries du nucléaire le clamaient bien haut : la probabilité pour qu’un accident sérieux se produise était inférieure à 1 sur un million d’années de fonctionnement-réacteur. En un mot, si l’on ajoutait bout à bout, le nombre d’années de service de l’ensemble des centrales dans le monde, il faudrait atteindre au moins le chiffre d’un million pour qu’une catastrophe survienne. Pour en arriver là, les experts avaient calculé les chances de mauvais fonctionnement de chacun des composants vitaux d’un réacteur et leurs conséquences sur les autres éléments du système et ils en avaient déduit les probabilités d’accident... Les accidents ont pourtant déjà eu lieu !
Liste chronologique des accidents et incidents graves survenus sur des réacteurs



(Voir aussi : les accidents du travail, les pertes ou vols de sources radioactives...)

21 décembre 1952 - Chalk River (Ontario, Canada). A la suite de fausses manoeuvres sur les barres de contrôle, excursion de puissance du petit réacteur NRX à eau lourde. La puissance double toutes les deux secondes ; le processus, non explosif, est arrêté par vidange de l’eau lourde. Irradiation de 31 employés à des taux allant de 4 à 17 rems.

29 novembre 1955 - Centre national d’essais de réacteurs (Idaho, États Unis). Excursion de puissance du petit surgénérateur EBR-1 en raison de fausses manoeuvres sur les barres de contrôle. La puissance double tous les deux dixièmes de seconde. Le processus est arrêté par retrait de la couverture en uranium naturel. Fusion de 40 à 50 % du coeur. Pratiquement pas d’irradiation du personnel.

Octobre 1956 - Marcoule (Gard, France). Alors que le réacteur graphitegaz militaire G1 atteint pour la première fois sa puissance maximale (40 MWth, 3 MWé), le combustible d’un canal (quelques kg d’uranium) s’oxyde et fond, probablement en raison d’une réduction accidentelle du débit. Forte contamination du canal accidenté et des canaux voisins. Les conséquences extérieures auraient été rendues négligeables par les filtres.

8-12 octobre 1957 - Windscale (Cumberland, Angleterre). Incendie d’un réacteur plutonigène militaire. Contamination importante d’une partie du Cumberland, contamination plus faible d’une bonne partie de l’Angleterre. Probablement plusieurs dizaines de cancers mortels.

24 mai 1958 - Chalk River (Ontario, Canada). Quelques barreaux de combustible du réacteur à eau lourde NRU (200 MWth) avaient été abimés la veille lors d’une montée en puissance. L’un d’eux prend feu lors de son déchargement. Contamination importante, limitée au bâtiment du réacteur. Quelques employés reçoivent 20 rem d’irradiation. (Voir la vidéo en anglais de 1958)

15 octobre 1958 - Vinca (Yougoslavie). Excursion de puissance d’un réacteur de recherche à eau lourde, suite à un mauvais réglage du niveau d’eau lourde. Pas d’explosion, mais six personnes gravement irradiées (un mort). [Lors de la montée de l’eau dans le réacteur, la mesure de puissance étant défectueuse, celle-ci a continué au-delà de la surcriticité. Détection olfactive par un opérateur (dégagement d’ozone). Pas d’endommagement du coeur. 1 mort (433 rem) et 5 personnes irradiées (205 - 320 - 410 - 415 et 422 rem) ont été traitées à Paris par greffe de moelle osseuse.]

18 novembre 1958 - Centre national d’essais de réacteurs (Idaho, ÉtatsUnis). Destruction du coeur du réacteur HTRE-3.

14 décembre 1959 - Marcoule (Gard, France). A la fin de la deuxième montée en puissance du réacteur graphite-gaz militaire G2 (200 MWth, 36 MWé), échauffement brutal d’un canal, non détecté en raison d’une erreur de câblage de thermocouple, avec rupture violente des gaines dans ce canal et contamination importante de 100 canaux sur un total de 1200.
Malgré les conditions météorologiques défavorables, le réacteur est vidé de son C02 pour réparations, ce qui entraîne une irradiation des habitants du voisinage, qui ne semblent pas avoir été avertis. Selon les autorités, cette irradiation est très faible*. Au cours des réparations, le personnel subira des irradiations sérieuses.

* On peut se demander ce qu’il faut entendre par-là, alors que ces mêmes autorités ont jugé normal que les habitants du village de Codolet, de 1956 à 1968, reçoivent chaque année 52 millirem du fait des émissions d’argon-41 de G1.

3 janvier 1961 - Centre national d’essais de réacteurs (Idaho, ÉtatsUnis). Excursion nucléaire du petit réacteur à eau SL-1. Trois morts, plusieurs irradiés à quelques dizaines de rem.

20 mars 1965 - Chinon (Indre-et-Loire, France). Réacteur graphite-gaz militaire d’EDF Chinon 1 (300 MWth, 70 MWé). Malgré les signaux d’interdiction, un employé va chercher quelque chose qu’il a oublié dans une zone devenue active depuis. Il reçoit 50 rem.

30 décembre 1965 - Mol (Belgique). Excursion limitée de puissance par déplacement intempestif de la barre de contrôle centrale d’un réacteur de recherche. Une personne gravement irradiée (amputation du pied).

5 octobre 1966 - Lagoona Beach (près de Monroe, Michigan, États-Unis). "On a failli perdre Detroit", une pièce de métal ayant entravé la circulation du sodium, deux assemblages d’éléments combustibles du surgénérateur Enrico Fermi (300 MWth, 61 MWé) fondent. Pendant un mois les ingénieurs n’osent pas intervenir de peur de former une " masse critique " dans le coeur. La réparation durera quatre ans. [L’activité relâchée dans le sodium et le gaz de couverture a été estimée à environ 10 000 Curies.]

7 novembre 1967 - Grenoble (Isère, France). Fusion d’un élément du combustible du réacteur de recherches Siloé (15 MWth, coeur en uranium enrichi à 90 % placé dans une " piscine " d’eau ordinaire). Dégagement de 55 000 curies dans l’eau de la piscine et de 2 000 curies dans l’atmosphère.

21 janvier 1969 - Lucens (Suisse). Décompression brutale du circuit primaire de refroidissement d’un réacteur de 30 MWth et 6 MWé, modéré à l’eau lourde et refroidi au C02, situé dans une caverne. Forte contamination. Le réacteur est abandonné et la caverne murée. (Voir la vidéo de présentation=357&tx_ttnews
[list]=491,357,166,377,362,358,359&cHash=2a7ba39a9b] de 1965.)

17 octobre 1969 - Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher, France). Fusion de 50 kg d’uranium lors d’une opération de chargement du réacteur graphite-gaz Saint-Laurent 1 (480 MWé). La contamination serait restée limitée au site. Plus d’un an de réparations.

5 juin 1970 - Morris (Illinois, États-Unis). Lors de tests à 75 % de sa puissance maximum, le réacteur à eau bouillante Dresden 2 (794 MWé) s’arrête automatiquement à la suite de l’ouverture intempestive des vannes qui permettent à la vapeur de contourner la turbine. D’autres vannes interrompent alors l’émission de vapeur par le réacteur, ce qui est normal, mais sur un faux signal de bas niveau d’eau dans le réacteur, l’opérateur y envoie de l’eau. Une minute après il comprend que le signal était erronné, mais ne peut interrompre complètement l’arrivée d’eau et doit arrêter la montée en pression en ouvrant une vanne qui inonde partiellement le bâtiment réacteur. Contamination à l’intérieur de ce bâtiment, deux mois de réparations.

Septembre 1973 - Chevtchenko (Kazakhstan, URSS). A cet endroit fonctionne le surgénérateur Shevchenko BN-350 de 1000 MWth et 150 MWé (une partie de la puissance est utilisée pour le dessalement de l’eau de la mer Caspienne). 400 kg d’eau passent dans le circuit secondaire de sodium (non radioactif), d’où explosion sodium-eau, rupture des membranes d’éclatement, rejet à l’atmosphère et inflammation spontanée de l’hydrogène produit. L’incendie a été détecté par les satellites américains. On ignore le nombre des victimes éventuelles.

7 novembre 1973 - Vernon (Vermont, États-Unis). Au cours d’une vérification du coeur et des barres de contrôle du réacteur à eau bouillante Vermont Yankee (514 MWé), il se produit une criticité intempestive : on avait laissé une barre hors du coeur par inadvertance, et on montait une deuxième barre. Arrêt automatique immédiat de la réaction en chaîne par chute de barres de sécurité ; ni victimes, ni dégâts.

2 mai 1974 - Savannah River (Caroline du Sud, États-Unis). Fuites dans un réacteur plutonigène militaire à eau lourde. Contamination du voisinage par du tritium.

19 juillet 1974 - Grenoble (Isère, France). Fuite de 2 500 curies d’antimoine-124 radioactif dans la piscine du réacteur à haut flux de l’Institut Laue-Langevin (47 MWth, coeur en uranium très enrichi).
En raison de déversements trop importants d’effluents radioactifs dans des égouts insuffisamment étanches, il y a contamination de la nappe phréatique. En certains endroits on y mesure neuf fois la concentration maximale admissible. Le SCPRI (Service central de protection contre les rayonnements ionisants) ne prévient pas la population grenobloise. [Lire : Grenoble 1974 : première fuite en ville (Pdf 1,6 Mo) Laurent Broomhead.]

20 août 1974 - Beznau (Suisse). Un réacteur à eau pressurisée de 350 MWé subit le début de ce qui formera la séquence accidentelle de Three Mile Island, mais au bout de trois minutes l’opérateur comprend que la vanne de décharge du pressuriseur est restée ouverte, et l’incident est alors maîtrisé en neuf minutes. Il y a cependant rupture du ballon de décharge et légère contamination à l’intérieur de l’enceinte de confinement.

Février 1975 - Chevtchenko (Kazakhstan, URSS). Introduction de 800 kg d’eau dans le circuit secondaire de sodium [du surgénérateur Shevchenko BN-350], détérioration d’un générateur de vapeur, feu de 300 kg de sodium.



Dernière édition par KrAvEuNn le Mar 8 Juil 2008 - 10:05, édité 1 fois

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par nidhalg le Sam 10 Mar 2007 - 5:14

Le Blayais (Gironde), 27 décembre 1999
A deux atomes de la catastrophe

Le 5 janvier 2000, le journal Sud-Ouest révélait cette incroyable nouvelle : une inondation avait failli provoquer un accident nucléaire. Il avait fallu plus d'une semaine à l'Autorité de sûreté nucléaire pour se décider à dévoiler l'ampleur de la catastrophe évitée.



Ruptures.
Le 27 décembre 1999, la centrale du Blayais, située à 50 km de Bordeaux, est comme toute la France secouée par la tempête. Dans l'estuaire de la Gironde, qui refroidit la centrale, les intempéries provoquent une montée exceptionnelle des eaux. Les digues sont insuffisantes, et c'est plus de 100 000 m3 d'eau qui envahissent le site de la centrale. 10 000 m3 d'eau s'engouffrent dans les galeries souterraines, noyant plusieurs systèmes de sauvegarde. Peu après, le vent provoque la rupture des lignes haute tension qui relient la centrale au réseau. Le courant ne peut plus être évacué, et les réacteurs sont arrêtés d'urgence. En particulier, le réacteur n° 1 n'est plus refroidi que par deux pompes de secours, qui heureusement avaient été révisées en prévision du bogue de l'an 2000. Si une seule pompe était tombée en panne, c'était la catastrophe. Un rapport parlementaire (1) a reconnu que l'inondation des routes aurait empêché l'évacuation de la population. La tempête a eu lieu un jour de marée moyenne, mais en période de hautes eaux, le niveau de l'eau dans l'estuaire aurait été bien plus élevé. Selon le Collectif TchernoBlaye, « malgré les travaux effectués depuis, la centrale est toujours inondable, le risque climatique est négligé par EDF et toléré par l'Autorité de sûreté » (2). Personne ne peut exclure l'hypothèse d'une autre tempête, un jour de marée haute. Et pourtant, les seules mesures de sécurité préconisées ont été de distribuer des pastilles d'iode à la population.

TokaÏ-Mura - Japon
Accident grave en pays de haute technologie



En septembre 1999, à seulement 120 km de Tokyo, l'accident nucléaire de Tokaï-Mura a fait deux morts et provoqué l'irradiation de 439 personnes. Il est considéré comme le plus grave après Tchernobyl. Les causes de l'accident ? Pour accroître la rentabilité, l'exploitant s'affranchissait tout simplement des règles élémentaires de sécurité.

Le scandale de Saint-Laurent -des-Eaux
La vérité dissimulée pendant des années

Deux accidents graves de fusion, qualifiés à l'époque d'incidents, se sont produits à la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher). Le premier, en 1969, avait entraîné la fusion de cinq éléments combustibles sur le réacteur A1 et n'avait pas été révélé. Le second, en mars 1980, a conduit à la fusion de deux éléments combustibles du réacteur A2. C'est l'accident nucléaire le plus grave jamais répertorié sur un réacteur en France.

Quelles ont été les conséquences de ces accidents ? Du plutonium a été rejeté dans la Loire pendant seize ans, de 1969 à 1985, ce qui est bien sûr formellement interdit. Aucune précaution n'a été mise en place pour protéger la population. Ce n'est qu'en 1988 que cette situation a été révélée.

Graphite irradié. Ces deux réacteurs, à l'arrêt définitif depuis les années 1990, sont en cours de démantèlement. Une situation jugée par la CGT extrêmement préoccupante pour la sécurité des travailleurs. Il subsiste en effet sur le site 2 000 tonnes de graphite irradié « en vrac », alors qu'il aurait dû être stocké depuis quinze ans dans des conteneurs réglementaires. De plus, il n'existe aucune solution pour évacuer ce graphite radioactif.

nidhalg
Membre

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 16/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par nidhalg le Sam 10 Mar 2007 - 5:15

Réseau Sortir du nucléaire - Fédération de 743 associations
www.sortirdunucleaire.fr - Tel. 04 78 28 29 22

Une étincelle suffit pour déclencher l'apocalypse nucléaire !

L'Europe est passée à deux doigts de la catastrophe nucléaire le 25 juillet 2006 à cause d'un court-circuit qui a provoqué le black-out d'un réacteur à Forsmark en Suède. Selon l'ancien responsable de cette centrale, « C'est l'événement le plus dangereux depuis Harrisburg et Tchernobyl ».

Alors que la panne gravissime du réacteur suédois fait la UNE de la presse en Europe, on en a très peu entendu parler en France. Le Réseau « Sortir du nucléaire » apporte donc la lumière sur le plus grave événement lié à un réacteur nucléaire depuis l'explosion de Tchernobyl, il y a exactement 20 ans.

Le 25 juillet dernier à la centrale nucléaire de Forsmark (Suède) un court-circuit dans le réseau électrique extérieur de la centrale a provoqué la perte d'alimentation électrique du réacteur n°1. Le réacteur a alors été stoppé d'un seul coup en raison de la coupure de courant. Tous les écrans de la salle de contrôle se sont éteints simultanément : les opérateurs se sont retrouvés sans les commandes face à un réacteur incontrôlé et incontrôlable. Une seule solution pour éviter la fusion du coeur : mettre en route les quatre générateurs pour alimenter en électricité les pompes de refroidissement du réacteur. Mais aucun n'a démarré spontanément comme il aurait dû le faire dès qu'une panne de l'alimentation extérieure survient. Il semblerait que les batteries des générateurs aient été affectées par le court-circuit. Le c½ur ne pouvant plus désormais évacuer sa chaleur, s'est échauffé [1], le niveau de l'eau dans le circuit primaire a baissé de deux mètres et la pression a dégringolé à 12 bars alors qu'elle doit se maintenir à 70 bars. Dans ces conditions l'accident majeur n'est plus qu'une question de minutes. Or il faudra 23 minutes à l'équipe en place pour finalement arriver à démarrer manuellement deux générateurs de secours. 23 minutes pendant lesquelles les opérateurs n'ont pas su si le réacteur était vraiment à l'arrêt et si leurs actions avaient les conséquences voulues [2]. Pourquoi seulement deux générateurs sur quatre ont-ils finalement démarré alors que les quatre générateurs étaient de même conception ?
On l'ignore toujours.

Que se serait-il passé si aucun des générateurs de secours n'avait fonctionné à Forsmark le 25 juillet ?
La première phase de la destruction du c½ur, selon les Suédois, se serait produite 7 minutes plus tard et la fusion, dans l'heure qui aurait suivi, produisant un dégagement colossal de radioactivité qui se serait disséminée dans toute l'Europe. Une fois le processus de fusion du c½ur entamé, l'explosion du réacteur risquait de se produire à n'importe quel moment [3]. Le réacteur de Forsmark est bien passé très très près de la catastrophe nucléaire.
Un ancien responsable et constructeur du réacteur n°1 de Forsmark, Lars-Olov Höglund, confirme qu'il s'agissait bien d'un événement gravissime : « C'est un pur hasard si la fusion du c½ur n'a pas eu lieu » a-t-il déclaré au journal suédois Svenska Dagablet [4].
Faut-il rappeler que l'organisme de contrôle nucléaire américain, la NRC [5], estime que 50 % des scénarios menant à la fusion du c½ur ont une seule et même cause : la coupure de courant du réacteur [6] ?

Comme un défaut générique est très vraisemblablement à l'origine de la panne gravissime, l'organisme de contrôle nucléaire suédois a fermé préventivement trois réacteurs.
Si l'on tient compte des réacteurs fermés pour maintenance, la Suède a aujourd'hui la moitié de ses réacteurs en berne. L'Allemagne et la Finlande examinent de près chacun de leurs réacteurs nucléaires et la France, bien évidemment, ne fait rien, persuadée qu'elle est de son infaillibilité. On pourra toujours nous raconter que cela ne peut pas arriver aux réacteurs français parce que leur conception est différente mais c'est un court-circuit hors du réacteur qui a mis à genoux le réacteur suédois. EDF et la DGSNR [7] doivent impérativement démontrer que ce risque n'existe pas en France. Jusqu'à preuve du contraire, l'accident majeur nucléaire est possible en France en raison d'un court-circuit sur le réseau électrique. En attendant, les 58 réacteurs nucléaires français doivent être arrêtés et inspectés minutieusement pour déterminer s'il y a ou non un tel défaut générique.

Oui, on peut perdre le contrôle d'un réacteur occidental récent pendant plus de 20 minutes. Oui, on risque l'accident nucléaire à cause d'un simple court-circuit. Non, les tenants de l'atome n'ont pas tout prévu. Preuve en est la déclaration de l'AIEA [8] rapportée l'année dernière par l'exploitant du réacteur suédois : « La centrale nucléaire de Forsmark est une des plus sûres au monde et il devrait être possible de la faire fonctionner pendant encore 50 ans » [9].
Belle clairvoyance !
La technologie nucléaire est extrêmement fragile par essence parce qu'elle met en ½uvre une infinité de procédés plus complexes les uns que les autres, rendant les sources d'accidents multiples et imprévisibles. Le nucléaire est par nature périlleux et ingérable. Forsmarks Kraftgrupp, propriétaire de la centrale de Forsmark, l'avait probablement oublié en affirmant en 2005 qu'« un réacteur nucléaire n'est en réalité qu'une bouilloire géante » [10].
La crise nucléaire de Forsmark montre clairement que les réacteurs russes RBMK ne sont pas les seuls à être dangereux mais que, bien au contraire, tous les réacteurs nucléaires sont menaçants même s'ils sont construits par une des nations les plus développées au monde, la Suède. Le nucléaire nous fait prendre des risques ahurissants sans pouvoir assurer notre sécurité.
Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ?

Pour qu'on arrête de jouer nos vies à la roulette russe, exprimons notre refus de l'énergie nucléaire à nos gouvernants en rejoignant le samedi 17 mars 2007 les manifestations du Réseau « Sortir du nucléaire » contre la relance du nucléaire à Lyon, Toulouse, Rennes, Strasbourg et Lille.

Martin Leers, chargé de campagne au Réseau « Sortir du nucléaire »

nidhalg
Membre

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 16/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par KrAvEuNn le Sam 31 Mar 2007 - 5:08

source
Nucléaire : "une histoire incroyable..."L’affaire gêne, bouscule la confiance dans les notables et les institutions, dépasserait ce qu’une simple association (Cedra) a mis à jour ; et puisque les "responsables" se terrent, nous publions ci-dessous un témoignage local sidérant...
Et si celui-ci vous révolte, faites circuler cette info à tout va, la force de l’opinion publique étant ce qui reste de plus efficace...


Les faits en 40 lignes


C’est l’histoire incroyable d’un Champenois, Michel GUERITTE, qui, inquiet du trop grand nombre de malformations congénitales, de pathologies de la thyroïde, de cancers de toute sorte, dans sa propre famille, et dans son village, Ville-sur-Terre, dans l’Aube, commence une enquête sur un éventuel rapport de cette situation sanitaire anormale avec les effets du fameux nuage de Tchernobyl.
En novembre 2006, au moment même où il s’apprête à commencer le montage d’un film, judicieusement titré : Tchernovil-sur-Terre, explicitant le rôle de l’iode 131, des cesium 134 et 137, dans cette partie de la Champagne, il apprend qu’un site nucléaire, situé à 8000 m de sa maison natale, le CSA de Soulaines, (Centre de Stockage de l’Aube), rejette dans l’atmosphère des gaz radioactifs. Activité cachée aux riverains et aux élus, depuis 14 années !
Effectivement, avant d’être enfouis dans des alvéoles en béton, les fûts de déchets radioactifs sont écrasés par une énorme presse, pour économiser du volume. Le volume total du stockage étant limité à 1 million de m3 !
Les galettes sont alors reconditionnées dans des fûts neufs.
Dans un atelier confiné, malgré une ventilation nucléaire et des filtrages soit disant appropriés, des effluents gazeux radioactifs sortent par une cheminée de 17 m, et se répandent dans l’atmosphère.
Rappelons que l’ANDRA Soulaines est autorisée par l’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire) à rejeter environ 50 Giga Becquerels par an.
Le 25 janvier 2007, la preuve est établie que les villages sous les vents dominants, donc à l’est de l’Aube, et à l’ouest de la Haute-Marne, sont gravement contaminés par les radionucléides issus de la cheminée.
Exemples :
100 fois plus de cancers de la thyroïde, (cent fois), que les cancers attendus.
550 malades de la thyroïde à Bar-sur-Aube,
des quantités de cancers du pancréas, du foie, du colon, de la prostate, de la vessie, du sein... Sans oublier les Alzheimer et les Parkinson ! Les traitements de la stérilité...
Bref des milliers de vies brisées...
Les vétérinaires ont remarqué que même les chiens sont malades de la thyroïde !
Michel GUERITTE entreprend alors de dénoncer l’affaire. Il crée une association : La Q.V. (Qualité de Vie à Ville-sur-Terre et ses environs)
La Q.V. souhaite qu’au nom du principe de précaution le compactage soit stoppé au plus vite.
La Q.V. souhaite que les responsables soient poursuivis en justice.


Il se dit que des médias locaux ne sont pas chauds du tout pour informer ou mener enquête
Il se dit même que l’un, et non des moindres, aurait refuser de publier des petits pavés publicitaires -pourtant payants- donnant l’adresse d’un site info
alors, le CEDRA vous l’offre : www.villesurterre.com


LE SAVEZ-VOUS
Le gestionnaire ANDRA de la (très coûteuse) poubelle-passoire de Soulaines invite ce MARDI 3 AVRIL 11H30 à une
OPERATION DIVERSION
assister à un évènement assurément incroyable : le stockage du 200 000ème m3 de déchets atomiques !
ATTENTION :
discrétion non assurée (pièce d’identité obligatoire) mais cocktail à discrétion (celui de la cheminée ?)
CEDRA - Collectif contre l’enfouissement des déchets radioactifs
BP 17 - 52101 SAINT DIZIER Cedex -
www.burestop.org - Cedra52@burestop.org
Tel-rep-fax : 00 33 (0)3 25 04 91 41 (permanences tel : lundi et mercredi 14H -18H + vendredi 9H-12H)


________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Canis Lupus le Sam 31 Mar 2007 - 10:01

Incroyable...:-(

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Rammstein le Sam 31 Mar 2007 - 13:52

Rassurez-vous : l'état omnipotent et omniscient a tout prévu et fait distribuer des comprimés de iodure de potassium à toute la population...

Comment ? Cette mesure n'est pas appliquée ? Mais alors, on nous aurait menti ?!?

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[Nucléaire] Incidents & accidents nucléaires

Message par Rammstein le Mar 10 Avr 2007 - 9:31

La dépêche TF1

L'incident qui s'est produit lundi soir sur un des réacteurs de la centrale nucléaire de Dampierre dans le Loiret "fait suite à une défaillance électrique".

Le réacteur a été arrêté et "la sûreté est assurée par les fonctions de secours".


Un incident s'est produit lundi soir sur un des réacteurs de la centrale nucléaire de Dampierre dans le Loiret, a indiqué mardi un communiqué de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Cet incident est classé niveau 1 sur l'échelle internationale des incidents et accidents nucléaires (échelle Ines), qui en compte 7.

L'ASN "a été informée par EDF qu'un incident est survenu le 9 avril 2007 sur le réacteur numéro 3 de la centrale nucléaire de Dampierre", précise l'ASN, soulignant qu'il "fait suite à une défaillance électrique".

Le réacteur a été arrêté et "la sûreté est assurée par les fonctions de secours". "Le plan d'urgence interne a été déclenché par EDF à 22 heures 10" et l'ASN "a mis en place son organisation nationale de crise", précise l'ASN.

(D'après agence)


Qui n'a pas ses pastilles ?

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par cerise le Mar 10 Avr 2007 - 9:57

justement les pastilles d'iode, suite à la lecture de la 1ere ou 2eme édition du guide des alternatives ( éd. du Fraysse) où il était mentionné l'adresse d'un labo disparu entre temps, j'avais essayé d'en acheter à la pharmacie et on m'a dit que ça n'existait pas ! la production doit être réservée à une éventuelle distribution d'urgence ?
Est-ce qu'on peut se rabattre sur la teinture d'iode?
Embarassed désolée pour le HS

cerise
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1129
Date d'inscription : 04/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://marmite-norvegienne.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Rammstein le Mar 10 Avr 2007 - 10:16

Les comprimés de iodure de potassium sont fabriqués par la Pharmacie des Armées.

Ils sont à utiliser lors d'un incident type Tchernobyl dans une centrale nucléaire, accident qui provoquerait la dispersion dans l'atmosphère d'un isotope radioactif de l'iode.

Leur prise doit commencer au plus tôt, 30 minutes après le début de l'alerte si possible. L'objectif est de saturer la thyroide d'iode, afin d'éviter l'absorption par celle-ci d'iode radioactif, à l'origine de nombreuses affections plutôt réjouissantes (cancer de la thyroide, leucémie...). Les enfants sont les plus sensibles à l'iode radioactif.

Bizarrerie des autorités francaises, la distribution des comprimés passe par les pharmacies. Le mantra des pharmaciens en général sur le sujet est que la vente des comprimés d'iode ne peut se faire que sur ordre des autorités.

On rigolera bien lorsqu'on aura notre petit Tchernobyl francais ! Je n'ose imaginer la longueur des files d'attentes devant les pharmacies pour obtenir les précieux comprimés, le tout accompagné d'émeutes et dans une ambiance de sauve-qui-peut général ! Si en plus l'incident a lieu à 2 heures du mat', on aura la thyroide bien gorgée d'iode radioactif au réveil... Enfin, dernière interrogation : les pharmacies auront-elles suffisamment de comprimés pour toute la population ?

J'ai également rencontré des difficultés pour m'en procurer en France. Légalement une pharmacie n'a pas le droit de refuser la vente. Je vis en Allemagne, et ai découvert, ô joie, que les autorités encouragent vivement l'achat de ce type de traitement (=> Thyroprotect, si cela peut aider).

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par cerise le Mar 10 Avr 2007 - 10:56

flower merci de ta réponse Rammstein
Thyroprotect : inconnu des moteurs de recherche pour pages "France" :evil:

cerise
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1129
Date d'inscription : 04/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://marmite-norvegienne.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par trollinet le Mar 10 Avr 2007 - 15:11

pour info les foyers vivant à moins de 5 km (distance à vérifier mais l'ordre de grandeur est là) des centrales nucléaires possèdent ces comprimés (livrés par les autorités).
Qui a dit que l'iode radioactif s'arrêterait à cette frontière ?

trollinet
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 185
Loisirs : GN, randonnée
Date d'inscription : 14/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par bluetansy le Mar 10 Avr 2007 - 20:49

De toutes façosn je suis allergique à l'iode !!!! :-(

Blue

bluetansy
Membre

Féminin Nombre de messages : 392
Localisation : St Claude 39
Date d'inscription : 21/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Capausoleil le Mar 10 Avr 2007 - 23:03

Tout ce qu'il vous faut pour 11€ ici : Lien

Capausoleil
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 866
Date d'inscription : 17/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Rammstein le Mer 11 Avr 2007 - 20:28

Blue,

La prise des comprimés n'est plus nécessaire au-delà de 45 ans, à en croire la notice posologique.

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par cerise le Ven 27 Avr 2007 - 9:50

hier c'était donc l'anniversaire de Tchernobyl ( on a sûrement dû en parler beaucoup dans les médias Rolling Eyes ...) grâce à un mail du réseau sortir du nucléaire, j'ai pu voir ce film magnifique et bouleversant et j'ai ainsi découvert le site d'un type formidable.

et pour revenir aux fameux comprimés, Antoine a fait un ti film où il s'en va en demander à sa pharmacienne...
c'est par ici Antoine et la pharmacienne


Dernière édition par cerise le Ven 14 Mar 2008 - 8:26, édité 1 fois

cerise
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1129
Date d'inscription : 04/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://marmite-norvegienne.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Rammstein le Ven 27 Avr 2007 - 9:55

Dommage, l'accès au site est bloqué par mon pare-feu...

Il en obtient, des cachets ?

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par bluetansy le Ven 27 Avr 2007 - 10:06

Et non...Mais la pharmacienne est d'une bonne volonté rare je trouve...elle télphone et tout et tout...

Par contre, Zut, j'ai fermé le site et je dois filer mais il me semble que ça se passe en Belgique...

Blue

bluetansy
Membre

Féminin Nombre de messages : 392
Localisation : St Claude 39
Date d'inscription : 21/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par cerise le Ven 27 Avr 2007 - 10:25

ça m'a rapellé quand moi aussi j'avais posé la question, la mienne avait fait aussi l'effort de demander au grossiste, mais sans aller jusqu'à donner le tel du ministère ni rien de plus.
oui, il me semble aussi que c'est la Belgique.

cerise
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1129
Date d'inscription : 04/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://marmite-norvegienne.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le nuage de Tchernobyl en vidéo

Message par Rammstein le Mer 6 Juin 2007 - 11:44

La vidéo du nuage de Tchernobyl est .

Mauvaise nouvelle : on l'a tous pris sur la figure !

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Incidents & accidents nucléaires

Message par Rammstein le Mer 18 Juil 2007 - 11:13

Incidents nucléaires chez Vattenfall : Merkel demande explications

BERLIN - La chancelière allemande Angela Merkel a exigé des explications sur deux incidents récents survenus dans des centrales nucléaires opérées en Allemagne par une filiale du groupe public suédois Vattenfall, une affaire qui prend chaque jour plus d'ampleur.

"Cela doit être tiré au clair. Et de la manière la plus stricte, sans quoi nous ne pouvons pas assurer notre sécurité", a dit la chancelière lors d'une interview diffusée dans la nuit de mardi à mercredi par la chaîne RTL.

Mardi, l'autorité fédérale de surveillance du nucléaire en Allemagne avait mis en cause une "erreur humaine" lors d'un incident dans une centrale opérée par le groupe Vattenfall à Krümmel (nord).

Un incendie était survenu le 28 juin dans le transformateur de cette centrale, entraînant un arrêt brutal du réacteur.

Le ministre de l'Environnement Sigmar Gabriel est monté à son tour au créneau en reprochant mercredi à Vattenfall d'avoir empêché les autorités d'interroger des responsables de la centrale : "L'entreprise rend impossible une explication totale de l'incident", a dit le ministre au quotidien Tagesspiegel.

Vattenfall est sous le feu des critiques suite à l'incident à Krümmel, mais également en raison d'une défaillance début juillet dans une autre de ses centrales nucléaires, à Brunsbüttel (nord-ouest).

Ces incidents ont relancé le débat en Allemagne sur l'énergie nucléaire, qui doit officiellement être abandonnée progressivement par le pays.

M. Gabriel, farouche opposant au nucléaire, a jugé qu'il fallait "tirer des leçons de ces événements, et mettre hors service au plus vite les vieilles centrales à risque."

L'Etat régional du Schleswig-Holstein où se trouvent les deux centrales remet quant à lui en cause la licence accordée à Vattenfall pour opérer des sites nucléaires.

Le patron de Vattenfall Europe, Klaus Rauscher, a de son côté dénoncé une "campagne" orchestrée par les opposants au nucléaire.

(©AFP / 11 juillet 2007 08h14)

Sans compter la centrale japonaise qui fuit !

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par splotch le Mer 18 Juil 2007 - 11:45

Beh, en France, l'information sur les incidents nucléaires, elle fait comme les nuages, elle s'arrête aux frontières :

1) Black out
2) Meuh non y a rien eu !
3) C'est juste un transfo extérieur qui a court-circuité et fumé un peu.
4) C'est vrai des bidons de matières faiblement radioactive sont tombés, quelques uns se sont ouverts.
5) Quelques tuyaux se sont décrochés, libérant quelques substances.
6) Puis ça fait moins de morts que le cannabis un week-end de rave-party !
7) Nous allons créer un comité d'experts chargés d'analyser ce qui s'est passé. Nous attendrons leurs conclusions.
8) Nous demandons une subvention exceptionnelle au nom du principe de précaution pour améliorer la sûreté de nos centrales et compenser le manque à gagner de nos actionnaires
9) Nous ne pouvions pas deviner !
10) Désolé, la société holding off-shore aux îles Caïman n'est pas solvable.
11) Les chômeurs de plus de cinquante ans ne prévoyant plus d'avoir d'enfant sont tenus de s'inscrire comme liquidateurs.
12) A suivre...

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Rammstein le Mer 18 Juil 2007 - 13:08

Une petite piqûre de rappel sur la population et les liquidateurs de Tchernobyl :

-LIEN

-LIEN

Le Canard Enchaîné a également rapporté il y a quelques mois l'histoire de ce héros inconnu qui a plongé sous le réacteur pour vidanger la piscine de refroidissement. C'était d'entrée une mission suicide...

Rammstein

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par splotch le Mer 18 Juil 2007 - 15:47

Noté pour la postérité, pendant que c'est encore lisible :
(mise en gras par mes soins)


Bénigne fuite radioactive dans une centrale japonaise
LE MONDE | 17.07.07 | 15h29 • Mis à jour le 17.07.07 | 15h29

(...)
Si les dégâts sont importants, la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa, située dans la région la plus durement touchée, n'a pas été endommagée. Un début d'incendie, rapidement maîtrisé, s'est produit dans un transformateur électrique et une fuite d'eau radioactive a été détectée mais "elle est bien en deçà du niveau qui pourrait affecter l'environnement", a déclaré le porte-parole de Tokyo Electric Power (Tepco), propriétaire de la centrale. Avec ses sept réacteurs d'une capacité totale de 8 212 mégawatts, qui en font une des plus puissantes du monde, elle fournit Tokyo en électricité.
(...)
Le lendemain :


La fuite radioactive dans une centrale japonaise a été sous-estimée
LEMONDE.FR avec AFP | 18.07.07 | 09h11 • Mis à jour le 18.07.07 | 09h19
La radioactivité de l'eau qui a fui de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, la plus grande centrale nucléaire du Japon, lors d'un violent séisme, lundi, est une fois et demie plus importante qu'initialement estimé. La compagnie exploitante, Tokyo Electric Power (Tepco), a annoncé, mercredi 18 juillet, que la radioactivité n'a pas atteint 60 000 mais 90 000 becquerels.


"Il y a eu une erreur dans le calcul de la radioactivité de l'eau qui s'est échappée dans la mer", a expliqué Tepco dans un communiqué. "Mais la radioactivité corrigée reste sous la limite légale et n'affecte pas l'environnement", a-t-elle assuré. Outre cette fuite radioactive, le séisme de magnitude 6,8 sur l'échelle ouverte de Richter a provoqué une cinquantaine d'incidents dans la centrale, dont un incendie, des fuites de carburant et des bris de matériel. Une centaine de fûts d'acier hermétiques destinés à recueillir les gants et autres vêtements potentiellement irradiés se sont renversés lors de la secousse.
FERMETURE PROVISOIRE DE LA PLUS GRANDE CENTRALE JAPONAISE
Le ministre de l'économie et de l'industrie, Akira Amari, a ordonné à Tepco de maintenir les sept réacteurs de la centrale fermés jusqu'à ce que des vérifications poussées aient été effectuées. La lenteur à régler l'incident "pourrait amener les gens à ne plus faire confiance à l'énergie nucléaire", s'est inquiété le ministre. "Je reconnais qu'il y a eu une certaine inefficacité dans nos mesures" de lutte anti-incendie, s'est excusé le président de Tepco, Tsunehisa Katsumata, après s'être fait morigéner par le ministre.
Mercredi, le maire de Kashiwazaki a, à son tour, ordonné la fermeture temporaire de la centrale nucléaire lors d'une rencontre avec le PDG de Tepco, qui, vêtu du bleu de travail des employés de la centrale, s'est publiquement prosterné devant le maire en déclarant : "Je présente mes excuses du fond du cœur pour avoir causé des craintes et des problèmes terribles."
La centrale de Kashiwazaki-Kariwa est située à seulement neuf kilomètres de l'épicentre du séisme qui a fait neuf morts et plus de mille blessés, lundi. C'est la première fois qu'une secousse tellurique provoque une fuite radioactive au Japon, pays qui dépend à 35 % du nucléaire pour son électricité et qui est situé dans une région à très hauts risques sismiques. Kashiwazaki-Kariwa représente environ 7 % des capacités de production totales de Tepco, la plus grande compagnie d'électricité privée du monde. La centrale fournit en électricité la mégalopole de Tokyo, à 250 km au sud.

On s'attarde sur des détails vestimentaires du directeur de la centrale...

J'ose pas écouter TF1 (= Bouygues, investisseur dans le nucléaire) !

splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nucléaire] - incidents & accidents

Message par Eco.foxtrot le Mer 12 Déc 2007 - 0:23

Les leucémies infantiles plus fréquentes près des centrales nucléaires


"Le risque de leucémie augmente de façon "statistiquement significative" chez les enfants vivant près des centrales nucléaires, selon une étude réalisée pour le compte de l'Office fédéral allemand de protection contre les rayonnements."

Ah bah merde alors, on nous aurait menti ?

________________________________________________________
La faim est proche

Eco.foxtrot
Membre

Masculin Nombre de messages : 367
Age : 30
Emploi : Rien
Date d'inscription : 24/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 30 1, 2, 3 ... 15 ... 30  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum