Le risque grec

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Rammstein le Mar 30 Juin 2015 - 19:05

3a => plutôt islandais le scénario ! La Grèce reste une destination touristique de choix malgré ses déboires financiers, donc l'économie ne se retrouverait pas complètement atone en cas de passage à vide. Et il ne faut pas oublier que la Russie est derrière la Grèce...

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Philippe-du-75013 le Mar 30 Juin 2015 - 20:55

Rammstein a écrit:3a => plutôt islandais le scénario ! La Grèce reste une destination touristique de choix malgré ses déboires financiers, ....

Encore plus avec la Tunisie qui est de facto hors-jeu pour longtemps.

________________________________________________________
"Ne participez pas à l’économie sans nécessité. Achetez aussi peu que possible. Réutilisez autant que vous le pouvez. Réduisez vos besoins physiques. Établissez des plans pour les réduire davantage" (Dimitri Orlov)


"Le sage ne peut recevoir ni injure ni outrage" (Sénèque)

Philippe-du-75013
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1147
Age : 61
Localisation : IDF
Loisirs : Natation, vélo (déplacements non sportifs)
Date d'inscription : 24/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Barnabé le Mar 30 Juin 2015 - 22:55

Rammstein a écrit:La Grèce reste une destination touristique de choix malgré ses déboires financiers, donc l'économie ne se retrouverait pas complètement atone en cas de passage à vide.
- Ca fait de l'économie, mais c'est un peu court quand même : le tourisme et le voyage contribuent environ pour 17 % au PIB de la Grèce. Si le marché intérieur se casse la gueule parce que les gens n'ont plus de quoi se payer quoi que ce soit, ça va pas.
- Ca fait de l'économie, mais ça ne fait pas beaucoup de rentrées fiscales pour l'Etat (du moins pas autant que ça devrait)... tant que les Grecs auront le travail au black comme sport national et que la machine à carte pour payer sera éternellement "en panne" dans les restaurants, hôtels, etc.

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Rammstein le Mer 1 Juil 2015 - 1:23

C'est désormais officiel : la Grèce a fait défaut et ne remboursera pas sa dette au FMI !

http://www.leparisien.fr/economie/grece-nouvelle-offre-de-tsipras-teleconference-de-l-eurogroupe-a-19-heures-30-06-2015-4907401.php#xtor=AD-32280599&xtref=http%3A%2F%2Fwww.boursorama.com%2Factualites%2Fla-grece-a-fait-defaut-sur-sa-dette-vis-a-vis-du-fmi-c07105edb7f1129809dfd73746f41d25

J'attends impatiemment la réaction de notre génialissime secrétaire d'état aux affaires européennes, pour ne citer que lui... mrsgreen

Barnabé a écrit:Si le marché intérieur se casse la gueule parce que les gens n'ont plus de quoi se payer quoi que ce soit, ça va pas.

C'est déjà le cas depuis quelques années, donc oui, effectivement, "ça va pas" ! Pour l'anecdote, les grands-parents d'un camarade de classe de mon fils sont des grecs retraités vivant en Grèce. Ils ne touchent plus aucune pension depuis 10 mois...

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Aristote le Mer 1 Juil 2015 - 7:14

Rammstein a écrit: les grands-parents d'un camarade de classe de mon fils sont des grecs retraités vivant en Grèce. Ils ne touchent plus aucune pension depuis 10 mois...
Et lui as tu demandé quels étaient leurs moyens de subsistance dorénavant ?

________________________________________________________
“Plus un homme est bête et moins l'existence lui semble mystérieuse.” Arthur Shopenhauer
"Moins on pense, plus on parle" Montesquieu
Les choses nécessaires coûtent peu, les choses superflues coûtent cher. Diogène

Aristote
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 3260
Localisation : Planète Terre
Loisirs : Oenophile et trollicide
Date d'inscription : 08/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Barnabé le Mer 1 Juil 2015 - 8:05

Rammstein a écrit:C'est désormais officiel : la Grèce a fait défaut et ne remboursera pas sa dette au FMI !
Le communiqué de presse du FMI, très laconique, dit tout de même les choses suivantes :
- le paiement n'est pas intervenu
- la Grèce a donc désormais des arriérés de paiement
- le FMI ne peut plus lui prêter tant que ces arriérés ne sont pas payés
- la Grèce a déposé hier une demande de délai de paiement qui doit maintenant être examinée par le Conseil d'Administration du FMI. Le FMI, selon sa charte, peut reporter une échéance de paiement jusqu'à 3 à 5 ans.

Il y a là une astuce procédurale de la Grèce... et un moyen de pression supplémentaire du FMI. Si le FMI accorde ce délai de paiement, je suppose que tout le monde va considérer que ce n'est pas un défaut de paiement. Si le FMI rejette cette demande, alors c'est un défaut de paiement, avec les conséquences néfastes : dégradation de la note par les agences de notation, accès au financement impossible, etc.

Le Guardian a publié un article très intéressant (en anglais) :
http://www.theguardian.com/business/2015/jun/30/greek-debt-troika-analysis-says-significant-concessions-still-needed
Pour résumer : les créanciers ont réalisé des documents non publiés qui montrent que, même dans le scénario où la Grèce applique le plan de redressement qu'ils proposent, la dette en 2030 serait toujours de 118 % du PIB, supérieure aux 110 % maxi indiqués comme objectif par le FMI. Le document avoue qu'il faudra des "concessions supplémentaires".
Par ailleurs, comme l'écrit Stieglitz, on voit mal comment une politique d'austérité qui a produit une chute du PIB de 25 % en quelques années produirait tout à coup des résultats positifs ! Le document table sur un résultat primaire du budget de l'état positif de 1%, 2%, 3%, and 3.5% respectivement en 2015, 2016, 2017, 2018 (le "résultat primaire" est avant prise en compte des intérêts de la dette). Et cette hypothèse est déjà d'un optimisme délirant.

Prochaines étapes :
- nouvelle réunion de l'eurogroupe aujourd'hui pour examiner les propositions d'hier de la Grèce
- y aura-t-il ou non un référendum ce dimanche ?
Concernant les remboursements, il y a une autre échéance : au 20/07, la Grèce doit rembourser 3,5 milliards d’euros, en rachats d’obligations grecques à la Banque centrale européenne (BCE).

Le feuilleton continue...

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Philippe-du-75013 le Mer 1 Juil 2015 - 9:47

Barnabé a écrit:

Le communiqué de presse du FMI, très laconique, dit tout de même les choses suivantes :
La Laconie est une région de Grèce!

Historiquement la Grèce modernes n'a jamais pu vivre de ses seules ressources

De l'indépendance à la chute de l'empire Ottoman la Grèce à connu plusieurs faillites et défauts de paiements. Les européens ont toujours passé l'éponge pour des raison politiques: peser indirectement sur l'empire ottoman.
L'entre deux-guerre* n'a pas été brillant, le pays était très profondément désorganisé par des querelles politiques et n'a pas su s'industrialiser. 

Après 1945 il y a eu un soutien américain continuel pour éviter de voir la Grèce basculer dans le communisme par trop de pauvreté et d'importants retour de fonds par les émigrants.

* Les grecs n'ont participé**à la première guerre qu'a la toute fin en 1918 contre les turcs mais là jusqu'en 1922. 

** En réalité une fausse neutralité favorable aux français et anglais (stationnement de troupes anaglaises, françaises, serbes en vue de l'attaque finale de la Bulgarie) moyennant un soutien sous différentes formes, déja! 


________________________________________________________
"Ne participez pas à l’économie sans nécessité. Achetez aussi peu que possible. Réutilisez autant que vous le pouvez. Réduisez vos besoins physiques. Établissez des plans pour les réduire davantage" (Dimitri Orlov)


"Le sage ne peut recevoir ni injure ni outrage" (Sénèque)

Philippe-du-75013
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1147
Age : 61
Localisation : IDF
Loisirs : Natation, vélo (déplacements non sportifs)
Date d'inscription : 24/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Aristote le Mer 1 Juil 2015 - 10:08


http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/23/grexit-et-defaut-de-paiement-vos-questions-sur-la-dette-grecque_4660028_3234.html

Un non-remboursement du FMI (1,6 milliard dus le 30 juin) ne serait pas « trop » grave, car le FMI est un créancier plutôt conciliant : il offre plusieurs possibilités d’aménagement des remboursements. Et même si la Grèce ne remboursait pas le FMI à temps, le « défaut de paiement » ne serait pas notifié avant un mois. Cela laisse encore un délai pour les négociations.

Le non-remboursement de la BCE (3,5 milliards d’euros le 20 juillet) serait bien plus grave. La BCE pourrait, en conséquence, suspendre ou réduire ses financements d’urgence (les ELA) aux banques grecques, qui seraient dès lors au bord de l’asphyxie. Le gouvernement grec aurait alors du mal à briser la spirale menant au Grexit.

La Grèce pourrait-elle quitter la zone euro sans quitter l’UE ?
Les traités communautaires précisent qu’il est possible de quitter l’UE, mais rien n’est prévu pour quitter la zone euro, l’adoption de la monnaie unique étant censée être irréversible. Un « Grexit » se ferait donc selon des termes inconnus.

Toutes ces manoeuvres à mon avis sont faites pour intimider, les négociations ne sont pas arrivées à leur terme et Tsipras peut interrompre la procédure du Réferendum si les négociations aboutissent c'est une possibilité envisageable. Après tout les intervenants ne bloquent que pour quelques centaines de millions d'euros (je ne connais pas le chiffre exact) ...qu'est-ce que c'est en comparaison des 1,5 milliard d'€...

Grèce. Une suspension du référendum prévu dimanche en Grèce n'est pas exclue, si les négociations entre la Grèce et ses créanciers ...
http://www.liberation.fr/monde/2015/06/29/une-semaine-decisive-pour-la-grece-et-l-euro_1339195

________________________________________________________
“Plus un homme est bête et moins l'existence lui semble mystérieuse.” Arthur Shopenhauer
"Moins on pense, plus on parle" Montesquieu
Les choses nécessaires coûtent peu, les choses superflues coûtent cher. Diogène

Aristote
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 3260
Localisation : Planète Terre
Loisirs : Oenophile et trollicide
Date d'inscription : 08/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Catharing le Mer 1 Juil 2015 - 11:06

Le communiqué du FMI est laconique et chaque mot est bien pesé,nulle mention de "défaut" de paiement mais de "retard" de paiement,tout est dans la nuance.. dévil

M. Gerry Rice, directeur des communications au Fonds monétaire international (FMI), a fait la déclaration suivante aujourd'hui concernant les obligations financières de la Grèce au FMI en raison aujourd'hui:

"Je confirme que le 1,2 milliard de DTS remboursement (environ 1,5 milliard d'euros) due par la Grèce au FMI d'aujourd'hui n'a pas été reçu. Nous avons informé notre Conseil d'administration que la Grèce est maintenant en retard et ne peut bénéficier d'un financement du FMI une fois que les arriérés sont effacés.

"Je peux aussi confirmer que le FMI a reçu une demande aujourd'hui aux autorités grecques pour une extension de l'obligation de remboursement de la Grèce qui est tombé en raison aujourd'hui, qui ira au Conseil d'administration du FMI en temps voulu."
(traduction Google)

"En retard de paiement"et non "défaut de paiement",pourquoi cette nuance?
La Grèce doit rembourser 1,5 milliard d'euros au FMI mais le premier ministre grec Alexis Tsipras a clairement laissé entendre hier soir à la télévision nationale que ce remboursement ne se fera pas. Les caisses de l'Etat sont vides, le plan d'aide européen n'ayant pas été renouvelé. Et pourtant, la Grèce ne sera pas automatiquement déclarée en défaut de paiement.
C'est une des particularités des règles du FMI, les pays débiteurs ont droit à une période de grâce. La Grèce ne sera donc pas ce soir en défaut de paiement, mais en "arriéré" de paiement, nuance. Elle aura encore 30 jours pour rembourser
. Source

Pour l'heure, le FMI parle seulement "d'arriérés", pas de "défaut de paiement".
Comprenez: "mauvais payeur" et pas "client insolvable".
Le FMI a le choix d'offrir à la Grèce un report de 30 jours du règlement avant d'ouvrir un contentieux pour réclamer le remboursement.
Si le FMI lui propose, ce n'est qu'après le 30 juillet que la Grèce sera considérée véritablement en défaut de paiement.
Dans l'intervalle, de nouvelles négociations peuvent subvenir, le référendum en Grèce peut débloquer la situation, le FMI peut accepter un report de dette de quelques mois... pas mal de choses peuvent arriver comme on l'a souvent vu en 2012.Source

Le FMI a-t-il déjà accepté de reporter une dette ?
Oui. Par deux fois. Une disposition de la charte du FMI permet "à la demande d'un Etat-membre" et sans vote de "reporter" la date d'un remboursement dans la limite de 3 à 5 ans, qui correspond à la durée de vie de ses prêts.
Cette possibilité a été utilisée à deux reprises dans l'histoire du FMI, à chaque fois en 1982 et pour deux pays pauvres: le Nicaragua et le Guyana, l'ex-Guyane britannique.

Est-ce un coup dur pour le FMI ?
Oui. Cet incident de paiement constitue un sérieux revers pour la crédibilité du FMI, qui n'avait plus enregistré de défaut de paiement depuis 2001 avec le Zimbabwe et qui a accordé à la Grèce le plus grand prêt de son histoire.

Le "Gréférendum" peut-il changer quelque chose ?
Peut-être.
Si le "oui" à la proposition de l'Europe l'emporte, les problèmes sont momentanément réglés (mais au prix de gros sacrifices risquant de peser un peu plus sur la croissance).
En revanche, Tsipras démissionnerait et mettrait le pays en instabilité politique.
Si le "non" l'emporte de manière suffisamment nette - et Tsipras compte là dessus - cela permettrait selon le premier ministre grec de revenir négocier avec l'appui du peuple. Un pari risqué car l'Europe pourrait aussi refuser d'ouvrir de nouvelles négociations et claquer la porte au nez de la Grèce.

La banque Royal Bank of Scotland (RBS) a publié le 29 juin une note qui synthétise l'éventail des possibilités qui s'offrent à la Grèce. Résultat du référendum, reprise ou non des négociations, réactions de la BCE... Tout y est



L'Europe a-t-elle intérêt à voir la Grèce sortir de la zone euro?
Sûrement pas.
Les dirigeants européens, institutions financières et agences de notation ont beau claironner qu'une sortie de la Grèce de la zone euro pourrait à présent être contrôlée et ne ferait pas de dégâts, rien n'est moins sûr.
Sur le papier, certes, l'Europe n'est plus prise de court comme c'était le cas en 2012.
La crise de la dette souveraine était nouvelle et les marchés s'affolaient plus rapidement. Aujourd'hui, les outils et mécanismes sont prêts pour une sortie "en douceur".

Sauf que cet événement n'est jamais arrivé.
Et donc, par définition, il est impossible d'anticiper toutes les conséquences que cela pourrait entraîner.
Qui aurait pu penser que des problèmes de prêts de maisons aux Etats-Unis (subprimes) entraîneraient des pays européens comme la Grèce au bord de la faillite?
La réaction des marchés est elle aussi imprévisible alors que la Bourse se porte bien et que la croissance reprend tout doucement en Europe et en France.
L'annonce du référendum a fait perdre près de 5% aux indices boursiers européens. Une panique des investisseurs ne peut jamais être exclue.

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4078
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Catharing le Mer 1 Juil 2015 - 11:30

Tribune de Dominique Strauss-Kahn qui préconise une autre solution pour sortir de l'impasse 

Résumé de sa tribune.
L'ancien ministre français des Finances suggère notamment que :


  • "la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l'Union européenne comme du FMI mais qu'elle bénéficie d'une très large extension de la maturité et même d'une réduction nominale massive de sa dette à l'égard des institutions publiques"....


  • "Cela libérera la Grèce de toutes ses obligations envers le secteur officiel (institutions officielles) pour les deux prochaines années.".....


  • "Cela laissera le pays dans une contrainte budgétaire difficile puisqu'il ne pourra pas emprunter sur les marchés, ne recevra plus de ressources de l'UE ou du FMI et devra donc équilibrer son budget tout seul"...


Si cette idée fonctionne,
la Grèce pourrait alors devenir "éligible à des effacements progressifs de sa dette", précise l'ancien directeur du FMI pour qui "seule la dizaine de milliards prévus pour la recapitalisation du système bancaire devraient être versée pour permettre à la banque centrale européenne" de poursuivre son programme d'aide d'urgence.

"Il n'est pas sûr que cela marche", reconnaît néanmoins Strauss-Kahn, appelant les autorités grecques au courage et à l'indépendance.

Le risque d'un précédent tragique.
Dans son texte, il critique à plusieurs reprises le caractère "inepte" ou "désastreux" des "ajustements budgétaires sévères" qui ont été la règle dans la zone euro dans la foulée de la crise. Pour lui, "nous nous complaisons à répéter les mêmes erreurs":
"Forcer le gouvernement grec à céder créerait un précédent tragique pour la démocratie européenne et pourrait mettre en marche une réaction en chaîne incontrôlable", estime-t-il. Source



Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4078
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Barnabé le Mer 1 Juil 2015 - 11:55

Il y a un truc que je n'ai jamais compris à propos de la crise grecque :

Quiconque a déjà géré un budget sait que, quand le budget est déséquilibré, il n'y a que deux solutions : faire rentrer plus d'argent, ou diminuer les charges.

Alors que tout le monde sait que les Grecs se font un sport national de ne pas payer les taxes et impôts, personne n'a semble-t-il jamais voulu porter l'effort sur la perception effective des taxes et impôts. Les dirigeants grecs auraient pu dire dès le début "nous sommes un grand peuple, une grande nation, une économie développée. Vous êtes entreprenants et travailleurs, continuez ! Seul petit effort supplémentaire : payez vraiment vos taxes et impôts. Pour vous aider dans votre effort, nous allons embaucher 500 inspecteurs des impôts et du travail supplémentaires. Et je vous préviens, ils sont incorruptibles. Nous sommes vraiment sympa : il n'y aura pas de rappel sur les années passées, pas d'amendes, seulement la perception de ce qui est dû pour l'année en cours, et bien sûr, vous continuerez les années suivantes. Dans un an, il n'y aura plus de travail illégal ni d'évasion fiscale en Grèce. C'est un effort collectif, nous pouvons y arriver sans entamer notre formidable dynamisme économique, nos formidables savoir-faire. Plutôt que d'avoir quelques-uns qui paient plus pendant que les autres échappent à leurs devoirs, plutôt que de baisser les retraites, paupériser la population et compromettre l'accès aux soins et à l'éducation, plutôt que de privatiser le bien commun, chacun va faire l'effort de payer ce qu'il doit. De notre côté, nous allons faire notre boulot aussi en faisant la chasse au gaspillage et en optimisant l'utilisation des deniers publics".

Utopique ? Est-ce tellement plus utopique que d’espérer qu'une politique d'austérité relance l'économie ???

Quand je lis que le plan de redressement prévoit d'augmenter le taux normal de TVA à 23 %... Quelle efficacité si personne ne la paie ? Si encore plus de commerçants et d'entreprises font du black pour éviter ce taux extrêmement élevé ? Ca peut même avoir un effet contre-productif : une TVA plus haute mais sur une assiette plus basse, donc des rentrées fiscales en baisse !

M'enfin, sur Olduvaï on ne fait pas de politique.

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Rammstein le Mer 1 Juil 2015 - 21:22

@Barnabé
Et dans un pays comme la France, où l'impôt est prélevé 1 an après que le revenu ait été perçu, comment fais-tu pour prélever l'impôt chez le contribuable qui, du jour au lendemain, est passé de la classe moyenne à la sous-classe de la France d'en-bas ?

C'est le même problème en Grèce : des armées de travailleurs se retrouvent au chômage, sans le sou parce que les mesures d'austérité imposées par la Troïka font que les allocations chômage et les pensions de retraites sont réduites à peau de chagrin. Donc logiquement le paiement de l’impôt, il vient bien après la bouffe, le loyer, l'électricité, l'eau, la cantine des gamins, l'essence pour la voiture...

Du coup on comprend l'engouement soudain du gouvernement français pour le prélèvement à la source (inapplicable AMHA en France) : le système actuel met les finances de l'état - déjà pas folichonnes - à la merci du moindre coup de tabac sur l'activité économique. Prélever l'impôt dès que la richesse est créée, c'est s'éviter le risque que le contribuable ne dépense cette richesse de façon inconsidérée dans de la bouffe, du loyer, ou d'autres postes de dépense, et en outre cette solution permet un suivi au plus près des rentrées fiscales, mois après mois. Ceci autorise in fine une gestion des dépenses plus éclairées, et rend possibles des ajustements de dernière minute au fil des événements. Avec 1 an de décalage, le pilotage des finances de l'état est rendu impossible, car la réaction de l'état survient bien trop tardivmeent.

Dans les années 90, l'état russe, confronté au même problème de non-rentrées fiscales, avait monté des équipes d'interventions musclées et spécialisées dans le recouvrement des sommes dues au fisc. Sauf que les résultats ont été plus que mitigés, les contribuables fautifs étant déjà rincés de chez rincés lorsque ces fameuses équipes défonçaient leur porte pour saisir les meubles. A un moment donné un état doit se rendre à l'évidence : ce n'est pas en pressurant toujours plus les contribuables qu'on résout des problèmes purement structurels !

@ Aristote
Malheureusement je n'ai pas eu le loisir d'approfondir le sujet (j'avais des saucisses à surveiller sur le BBQ), mais mon épouse a pu avoir quelques détails. Donc les enfants travaillant en Allemagne (jobs basics peu rémunérateurs) envoient un peu d'argent tous les mois au pays, et les grands-parents pratiquent le système D à outrance pour s'en sortir : jardin, troc, vente des objets inutiles. Mais de l'aveu même des enfants, la situation est très difficile et ne pourra pas durer ainsi éternellement...

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Barnabé le Jeu 2 Juil 2015 - 7:52

Bon, en fait, on a tort tous les deux :
- ils ont bien essayé de lutter contre la fraude. En n'y arrivant pas toujours. exemple : les deux procureurs nommés à la lutte anti-fraude ont démissionné au bout de moins d'un an.
- il y aurait déjà 2/3 des salariés qui sont prélevés à la source.

Cet article fait un point sur le sujet, en 2012 : http://www.slate.fr/story/58457/grece-impots-contribuables

Bref, ils ont essayé d'augmenter la perception de l'impôt, mais peut-être trop tard (sur une économie déjà exsangue), peut-être pas assez efficacement...

Remarque bien que dans la perception des taxes et impôts, il n'y a pas que l'impôt sur le revenu. Je ne sais pas pour la Grèce, mais en France, l'impôt sur le revenu ne représente que 20 % des recettes fiscales, et la TVA, 50 %. Donc, la vente de biens et de prestations "au black" (le fameux "la machine à carte est en panne") est un enjeu sans doute plus important que l'impôt sur le revenu.

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par albertspetz le Ven 3 Juil 2015 - 10:50

Grèce et la zone euro sans langue de bois. vidéo « pédagogique » de Vincent Parlier



albertspetz
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1524
Localisation : Sud Est
Date d'inscription : 14/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Rammstein le Ven 3 Juil 2015 - 17:12

Sur n-tv.de, plusieurs brèves depuis hier informent que l'armée grecque se prépare à intervenir et à prendre le pouvoir. Bizarrement ces brèves sont rapidement effacées, ce qui a étonné quelques lecteurs attentifs.

Un article en allemand en parle là : http://info.kopp-verlag.de/hintergruende/europa/udo-ulfkotte/verteidigungsminister-griechische-armee-bereit-einzugreifen.html

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Kerkallog le Ven 3 Juil 2015 - 18:15

...en cherchant un article récent en français j'ai trouvé ceci , pour ce que cela vaut:
à vérifier-à décrypter!=

Article paru en anglais le 26 Juin 2015 World Socialist Web Site :

 "La classe ouvrière est confrontée à des risques énormes, notamment celui d'une intervention de l'armée grecque. Un régime Syriza-ND serait une dictature parlementaire s'appuyant sur les forces de sécurité et l'armée pour imposer l'austérité à une population hostile. Quant aux plans d'un retour à la drachme, la presse grecque a déjà indiqué que ceci comprenait la mobilisation de l'armée pour fermer les frontières de la Grèce et réprimer les manifestations contre l'effondrement de la monnaie.

Les récentes manœuvres militaires conjointes des forces armées grecques et égyptiennes, et les invitations adressées au dictateur militaire égyptien, le général Abdel Fattah al-Sisi, par Berlin et Paris ne sont pas accidentelles. Elles sont une menace: si un gouvernement grec nuisait aux intérêts du capital financier mondial, il pourrait également devenir, comme le président égyptien Mohamed Mursi, la cible d’un coup d'Etat militaire soutenu par les grandes puissances impérialistes..."

https://www.wsws.org/fr/articles/2015/jui2015/pers-j27.shtml

ou bien:

"...Le référendum de dimanche prochain a déjà enflammé et divisé encore plus un pays fatigué, meurtri, tiraillé entre une crise humanitaire bien réelle et des théories du complot dignes de la science-fiction qui ambitionnent de l'interpréter: les tenants aussi bien du Oui que du Non voient dans le camp d'en face des mercenaires ayant déjà reçu un acompte pour trahir la patrie. Monsieur Kammenos, ministre de la Défense (Grecs indépendants, extrême droite) vient d'assurer que "l'armée assurera la stabilité à l'intérieur du pays". Je garde un souvenir amer de la dernière fois où l'armée grecque s'est occupée de la stabilité intérieure... Titos Patrikios, considéré comme le plus grand poète grec contemporain, ayant combattu du côté des communistes pendant la guerre civile (1946-49) vient de livrer un message d'angoisse devant cette division qu'il espérait ne plus jamais voir dans son pays, appelant à l'apaisement..."

http://www.huffingtonpost.fr/dionysios-dervisbournias/et-si-la-grece-sortait-de-leuro_b_7716494.html

_En dehors du fait que la Grèce a obtenu des prêts de la BCE (en 2011?) contre la continuation des achats d'armements allemands, il semble que les hypothèses & scénari fantaisistes soient à la mode(grecque) pour quelques jours ou semaines encore (échéances-reports de remboursements à fin juillet), histoire de faire basculer les opinions à travers l'Europe.

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1305
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par serilynpayne le Ven 3 Juil 2015 - 21:22

pour beaucoup de grecs , pouvoir retirer 60 euros par jour , la limite actuelle , c'est de toute façon plus que ce qu'ils ne gagnent en 1 mois (683 euros pour le smic)

________________________________________________________
Lorsque je revois un film sur Jeanne d'Arc , chaque fois je me dis - c'est idiot- elle va s'en tirer... ce n'est pas possible .
http://chezery.ctmen.ch/

serilynpayne
Animateur

Masculin Nombre de messages : 3142
Age : 53
Localisation : Duché de Savoie
Emploi : éleveur de biches
Date d'inscription : 16/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://chezery.ctmen.ch/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Kerkallog le Dim 5 Juil 2015 - 11:20

Aristote a écrit:
Rammstein a écrit: les grands-parents d'un camarade de classe de mon fils sont des grecs retraités vivant en Grèce. Ils ne touchent plus aucune pension depuis 10 mois...
Et lui as tu demandé quels étaient leurs moyens de subsistance dorénavant ?

témoignage intéressant qui recoupe un certain nombre d'astuces vues-lues sur le forum: système D, troc, échanges, collaboration, solidarité,...du temps libre "forcé" à consacrer à soi(lecture,bricolage,théâtre,...) ou aux autres=

"...Pour l'alimentation : petits prix et paniers gratuits


Savvas déjeune régulièrement chez Anapsictirio, une cantine située au pied de son immeuble : "Au départ, cet endroit a été ouvert pour nourrir les ouvriers du quartier, mais maintenant, avec la crise, tout le monde y vient", explique-t-il en passant commande. A 3,50 euros le plat de calamars frits ou 1,50 euro la salade, Anapsictirio est devenu la bonne adresse du quartier pour les porte-monnaie désargentés. Tenu par Yorgos et Riza, un couple de Grecs d'une quarantaine d'années, l'établissement voit passer des clients de toutes les générations, dans un joyeux vacarme propre au pays. "Chaque jour, il y a un plat unique, assez copieux, pour 3,50 euros. C'est souvent complet, il faut arriver tôt."
...

De manière générale, Savvas repère les prix. "Quand je ne viens pas ici, je vais quelques rues plus loin voir les restaurants indiens. Là-bas, je peux manger un souvlaki [un plat grec composé de légumes grillés et de viande] pour 1 ou 2 euros, ça me coûte aussi cher que de cuisiner chez moi." A l'occasion, Savvas fait quelques courses au marché municipal d'Athènes. Là-bas, le kilo de tomates ou de concombres ne dépasse jamais un euro.
De nombreuses initiatives permettant de manger gratuitement ou à prix cassés se sont multipliées depuis 2010 à Athènes. Le Koinoniko pantopolio, ou "Supermarché du cœur" d'Athènes, permet aux habitants de récupérer des aliments gratuitement, et le réseau "Spame tous mesazontes" (Cassons les intermédiaires) a été mis en place et permet au public d'acheter directement auprès des producteurs à prix réduits.

...

Alors, plutôt que de se priver, Savvas fait comme bon nombre de ses amis : il troque, il échange, il brade… "Je lis énormément de livres, notamment des pièces de théâtre. Depuis le début de la crise, on voit de nombreux bouquinistes à la sauvette se répandre dans les rues de la ville, dépeint-il. Les gens viennent vendre leurs livres usés pour 1 ou 2 euros. J'en achète en fonction de mes envies, sans trop compter." Le reste du temps, lorsqu'il ne trouve pas son bonheur, il va voir ses amis lecteurs et leur emprunte un ou deux ouvrages : "On dit adieu au neuf, mais, au moins, on a l'essentiel : le plaisir de la lecture."


De manière générale, tout le secteur de la culture, lentement délaissé par les subventions publiques, a été peu à peu repris par la population : "Près de chez moi, il y a un ancien squat qu'on a transformé en théâtre indépendant, un brin anarchiste. On y organise des pièces et des concerts gratuits. Les gens donnent ce qu'ils veulent." Ce système D se ressent aussi dans la mode : "Avant, c'était vraiment la honte pour un Grec d'entrer dans une friperie. C'était un truc de pauvres avec des vêtements miteux." Depuis cinq ans, les friperies ont éclos un peu partout à Athènes et attirent même un public aisé, notamment l'hiver, où les manteaux y sont beaucoup moins chers. "J'y achète une chemise et un tee-shirt pour 3 ou 4 euros et ça me suffit, détaille Savvas. Je ne suis pas féru de mode."


Habitué depuis cinq ans à vivre de la débrouille, Savvas concède un point positif à la crise : "Nous n'avons jamais été aussi solidaires que depuis que nous sommes en temps de crise. J'espère juste que cela durera..."

http://www.francetvinfo.fr/monde/grece/grece-comment-le-systeme-d-permet-de-vivre-avec-moins-de-500-euros-par-mois_981325.html#xtor=AL-53 study

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1305
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Catharing le Dim 5 Juil 2015 - 15:39

110 millions d'euros pour un coup de poker...mm
http://www.slate.fr/story/103723/referendum-grece

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4078
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Kerkallog le Dim 5 Juil 2015 - 17:43

Catharing a écrit:110 millions d'euros pour un coup de poker...mm
http://www.slate.fr/story/103723/referendum-grece


...ou "...Nikos Voutsis, le ministre grec de l'Intérieur, qui a déclaré que le coût de ce référendum atteindrait les 20 millions d'euros."

"Διευκρινιστικές οδηγίες για το δημοψήφισμα έδωσε πριν από λίγο ο υπουργός Εσωτερικών Νίκος Βούτσης τονίζοντας καταρχήν ότι το «όχι» μπήκε πρώτο στο ψηφοδέλτιο μετά από απόφαση του υπουργικού συμβουλίου και της βουλής, ενώ αποκάλυψε ότι το κόστος του δημοψηφίσματος θα αγγίξει τα 20 εκατομμύρια ευρώ."

"Illustration des conseils pour le référendum a donné il ya un moment ministre de l'Intérieur Nikos Voutsis soulignant que le principe «non» est venu en premier sur le bulletin de vote suite à une décision du gouvernement et du Parlement, et a révélé que le coût du référendum atteindre 20 millions d'euros."

...référendum à coût variable scratch , suivant que l'orientation &/ou la nationalité du média!? lunettes

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1305
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par troisgriffes le Dim 5 Juil 2015 - 20:16

une petite remarque:
" A 3,50 euros le plat de calamars frits ou 1,50 euro la salade, Anapsictirio est devenu la bonne adresse du quartier pour les porte-monnaie désargentés."

Quand tu es vraiment sans le sous,tu ne vas pas claquer 3,5 euros pour un plat.
Tu fais la popote à la maison et tu amènes ta gamelle au boulot...
Par chez moi:1kilo de riz =0,77 euro;une boite de thon à l'huile =0,8 euro.
Avec 3,5 euro tu fais trois jours,pas un seul repas...

troisgriffes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2354
Localisation : Sud RP
Emploi : technicien
Date d'inscription : 17/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Barnabé le Dim 5 Juil 2015 - 20:54

Le non l'emporte avec plus de 60 %.

Du coup, "vous êtes ici" :

si le résultat du référendum est "non" :
3a) les créanciers acceptent des concessions et un accord est enfin trouvé. Mais ça va prendre un peu de temps. Les banques ne pourront pas rouvrir tant que l'ELA n'est pas augmenté et que le prêt n'est pas débloqué.
3b) les créanciers refusent les concessions et on se dirigerait alors vers une sortie de la Grèce de la zone euro (le fameux Grexit). Le temps d'imprimer des Drachmes et de régler quelques détails... sans oublier un défaut total ou partiel sur le remboursement des dettes, ce qui déstabilisera fortement la zone euro... Scénario "style argentin" !

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par albertspetz le Dim 5 Juil 2015 - 21:16

Référendum grec: le non à 61,21% sur la moitié des bulletins dépouillés


Source : http://www.romandie.com/news/ALERTE--Referendum-grec-le-non-a-6121-sur-la-moitie-des-bulletins-depouilles/609517.rom

albertspetz
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1524
Localisation : Sud Est
Date d'inscription : 14/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par Catharing le Dim 5 Juil 2015 - 22:13

Une victoire du « non » risque d'accroître la pression sur les banques et des représentants des autorités grecques ont prévenu qu'elles ne rouvriront pas avant qu'un accord ait été trouvé entre Athènes et ses créanciers....Source

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4078
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le risque grec

Message par troisgriffes le Lun 6 Juil 2015 - 6:02

Bah!Les grecs ayant dis non,la "très démocratique" commission europeenne va dire
qu'ils ont mal voté et n'en tenir aucun compte.Comme d'hab...

troisgriffes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2354
Localisation : Sud RP
Emploi : technicien
Date d'inscription : 17/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum