Expérience Katrina

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Expérience Katrina

Message par Rammstein le Dim 30 Aoû 2009, 17:43

Dans un autre style, réel celui-ci, un survivaliste US a raconté ce qu'il a vécu suite à la catastrophe de Katrina. Pour faire simple : ses amis au courant de sa préparation se sont pointés chez lui après la catastrophe. Le bouche à oreille aidant, le gars s'est retrouvé avec les amis des amis, puis des inconnus, rappliquant tous chez lui pour profiter du gîte et du couvert. Il faut dire qu'il était un des rares dans le quartier à avoir une maison encore debout et un semblant de confort moderne encore utilisable (eau potable, électricité...).

Là aussi on assiste à une débauche de matériel, mais le plus intéressant est la description que le survivaliste fait des gens qui viennent s'échouer sur sa propriété (certains en caravane ou en mobile home tout équipé). Certains n'auront pas hésité à sauver leur TV, leurs collections de jeux vidéos et de DVD. Des femmes débarqueront avec des valises bourrées de vêtements et de cosmétiques. Par contre rares sont ceux disposant d'un moyen de faire du feu, de nourriture, d'eau potable, de produits d'hygiène de base. Rares également sont ceux capables de subvenir à leurs besoins les plus élémentaires (s'abriter, se réchauffer, boire, se nourrir, se tenir dans un état d'hygiène acceptable) ou en mesure de se protéger des pillards. Bref, le tableau vaut le détour ! Je n'ai malheureusement qu'une version papier de ce témoignage, le lien étant perdu...

Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par grosminet le Lun 31 Aoû 2009, 07:22

Rammstein a écrit:Je n'ai malheureusement qu'une version papier de ce témoignage, le lien étant perdu...
quel dommage, voila un exemple concret qui doit être riche d'enseignements !

grosminet
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2305
Date d'inscription : 14/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Rammstein le Lun 31 Aoû 2009, 07:53

Bon, après quelques minutes à chercher sur gogol, j'ai retrouvé le texte, apparemment retravaillé pour plus de clarté : lien.

Appel subliminal : cela vaudrait le coup de le traduire !

Rammstein

Edit : orthographe !


Dernière édition par Rammstein le Lun 31 Aoû 2009, 08:48, édité 1 fois

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб

Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 4996
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par mado le Lun 31 Aoû 2009, 08:45

Edifiant ! Même avec une traduction automatique.

Je retiens la méfiance vis à vis des équipes de secours, et surtout l'excellent conseil de demander de l'eau, de la nourriture, qui écarte le soupçon par rapport aux réserves.

________________________________________________________
Il est un temps—court--pour tomber,
et un temps--très long--pour se relever.
.


BOB de Mado

mado
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 62
Localisation : Aquitaine - France
Emploi : Retraitée
Date d'inscription : 10/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Barnabé le Lun 31 Aoû 2009, 08:46

Rammstein a écrit:Bon, après quelques minutes à chercher sur gogol, j'ai retrouvé le texte, apparemment retravaillé pour plus de clarté : lien.

Appel subliminal : cela vaudrait le coup de la traduire !

Rammstein

Je m'occupe de la traduction, si ça vous va.

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5288
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par mado le Lun 31 Aoû 2009, 08:53

Oui, merci !

________________________________________________________
Il est un temps—court--pour tomber,
et un temps--très long--pour se relever.
.


BOB de Mado

mado
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 62
Localisation : Aquitaine - France
Emploi : Retraitée
Date d'inscription : 10/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Raffa le Lun 31 Aoû 2009, 09:35

Merci beaucoup pour ce témoignage !!

________________________________________________________
Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. H. Reeves
La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. A. Einstein
Qui s'instruit sans agir laboure sans semer Proverbe africain
ressources

Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par grosminet le Lun 31 Aoû 2009, 16:32

excellente nouvelle !
Par fainéantise, je l'ai lu en version traduite par Google, mais une version retravaillée sera bienvenue (merci d'avance Barnabé !)

grosminet
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2305
Date d'inscription : 14/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Skeld le Lun 31 Aoû 2009, 17:19

J'aime bien la liste des préparations à la fin...

Skeld
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 602
Localisation : Rhones-Alpes
Emploi : Survivre
Loisirs : Rando, ordi, Musique, Lecture,
Date d'inscription : 24/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par grosminet le Lun 31 Aoû 2009, 19:18

ce qui m'a le plus frappé, c'est l'attitude d'une certaine partie de la population victime (les habituels assistés du système) qui volent tout en étant persuadés que les autres leurs doivent des "réparations" d'un préjudice subi par leurs ancêtres il y a plusieurs siècles.
C'est proprement hallucinant !!

grosminet
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2305
Date d'inscription : 14/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Barnabé le Lun 31 Aoû 2009, 20:13

Edit du 27/11/09 : corrections de la traduction et des fautes de frappe.

Note importante :
L'ensemble du texte suivant a été publié sous copyright par John Scheafer à l'adresse http://www.frfrogspad.com/disastr.htm et est reproduite (et traduite) ici avec sa permission.


La même note en anglais :
This material was originally published and copyrighted by John Schaefer, at http://www.frfrogspad.com/disastr.htm and is used (and translated) here with permission.



Réflexions sur la survie aux désastres


Les informations qui suivent m'ont été transmises en plusieurs courriels par un ami lourdement impliqué dans le désastre de l'ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans. Je recommande fortement que vous les lisiez et que vous soyez attentifs aux leçons qu'elles contiennent.

Merci de bien noter que je [Fr. Frog] ne suis pas l'auteur des lignes qui suivent ! Je serai, en revanche, heureux de transmettre vos commentaires à l'auteur. [Fr. Frog peut être contacté sur son site internet : http://www.frfrogspad.com/ ].

-------------------------------------------------------------------------------------------------

Mise à jour septembre 2008

Avec la dernière série d'ouragans (2008), mon ami m'a transmis un dernier lot de remarques additionnelles :

Il y a ceux qui cherchent à tirer avantage des malheurs des autres. Les intermédiaires véreux qui prennent votre argent et disparaissent existent bel et bien. D'autres vendent des groupes électrogènes à l'arrière des camions, ou sur des parkings de supermarché. Sans suprise, la plupart de ces groupes électrogènes tombent en panne quelques minutes après avoir été mis en service.

Une des choses qui est apparue, c'est que vous devez examiner attentivement votre assurance habitation. Un certain nombre de gens ont eu la surprise désagréable de découvrir que la couverture de leur assurance n'était pas aussi large ou complète qu'ils ne le croyaient.

Il apparait que de nombreuses compagnies d'assurances ont changé leurs contrats depuis les ouragans Katrina et Rita en 2005, déguisant souvent ces changements dans les lettres d'informations annuelles que personne ne prend la peine de lire. Des frais qui étaient couverts auparavant, comme l'enlèvement des arbres endommagés, ou le remboursement de la nourriture perdue par le congélateur qui dégèle à cause de la coupure du courant, ne sont plus assurés. Cela va coûter à ces gens beaucoup d'argent, pour payer le nettoyage et d'autres dépenses qui étaient auparavant couvertes par leur contrat. De plus, sans le crier sur les toîts, certains compagnies ont réduit l'extension de leur couverture, et de nombreuses personnes se sont retrouvées non couvertes pour les dommages causés par la chute des arbres, etc.

Pour en apprendre plus ce sujet, voyez ce site [en anglais] : http://bayourenaissanceman.blogspot.com/2008/09/more-post-hurricane-news.html


Dernière édition par Barnabé le Ven 27 Nov 2009, 22:38, édité 10 fois

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5288
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Barnabé le Lun 31 Aoû 2009, 22:44

[suite]

Premier message

J'ai plus de 30 personnes qui habitent chez moi depuis dimanche, évacuant la Nouvelle Orléans et des endroits plus au sud, en prévision de l'ouragan Katrina. Il n'y a que deux familles qui sont des amis, mais ils ont dit à des amis à eux qu'ils connaissaient un endroit où ils pouvaient se réfugier, et tout un groupe est arrivé ici ! Ca ne me dérangeait pas, car il y avait 6 camping-cars et caravanes, et nous avions donc de quoi loger tout le monde. Néanmoins, j'ai eu l'occasion de constater ce qui fonctionnait (et ce qui ne fonctionnait pas) dans leurs plans d'évacuation et dans leurs kits d'évacuation, et j'ai pensé qu'il serait approprié de relater ici ces apprentissages.

1. Ayez un kit d'évacuation prêt tout le temps. La plupart de ces gens ont fait leurs bagages à la dernière minute, attrapant tout ce dont ils pensaient avoir besoin. Il est inutile de préciser qu'ils ont oublié des choses importantes (leur traitement médical, les documents importants, le lait pour les bébés, les couches, etc.). Certaines de ces choses (par exemple, le traitement médical) ne peut pas être toujours en réserve en prévision d'une possible évacuation urgente, alors il faut au moins avoir une liste dans votre kit d'évacuation de tout ce que vous devez attraper à la dernière minute avant de partir !

2. Renouvelez régulièrement vos provisions dans votre kit d'évacuation. Les piles perdent leur charge. La nourriture a une date d'expiration, de même que les médicaments courants. Les vêtements peuvent devenir moisis ou sales s'ils ne sont pas stockés correctement. Tous ces problèmes ont été rencontré par les gens qui avaient des fournitures de réserve ou d'évacuation, et cela leur a causé des difficultés.

3. Prévoyez d'avoir besoin de BEAUCOUP plus de fournitures que ce que vous pensez. Je me suis retrouvé avec plus de 30 personnes sur les bras, la plupart d'entre eux n'étant pas fournis en provisions, et les magasins étant envahis littéralement par des milliers de réfugiés qui achetaient tout ce qu'ils pouvaient trouver. J'avais assez de provisions pour moi-même pour 30 jours. Devinez ce qui s'est passé ? Ces provisions ont alimenté 30 et quelques personnes pendant deux jours. Je sais maintenant que je ne dois pas prévoir de fournir seulement pour moi-même, mais aussi pour d'autres qui sont dans le besoin. J'aurais pu être égoïste et dire "Non, c'est à moi !". Mais qu'est-ce qui peut en ressortir de bon dans une vrai situation de désastre ? Quelqu'un aurait essayé de me les prendre, et il en aurait suivi des conséquences déplaisantes pour tout le monde... Il vaut beaucoup mieux avoir des réserves supplémentaires à partager avec tout le monde... tout en gardant intact vos propres réserves principales (de préférence loin des yeux fureteurs !)

4. Dans une véritable situation d'urgence, oubliez toute possibilité d'achats de dernière minute. Comme je l'ai dit précedemment, les magazins étaient envahis de milliers de réfugiés, ainsi que d'habitants du coin qui achetaient des fournitures de dernière minute. Si je n'avais pas eu les fournitures d'urgence déjà en stock, je n'aurais jamais réussi à les acheter à la dernière minute. Si j'avais dû prendre la route, la situation aurait été encore pire, car je me serais retrouvé dans un flux de milliers de réfugiés, dont la plupart auraient acheté (ou volé) ce dont ils avaient besoin avant même que je puisse atteindre le magasin.

5. assurez-vous que votre véhicule peut transporter vos affaires essentielles. Certaines des personnes qui ont débarqué chez moi avaient chargé leur voiture avec un énorme tas de trucs, pour finir par se rendre compte qu'ils n'avaient même plus de place pour eux-même ! Les animaux de compagnie sont tout particulièrement un problème, car ils ont besoin d'air et de lumière, ils ne peuvent être tassés dans les coins. Si vous devez transporter de nombreuses fournitures ET de nombreuses personnes, investissez dans une petite remorque à bagages ou quelque chose de similaire (ou encore une caravane avec de l'espace pour vos possessions). Cela sera vraiment rentable si la m*rde atteint vraiment le ventilo [expression américaine : if the SHTF : si la merde atteint le ventilo, autrement dit, si tout part en vrille].

6. Un gros véhicule pour l'évacuation peut être un handicap. Certaines personnes sont arrivées dans de gros picks-ups ou SUV, tirant des caravanes tout aussi grandes. Devinez quoi ? Sur certains intinéraires d'évacuation, ces grands ensembles ne pouvaient pas prendre facilement les virages, et/ou étaient si difficiles à manoeuvrer qu'ils sont rentrés en collision avec diverses choses, dont d'autres véhicules, qui ne comptaient certainement pas céder la priorité dans le stress de l'évacuation ! Cela a conduit à des énervements, à des mots blessants, et à au moins une bagarre à coups de poings.

Ce n'est pas une mauvaise idée que d'avoir des véhicules plus petits, plus faciles à manoeuvrer, et une plus petite caravane, afin de se "faufiler" dans une circulation difficile. Un autre problème, c'est qu'un gros pick-up ou un gros SUV consomme beaucoup de carburant. C'est une mauvaise nouvelle quand il n'y a pas de carburant disponible ! (voyez le point 10 ci-dessous).

7. Assurez vous d'avoir un lieu d'évacuation pratique. J'avais la chancez d'avoir suffisamment un terrain suffisamment grand (environ 7 300 m²) pour pouvoir loger tous ces camping-cars et caravanes, et pour loger 11 jeunes enfants dans mon salon de telle façon que les adultes puissent dormir le dimanche soir, après de nombreuses heures dans une circulation dense et ralentie. Néanmoins, si je n'avais pas eu assez de place, j'aurais dit sans hésiter aux familles supplémentaires de se trouver un autre endroit - mais il n'y avait pas d'autre endroit, ce soir-là. Même les supermarchés tels que Wal-Mart et K-Mart avaient des caravanes et des camping-cars plein leurs parkings (ce qui ennuyait énormément ceux qui essayaient de faire des achats de dernière minute). Sur ma propriété, je n'avais aucun point de vidange de caravane ou camping-car, alors j'ai du dire à leurs occupants que s'ils utilisaient les toilettes et douches à bord, ils auraient à conduire leurs véhicules ailleurs pour les vidanger. S'ils n'étaient pas partis ce matin, ils auraient du rejoindre les longues, longues queues devant les points de vidange des aires de stationnements de caravanes et camping-cars (certaines d'entre elles étaient si surchargées qu'elles refusaient l'accès des véhicules de passage à leurs points de vidange).

8. Ayez des jeux pour les jeunes enfants. Certaines de ces familles avaient de jeunes enfants (de 3 mois à 11 ans). Ils avaient des DVD, des jeux videos etc. mais pas d'électricité dans leur caravane pour les regarder ! Ils n'avaient pas de crayons de couleurs, de jouets etc. pour les tenir occupés. C'était une grosse erreur.

9. Prenez d'abord l'essentiel, ensuite seulement le superflu. Beaucoup de ces gens avaient emmené leur literie (matelas, édredons), leurs robes de chambre, etc. Le résultat, c'est que leurs véhicules étaient largement surchargés, mais manquaient souvent de fournitures essentielles telles que des bougies, de la nourriture qui se conserve, etc. Une famille (dont les deux parents sont des cuisiniers émérites) avaient emmené une batterie de 18 casseroles et poêles (oui, DIX-HUIT !!!!), qu'ils avaient l'intension d'utiliser sur un réchaud de camping à deux feux. Ils étaient horrifiés lorsque je leur ai suggéré que, compte tenu des circonstances, quelques casseroles de camping empilables en inox auraient été plus pratiques. "Quoi, pas de poêle à omelette ???" Aïe aïe aïe.

10. Ne comptez pas trouver du carburant en route [en français dans le texte]. Une partie de mes visiteurs avaient eu beaucoup de mal à trouver du carburant pour refaire le plein sur la route. Avec des milliers de véhicules entassés à la queue-leu-leu sur des autoroutes à 2 fois 4 voies, une énorme quantité de véhicules avait besoin de carburant. D'ici à ce que vous arriviez à une station service, vous aviez beaucoup de chances de découvrir qu'elle était à sec - ou bien qu'elle appliquait des prix exorbitants, car les propriétaires savaient que vous n'aviez pas d'autre choix que de payer le prix qu'ils demandaient. Il aurait été bien mieux de partir avec le plein, et d'avoir assez de carburant en jerrycans pour refaire le plein en route, si nécessaire, afin d'atteindre votre destination.

11. Ayez suffisamment d'argent liquide avec vous pour deux semaines. La plupart de ceux qui sont arrivés avaient très peu en liquide, se reposant sur les carnets de chèques et les cartes de crédits pour réaliser leurs achats. Devinez quoi ? Leurs petites banques de Louisiane du sud étaient toutes déconnectées, et leurs avoirs, autorisations de crédit etc. ne pouvaient pas être vérifiés - donc la plupart des magazins refusaient leurs chèques, et insistaient pour la vérification à distance avant d'accepter leurs cartes de crédit. Les banques locales, au début, refusaient aussi d'encaisser leurs chèques, car elles ne pouvaient pas vérifier en ligne le niveau de leurs comptes. Au final, et avec beaucoup de réticences, les banques locales ont accepté d'encaisser des chèques de 50 à 100 $, selon les banques. Heureusement, j'ai toujours une bonne réserve de liquide disponible, donc j'ai pu aider certains d'entre eux. Je crois que je vais augmenter ma réserve de liquide... Autre chose : n'emmenez pas de grosses coupures. Beaucoup de stations services, de supérettes etc. n'acceptent rien de plus gros qu'un billet de 20 $. Certains de mes invités avaient plein de billets de 100 $ mais ils ne pouvaient rien acheter.

12. Ne soyez pas sûrs qu'un désastre est forcément de courte durée. Mes amis sont repartis maintenant, vers le sud en direction de Baton Rouge. Ils veulent être plus près de chez eux, en prévision du moment où on les autorisera à y retourner. Malheureusement pour eux, le gouverneur vient juste d'annoncer que l'évacuation complète de la Nouvelle Orléans était obligatoire, et rien n'est dit sur quand ils seront autorisés à revenir. Cela va sûrement être des semaines, peut-être des mois. Pendant tout ce temps, ce qu'ils ont avec eux (documents importants, vêtements, etc), c'est tout ce qu'ils ont. Ils devront trouver de nouveaux médecins pour renouveler leur traitement, trouver un endroit où vivre (un mobile-home d'hébergement de réfugiés de l'Agence Fédérale pour le Management des Urgences, s'ils ont de la chance [FEMA trailer ; FEMA : Federal Emergency Management Agency] - des milliers de familles vont faire la queue pour ces mobile-home), une façon de gagner de l'argent (leurs emplois ont disparu avec la Nouvelle Orléans, et je ne pense pas que leurs employeurs vont les payer à rien faire alors que ces employeurs ne gagnent eux-même plus d'argent du tout), etc.

13. Ne comptez pas sur les abris gérés par le gouvernement, si vous pouvez l'éviter. Vos armes SERONT confisquées (oui, y compris les canifs, les couteaux de cuisine, et les multitools de type Leatherman) ; vous allez allez être parqués dans la promiscuité de tout le monde et n'importe qui (ce qui inclut des gens sympas, mais aussi des drogués, d'anciens prisonniers, des membres de gangs, etc.) vous serez sous l'autorité des gens qui gèrent l'abri, qui VONT faire appel aux forces de police et d'armée pour maintenir l'ordre (ce qui inclut vous empêchez de partir si vous en avez l'intention), etc. Il vaut beaucoup, beaucoup mieux avoir un endroit où aller, un plan pour y aller, et les fournitures qu'ils vous faut pour y aller par vous-même.

14. Dites à vos amis de ne pas amener d'autres personnes avec eux !!! J'avais dit à deux amis de venir avec leur famille chez moi. Sans m'en parler, ils ont dit à une demi-douzaine de familles de venir aussi - "C'est un gars sympa, je suis sûr que ça ne le dérangera pas !". En fait, ça m'a dérangé... mais dans la mesure où les circonstances ne me menaçaient pas personellement, je les ai autorisés à rester. Néanmoins, si les choses avaient tourné au vinaigre, j'aurais été fort désagréable avec leurs amis (et encore plus désagréables avec eux, pour avoir invité d'autres personnes sans le valider avec moi auparavant !). Si vous constituez un refuge pour vos amis, assurez-vous qu'ils ont compris que cela ne s'applique à qu'à eux seuls, pas à leurs amis aussi. Réciproquement, si vous avez quelqu'un qui vous offre un refuge, ne présumez pas de son hospitalité en débarquant avec des personnes dont il n'est pas prévenu.

15. Ayez vos numéros de compte, vos adresses et téléphones de tous vos contacts de personnes et d'organismes importants. Mes amis auront bientôt une nouvelle adresse postale, et ils devront en informer leurs médecins, compagnies d'assurances et mutuelles, banque(s), opérateurs de réseau et de téléphone, etc. Au final, toute personne qui vous envoie des factures, ou à qui vous devez de l'argent, ou qui vous doit de l'argent. Aucun de mes amis n'avait ces infos avec eux. Maintenant, quand ils doivent signaler leur changement d'adresse postale pour le courrier, les déclarations d'assurance etc., comment peuvent-ils le faire alors qu'ils ne connaissent pas leurs numéros de compte ou d'assuré, les numéros à appeler, les adresses où écrire, etc. ?

16. Ayez des armes légères et des munitions sous la main. Seulement deux de mes amis étaient armés, et l'un d'eux n'avait qu'un pistolet. L'autre avait un pistolet pour lui-même, un autre pour sa femme, un fusil de chasse, et un fusil automatique - bien mieux ! Quelques autres familles, qui avaient vu les reportages télé sur les pillages à la Nouvelle Orléans, m'ont demandé de leur prêter des armes à feu. J'ai refusé, car ils n'en avaient jamais manipulé avant, et donc ils auraient été plus un danger pour eux-même et d'autres personnes innocentes que pour les pillards. S'ils étaient restés quelques jours, de façon à ce que je puisse leurs enseigner les bases du maniement, cela aurait différent, mais ils ne restaient pas, alors je ne l'ai pas fait. Autre chose : vous n'avez pas besoin d'emmener votre arsenal au complet. Les armes à feu pour la défense personnelle viennent en premier, ensuite les armes à feu destinées à survivre grâce à la chasse (et n'oubliez pas le couteau à dépecer !). Un matériel de pêche ne serait pas une mauvaise idée non plus. A part cela, laissez le reste de vos armes à feu dans l'amoire-forte (car vous avez une armoire-forte pour les armes à feu, soigneusement boulonnée au sol, n'est-ce pas ?) et les grosses réserves de munitions aussi. Emportez assez de munitions pour vous garder en sécurité, mais pas plus. Si vous avez vraiment besoin de grosses réserves d'armes à feu et de munitions, elles devraient vous attendre à votre lieu d'évacuation, pas utiliser de l'espace et constituer une charge énorme dans votre véhicule. (Pour ceux qui évacuent dans ma direction, la fourniture en munitions ne sera PAS un problème).


Dernière édition par Barnabé le Ven 27 Nov 2009, 22:30, édité 2 fois

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5288
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Da le Mar 01 Sep 2009, 09:24

Témoignage intéressant, et beaucoup de points sur lesquels je suis assez d'accord, et qui rejoignent les différents posts de Ferfal (Merci encore Rammstein, et Barnabé, pour la traduction clind'oeil ).

notamment:
- sur la préparation, le matos
- sur le fait qu'il ne faut pas compter sur l'Etat pour prendre soin de votre famille à votre place (ça, ca vient par la suite dans le témoignage)

Par contre: je vais passer pour le gros égoïste de service, mais ma préparation est faîtes pour :
ma femme, moi, et mon chat (le reste de ma famille proche habite loin, donc...)
Éventuellement 3 ou 4 amis directs, mais les amis des amis des amis... etc... NON !

Coopérer pour la sécurité, pour la mise en place de services communs avec les voisins et autres, oui, mais se faire dépouiller par les squatters de tous bords, désolé, ce n'est pas possible...

Tout ce qui peut mettre en péril la sécurité de MA famille va même à l'encontre du survivalisme... (c'est un avis perso, of course).

Il faut se fixer des limites: on ne peut PAS prévoir le matos et la nourriture pour 30 personnes (d'ailleurs, à ce niveau, pourquoi s'arrêter à 30 ??), à moins d'être riche et altruiste (ce qui en général ne va pas de paire).

Par contre, le fait de s'opposer à son propre dépouillement suppose des préparations qui vont à l'encontre de la charte (donc no comment)...Et surtout, c'est se préparer mentalement à dire non (ce qui je dois avouer, dans mon cas, n'est pas si facile que le laisse entendre mon post...).


Dernière édition par Da le Mar 01 Sep 2009, 22:51, édité 2 fois

Da
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 2446
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Jocelyn le Mar 01 Sep 2009, 11:06

Da a écrit:Il faut se fixer des limites: on ne peut PAS prévoir le matos et la nourriture pour 30 personnes (d'ailleurs, à ce niveau, pourquoi s'arrêter à 30 ??), à moins d'être riche et altruiste (ce qui en général ne va pas de paire).

Par contre, le fait de s'opposer à son propre dépouillement suppose des préparations qui vont à l'encontre de la charte (donc no comment)...Et surtout, c'est se préparer mentalement à dire non (ce qui je dois avouer, dans mon cas, n'est pas si facile que le laisse entendre mon post...).
Je comprends ton point de vue, que j'aurai tendance à partager.
Par contre ça ne me parait pas évident dans la pratique.

C'est une réelle question qui se pose, je ne vois pas trop comment tu peux dire "non" à 30 personnes, même avec des moyens "hors-charte"...

@Barnabé

Beau travail, de qualité, effectué dans un temps record...
Merci pour ce effort de traduction.

(Merci à Rammstein aussi pour avoir déniché ce document fort intéressant.)


Dernière édition par Jocelyn le Mar 01 Sep 2009, 13:13, édité 1 fois (Raison : (syntaxe))

Jocelyn
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 754
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Da le Mar 01 Sep 2009, 12:57

@Jocelyn,
Oui, j'en ai bien conscience... Surtout que perso, je suis plutôt un "gentil" Smile.

Déjà, envisager la situation, c'est une forme de préparation, même si en situation de crise, on n'est pas du tout certain de réagir de la façon envisagée ... quand tout va bien...
Mais à part ça, je ne vois pas trop comment se préparer (seul devant le miroir, à crier "NON NON et NON !" Very Happy)..

D'un autre coté, en voyant la situation : donner = famille en situation de danger (manque de nourriture/médicaments...), je pense être capable de dire merde, de fermer la porte, et basta...

Reste encore le meilleur moyen de se prémunir de ce genre de situation : Ne pas trop se vanter de sa préparation, et au moment de la crise, être le plus discret possible...
Volets fermés, pas de grandes lumières alors que le reste de la ville est dans le noir, marcher en baissant la tête quand on doit sortir, bref, rien qui peut laisser transparaître que l'on est plus "préparé" que les autres.

Pendant la 2nde Guerre, ceux qui avait un poulailler, des lapins, ou quelques autres réserves de nourritures, étaient toujours le plus discret à ce sujet...

Comme dit le vieil adage, pour vivre heureux, vivons cachés...
Cela est d'autant plus vrai en situation de crise.

Da
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 2446
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Invité le Mar 01 Sep 2009, 17:14

Famille je vous hais (André Gide)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par transhuman le Mar 01 Sep 2009, 19:50

Da a écrit:@Jocelyn,
Oui, j'en ai bien conscience... Surtout que perso, je suis plutôt un "gentil" Smile.....
Mais à part ça, je ne vois pas trop comment se préparer (seul devant le miroir, à crier "NON NON et NON !" Very Happy)..

....

Hum, sans aller au delà de la charte, je dirais qu'un sac de frappe et un putchingball peuvent aider largement.

En situation de conflit la peur vient bien souvent de deux choses :
- la peur d'avoir mal si l'on frappe l'autre .
- la peur de faire mal à l'autre parce que l'on ne sait rien de sa force, pas assez ou trop peu.

Venez pas jouer aux caids . A moins d'avoir fait partie d'unités militaires spéciales ( paras, commandos, Gign... ) le jour où vraiment vous serez face à la possibilité de frapper quelqu'un vous aurez peur des conséquences!

Ceux qui ont fait , plus ou moins, des arts martiaux ont forcémment connus ce sentiment d'impuissance que connait le plus tout à fait débutant face à une ceinture noire qui attend posément l'assault et qui anticipe chaque geste : Il y a la maitrise technique bien sur mais aussi basiquement l'habitude d'estimer la force requise pour ce que l'on veut faire en fonction de la masse de son vis à vis.

C'est simple si votre corps le permet allez faire du karaté ou du judo .
Au minimum entrainez vous prudemment par exemple , en mettant des gants, à casser quelques planches ( fines hein au debut ).

Perso j'ai super mal au dos, 15 kilos de trop mais celà ne m'empeche pas de pouvoir fracasser une porte d'un coup de pied. C'est pas une question de force, c'est une question de technique et d'habitude.
Et c'est cette habitude qui transparêt dans vos gestes, votre maintien et qui ajouté au calme né de la connaissance de vos limites et de vos capacités va en imposer et éviter le recours à la violence.

Dans ma jeunesse, avant que le judo ne se confonde avec une sélection pour s'inscrire dans les paras ou au championnat d'haltérophilie, j'ai vu des fillles et des jeunes femmes en imposer sur le tatami à des grands gaillards aux biceps largement plus développés. Parce qu'elles étaient plus entrainées.

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....

transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Jocelyn le Mar 01 Sep 2009, 20:04

transhuman a écrit:Perso j'ai super mal au dos, 15 kilos de trop mais celà ne m'empeche pas de pouvoir fracasser une porte d'un coup de pied.
Transhuman, ne le prends pas mal, mais... t'évites les balles aussi? mrsgreen lunettes
(Et dans la discussion on parlait de 30 personnes, comme dans la situation de l'auteur du texte.)

Jocelyn
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 754
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par transhuman le Mar 01 Sep 2009, 20:37

T'es mignon ...
...visiblement t'as pas compris : si tu veux pas avoir peur au point de perdre les pédales : E.N.T.R.A.I.N.E.S T.O.I

Tu sait dans ce genre de situation c'est en général une ou deux personnes et le reste des moutons profiteurs.

Bon maintenant chacun voit midi à sa porte, les bisounours comme les autres .

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....

transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Jocelyn le Mar 01 Sep 2009, 20:47

Honnêtement, non, j'ai pas compris.

Le rapport parle de 30 personnes, dont certaines armées, qui vont taper dans tes préparatifs avec ou sans ton accord.

Du coup je ne vois pas quel est le rapport avec le Judo.
OK, tu vas garder ton self-control, mais ça ne vas pas les empêcher d'agir pour autant.

Ce n'est peut être pas le sujet de la discussion, si tu veux on en parle en MP.

Jocelyn
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 754
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par mado le Mar 01 Sep 2009, 21:47

La TRADUCTION comporte du hors charte. Nous, on ne sort pas des rails, n'est-ce pas ?

________________________________________________________
Il est un temps—court--pour tomber,
et un temps--très long--pour se relever.
.


BOB de Mado

mado
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 62
Localisation : Aquitaine - France
Emploi : Retraitée
Date d'inscription : 10/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Barnabé le Mar 01 Sep 2009, 22:12

Deuxième message

Voici quelques idées supplémentaires.

1. Le choix de l'itinéraire est très, très important. Mes amis (et leurs amis) ont simplement regardé la carte, trouvé l'itinéraire le plus court jusqu'à moi (La I-10 jusqu'à Baton Rouge et Lafayette, puis remonter la I-49 jusqu'à Alexandria) et l'ont suivi sans réfléchir. C'était une TRES mauvaise idée, car environ un demi-million d'autres personnes avaient le même itinéraire en tête. Certains d'entre eux ont mis douze heures pour couvrir ce qui est normalement un voyage de quatre heures. S'ils avaient utilisé leurs têtes, ils auraient vu (et entendu, d'après les infos à la radio) qu'aller au nord en remontant la I-55 jusqu'à Mississipi aurait été beaucoup plus rapide. Il y avait moins de traffic sur cet itinéraire, et ils auraient pu prendre à gauche pour rejoindre Natchez, MS et ensuite couper à travers LA sur la route 84.

Cela ne leur aurait pris pas plus de cinq ou six heures, même avec le traffic supérieur dû à la l'évacuation. Leçon à retenir : sachez réfléchir en sortant des schémas mentaux habituels, et ne croyez pas que l'itinéraire le plus court sur le carte en termes de distance sera aussi le plus court en temps.

2. Les implications sociales d'une situation de désastre. Les retours d'information de mes contacts dans la Police de l'Etat de Lousiane et d'autres agences sont très inquiétants. Ils ne cessaient de revenir sur le fait que la "sous-classe" qui a fait tout le pillage était presque exclusivement noire et originaire du centre-ville. Les remarques qu'ils rapportent incluent des déclarations telles que "J'y AI droit", "c'est le moment de rembourser tout ce que les blancs nous ont fait", "ce sont des réparations de l'esclavage !". De même, ils accusent le racisme d'être responsable de la situation de confusion et de retard des secours : "Pour sûr, si un blanc était assis ici dans le Dôme pour recevoir de l'aide, il n'attendrait pas aussi longtemps !". Non, je n'invente pas ces remarques... elles m'ont été rapportées par mes amis.

Cela m'inquiète beaucoup. Si nous avons une telle fracture des consciences chez nos résidents urbains alors, en situation de désastre, nous allons probablement être accusés de racisme, de paternalisme, d'oppression, et de toutes sortes de crimes juste parce que nous voulons préserver l'ordre et la loi. Si nous, en tant qu'individus et familles, couvrons nos propres besoins en situation d'urgence, mais que nous ne partageons pas avec d'autres (qu'ils soient d'une autre race ou non), parce que nous n'avons pas assez pour passer la période difficile, nous allons probablement être accusés de racisme et non pas de pragmatisme, et prendre nos affaires pourra être (et sera probablement) justifié par : "les blancs reçoivent ce qu'ils méritent". Je ne suis absolument pas raciste, mais les implications raciales de la situation présente sont un grand souci pour moi. Les semblables de Jesse Jackson, Al Sharpton, et tout le lot des partisans des "réparations pour l'esclavage" ont apparemment tellement polarisé l'opinion des habitants du centre-ville que ces gens (à mon humble avis) ne sont plus capables de pensées rationnelles sur des sujets tels que le pillage, les secours en cas de désastre, etc.

3. Implications pour la sécurité. Si quelqu'un a réussi à sortir de la zone de danger, il va se retrouver dans un environnement rempli, de façon plus ou moins importante, par d'autres réfugiés. Combien d'entre eux ont aussi prévu de quoi couvrir leurs propres besoins ? Combien d'entre eux vont s'appuyer sur les autres pour obtenir les choses dont ils ont besoin ? En l'absence d'assistance immédiate par l'Etat ou par les services de secours, combien d'entre eux vont penser qu'ils ont "le droit" d'obtenir ces affaires nécessaires, par n'importe quel moyen, jusque et y compris le pillage, le meutre et le désordre social ? Les grands endroits de rassemblement de réfugiés semblent soudainement beaucoup moins attractifs. Et être tout seul, ou à un endroit isolé avec sa seule famille, semble également moins sûr. Il faut bien dormir quelque part, et quand on dort on est vulnérable. Même son épouse et ses enfants ne suffiront peut-être pas... Il y aura toujours des vulnérabilités. On ne peut pas rester en niveau jaune [d'alerte] pendant qu'on donne le bain aux enfants ou qu'on fait l'amour. Une approche d'équipe peut être la solution ici - voir point 6 ci-dessous.

4. "Trop de chefs, pas assez d'Indiens" à la Nouvelle Orléans en ce moment. Le Maire a déjà déraillé a propos de la brèche dans la digue : il affirme qu'il avait un plan pour la réparer dès hier soir, mais qu'il a été contrecarré par Baton Rouge qui a envoyé d'autres personnes pour faire quelque chose de différent. Cela peut être vrai ou non. Mes amis de la Police de l'Etat de Louisiane me disent qu'ils reçoivent des ordres et des demandes contradictoires de la part de diverses organisations et individus. Quelqu'un va envoyer un groupe rechercher des survivants dans une certaine zone, mais quand ils arrivent, ils ne trouvent personne, et apprennent plus tard qu'un autre groupe de secours a déjà vérifié et évacué cette zone.

Malheureusement, en l'absence d'un centre de contrôle et de commandement centralisé, l'information n'est pas partagée entre les toutes les équipes de secours. De plus, il y a paraît-il un conflit entre les officiels de la Mairie et les fonctionnaires de l'Etat, avec les deux côtés qui prétendent "gérer les affaires" et certains individus de la Croix-Rouge, de l'Agence Fédérale de Management des Urgences et d'autres groupes refusent apparemment de prendre leur ordre d'aucun des deux, et au contraire revendiquent de mener leur spectacle à leur façon. Il paraît que cela produit une confusion catastrophique et une redondance des efforts, et cela pourrait même augmenter le nombre de morts, dans la mesure où certains zones qui auraient besoin de secours ne les reçoivent pas. (Je ne sais pas si ces mêmes problèmes existent aussi dans le Mississipi et l'Alabama mais je ne serais pas étonné que ce soit le cas). Tous ces retours d'information sont non-officiels et sous le couvert de la confidence, mais je ne suis pas étonné de les entendre. La morale de l'histoire est que si vous voulez survivre, ne faites pas confiance au gouvernement ni à aucune agence du gouvernement (ni à aucun organisation non-gouvernementale, en l'occurence) pour vous sauver. Votre survie est dans vos propres mains... ne la laissez pas tomber !

5. Vision à long terme. C'est ce qui est tristement absent pour le moment. Tout le monde est concentré sur l'objectif immédiat, à court terme, de porter secours aux survivants. Néanmoins, il y a des problèmes énormes qui menacent et auraient besoin d'une attention immédiate, mais qui n'en reçoivent pas. Par exemple, Le Port de Lousiane est le cinquième plus grand dans le monde, il est vital pour l'économie, mais les gardes-côtes ont déclaré (à la télé) qu'ils ne pourraient pas le rendre opérationnel avant trois à six mois, parce que leur objectif prioritaire est la recherche et le secours aux personnes. Pourquoi est-ce que les gardes-côtes ne sont-ils pas déchargés de cette tâche dès maintenant, et mis au travail sur des missions plus critiques ? Il y a maintenant suffisamment de forces armées de la marine et de l'aviation disponibles pour s'occuper des missions de secours aux personnes.

Autre exemple, il y a plus d'un million de réfugiés de la grande agglomération de la Nouvelle Orléans qui sont "à la dérive". Ils ont besoin de nourriture et de logement, c'est sûr, mais la plupart d'entre eux sont au chômage et n'auront aucun revenu pendant les six prochains mois. Le besoin en travailleurs est très inférieur à l'offre de cette force de travail. Que fait-on pour trouver du travail pour eux, quitte à ce que ce soit dans des Etats éloignés de la zone sinistrée ? Le gouvernement ne va certainement pas leur fournir suffisamment d'aide pour qu'ils puissent payer leurs factures. Que se passe-t-il pour les prêts immobiliers des maisons qui sont désormais sous l'eau ? Les propriétaires ne paieront pas car ils ne peuvent pas payer, les organismes de crédit vont réclamer les échéances, et on risque de se retrouver avec des saisies immobilières massives sur des propriétés qui se retrouvent sans valeur, ce qui laissera un paquet de gens endettés jusqu'au cou et qui n'auront plus de maison (même pas leur maison endommagée...). Qu'est-ce qui est fait pour prévenir ce problème, pour le minimiser autant que possible ?

J'aurais cru que le gouvement de l'Etat aurait au moins l'ébauche d'un plan d'urgence pour ce genre de problèmes, et que l'Agence Fédérale pour le Management des Urgences en aurait eu un aussi, mais apparemment ce n'est pas le cas. Pourquoi est-ce que les sujets de ce genre n'ont pas été étudiés pendant tous ces jours tranquilles d'avant le désastre, plutôt que de les laisser émerger soudainement comme des besoins immédiats et sans réponse après la catastrophe ?

6. Plan personnel en cas d'urgence. Cela m'amène à considérer mon propre plan en cas d'urgence. J'ai prévu de pouvoir répondre à un cas d'évacuation, et je pourrais probablement survivre avec une relative facilité pendant environ deux semaines à un mois, mais que me serait-il arrivé si je m'étais retrouvé dans ce merdier ? Comment est-ce que je me débrouillerais pour retrouver un boulot, payer mon emprunt immobilier, etc. ? Si je ne peux pas m'appuyer sur l'Etat, j'ai sacrément intérêt à pouvoir m'appuyer sur moi-même ! J'ai certainement besoin de réexaminer mes contrats d'assurance, pour être sûr qu'en cas de désastre, mon emprunt immobilier et mes principaux crédits seront payés [par l'assurance] (ou bien que je recevrais assez d'argent pour le faire moi-même). Je dois aussi assurer ma sécurité physique, et m'assurer que j'ai suffisamment de fournitures, de savoirs-faires et de connaisances qui soient "marchandables" en échange de monnaie sonnante et trébuchante dans une situation post-désastre. L'idée d'une "équipe" d'amis avec qui, ou vers qui, évacuer ou survivre me semble de plus en plus intéressante. Une partie de l'équipe pourrait s'occuper de maintenir la maison (même si c'est une sorte de camp), de s'occuper des enfants, fournir la sécurité de base, etc. D'autres pourraient rechercher des provisions, faire des échanges, etc. D'autres encore pourraient rapporter de l'argent à l'ensemble de l'équipe grâce à leurs savoirs-faires. Ainsi, nous contribuerions tous mutuellement à notre survie et à notre sécurité au moyen et long terme. La vie pourrait être bien moins confortable qu'avant le désastre, mais bon - on serait quand même en vie ! Cela nécessite d'y réfléchir un bon coup, et peut-être qu'il faut que je mettre sérieusement à construire des "relations d'équipe" avec des gens du coin qui ont une mentalité similaire.

7. Le problème des banques. Ce sujet nécessite qu'on y porte attention. J'étais à ma banque ce matin pour déposer les chèques que mes visiteurs m'avaient remis en échange d'argent liquide. Le préposé m'a dit sans détour que cela pourrait prendre des semaines avant que ces chèques puissent être encaissés, et qu'il n'y avait aucun moyen de le faire sans contact avec les banques qui les ont émis, qui sont actuellement sous l'eau ou coupées des réseaux de communication. Il m'a dit aussi qu'il y a avait eu un défilé sans fin de personnes qui essayaient d'encaisser des chèques émis sur des banques de Lousiane du sud, sans succés. Il m'a prévenu que certaines de ces banques locales vont probablement faire faillite, car elles n'ont pas une seule agence qui n'ait pas pris l'eau, et les particuliers et entreprises qui constituent leur clientèle sont tous partis. Donc, les chéques émis par ces banques risquent de se retrouver sans valeur. Même certaines banques régionales importantes dirigeaient leur réseau local depuis la Nouvelle Orléans et ne peuvent plus accéder aux données des comptes. Ce serait peut-être une bonne idée que d'avoir un "compte bancaire d'évacuation" dans une banque d'ampleur nationale, de façon à ce que les fonds soient disponibles de n'importe quel endroit où ils ont une agence, plutôt que de garder tout son argent dans un seule banque (surtout si c'est une banque locale) ou un fonds d'épargne. Cela doit être, bien sûr, en plus de la bonne réserve d'argent liquide prévue pour le cas de l'évacuation.

8. Aider ses amis va probablement se révéler coûteux. J'estime que j'ai dépensé plus de 1000 dollars, entre mes réserves utilisées qu'il faudra remplacer, et l'argent liquide prêté aux amis qui ne pouvaient encaisser leurs chèques. Peut-être qu'au final je serai remboursé, peut-être pas. Ca ne me dérange pas - si je me retrouvais dans un cas similaire, j'éspère que je pourrai compter sur mes amis pour qu'ils m'aident de la même façon, après tout ! Mais je ne l'avais pas suffisamment prévu. Je l'anticiperai mieux à l'avenir, ainsi que de prévoir de contribuer aux dépenses des gens qui m'offriraient l'hospitalité dans des circonstances similaires.


Dernière édition par Barnabé le Ven 27 Nov 2009, 22:32, édité 5 fois

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5288
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par transhuman le Mer 02 Sep 2009, 07:52

mado a écrit:La TRADUCTION comporte du hors charte. Nous, on ne sort pas des rails, n'est-ce pas ?

Mado et Jocelyn,

Tout simplement il faut faire la différence entre :
- ne pas parler des armes , c-a-d respecter la charte,
- et discuter des moyens d'éviter la violence. Ce qui à mon avis respecte la charte et fait partie des préparations.

Encore une fois chacun voit midi à sa porte. J'ai lu le témoignage.
Evidemment je ne pense pas que ce monsieur aurait le dessus en cas d'affrontement contre 30. Mais comment aurait il fait face à une ou deux grandes geules s'il avait du demander aux gens de partir ?

Le but de ma remarque n'est que d'expliquer qu'il faut s'entrainer si on ne veut pas se retrouver en situation violente.
C'est le complément de mes remarques sur la nécessité de la discrétion pour les survivalistes.

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....

transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par Da le Mer 02 Sep 2009, 08:10

@ Transuman,
je pense que tu as raison de souligner que l'entraînement et les arts martiaux sont une bonne préparation, notamment pour gérer une situation de conflit.
Maintenant, ce que je voulais souligner, c'est surtout le problème moral que pourrait me poser le fait de refuser mon aide...

Les moyens, et là je rejoins Jocelyn, m'importent peu sur ce coup-ci, car amha, on tomberait irrémédiablement dans le hors-charte.

Donc la question est posée: comment peut-on se préparer au fait de refuser son aide à une personne qui, malgré tout, en aurait besoin?
Je pense que ceux qui ont voyagé dans des pays très pauvres ont du être confronté à ce genre de situation, nope ?

Da
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 2446
Date d'inscription : 03/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Expérience Katrina

Message par mado le Mer 02 Sep 2009, 17:26

(On a décidé de laisser toute la traduction se faire. Chacun peut y trouver un exemple ; mais comme c'est difficile pour nous tous, on ne veut pas déborder ou se laisser déborder. Mais personne n'a de recette magique.)

________________________________________________________
Il est un temps—court--pour tomber,
et un temps--très long--pour se relever.
.


BOB de Mado

mado
Modérateur

Féminin Nombre de messages : 1405
Age : 62
Localisation : Aquitaine - France
Emploi : Retraitée
Date d'inscription : 10/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum