La situation en Argentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La situation en Argentine

Message par un ptit breton le Ven 10 Avr 2009 - 7:50

Voici la traduction d'un article sur la crise de 2001en Argentine.
La fin n'est pas traduite (j'ai es petits soucis à la maison mais si personne ne m'aide ici , ça devrait reprendre bientôt )

Le lien : http://ferfal.blogspot.com/2008/11/despair-in-once-proud-argentina.html

Le désespoir dans l'Argentine

Autrefois fière ,avec l'effondrement economique, la pauvreté a réduit la dignité des gens.
Par Anthony Faiola du Service diplomatique de Washington Posté mardi, le 6 août 2002; Page A01 ROSARIO,
Argentine - la rumeur se propage vite dans les zones urbaines comme Rosario. Il y aurait à manger sur l'autoroute ( et c'était toujours vivant ). Une bétaillière s'était renversée près de cette ville industrielle se mourant, en renversant 22 boeufs de race Angus en travers de la route nationale . Certains étaient morts. La plupart ont été blessés. Quelques-uns étaient indemmes.Les gens descendaient de Las Flores, un bidonville fait de tas de déchets et de baraques en métal grouillant de réfugiés de l'effondrement financier de ce qui était autrefois la nation la plus riche de l'Amérique latine.En quelques minutes, 600 résidents affamés sont arrivés sur place, en brandissant machettes et couteaux à découper. Subitement, selon les témoignages de certains d'entre ceux présents ce jour de mars, un cri est monté: "Tuez les boeufs, dit une voie, prenez ce que vous pouvez".Les ouvriers de la compagnie du bétail ont reculé. Et l'abattage a commencé. L'odeur de sang, la viande morte et fraîche a rempli la route nationale. Les vaches ont beuglé comme jamais et été diputés par des groupes d'hommes, de femmes et d'enfants. Des luttes ont éclaté pour des morceaux de chairs en des luttes ensanglantées."Je me suis retourné vers des gens traînant des jambes de vache, des têtes et des organes et je ne pouvais pas en croire mes yeux," a dit Alberto Banrel, 43 ans, qui a travaillé des années dans la construction jusqu'en janvier dernier, quand l'Argentine a été touchée par la crise du à son défaut de remboursement de la dette et à la dévaluation de sa monnaie.
""Et encore là ou j'étais, avec mon propre couteau ensanglanté et mes morceaux de viande," dit Banrel . "J'ai eu l'impression que nous étions devenus des animaux sauvages... comme les piranyas au canal de la découverte. Notre situation nous y a conduit."Ce jour de désolation, voisins contre voisins sur les morceaux de viande, suggérait comment l'effondrement a changé profondément l'Argentine. Traditionnellement fier, les Argentins ont commencé à désespérer. Les conversations d' aujourd'hui montre la dignité disparue, d'une nation diminuée de façon inimaginable.L'Argentine a une histoire de chaos et de division. À la recherche du paradis de leurs "ouvriers," Juan et Eva Peron ont déclaré la guerre aux les riches. Pendant la "sale guerre" des années 1970, les militaires ont arrêté des dizaines de milliers des gens, dont 15 000 ne se sont jamais remanifestés. Et quand l'actuel-président Carlos Menem a vanté les mérites du Nouveau Capitalisme au cours des années 1990, les riches sont devenus plus riches - beaucoup illégalement - pendant que les pauvres sont devenus plus pauvres. Pourtant quelque chose ici n'ajamais vraiment changée. Jusqu'à l'année dernière, l'Argentine a fait partie des plus riches, la nation la plus instruite et la plus cultivée en Amérique latine.
Luciano Pavarotti jouait toujours au Théatre des deux-points . La société des café de Buenos Aires s'est développée, avec des intellectuels discutant des passages de Jorge Luis Borges entre les croissants et l'expresso. Les pauvres d'ici ont vécu avec plus de dignité que leur égaux quelque part ailleurs au monde. L'Argentine était comme elle aimé le dire, très civilisé.
Rien de plus.
Beatriz Orresta, 20 ans, porte son fils ,mal nourri, dans Rio Chico. Elle avait nourri son enfant de soupes faites avec les os séchés d'une vache morte que son mari avait trouvée. L' Argentine s'est dissoute comme peut le faire un réacteur nucléaire. Même les riches ont été affectés à leur propre niveau. La tragédie a frappé le plus durement, pourtant, dans la classe moyenne, les pauvres urbains et les petits fermiers. Les parties de cette société autrefois si fière ont l'air de s'être effondrées , l'Argentine est a peine reconnaissable. Les statistiques gouvernementaux le montrait : 11 200 personnes par jour tombaient dans la pauvreté ( c'est le fait de gagner moins de $3 par les jours ) Buenos Aires, une ville autrefois comparée à Paris, est devenu un repaire de miséreux et de voleurs la nuit. Les sans-abris nouvellement ruinés émergent des bâtiments abandonnés et des voitures rouillées, fouillant parmis les déchets et au voisinage d'aristocrates. Les gens de la classe moyenne disparaissaient, comme Vicente Pitasi, 60 ans et sans-emploi, partie aux magasins de gages pour vendre ses alliances.
"J'ai vu beaucoup de choses arriver en Argentine à ce jour, mais je n'ai jamais perdu l'espoir autant que maintenant," a dit Pitasi. "Il n'y a rien ici, pas même notre fierté."
Chute des salaires, augmentation des prix.

Vers la fin du mois dernier, à la veille du 50ème anniversaire de la mort d'Eva Peron, des voleurs ont piqué la tête d'une nouvelle statue d'elle. Rien, vraiment rien, n'est plus sacré ici.
Les inquiétudes des citoyens apparaissent à la télé, en demandant à l'argentine de regarder de l'intérieur une culture de fraude fiscale, d'incivilité et de corruption.Mais personne ne semble écouter. Les fabricants d'aliments et les épiceries relèvent les prix comme si le fait de gagner du pouvoir a pris une moindre importance sur l'argent. Un grand facteur tant dans les augmentations des prix que dans l'effondrement des salaires réels est une dévaluation de 70 % du peso pendant les six mois derniers. Même le prix de la farine est monté de 166 %, les tomates en conserves 118 pour cent - même si tous les deux sont des produits locaux qui ont peu subis d'augmentations réelles dans les prix de production. La faim et la malnutrition ont émergé dans l'intérieur rural - quelque chose presque jamais vue dans un pays réputé pour ces grands parcs de boeufs et des champs onduleux de blé. À la recherche de quelqu'un à blâmer, les Argentins se sont attaqués aux maisons de politiciens locaux et de banques étrangères. Beaucoup de banques ont installé des murs d'acier et ont des gardes armés autour des succursales et ont remplacé les fenêtres de verre décorées avec les annonces décrivant des clients heureux venant d'une autre époque.

________________________________________________________
Les habitants ne croient plus en l'avenir. Pourtant notre civilisation est éternelle , nous sommes les élus. Nous avons la science et la vérité " dit le scribe à Pharaon. ( texte écrit sur un papyrus - 2500 av j.c.)

La prochaine révolution ne sera pas celle du travail !!!

un ptit breton
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 3788
Localisation : Dans la forêt de Brocéliande
Loisirs : lire le troll est parmi nous de D. Vincent et F. Mulder et appronfondir ma Tétracapilosectomie
Date d'inscription : 02/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'Argentine bannit temporairement les produits BLACKBERRY et APPLE

Message par Catalina le Sam 31 Déc 2011 - 10:27

Ou quand la logique du "acheter local" s'invite enfin dans certaines solutions à la crise : L'Argentine bannit temporairement les produits BLACKBERRY et APPLE

" La crise pousse de nombreux pays à instaurer la règle du « achetez local », et l'Argentine ne déroge pas à cette règle : les mobinautes du pays ne pourront plus, à partir de maintenant et pour une durée indéterminée, acheter des smartphones et autres terminaux mobiles qui ne sont plus fabriqués en Argentine."

________________________________________________________
Mieux vaut être jugé par 9 que porté par 6...

Catalina
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 760
Date d'inscription : 23/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La situation en Argentine

Message par KrAvEuNn le Lun 8 Juil 2013 - 9:19

L’Argentine déclare une guerre sans merci aux cartes de crédit
Après avoir imposé un contrôle des changes, l’Argentine limite et taxe l’usage des cartes de crédit à l’étranger. Buenos Aires veut endiguer la fuite des capitaux a écrit:

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La situation en Argentine

Message par Belenos le Lun 8 Juil 2013 - 10:37

Si les Argentins veulent reconquérir un peu de leur souveraineté, les usa vont les sanctionner, économiquement dans un premier temps puis si ça suffit pas à les faire plier il y aura un fameux "printemps" (spontané, populaire et démocratique évidemment...).

________________________________________________________
La nature comme socle, l’excellence comme but, la beauté comme horizon. (Dominique Venner).

Belenos
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1831
Age : 35
Localisation : Pays de Retz
Loisirs : Balades et bivouacs dans les dunes et les bois, lecture.
Date d'inscription : 04/04/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La situation en Argentine

Message par KrAvEuNn le Lun 8 Juil 2013 - 11:48

Salut belenos !
Belenos a écrit:un fameux "printemps" (spontané, populaire et démocratique évidemment...).
La thèse des printemps arabes dirigés depuis l’Occident - ou Israël, selon les thèses - sous la forme de divers complots, a d'abord été soutenue par Mouammar Kadhafi, puis par Bachar al-Assad, mais aussi par l’Iran et par Erdogan.

- Kadhafi : "un complot d'étrangers, d'Américains, d'Al Qaïda et de fous" mené par de « jeunes drogués manipulés par Ben Laden." "Les pays colonialistes trament un complot pour humilier le peuple libyen, le réduire à l'esclavage et contrôler le pétrole".
- Ali Abdallah Saleh (Yémen) : "un complot contre l'unité et l'intégrité territoriale de la république yéménite." La vague d’agitation politique qui déferle à travers le monde arabe est une conspiration qui sert Israël et les Sionistes". "Les manifestants sont dirigés par la Maison Blanche et le centre de contrôle de la déstabilisation du monde arabe est à Tel Aviv."

Les élites occidentales, que ce soit à Paris ou à Washington, ont accueillit très froidement ces mouvements, avant de retourner leur veste une fois les régimes renversés ; on les vis, dès lors, brosser les fondamentalistes - dès lors appelés islamistes modérés - Rolling Eyes  dans le sens du poil.
L'oligarchie US n'a pas renversé les régimes totalitaires arabes de toute manière situés dans sa zone d'influence et vassalisés, pour y placer d'autres régimes vassaux ; elle n'a fait que faire preuve d'opportunisme (voir les fuites révélées par Wikileaks).

Souvenez vous, lors des premiers évènements du printemps arabe, Michèle Alliot-Marie avait offert d’aider à entraîner la police de Ben Ali, tandis que les USA soutenaient Hosni Moubarak lors des premières manifestations anti Moubarak.

Tout le monde a été pris de court par les révoltes arabes, même les frères musulmans qui ont pourtant, là aussi par opportunisme, raflé la mise.
 
Les révoltes arabes trouvent leur source dans le mécontentement populaire en bonne partie dû à la crise économique et énergétique ou dans la rigidité sociale et la corruption qui frappent le monde arabe, dans l'absence d'état de droit, dans l'exaspération des franges instruites et relativement aisées de la population, dans l'influence d'Internet et des réseaux sociaux qui ont notamment permis l'accès à des informations telles que les révélations de Wikileaks, dans l'accès à l'information extérieure - pas toujours neutre et objective, loin s'en faut - notamment via la chaine qatarie Al-Jazeera, etc.
Regarder aussi le rôle qu'a eut l'armée dans ces pays.

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La situation en Argentine

Message par argoth le Lun 8 Juil 2013 - 16:09


 J'arrive pas à accèder a ton article. Sad

________________________________________________________
On hérite pas de la terre de nos parents, on l'emprunte a nos enfants.

Un peuple qui est près a cédez un peu de libérer pour plus de sécurité, ne mérite n'y l'un, n'y l'autre et finira par perdre les deux. Thomas jefferson.


Pas capable est mort hier, il s'essaye est né ce matin.

argoth
Animateur

Masculin Nombre de messages : 3334
Date d'inscription : 16/08/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La situation en Argentine

Message par KrAvEuNn le Lun 8 Juil 2013 - 16:40

En effet l'article est payant.

Donc, en gros :

En cessation de paiements, sa balance commerciale dégradée, manquant de devises, n’ayant pas accès aux marchés financiers internationaux, l'Argentine doit compter sur une balance commerciale excédentaire afin d'accumuler les dollars qui lui permettent de payer sa facture énergétique, d’importer du matériel, etc. Seulement, les Argentins, à la recherche éperdue de dollars, passaient massivement les frontières pour aller chercher à l'étranger des dollars grâce à leurs cartes de crédit. Face à l'hémorragie le gouvernement a décidé de taxer les retraits et achats effectués par carte de crédit à 20%. Mais ça n'a pas découragé les Argentins qui, malgré tout, faisaient plus de 30% d'économies en passant par le marché noir.

Dès lors les retraits furent limités à 300 dollars/mois. Mais ça n'a pas suffit, alors le gouvernement a décidé de limiter les retraits à 50 dollars/mois, mettant ainsi un terme au "tourisme" du dollar. Seulement les Argentins achètent aussi sur Internet et vont faire des achats à l’étranger. L'état met alors en place une taxe de 20% sur les achats de billets pour l’étranger et interdit la vente de billets si la ville de départ n’est pas argentine. Le premier trimestre 2013 2,7 milliards de dollars ont fuient ainsi le pays. Les réserves de la banque centrale ont chutées en 2 ans de 52 à 38 milliards.
Ultime décision : l’Argentine limite et taxe l’usage des cartes de crédit à l’étranger pour ses ressortissants, afin d'endiguer la fuite des capitaux.

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La situation en Argentine

Message par Cyrus_Smith le Jeu 6 Fév 2014 - 7:25


Cyrus_Smith
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 2136
Localisation : Île mystérieuse
Date d'inscription : 02/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum