Orientation professionnelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Orientation professionnelle

Message par Canis Lupus le Sam 13 Jan 2007 - 18:40

Canis Lupus a écrit:Je viens de trouver ce site qui propose en téléchargement un Cours de Licence Biologie cellulaire et Physiologie. Ca peut intéresser quelqu'un, je partage ma trouvaille Wink
Je suis en train de chercher quoi faire pour septembre 2007 Neutral

Andros a écrit:Euh mais comment dire... c'est pour faire des études ?
Si tu veux être utile à la communauté et apprendre un truc vraiment très utile pour la survie, pourquoi ne pas essayer le domaine médical concret (médecin, infirmière, ambulancier etc) ?

L'orientation des jeunes en 2007 donne matière à débattre alors j'ouvre un nouveau sujet. On pourra le bouger dans une autre catégorie après.

Le domaine médical, c'est utile pour sauver des vies. La population a plus que doublé depuis 1950 (lien Wikipédia). De mon point de vue, c'est un déséquilibre. Pour être utile à la communauté, au village global, je ferais mieux de travailler à la réduction de la natalité (éducation des femmes & the like).

Si je pense m'orienter vers la biologie, ce serait pour comprendre de quoi je cause si je continue sur mon idée d'animateur de jardins scolaires. Mais bon, ce n'est peut-être pas le meilleur choix de départ. J'ai encore le temps de la réflexion.
Et puis si rien n'arrive (qui sais ?), je pourrais continuer avec des études en informatique et travailler à l'élaboration d'une consome de jeu biologique mega-puissante à la Existenz lol!

Bon, la question c'est : quelle orientation donner aux jeunes de maintenant pour qu'ils soient utile dans un futur post-nawak, avec quand même une "clause de sauvegarde" si l'évènement "nawak" n'arrive pas de si tôt ?

EDIT : les ONG engagent pas trop les sans-diplômes Neutral


Dernière édition par le Sam 29 Déc 2007 - 22:20, édité 1 fois

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orientation professionnelle

Message par Canis Lupus le Sam 13 Jan 2007 - 21:13

Andros a écrit:Ah oui, prof c'est bien aussi (je peux pas prétendre le contraire, j'en suis un !)
Pourrais-tu me faire un petit test pour savoir si je suis un bon candidat au métier de professeur ? Very Happy

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤

Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3693
Age : 31
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orientation professionnelle

Message par Andros le Sam 13 Jan 2007 - 22:10

LE test ultime pour savoir si on veut faire prof : retourner à l'école et suivre quelques heures de cours.

Je l'ai fait lorsque j'ai préparé le CAPES, ben c'était cool, j'avais envie d'être à la place du prof.


Bon sinon mes réflexions à moi que j'ai eues sur l'orientation :

1. Un GRAND nombre de métiers vont être robotisés et/ou automatisés dans les 20 prochaines années. Tout ce qui est répétitif ou qui est physique est promis à être fait par des machines.
Lorsque j'ai été consultant en e-business j'ai vu deux étages du siège d'une grande banque allemande (un gratte-ciel) être vidés de leur personnel parce qu'un serveur avait maintenant pris tout leur boulot. Ca a été un choc. Mais bon, tout ce que je faisait à l'époque m'a absolument convaincu de ce que j'ai dit plus haut, l'automatisation ira TRES loin.

2. La seule chose qui ne va pas changer c'est l'humain. Il y a des besoins qui ne seront jamais satisfait par les machines. (Petits plaisantins, les "besoins" auxquels les esprits mal placés pensent sont d'ores et déjà en partie remplacés par le porno et internet...)

Petite disgression sur l'enseignement

Je suis devenu prof parce qu'à l'avenir on aura toujours des gosses et il faudra toujours leur apprendre quelque chose.

Bon, lorsque je combine ce que je vois maintenant avec ce que j'ai appris de la section "e-learning" de mon employeur précédent, je me doute que le lumpenprolétariat géant qui habite nos banlieues passera ses études devant des ordinateurs blindés, à 40 par salle surveillés par des idéalistes sous-payés et impuissants qui n'ont pas fini leur descente vers l'enfer.

De ce que je vois, seule la "classe moyenne" est considérée digne d'investissements de nos jours, et je pense même que la misère et la violence des pauvres est un instrument pour soumettre ces classes moyennes à faire leur travail mais pas en vouloir plus. M'enfin je disgresse.

Le but du jeu est donc de devenir un prof pour classes moyennes et supérieures
fin de la disgression

Un travail tournant autour de l'humain peut tourner autour de fonctions physiques (un coiffeur ne sera pas automatisé) ou de fonctions morales/mentales/idéologiques.

3. Les métiers spécifiquement post-apocalyptiques sont rares.

Le médecin est la seule personne vraiment importante où que l'on soit. On en a jamais assez (cf. le tiers-monde).

Je ne crois pas qu'il existe un métier de "mécanicien-bricoleur" en tant que tel, on a la formation de base et ensuite toute la différence se fait avec l'expérience accumulée.

Etre chef, c'est aussi de l'expérience, mais je dirais que c'est un investissement continuel dans sa fonction. On commence avec un kit de base de relations et d'outils (psychologiques, intellectuels) et puis on investit dans son pouvoir (élargir les relations, accéder à des niveaux plus élevés d'informations etc.)

AMHA les "chefs" de clan, de groupe, seront tous autoproclamés après la crise, avec quelques officiers pour la milice des Gros Pontes.

Toujours AMHA il n'existe pas de métiers où l'on puisse connaître avant les autres ce qui va se passer. Un trader est submergé de rumeurs stupides, un agent de renseignement est spécialisé sur son petit bout de terrain à surveiller et ne peut pas fait la synthèse du travail de toute son organisation. De plus, beaucoup de crises surviennent par surprise, de par leur nature même (tsunami).


Ce que je retiens de mon parcours, après une Grande Ecole, 4 ans de boulot "corporate" et 4 ans d'enseignement : soit on s'immerge complètement dans son travail, et donc on ne vit que par son travail, soit on trouve un boulot alimentaire qui permette de s'intéresser aux autres choses de la vie comme l'art, la philosophie, les hobbies -et qui finance tout cela. Pour moi le calcul est vite fait : le temps est plus précieux que l'argent, il faut maximiser le temps libre de manière structurelle.

Andros
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 1132
Date d'inscription : 12/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orientation professionnelle

Message par brunov99 le Dim 14 Jan 2007 - 0:36

Bonsoir Andros,

Personnellement j'ai un parcours inverse du tien.
Après une seule année de prépa HEC (mes parents n'avaient pas les moyen pour que je deviennent carré), je me suis tourné vers l'enseignement.

J'ai fais 3 ans d'Ecole Normale pour devenir instit. J'ai enseigné pendant de nombreuses années dans des conditions presque idylliques. J'ai enseigné en France et à l'étranger (c'est là où j'ai pu vivre en 91 la première busherie : j'étais alors dans le moyen orient puis en Afrique).

Ensuite j'ai eu une prise de conscience politique qui m'a poussé à quitter l'Educ. Je pensais (naïvement sans doute) qu'on pouvais "changer le monde" en faisant passer des notions humanistes par son comportement et ses idées au sein du système éducatif. Je ne cherchais pas (à ce moment là) à remettre en cause le système mais à préparer les enfants à devenir des Hommes éclairés et repsonsables. Quel sot j'ai pu être...

En fait, le système éducatif tel qu'il est conçu par l'oligarchie dirigeante ne sert qu'à sa propre protection et à sa propre reproduction. L'ascenseur social n'existe pas. Nous sommes dans un système de castes complexes. Il n'y a qu'à observer les actualités quotidiennes. Chaque strate cherche à se reproduire en vase clos par cooptation ou alliance, en rendant l'ascension d'un membre de la caste inférieure très difficile voire impossible. C'est la volonté d'un système hermétique : les énarques avec les énarques, les X avec les X, les polytechniciens avec eux-même etc. Quand il y a une "bavure" au sein d'un groupe (détournement d'argent, pédophilie, affaires criminelles...) l'esprit de corps se met en place pour protéger tout le groupe qui se sent alors menacé (ce point n'est pas vrai dans les couches inférieures de la population qui sont livrées à elles mêmes car on les empêche d'avoir cet esprit de groupe : trop dangereux).

L'appartenance au groupe se définit comme sous l'Ancien Régime : par la naissance et la condition sociale. Certains ont des droits les autres ont des devoirs. Chaque groupe cherchera à protéger ses intérêts particuliers au détriment du bien commun (d'où la peur du communisme : le vrai qui n'a, à ma connaissance, jamais été appliqué).

Donc, j'ai quitté l'éducation dite nationale parce que je refusais de reproduire ce système et je ne voulais pas être un instrument de la manipulation et qui était de plus manipulé lui aussi. Les classes dirigeantes ont besoin d'une plèbe grouillante et sale qui fait peur (c'est la bâton) et d'une classe moyenne prête à se prostituer dans l'espoir de gravir l'échelle sociale (c'est la carotte). Mais jamais ces deux classes n'atteindront des sommets. Chacun à sa place que diable !

Ensuite, le système éducatif ne cherche pas à éduquer des hommes et des citoyens vers la liberté (de pensée, de vie) ou vers une élévation des consciences mais à produire de la main d'œuvre laborieuse et disciplinée. On va à l'école pour avoir un boulot ! Cela ne fait que s'aggraver de nos jours.

Il faut à tout prix de la mixité sociale pour les classes inférieures, en revanche les enfants des classes supérieures ne se mélangent pas eux... ils prendraient du retard.

TOUS les moyens sont mis en œuvre pour abrutir et formater les esprits de nos chers petits (pensée unique et système consommation/privation). Les programmes sont sans cesse changeants (même les enseignants sincères et il y en a encore beaucoup s'y perdent), les programmes sont totalement absurdes (car loin des réalités tangibles et des préoccupations des enfants), les programmes sont souvent trop complexes et trop superficiels (on noie ainsi parents et enfants dans des concepts intello qui évitent de réfléchir aux choses importantes).

C'est pourquoi, je me suis tourné alors vers le secteur privé. (communication, informatique, vente, formation & biométrie)

Et la le constat n'a pas été plus brillant. Comme tu le faisais remarquer, aujourd'hui le salarié doit se battre CONTRE la machine. Il doit prouver à son employeur que son boulot ne peut pas être fait par une machine (ou moins bien et plus cher). Ceci jusqu'au jour où la technologie produit une machine qui fait ce boulot pour moins cher. Et le salarié est viré (avant on disait remercié mais les temps changent...). Donc aujourd'hui tout au long d'une carrière professionnelle on doit faire plus, mieux et moins cher que le progrès technologique.

Et tout ça pour quoi ? Pour permettre à des actionnaires de vivre le plus confortablement possible (ils cherchent à travailler le moins possible eux). L'entreprise, aujourd'hui, n'a de responsabilité qu'envers ses actionnaires et ne prend en compte que ce point de vue au détriment de ses salariés comme de ses clients. Donc imaginez quand la Poste, ex-EDF, ex-GDF... seront tous dans le secteur privé. Cela va accroître la concurrence et la compétitivité : oui c'est vrai ! Mais sur le dos de qui et pour qui ? Le salarié va travailler plus pour de toute façon payer un produit de moindre qualité plus cher.

On quitte l'Ancien Régime et on évolue vers ... le Moyen-Age. On va payer chaque route, chaque pont (alors qu'on les a déjà payé avec nos impôts) et l'Etat ou la nébuleuse "Pouvoir Public" délivre des octrois à qui bon lui semble. On cherchera la "protection" d'un "Grand" qui nous donnera du travail pour nous permettre de gagner le minimum jusqu'au jour où il nous jettera parce que tel est son bon plaisir (CPE/CNE le projet comportait 2 ans de période d'essai et licenciement sans motif). Bref droit de vie et de mort sur ses serfs (pardon) personnels.

Fin de la première partie...
Dans la seconde partie je vais me permettre de commenter certaines de tes paroles si tu n'y vois pas d'inconvénients.

brunov99
Membre

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 52
Localisation : 41 - Centre
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://brunov99.free.fr/Documentation/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Orientation professionnelle

Message par brunov99 le Dim 14 Jan 2007 - 1:26

Seconde partie

Je reviens sur le sujet de l'orientation.
Quel parcours professionnel choisir aujourd'hui.


1. Un GRAND nombre de métiers vont être robotisés et/ou automatisés dans les 20 prochaines années. Tout ce qui est répétitif ou qui est physique est promis à être fait par des machines.
Lorsque j'ai été consultant en e-business j'ai vu deux étages du siège d'une grande banque allemande (un gratte-ciel) être vidés de leur personnel parce qu'un serveur avait maintenant pris tout leur boulot. Ca a été un choc. Mais bon, tout ce que je faisait à l'époque m'a absolument convaincu de ce que j'ai dit plus haut, l'automatisation ira TRES loin.

Je le pense aussi.
Cela fait des années qu'on nous abreuve de machines, mondes virtuels et de jeux vidéos. Cela fait des années qu'on nous dit que les machines c'est pour notre bien, que cela va alléger le travail, fini la pénibilité, enfin la société des loisirs... Notre monde lui aussi devient virtuel.

Demain même les soldats feront la guerre devant des écrans d'ordinateurs par poste de 4 à 8 heures relayables. Ils auront l'impression de jouer à Doom sans voir un être humain réel. En revanche des drônes avec de vraies armes tuerons de vrais gens loin très loin des bureaux où sont les ordinateurs. Et le soir en rentrant chez lui le soldat aura droit à : ta journée s'est bien passée mon chéri ?

D'accord en partie avec toi sur l'éducation des masses.


Un travail tournant autour de l'humain peut tourner autour de fonctions physiques (un coiffeur ne sera pas automatisé) ou de fonctions morales/mentales/idéologiques.

Si un coiffeur peut être automatisé. Et les fonctions morales, mentales et idéologiques également. Elles seront conformes ou non conformes. Si elles sont non conformes alors il doit y avoir ré-éducation. Un programme spécifique à partir d'un QCM peut-être établi depuis une machine qui définiera selon une grille normative quels sont les aspects de la psychée qui doivent être ré-équilibré, quels sentiments doivent être induits pour que la personnes se sente "mieux". Et les travaux sur le cerveau sont allés très loin dans ce domaine. La machine peut aussi être doté d'une couche d'intelligence artificielle (IA) pour qu'elle corrige elle-même le programme au fur et à mesure des réactions du "patient". Comme cela on peut récupérer les plus rétifs.


Les métiers spécifiquement post-apocalyptiques sont rares.

Oui car, comme tu le dis plus loin, on ne sait pas ce qui nous attend et on ne sait pas ce dont on va avoir besoin.


Le médecin est la seule personne vraiment importante où que l'on soit. On en a jamais assez (cf. le tiers-monde).

Un médecin oui si le complexe pétrochimique continue d'exister. Sinon un urgentiste, une sage-femme, une infirmière seront plus appréciés. Que peut faire un généraliste aujourd'hui mis à part ouvrir son Vidal et faire une prescription. Dans une phase post-apocalyptique comme tu dis il ne servira qu'à établir un diagnostic de base parce plus possible de faire des examens complémentaires, analyses sanguines... Mieux vaut développer des compétences en herboristerie, en ostéopatie ou en accuponcture car pas besoin de matériel (même l'homéopatie a besoin de matériel). Mais en France ces secteurs ne font pas partie de la médecine reconnue donc leur apprentissage au sein d'une orientation scolaire est impossible.



Je ne crois pas qu'il existe un métier de "mécanicien-bricoleur" en tant que tel, on a la formation de base et ensuite toute la différence se fait avec l'expérience accumulée.

Moi non plus mais je vais nuancer un peu et enfin répondre à la question posée sur l'orientation. De mon point de vue, les métiers qui ont aujourd'hui le plus d'avenir sont des métiers de proximité avec un savoir faire MANUEL même si aujourd'hui ils utilisent la pétrochimie ou les matériels/matériaux existants.

Quels sont ces métiers ? Aujourd'hui ils sont très divisés et épars mais ce sont tous les métiers de l'artisanat : maçon, couvreur, charpentier, plombier, électricien (moins sur pour celui-ci), bûcheron, menuisier, ébéniste, boulanger, pâtissier, éleveur, maraîcher, boucher, dresseur d'équidés, ostreiculteur, pêcheur... mais il faut que l'apprentissage se fasse également sur l'art et la façon dont on travaille. La meilleure école restant encore le Compagnonnage (j'ai eu l'occasion d'en croiser un ou deux des bêtes j'vous dit!).
Mais ce ne sont pas des métiers où on devient très riche aujourd'hui mais plutôt où on ne compte pas les heures de boulot. Car c'est du physique avec une recherche esthétique et un amour du travail bien fait (quand on aime son travail on le fait bien). mC'est ça la vraie vie à mon sens.

Donc si je devais tout reprendre à zéro aujourd'hui, je pense que je choisirai cette voie d'avenir là.

Désolé d'avoir été aussi long mais ça me paraissais important de le dire.

Bruno

brunov99
Membre

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 52
Localisation : 41 - Centre
Date d'inscription : 02/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://brunov99.free.fr/Documentation/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum