Le couteau, meilleur ami de l'homme

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par ipphy le Dim 11 Mai 2008 - 16:45

Matthias a écrit:Est-ce que vous pensez qu'un couteau qui rouille (XC75) soit un réel handicap pour un couteau de camp gros travaux ?
Il me semble que l'ontario RAT 7 soit aussi en acier carbone, donc qui rouille, non ?

Non pas du tout.
Tous les outils de base (hache, machette, faux, serpe, fourche...) rouillent et ça ne pose pas vraiment de problème.
La rouille ça s'enlève, si on prend (un minimum) soin de l'acier la patine se forme et protège l'acier de la vraie rouille.

Cela dit il y a de très bon inox, dont certains adaptés à une utilisation marin (le H1 de Spyderco). Dans les couteaux pas cher, le Sanvick des Moras est vraiment bien pour une utilisation type bushcraft.
avatar
ipphy
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 516
Localisation : Cyberespace
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Invité le Dim 11 Mai 2008 - 18:14

Citation:La machette est utile en jungle....

Pas uniquement, pour une progression dans un massif montagneux boisé, ou dans une foret non gérée, cela est fort utile et bien plus efficace, que le coupe ronce et le Goyet.

Lien Topic "Machette"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Matthias le Lun 12 Mai 2008 - 13:56

Aors voici les miens, de droite à gauche :
couteau pliant en acier inoxydable 420, affûtage rasoir
Leatherman XTI Charge, acier 154 CM, coupe presque tous les poils en un passage
couteau de camp en XC75, affûtage sabrolaser

avatar
Matthias
Membre

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 27
Localisation : Gif/Yvette
Emploi : Lycéen
Loisirs : Chasse à l'arc, équitation, travail du cuir
Date d'inscription : 13/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par ipphy le Lun 12 Mai 2008 - 15:41

Joli trio!

Matthias a écrit:
couteau de camp en XC75, affûtage sabrolaser

Il n'a pas un pet de rouille ton couteau de camp :')
Il a été fait par un forgeron?
avatar
ipphy
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 516
Localisation : Cyberespace
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Jocelyn le Lun 12 Mai 2008 - 16:23

Matthias a écrit:Aors voici les miens, de droite à gauche :
couteau pliant en acier inoxydable 420, affûtage rasoir
Leatherman XTI Charge, acier 154 CM, coupe presque tous les poils en un passage
couteau de camp en XC75, affûtage sabrolaser
Affutage rasoir pour un pliant et un multitool, très bien.
Par contre, pour un couteau pour gros tavaux, ce n'est pas forcément l'idéal car cela rend le fil de la lame plus fragile (en cas de choc, et aussi perte du fil plus rapide par usure et corrosion). L'objectif d'un gros couteau, c'est surtout l'efficacité due au poids de la lame et à sa rigidité.
Enfin c'est seulement mon avis. Smile
avatar
Jocelyn
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 754
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Matthias le Lun 12 Mai 2008 - 16:55

Jocelyn a écrit:
Affutage rasoir pour un pliant et un multitool, très bien.
Par contre, pour un couteau pour gros tavaux, ce n'est pas forcément l'idéal car cela rend le fil de la lame plus fragile (en cas de choc, et aussi perte du fil plus rapide par usure et corrosion). L'objectif d'un gros couteau, c'est surtout l'efficacité due au poids de la lame et à sa rigidité.
Enfin c'est seulement mon avis. Smile

C'est au début ce que je craignais, mais à l'usage ça passe très bien : ce matin, une heure de coupe, bastonnage et autres joyeusetés, et en rentrant ça enlève toujours quelques poils du bras ...
Celui-là n'a pas été passé au Lansky, juste un coup de fusil à la livraison, mais d'habitude je travaille à 30° et ça rase très bien, comme pour le pliant. Le leatherman est à 25° car je n'arrivais pas à obtenir un résultat vraiment satisfaisant à 30°, sans doute un problème de compatibilité entre mon geste/fusil/acier de la lame, parce qu'avec un autre fusil ça passe très bien, mais pas avec le mien ...
avatar
Matthias
Membre

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 27
Localisation : Gif/Yvette
Emploi : Lycéen
Loisirs : Chasse à l'arc, équitation, travail du cuir
Date d'inscription : 13/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Le_Celte le Lun 12 Mai 2008 - 19:46

Matthias : pourrai tu élaborer un peu sur le système lansky, je ne connai pas et ca semble pas mal du tout...

Le Celte
avatar
Le_Celte
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1237
Localisation : BREIZH
Emploi : webmaster
Date d'inscription : 10/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Matthias le Lun 12 Mai 2008 - 20:40

Le_Celte a écrit:Matthias : pourrai tu élaborer un peu sur le système lansky, je ne connai pas et ca semble pas mal du tout...

Le Celte

C'est le système que j'utilisais avant pour aiguiser les pointes de chasse. C'est composé d'un guide règlable (17, 20, 25 ou 30°) dans lequel on enserre la lame à affûter, et de pierres à pétrole de différent grains.
Ca a l'avantage de pouvoir refaire un fil mordu par une pierre ou usé sur pratiquement n'importe quoi : pour l'instant j'ai essayé avec succès sur rasoir coupe coupe, lames de chasse, lames diverses, ...
On arrive à un affûtage extrêmement correct si on utilise tous les grains de pierre, et qui devient rasoir avec un coup de cuir. Ca marche à tous les coups, ce qui demande un sacré coup de main avec une pierre à affûter seule ...
Personnellement je n'utilise plus que la pierre à gros grain à 30° qui me permet de refaire le fil, et je termine l'affûtage au fusil à affûter. Cette méthode nécessite néanmoins d'être sûr de son affûtage au fusil (personnellement ça m'a pris quelques mois ... mais je ne suis guère doué).

Si je dois emporter des outils tranchants, je prendrais le guide, la pierre gros grains, un petit flacon de pétrole et mon fusil à affûter.

Inconvénients : relativement encombrant dans la boîte d'orgine, onéreux à l'achat (on trouve moins cher sur e-Bay je crois, sinon c'est ici)


avatar
Matthias
Membre

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 27
Localisation : Gif/Yvette
Emploi : Lycéen
Loisirs : Chasse à l'arc, équitation, travail du cuir
Date d'inscription : 13/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Le_Celte le Lun 12 Mai 2008 - 21:26

Ca a l'air pas mal du tout, je galère depuis un moment pour mes couteaux de cuisine entre ma vieille pierre a huile et un fusil pas très convaincant...vais me faire un petit achat je crois, merci Matthias

Le Celte
avatar
Le_Celte
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1237
Localisation : BREIZH
Emploi : webmaster
Date d'inscription : 10/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Matthias le Mar 13 Mai 2008 - 10:53

La qualité du fusil est aussi importante : on arrive à de meilleurs résultats avec un bon fusil de boucher qu'avec un fusil acheté un grande surface ou fournit dans un ensemble dit "de boucher".
avatar
Matthias
Membre

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 27
Localisation : Gif/Yvette
Emploi : Lycéen
Loisirs : Chasse à l'arc, équitation, travail du cuir
Date d'inscription : 13/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par ipphy le Mar 13 Mai 2008 - 10:56

Le fusil c'est un outil pour les bouchers.
Ca crée des micro-dents sur la lame. Nickel pour couper de la viande, moins bien pour le bois.
avatar
ipphy
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 516
Localisation : Cyberespace
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Rammstein le Mar 13 Mai 2008 - 11:23

L'affûtage à l'huile n'est pas ce qu'il y a de mieux. Si la pierre est vieille, elle est certainement imprégnée d'huile au point d'avoir perdu toute efficacité.

Affûter à l'eau (ou à la salive) améliore la qualité de l'affûtage. Mais si on vise un affûtage rasoir sans trop se fatiguer, le mieux que j'ai trouvé c'est l'affûteur diamant.



Rammstein

________________________________________________________
Dans mon pays - Alésia - Threads - Help is on the way - Soft - I will not bow - Capitaine Stéphane - Бойцовский Клуб
avatar
Rammstein
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 5042
Localisation : Allemagne
Date d'inscription : 07/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par ipphy le Mar 13 Mai 2008 - 11:33

Exact, en plus en cas de LBSV l'huile à affuter sera bien le dernier des problèmes.

Spyderco propose un système à angle comme le Lansky, mais sans huile.

Le tapis de souris + papier de verre (emeri) reste la solution la plus économique et permet d'avoir un tranchant convexe plus résistant que les tranchant en V. Par contre je trouve que le papier de verre s'use assez vite.
VIDEO


Explications sur l'affutage:


DavidManise sur le forum d'expemag / carnet d'aventures a écrit:
J'ai personnellement un gros faible pour les couteaux nordiques/scandinaves. Qu'ils soient suédois, norvégiens ou finlandais, j'aime leur émouture en V et je les trouve particulièrement bien adaptés pour le travail au grand air.

Aiguiser un couteau est tout un art. Ça demande de la patience et de la précision.

Heureusement, les couteaux nordiques (dont les Knivsmed Stromeng), à émouture en V simple sont parmi les plus faciles à aiguiser. Ils sont idéaux pour apprendre. J'utilise pour ma part du papier de verre pour métaux, collé sur une planche bien droite et bien lisse avec du scotch double face.

Si le couteau est très émoussé, on peut commencer avec du gros grain (180 ou même moins si on en trouve). On pose juste un côté de l'émouture en V bien à plat sur le papier de verre, et par un mouvement de va et vient on use un côté du V. Ensuite, même nombre de passes pour l'autre côté du V. On fait cela jusqu'à ce que le tranchant devienne assez fin pour bien "gratter" les empreintes digitales. Si on l'expose à la lumière, le tranchant ne brille plus... il est assez étroit pour être invisible à l'oeil nu.

Une fois qu'on a atteint la largeur de fil désiré (invisible à l'oeil nu), le couteau coupe déjà très très bien. Si on l'aiguise avec du gros grain, on crée des millions de micro-dents qui vont être extrêmement performantes pour couper des matériaux fibreux (corde, viande...). Ces micro-dents, cependant, sont plutôt fragiles et la lame s'émoussera vite. C'est pour cette raison qu'en général on prend le temps d'affiner encore un peu plus le fil, au niveau microscopique, en l'usant encore un peu avec un abrasif plus fin, puis carrément doux.

Pour la deuxième étape de l'aiguisage, j'aime bien utiliser le même système (planche, sctoch double face, papier de verre pour métaux) mais avec un papier de verre plus fin : grain 600, voire 1000 ou 1200 (très doux). Cela créera aussi des micro-dents, mais elles seront vraiment très petites et très courtes, et donc plus robustes au niveau microscopique. Lorsqu'on a bien réussi cette étape de l'aiguisage, le couteau rase les poils de l'avant-bras sans problème.

La dernière étape est le polissage du fil... là, on rentre carrément dans le délire tellement on peut faire un truc qui coupe. Il s'agit, en gros, de finir d'user les micro-micro-dents du tranchant avec un abrasif hyper doux. On utilise souvent du cuir, avec ou sans pâte à polir. Le papier peut aussi bien fonctionner. Même une jambe de pantalon (en faisant gaffe de ne pas couper la cuisse qui est dedans !). Pour cette étape, on ne fait pas un mouvement de va et vient. On tire plutôt la lame toujours dans le même sens, le dos en premier... L'inverse d'un mouvement de coupe, quoi, où le tranchant serait en premier, et où on "pousserait". Là, on tire uniquement. Puis on soulève le couteau, on le repose, et on le tire à nouveau. Toujours le dos en premier.

Cette dernière étape est souvent la plus longue. Outre le polissage du fil, elle va permettre de débarrasser la lame de tout morfil (ou mort-fil). Le morfil est une crête de métal qui s'accumule au bout du fil pendant l'aiguisage. En fait ce sont des particules d'acier qui s'agglutinent là sans être arrachées complètement, et qui forment un truc qui ressemble à la crête d'une vague. Ce morfil, extrêmement fin, donne une impression de tranchant extrême, mais après deux coupes il s'en va et laisse un tranchant décevant. C'est le polissage du tranchant sur une surface pouvant se déformer légèrement qui arrachera correctement ce morfil et qui permettra d'obtenir à la fois un tranchant extrême... mais aussi très durable, car exempte de tout morfil.

Avec un tranchant poli de cette manière là, on peut se raser la barbe sans problème. Et ça coupe tellement bien qu'on passe à travers le bois presque sans le sentir... aussi il convient d'être extrêmement prudent. Aucune partie de notre anatomie (et a fortiori les grosses artères !) ne doit être sur le chemin d'un couteau (même émoussé d'ailleurs). En gros, il faut toujours faire comme si le couteau ALLAIT glisser, ripper ou partir tout seul, et prévoir à quel endroit il risque d'aller. Dans cet axe, il ne doit rien y avoir qui craigne les coupures...

Voilà. C'est la méthode que j'ai apprise quand j'étais gamin, et c'est aussi la méthode de Mors Kochanski, qu'il présente dans son excellent bouquin "Bushcraft". À l'usage et avec l'entraînement, c'est celle qui permet de passer le moins de temps à aiguiser son couteau, et le plus de temps à profiter d'un niveau de tranchant suffisant. Ça peut avoir l'air fastidieux, mais avec le coup de main on réaffûte un couteau émoussé en 3-4 minutes, et c'est reparti pour plusieurs heures de travail intense (style sculpter une pagaie ou se fabriquer un arc)... ou plusieurs semaines de petits boulots ordinaires, allant du saucisson au bout de ficelle.

Avec l'expérience, on se rend compte que n'importe quel abrasif peut fonctionner, et on arrive à aiguiser avec pratiquement n'importe quoi. Mais c'est bien d'apprendre sur des abrasifs un peu standard pour "sentir" le truc et comprendre exactement ce qu'on fait.

David
Source
avatar
ipphy
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 516
Localisation : Cyberespace
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Matthias le Mar 13 Mai 2008 - 18:39

Il y a en effet plein de méthodes pour affûter les couteaux et autres lames, l'essentiel est d'en trouver une qui nous convienne et qui fonctionne.
avatar
Matthias
Membre

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 27
Localisation : Gif/Yvette
Emploi : Lycéen
Loisirs : Chasse à l'arc, équitation, travail du cuir
Date d'inscription : 13/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par SavageBeast le Mar 13 Mai 2008 - 18:54

Salut Matthias, sur Ebay à des prix forts intéressants modèle Lansky LXCLX DLX avec les frais d'envoi, pour le même prix que sur l'adresse citée dans ton post.

En tout cas, il y a une vidéo explicative sur le site de LANSKY.

Je dois recevoir le kit dans une dizaine de jours je pense.

A plus.
avatar
SavageBeast
Membre

Masculin Nombre de messages : 659
Age : 52
Localisation : Bientôt ailleurs.
Date d'inscription : 20/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Matthias le Jeu 15 Mai 2008 - 7:36

ipphy a écrit:Le fusil c'est un outil pour les bouchers.
Ca crée des micro-dents sur la lame.
Ce n'est pas ce que j'ai appris ...
Un aiguiseur automatique au tungstène oui, mais un fusil je ne crois pas.

Rammstein, la pierre au diamant est très efficace pour réaffûter un couteau, mais si le fil est cassé ou que l'angle d'usinage n'est pas le même que ton angle naturel (on a pas tous des wildsteel ^^), i faut tout de même un outil qui enlève plus de matière, genre meule ou pierre à gros grains pour refaire l'angle.
avatar
Matthias
Membre

Masculin Nombre de messages : 24
Age : 27
Localisation : Gif/Yvette
Emploi : Lycéen
Loisirs : Chasse à l'arc, équitation, travail du cuir
Date d'inscription : 13/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Jocelyn le Jeu 15 Mai 2008 - 16:29

ipphy a écrit:Spyderco propose un système à angle comme le Lansky, mais sans huile.
Je comptais m'en procurer un, mais j'ai lu dans les commentaires sur amazon.com que le "Spyderco Triangle" connaissait une baisse de qualité dans sa fabrication depuis quelques années.
Est-ce que quelqu'un a testé, ou aurait des infos?
avatar
Jocelyn
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 754
Date d'inscription : 09/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par DavidManise le Ven 16 Mai 2008 - 21:26

Bonjour ! Smile

Le fusil ne crée pas de micro-dents du tout, par contre il tend à créer un morfil... C'est bien pour la viande, mais pour travailler le bois il faut un tranchant plus durable, sans morfil...

Il en va de même pour tous les affûteurs, brunissoirs, machins au tungstène et patati et patata... Ca fait des morfils. Leur seul avantage, c'est de pouvoir redonner vie à une lame UN PEU emoussée rapidement, et de se remettre à bosser direct. Typiquement c'est pratique quand on coupe de la viande ou qu'on depèce, etc.

Après, si on veut bosser sur des matériaux durs, il faut se donner la peine d'affûter vraiment, et de polir le truc un petit peu.

Ciao clind'oeil

David
avatar
DavidManise
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 85
Age : 42
Emploi : Instructeur de survie / vie sauvage
Loisirs : self-protection
Date d'inscription : 22/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.davidmanise.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Barnabé le Sam 29 Nov 2008 - 12:52

A propos de solidité de couteaux, pour ceux qui ne connaitraient pas, il y a le site knifetests.com : http://www.knifetests.com/

Ces mecs sont un peu zarbi, et les tests ne sont pas toujours très logiques, par rapport à un emploi réel. De plus, les couteaux testés sont presque tous américains. L'ensemble du truc est d'ailleurs très américain...

Néanmoins, il est intéressant de regarder les tests des couteaux notés seulement une ou deux epées. On voit bien les faiblesses de construction :
- sur le Mora : très bon acier mais soie trop courte, ce qui conduit à un manche qui casse. (les KJ Erikson ont une soie plus longue que le Frost testé ici).
- sur le Ka-bar USMC : réduction trop brutale de la largeur, à la jonction entre la lame et le manche : c'est là que ça casse.
- acier trop cassant, qui casse sur les coups de marteaux, sur le Ka-bar USMC, le SOG Fusion Jungle Primitive et le Chris Reeve Green Beret
- acier trop cassant, qui casse sur du simple chopping (de béton quand même) avec le Becker BK9

On en déduit qu'un couteau solide doit avoir un acier pas trop cassant mais solide quand même (ce qui s'obtient avec la bonne combinaison construction +acier + trempe), une soie traversante ("full tang construction"), et surtout pas de grosse réduction entre lame et soie. L'une des solutions pour avoir une soie large et solide, c'est d'avoir des plaquettes latérales (construction dite "à plate semelle) et non pas un manche cylindrique complet autour d'une soie réduite.
A noter que si la soie est traversante, un manche cassé n'est pas une destruction du couteau : on peut toujours faire un manche de dépannage avec du tissu, du bois, de la paracorde, du cuir, des lanières d'écorces ou autres végétaux, ou même une touffe d'herbes.

A mon sens, les couteaux notés 4 épées et plus sont des couteaux largement assez solides pour servir de couteaux de camp ou de couteau à tout faire pour le survivaliste.

On voit aussi, de toute évidence, qu'un couteau pliant ne pourra jamais être au niveau de solidité d'un couteau fixe.

Ensuite, il faut bien voir que ces mecs ne notent que sur la solidité, même s'ils font parfois un commentaire sur la coupe, la tenue en main, la facilité de chopping... Or, un couteau solide n'est pas forcément un bon couteau de terrain. Certains ont un tranchant tellement obtus qu'ils ne coupent pas très bien. Certains utilisent des aciers difficiles à aiguiser. Certains sont plutôt des couteaux de combat, dont l'équilibre et la légereté en font d'assez piètres couteaux de camp (pas d'impact sur du chopping, par exemple : je pense au Glock, d'après ce que j'en ai lu).
Pour un couteau destiné à être porté, le poids compte : chaque kg qu'on rajoute peut diminuer les chances de survie (because épuisement).

Quand on rajoute à toutes ces considérations le prix d'achat, ça donne déjà de bonnes indications :
- certains couteaux sont manifestement trop chers par rapport à leur solidité
- certains couteaux semblent très bien mais sont très chers : notamment les Busse
- certains couteaux ont un rapport qualité-prix très intéressant. Un mora vaut 10 euros. 3 des 4 Cold steel testés peuvent être achetés en France pour un peu moins de 30 euros. De ces 4 Cold Steel, seul le Survival Rescue Knife est plus cher, vers 90 euros.

Je ne dis pas qu'il faut forcément choisir l'un des couteaux testés sur ce site ! Il y a de très bons couteaux européens, qu'ils soient industriels ou artisanaux. Le site de David Manise est plein d'infos et de discussions sur ces sujets.

Tout ce que je voulais montrer, c'est qu'on peut avoir, pour un prix très raisonnable, un couteau très très robuste.

On voit aussi qu'il ne faut pas demander l'impossible à un couteau. Ouvrir des noix de coco avec un couteau pliant (quel qu'il soit), c'est pas une très bonne idée. On a tout intérêt à avoir un petit couteau (pliant ou non) pour les travaux ordinaires, et un couteau plus grand et plus solide (dans le genre des couteaux de camp testés sur ce site américain) pour les travaux plus lourds. Ou bien couteau + hachette. Ou bien couteau + scie pliante.

Enfin, en France, on ne peut pas passer sur l'aspect légal : tout couteau à lame fixe ou blocante est une arme de 6e catégorie, par nature. Il faudra donc faire des choix.

Ne pas oublier que même les énormes couteaux de camp ne sont pas aussi efficaces, pour de gros usages, que les outils dédiés : scie à bûche, cognée, hachette, serpe, croissant, etc... Il y avait sur le forum DM, le post d'un newbie qui voulait le bon couteau de camp pour défricher un hectare. C'est inadapté et contre-productif chaud (et ça en dit long sur l'aspect symbolique et fansmatique du couteau). Pour le prix d'un seul couteau de camp un peu haut de gamme, on achète, en neuf et en bonne marque, une scie à bûches + une serpe + un croissant , et on va 10 fois plus vite avec moins d'effort (à adapter quand même selon diamètre et nature de la végétation).

Quand on prend en compte tout cela, les remarques émises par Wasicun en page précédente sont frappées au coin du bon sens. Rchercher le couteau ultime (très grand, très coupant, très solide... et très cher) n'est pas rationnel. On peut avoir par exemple :
-couteau pliant et "socialement acceptable" dans son EDC : opinel sans virole, laguiole, douk-douk, ou couteau suisse sans blocage.
- dans son BOB ou chez soi, couteau fixe coupant bien, léger, et moyennement solide type Mora, complété impérativement par l'un des outils suivants : une hachette, une machette, une pelle Coldsteel ou une scie pliante.
- dans son BOB ou chez soi, un gros couteau de camp censé pouvoir tout faire, type Cold Steel Bushman ou Fallkniven A1 voire A2 ou les gros RAT... complété éventuellement par l'un des outils listés ci-dessus.

Perso, j'ai :
- un mini couteau suisse Signature Light dans mon EDC, complété à chaque fois que possible par un Laguiole.
- un Mora 2000 et une scie pliante Sandvik dans mon BOB (car ça me semble un très bon compromis sur le poids, le prix payé, et la bonne polyvalence de l'ensemble).
- et chez moi, scie à bûches, serpette, sécateur, rasoir jetable, couteau de cuisine, ciseaux à bois, rabot, etc. pour chaque usage spécifique.

J'aimerais quand même bien compléter par un couteau de camp style Bushman, Fallkniven A1 ou Kukri... Peut-être pas très rationnel mais bon. Rolling Eyes

Utiliser les outils dans leur domaine normal d'utilité et de résistance est la meilleure façon d'en être satisfait. clind'oeil
avatar
Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5305
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Wasicun le Dim 30 Nov 2008 - 2:48

Il est peut-être bon de rapeller qu'un couteau est un couteau - une hachette, une hachette - une scie, une scie - une mortaiseuse à chaîne, une mortaiseuse à chaîne - un merlin, un merlin - un coin, un coin - un sécateur, un sécateur - un ciseau à bois, un ciseau à bois - un scalpel, un scalpel - un marteau, un marteau - une machette, une machette - un sabre, un sabre - une dague, une dague - un couteau à beurre, un couteau à beurre - une hache, une hache - une masse, une masse - une râpe, une râpe - un rabot, un rabot - un couteau à greffer, un couteau à greffer - une lance, une lance - une lime, une lime - une pince à sertir, une pince à sertir - un tournevis, un tournevis - etc., etc.
Pourquoi diable l'humanité s'est elle fatiguée à créer autant d'outils si différents et si spécialisés ? - tout simplement parce qu'un simple "schlass" était selon toute vraisemblance loin d'être suffisant ...

;-)
avatar
Wasicun
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1850
Age : 44
Localisation : Ost Front (definitiv)
Emploi : Nihiliste (für immer)
Loisirs : Boit Sans Soif (und ewig)
Date d'inscription : 23/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par seth le Dim 30 Nov 2008 - 2:50

merci barnabé pour tous ces détails

seth

________________________________________________________
"Le propre de l'intelligence, c'est de pouvoir poursuivre deux raisonnements à la fois : comprendre que les choses sont désespérées et vouloir les changer quand même" Antoine de Saint-Exupéry -Ordo Ab Chao-
avatar
seth
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 494
Localisation : somewhere over the rainbow
Emploi : soins et urgences
Date d'inscription : 03/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Barnabé le Dim 30 Nov 2008 - 18:11

Wasicun : bien d'accord, et c'est pour ça que j'écrivais : et chez moi, scie à bûches, serpette, sécateur, rasoir jetable, couteau de cuisine, ciseaux à bois, rabot, etc. pour chaque usage spécifique.

Mais pour un BOB, en rando, à la chasse ou autre activité de plein air, on ne peut pas emporter un outil coupant pour chaque usage. On est limité par le poids et la place. Et c'est là qu'il importe d'avoir le bon rapport poids/utilité. C'est là qu'il peut être intéressant d'avoir un couteau de camp solide et bien aiguisé... qui peut servir à bien des usages. Il est complété si possible par un autre outil plus adapté à du"chopping" : hachette, machette, pelle coldsteel... ou bien par une scie pliante.

Je signale au passage que Mors Kochansky, dans son livre Bushcraft, ne met pas le couteau en premier dans l'ordre des priorités. Il indique deux items principaux pour vivre dans le bush : une hache et une casserole ! Ca peut paraître étonnant, mais bon, il sait de quoi il parle.
avatar
Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5305
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Wasicun le Dim 30 Nov 2008 - 18:45

Bah ... c'est juste qu'entre les couteaux et les lampes torches ... ;-)

Une scie pliante, un petit couteau à lame fixe basique + une pierre arkansas ... (en fait deux couteaux quelconques c'est mieux car entre la casse et la perte ... "2 c'est mieux !") / à environ 30 euros le kit "Bahco Laplander" avec le petit Mora est une valeur sûre (à ce tarif on peut même le doubler ou le tripler ...).
Si on est prêt à porter plus lourd on peut y rajouter une hache(-tte) de type "Granfors" ou pourquoi pas Fiskars/Gerber ...
J'avais déjà essayé de passer un de mes articles en zone VIP (mais étant donné sa longueur il fallait que le scinde en 3 parties et ça m'avait gonflé ...).

;-)
avatar
Wasicun
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1850
Age : 44
Localisation : Ost Front (definitiv)
Emploi : Nihiliste (für immer)
Loisirs : Boit Sans Soif (und ewig)
Date d'inscription : 23/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Canis Lupus le Dim 26 Avr 2009 - 18:41

Juste pour un petit rappel :

Armes de 6e catégorie (armes blanches)
Sont classé dans cette catégorie tout objet pouvant présenter un danger pour la sécurité publique, comme par exemple :

  • les baïonnettes, sabres-baïonnettes, poignards,
    couteaux-poignards, matraques, casse-tête, cannes à épées, cannes
    plombées et ferrées (sauf celles qui ne sont ferrées qu'à un bout),
  • arbalètes, fléaux japonais, étoiles de jet, coups de poing américains, lance-pierres de compétition, projecteurs hypodermiques.
Appartiennent également à cette catégorie certaines bombes aérosols incapacitantes ou lacrymogènes.

Le port des armes de 1re (armes de guerre), de
4ème (armes à feu dites de défense) ou de 6ème catégorie (armes
blanches) est interdit, même si la personne dispose d'une autorisation
de détention d'arme, sauf pour des motifs professionnels ou légitimes.

Pour les armes blanches non-classées en 6ème catégorie, le port est interdit sans motif légitime.

Le port d'arme de 1re, 4e ou 6e catégories peut
être autorisé pour motifs professionnels (fonctionnaires de police ou
des douanes, agents de surveillance, par exemple).

Les membres d'associations sportives agréées (tir,
arts martiaux) peuvent transporter des armes de 1ère, 4ème ou 6ème
catégorie, sous réserve de le faire avec un motif légitime.

Lors de leur transport légitime, ces armes ne doivent pas être immédiatement utilisables soit :

  • en recourant à un dispositif technique répondant à cet objectif,
  • soit par démontage d'une de leurs pièces de sécurité.

Source Service Public

Vive la France et vive la République !

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤
avatar
Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3705
Age : 32
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le couteau, meilleur ami de l'homme

Message par Raffa le Dim 26 Avr 2009 - 19:09

et le "motif légitime" est à l'appréciation de qui ?

Edit petite question


L'acquisition et la détention des armes de catégories 1 à 4 est interdite, sauf autorisation particulière.
...
La 3e catégorie regroupe les matériels de protection contre les gaz, les armes chimiques ou incendiaires

Armes dont la détention est interdite, sauf autorisation - Service-public.fr

en quoi du matériel de protection est une arme ? scratch
avatar
Raffa
Modérateur à temps partiel

Féminin Nombre de messages : 1853
Date d'inscription : 12/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum