Quand on habite en ville

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand on habite en ville

Message par Jeff le Mer 28 Nov 2007 - 17:46

Sujet divisé pour changement de....Sujet ! Very Happy

Bon j'ai (enfin) lu le texte, à chaud comme ça je trouve que ça renforce encore mon sentiment d'impuissance, depuis quelques jours je me sens dépassé par la tâche et franchement y a de quoi.

Jeff
Membre

Masculin Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : Belgique - Charleroi
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par transhuman le Mer 28 Nov 2007 - 19:02

@Jeff : mais non! Un jour à la fois et une boite de conserve à la fois!!

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....
avatar
transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Jeff le Mer 28 Nov 2007 - 19:46

Je voulais dire que plus globalement avec les capacités et connaissance à acquérir en plus du matériel et du train train quotidien y a de quoi avoir quelques soirées occupées et quand elles sont déjà bien pleines ben moi je me sens dépassé. Mais bon c'est par périodes, c'est comme tout cyclops

Jeff
Membre

Masculin Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : Belgique - Charleroi
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Capausoleil le Mer 28 Nov 2007 - 20:03

Ben, pense à ceux qui font rien et qui vont s'affoler au dernier moment lorsque....La bise sera venue !

Capausoleil
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 866
Date d'inscription : 17/12/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Jep le Mer 28 Nov 2007 - 21:44

Jeff a écrit:Bon j'ai (enfin) lu le texte, à chaud comme ça je trouve que ça renforce encore mon sentiment d'impuissance, depuis quelques jours je me sens dépassé par la tâche et franchement y a de quoi.

Pour tout dire Jeff, je me sens aussi dépassé par tout ça.
Mais en comparant où j'en suis aujourd'hui, par rapport à mon point de départ, je constate que j'ai quand même progressé.
C'est en fréquentant le forum que je peux évaluer et planifier au mieux le travail qui me reste à faire.

Merci à vous tous.

________________________________________________________
Jep. En 1950, nous pensions pouvoir faire reverdir les déserts.
En 2050, nous aurons réussi à désertifier la Terre entière.
avatar
Jep
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 376
Localisation : Canada P.Q.
Emploi : retraité
Date d'inscription : 13/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mokotakan.com/francais/bienvenue.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Eco.foxtrot le Mer 28 Nov 2007 - 21:49

Quand on vit en ville je vois aps trop ce que l'on peut rellement preparer, a par stocker du matos et de la nourriture

________________________________________________________
La faim est proche
avatar
Eco.foxtrot
Membre

Masculin Nombre de messages : 406
Emploi : Rien
Date d'inscription : 24/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par transhuman le Mer 28 Nov 2007 - 22:08

Eco.foxtrot a écrit:Quand on vit en ville je vois aps trop ce que l'on peut rellement preparer, a par stocker du matos et de la nourriture

Bon comme je voulais poster deux ou trois idées , voilà l'occasion :

En tant que citadin il y a beaucoup, beaucoup de choses à faire pour se préparer à survivre...

Par contre, amha, faut oublier l'image habituelle du "survivor" qui , outre le coté guérilléros, doit beaucoup au camping et à la randonnée.

En ville la première chose à faire est d'établir , et de maitriser, des itinéraires d'urgence :

- Comment sortir de tel ou tel quartier en cas d'émeute ?
- vers quel magasin se diriger pour faire des courses rapidement ?
- Vers quel D.A.B. se diriger en cas d'urgence ?
- Si on veut sortir de la ville par quelle route ? Et si l'on veut y rentrer ?
- Quels sont les "petits chemins" utiles ? par exemple pour éviter un blocus de camionneurs ou d'étudiants ?

Et tous ces itinéraires devant être pensés selon différents mode de déplacement ( pied, vélo, voiture ... )

En second lieu la ville est un endroit construit en hauteur ( immeubles, tours, monuments ) et aussi en profondeur ( sous sols, caves, parking , égouts ... )
Tout celà est relié par des tas de tuyaux à nos logements. En cas de violences ces tuyaux sont autant de risques d'infection : Vous êtes en appart , que ce passerait il si le tuyau des WC de l'appart d'à coté ( ou pire du dessus ) avait une fuite et qu'il n'y ait pas de plombier disponible ?

Enfin la ville est une immense concentration d'êtres humains ce qui favorise le dévellopement des maladies . Il me semble encore plus primordial de veiller à avoir des désinfectants variés en grande quantité. Et je ne parle pas seulement des médicaments mais aussi de produits nettoyants. Par exemple de l'eau de javel ou de la St Marc.

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....
avatar
transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Jeff le Mer 28 Nov 2007 - 22:44

En fait le comme l'a dit Transhuman il y a aussi à faire pour le citadin parce que même si l'on vit en ville il se peut que l'on ai un jardin (comme moi) et avec ça on doit acquérir toutes les connaissances pour le potager histoire de viser une meilleure autonomie alimentaire. mais il faut savoir conserver ce que l'on produit, créer des stocks (médicaments, désinfectants, nourriture, eau, outils, semences, pq,.... en fait beaucoup de choses que l'on utilise et qui feront défaut LLBSV) savoir réagir aux diverses crises, avoir les compétences de survie de bases si l'on doit fuir (et donc avoir un BoB aussi) envisager un/des points de chutes, les itinéraires (déjà dit) en gros tout planifier...

Ça devient vite compliqué de se dire "bon si la bise frappe à ma porte, je cours au supermarché qui est à quelques centaines de mètre- à vélo? - à pied?- en voiture? " "ha mais oui mais si il est inaccessible/ vide il faut aller là bas,...)

sans préparation je me vois pas du tout gérer quoi que ce soit parce que une crise soudaine entraîne beaucoup de choses à ((s)avoir) gérer

Jeff
Membre

Masculin Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : Belgique - Charleroi
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Invité le Mer 28 Nov 2007 - 22:55

Bon courage

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Eco.foxtrot le Mer 28 Nov 2007 - 23:44

Personellement a part si l'on vit a la campagne il sera quasi impossible de vivre en ville, au debut oui , mais apres ca sera l'enfer ... l'insecurité en general, la nouriture , les maladies, le ravitaillement, et meme si l'on a un jardin , ca ne suffira jamais a produire assez de nourriture pour une année.

________________________________________________________
La faim est proche
avatar
Eco.foxtrot
Membre

Masculin Nombre de messages : 406
Emploi : Rien
Date d'inscription : 24/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par phm1903 le Mer 28 Nov 2007 - 23:52

Eco.foxtrot a écrit:Quand on vit en ville je vois aps trop ce que l'on peut rellement preparer, a par stocker du matos et de la nourriture

+Effectivement stockage(nourriture, hygiène, medical, outils, documents/livres)
+comme l'a dit transhuman préparation/reflexion statégique (plan, liste des réactions/solutions envisageables)
+aquisition de connaissances et de compétences (Nutrition, agriculture, élevage, faire du feu, aiguiser une lame, coudre, bricolage, médecine)
même si les connaissances théoriques ne suffisent pas c'est du temps de gagné car le jour ou tu passes aux traveaux pratiques tu as déjà les idées plus claire.

Rien qu'avec ces 3 voies il y a de quoi passer des jours et des soirées en étant citadin (et des WE à la campagne).

PS: en cas de SHTF la ville ca n'est pas bon quoi qu'il en soit AMHA...


Dernière édition par le Jeu 29 Nov 2007 - 12:46, édité 2 fois
avatar
phm1903
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 378
Localisation : France
Date d'inscription : 24/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.4urocknmetal.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Jeff le Jeu 29 Nov 2007 - 7:34

il sera quasi impossible de vivre en ville

Je crois qu'il ne faut pas voir uniquement le pire scénario, il y a quand même pas mal de crises "douces" qui peuvent passer sans avoir besoin de quitter la ville, le jardin étant là comme un soutient (et de sa taille/nos compétences dépend l'autonomie). Si il faut vraiment quitter la ville alors il faut avoir prévu un plan B (à l'étude en ce moment)

Jeff
Membre

Masculin Nombre de messages : 112
Age : 28
Localisation : Belgique - Charleroi
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Petrus16 le Jeu 29 Nov 2007 - 11:11

Jeff a écrit:
Bon j'ai (enfin) lu le texte, à chaud comme ça je trouve que ça renforce encore mon sentiment d'impuissance, depuis quelques jours je me sens dépassé par la tâche et franchement y a de quoi.

Un petit rappel:

Andros a dit:

Je voulais vous faire part d'un certain nombre d'erreurs que j'ai faites ou devinées, et que le néophyte pourrait commettre.

Erreur n°1 : La fin du monde est pour demain 14h30

Surtout lorsqu'on débute dans cette "occupation" appelée survivalisme, il arrive que l'on fréquente des sites (la plupart du temps étatsuniens) qui sont catastrophistes. On y trouve nombre de personnes qui :
a. connaissent vachement bien quelqu'un qui travaille dans les services secrets / le gouvernement / la banque mondiale / Chantal Goya et qui annonce le début de la Troisième Guerre Mondiale pour le 13 Octobre à 21h45.
b. des analystes autoproclamés qui annoncent un inévitable krach boursier / catastrophe climatique / dévaluation sauvage pour le 13 octobre à 21h46 (ils sont nettement plus précis dans leurs extrapolations)
c. des bloggeurs qui font la version éléctronique du téléphone arabe, en relayant x fois la même info qui à la base est une intox complète. Parfosi l'info continue à vivre sa propre vie et devient une légende urbaine.
d. le gouvernement US / les médias US qui sont eux-mêmes très friands de catastrophisme et pour qui l'apocalypse est pour les environs du 13 Octobre sauf si on paie de nouvelles voitures à la police.
e. des forums où tout le monde se répète : "c'est sur, en Octobre ça va chier, d'ailleurs je suis en train de finaliser mes préparations" - "oui moi aussi je vois que dans ma boîte les gens se préaprent pour QUELQUE CHOSE en Octobre"

Très souvent lorsqu'on n'a pas expérimenté ce genre de choses, le 14 Octobre au matin par exemple, on peut être pris d'une panique qui pousse à
- informer tous les copains et la famille de l'imminence de la fin du monde
- faire des achats compulsifs, poussant des caddies énormes à la fois ricanant sous cape de tous ces imbéciles qui ne savent pas - mais qui me voient quand même acheter, oh mon dieu le supermarché trace mes achats ils vont me localiser
- rester scotché devant la télé / les sites d'infos en direct pour voir ENFIN l'attaque contre l'Iran, l'éruption du Mont St Helens ou autre.

Citrouille.

Vous ne vous attendiez pas à lire le mot "citrouille" juste avant de l'avoir fait. Ben voilà, les incidents ca arrive sans prévenir.

Faites-vous votre propre planning de préparatifs, et surtout en accord avec votre budget. Le coup de "je dépense tout avant le 13 Octobre car après je m'en fiche bien" est une véritable saloperie. Le 14 Octobre, non seulement il ne s'est rien passé, mais vous risquez d'avoir acheté des trucs inutiles, ou trop chers. Et en plus, vous vous êtes inventés de nouveaux manques. Tiens, quelle transition habile !

Erreur n°2 : Je ne serais jamais prêt à temps !

Je postule que le survivaliste est à la base un gros anxieux, et comme avec tous les défauts, il aime s'y complaire. Accro à l'anxiété.

Le survivalisme c'est le nirvana des anxieux. Ils ont plein de raisons pour se faire du mouron, et plein de moyens pour alimenter leur travers. Plus fort que ça, on tombe dans le fondamentalisme religieux (tendance apocalyptique).

Alors donc un point essentiel pour alimenter l'anxiété est que l'on n'est jamais satisfait (comme les nymphomanes en quelque sorte).

Il existe un nombre incroyable de scénarios apocalyptiques ( catalogués dans cet excellllent site humoristique http://www.exitmundi.nl/exitmundi.htm ), or voilà techniquement parlant on manque toujours de quelque chose.

Nous avons déjà vu auparavant la tendance des forumeurs survivalistes (US en particulier) à se monter le bourrichon. Ici, ca donne :

"ouais c'est évident il n'y a que les veaux pour pas comprendre cela moi je me suis acheté 123 boîtes de corned-beef" - "Quoi ? 123 boîtes seulement ? Mais si tu as une femme et deux enfants et un chien ca va te durer deux semaines ! Moi j'en ai 1234 et comme ça je dors plus tranquille"

Il existe aussi une tendance survivaliste-consumériste, dans laquelle le survivalisme est le bon prétexte pour s'acheter le truc rutilant dans l'allée centrale du bricorama :

"Ouais alors j'ai un générateur éléctrique de secours, mais j'en ai acheté un petit en plus au cas où le premier lâcherait. En plus le petit est à l'essence et le gros au diesel, comme ça j'arbitre mieux les risques d'approvisionnement"

Bon, on a une roue de secours dans la bagnole mais pas un moteur de rechange quand même. Les pépins ca arrive, même à ceux qui se sont préparés.

Il faut se fixer un objectif de préparation et y aller doucement, avec discipline et du sens commun. Il faut aussi ne pas faire du survivalisme un mode de vie, au risque de finir maboul ou de louper l'essentiel (profiter de la vie).

Keep cool et vive les boîtes d'haricots verts fumeur

Petrus.

________________________________________________________
"If you won't let us dream, we won't let you sleep."
avatar
Petrus16
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 1640
Age : 45
Date d'inscription : 14/02/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Jep le Jeu 29 Nov 2007 - 16:38

Dans le message de Andros, cité par Petrus il y a, à mon avis, deux points très importants:

1-Je postule que le survivaliste est à la base un gros anxieux, et comme
avec tous les défauts, il aime s'y complaire. Accro à l'anxiété.

2-Il faut se fixer un objectif de préparation et y aller doucement, avec
discipline et du sens commun. Il faut aussi ne pas faire du
survivalisme un mode de vie, au risque de finir maboul ou de louper
l'essentiel (profiter de la vie).

Donc savoir reconnaître son (ses) défaut et penchant naturel. Ne pas céder à la panique, garder le sens des proportions et rester réaliste.

Cela me fait souvent penser à ce vieux film d'horreur des années soixante ("Premature burial" avec Ray Milland, 1962) où un type avait une peur maladive d'être enterré vivant après une attaque de catalepsie.
Il avait passé sa vie à se construire un tombeau avec sorties de secours, avait prévu armes et poisons pour se suicider au besoin, avait truffé son cercueil d'outils et y avaient prévu des trappes ... Il passait tout son temps dans son tombeau et son cercueil à peaufiner son installation.
Il s'était lui-même en quelque sorte enterré vivant, de peur d'être enterré vivant.


Dernière édition par le Jeu 29 Nov 2007 - 19:47, édité 1 fois

________________________________________________________
Jep. En 1950, nous pensions pouvoir faire reverdir les déserts.
En 2050, nous aurons réussi à désertifier la Terre entière.
avatar
Jep
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 376
Localisation : Canada P.Q.
Emploi : retraité
Date d'inscription : 13/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mokotakan.com/francais/bienvenue.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Invité le Jeu 29 Nov 2007 - 16:43

Petrus contre l'intox, et les légende urbaine il y a ce Site qui est pas mal:
http://www.hoaxbuster.com/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par splotch le Jeu 29 Nov 2007 - 22:14

Pas oublier aussi qu'un urbain passe plus de la moitié de son temps éveillé en dehors de chez lui. Généralement au boulot, à 30' de distance du doux foyer.
Autant dire que statistiquement, une secousse brutale va frapper :
- pendant qu'on dort
- pendant qu'on bosse
- éventuellement pendant (ou dans) les transports


Sinon, variante de la règle de trois :
Une ville devient invivable et sombre dans le chaos en :
- trois dixièmes de secondes en cas d'explosion nucléaire
- trois secondes avec un tremblement de terre
- trois minutes ?
- trois heures sans aucune évacuation des eaux usées. Compter un nouveau caca et 100 litres d'eau sale chaque seconde par tranche de 100 000 habitants ! Suggestion à Ben Laden : verser une cargaison de bombes à mousse expansive dans les égoûts, avec un dispositif de mise à feu simutané...
- trois jours sans aucune eau, électricité, ou ramassage d'ordures, ou en cas d'émeutes
- trois semaines sans approvisionnement en nourriture
- trois mois ?

On voit que le maillon faible n'est pas l'amont (approvisionnement de bouffe notamment) mais l'interne et surtout l'aval. Or autant le voisin qui n'a rien prévu à manger va simplement se contenter de mourir au bout de quelques semaines (puis laisser traîner son cadavre), autant celui qui n'a pas de toilettes va quand même produire des déchets malhygiéniques qu'il vous fourguera tout de suite...
avatar
splotch
Membre

Masculin Nombre de messages : 381
Localisation : 92
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Eco.foxtrot le Jeu 29 Nov 2007 - 23:09

Trois minutes avec des racailles enragés en mode fout'le dawa mrsgreen
Trois mois en cas d'election d'un maire communiste mrsgreen

________________________________________________________
La faim est proche
avatar
Eco.foxtrot
Membre

Masculin Nombre de messages : 406
Emploi : Rien
Date d'inscription : 24/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Darkside of the Moon le Mar 25 Déc 2007 - 22:44

Hello Jeff, bienvenue au club des citadingues.

Je suis dans la même situation que toi, je vis en ville et je me dis que LQLBSV j'ai intérêt à tracer ma route rapidement parce qu'une ville c'est un chateau de carte ou chaque carte est la confiance d'un de ses habitants. En gros, ça peu dégénérer rapidement et violemment (cf plus haut) :

-Dans une ville il y a pas mal de choses maintenue en équilibre par la fée électricité (en vrac : tous les éclairages de ta cage d'escalier, la porte de ton parking souterrain, les volets roulants de tes fenêtres, les tram et autres métros (pour un bref aperçu de ce que pourrait provoquer une panne de courant dans le métro cf Ravage par BARJAVEL), les feu rouges, les ascenseurs, etc...

-Dans une ville il y a beaucoup de monde et très peu de nourriture (hormis dans les supermarchés) donc à part si tu es le premier à sauter sur les choux décoratifs du bac à fleur de centre ville, y aura vite plus grand chose à manger.

-Une ville c'est un nid à émeute (cf ce qu'il peut se passer quand "tout" va bien donc imaginer l'ampleur que ça pourrait prendre si ça allait vraiment mal).

-Une ville c'est un nids à microbe, aseptisée par les éboueurs, balayeurs et égoutiers, il suffit que l'une de ces catégories s'arrête de travailler et ça risque vite d'empester.

Pour moi les priorités d'un citadin survivaliste sont donc (dans l'ordre) :
-Trouver un lieu de replis à la campagne (chez tes parents, tes grands parents, etc...)
-Reconnaitre l'itinéraire vers ton lieu de replis (ou au moins disposer de boussole, rêgle+cartes 1:25000 de tout ton itinéraire)
-Prévoir un BOB conséquent et prévu pour la pire hypothèse (celle ou tu fais tout le trajet à pieds), pas la peine de faire son sac mais imprimer une liste de tout le matèriel à mettre dedans.
-Récupérer ou Acheter le matèriel qui est bien peu souvent dans les placards d'un citadin (de bonnes godasses de marche, une pelle, une hachette, une gourde ou un camelback, un sac A DOS (rigolez mais avec l'avènement des valises à roulette, je me dis qu'il ne doit pas y avoir une personne sur 5 qui a un sac de randonnée chez elle)
-Toujours avoir dans ses placards la quantité de nourriture permettant de tenir le temps de regagner ta retraite (prévoir du light parce que le jour venu il faudra embarquer tout ça dans un sac).
-Le jour venu, se casser vite (pour donner une idée : le jour ou le pétrole est rationné et que ça ne me permet plus de rentrer chez moi, et qu'en plus la sncf est en grève, je mets mon sac sur mon dos).

Sinon pour l'adaptation à la nature, j'ai eut la chance de passer ma jeunesse à crapahuter en forêt, je ne serais donc pas en terrain inconnu, sinon bien se souvenir que nous sommes la preuve que les générations précédentes ont réussi à survivre à ce milieu si hostile qu'est la nature. En bref ça fait pas si longtemps qu'on est descendu de nos arbres donc il nous reste peut-être un pouillème d'instinct caché quelque part dans notre cerveau et qui n'attend que l'occasion de servir à quelque chose.

________________________________________________________
L’exaltation de son orgueil le sauvait de l’épouvante. Le sommet atteint, après tant de noires batailles était si lumineux, si haut, que la chute serait un envol.
René BARJAVEL : Le diable l’emporte
avatar
Darkside of the Moon
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 172
Localisation : France
Emploi : contributeur au RC
Loisirs : Ecriture
Date d'inscription : 26/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-prediluviennes.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par tetard28 le Sam 29 Déc 2007 - 22:35

Aie aie aie...
a lire tout ca, je m'inquiete encore plus...
J'habite en centre ville... petit centre ville dunois.
En cas de coup dur instantané et violent... je suis bien dans la mouize...
Ce que j'espere c'est demenager en campagne avant.. ou bien que mon frere ai demenager en campagne avant.
Sinon pour moi la survie en ville est une oxymore. ca ne colle pas.
Faut se preparer un coin de verdure, sans ca... je crains le pire.

Aller, grace au forum, je reste optimiste. Le fait d'etre informer et de debattre avec vous, augmente considerablement mon taux de survie. Surtout comparer au citadin qui regarde la star'ac sans se soucier du monde...
+++


Dernière édition par le Sam 29 Déc 2007 - 23:48, édité 1 fois

tetard28
Membre

Masculin Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 28/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Le_Celte le Sam 29 Déc 2007 - 23:46

tetard28 a écrit:Jai de la chance, jai demenager ya deux mois et jai un jardin... Seulement je nai jamais jardinner. ^^ Il nest jamais trop tard pour commencer a apprendre !
+++

Si tu as un jardin tu a déja un sacré avantage sur pas mal de monde, tu verras le jardinage c'est sympa et pas si compliqué, faut juste t'y mettre Very Happy

Bon courage et au plaisir de te lire

Le Celte
avatar
Le_Celte
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1237
Localisation : BREIZH
Emploi : webmaster
Date d'inscription : 10/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par rurbain le Dim 30 Déc 2007 - 16:43

Le_Celte a écrit:
tetard28 a écrit:Jai de la chance, jai demenager ya
deux mois et jai un jardin... Seulement je nai jamais jardinner. ^^ Il
nest jamais trop tard pour commencer a apprendre !
+++

Si
tu as un jardin tu a déja un sacré avantage sur pas mal de monde, tu
verras le jardinage c'est sympa et pas si compliqué, faut juste t'y
mettre Very Happy

Bon courage et au plaisir de te lire

Le Celte

Faut juste pas avoir peur de se faire mal aux muscles.
Tu vas découvrir ses muscles que tu ne connaissais pas.
Ils vont te faire mal un temps...
Après, tu récolteras le fruit de tes efforts, et là, c'est le pied.mrsgreen

Bon courage, c'est la première année qui est dure.

rurbain
Membre

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 20/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par tetard28 le Lun 31 Déc 2007 - 8:57

Re tout le monde
Merci pour vos encouragement. Je vais faire un [WIP] mon premier jardin ^^
Sinon du coté originalité, je vais voir si du bambou peut pousser sur le terrain. Le bambou, on peut tout faire avec, mais shalkare vous en parlera mieux que moi...
Shalk ! créé un sujet sur le bambou !
je vous tiens au courant pour le jardin ( enfin l'an prochain hein ^^ ) Sachant que de toute facon, si notre nourriture depend, meme en partie, du jardin de chacun, je n'ai plus qu'a redemenager.
++

tetard28
Membre

Masculin Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 28/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Je vais vous redonner le moral

Message par Leuneuleuh le Lun 15 Sep 2008 - 0:48

Je vois dans ce post qu'un grand nombre de citadin se voit foutu d'avance en cas de catastrophe diverse et variée...Je vais essayer de vous montrer qu'il y a pire et peut-etre vous donner quelques pistes pour avancer:

Je suis sur le point de déménager à Lima, Pérou.Il s'agit d'une mégalopole de 10M d'habitant qui enfle à la vitesse du TGV dont 60% de la population vie sous le seuil de pauvreté.Déjà c'est pas rose.

voyons l'environnement de la ville:

-Risque sismique maximum (La ville de pisco plus au sud a litéralement été rayée de la carte l'année passée).

-Pluviosité minimum.La côte chilo-péruvienne est la région la plus aride du monde.Il y a environ 10mm de pluie ... à l'année!

-Les cycles économiques sont particulièrement marqués.Quand le pays est en crise il y a des coupures electriques fréquente, tout le monde à du gaz en bouteille pour la cuisine ,c'est plus sûr.L'aprovisionnement d'eau devient encore plus problématique et les émeutes ne sont pas rares.
En ce moment ça va plutôt bien, ce qui n'a pas empêché une coupure electrique la semaine passée,car en raison de la forte croissance économique la production ne suit pas...Bref c'est pas gagné.

-La ville est en bord de mer, mais seul les fous et les pauvres se baignent, ceux qui ont les moyens vont là ou l'eau est plus propre.De toute façon le bord de mer c'est relatif, la ville est tellement étendue(80km de long j'ignore la largeur) qu'on est rarement près de l'eau.J'imagine qu'il vaut mieux eviter de consommer le poison pêché par ici.

-se réfugier à la campagne? Il y a longtemps qu'elle a été absorbée par la ville et autour c'est le désert.

-La polution est particulièrement forte, les voitures particulièrement en mauvais état et particulièrement nombreuses.

-Il ya de plus en plus de revendication "ethniques", on en est pas à ce qui se passe en bolivie en ce moment, mais il n'est pas exclu que pour une raison ou une autre la situation explose dans le futur(Je suis plutôt du genre à soutenir les indiens, mais vu que je suis plus blanc que blanc et qu'on me repère particulièrement facilement dans les foules d'ici, je suis une cible potentiel).

-La criminalité est endémique à Lima bien qu'elle ait régressé avec les progrès économique.Les maisons ici sont de vrais bunkers surtout dans les "beaux" quartiers.

-Il ya de temps en temps des épidémies typique de pays sous-développé par exemple choléra.Et il est fortement déconseillé de boire l'eau du robinet.Les gens de la famille ou je suis on une peur bleue des mouches bien qu'elle soient rare car elles sont vecteurs de maladie.

Bon j'arrête de noircir le tableau.En fait la vie est plutôt cool ici du moment que tu as de la tune.Et avec le rapport favorable euro/dollars les européens sont bien logés.Cependant, les risques que j'ai cité au-dessus sont réels et pour moi qui vient de l'opulente campagne alsacienne le choc culturel a été rude la première fois que je suis venu en 98 (en pleine crise économique et politique).

De plus, les paramètres de survie ne sont plus du tout les mêmes et je suis dans un environnement largement inconnu pour moi.

Je suis en train de réfléchir à mon nouvel environnement et à me documenter sur la survie en milieux aride,les points positifs sur lesquels je vais devoir construire ma stratégie anti-crise sont les suivants:

-La saison froide est loin d'être froide en hiver les t° descendent rarement sous 15° et jamais sous 10°. donc les problématiques logements et chauffage qui sont prioritaires en Alsace/france du nord disparaissent.Mais elles sont remplacé par le pb de l'eau.En temps normal il n'y a déjà pas de pression au robinet, j'ose à peine imaginer en cas de crise durable.Et pas de rivière ou de plan d'eau (Le rimac qui traverse lima est à sec car pompé en Amont pour les besoins de la ville.Si les pompes s'arrete peut-etre y aura-t-il de l'eau.Qualité?).Il faudrait un moyen simple de déssalement de l'eau de mer.

-L'étendue de la ville et la rareté des immeubles collectifs fait qu'il ya de nombreux espaces verts et jardins privés.Quand on sait qu'une ville comme la havane à réussi à produire par nécéssité 60% de ses besoins en intra-muros après la chute de l'URSS ça laisse de l'espoir. de nombreuse villes ont déjà des programmes de sécurité alimentaire qui consistent à inciter les citadins à produire localement y compris en occident (ex: toronto).La france est en retard, mais vous citadin qui vous inquiètez, aller voir votre maire.Je me suis toujours demandé pourquoi dans les parcs publiques on ne plante pas des arbres fruitiés à la place des arbres ornementaux.

-L'eau est rare, mais le taux d'humidité est si important ici que de nombreuse plantes poussent avec peu de pluie en recupérant l'eau ambiant qui goute des arbres.De plus les arbres à racines très profondes arrivent jusqu'a la nappe phréatique.Il devrait donc être possible de monter un jardin quasi auto-suffisant en eau.J'espere povoir essayer quelque chose du type plantation sur brf ou paillage.Le plus dur sera de trouver les bonnes plantes au niveau des arbres fruitiés j'ai déjà des pistes.

Bon j'arrete là pour le moment.Mais en tout cas ne baissez pas les bras amis citadins,il faut utiliser l'environnement au mieux, même un petit balcon peu produire des légumes.

Leuneuleuh
Membre

Masculin Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 22/01/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Canis Lupus le Lun 15 Sep 2008 - 21:19

Leuneuleuh a écrit:Je vois dans ce post qu'un grand nombre de citadin se voit foutu d'avance en cas de catastrophe diverse et variée...
Pour rebondir sur ce que tu dis, j'avance qu'un citadin survivaliste n'est pas foutu ! Même si je ne suis pas citadin, je me considère comme n'étant pas campagnard. Eh oui, ma situation est un peu hybride : je n'ai pas de maison à moi tout seul, je loge à la campagne mais aussi en ville pour une partie de l'année, mon père est citadin, ma mère plutôt campagne.
Moi, en tant que citadin/campagnard, je joue la carte du BOB et du point de chute (chez quelqu'un que je connais bien et où je sais qu'il y a de quoi vivre en cas de crise).

Aux citadins je dirais : préparer un BOB/BOV et un point de chute, puis en bonus apprendre le jardinage et les premiers secours.

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤
avatar
Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3719
Age : 32
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par DeLaPerouse le Lun 15 Sep 2008 - 22:47

Moi je suis citadin...et dans la capitale nationale, et je ne me considère pas du tout comme foutu d'avance, bien au contraire.

Je prepare mon BOB, j'ai un prévisionnel de "lieux ou passer" en fonction du problème d'urgence rencontré, et trois points de chute successifs.( 15km - 60km - province).


Et encore, la ville regorge tellement de possibilité a mon sens, que certains risques ne me feraient pas evacuer pour autant.

Le scenario le plus deplaisant, dans la categorie de ceux qui restent gerables , est la pandemie aggressive et la, pas de doute, j'ecavue. (pas que pour ca, mais c'est mon point de depart principal pandémie / guerrilla urbaine (et je ne parles pas d'emeutes)).

Moi je me sens plutot a l'aise en tant que "survivaliste urbain".Smile
avatar
DeLaPerouse
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 242
Localisation : 75
Emploi : Sécurité...
Date d'inscription : 16/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on habite en ville

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum