Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête...

Aller en bas

Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête... Empty Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête...

Message par Catharing le Mar 11 Juin 2019 - 18:36

Salut,

"Nous pouvons dire que la question des modifications d'origine humaine du climat est importante – trop importante pour être ignorée. Cependant, c'est devenu désormais une roue-libre médiatique et politique plutôt qu'un problème scientifique."Reid Bryson  Source

Extrait de la tribune publiée sur Slate par Xavier Landes
http://www.slate.fr/story/163532/10-raisons-changement-climatique-pas-pris-serieux


Pourquoi ne prend-on pas encore assez le changement climatique au sérieux?








1)Pas le problème le plus important ou urgent







Le sujet souffre de la concurrence de défis en apparence plus pressants tels que la protection des services publics, la lutte contre la pauvreté et les inégalités, la crise des réfugiés, la montée des populismes et nationalismes, les guerres commerciales de Trump, les tensions avec la Russie, etc.

2)Déni et scepticisme







Certains préfèrent faire l’autruche ou estiment, de manière honnête ou intéressée, que le changement climatique n’est pas problématique. Une minorité pense même qu’il s’agit d’un canular (inventé par les Chinois).

3) Effet retardé des GES







Les conditions météorologiques (c’est-à-dire de court terme) d’aujourd’hui ne reflètent pas totalement les concentrations actuelles des gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. La corrélation est imparfaite entre ces concentrations et leur influence sur des variables comme les températures ou les événements climatiques extrêmes. En sus du fait que le rapport entre concentration de GES et météorologie est probabiliste, les conditions climatiques (long terme) ne s’ajustent qu’avec retard à la hausse continue de la concentration des GES dans l’atmosphère

4)On a le temps







Nous, êtres humains, avons tendance à penser que nous avons tout notre temps avant d’agir. Pas d’urgence à finir ce roman, à faire ce voyage auquel nous pensons depuis des années, à visiter nos grands-parents. Pourquoi nous presser?

5)Nature probabiliste de la science climatique







Aucun travail scientifique sérieux ne peut prédire avec une certitude absolue les effets immédiats ou distants du changement climatique. Par exemple, la responsabilité pour les événements extrêmes (comme la vague de chaleur de 2003 ou la dernière saison intense d’ouragans aux États-Unis) ne peut être attribuée avec 100% de certitude au changement climatique, car ce dernier se déploie sur le long terme. À court terme, c’est la météorologie. Et il y a toujours la possibilité qu’une ou plusieurs variables cachées soient à l’œuvre.

6)Accumulation des GES







C’est peut-être difficile à concevoir, mais le climat d’aujourd’hui résulte des émissions accumulées dans le passé. En d’autres termes, nos émissions présentes vont rester dans l’atmosphère pour une période de temps variant de quelques décennies (80% des émissions) à plusieurs milliers d’années (le reste). Elles ne sont pas comme le flot du robinet. Il ne suffit pas de réduire le débit pour abaisser les concentrations de GES. Même si l’on cessait nos émissions demain, le climat continuerait de changer durant une longue période de temps (à une vitesse qui finirait par décroître, mais sans s’interrompre du jour au lendemain).

7)Non-uniformité des changements







Le changement climatique est un phénomène global aux implications locales. La Terre affronte une transformation globale impulsée par l’accumulation de GES, qui se manifeste par la hausse du thermomètre. Mais nous ne retenons en général des conférences internationales comme Kyoto ou la COP21 (Paris) que des limites en termes de hausse de température. L’image est toutefois grossière et inadéquate pour décrire les changements locaux. En fonction des régions, les variations de température ne vont pas être les mêmes.

8)Non-linéarité des changements







Il y a l’espoir que le changement climatique va se déployer de manière graduelle et linéaire. Les températures augmenteront lentement. Les espèces végétales et animales s’adapteront en migrant ou en évoluant. De plus en plus de scientifiques nous avertissent néanmoins que cela ne sera pas le cas. Le climat risque de franchir des «points de basculement» (tipping points) et sera, dès lors, impacté par des boucles rétroactives.

9)Trompeuse psychologie







Nous souffrons de biais cognitifs et heuristiques, c’est-à-dire de défauts dans nos perceptions et analyses d’événements et de situations. C’est la découverte essentielle de trois décennies de science comportementale qui a mené à plusieurs prix Nobel, notamment en économie (Daniel Kahneman, Richard Thaler). Le pire n’est pas que nous sommes victimes de biais, c’est que nous agissons sans nous en rendre compte sur la base de telles erreurs de représentation et d’appréciation. Parmi celles-ci, une est particulièrement inquiétante. Il s’agit du biais optimiste, c’est-à-dire la croyance que nous allons nous en sortir quoi qu’il se passe, que nous sommes meilleurs qu’autrui (en particulier que les sociétés qui nous ont précédés) et que rien de réellement grave ne peut nous arriver. C’est le même type de mécanisme qui a provoqué la crise de 2008: prise de risque démesurée alimentée par une confiance excessive.

10)Tentation du «pourquoi pas?»







Certains pensent que la France (ou au moins certaines régions) serait mieux lotie avec quelques degrés supplémentaires [voir la 7e raison]. Le souci est de négliger le caractère non linéaire et non uniforme du changement climatique. Au fond, le problème n’est pas de déterminer si la France ou certains de ses habitants seront mieux lotis avec quelques degrés de plus, c’est de pouvoir anticiper et s’adapter collectivement à un climat qui va créer des conditions météorologiques de plus en plus destructrices et difficiles à prévoir.


Dernière édition par Catharing le Jeu 13 Juin 2019 - 14:17, édité 1 fois

________________________________________________________
" Avec des si ...tu auras milles passés mais aucun avenir  "
« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple ». (Bertolt Brecht)
"N'oublies pas que chaque personne que tu croises mène une guerre dont tu ignores tout."
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4816
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête... Empty Re: Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête...

Message par Catharing le Mar 11 Juin 2019 - 21:20

Salut,

Pourquoi tout le monde s’en fout ? Car on se protège !

J’ai parfois l’impression que la majorité silencieuse se soucie peu des problèmes de société (réchauffement climatique, inégalités, cancer, etc.). Et si c’était avant tout un moyen de se protéger ? Réponse avec les youtubeurs de Et tout le monde s’en fout qui s’appuient sur les neurosciences.


________________________________________________________
" Avec des si ...tu auras milles passés mais aucun avenir  "
« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple ». (Bertolt Brecht)
"N'oublies pas que chaque personne que tu croises mène une guerre dont tu ignores tout."
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4816
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête... Empty Re: Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête...

Message par Catharing le Jeu 13 Juin 2019 - 13:50

Salut,

À en croire les scientifiques, tous les signaux sont au rouge.
Pourtant, malgré les mises en garde et les appels à l'action, face à la menace du réchauffement climatique, beaucoup restent encore les bras ballants. Un phénomène largement étudié et qui prendrait sa source dans notre cerveau.
https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/rechauffement-climatique-rechauffement-climatique-nous-nagissons-pas-malgre-menace-10497/

Le syndrome de l’autruche



Dans notre cas, les chercheurs -- le sociologue américain George Marshall, notamment -- préfèrent finalement parler de syndrome de l’autruche. Car c'est assez facilement que nous parvenons à nous convaincre que réchauffement climatique ne serait pas aussi dramatique que le prétendent les scientifiques. Notre cerveau serait formaté pour nier toute responsabilité en la matière. La menace en effet apparaît distante et intangible, invisible. Parfois, elle est même contestée. Elle échappe ainsi littéralement à nos mécanismes d'alerte.

Pas de bénéfice immédiat



Notre cerveau a également tendance à privilégier les bénéfices immédiats et certains. Alors que ceux promis pour lutter contre les dérèglements climatiques sont perçus comme lointains et incertains. Lorsqu'il est question de risques de sécheresses ou d'inondations qui surviendraient dans 50 ou 100 ans, nous pensons plus naturellement à des problèmes qui nous apparaissent plus pressants comme la baisse de notre pouvoir d'achat ou le maintien des services publics.

Le problème des générations futures



Ainsi, concernant le changement climatique, nous jugeons généralement que nous avons le temps d'agir. Les concentrations de gaz à effet de serre augmentent ? Les conséquences ne sont pas encore très visibles dans les prévisions météo. D'ailleurs, celles-ci restent bien difficiles à prédire justement. Il n'y a donc pas d'urgence à s'en soucier...
D'autant que quelques défauts dans nos perceptions révélés récemment par les sciences comportementales nous encouragent à l'inaction. Ce que l'on appelle le biais optimiste, par exemple, qui nous fait croire que rien de réellement grave ne peut nous arriver et que, même s'il arrive quelque chose, nous parviendrons toujours à nous en sortir.

La lassitude de l’apocalypse



D'autres enfin -- comme le psychologue norvégien Per Espen Stoknes -- évoquent un problème d'accoutumance. À force de se voir annoncer des catastrophes, notre esprit s'habitue. La peur s'estompe. Et nous finissons par ne plus être capables de nous sentir coupables et par adopter une logique d'évitement.
En conclusion, pour aider à une prise de conscience active, les chercheurs recommandent de communiquer sur des exemples positifs, à une échelle d'espace et de temps humaine. De quoi tromper la passivité naturelle de notre cerveau et encourager ainsi les changements de comportement.

Vidéo de Per Espen Stoknes sous-titrée en français


________________________________________________________
" Avec des si ...tu auras milles passés mais aucun avenir  "
« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple ». (Bertolt Brecht)
"N'oublies pas que chaque personne que tu croises mène une guerre dont tu ignores tout."
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4816
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête... Empty Re: Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête...

Message par Catharing le Jeu 13 Juin 2019 - 14:44

Salut,

 Cette désaffection peut aussi s’expliquer par le fait qu'un sujet d'une telle importance ne donne pas lieu à un vrai débat public.

https://www.contrepoints.org/2019/02/24/337890-le-debat-confisque-du-changement-climatique
Le traitement politico-médiatique de cette conférence confirme la bipolarisation des débats.

D’un côté, le camp des éco-responsables relaie les inquiétudes du GIEC et se soucie de la montée du niveau des mers, des phénomènes climatiques extrêmes, et des hausses de température. Pour eux, ces changements doivent être évités à tout prix.

De l’autre, les climato-sceptiques réfutent les effets de l’activité humaine sur le climat, s’appuyant sur les variations de température des millénaires précédents qui représentaient des amplitudes bien plus importantes que la hausse de 3°C que craint le GIEC. Pour eux, limiter l’activité humaine au nom du climat est un non-sens économique et social.

Depuis le temps que le sujet revient dans les journaux, les débats parlementaires et les dîners de famille, chacun s’est forgé son avis sur la question et a choisi son camp.
En soi, ce mécanisme est tout à fait naturel.
L’instinct clanique est profondément ancré dans notre ADN. OM contre PSG, gauche contre droite, Rolling Stones contre Beatles, forces de l’ordre contre Gilets jaunes… dès que deux thèses opposées existent, nous sommes programmés pour choisir une position en fonction de nos habitudes de vie, notre environnement socio-professionnel, et la soutenir mordicus.
Eux contre nous : le mécanisme est vieux comme le monde, et les discussions autour du réchauffement climatique ne font pas exception à la règle.

Si les prises de position plus conditionnées que réfléchies sont normales, pourquoi les déplorer dans le cas de la lutte contre le changement climatique ?
Tout simplement parce que le sujet a pris une importance telle qu’il mériterait de donner lieu à un débat public digne de ce nom.

...Et que,malheureusement,pour beaucoup cela n'est qu'un prétexte supplémentaire pour nous soutirer les quelques euros qui nous restent.. rir
Les gouvernements des pays occidentaux ont fait de la protection de la planète un sujet majeur.
Il est désormais politiquement inconcevable de ne serait-ce que mentionner le mot croissance sans l’affubler des qualificatifs durable ou responsable.
L’énergie, moteur de notre économie, est vile sauf si elle est, bien évidemment, renouvelable.[...]
Tous secteurs confondus, nous dépensons bon an mal an 30 milliards d’euros par an selon le ministère de l’Action et des comptes publics.
Si la valse des milliards vous donne le tournis et que ces montants ne vous disent plus rien, sachez que ce budget représente les coûts cumulés de la Justice et de la Sécurité intérieure (police, gendarmerie, pompiers et sécurité routière).

Qui finance ces dépenses orientées vers les actions prioritaires soigneusement choisies par nos élus ?     Les contribuables, bien sûr.

Ces chiffres, déjà significatifs à l’échelle de l’Hexagone, se retrouvent dans les mêmes ordres de grandeur dans tous les pays occidentaux.
La Banque mondiale a annoncé lors de la COP24 débloquer une enveloppe de 200 milliards d’euros pour lutter contre le changement climatique.

Avec de telles sommes en jeu, vous êtes en droit d’attendre que l’efficacité des politiques menées soit soigneusement évaluée, et que des plans précis et détaillés soient élaborés en vue d’atteindre des objectifs crédibles et chiffrés…
Il n’en est rien.



L’IFRAP dresse un tableau détaillé de la « fiscalité verte » que vous pouvez consulter ici.

Pour 100 € supplémentaires d’impôts soi-disant écologiques, en réalité seulement 5 € représentent de vraies dépenses écologiques et 95 € s’égarent dans le financement d’autres dépenses noyées dans le budget général.

Il en ressort que les recettes sont passées de 46,8 Md€ en 2016 à 51,9 Md€ en 2017 et 60 Md€ sont prévues en 2019.

Qu’il est doux et facile de brasser les milliards de l’argent des autres (celui des contribuables) !
Autour de cette fiscalité verte, une myriade de profiteurs prennent leur part : experts en climatologie, entreprises subventionnées pour produire des éoliennes et des installations de panneaux solaires, traders en « droit à polluer », conseillers en communication des grandes entreprises, et bien sûr conseillers en investissements qui vous proposent des placements verts.

________________________________________________________
" Avec des si ...tu auras milles passés mais aucun avenir  "
« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple ». (Bertolt Brecht)
"N'oublies pas que chaque personne que tu croises mène une guerre dont tu ignores tout."
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4816
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête... Empty Re: Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête...

Message par Résilient le Jeu 13 Juin 2019 - 15:10

On appréciera également la sémantique pas du tout orientée : "Éco-responsables" vs "Climato-sceptiques", qui permet de savoir d'emblée où est le camp du Bien...

C'est pratique.

________________________________________________________
Il n'y a pas de solution parfaite. Il n'y a que des compromis intelligents.
"Il n’y a pas de bons résultats, mais il y a toujours la possibilité d’un résultat moins mauvais". D. Orlov
"Pessimiste dans l'analyse. Optimiste dans l'action" P. Servigne
Résilient
Résilient
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 1323
Localisation : Corrèze.
Emploi : Mes loisirs
Loisirs : Mon emploi
Date d'inscription : 28/11/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête... Empty Re: Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête...

Message par Catharing le Jeu 13 Juin 2019 - 20:05

Salut,
Résilient a écrit:On appréciera également la sémantique pas du tout orientée : "Éco-responsables" vs "Climato-sceptiques", qui permet de savoir d'emblée où est le camp du Bien...

C'est pratique.
Ouais c'est navrant..
D'autant plus  que nous sommes censés être des "pragmato-sceptiques" sur Oldu, et qu'ayant relu il y a pas longtemps Propaganda de Bernays (voir ici) ,on peut se demander si certains (politiques,lobbies,etc) n'ont pas trouvé là un nouveau bouc émissaire idéal pour nous faire gober la Lune.
Ce qui me dérange,c'est que le RC (réchauffement climatique) permet de justifier tout et n'importe quoi,même des événements qui, en temps normal, auraient été jugés pour certains comme inédits ou exceptionnels, sont immédiatement corrélés au RC .
Dérangeant aussi que ce clivage ne soit en fait qu'une lutte d’intérêts personnels,  politiques et financiers (aussi bien du coté Réchauffistes que de celui des Sceptiques d'ailleurs) et que comme toujours nous soyons les dindons de la farce soumis à la gabelle climatique.
Cette propagande permet aussi d'éclipser les catastrophes bien réelles (en vrac :pollution air/terre/mer,déchets plastiques,déchets nucléaires,démographie,etc..) celles auxquelles nous sommes déjà confrontés et dont le retentissement n'attendra pas 2050..

Sérieux on vit déjà dans un drôle de monde ou il est difficile d'avoir un moment de répit,d'avoir du temps pour soi et ses proches,de pouvoir se poser et simplement se mettre en mode contemplatif . sleep

________________________________________________________
" Avec des si ...tu auras milles passés mais aucun avenir  "
« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple ». (Bertolt Brecht)
"N'oublies pas que chaque personne que tu croises mène une guerre dont tu ignores tout."
Catharing
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4816
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête... Empty Re: Raisons pour lesquelles le changement climatique nous passe au-dessus de la tête...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum