Les fiches pratiques de la SNSM

Aller en bas

Les fiches pratiques de la SNSM

Message par Catharing le Mer 12 Sep 2018 - 22:39

Salut,

Les fiches pratiques de la SNSM de Bandol

Quelques exemples ci-dessous.


Prévenir l’hypothermie en mer

C’est le refroidissement du corps humain principalement dans l’eau. L’hypothermie (sous-chaleur) est une des causes importantes des décès en mer.

Les zones corporelles majeures de perte de chaleur  sont :


  • La tête : non protégée elle peut perdre jusqu’à 50 % de toute la production de chaleur du corps.
  • Le cou, les flancs, l’aine

Les protéger  en priorité en les isolant  si possible de l’eau, du vent, du contact avec toute surface froide…
Le corps élimine en conditions normales 95 % de la chaleur qu’il crée. Sa réponse à un environnement froid va se faire sous deux formes :

  • La contraction des vaisseaux sanguins périphériques pour réduire la circulation sanguine en surface et sous la peau et progressivement dans tout ou partie des membres (chair de poule, froid aux pieds, aux mains…).
  • Une production de chaleur plus intense en faisant « vibrer » les muscles  (frisson) pouvant aller jusqu’à leur complète tétanisation.

Sachez reconnaître les premiers signes de l’hypothermie chez vous-même et chez vos compagnons : frisson, confusion, maladresse, inconscience.
Protégez-vous du froid :


  • Ne buvez pas d’alcool. Mangez correctement et chaud. Dormez suffisamment.
  • Le mal de mer provoque une déshydratation favorisant l’hypothermie. Buvez de l’eau en quantité suffisante.

Portez un bonnet de laine couvrant la nuque. Si vous avez froid aux pieds, couvrez-vous la tête.
Portez  des vêtements en laine et/ou en synthétique mais pas en coton (ex : jean) qui, mouillés restent froids.
Pour bien vous protéger du froid portez plusieurs couches de vêtements (larges) plutôt qu’un gros pull.
Abritez-vous du froid et de l’humidité.
Limitez les conséquences d’une immersion :
Si vous avez une combinaison étanche entraînez-vous jusqu’à ce que vous soyez capable de l’enfiler en moins d’une minute (même de nuit et par mauvais temps).
Sachez où elle est stockée.

Dans l’eau :

Même dans l’eau, enfilez votre combinaison étanche  ou votre brassière.

  • Seul : prenez la position fœtale en groupant les jambes et les bras afin de diminuer la perte de chaleur.
  • En groupe : mettez-vous en grappe et attachez-vous ensemble. Mettez les enfants et les blessés au milieu.

Ces positions augmentent le temps de survie de 50%

  • Ne nagez  pas : nager finirait par vous tuer (froid + fatigue).
  • Accrochez-vous à tout ce qui flotte, au besoin amarrez-vous à un flotteur et si possible essayez de monter dessus pour sortir le plus possible de l’eau.



Traiter l’hypothermie


Si une personne est en hypothermie, il est nécessaire de prendre beaucoup de précaussion. Suivez les conseils énoncés sur cette fiche.

Les premiers soins :

Manipulez la personne en hypothermie avec beaucoup de délicatesse, le moindre choc pouvant  la tuer (très grande fragilité du coeur).
Mettez le naufragé dans un local chauffé ou à défaut à l’abri du vent. Si besoin est, glissez la personne dans un sac en plastique, de couchage ou enroulez-là dans des couvertures. Couvrir impérativement la tête et la nuque.

Le naufragé est conscient :


  • Ne donnez aucune boisson alcoolisée sous peine de le tuer.
  • Ne le frictionnez pas (vous feriez remonter le sang  froid des membres vers le cœur et risqueriez de tuer la personne).
  • Enlevez les vêtements mouillés en les découpant si nécessaire.
  • Séchez la personne en la tamponnant avec serviette, papier absorbant… mais surtout sans la frotter.
  • Mettez des bouillottes tièdes autour de la tête, le cou, les flancs.
  • Si la personne peut se tenir facilement debout, donnez-lui une boisson tiède sucrée.
  • Laissez le naufragé se réchauffer doucement, ce qui peut prendre une dizaine d’heures. Surveillez son pouls, sa respiration, son état de conscience.

Le naufragé est inconscient :


  • Mettez-le sur le côté (position latérale de sécurité).
  • Retirez-lui ses vêtements en les découpant.
  • Séchez-le en lui tamponnant le corps. Ne frottez surtout pas.
  • Laissez-le se réchauffer naturellement dans un local chauffé.
  • Couvrez-lui la tête et la nuque ainsi que le corps avec des couvertures.
  • Ne pratiquez aucun massage, aucune friction sous peine de le tuer  Aucun massage cardiaque sans l’avis d’un spécialiste.
  • Surveillez-le en permanence ainsi que son pouls, sa respiration, sa conscience (le rythme cardiaque d’une personne en hypothermie peut être très lent, un coup par minute).
  • Attention : une personne en hypothermie peut sembler en état de mort apparente et être ramenée à la vie.



------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Piqûres de vives, méduses et oursins

Lorsque l’on part en vacances au bord de la mer, on oublie vite certains désagréments. Sur les plages, vous pouvez vous faire piquer par une vive, une méduse ou encore un oursin. Les douleurs qui en résultent sont plus impressionnantes qu’importantes, voici comment les traiter.

Les vives

Ce sont de petits poissons qui fréquentent notre littoral, de couleur claire, jaune, tachetés ou rayés  brun et qui ne dépassent pas 20 cm de long. Ils vivent enfouis dans le sable et ne laissent dépasser que leurs épines dorsales et le sommet de leur tête. Ces épines sont venimeuses et leurs piqures très douloureuses. Quand les vives se sentent menacées, elles dressent leurs aiguillons et injectent du venin au malheureux baigneur dont le pied se sera posé dessus par hasard.

Conseils


  • Renseignez-vous au poste de secours pour connaître les dangers locaux
  • Baignez-vous avec des sandales en plastique.

Les symptômes

La piqure n’est pas mortelle mais peut déclencher une syncope ce qui est grave car cela se passe dans l’eau (risque de noyade).
La douleur est immédiate et intense.
Elle déclenche un oedème local dur, accompagné souvent de fourmillements, parfois de nausées, sueurs, vomissements…

Le traitement

Il est simple car le venin est détruit par la chaleur, en une dizaine de minutes.
Bien que la douleur soit intense, ne paniquez pas. Sortez de l’eau.
Au poste de secours, les Nageurs Sauveteurs feront trempés votre pied dans de l’eau chaude pour neutraliser le venin. Sinon enfouissez votre pied dans le sable s’il est très chaud ou  laissez votre pied sous l’air chaud d’un sèche-cheveux…
Nettoyez et désinfectez la plaie avec un produit antiseptique.
Si les symptômes persistent plus de deux heures ou si la plaie s’infecte, consultez un médecin.

Les oursins

Avant de les retrouver sur votre table, il arrive que vous les rencontriez sous la plante de vos pieds. Les oursins se trouvent sur les fonds sableux ou accrochés aux rochers. Leur nom vient du grec et signifie hérisson. Leurs piquants sont courts et non venimeux mais ils pénètrent dans la peau ou ils se cassent et restent fichés dans la plaie. Les douleurs qui en découlent sont vives.

Le traitement

Les piquants ont tendance à se fractionner dans la plaie et sont donc difficiles à ôter. Utiliser un ruban adhésif épais. Veillez à tout enlever sous peine de déclencher une infection dans les jours suivants. S’il reste des débris, faites appel à un médecin.
Désinfectez la plaie à l’eau de javel diluée

Les méduses


Les méduses nagent en surface de la mer, poussées par le vent et les marées. Ce sont les cellules urticantes des tentacules qui piquent. Toutes les méduses sont urticantes  à des degrés divers, même échouées sur la plage.

Les symptômes

Le contact avec leurs tentacules donne en général

  • Une  sensation de brûlure qui s’étend peu à peu autour de la zone touchée.
  • Des rougeurs
  • De l’urticaire

Le traitement

Rincez la partie atteinte avec de l’eau de mer. Jamais à l’eau douce.
Nettoyer la plaie sans frotter (cela favoriserait l’éclatement des cellules urticantes collées sur la peau.
Retirez les tentacules visibles avec une pince ou une main gantée. Mettez du sable sur la partie lésée et laissez sécher, pour piéger les cellules urticantes invisibles. Grattez doucement ce sable pour les enlever.
Appliquez un antiseptique
Si la douleur persiste ou des malaises apparaissent consultez un médecin.
Ce qu’il ne faut pas faire

  • N’incisez pas la plaie
  • Ne sucez pas le venin
  • Ne posez pas de garrot sur le membre atteint
  • Ne mettez pas de vinaigre sur la plaie


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’hydrocution



C’est la réaction du corps à un brusque changement de température.
Ex. : se jeter dans l’eau après une longue exposition au soleil
L’hydrocution est une syncope due à l’immersion dans l’eau.

Conseils

Evitez les changements brutaux de température

  • Ne  vous baignez pas  après un repas copieux,
  • Ni après une exposition prolongée au soleil,
  • Pas de baignade si vous êtes fatigué (après un long voyage)
  • Ne vous amusez pas à jeter quelqu’un à l’eau.

Mettez-vous à l’ombre après une longue exposition au soleil afin que votre corps retrouve une température normale avant d’aller vous baigner.

  • Entrez dans l’eau progressivement, aspergez-vous les bras, le torse, le visage puis la nuque.
  • Portez une combinaison isothermique pour la pratique des sports nautiques même s’il fait chaud. La différence de température entre l’air et l’eau pourrait vous occasionner une hydrocution.

Le choc thermique est souvent fatal.
Si vous êtes témoin de cet accident :

  • Maintenez la tête de la personne hors de l’eau si vous en êtes capable.
  • Ne prenez pas le risque de vous mettre en difficulté pour porter assistance à quelqu’un si vous n’êtes pas sûr de vos possibilités (cela ferait deux accidents au lieu d’un).
  • Prévenez les sauveteurs au poste de secours qui donneront les premiers soins et feront transporter la personne vers un Centre Hospitalier.



-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Le coup de chaleur et l’insolation



Les vacances d’été riment avec plage et soleil. Qui ne se laisserait pas tenter par un bain de soleil après le déjeuner? Il est pourtant nécessaire d’éviter une exposition prolongée ou à de mauvaises heures pour sa santé.

Le coup de chaleur

Le coup de chaleur « classique » survient en dehors de tout effort : fortes chaleurs estivales, longues expositions au soleil…Le coup de chaleur « d’exercice », beaucoup plus rare,  est lié à un effort musculaire intense ou prolongé.
Le coup de chaleur se caractérise par une élévation de la température du corps supérieure à 40° associée à des troubles de la conscience : délire, perte de connaissance, convulsions, coma…). Le coup de chaleur doit être traité rapidement pour éviter des séquelles neurologiques graves. Il peut survenir très vite chez les jeunes enfants. Le coup de chaleur peut entraîner le décès de la personne.

L’insolation

C’est la forme modérée et la plus courante du coup de chaleur. Elle est liée à une exposition prolongée au soleil.

  • Evitez l’insolation
  • Evitez les expositions intempestives et prolongées au soleil.
  • Protégez-vous de la chaleur lorsqu’elle est trop forte. Ne sortez pas aux heures les plus chaudes de la journée.
  • Buvez régulièrement pour ne pas vous déshydrater (la déshydratation augmente les risques de coup de chaleur).

Les symptômes 
Des maux de tête, une raideur de la nuque, des nausées, des vomissements.
Une fièvre élevée qui résiste à l’aspirine et au paracétamol.
Parfois des convulsions,  voire un coma.
L’insolation n’est jamais bénigne et doit être traitée rapidement.

Traiter l’insolation

Si vous êtes sur la plage, prévenez les sauveteurs au poste de secours. Ils sauront ce qu’il convient de faire.
Sinon pratiquez ces quelques gestes simples pour faire chuter la température du corps.

  1. Mettez la personne dans un endroit frais.
  2. Déshabillez-la afin de favoriser les échanges thermiques au niveau de la peau.
  3. Mouillez-la avec de l’eau à peine tiède ou fraîche. Pas d’eau froide qui risquerait de déclencher un choc thermique et aggraverait son état. En s’évaporant l’eau  rafraîchira sa peau. Recommencer cette opération jusqu’à récupération d’une température normale.
  4. Dirigez sur elle l’air pulsé par un ventilateur pour aider sa chaleur à s’évacuer.
  5. Faites-la boire pour la réhydrater (uniquement si elle est consciente).

Si la personne perd connaissance, placez-là en position latérale de sécurité (P.L.S.), vérifiez qu’elle respire, que son coeur bât et qu’elle ne s’étouffe pas avec sa langue.
Appelez les secours : faites le 196 si vous êtes en bateau, depuis votre téléphone portable, ou par le canal 16 par VHF. A terre, prévenez les sauveteurs au poste de secours si vous êtes sur la plage, sinon faites le 18 pour prévenir les pompiers.

________________________________________________________
" Avec des si ...tu auras milles passés mais aucun avenir  "
avatar
Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4503
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://amicaledesnidsapoussiere.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les fiches pratiques de la SNSM

Message par Kyraly le Sam 15 Sep 2018 - 9:42

Merci. Le genre de truc en vacances qui t'évite les stress de trouver du personnel médical pour les enfants le dimanche (car selon la loi des Statistiques de Murphy, les enfants se font piquer par une méduse principalement le dimanche)
avatar
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 1189
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les fiches pratiques de la SNSM

Message par Kerkallog le Sam 15 Sep 2018 - 13:53

Toutes les méduses ne sont pas des méduses:



https://www.letelegramme.fr/bretagne/finistere-danger-les-physalies-debarquent-sur-les-plages-17-09-2017-11666788.php

"Elles ressemblent à des méduses mais n'en sont pas. De nombreuses physalies ("Physalia Physalis") ont été observées ce week-end sur les plages du Finistère-Nord. Tout contact avec cet animal marin peut être dangereux : brûlures, gênes respiratoires, douleurs abdominales... Les toucher peut même présenter un danger mortel..."






https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/zoologie-physalies-fausses-meduses-mais-vrai-danger-32755/


"...Consignes de sécurité

Drôles de dames, donc, que ces physalies. Et dangereuses : 588 personnes ont été brûlées depuis le début de l'été sur la côte aquitaine. Ces animaux vivent normalement dans les eaux chaudes des régions tropicales et subtropicales mais n'ont aucun moyen de contrôler leur route. Alors, transportées au gré des vents et des courants, elles peuvent venir s'échouer sur les plages d'Europe. Les arrivées de physalies qui semblent se multiplier sont peut-être liées à un réchauffement des eaux ou des épisodes de vent et de courants particuliers. La disparition des tortues caouannes, leur prédateur principal, n'y est certainement pas non plus pour rien.
Enfin, rappelons que même mortes, échouées et à moitié sèches, les physalies sont dangereuses. Environ 10 % des piqûres ont présenté des signes de gravité : perte de connaissance, gêne respiratoire, douleurs abdominales ou thoraciques, vomissements, tachycardie, hypertension artérielle ou crampes musculaires. Il ne faut donc pas y toucher, mais signaler leur présence aux sauveteurs.
En cas d'envenimement, l'Agence régionale de santé (ARS) d'Aquitaine conseille de ne pas frotter la peau directement avec la main, mais de retirer les tentacules en rinçant la peau à l'eau de mer, en appliquant de la mousse à raser ou à défaut du sable sec, puis en les décollant avec un carton rigide. Le mieux reste encore d'être vigilant sur les plages..."


________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny
avatar
Kerkallog
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1741
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les fiches pratiques de la SNSM

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum