Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Aller en bas

Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par Kerkallog le Jeu 1 Fév 2018 - 23:10


Pour ce que çà vaut: à lire & à décrypter Suspect

https://www.bastamag.net/C-est-incroyable-qu-on-n-ait-pas-encore-fondu-un-coeur-de-reacteur-des


"...Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ? Basta ! a rencontré des techniciens qui travaillent ou ont travaillé dans leur centre névralgique : la salle de commande, et ses dizaines de circuits, diodes ou panneaux lumineux censés avertir du moindre problème. C’est de là qu’est surveillé le bon déroulement de la fission nucléaire, et que peuvent être activées les protections et dispositifs de secours en cas d’accident. Mais les centrales s’abîment, alertent ces agents EDF. Les objectifs de rentabilité et un management absurde ont affaibli les collectifs de travail et la transmission des compétences... Ils décrivent une situation inquiétante.

Salle de commande d’une centrale nucléaire française, un jour d’automne 2017. L’arrêt de tranche – le réacteur et ses équipements –, nécessaire pour remplacer le combustible nucléaire et assurer l’entretien de l’installation, est terminé. Le moment est venu de remettre le réacteur en route. « Pour s’assurer que la réaction nucléaire reste sous contrôle, au franchissement de chaque pallier, les opérateurs doivent verrouiller manuellement un système de protection automatique du réacteur depuis le pupitre de commande », explique Louis, qui a travaillé pendant 20 ans en salle de conduite – le poste de contrôle des réacteurs [1].

Mais ce jour là, les deux opérateurs et les deux ingénieurs présents dans la salle de commande n’arrivent pas à activer le système de verrouillage manuel. Résultat : l’arrêt automatique du réacteur s’active, et l’équipe doit recommencer toute l’opération depuis le début. « Ils avaient bien lu dans le manuel de procédure qu’une rangée de diodes devait s’éteindre, mais ils ne l’ont pas vue. Parce qu’en salle de commande, il y a des dizaines de diodes et d’écrans. Les procédures se contentent souvent de descriptions chronologiques, qui ne mettent pas en relief les points les plus importants », commente Louis, encore incrédule.
En vingt ans, une profonde évolution des méthodes de travail

« La salle de commande, c’est un lieu de pouvoir, c’est clair. Et les ingénieurs sont excités de de s’y retrouver, estime Jean, qui a lui aussi travaillé plus de vingt ans à la conduite. Mais c’est surtout un lieu extrêmement technique. Il y a soixante circuits à connaître sur le bout des doigts. Et souvent les cadres ne les connaissent pas. Ça paraît complètement incroyable : le fonctionnement de la centrale, c’est quand même la base du métier ! » Louis appartient à la première génération des travailleurs du nucléaire : il est arrivé au début des années 80, quand la France construisait plusieurs nouveaux réacteurs chaque année. Il a lui même participé à la construction de la centrale dans laquelle il travaille. Jean est arrivé quelques années plus tard. Avant d’être en salle de commande, ils ont été techniciens, en charge de l’entretien de l’installation. La « machine », comme ils l’appellent, ils la connaissent par cœur. Des circuits hydrauliques et électriques aux règles de protection et de régulation, en passant par la géographie des lieux..."

Tous deux se rappellent qu’ils ont passé beaucoup de temps à observer et apprendre le fonctionnement de la centrale. « On a appris les schémas de fonctionnement, observé les anciens travailler, fait des stages. Nous avons surtout beaucoup, beaucoup discuté, se souvient Louis. On échangeait entre les différents corps de métiers, en parfaite collaboration. On se donnait des idées, on questionnait nos pratiques. C’était une façon de travailler extrêmement bénéfique et efficace. La preuve : les trois quarts d’entre-nous débutaient. Mais en deux ans, on est devenus très bons. »

"Sanctionné pour avoir refusé de redémarrer un réacteur

« Pendant les arrêts de tranche, on a l’impression que le seul risque qui importe à la direction, c’est de perdre du temps, lâche Frank. C’est leur obsession. Alors que la nôtre, c’est d’avoir une machine qui fonctionne et qui soit d’équerre quoi qu’il arrive. » « Il y a toujours eu dans le nucléaire cette idée selon laquelle "le temps, c’est de l’argent". Mais il était évident pour tout le monde qu’on ne pouvait pas redémarrer tant que ce n’était pas réparé. La direction était composée de personnes issues du technique, et le rapport de force nous était favorable », analyse Louis.

Il y a quelques années, Louis a été sanctionné, avec l’un de ses collègues, après avoir refusé de lancer le redémarrage d’un réacteur. Les conditions optimales de sécurité n’étaient, selon lui, pas réunies : il n’y avait pas assez de stock de bore, substance chimique qui sert à modérer la réaction nucléaire. Par ailleurs, les réservoirs d’eau n’étaient pas disponibles, et l’une des pompes du circuit de secours ne tournait pas correctement. « C’est incroyable qu’on ait pas encore fondu un cœur, lâche Jean. Heureusement, la machine a été bien conçue, avec du très bon matériel. »"

https://www.bastamag.net/C-est-incroyable-qu-on-n-ait-pas-encore-fondu-un-coeur-de-reacteur-des study

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny
avatar
Kerkallog
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1756
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par Kyraly le Ven 2 Fév 2018 - 11:24

Bonjour

Merci, article intéressant à lire.
avatar
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 1242
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par albertspetz le Dim 4 Fév 2018 - 8:57

Nucléaire : le livre qui met à mal la sûreté des centrales françaises

"Ça y est, nous y sommes. Aux quarante ans. D'ici à 2028, 48 réacteurs [sur 58 en service en France] - ceux du palier de 900 MW et une partie des réacteurs de 1.300 MW - vont atteindre cet âge canonique. Depuis le milieu des années 2000, en raison de ses difficultés financières qui l'empêchent d'investir dans de nouveaux moyens de production, EDF demande, réclame, impose même, que l'ensemble de ses centrales nucléaires soient autorisées à fonctionner au-delà des quarante ans, et prolongées de vingt ans.

[…] [Parmi les éléments qui vont] déterminer la prolongation ou l'arrêt des cuves : ont-elles des malfaçons, d'origine ou apparues avec le temps, qui compromettent la sûreté? C'est l'un des plus grands secrets de l'industrie nucléaire en France. [...] Selon EDF, 10 cuves en exploitation ont des fissures qui datent de leur fabrication.

Un séisme à Tricastin pouvait aller vers "un accident de type Fukushima"

[...] Tricastin, avec son réacteur 1, est la pire centrale du pays. Ce réacteur cumule tous les problèmes : défauts sous revêtement, absence de marge à la rupture, et dépassement des prévisions de fragilisation à quarante ans! Sans oublier le risque d'inondation catastrophique en cas de séisme, comme l'a relevé en septembre 2017 l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui a arrêté d'office le fonctionnement des quatre réacteurs de la centrale en attendant qu'EDF fasse, enfin, les travaux de renforcement de la digue du canal de Donzère-Mondragon. La centrale est en contrebas du canal, à 6 m en dessous du plan d'eau. Pierre-Franck Chevet, le président de l'ASN, nous a confié 'qu'en cas de séisme fort on pourrait aller vers une situation, avec quatre réacteurs simultanés en fusion, qui ressemble potentiellement à un accident de type Fukushima. EDF a trouvé l'arrêt immédiat de la centrale pour réaliser ces travaux injustifié, moi je le trouve justifié.'"

Nucléaire, danger immédiat. Thierry Gadault et Hugues Demeude, Flammarion, 286 p., 21 euros. À paraître mercredi 7 février.

Source : http://www.lejdd.fr/societe/nucleaire-le-livre-qui-met-a-mal-la-surete-des-centrales-francaises-3564173
avatar
albertspetz
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1749
Localisation : Sud Est
Date d'inscription : 14/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par pvo12 le Dim 4 Fév 2018 - 13:14

On peut jouer à se faire peur, mais le risque sismique à Tricastin n'est pas le même qu'à Fukushima. Par ailleurs, ce qui a entraîné l'accident de Fukushima est le tsunami qui a suivi le tremblement de terre, par le tremblement en lui-même. Si un tsunami atteint Tricastin, le problème de la centrale sera très secondaire.

pvo12
Membre

Masculin Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par Kerkallog le Dim 4 Fév 2018 - 14:26

pvo12 a écrit:On peut jouer à se faire peur, mais le risque sismique à Tricastin n'est pas le même qu'à Fukushima. Par ailleurs, ce qui a entraîné l'accident de Fukushima est le tsunami qui a suivi le tremblement de terre, par le tremblement en lui-même. Si un tsunami atteint Tricastin, le problème de la centrale sera très secondaire.
Suspect

En l'occurrence, non pas un tsunami venu de Marseille, mais le déversement de l'eau du canal latéral qui inonderait,submergerait la centrale! affraid

"..La centrale est en contrebas du canal, à 6 m en dessous du plan d'eau. Pierre-Franck Chevet, le président de l'ASN, nous a confié 'qu'en cas de séisme fort on pourrait aller vers une situation, avec quatre réacteurs simultanés en fusion, qui ressemble potentiellement à un accident de type Fukushima. EDF a trouvé l'arrêt immédiat de la centrale pour réaliser ces travaux injustifié, moi je le trouve justifié.'"

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny
avatar
Kerkallog
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1756
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par Kyraly le Dim 4 Fév 2018 - 14:31

Bonjour

Ci joint la note de l'IRSN sur les raisons ayant menées l'ASN à demander l’arrêt de la centrale le temps des travaux de la digue. Cela explicite bien la situation.

http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Documents/IRSN_NI-Tricastin-Digues-canal-donzere-seisme_20170928.pdf
avatar
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 1242
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par Kerkallog le Dim 4 Fév 2018 - 14:40

pouce ...oui, cette note de l'IRSN avait été publiée sur une autre discussion du forum:


"Le tronçon de digue en gravier est plus vulnérable du fait de la nature des matériaux qui le constituent. Il s’agit en effet de remblais sablo-graveleux qui, selon leur densité, leur granulométrie et la piézométrie, peuvent être localement
le siège d’un phénomène de liquéfaction en cas de séisme.
La liquéfaction annihile la résistance au cisaillement du matériau là où elle se produit, ce qui a pour conséquences potentielles de rendre l’ouvrage instable et de
conduire à des glissementssous l’effet des forces d’inertie (figure4)..."

________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny
avatar
Kerkallog
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1756
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par pvo12 le Dim 4 Fév 2018 - 19:52

Ok. Je me souviens qu'effectivement un autre message évoquait ce problème de digue. Mais au final, l'ASN est indépendante et contrôle plutôt bien les centrales, non ?
La question n'est pas, il me semble, de se demander si le nucléaire est dangereux. Il l'est comme tout moyen de production d'énergie. Mais si on peut s'en passer tout en décarbonant la production d'électricité et les moyens de transport. Il ne me semble pas.

pvo12
Membre

Masculin Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 04/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par Kyraly le Dim 4 Fév 2018 - 20:26

Amha, la question est :

Comment réagir en cas de d'incident nucléaire.

Comment être au courant au plus tôt pour réagir au plus vite.

Le fait d’être pro ou anti-nucléaire relève de la sensibilité de chacun, ce qui importe est que ce risque existe aujourd'hui et que nous devons chercher les informations relatives a cette industrie pour mieux la comprendre, et savoir réagir au mieux.
avatar
Kyraly
Membre

Masculin Nombre de messages : 1242
Localisation : Grand Est
Emploi : Industrie
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les centrales nucléaires françaises sont-elle sûres ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum