Espérance de vie ... les limites

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Espérance de vie ... les limites

Message par KrAvEuNn le Lun 1 Oct 2007 - 16:21

Prolonger des tendances contemporaines pour envisager l'avenir n'est pas toujours judicieux (non, on ne vivra pas tous 200 ans en 2200, on ne mesurera pas tous 3 mètres en 2300, etc...bref : "les arbres ne montent pas jusqu'au ciel") ; en ce qui concerne l'espérence de vie, les maladies de civilisation, la nourriture gorgée de pesticides, les habitudes de vie sédentaires, etc. vont changer la donne...bref, préparez vous à vivre moins vieux que vos parents et grands parents (générations qui n'ont connues ni la bouffe prédigérée, ni les particules diesels à outrance, ni les autres substance cancerigènes ambiantes)...sans oublier les conséquences qu'auront les catas à venir.

Espérance de vie en baisse ?

On les appelle les lanceurs d’alerte. Membres de la communauté scientifique, ils n’hésitent plus à prévenir si nécessaire les autorités politiques ou à saisir l’opinion publique lorsqu’ils suspectent un drame sanitaire.

Claude Aubert est l’un d’entre eux. Dans un ouvrage qu’il vient de publier aux éditions Terre vivante, "Espérance de vie, la fin des illusions", il jette un pavé dans la mare de nos certitudes.


Au fil des pages, Claude Aubert explique comment la pollution, le tabac et l’obésité pourraient devenir des "bombes à retardement démographiques". Selon lui, les projections officielles d’espérance de vie sont faussées, et la courbe pourrait s’inverser dans les prochaines années. Concrètement, cela signifie que nous vivrons moins longtemps que nos parents, et que nos enfants vivront moins longtemps que nous. Autant dire, une inversion totale de tendance par rapport aux cent dernières années. Un discours en totale contradiction avec les projections de l’Insee et de l’ONU, qui tablent sur un allongement conséquent.

Ingénieur agronome, spécialiste de l’alimentation et de l’agriculture biologique, l’auteur expose une théorie pleine de bon sens. L’obésité, qui n’est plus l’apanage des pays riches, et le diabète pourraient ainsi constituer la première cause de mortalité et faire considérablement baisser l’espérance de vie. En cause, outre l’évolution des modes de vie et la sédentarisation croissante, une industrie agro-alimentaire accusée de commercialiser des produits trop gras et trop sucrés et contenant de nombreux additifs divers.

La pollution chimique n’est pas en reste, elle est omniprésente. Les conséquences de plus de 100 000 molécules chimiques dans notre environnement ne sont pas toutes connues.


On sait toutefois déjà que la pollution perturbe l’équilibre hormonal et les cellules des tissus adipeux. De même, certains pesticides, lorsqu’ils sont présents dans l’organisme, ralentiraient le métabolisme et par conséquent les dépense énergétiques.

Comme l’a souligné dernièrement une campagne du WWF qui a procédé à une analyse de sang de ministres de l’environnement de l’Union, les substances chimiques imprègnent le corps humain à long terme. Le meilleur exemple est constitué par le DDT dont on retrouve des traces 30 ans après l’exposition.

Espérance de vie, la fin des illusions, Claude Aubert, Editions Terre vivante


  • Les premières lignes

Introduction :

Jeter un coup d'oeil rétrospectif sur le XXe siècle donne le vertige, tant les progrès technologiques ont été inouïs, dans tous les domaines de l'activité humaine. Mais ce qui frappe tout autant, c'est la modification radicale des modes de vie. L'homme a cru - ou a feint de croire - que tout devenait possible.

Que notre corps s'adapterait à un quotidien dont l'exercice physique ne fait plus partie, à une alimentation devenue pléthorique, à l'absorption journalière de dizaines de substances nouvelles aux effets inconnus, à une exposition permanente à toutes sortes de rayonnements électromagnétiques. Il a cru aussi, et beaucoup en sont encore convaincus, que, quoi qu'il arrive, les spectaculaires progrès de la science et de la médecine pallieraient les éventuelles défaillances de l'organisme.

À la recherche de la facilité et du plaisir dans tous les domaines, nous mangeons ce que nous dicte notre gourmandise et ce que nous propose l'industrie agroalimentaire. Nous ne nous déplaçons plus qu'en voiture. Nous remplaçons la force musculaire par la machine dans tous les gestes de la vie professionnelle et quotidienne. En outre, nous agissons comme si les ressources de la planète et sa capacité à s'adapter aux bouleversements que nous lui faisons subir étaient sans limites.

Les mises en garde de ceux qui s'inquiètent des conséquences à long terme de ces nouvelles technologies et de ces nouveaux comportements ont été longtemps ignorées. De fait, elles ont longtemps paru dépourvues de fondement ou largement exagérées. Le «printemps silencieux» annoncé par Rachel Carson dès les années 1960 ? On voit toujours autant d'oiseaux dans le ciel ! La croissance zéro préconisée par le Club de Rome dans les années 1970 ? La croissance n'a pas cessé depuis, continue à être souhaitée par tous les dirigeants de la planète, et l'on persiste à penser qu'elle peut être durable. L'impact de la pollution sur notre santé ? La science y remédiera, pense-t-on, et d'ailleurs nous vivons de plus en plus longtemps. Nos mauvaises habitudes alimentaires ? En dépit des problèmes d'obésité, dont les conséquences commencent seulement à apparaître, elles n'empêchent pas non plus l'espérance de vie d'augmenter. La sédentarité ? Elle non plus n'a pas eu, jusqu'à présent, d'impact négatif sur la longévité.

Il aura fallu attendre les années 1990 pour que l'on commence à s'alarmer des incidences à long terme de la pollution et du pillage de la planète, avec, notamment, le prochain épuisement des réserves de pétrole et le réchauffement du climat. Et le début du XXIe siècle pour que l'on prenne conscience de l'impact planétaire et des conséquences sanitaires de l'obésité d'une part, de la pollution d'autre part.

Mais si l'on commence, timidement, à se préoccuper des alternatives au pétrole et de la lutte contre l'effet de serre, on continue à ne pas faire grand-chose en matière de lutte contre la pollution chimique et contre l'obésité.

On pronostique une augmentation de l'espérance de vie pendant au moins plusieurs décennies. Rien ne permet a priori de mettre en doute ces prévisions, la médecine continuant à progresser et nos conditions de vie à s'améliorer. Seuls quelques prophètes de malheur annoncent que nous aurons peut-être des mauvaises surprises dans les décennies à venir. Prophètes de malheur ou observateurs lucides ? Nous le saurons dans dix, vingt ou trente ans. Mais faut-il attendre pour se poser la question ? Sans doute pas, car de nombreux nuages s'amoncellent au-dessus de nos têtes.

Le problème de l'obésité a atteint ces dernières années une ampleur que personne n'avait prévue, au point que quelques scientifiques se risquent, depuis deux ou trois ans, à annoncer qu'il sera à l'origine d'une baisse de l'espérance de vie.

Quant au tabagisme et à l'amiante, c'est dans les prochaines décennies que nous leur paierons le plus lourd tribut. De manière générale, la pollution de plus en plus multiforme dont nous sommes victimes finira par avoir raison des capacités d'adaptation de l'organisme humain, en dépit des progrès de la médecine.


Europe: l'espérance de vie réduite par la pollution de l'air (2000)






  • Ce graphique illustre, pour l’an 2000, l’estimation de la diminution de l’espérance de vie, en nombre de mois, attribuable à la pollution de l’air causée par les particules fines (PM2,5) en Europe. En moyenne, cette diminution atteint 8,6 mois pour l’ensemble du continent européen.
  • Les régions les plus touchées par la pollution de l’air sont le Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg), le Nord de l’Italie de même que les pays de l’Europe de l’Est – dont la Pologne et la Hongrie. Cela expliquerait pourquoi on y observe les plus importantes diminutions de l’espérance de vie attribuables à l’air pollué.
  • Les Finlandais (-3,1 mois), les Irlandais (-3,9 mois), les Suédois (-4,3 mois) et les Estoniens (-4,4 mois) sont ceux dont l’espérance de vie est la moins touchée par la pollution de l’air causée par les PM2,5.
  • La pollution de l’air serait potentiellement responsable de la mort prématurée de 310 000 Européens chaque année, dont 65 088 Allemands, 39 436 Italiens, 36 868 Français, 32 652 Britanniques et 10 669 Belges.
  • En 2000, les principales sources de particules fines (pollution atmosphérique) en Europe étaient : les différents types de transport (34 %), le chauffage domestique au bois (25 %), le secteur industriel (22 %), les centrales énergétiques (5 %) et l’agriculture (4 %).



Sources :

Baseline Scenarios for the Clean Air For Europe (CAFE) Programme, Final Report (Corrected version), International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA), Février 2005. Pour accéder au rapport : www.iiasa.ac.at [document en format PDF consulté le 25 février 2005].

Air pollution causes early deaths, BBC Health News, 21 février 2005. http://news.bbc.co.uk [consulté le 25 février 2005].

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par KrAvEuNn le Ven 5 Oct 2007 - 8:25

Cancer en France : un rapport qui dérange

Le tabac reste la principale cause de cancer
crédit : © European Community, 2007
Le rapport sur les causes du cancer réalisé au terme de deux ans de travail par l’Académie de médecine, celle des Sciences, le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), l’Institut de veille sanitaire et l’Institut national du cancer va certainement faire grand bruit et relancer le débat sur les véritables causes du cancer et sur l’augmentation de son incidence.

Cette étude met en cause avant tout des comportements individuels, plus que des pollutions environnementales, pour expliquer l’apparition d’un nombre notable de cancers. Ce rapport bat en brèche des idées reçues en réaffirmant le rôle prépondérant des comportements individuels (tabac, alcool, surpoids, grossesse tardive...) et en jugeant grandement surestimé par l’opinion le rôle de la pollution. Selon cette étude, 1 % au plus des décès par cancer peuvent être attribués avec certitude à la pollution.

Comme dans tous les pays industriels, le tabac reste en France, selon ce rapport, la principale cause avérée de cancer (29 000 décès, soit 33,5 % des décès par cancer chez l’homme, 5 500 décès, soit 10 % des décès par cancer chez la femme en 2000). L’alcool est à l’origine d’environ 9,4 % des décès par cancer chez l’homme et de 3 % chez la femme. Le rapport rappelle par ailleurs que la mortalité par cancer diminue régulièrement depuis 1950 chez la femme et depuis 1985 chez l’homme, si l’on tient compte de l’évolution démographique.

L’excès de poids et l’insuffisance d’exercice physique causent 2 % de décès par cancer chez les hommes et 5,5 % chez les femmes. Les expositions professionnelles, en diminution, sont encore à l’origine de 3,7 % des décès par cancer chez l’homme et 0,5 % chez la femme. Les traitements hormonaux de la ménopause sont en cause pour 2 % environ des décès chez la femme (essentiellement du sein et de l’ovaire). L’âge tardif du premier enfant, le faible nombre d’enfants et l’absence d’allaitement sont des facteurs de risque. En agissant sur ces caractéristiques, la fréquence des cancers du sein pourrait être réduite de 15 %, avancent les auteurs.

Ce rapport précise que, compte tenu de l’accroissement de la population française et de son vieillissement, la mortalité par cancer aurait dû augmenter de 22 % pendant cette période. Or, globalement, la mortalité par cancer a diminué d’environ 13 % entre 1968 et 2002 et "non pas augmenté comme on le croit souvent", précise le rapport. S’il confirme l’importance des comportements individuels, le rapport reconnaît la nécessité des recherches pour mieux appréhender les autres causes. On ne trouve d’origine spécifique que pour la moitié des cancers en France, souligne en effet le rapport. "Chez les personnes n’ayant jamais fumé, aucun facteur de risque lié au mode de vie ou à l’environnement n’a encore été scientifiquement établi pour 85 % des cancers", ajoute-t-il.

Plusieurs explications possibles sont avancées (erreurs au cours de la synthèse d’ADN et de la division cellulaire, infections, richesse en calories de l’alimentation des enfants et des femmes enceintes, agents cancérogènes peu efficaces isolément mais qui pourraient avoir un effet conjugué à certains moments de la vie...).

Mais, comme l’admet le rapport, on ne trouve d’origine spécifique que pour la moitié des cancers en France. Sans remettre en cause les bases scientifiques très solides de ce rapport et la qualité de ses auteurs, certains scientifiques soulignent toutefois que ce rapport est incomplet et n’explique pas l’origine de la majorité des cancers ni l’augmentation sensible de certains cancers comme le lymphome par exemple.

On peut également s’interroger et se demander si le rôle réel de la pollution n’est pas sous-estimé par ce rapport, qu’il s’agisse de la pollution automobile, industrielle ou diffuse, alors que de nombreuses études sérieuses montrent qu’il existe un lien de causalité nette entre pollution de l’air et risques de cancers. Une étude parue dans le British Medical Journal en 2004 soulignait notamment que "Les facteurs environnementaux, notamment les substances chimiques, l’exposition aux ultraviolets ou à des radiations ionisantes, le tabac et la fumée de cuisson contribuent à 75 % de tous les cancers". Par ailleurs, le rapport "Impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine" de l’Afsse (l’Agence française de sécurité sanitaire environnementale) datant de mai 2004, estimait que 6 à 11 % des décès par cancer du poumon chez les plus de 30 ans étaient dus aux rejets de ces micropolluants dans l’atmosphère.

Quant à l’alimentation, qui joue, comme le montrent de très nombreuses études de par le monde, un rôle déterminant mais très complexe en matière de cancer, nul ne peut dire aujourd’hui quelle proportion de nouveaux cancers inexpliqués peut lui être imputée.

Un grand nombre de chercheurs sont à présent persuadés qu’il existe, outre le tabac et l’alcool, facteurs réels et bien identifiés de cancer, et même en tenant compte du rôle du vieillissement dans l’apparition des cancers, de multiples autres causes plus diffuses (type d’alimentation, pollution, stress, infections virales ou microbiennes) qui agissent en synergie et sont responsables d’une grande partie des nouveaux cas de cancers inexpliqués. Identifier et connaître ces causes complexes et leurs interactions est à présent un des grands défis de la recherche médicale et épidémiologique si nous voulons demain mettre en place une politique efficace de prévention active contre le cancer

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par transhuman le Ven 5 Oct 2007 - 10:57

Bref pour vivre vieux faite du sport et respirez un air sain ...

Tiens au fait est ce qu'il existe des stats sur le nombre de cancers du poumon chez les joggeurs urbains qui se bouffe à pleines gorgées l'air des grands boulevard bien pollué par la circulation automobile.

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....

transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par ipphy le Jeu 13 Mar 2008 - 18:54

L'espérence de vie "naturelle" des êtres humains est d'une 40 aine d'années.
Nous avons pu la multiplier par 2 grace à la maitrise de notre environnement (nourriture régulière, maisons, hygiène, soins...)

ipphy
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 516
Localisation : Cyberespace
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par KrAvEuNn le Mer 9 Avr 2008 - 17:25

OMS : Le changement climatique va ébranler les fondements de la santé
Selon les scientifiques, les données montrant que la terre se réchauffe sont « incontestables ». La constatation de l’augmentation de la température moyenne de l’air et des eaux à l’échelle mondiale, de la fonte des glaces et de l’augmentation du niveau des mers et des océans nous aide à comprendre les problèmes à venir et à nous y préparer. Outre les changements observés, le climat a déjà des conséquences sur la santé. À l’occasion de la Journée mondiale de la Santé, le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, le Dr Margaret Chan, a souligné aujourd’hui que ces changements attaquent les fondements de la santé publique et nous offrent un aperçu des défis qu’il faudra relever à grande échelle.
Un Français sur sept renonce à se soigner

Soins dentaires et achat de lunettes font souvent les frais des petits revenus qui rognent sur leur santé par manque de moyens ou de mutuelle.



________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par Semper le Mer 20 Avr 2011 - 7:19

Trop de télé chez l'enfant peut à terme provoquer des risques cardiaques

SYDNEY - Les enfants qui regardent trop la télévision ont plus de risques de développer à terme des maladies cardiaques, de l'hypertension ou du diabète, selon une étude australienne publiée mercredi.

Les enfants étudiés, âgés de 6 à 7 ans, qui regardent longtemps la télévision ont des artères plus étroites à l'arrière des yeux, selon cette étude de l'Université de Sydney, présentée comme la première du genre.

Cela accroît plus tard les risques de maladies cardiaques, d'hypertension et et de diabète.

"Les parents doivent pousser leurs enfants à avoir de l'activité et à délaisser le canapé", a recommandé le Dr Bamini Gopinath, responsable de l'étude.

L'étude a porté sur quelque 1.500 enfants de six et sept ans, de 34 écoles primaires de Sydney.

En moyenne, les enfants examinés passaient 1,9 heure par jour devant la télévision et 36 minutes par jour à suivre des activités physiques.

Ceux qui s'adonnaient le plus à des activités physiques, une heure ou plus par jour, avaient des artères sensiblement plus larges que ceux passant moins d'une heure par jour à se dépenser physiquement.

"Nous avons découvert que les enfants présentant un haut niveau d'activités physiques avaient un meilleur profil microvasculaire par rapport à ceux ayant les plus bas niveaux d'activité physique", a expliqué le Dr Gopinath.

"Cela laisse à penser que des comportements moins bons pour la santé peuvent influencer la microcirculation très tôt et peuvent accroître le risque de maladie cardiaque et d'hypertension plus tard", a-t-il ajouté.

Une trop grande consommation de télévision conduit à moins d'acvitité physique, de mauvaises habitudes alimentaires et à la prise de poids, a-t-il ajouté.

L'étude est publiée cette semaine dans le Journal of the American Heart Association.

(©AFP / 20 avril 2011 06h45)

Semper
Modérateur à temps partiel

Masculin Nombre de messages : 1759
Date d'inscription : 13/11/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par tarsonis le Mer 20 Avr 2011 - 10:56

Salut !
AFP devrait citer ses sources, la lecture de l'article embrouille un peu quant à la population témoin :

Les enfants étudiés, âgés de 6 à 7 ans, qui regardent longtemps la télévision ont des artères plus étroites à l'arrière des yeux

Ceux qui s'adonnaient le plus à des activités physiques, une heure ou plus par jour, avaient des artères sensiblement plus larges que ceux passant moins d'une heure par jour à se dépenser physiquement.

"Nous avons découvert que les enfants présentant un haut niveau d'activités physiques avaient un meilleur profil microvasculaire par rapport à ceux ayant les plus bas niveaux d'activité physique", a expliqué le Dr Gopinath.

Donc rester 1,9h devant la TV par jour rend-t-il les artères plus fines que la moyenne, ou avoir un haut niveau d'activité physique les élargit-il ?
Dans l'un des cas, cette étude n'apporte pas grand chose de neuf
Ou posée autrement : est-ce une question de TV dans cette histoire, ou tout simplement d'activité physique ? Aurions-nous les mêmes résultats en lisant des bouquins 1,9h par jour ?

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7990
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par transhuman le Mer 20 Avr 2011 - 19:48

Je trouve surtout , que de la prod d'énergie à la TV en passant par les medecines et pleins d'autres sujets , nos societés se choquent des inconvénients de tous pleins d'activités comme si quelque chose pouvait exister sans présenter d'inconvénients.

On veut le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière...c'est un peu contradictoire non ?

________________________________________________________
"J'arrêterais de faire de la politique le jour où ceux qui font de la politique arrêteront de faire les guignols....."
Coluche

P'tain dire que c'etait il y a 30 ans et que rien n'a changé en mieux depuis ....

transhuman
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1502
Emploi :
Loisirs :
Date d'inscription : 07/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par MonteRosso le Mer 20 Avr 2011 - 19:51

Tiens vos remarques me rappellent le film "Wall E" quant à l'évolution d'une société de plus en plus assistée, à tous les sens du terme.

________________________________________________________
"Garde toi, je me garde"

MonteRosso
Animateur

Masculin Nombre de messages : 1567
Localisation : :noitasilacoL
Emploi : :iolpmE
Loisirs : :srisioL
Date d'inscription : 29/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par KrAvEuNn le Sam 23 Nov 2013 - 4:15

Les enfants sont moins endurants qu'il y a trente ans
Surpoids et manque d'activité font que leurs capacités cardio-vasculaires sont moindres que celles de leurs parents au même âge. Ils pourraient être la première génération à vivre moins longtemps que la précédente.
les enfants d'aujourd'hui courent moins vite, et moins longtemps que leurs parents ne le faisaient au même âge. Depuis les années 1970, tous les dix ans, les enfants ont perdu en moyenne 5% de leurs capacités cardio-vasculaires.
«Nous n'avons pas de données complètes avant 1975, mais cela semble être le point de basculement où les choses ont commencé à empirer. Les deux principaux coupables semblent être l'augmentation du poids des enfants et leur moindre pratique d'une activité physique prolongée et vigoureuse»
Il faut que l'on arrive à refaire bouger les gens, sinon notre génération ou la génération qui nous suit vivra peut-être moins longtemps que les précédentes. Ce n'est jamais arrivé dans l'histoire de l'humanité.»

________________________________________________________
Aussi audacieux soit-il d'explorer l'inconnu, il l'est plus encore de remettre le connu en question ! (Kaspar)
   

KrAvEuNn
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 7487
Emploi : Chasseur de primes
Loisirs : Diptérophilie
Date d'inscription : 24/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://le-projet-olduvai.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par Philippe-du-75013 le Sam 23 Nov 2013 - 7:57

Il y a du pour et du contre....

En 1977/78 lors de mon service militaire dans une compagnie de faible valeur militaire (service aux autres unités) 80 % des jeunes étaient déjà au travail à la ferme ou à l'usine depuis leurs 16 ans. Sans être très sportifs ils étaient endurant et durs à la tâche et aux intempéries. Une marche de 25 kms avec une petit sac à dos, le casque lourd dessus et un vieux fusil pas léger (MAS 36) allait de soi et se faisait à l'improviste sans entrainement particulier. Ce ne serait plus le cas aujourd'hui. J'ai revu des photos d'époque : Un seul franchement obèse et un grassouillet (cuisinier!!!)  sur 50 hommes  soit le taux normal rencontré pendant toute ma scolarité. Le reste nous étions tout simplement franchement maigres. 

Par contre lorsque nous allions à la piscine le niveau était plus que bas : deux bons nageurs,  quelques autres corrects et beaucoup de non-nageurs ou de niveau très faible. Près de la moitié de l'effectif aurait été arrêté par une rivière comme la Seine en manoeuvre.

Aujourd'hui   lorsque je vais au bois de Vincennes (bois accolé à l'est de Paris) le dimanche matin c'est blindé de sportifs de tous ages et de tous niveaux, à 7 heures du matin les piscines parisiennes ouvrent pour les gens qui vont nager une demi-heure avant de partir travailler et il y a en moyenne 50 nageurs dans l'eau ....50 nageurs à 7 heures du matin, il faut le voir pour le croire.

Mes deux activités, le vélo et la natation, sont les derniers sports pratiquées par des personnes âgées sans doute avec la marche. Le vélo exclusivement par des messieurs, la natation et l'aquagym plutôt par des dames en très forte majorité.
Dans les deux cas la fin d'activité devenue très ralentie se situe vers 83/84 ans. Les cyclistes arrêtent parfois avant plus par crainte de la circulation que méforme ou se limitent à des circuits protégés.

D'après ce que j'ai pu voir et discuter dans les institutions que j'ai été amené à fréquenter en m'occupant de mon père, cet age, 83/84 semble bien constituer une limite générale d'une vie réellement active pour la très grosse masse des gens même s'étant bien entretenus. Il y a des exceptions qu'on monte parfois en épingle mais cela reste des cas à part.


Dernière édition par Philippe-du-75013 le Sam 23 Nov 2013 - 8:25, édité 2 fois

________________________________________________________
"Ne participez pas à l’économie sans nécessité. Achetez aussi peu que possible. Réutilisez autant que vous le pouvez. Réduisez vos besoins physiques. Établissez des plans pour les réduire davantage" (Dimitri Orlov)


"Le sage ne peut recevoir ni injure ni outrage" (Sénèque)

Philippe-du-75013
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1147
Age : 61
Localisation : IDF
Loisirs : Natation, vélo (déplacements non sportifs)
Date d'inscription : 24/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par Mike Steiner le Sam 23 Nov 2013 - 8:10

Oui Philippe, d'accord pour la piscine et autres sports et loisirs "tendance" ou fun, comme on dit. Mais je doute fort que ces "sportifs" du dimanche soient capables de travailler dans les champs toute une journée, ou bien marcher 20 km avec 20 kg sur le dos. A 20 ans, j'étais militaire et nos marches moyennes (infanterie) étaient d'au moins 50 km par jour avec 35 kg de barda à trimbaler. On ne se ^plaignait pas et on avançait.

Aujourd'hui, les jeunes sont réfractaires au moindre effort et n'ont plus de consistance ni de constance. Un de mes collègues (je suis prof) disait l'autre jour que cela fait 17 ans que nos jeunes se font torcher le cul et qu'il serait temps pour eux de se prendre en main.

________________________________________________________
Tant qu'une roue restera, la charrette roulera (François Athanase Charette de la Contrie, général vendéen).

Mike Steiner
Animateur

Masculin Nombre de messages : 441
Age : 55
Localisation : Bocage normand
Emploi : Enseignant-chercheur
Loisirs : Randonnées, vélo, lecture et écriture
Date d'inscription : 06/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par Barnabé le Sam 23 Nov 2013 - 11:19

Ils se sont adaptés au monde dans lequel ils vivent. Les enfants, en jouant, apprennent leur environnement et s'y adaptent, s'exercent aux tâches qu'ils auront à faire.

Avant 1980, la seule distraction était la télé, donc on jouait dehors, quand on n'aidait pas les parents.

Maintenant, les gamins de 10 ans sont plus doués avec ordi, smartphones etc. que leurs parents. Le temps qu'ils passent à "apprendre" tous ces savoir-faires spécifiques aux nouvelles technologies, ils ne le passent pas à courir ou à grimer dans les arbres. C'est la thumb generation.

Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5287
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par Catharing le Sam 23 Nov 2013 - 15:13

Mike Steiner a écrit:Oui Philippe, d'accord pour la piscine et autres sports et loisirs "tendance" ou fun, comme on dit.
L'essentiel pour la santé ,c'est de bouger,faire un sport tendance ou fun quelle importance?
Il faut aussi du mental et du physique pour faire des longueurs de bassins ou se taper 10 bornes en courant..
Quand aux sports "fun",par exemple windsurf ou kitesurf,beaucoup pratiquent quelque soit la saison clind'oeil 

Mike Steiner a écrit:Mais je doute fort que ces "sportifs" du dimanche soient capables de travailler dans les champs toute une journée, ou bien marcher 20 km avec 20 kg sur le dos.
Ils seront certainement plus capables que ceux qui par manque de moyen,manque de temps ou d'envie ne pratiquent aucune activité physique...

Mike Steiner a écrit:A 20 ans, j'étais militaire et nos marches moyennes (infanterie) étaient d'au moins 50 km par jour avec 35 kg de barda à trimbaler. On ne se ^plaignait pas et on avançait.
C'était aussi un choix personnel de ta part,tout comme ceux qui se sont engagés ou ont connu le service militaire et qui ont choisi de faire leurs temps "en plein air" et non dans les bureaux...clind'oeil 


Mike Steiner a écrit:Aujourd'hui, les jeunes sont réfractaires au moindre effort et n'ont plus de consistance ni de constance. Un de mes collègues (je suis prof) disait l'autre jour que cela fait 17 ans que nos jeunes se font torcher le cul et qu'il serait temps pour eux de se prendre en main.
C'est drôle ça ,c'est pratiquement mot pour mot ,ce que disait mon père (militaire) des jeunes de ma ,de notre génération ...il y a trente ans!rir

Par pitié,en tant que prof évites de tomber dans le travers de la généralisation et de l'amalgame.
Les "jeunes" comme tu les qualifies ,,se battent avec leurs armes pour se faire une place dans un monde de fous,dont nous sommes en partie responsables,nous les quinqua...

________________________________________________________
« Celui qui donne sa pitié au méchant fait tort au juste. »

"J'ai tendance à comparer les humains actuels aux légumes cultivés hors sol, sous serre.
Il suffit que tu les déplaces en terre, au soleil, en plein vent, sous la pluie, pour qu'ils crèvent. Tellement ils sont fragiles
." Lo de

Catharing
Modérateur

Masculin Nombre de messages : 4078
Localisation :
Date d'inscription : 22/11/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par Philippe-du-75013 le Sam 23 Nov 2013 - 15:35

Mike Steiner a écrit: A 20 ans, j'étais militaire et nos marches moyennes (infanterie) étaient d'au moins 50 km par jour avec 35 kg de barda à trimbaler. On ne se ^plaignait pas et on avançait.
Tu étais engagé? Lors de mes classe au  150 RI on était loin de ça, c'était comme décrit plus haut sauf que le lendemain c'était de nouveau exercice et non bureau ou atelier ou cuisine.

________________________________________________________
"Ne participez pas à l’économie sans nécessité. Achetez aussi peu que possible. Réutilisez autant que vous le pouvez. Réduisez vos besoins physiques. Établissez des plans pour les réduire davantage" (Dimitri Orlov)


"Le sage ne peut recevoir ni injure ni outrage" (Sénèque)

Philippe-du-75013
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1147
Age : 61
Localisation : IDF
Loisirs : Natation, vélo (déplacements non sportifs)
Date d'inscription : 24/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par Mike Steiner le Sam 23 Nov 2013 - 16:07

@ Catharing: Bien vu tes remarques. Je te rassure, je ne joue pas le vieux con de service avec "mes jeunes". Je suis plutôt bien considéré par eux et je passe pour un prof plutôt cool et sympa, malgré mes idées exprimées. Tout comme toi, je suis un adepte de la PNL et de l'AT, deux choses que j'ai enseignées pendant 10 ans.

@ Philippe: Je parle du début des années 1980. Oui, j'étais engagé, mais attention, quand j'évoque 50 km par jour, ce n'est pas 50 km TOUS LES JOURS. Pour être clair et précis, j'étais instructeur au PESO (Peloton d’Élèves Sous Officiers) et voici quels étaient les marches que je devais effectuer avec chaque nouvelle fournée tous les 4 mois:

Premier et deuxième mois (les classes préparatoires pour devenir gradé): 8, 15, 20, 25, 35 et 45 km.
Troisième mois (pour accéder au grade de caporal): 50 et 65 km.
Quatrième mois (pour accéder au grade de sergent): 100 km (en 24 heures)

Ensuite stage commando avec une marche de 120 km à réaliser en 3 jours avec des missions de combat diverses et variées.

J'ai fait ça durant 6 ans et deux tiers de mes stagiaires étaient des appelés (service militaire à un an) et un tiers étaient des engagés.

________________________________________________________
Tant qu'une roue restera, la charrette roulera (François Athanase Charette de la Contrie, général vendéen).

Mike Steiner
Animateur

Masculin Nombre de messages : 441
Age : 55
Localisation : Bocage normand
Emploi : Enseignant-chercheur
Loisirs : Randonnées, vélo, lecture et écriture
Date d'inscription : 06/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Espérance de vie ... les limites

Message par troisgriffes le Sam 23 Nov 2013 - 18:30

je croyais que le sujet était l’espérance de vie mais j'ai du mal lire...moqueurlangue 

Donc rapidement faire du sport même si ce n'est que de la pétanque c'est déjà mieux que rien mais cela peut pas se comparer au fait
d'avoir une activité physique continue durant toute la journée.
Dans une des multiples vies que j'ai eu après l'armée ,j'ai été un moment métallo.on en a vu passer pas mal d'étudiants dis sportif qui
ne tenaient pas plus de deux jours avant de rendre le tablier.
c'est la combinaison:force-endurance -résistance-mental qui est gagnante et les deux derniers critères qui font le plus défaut.

Aussi non pour revenir au sujet du topic:l'espérance de vie.
L'espérance de vie est une moyenne statistique et donc quitte à passer pour cruel et insensible:
Les progrès sanitaires/médecines font qu'un pourcentage de gens "non viable naturellement" arrivent à l'age adulte mais pas en
parfaite santé et auront une espérance de vie plus courte.
Le manque d'activité physique,le système immunitaire moins sollicité,les mauvaise habitudes de vie(tout voiture,trop de chauffage ,
mauvais sommeil,malbouffe)favorise aussi la baisse de limite de vie.

après il y a l'espérance de vie et l'espérance de vie en bonne santé ce qui est pas vraiment la même chose.


Pour ce qui est de l'espérance de vie en K2KK(on ferait mieux d'ailleurs de parler de taux de mortalité d'ailleurs).
Vont rapidement manger les pissenlits par la racine:
- tout les gens qui ont besoin d'un suivi médical permanent ou  régulier.
-tout les souffreteux qui  attrapent une bronchite au premier courant d'air.
-tout ceux qui qui ont des problèmes de cicatrisation .
-tout ceux qui ont pas de vitalité ou force de caractère.

En plus pour les femmes,il y aura augmentation des risques et de la mortalité lors des grossesses:
-celle de frêle constitution et bassin pas assez large.
-complications post natal

Donc il y aura beaucoup de case et entre autre chez les citadins(manque de bol c'est 80% de la population).

En gros le retour de la sélection par dame nature.
Rapidement on devrait revenir à considérer de nouveau un homme de 65 ans comme un honorable vieillard et une dame de plus de 80 ans comme la curiosité de tout le canton.

  voilà voilà

troisgriffes
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 2354
Localisation : Sud RP
Emploi : technicien
Date d'inscription : 17/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum