Le chercheur au CNRS Jean-Marc Bonmatin a piloté une vaste étude internationale publiée dimanche, qui révèle que les pesticides néonicotinoïdes dits «tueurs d’abeilles» favorisent les résistances des insectes ravageurs et pèsent davantage sur les finances des agriculteurs que les alternatives non polluantes et non toxiques.