[Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par nooneelse le Jeu 22 Juin 2017 - 12:13

Merci pour ce retour Barnabé et certaines explications.
Au niveau des fruits, je suis plus nuancé qu'à une époque. J'ai lu il y a peu, et cela m'a paru logique, que les fruits nous servaient l'été à faire des stocks (le sucre étant ensuite transformé en graisse) pour la saison froide. Donc on fait des réserves avant l'hiver et on maigrit pendant l'hiver. Bon ça c'était avant Very Happy. L'auteur disait que nos ancêtres lointains ne mangeaient les fruits en "abondance" que pendant une partie de l'année. Ensuite il n'y en avait plus autant et pas le même genre. Désormais nous avons des fruits en surabondance toute l'année, ce qui n'est peut-être pas forcément une bonne chose (et je ne parle pas des jus de fruits, à bannir). Il y aurait le fait de ne pas manger de fruits pendant les repas ou trop rapprochés des repas pour une histoire de fermentation dans le tube digestif (s'il y a des connaisseurs sur le sujet...).
Je pense aussi qu'il faudrait, dans la théorie, se contenter de fruits "locaux". C'est à dire qui poussent sous nos latitudes et éviter banane, oranges, mangues etc... Surtout qu'ils sont traités à un moment ou un autre, ne sont pas cueillis mûres et qu'ils font un long voyage.... Mais c'est un autre débat.
Il y a quelque chose que je me demande au niveau de l'alimentation depuis un moment; Sommes-nous faits pour mangés des aliments transformés? On pense sucres raffinés (mais là j'ai ma propre réponse...) mais je me pose surtout la question pour les céréales. Est-ce que, naturellement, il y a des grands mammifères qui mangent des céréales (et je ne parle pas de farine)? Je ne compte pas les rongeurs et encore moins les oiseaux.
Je me pose la question depuis un moment par rapport aux chats et aux chiens à qui on donne des croquettes contenant des céréales. Et je me dis que c'est totalement stupide étant donné que cela ne fait pas partie de leur alimentation naturelle et que leur système digestif n'est pas adapté. La question a donc dérivé sur l'humain...
avatar
nooneelse
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 223
Date d'inscription : 21/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par Philippe-du-75013 le Jeu 22 Juin 2017 - 15:23

nooneelse a écrit: mais je me pose surtout la question pour les céréales. Est-ce que, naturellement, il y a des grands mammifères qui mangent des céréales (et je ne parle pas de farine)? Je ne compte pas les rongeurs et encore moins les oiseaux.
Normalement les céréales sont dispersées parmi les herbacées et broutées avec. Toutes nos céréales sont le fruits de la sélection humaine depuis plusieurs millénaire. L'une des plus modifiée est le maïs sont la filiation avec la plante d'origine supposée  la téosinte n'est pas évidente.

Je me suis occupé de chevaux,je les connais donc un peu. Dans la nature le cheval vit d'herbe, il  passe beaucoup de temps à brouter (il ne rumine pas) et avec un temps de repos semi-attentif plus le vrai sommeil très court il ne fait rien d'autre de ses journées. Pour qu'il puisse travailler il lui faut une alimentation plus dense et rapidement prise en l’occurrence des céréales. Au XIX siècle on a compris que si les céréales étaient écrasées et éclatées elles étaient encore mieux digérées (pas de résidus intacts dans le crottin) et profitables.


Dernière édition par Philippe-du-75013 le Jeu 22 Juin 2017 - 18:36, édité 2 fois

________________________________________________________
"Ne participez pas à l’économie sans nécessité. Achetez aussi peu que possible. Réutilisez autant que vous le pouvez. Réduisez vos besoins physiques. Établissez des plans pour les réduire davantage" (Dimitri Orlov)


"Le sage ne peut recevoir ni injure ni outrage" (Sénèque)
avatar
Philippe-du-75013
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1332
Age : 62
Localisation : IDF
Loisirs : Natation, vélo (déplacements non sportifs)
Date d'inscription : 24/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par nooneelse le Jeu 22 Juin 2017 - 16:09

Oui c'est vrai qu'il y a les herbivores.... Ceci dit, le blé n'est pas bon pour les chevaux et les autres céréales, il faut donner à doses modérées il me semble. Après, pour moi, il y a une différence entre en manger un petit au bonheur la chance quand c'est disséminé au milieu de plein d'autres choses, et en manger comme le font les humains.
Au niveau de l'écrasement, je crois que c'est le cas de plusieurs graines de toute façon. A priori les céréales ont été introduites dans notre alimentation au moment du Néolithique (comme le lait), il y a près de 11000 ans. C'est donc assez récent dans l'histoire de l'évolution de l'homme. Surtout qu'au début je pense que les céréales étaient plus naturelles (pas de sélections génétiques) et qu'on en consommait pas autant que de nos jours. J'avais lu (et oui encore une lecture) qu'il fallait compter un peu moins de 40 000 ans pour que notre génome s'adapte à une alimentation.... Si c'est vrai, nous sommes loin du compte. Là encore, s'il y a des calés dans ces domaines, je suis preneur.
avatar
nooneelse
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 223
Date d'inscription : 21/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par Barnabé le Dim 25 Juin 2017 - 13:41

nooneelse a écrit:
nooneelse
Merci pour ce retour Barnabé et certaines explications.
Au niveau des fruits, je suis plus nuancé qu'à une époque. J'ai lu il y a peu, et cela m'a paru logique, que les fruits nous servaient l'été à faire des stocks (le sucre étant ensuite transformé en graisse) pour la saison froide.
Ca vous a paru logique ? Moi, ça me semble aberrant de ramener la consommation de fruits au seul fait de faire des stocks pour l'hiver. Les fruits amènent des vitamines, des fibres, des minéraux, des composés divers... Ils ont donc des bienfaits pour la personne qui les consomme, indépendamment de savoir s'ils permettent de faire des stocks ou non.

Par ailleurs, la référence à un passé indéfini me fait bondir également. A quelle époque, sous quelle latitude, dans quel régime alimentaire, dans quel mode de vie ? Pour faire des stocks pour l'hiver, encore faut-il avoir un hiver...

En plus, c'est une réflexion vraiment grossière de dire "on ne consommait pas de fruits en hiver". Les populations humaines ont su très tôt conserver les fruits par séchage. Pourquoi, par exemple, les populations amérindiennes arctiques mettent-elles des baies séchées dans leur pemmican, plat typique de survie hivernale ?

Et ce n'est pas parce que dans un passé indéfini, il n'y avait pas de fruits en hiver, qu'il ne faut pas manger de fruits en hiver. Ce n'est pas une réflexion logique, mais uniquement une réflexion passéiste, sur la base du postulat : "ce qu'on faisait dans le passé est forcément bon". Tout est forcément bon dans le passé ? Comme l'esclavage, les sacrifices humaines et le travail des enfants ?
Non, il faut se poser la question sans a priori, dans une logique scientifique : est-il bon à la santé de consommer des fruits toute l'année ?
Je n'ai pas la réponse mais il y a sans doute des études sur ce sujet. Avez-vous fait une recherche pour le savoir ?

Désormais nous avons des fruits en surabondance toute l'année, ce qui n'est peut-être pas forcément une bonne chose (et je ne parle pas des jus de fruits, à bannir).
Surabondance par rapport à quelle norme ?

Il y a quelque chose que je me demande au niveau de l'alimentation depuis un moment; Sommes-nous faits pour mangés des aliments transformés? On pense sucres raffinés (mais là j'ai ma propre réponse...) mais je me pose surtout la question pour les céréales. Est-ce que, naturellement, il y a des grands mammifères qui mangent des céréales (et je ne parle pas de farine)? Je ne compte pas les rongeurs et encore moins les oiseaux.
On ne peut pas raisonner sur les céréales en général, comme vous le faites.
Il faut distinguer entre :
- céréales complètes/céréales raffinées.
- vraies céréales (graminées) / pseudo-céréales
- céréales avec un fort taux de gluten (blé), faible taux de gluten, absence de gluten.
- céréales elles-mêmes, et leurs adjuvants (beaucoup de "céréales" pour le petit déjeuner contiennent bien des choses en plus des céréales, notamment beaucoup de sucre).

A priori les céréales ont été introduites dans notre alimentation au moment du Néolithique (comme le lait), il y a près de 11000 ans. C'est donc assez récent dans l'histoire de l'évolution de l'homme. Surtout qu'au début je pense que les céréales étaient plus naturelles (pas de sélections génétiques) et qu'on en consommait pas autant que de nos jours. J'avais lu (et oui encore une lecture) qu'il fallait compter un peu moins de 40 000 ans pour que notre génome s'adapte à une alimentation...

On retrouve ici l'argument passéiste : est bon seulement ce qu'on faisait dans le passé. Et encore une question : faut-il que notre génome s'adapte à notre alimentation ? C'est quand même étrange comme réflexion, il faudrait qu'on évolue pour s'adapter à notre alimentation. Je poserais plutôt la question de la façon suivante : quelle alimentation est bien adaptée à notre nature humaine ?
Imaginez deux secondes qu'on invente de nouveaux aliments dont les bienfaits pour la santé sont énormes : en les consommant on vit jusqu'à 120 ans en pétant la forme. Faut-il ne pas les consommer au motif qu'on ne les consommait pas il y a 40 000 ans ?
Non, c'est encore la même réflexion passéiste, donc la même absence de logique. La seule bonne question est : leur consommation apporte-t-elle des bienfaits pour la santé ? Le fait que ça soit un aliment consommé "préhistoriquement" est peut-être un indice mais certainement pas une preuve de leur effet favorable ou non.

Petite digression : dans l'antiquité, au moyen-âge et jusqu'à un passé récent, on appliquait la "médecine des semblables". Par exemple, la pulmonaire est appellée comme cela parce que ses tâches évoquent l'apparence d'un poumon ; donc elles doivent soigner les poumons, pensait-on. Aujourd'hui, cette logique nous semble enfantine, et l'on se demande comment nos ancêtres pouvaient avoir des réflexions aussi anti-scientifiques. Mais l'argument "on le faisait dans le passé donc c'est forcément bon" est tout aussi déficient au niveau de la logique.

Concernant la consommation de "céréales" et autres plantes riches en amidon, je vous rapporte une anecdote instructive. Les chasseurs-cueilleurs de Bornéo, popularisés par l'explorateur suisse Bruno Manser, ont une tradition : ils trouvent un sagoutier (famille des palmiers), en extraient la moelle, la râpent, la lavent, la pressent et la font cuire. C'est énormément de travail, et pour quoi ? Pour trouver une plante riche en amidon, l'équivalent de nos céréales. Parce que cela leur apporte des calories et une variété dans leur diète. Ainsi, ces personnes qui n'avaient jamais vu d'homme blanc il y a encore quelques décennies, qui vivent le mode de vie "chasseur-cueilleur" on ne ne peut plus pur, ont dans leur alimentation traditionnelle un rituel complexe et leur prenant beaucoup de temps, pour consommer une plante riche en amidon, pour fabriquer de la "farine" ? Ca fait réfléchir vous ne trouvez pas ?

Beaucoup de peuplades traditionnelles consomment des céréales, des tubercules riches en amidon, etc. Si cela les rendait malade, ce comportement aurait été abandonné depuis longtemps.

Même problème de logique concernant la consommation de produits laitiers, qui serait mauvaise parce que datant seulement de l'introduction de l'agriculture. Les populations agricoles n'ont-elles pas prospéré au point d'envahir le monde ? Si c'était vraiment nocif à la santé, ces populations n'auraient-elles pas dû régresser et disparaître (ou abandonner ce comportement délétère à temps pour se sauver) ?

Autre réflexion du même tonneau : les deux régimes appliquées par des populations bien réelles et connues, qui permettent de vivre très vieux, sont le régime crétois et le régime d'Okinawa. Comment se fait-il que ces populations recordmen du monde en longévité et en bonne santé consomment des céréales (le blé et autres, pour la Crète, le riz pour Okinawa) ? Que les crétois consomment des produits laitiers ?

Non, je veux bien que les produits laitiers et les céréales puissent causer des problèmes de santé lorsqu'ils sont consommés en excès ou trop raffinés ; ou encore spécifiquement chez certaines personnes. Mais écarter des aliments qui font partie de la diète des populations recordmen du monde en longévité, sur la seule base d'une logique purement passéiste qui voudrait écarter toute nourriture postérieure à l'agriculture, c'est quand même un sacré aveuglement !

Encore une autre réflexion : j'ai vu un documentaire intéressant : deux vrais jumeaux, tous deux médecins, se posent la question : glucides ou lipides ? Selon les pays, le dogme de la bonne alimentation charge le gras ou les glucides de tous les maux.
Ils font l'expérience sur eux-mêmes pendant un mois. L'un a un régime sans gras mais avec glucides ; l'autre avec gras mais sans glucides. Même si ce n'est pas hyper-scientifique, le documentaire est intéressant. Le frère qui consomme du gras se révèle notamment beaucoup moins bon sur une épreuve sportive et sur une épreuve intellectuelle. Eh oui, les muscles ont besoin de sucre, le cerveau a besoin de sucre, l'oublier serait quand même un sacré aveuglement.

Aujourd'hui, j'en suis rendu de mes réflexions à : manger varié et équilibré, sur la base du régime méditerranéen. Je mange un peu de produits laitiers (surtout chèvre et brebis) mais jamais de lait cru ; et je mange des céréales, mais aussi complètes que possible, et en les variant (riz, quinoa etc.).

Les personnes qui ont des symptômes qui peuvent évoquer une intolérance aux produits laitiers ou aux céréales ont sans doute intérêt à essayer un régime sans (notamment le fameux régime paléo), et à voir si leurs symptômes disparaissent. Celles qui n'ont pas ces problèmes devraient quand même réfléchir avant de bannir, sur des arguments passéistes donc non-logiques, ces aliments qui ont rendu des populations centenaires... Et avant de bannir, on peut essayer d'agir avec nuance : diminuer les produits laitiers, prendre des produits de chèvre et de brebis et non de vache; diminuer les céréales et essayer de consommer autre chose que du blé (avoine, sarrasin, seigle, riz, quinoa...).


Dernière édition par Barnabé le Dim 25 Juin 2017 - 20:58, édité 2 fois
avatar
Barnabé
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 5310
Localisation : Massif Central
Date d'inscription : 28/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par serilynpayne le Dim 25 Juin 2017 - 18:53

1m81 97 kg fin décembre 2016 
taille inchangée  89 kg aujourd'hui 
54 ans 

pas sportif mais actif toute l'année .

J'ai supprimé le pain et les fromages de vache (pourtant j'aime bien) . J'ai perdu tranquillement du poids , j'ai considérablement amélioré mon transit intestinal et je me sens en meilleure forme .
Je ne mange quasi jamais de produits transformés industriels , pas de sodas , quand même pas mal de viande (trop) , pas de sucres raffinés (ou peu) .

Je suis d'accord avec Barnabé sauf que notre société ne va pas dans le sens qu'il décrit , malheureusement . L'industrie agro alimentaire ne va pas dans l'avenir et déjà depuis une 40 aine d'année nous proposer des produits plus sains . En fait ils le sont au niveau sanitaire pur mais pas au niveau de la qualité de production .
On nous ment sans nous mentir . L'étiquetage va nous donner la provenance , le type , l'atelier de transformation , une DLC ou une DLUO , la date limite de vente , mais pas ce que contient le produit .

Nous ne connaissons pas les règles de production , même en bio . On serait surpris de voir la quantité d'antibiotiques donnée aux poulets , aux différents traitements des tomates , aux produits utilisés dans la viticulture ...

Difficile avec tout ça de manger sainement . Bien sur il y a l'ultra local , mais là du coup on perd sur la qualité sanitaire pure , et ce n'est pas accessible à tout le monde 

à lire : http://www.albin-michel.fr/ouvrages/foutez-nous-la-paix-9782226321879

________________________________________________________
Lorsque je revois un film sur Jeanne d'Arc , chaque fois je me dis - c'est idiot- elle va s'en tirer... ce n'est pas possible .
avatar
serilynpayne
Animateur

Masculin Nombre de messages : 3216
Age : 54
Localisation : Duché de Savoie
Emploi : éleveur de biches
Date d'inscription : 16/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par nooneelse le Dim 25 Juin 2017 - 21:29

Pour moi il ne s'agit pas de dire que le passé était mieux. Juste bien différent au niveau alimentation. Les récoltes poussaient comme elle pouvaient (pas d'engrais chimiques), les cultures ne faisaient pas des dizaines d'hectares comme maintenant, la récolte était plus longue à faire car pas d'engins modernes, la transformation des céréales en farine était aussi plus longue que maintenant ainsi que la confection des aliments dérivés car pas de machines pour le faire. Sans compter que la qualité nutritive était sans doute meilleure à l'époque car pas de sélection pour avoir plus de gluten (exemple du blé) ou de traitement chimique ou de cueillette avant que les fruits/légumes soient mûres (comme c'est le cas actuellement).
Désormais, tous les jours de l'année, si l'on veut, on peut manger 3 ou 4kgs de fruits, et de fruits qui ne sont pas forcément de saison.
Je suis convaincu que ce n'était pas le cas avant. Surtout que beaucoup de fruits sont modernes et soit n'existaient pas, soit n'étaient pas aussi faciles à manger (poires et pommes que l'on m'avait donné en exemple à une époque).
C'est pour cette raison que je dis que notre génome n'est pas forcément adapté à autant de glucides que le permet notre alimentation moderne (maximum 200 ans). Il y a des ouvrages sur le sujet (je suis d'accord qu'il y en a sur tous les sujets...).
Pour résumer: durant des dizaines de millénaires l'homme n'a pas eu certains types d'aliments dans sa ration quotidienne, ou alors très peu. Et l'humanité à réussi à survivre et à "évoluer". Depuis fin 19ème ou début 20ème siècles seulement (naissance de l'industrie agro-alimentaire) une abondance est arrivée.  C'est à dire très récemment dans l'histoire de l'homme. Et en plus, pour des questions de finances on joue sur la qualité. Je dis donc juste que si l'homme a pu se passer pendant aussi longtemps de certains aliments et survivre, c'est que ces aliments ne sont pas "vitaux" comme l'industrie veut nous le faire croire. Et qu'il n'y a pas besoin d'en consommer autant, tous les jours.
Et oui je pense que nous devons, comme tout animal, s'adapter à notre environnement et l'alimentation en fait partie.

Pour les céréales je ne parle pas de celles du petit déjeuner...à bannir pour moi pour le sucre rajouté.
Je ne parle pas des assimilées céréales (quinoa, sarrasin etc).
Et je ne parle pas de l'effet du gluten (autre sujet pour moi) mais de la partie glucide des céréales.
Il suffit de voir les chariots des gens dans les grandes surfaces ou les plateaux repas sur les lieux de travail.....
Petit déj: viennoiseries, brioches, pain, biscottes, craquottes etc... glucides. Jus de fruits:glucides. Confiture: glucides (dont la moitié en raffinés). Céréales en boite: glucides +++
Repas de midi: pain, pâtes/pizza/quiche/cake/sandwiches: glucides.Il y a des légumes je vous rassure. Dessert sucré (yaourt, glace, gâteau/pâtisserie: glucides.
Eventuellement un petit goûter avec les collègues, les enfants: bonbons, chocolats,biscuits, barres de céréales: glucides. Le soir: pain, féculent (avec légumes aussi lol), dessert. Encore des glucides. Un petit carré de chocolat ou des petits gâteaux devant la TV le soir: glucides. Et cela tous les jours. Sans parler de l'alcool éventuel et du grignotage apéro.
Sachant que je n'ai pas cité les fruits qui apportent aussi des glucides (différents et avec des nutriments certes mais des glucides quand même).
Je doute vraiment que, ne serait-ce que 1000 ans en arrière, les hommes aient consommé autant de glucides au quotidien. Sans compter que leur activité quotidienne était autrement physique...
On peut en dire presque autant avec les laitages: verre de lait, café au lait, chocolat au lait à boire, desserts lactés, fromage (fondu dans le repas ou à la fin du repas), chocolats à manger, glaces l'été (hors sorbets aux fruits). Mais ce sont nos amis pour la vie (bizarrement depuis pas si longtemps que cela...). Et en hiver c'est pire: raclettes, fondues, tartiflettes....

J'ai vu le documentaire avec les jumeaux. Pas forcément convaincu. Je suis d'accord pour dire que le cerveau a besoin de sucre. Si je ne me trompe pas, le corps peut produire des glucides à partir des lipides (néoglucogenèse ?). Par contre il ne peut pas produire de lipides et doit en recevoir de l'extérieur (sous forme de gras ou de sucre transformé en gars). Si j'ai faux n'hésitez pas à me corriger. Le documentaire est pour moi faussé car il part de cobayes dont l'organisme est déjà habitué, saturé de sucre. Et il faut du temps pour que le corps change son mode d'apport en énergie (voir le régime cétogène il me semble) Il aurait fallu faire la même chose par exemple sur des personnes qui ne consomment pas de sucre. Mais ce n'est que mon point de vue.

Je ne connais pas assez les deux régimes cités. Il faudrait voir les quantités de céréales et laitages consommés. Ainsi que la qualité. Et pas sur ceux qui ont 40 ans maintenant mais ceux qui ont vécu 100 ans. De plus, autre point à voir. Est-ce que leur régime est la seule différence avec "nous". Est-ce qu'il n'y a pas un autre environnement, une autre approche de la vie etc... qui peuvent induire moins de stress.
Les centenaires qui ont eut ces régimes ont grandi à une époque où il n'y avait pas forcément cette abondance (mondialisation des aliments, supermarchés etc). Ils ont grandi à une époque où il y avait moins de véhicules, ascenseurs etc... En gros à une époque où ils faisaient plus d'exercice que maintenant, mangeaient sans doute moins que nous maintenant. Alors oui ils ont connu une médecine peut-être moins efficace, des guerres etc mais leur mode de vie était bien différent. Et pour expliquer leur longévité, il faudrait étudier tout ces facteurs (peut-être que cela a été fait...). Certaines tribus ont vu leurs jeunes vouloir rejoindre la civilisation. A adopter le mode de vie "occidental" (alimentation et autre) ces jeunes ont fini par souffrir des maladies dites de civilisation. Pour ceux qui sont retournés dans leur tribus, et repris le mode de vie ancestrale, les maladies ont disparu. (JE peux citer le livre pour ceux qui le veulent mais j'ai la flemme de faire la recherche maintenant).
Au niveau des laitages, beaucoup de populations asiatiques n'en n'ont pas à la base dans leur alimentation (même si ça vient). J'ai une collègue coréenne et une vietnamienne. Pourtant ils survivent sans problème.
Pour ce qui est de l'argument que si cela était vraiment nocif les populations auraient du disparaitre, je ne suis pas d'accord. Au début la consommation est faible car les quantités produites sont limitées (pas de moyen industriels, d'élevages intensifs etc). De plus, pas de moyen de conservation moderne. On ne consomme donc qu'un petit peu. Les effets "nocifs" ne sont donc pas forcément visibles ou alors attribués à autre chose car pas jugés comme problématiques.

Pour ce qui est de l'aliment qui fait vivre jusqu'à 120 ans.... On ne mangerait que cela? Il aurait tout ce qu'il faut en lui pour couvrir tous nos besoins (quelque soit le sexe, l'âge et l'activité de l'individu)? Si oui je pense qu'il y aura des effets secondaires: quid de l'organisme qui devra durer si longtemps? Est-ce que notre corps en est capable mécaniquement? Et puis nous n'aurons peut-être plus besoin du même tube digestif (de la bouche à l'anus) si c'est tout le temps le même aliment et qu'il nous suffit. L'humain évoluera donc pour s'adapter à cela (plus besoin d'intestins aussi longs par exemple ou de toutes les dents). Sans compter qu'il faudra que la mémoire suive aussi pour retenir 120 années de vie. Est-ce que le corps et l'esprit survivraient à devoir travailler jusqu'à 90 ans? (bon là je m'égare).

On retrouve les dents des hommes préhistoriques. Je ne suis pas sûr que l'on retrouve nos dents dans 100 00 ans (je ne parle pas des plombages) et en tout cas pas aussi bien conservées.

Il est difficile de nos jours d'avoir un regard objectif, impartial et honnête sur l'alimentation. L'industrie agro-alimentaire représente tellement d'argent et d'emplois qu'elle ne peut pas se permettre d'être remise en cause. Il y a donc des études biaisées car payées par ces industries. Il y a ensuite ceux qui veulent vendre leur méthode, leur régime. Encore une notion d'argent. C'est pour cette raison que je me réfère au passé. Il y a 30 000 ans et plus, l'argent n'existait pas et ne venait pas tout fausser. Nous avons perdu notre savoir ancestral de savoir quoi manger, quels aliments combiner pour éviter les carences etc.... Comme il est difficile de se fier aux industriels et politiques (et aux scientifiques) je me base sur une époque non polluée par l'appât du gain. Et j'ajuste au fur et à mesure de mes lectures ou des découvertes et des scandales de corruptions des scientifiques. Je vois aussi par rapport aux effets ressentis si je supprime telle ou telle chose (quand j'arrive à m'y tenir (très dur pour le sucre)).

Pour conclure et résumer: l'alimentation de nos ancêtres très lointains a fait ses preuves car l'espèce a survécu. Notre alimentation moderne dans sa phase 2 (phase 1 apparition de l'agriculture, phase 2 apparition de l'industrialisation de l'agriculture) est trop récente à mes yeux pour pouvoir dire qu'elle est bonne pour la survie de l'espèce. Quand je vois les maladies dites de civilisations, je suis persuadé du contraire. Mais elle n'est pas le seul facteur à entrer en ligne de compte. Même si c'est notre autre source d'énergie (avec l'air que nous respirons (pas génial non plus)).

Désolé si mon discours est embrouillé mais j'ai travaillé 12 heures donc pas évident en étant debout depuis 3h00 du matin....
avatar
nooneelse
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 223
Date d'inscription : 21/11/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par Canis Lupus le Dim 10 Déc 2017 - 16:49

Je salue l'effort de certains pour perdre du poids, moi j'aimerais gagner du muscle !  mrsgreen Non Wasicun, je n'ai toujours pas commandé de palette de créatine !

Petite astuce pour faire de l'exercice : dans les transports en commun, restez debout sans appui. En tram/métro c'est facile, en bus beaucoup moins ! Je passe presque 7h par semaine ainsi à écouter des podcasts et à travailler mon équilibre dans les transports en commun.

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤
avatar
Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3726
Age : 33
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par strinkler le Ven 15 Déc 2017 - 9:45

salut a tous, 

félicitation a tarsoni pour ce retex et pour le travail entrepris pour sa santé. 
pour ma part j'ai fait cet exercice il y a déjà quelques années. je peut confirmé la difficulté globale pour une perte de poids, difficulté qui n'est probablement pas imaginable pour quelqu'un qui n'y a pas été confronté. 

vous avez beaucoup parlé de la période de perte de poids, mais la période de maintient n'est pas non plus aisé, l'objectif atteint ne signifie pas relâchement, au contraire l’hygiène de vie doit continuer sous peine naturellement de reprendre. c'est aussi difficile car les addictions qui on été la cause de la prise de poids sont toujours la,pour ma part le sucre me rend completement dingue.
 Alors évidement on peut permettre un léger relâchement, mais il faut bien resté conscient sous peine de tout reprendre. Pour ça il faut éviter les régimes "haricot vert en boite / sauce tomate"  qui réponde a une facilité de préparation mais qui amène vite une saturation et provoque la rechute, le passage par la cuisine est nécessaire, pour diversifier l'alimentations. j'engage même les gens a re-goûter des aliments qu'ils n'on pas touché depuis de nombreuses année par dégoût, car les gout changent avec l'age.

aussi, j'ai lu a plusieurs reprise des commentaires du genre "cette sensation de faim insupportable" .  la sensation de faim est désagréable, mais tout a fait normale, c'est juste qu'on y est plus habitué. laissé vous convaincre qu'elle est normal quelque temps avant vos repas et qu'au contraire si vous ne l'avez pas a vos heure de repas, c'est que vous avez trop mangé avant.
avatar
strinkler
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 750
Localisation : rouen
Emploi : Chef d'équipe, technicien de maintenance indus, palfrenier soigneur.
Loisirs : art martiaux, tir.
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par NonoMacbill le Sam 16 Déc 2017 - 15:06

Tout à fait d'accord avec Strinkler. J'ai, moi-même, suivi un régime pour accompagner ma femme dans le sien. Je pesais 80 kg pour 1,72 m. Je suis descendu jusqu'à 69 kg. Hélas, entre temps, j'ai arrêté de fumer ce qui fait qu'aujourd'hui, je pèse 74 kg. J'ai été victime de fringales qui m'on fait dériver. Aujourd'hui, Je reprends le régime pour redescendre à 69 kg.

L'aliment qu'il convient de supprimer de nos repas, c'est le sucre. Je l'ai remplacé par de la stévia en poudre. Elle a un petit arrière gout de réglisse mais cela ne se sent pas trop si vous n'en abusé pas.

Notre régime type :

Petit déjeuner :
- un verre de jus d'orange, sans sucre ajouté.
- 2 pains au lait.
- 1 fromage blanc.

Déjeuner :
Un plat viande ou poisson avec féculent.
1 fromage blanc.

Dîner :
1 plat de viande ou poisson avec légumes.
1 petit pain.
1 compote sans sucre ajouté.

Le problème, aujourd'hui, c'est que nous sommes faignant et mangeons trop de plats tout préparés. Sauf que ces plat comporte, en autre, du sucre. De plus, avec le temps, la taille des assiettes n'a cessé de grandir. Autrefois, les assiettes mesuraient 18 cm de diamètre. Aujourd'hui, ces même assiettes mesurent 24 cm de diamètre. Bien sûr, nous avons tendance à les remplir. Préférer manger dans des assiettes à dessert qui font 18 cm de diamètre.

Comme le dit Strinkler, la sensation de faim quelques temps avant le repas doit être tout à fait normale.

Il faut manger moins !
En plus, cela fait faire des économies Laughing
avatar
NonoMacbill
Membre

Masculin Nombre de messages : 63
Age : 58
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 19/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par strinkler le Dim 17 Déc 2017 - 10:40

salut,salut 

NonoMacbill si tu veut aller plus loin :

remplace le pain au lait par de la baguette ou une tartine de pain tranché beurré, le pain au lait est très sucré, et la farine très raffiné, la charge glycémique est faible, provoquant une sensation de faim précoce. tu peut remplacer le jus d'orange qui n’apporte que du sucre "et du réconfort" par une compote qui apporterons des fibres, qui permette d’augmenter la sensation de satiété.

le matin ou le midi tu peut manger un morceau de fromage qui apporte des gras complexe et qui sont assimilé lentement par l'organisme, surtout pas de fromage le soir.

au déjeuné et au diner il faut que tu ajoute des legumes dans l’idéal, un legume cru et un legume cuit, pas de préparation industriel qui sont enrichie en sucre et en graisse. la salade en sachet, un demi concombre une tomate... et ajoute une compote en desert

au diner privilégie le poisson et la viande au midi

bien sur ni mayo ni ketchup, mais tu peut utiliser de la moutarde forte, la douce et mi douce est mélangé a de l'huile.  

et dernière chose: pour ma part j'utilise énormément les épices curry, paprika poivre ... encore a éviter les preparation d’épice qui sont souvent trop riche en sel.

les assiettes repas sont a bannir, meme celle qui on peu de calorie, car il y a toujours de la sauce du coup le volume d'aliment avalé ne satisfait pas l'estomac.

après la difficulté est de varié les aliment pour éviter la lassitude.
avatar
strinkler
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 750
Localisation : rouen
Emploi : Chef d'équipe, technicien de maintenance indus, palfrenier soigneur.
Loisirs : art martiaux, tir.
Date d'inscription : 13/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par NonoMacbill le Lun 18 Déc 2017 - 7:37

strinkler, Merci pour ces infos.


Je vais modifier mon petit déjeuner avec du pain et un peu de fromage.
avatar
NonoMacbill
Membre

Masculin Nombre de messages : 63
Age : 58
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 19/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par a.blabla le Mer 20 Déc 2017 - 10:55

Bonjour,

J'ai perdu une vingtaine de kilos en moins d'un an qui s'étaient lentement mais sûrement installés avec l'âge et la sédentarité en appliquant une version très largement modifiée du régime paléolithique.

Je me suis lancé à un moment où j'avais quelques maux de ventre passagers, d'où une perte d'appétit.

Alors que, me levant tôt (4H00-4H30) j'attendais le petit déjeuner avec impatience, je l'ai éliminé (petit dej = céréales industrielles type weetabix + lait). Ensuite, j'ai ralenti la viande, la charcuterie et les pâtisseries industrielles ; les céréales et les féculents idem. J'ai diminué le nombre de fois où je me ressers, et tant pis si les gamins font du gâchis Voilà pour la partie moins. J'ai bien-sûr dû tenir compte de la partie sociale (notamment ma douce moitié qui n'a pas voulu me suivre sur ce chemin). Voilà pour les moins.

Pour la partie plus : ma part de légumes a très nettement augmenté. Exemple : à la cantine du boulot, je prends généralement une grande assiette de crudités (accompagnée ou non de thon, maquereau...), ou alors juste les légumes du plat principal.  En fromage, j'ai privilégié les chèvres.

Le problème des légumes étant qu'ils ne tiennent pas tant que ça au corps (c'est mon ressenti), je complète, en cas de petite faim, d'amandes.

J'en suis globalement au résultat que je voulais question poids : 87 Kg pour 1,86 cm, soit mon poids d''il y 20 ans, à l'époque où j'étais triathlète. La perte de poids étant nécessaire pour reprendre le sport sans trop faire morfler mes genoux arthrosés (j'ai très nettement moins mal maintenant). Un point positif est également que je passe nettement moins souvent à la selle (peut-être l'arrêt du lait ?).

En fin de compte, c'est plus la partie sociale qui m'a le plus embêté : pour la famille j'étais fou, pour leur médecin je faisais n'importe quoi et j'allais avoir des carences (j’étais conscient de la carence potentielle en vit. D). J'ai eu une prise de sang récemment, et mis à part un peu de manque de fer (pouvant s'expliquer par un don du sang récent), tout est au poil.

Pour la partie "sensation de faim", qui est souvent problématique, les amandes, l'ont comblée comme dit plus haut. J'ai d'ailleurs tendance à dire que je ne fais pas un régime, mais que j'ai modifié mon régime alimentaire.

Voilà pour mon expérience.


Dernière édition par a.blabla le Mer 20 Déc 2017 - 10:57, édité 1 fois (Raison : gros doigts sur le clavier :-))

a.blabla
Membre

Masculin Nombre de messages : 5
Localisation : Entre Tamanrasset et Vladivostok
Date d'inscription : 19/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par Canis Lupus le Mar 26 Déc 2017 - 23:08

strinkler a écrit:remplace le pain au lait par de la baguette ou une tartine de pain tranché beurré, le pain au lait est très sucré, et la farine très raffiné, la charge glycémique est faible, provoquant une sensation de faim précoce.
Je rajouterais que le pain blanc est assez néfaste pour la santé (notamment par la prise de poids, le manque de fibres), il faut plutôt lui préférer du pain demi-complet voir complet.  clind'oeil

________________________________________________________


¤  "Rien ne sert de courrir, il faut partir à point." - La Fontaine  ¤  Très cher BOB ...  ¤  "An ounce of action is worth a ton of theory."¤
avatar
Canis Lupus
Membre fondateur

Masculin Nombre de messages : 3726
Age : 33
Date d'inscription : 16/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://fullspectrumpreparedness.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par a2pir le Mer 27 Déc 2017 - 15:39

et fait au levain le vrai
car c'est une fermentation lactique et non alcoolique comme avec la levure
avatar
a2pir
Membre

Masculin Nombre de messages : 147
Age : 57
Localisation : bretagne / 35
Date d'inscription : 09/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Retex] Gras, bedaine, risque des maladies de civilisation

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum