L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par tarsonis le Ven 4 Nov 2016 - 8:37

Salut à tous !

Cela faisait assez longtemps que je voulais poster un petit article sur l'Urbex.

C'est à mon goût une activité passionnante et qui présente à de nombreuses reprises des similitudes avec notre thématique voire des situations de vie urbaine en conditions dégradées. Entres autres, c’est l'occasion « idéale » pour de mettre en situation son mental, ses compétences et son matériel en s'affranchissant d'une grande partie de la civilisation, mais sans en rester très loin.

J'ai passé la centaine d'explorations aux quatre coins de la France; des châteaux en ruines aux souterrains d'anciennes mines de potasse, en passant par les usines et manoirs abandonnés.
Il y a une dizaine d'années, l'activité était plutôt intime et il fallait compiler des dizaines d'heures de recherche avant d'obtenir une seul indice. De nos jours, elle s'est largement démocratisée via les photographes à la recherche de lieux authentiques ainsi qu'avec la presse grand public.

Je profiterai donc de l’occasion pour présenter la composition de mon kit EDC spécialisé. Comme pour la plupart des mes retex sur Oldu, j'aborde la chose sous un angle "testé et éprouvé", mais sans oublier le côté "abordable"; car il faut toujours envisager de devoir se séparer de son matériel.
Comme pour le BOB, la plupart des éléments ont été ajoutés lorsqu'ils m'ont réellement manqués; l'ensemble est lourdement purgé de son superflu.
J'espère montrer qu'avec le minimum d'investissement on est capable de se tirer de la plupart des situations critiques que présente cette activité et, pourquoi pas par extension, de certaines situations critiques d'environnement dégradé.

Qu'est-ce que l'Urbex ?

C'est le diminutif de Urban Exploration, l'exploration urbaine.
Il ne s'agit pas d'arpenter les villes en tongues, mais plutôt d'explorer les lieux abandonnés de notre civilisation. Les endroits à découvrir sont appelés "spots".

Il y a plusieurs motivations, je vais donner quelques unes des miennes :
- Il y a un énorme aspect historique. La plupart des lieux que j'ai visités sont chargés d'histoires. Que ce soient de hauts fourneaux métallurgiques de la fin XIXe, des centres de traitement des tuberculeux perdus dans les montagnes ou d'époustouflants manoirs du début XXe, chacun a une âme, ayant accueilli toutes sortes de personnes, des métiers et d'événements.

Exemple avec cette petite chapelle perdue :


ou avec des machineries diverses et variées :



Ces lieux sont abandonnés, mais souvent très bien conservés tant qu'ils restent dans le secret. Ce sont donc presque des musées à ciel ouverts, perdus dans la nature. A ceci près qu'il ne s'agit pas d'une reconstitution, mais bien de lieux réels, authentiques, et "préservés" en l'état.


De nombreux spots ont ainsi été complètement figés à une époque précise. Il n'est pas rare de trouver une pièce avec une atmosphère années 50, une salle du 19e tant sur les meubles, la tapisserie, que des livres, des photos, ou même des écrits personnels !

 

Enfin, je suis un invétéré des anciennes technologies, à cheval entre le Steampunk/DieselPunk et l'ambiance post apo de l'univers des premiers Fallout. La mise sous cloche de ces mondes abandonnés permet d'entrer en contact avec toutes sortes d'objets d'un autre temps clind'oeil


J'apprécie les lieux anciens, par leur architecture, leurs matières, et leur façon de vieillir. Il y a parfois une atmosphère de complète liberté de déplacement. Vous pouvez vous dire "Tiens, j'aimerais bien monter dans cette tour !" puis le faire la seconde d'après alors qu'en lieu civilisé votre envie restera une pure vue de l'esprit.

Il y a très souvent un mélange subtil -voire surréaliste- entre paysages naturels et structures humaines, qui pose le questionnement : "Que reste-t-il de notre monde lorsque la nature reprend ses droits ?".



La photo immortalise en quelques sortes un lieu au moment de sa visite. Il y a donc une course contre la montre entre le moment où vous entendez parler d’un lieu et le moment où vous le visitez.

Bien entendu, cette activité est particulièrement tenue secrète, tant sur la localisation des lieux que sur les retex proposés par les urbexeurs. Quelques-uns pourront proposer un indice tordu dans leur reportage photo (un cliché contient une info dans le EXIF, ou un détail en arrière plan trahit un peu la ville), mais la plupart du temps c'est un travail de recherche qui s'apparente à une vraie chasse au trésor.

Par exemple, avant qu'une andouille révèle la position du Manoir à la Verrière, le seul indice disponible tenait sur cette photo :



Les Urbexeurs ont souvent une mauvaise image, car on les assimile à la dégradation. C'est faux pour ceux qui ont une éthique communément admise : Il ne faut en aucun cas transformer le lieu, voler quelque chose, ou détruire ne serait-ce qu'un meuble ou une porte barrant le passage. J'ai déjà fait plusieurs dizaines de km en restant planté devant l'entrée d'un spot sans rien envisager parce que le seul accès était muré. Il aurait bien entendu été possible de briser une ou plusieurs fenêtres, mais cela n'aurait pas été fairplay vis à vis du propriétaire, mais aussi du spot.

Ils ont en revanche pas mal d'homologues "explorateurs" qui s'en distinguent :
- les airsofteurs, qui trouvent dans les lieux abandonnés à la fois un terrain de jeu relativement "réel", et la tranquillité requise pour la journée.
La plupart du temps, cela se passe bien quand on se croise. De temps et temps, ils se montrent très dangereux car "on empiète sur leur terrain" (phrase véridique), et n'hésitent pas à orienter quelques tirs (sans protection) vers les urbexeurs pour les décourager d'approcher, j'ai eu un beau bleu dans le cou, et ça a été assez pénible de discuter après sans en venir aux mains.
- Les graffeurs. Ceux qui taguent par passion se remarquent assez vite par le fait qu'ils dégradent quasiment jamais un spot de valeur pour les urbexeurs. Au contraire, ils ont souvent tendance à choisir de grands murs de béton dans les usines désaffectées. Cela donne de bonnes surprises à certains endroits. Au lieu d'explorer un immense local vide, vous trouvez plutôt :


ou :

Je me suis d'ailleurs toujours demandé si ce dernier n'était pas inspiré de Klimt :


- Les "ferrailleurs"/"antiquaires" : en gros, quand un internaute donne la localisation d'un spot, il faut compter quelques semaines avant qu'il ne soit totalement ravagé.
On reconnaît la trace des récupérateurs car ils sont très méthodiques : les murs sont détruits pour récupérer fils électriques et canalisations, les robinetteries et radiateurs ont disparu, ainsi que les cadres de portes. J'en ai déjà entendu à certains endroits, et ai préféré partir plutôt que de tomber nez à nez avec des individus en train de démolir les murs à la masse....


Donc au contraire de la réputation des urbexeurs, décriée par la plupart des médias, il y plutôt des gens qui explorent par passion en prenant des photos, et des gens avec moins de scrupules qui pillent, et d'autres qui peignent les murs (assimilés également aux simples tags) mais tout le monde est mélangé dans le même sac, particulièrement lorsque l'on tombe sur les forces de l'ordre.
Pourtant, la plupart des explorateurs ont une intention culturelle car ils réaliseront pour la plupart une forme de témoignage ou d'hommage au lieu avant qu'il ne soit, fatalement, complètement détruit.


Certains bloggeur divulguent sans scrupules les adresses une fois qu'ils ont visité un spot.
Exemple : Le Manoir au piano, "d'origine" ;


Et ma 2e visite :


J'ai eu la chance de le visiter avant qu'il ne soit "connu". Il fallait alors plusieurs jours de recherche en croisant pas mal d'info. Le spot, même après plusieurs années d'abandon, était intact.
Puis, quelques semaines après, des "bloggeurs", se mettent à divulguer des indices. Par exemple, citer "gsv" dans le titre et les tags quand un internaute demande la localisation dans les commentaires. Il n'y a en gros qu'une seule ville correspondant à cet acronyme. C'est peut être une coïncidence, mais trois semaines plus tard, j'y suis retourné, tout avait été saccagé ou volé.

Ceux qui veulent voir l'évolution n'ont qu'à comparer les photos du piano avant/après. L'adresse a vite été connue, et lorsque j'ai commencé la rédaction de cet article, il a complètement brûlé...


Un des sanatoriums alsaciens a été littéralement mis en pièce dès que le nom en a été divulgué sur youtube. Un second sanatorium semi-abandonné à proximité a pris les devants en murant l'ensemble de toutes les entrées.

Enfin et surtout en milieu urbain, il ne faut pas oublier que les bâtiments abandonnés ont de fortes chances d'êtres investis par les sans abris. Je n'ai personnellement eu aucun problème, en allant principalement à leur rencontre, mais il n'est pas impossible que votre visite soit prise comme une intrusion sur un territoire.

L'éthique, la loi, le bien et le mal....

Contre toute attente, il semblerait y avoir un vide juridique concernant cette activité en France (attention pour le droit concernant les autres pays).
Il n'est pas question ici de domicile mais de propriété, et l'introduction dans une propriété privée n'est pas punissable. En revanche, ce qui peut l'être est l'introduction par effraction, la dégradation ou le vol. C'est à dire que si vous vous tenez à une éthique d'Urbexeur de passion qui ne tague pas son nom à tout bout de champ ni ne casse des fenêtres pour entrer, la maréchaussée ne peut théoriquement - au vu de mes recherches actuelles ainsi que mon expérience de terrain - que vous demander de quitter les lieux. Même si bien entendu, on peut trouver sur le net des témoignages de personnes ayant passé un sale quart d'heure en garde à vue.... cela peut se comprendre au vu de la vitesse à laquelle les spots se dégradent.

J'ai épluché le web à la recherche d'information, tout semble s'orienter dans cette voie, mais je serais intéressé d'avoir l'avis des experts juridiques du forum.

http://www.juristudiant.com/forum/violation-domaine-public-t16780.html
http://ckzone.org/showthread.php?tid=12687
http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2012/11/11/avec-des-explorateurs-urbains-entrer-cest-quune-etape-236736

Certains propriétaires sont "coulants" en ajoutant le panneau "à vos risques et périls".
Sommairement, ils ont un besoin de restriction pour à la fois éviter les voleurs, mais aussi les éventuelles poursuites de la part des imprudents (raison pour laquelle certains châteaux en ruines en Alsace sont maintenant inaccessibles).
Il s'agit en général de personnes ayant hérité d'un ancien manoir alors qu'ils vivent à plusieurs centaines de km. Il n'y a pas de projet de mise aux normes, de réparation (aux frais du propriétaire...), ou de revente. Certains lieux peuvent être figés en l'état depuis plusieurs dizaines d'années.

Je vais donc ma baser sur ce dernier point afin d'être en accord avec la charte. (A noter que ceci ne s'applique plus bien entendu dans le cadre des terrain à accès réglementés (militaires, SNCF, site Seveso, etc...).
Attention cependant car certains gardiens pourront présenter des connaissances réduites de ce fait et confondre domicile avec propriété en appliquant ce qu'ils pensent exact de la loi. Il est toujours préférable de discuter calmement, admettre juste prendre des photos par passion ert repartir sur le champ; 80% du temps ce sera ok pour tout le monde.

Pour information, j'ai demandé l'avis sur ce sujet à la plupart des membres pour savoir si oui ou non il pouvait avoir sa place sur Olduvaï.

Mise en garde : Cette activité présente de nombreux dangers, et nécessite d'être très clair au niveau de la loi. Je ne peux être tenu responsable des bêtises réalisées par les lecteurs, en rapport à ce post.




Maintenant que j'ai présenté l'activité, je souhaite en venir aux points qui me semblent communs avec les situations vie urbaine en conditions dégradées :


Cette manière d'être à cheval sur la législation fait vite prendre ses responsabilités. Vous êtes dans un lieu inhabité, souvent loin de la civilisation ou tout centre de soins. Si vous traversez de part en part plusieurs étages d'un bâtiment complètement délabré (cf les témoignages sur les sites dédiés), et vous pouvez y subir de grosses blessures pour ne pas avoir été assez prudent, ou vous en tirer avec quelques bobos, et la justice/les assurances sur le dos.
Pour ne pas transformer votre séance photo en galère judiciaire ou médicale en quelques secondes, vous devez redoubler d'attention.
Que ce soit au sujet de catastrophe (Katrina, Fukushima), d'inondations (assez fréquentes en Europe), ou de conflit urbain (Yougoslavie, camp de réfugié.) de on peut retrouver ce genre d'endroit :


(photo de journaliste aux US)

Ce qui semble dévasté, mais tout à fait ordinaire pour un Urbexeur :


L'intérêt du spot ici est qu'un étage inaccessible est garni de calques d'impression. et de serveurs avec stockage sur cassettes... qu'en membre a présentées récemment sur le forum (LTO).


- Les lieux ne sont pas/plus prévus pour s'y déplacer.

La plupart du temps, il s'agit de bâtiments construits avant les normes en vigueur actuellement. S'ils étaient construits à l'identique, ils seraient sans doute condamnés pour dangers en tous genres. Ils ont été abandonnés il y a de nombreuses années, il n'y a donc plus de maintenance ni d'entretien. Les routes, murs, sols et accès sont dégradés, dangereux et souvent prêts à s'effondrer.



Il ne s'agit donc pas d'explorer en fonçant tête baissée. Bien au contraire, il faut analyser tous les éléments de l'environnement. Aussi bien les objets (sols, solidité, plafond, escaliers, passerelle métallique) que les êtres (maréchaussée pour les amateurs de lieux interdits), chiens errants, etc....



Un faux pas et le sol peut se dérober sous vos pieds...ou devant vous !



Il y a donc le premier point de la règle des 3 : trois secondes sans attention.

La discrétion.

Liée à l'attention de chaque instant, il faut absolument être discret. Même si vous avez la chance de tomber sur un spot laissé à disposition des visiteurs, vous n'êtes pas à l'abri d'une délation d'un voisin inquiet qui vous aurait entre-aperçu au moment de l'entrée ou au travers d'une fenêtre. Urbex rime souvent avec crise économique et exode rural; les lieux se dépeuplent pour ne laisser que les anciens, perchés aux fenêtres à proximité.

Cela devient d'autant plus critique si vous rencontrez les ferrailleurs, ou les airsofteurs car dans le premier cas vous ne savez pas comment va réagir une personne prise en flagrant délit de vol et dans l'autre vous risquez de vous prendre des projectiles sans protection (dans les yeux notamment). Je suis tombé dans un sanatorium sur cinq ferrailleurs démolissant les murs à la masse...
Il faut donc veiller à ne pas faire le moindre bruit, tout étant à l'écoute de l'entourage, pour se faire repérer quand il le faut, ou prendre la fuite quand c'est préférable.


La psychologie de groupe
Les situations les plus délicates sont les groupes. Je n'ai jamais autant stressé qu’accompagné. En faisant visiter des endroits à des amis, cela ajoute en plus :
- la gestions de personnes qui n'ont pas forcément conscience des dangers.
- le bruit supplémentaire (certains stressent à l'idée d'être dans un lieu abandonné; d'autres le prennent avec amusement en ne maitrisant pas leur voix ou leurs déplacements).
- se déplacer dans un lieu d'urbex à plusieurs demandera quasiment toujours de le faire un à un. Un étage pourri ne pourra supporter le passage que d'un seul à la fois. Il n'y a rien de pire que de se perdre dans un labyrinthe sans avoir besoin de crier ou téléphoner bruyamment. S'il faut utiliser une corde ou se faufiler dans les maigres ouvertures creusées dans les murs, il n'est pas certain de pouvoir faire passer tout le groupe.

Certains se prêtent au jeu et vous écoutent, pour d'autres, vous regrettez chaque seconde de leur avoir proposé de venir, mais vous devez gérer les conséquences pendant toute l'exploration.

Soins : Un point important.


A l'extrême rigueur, vous pourrez appeler les secours, qui vous sauveront, mais vous vous expliquerez après avec les forces de l'ordre et l'assurance ce que vous faisiez là. Je ne saurais dire quel est le déroulement avec ces acteurs, étant pour l’instant toujours ressorti sans grand dommage.
En pratique, à moins d'un gros pas de bol, la prudence permet de ne pas s'égratigner trop fort et de ressortir quasiment indemne.

Perso, je me suis pris quelques blessures, plus ou moins soignables avec les premiers secours.
- Écorchures en tous genre
- Tranchage du pouce sur des bris de verre.
- Empalement du pied sur une palette éclatée, dans le noir. Le clou rouillé a traversé ma chaussure de rando et la peau, les muscles et s'est arrêté dans l'os. On peut parler de blessure profonde bien que présentant un point d'entrée très petit. Je n'ai pas eu vraiment mal, mais ai remarqué l'importance après avoir laissé des traces de pas en sang.Le principal risque est l'infection profonde, ou une maladie tellurique comme le tétanos ou la gangrène, car le clou rouillé introduit les germes à sa surface (du sol donc) dans la plaie, mais aussi ceux présents sur votre chaussure, et votre flore commensale au niveau du pied.
Sur le moment et trois jours après, où l'on voit le derme se régénérer un peu. La cicatrisation a été contrecarrée par les premiers mouvements jusqu'à la voiture; ça a saigné dans tous les sens en se rouvrant à chaque foulée.
Spoiler:



Perso, j'ai traité avec kit bobologie (compressif), désinfectant de plaie, recherche et détersion, puis pansement changé régulièrement avec suivi (je suis vacciné) en recherche de symptômes d'inflammation et septicémie. Mais si cela arrive à une personne un peu light au niveau des compétences, c'est un cas qui mène plutôt à l'hôpital.
Bien entendu, il y a pas mal de chances pour qu'il ne se passe rien du tout clind'oeil

Les deux principaux dangers qui guettent l'urbexeur portent sur les chutes, de plusieurs mètres, et les coupures, plus ou moins profondes. Il y a donc un risque de fracture et d'hémorragie. Il faut alors envisager et avoir très clairement en tête les gestes de premiers secours. Dans une moindre mesure, tout ce qui a trait au choc hypovolémique peut aider, mais entre dans un cadre plus poussé des premiers soins.
A ne pas négliger, mais perso je fais demi-tour : les chiens de garde laissés plus ou moins en liberté.
Enfin, certains murs sont encore garnis sur le dessus de morceaux de verre pris dans le ciment. Les plus inattentifs iront s'empaler les mains dessus. C'est une règle de base, mais à ne jamais oublier : toujours avoir une vue avant de poser le pieds...mais aussi les mains !


J'ai donc une trousse de soins "tout venant" :


- un savon et une SHA : on est rarement propre à la fin d'une exploration. Pour rappel, la solution hydro-alcoolique est rudement inutile sur des mains sales, donc il faut toujours envisager de les laver d'abord au savon.
- Gants stériles : utiles uniquement si on sait les poser sans perdre la stérilité externe. Sinon, cela évite de se contaminer soi même en prodiguant des soins. A défaut des gants normaux.
- antiseptiques : au vu des coupures et de leur provenances, je reste abonné à la méthode classique basée sur le pansement quatre temps. Donc je me trimballe deux flacons de 5mL de bétadine scrub (rouge) et de bétadine dermique (jaune). Attention, il faut connaître le protocole et les contre-indications. La plupart du temps, un simple lavage au savon puis rinçage suffit.
- pansements : compressif, prédécoupés, petits en tous genres : l'essentiel étant d'avoir tout à disposition nécessitant un minimum de gestes. Je trouvais la bande de pansements de 1 mètre intéressante, mais à l'usage, avec une main en sang, c'est archi difficile à découper proprement.
-des éponges nasales/dermiques/dentaires hémostatiques
- steristrips, pour les petites coupures nettes et propres (mais pénibles sur les doigts par exemple). Ne jamais refermer une plaie si l'on est pas sûr qu'elle n'est pas infectée.
- masque ffp2, pour certains lieux chargés en poussières (bibliothèque du Manoir au Piano par ex). Beaucoup de poussières en suspension et de moisissures sur les murs. Les asthmatiques pourront difficilement y rester longtemps.
- paire de ciseaux, pince à épiler.
- antidouleur, antalgiques, anti-diarrhéique (je suis en général contre, sauf utilisation exceptionnelle de courte durée).
- pastilles purificatrices : ne m'ont jamais servi dans ce cadre, mais "au cas où" si je dois rester bloqué sur place ou si je me perds malencontreusement dans une forêt.
- tire-tic, car ma région est infestée, et de nombreux spots sont en pleine forêt.
- couverture de survie.
- un briquet
- une seringue vide stérile : percer des cloques, drainer, et asperger précisément les plaies avec du liquide phy.
- mouchoirs,
- lingette nettoyante.

- doigtier : Vos doigts seront parmi les premiers à souffrir : entre les échardes, les bris de verre, la rouille et les chutes, il y a de fortes chances pour que vous ailliez à les soigner et poser des pansements. Une plaie doit rester propre, mais ce sera difficile avec la saleté (fientes, poussière, rouille, produits chimiques, etc.) ambiante qui règne quasiment partout. Afin de ne pas détruire, contaminer ou abimer les pansements sur doigts, j'utilise des doigtiers en latex (attention aux allergies). La pose et simple, votre plaie est isolée. Bien entendu, à enlever à la fin afin de ne pas faire mariner s'il est trop serré. Quelques centimes pièce en pharmacie.
Comme il ne me semble pas que l'on en ait encore parlé sur le forum, voici à quoi cela peut ressembler :


En gros, une capote à doigt clind'oeil

- Il est important de souligner qu'il est impératif de tester son matériel. L'urbex est une activité toute indiquée pour se rendre compte que le matériel générique disponible dans la plupart des trousses de premiers secours est relativement inutilisable sur le terrain. Exemple avec un sparadrap générique (plus proche du scotch) que d'un vrai rouleau :


On peut dire la même chose de la plupart des pansements qui tiennent difficilement l'humidité.

La composante sportive :
au cours de mes multiples pérégrinations, j'ai eu l'occasion de :
- courir, pour sortir du spot au plus vite après avoir été découvert.
- marcher en foret pas mal de temps avec une carte détrempée pour trouver un bunker perdu;
- marcher en plein blizzard une bonne heure pour trouver un hôtel abandonné dans un col des Vosges; en ne voyant pas à 10m par un paysage blanc, difficile.
- escalader des murs de plusieurs mètres, en passant par les arbres, les poteaux ou avec une corde, en évitant de planter les mains, justement, dans les anciens éclats de verre cimentés sur sommet.
- grimper sur de hauts portails ou grandes grilles (en manquant de m'embrocher dessus....),
- arpenter sur les échafaudages d'un bâtiment sans les échelles, ou les barreaux d'une grue sur une cinquantaine de mètres.
- ramper sous une ligne de train pour accéder à un spot sans être remarqué via l'autre passage à découvert.
- grimper à la corde avec des nœuds théoriquement impec, mais horriblement pénibles dans la pratique. Je réfléchis encore sur la configuration de noeuds sur une corde de 30m pour la grimpette.

Au final, pour plusieurs expéditions, j'aurais tendance à recommander une condition physique plutôt bonne, ou sinon être prêt à renoncer facilement plutôt que de prendre un risque inconsidéré. Escalader un grillage d'escalier extérieur sans sécurité expose au pire. La plus grande partie "physique" repose presque uniquement sur l'entrée et la sortie du spot, qui empruntent souvent des voies d'accès non conventionnelles. Une fois à l'intérieur, la plupart du temps il faut se contenter d'être discret, mais on peut prendre son temps.

Quand je lis des retex sur les EDC ou BOB, je me pose souvent la question de savoir si cela pourrait s'adapter ou non aux conditions d'expéditions.


Matériel :
En conséquence, le matériel suit plusieurs impératifs : il doit être léger, solide et permettre de se déplacer rapidement, tout en étant bon marché, car le risque de tout bousiller est largement présent.

Les vêtements :
Le meilleur au niveau pantalon reste le jean en toile épaisse, qui pourra résister aux coupures, aux frottements et aux milliers de petits morceaux divers et variés qui ne manqueront pas de vous écorcher les jambes.
En survêtement, j'ai souvent un tshirt simple, avec un polo de sport à capuche. Cela préserve du froid et un peu des éléments contondants.
Les principaux dangers seront les recoins où se faufiler : fenêtres brisées, les tôles découpées, grillages, ainsi que les ronces et fourrés à traverser faute d'entretien aux alentours des endroits abandonnés.
Je ne me suis jamais résolu à porter un casque de chantier, même si cela pourrait présenter un gros plus sécuritaire.
Deux paires de gants renforcés au kevlar, qui m'ont parfois manqué pour éviter de bonnes coupures.


Les chaussures :

Certains seront tentés par les chaussures de chantier ou renforcées. C'est selon mais personnellement je les trouve trop dures et peu souples pour les échelles l'escalade (voire à la corde...) et la discrétion;  elle font trop de bruit sur les planchers. Je pars en général en chaussures à cheval entre des baskets de ville et de sport.

Mais dans ce cas, il faut faire attention aux clous et autres objets tranchants, qui traversent la semelle comme du beurre !

Le sac :

Un gros sac à dos est très pénible pour les recoins, ou escalader une passerelle depuis un mur en béton


ou passer sous les convois désaffectés

J'ai soit une petite besace en biais, soit quelques pochettes qui s'attachent à la ceinture :



Eclairage :
Qualité ou premier prix ?


Au niveau de l'éclairage, certains vont assez loin, avec des frontales hors de prix et compagnie. Personnellement, j'utilise du très simple, léger et bon marché. La principale raison est que l'Urbex est une activité qui a tendance à utiliser à fond le matériel. On l'use dans des conditions limites (humidité), et il n'est pas rare de perdre plusieurs items. Genre, vous éclairez un puits, et "Oh, la lampe est tombée 20m plus bas !"

Par ailleurs, un matériel bon marché et low profil permet de l'avoir régulièrement sur soi sans passer pour un zinzin, ni avoir à s'en inquiéter et de l'utiliser si par hasard on tombe sur un endroit merveilleux.
C'est moins dommageable mentalement de perdre ou péter une lampe à 10€ qu'un collector, et cela permet des doublon, en cas de prêt en groupe.

Ici, la lampe utilisée actuellement pour mes expéditions, également présentée dans le topic Lampe 100 Lumens chez Bricomachin



Elle se shunte en une plus petite de 20 Lumens, très pratique si les piles commencent à flancher, car le circuit est un joule-thief permettant de tirer de l'énergie jusqu'à 0.7V.


J'étais parti sur du 10 Lumens, puis 20, puis 50. Mais en mode "exploration", il devient tout de même nécessaire de voir "bien" et "loin". Une pénombre n'est pas suffisante pour éviter les principaux dangers. Donc celle-ci est parfaite à mon goût.

En général, je me base sur les couleurs : si l'environnement me semble en nuances de gris, la lampe n'est pas assez puissante. Vous manquez alors de contraste, et donc d'indices sur ce qui vous entoure : zones humides, rouillées, pourries, etc ...

J'ai essayé une lampe plus puissante prêtée lors d'une sortie, mais je n'ai pas été convaincu. En milieu étroit il faut sans arrêt permuter les modes car au dessus de 100lm cela éblouit sévère sur les murs clairs. Et avec une très longue portée on devient vraiment visible de loin en visitant les hangars.

L'actuelle de 100 Lumens est donc pour moi un très bon compromis pour se déplacer à la fois en bâtiment, en forêt de nuit, et dans les souterrains.


Frontale VS lampe torche ?

J'emprunte de temps en temps des frontales quand il y a beaucoup de souterrains à parcourir. Mais elles présentent les deux un gros défaut à mon goût : la manipulation se fait sur la tête. Par dessus, il faut permuter entre les modes fort/faible/stroboscope avant de l'éteindre. C'est rudement pas discret, et problématique car on a tendance à oublier que l'on a un gros spot bien fort qui se déplace branché à la tête.
Les torches tiennent entre les doigts, mais aussi entre les dents. La mince ouverture permet également d'estomper avec un seul doigt en cas de bruit suspect. A défaut, il suffit de pointer vers le sol.
J'ai tendance à privilégier la frontale 100lm dans les endroits vraiment désaffectés avec aucun risque de rencontre (sauf airsofteurs, justement), et la torche dès que j'ai un doute.
Néanmoins, la frontale restera un must dès que l'on a à arpenter des échelons ou des passerelles... ou quand on a besoin de ses deux mains (les premiers soins sont un bon cas d'école).

La lampe est alimentée par deux piles AA. J'ai en plus un pack de 4, assurant au total au moins 20h d'éclairage à forte puissance. La frontale est alimentée par trois piles AAA. J'ai en plus un pack de 3...mais dont je ne connais pas l'autonomie réelle par manque d'usage.


Pétard à ficelle
Il s'agit d'un avertisseur. En général, il n'y a qu'un seul point d'accès à un spot; certains propriétaires préférant laisser l'accès libre plutôt que d'avoir plusieurs fenêtres/portes fracturées. Si une autre personne passe la porte, vous l'entendrez et saurez qu'il est temps de partir discrètement. C'est peu fair-play mais m'a servit une fois justement où j'ai couru clind'oeil

Briquet + Bougie + Allumettes étanches : Dans le cadre de la descente en profondeur de certains bunkers, il y a un risque aléatoire de tomber sur une cavité pauvre en O2. Ayant eu la chance de parler avec un spéléologue chevronné, j'embarque à présent un briquet, et une bougie chauffe plat, baladée au niveau du sol (le Co2 est plus dense que l'O2). Théoriquement, le briquet s'éteint en premier; il faut également quetter les premiers signes comme l’essoufflement et l'hyperventilation....bien que je n'ai jamais rencontré le moindre souci sur ce point.
Plus de détails ici : progression en milieu minier confiné comportant des gaz nocifs
Le briquet doit être bien transparent, afin d'être sûr que l'absence de flamme est dû à un manque d'O2 plutôt qu'un manque de gaz. Il y a la possibilité que l'ensemble soit trop humide pour s'amorcer, d'où la bougie et les allumettes si besoin est.

Cyalume : fait de la lumière plusieurs heures, non pas pour lire, mais pour indiquer le chemin que vous avez utilisé dans le noir....ou pour signaler votre emplacement.



Sifflets : x le nombre de participants. On se perd très facilement entre deux couloirs, émerveillé par l'aventure.
Glue : Répare les vêtements, semelles...et la peau faute de mieux.



Divers :

L'eau : Comme toute activité, il est nécessaire d'emporter de l'eau. Vu le temps limité d'observation (rarement plus de trois heures), je dépasse rarement 1L. Son principal usage porte sur le lavage des mains et du visage lors du "retour vers la civilisation". Mon dernier choix s'est fixé sur une bouteille rigide 0.5L, compacte et surtout avec un bouchon "sport" à membrane. Le flux est limité, et directif. On peut se laver les mains seul avec la bouteille coincée entre les jambes sans en mettre partout, ni consommer trop d'eau. En général une bouteille d'eau pour l'après midi. Un petit gouter lors de la pause pour une petite photo.

Photographies :
Certains emporteront un appareil photo hors de prix pour tirer des photos de grande qualité. Je les comprends car certains endroits méritent d'être immortalisés. Personnellement, je préfère me contenter d'un smartphone 8 mégapixels, qui assure un bon compromis entre compacité et praticité :
- moins de risque de le casser qu'en transportant un appareil de 1kg
- léger
- possibilité de prendre d'une main, voire de se prendre avec la seconde caméra.
- fonctionne avec des gants de travail (s'ils sont prévus avec l'index et le pouce).

- certains gardiens autorisent l'accès si on ne prend pas de photos. L'astuce des urbexeurs est bien entendu de permuter les cartes mémoire pour en flasher une à la sortie, avec quelques photos dessus pour "faire vrai". Sur smartphone, personne ne soupçonne quoi que ce soit, et d'autant moins avec les applications sécurisant les dossiers photo (PhotoVault par exemple).
- il fait lampe de secours.
- absolument nécessaire pour appeler les secours en dernier recours....ou ses amis si l'on se perd.


Une powerbank USB : 2200mAh, de quoi faire une recharge complète du smartphone.

La prise de photos est particulièrement énergivore; deux heures d'utilisation suffisent à vider la batterie, donc plus d'appels, plus de secours, plus de GPS en cas de besoin.
J'ai découvert plusieurs spots tout à fait par hasard au milieu d'une rando, donc avec une batterie souvent déchargée. La charge de secours permet de rester serein quant à la suite des expéditions.


Documentation :

L'activité pousse à se documenter sérieusement sur plusieurs points.
- le lieu et son histoire. Culturellement, on apprend beaucoup sur une région, une vallée ou un village rien qu'avec le lieu recherché car il s'agit souvent d'un point historique d'intérêt...cf les recherches à partir de la photo du Manoir à la Verrière.
On remarque même souvent son évolution avec les comparatifs d'anciennes cartes postales présentes sur le web. Les recherches documentaires s'orientent souvent sur des sites d'histoires ou de collectionneurs.
- On utilise énormément les données géographiques. Pour trouver certains spots, je suis passé par l'analyse de la flore en arrière plan, qui peut donner également de bons indices sur l’altitude.
Un des retex photo sur le net ne laissait comme information qu'une ancienne carte topologique en noir et blanc de plus d'un siècle. L'indice portait sur le cours d'eau.

Si une rivière, une tour, ou un point remarquable apparaît, c'est souvent l'indice final d'une recherche. Cela pousse à un degré élevé d'analyse du paysage : flore, saison, climat, structures, etc.

- On utilise la cartographie, pour la recherche, mais aussi pour atteindre le spot. Autant google earth permet de trouver la zone, autant les zones d'entrées sont à évaluer sur une carte IGN précise.... en allant aux extrêmes, les bunkers fortifiés de Lorraine sont dignes de l'épreuve d'endurance, même avec des cartes et une boussoles.
Il y a dans ce cas une analyse souvent approfondie des cartes IGN : puits, rivières, espèce d'arbre.

En général, c'est un peu se retrouver en slip au milieu de la nature car en randonnée, autant vous pouvez demander votre chemin, autant en mode Urbex, vous ne pouvez compter que sur vous même !

Un exemple parmi tant d'autres : voici un spot sur une carte 1/25000e (carré bleu clair de 1km de côté)

Le spot -en bleu foncé- est accessible via une petite route par deux endroits, en rouge. Comme bien souvent, les "voisins" repèrent très rapidement les voitures qui s'aventurent sur un chemin si peu emprunté.
Bien qu'il était possible de se garer juste en face du lieu, nous avions des doutes sur un habitant (la dernière maison) nous ayant aperçu mine de rien, et préféré rebrousser chemin et tenter l'accès par le Nord. Cela na pas manqué, sur le chemin retour, nous avons croisé une voiture de gendarmerie.... clind'oeil



Au final, on a préféré se garer vers l'abri - en vert clair en haut- et redescendre le long du chemin de randonnée, puis à pic sur 150m, dès que l'on s'est trouvé à proximité (2e repère vert).
Gros avantage, on a une vue dégagé sur toute la route, et on peut accéder aux entrées "arrière" des bâtiments. En gros, c'est beaucoup plus discret, tout en voyant les autres personnes arriver.

Voilà, sans chercher à se mettre en danger (c'est le point principal), l'activité permet de tester dans de vraies conditions extérieures son matériel, ses compétences, et son mental.

N'hésitez pas à poser vos questions. Il y a pas mal de points qui mériteraient des développements, mais cet article est resté trop longtemps dans mes brouillons; j'ai dû promettre à certains membres de son édition dès juin, alors bon....

J'espère que l'activité vous aura attisé la curiosité, et peut être même donné l'envie de vérifier s'il n'y avait pas des lieux d'urbex près de chez vous clind'oeil

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7988
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par Kerkallog le Ven 4 Nov 2016 - 12:13

"...- Il est important de souligner qu'il est impératif de tester son matériel. L'urbex est une activité toute indiquée pour se rendre compte que le matériel générique disponible dans la plupart des trousses de premiers secours est relativement inutilisable sur le terrain. Exemple avec un sparadrap générique (plus proche du scotch) que d'un vrai rouleau :


On peut dire la même chose de la plupart des pansements qui tiennent difficilement l'humidité..."

_pour le pansement dans l'urgence j'ai toujours sur moi 1 ou 2 rouleaux de chatterton & une pochette de mouchoirs secs:
 pas cher, peu encombrant, pratique, souple, résistant,...


________________________________________________________
  y dechreuad yr oedd y Gair, ac yr oedd goleuni  sunny

Kerkallog
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 1305
Date d'inscription : 19/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par Philippe-du-75013 le Sam 5 Nov 2016 - 14:52

Félicitation pour ce fil d'une très grande qualité, j'y ai appris beaucoup de choses même si je ne me lancerai plus dans ce genre d'aventure (trop d'ennuis bien réels pour prendre des risques supplémentaires).

________________________________________________________
"Ne participez pas à l’économie sans nécessité. Achetez aussi peu que possible. Réutilisez autant que vous le pouvez. Réduisez vos besoins physiques. Établissez des plans pour les réduire davantage" (Dimitri Orlov)


"Le sage ne peut recevoir ni injure ni outrage" (Sénèque)

Philippe-du-75013
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1146
Age : 61
Localisation : IDF
Loisirs : Natation, vélo (déplacements non sportifs)
Date d'inscription : 24/08/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par BigBird le Sam 5 Nov 2016 - 17:58

superbe dossier Tarso ! Very Happy 

... et je confirme, le 3eme graph est bien une resucée du "der Kuss" de Gustav Klimt,
l'original étant Vienne, sauf erreur.
clind'oeil 

je connais quelques photographes amateurs qui sont fans de ce genre d'expéditions,
et c'est vrai que, outre l'adrénaline (pour rentrer sans se faire repérer avec leurs matos),
c'est souvent l'occasion de ramener des images chargées d'histoire, (splendeur et déclin
d'une époque, le tout dans le même cliché),
avec quelques fois des échecs (entrée repérée lors d'un déplacement précédent, mais
devenue depuis impraticable, murée, barricadée, ou ensevelie de décombres ...)

et bien sûr, redoubler de prudence pour ceux qui viennent avec du lourd, genre chambre photo
4x5" avec jeu d'optiques (dont courte-focale, essentiel pour "tout mettre" quand on n'a pas de recul),
+ les chassis chargés et le pied photo qui va bien, ... autant dire que le sac-à-dos n'est pas tout léger,
et si pris par la patrouille, difficile de nier son activité de photographe ! mrsgreen

BigBird
Membre Premium - Participe à rendre le contenu de nos forums plus pertinent & pragmatique

Masculin Nombre de messages : 1017
Date d'inscription : 09/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par grizzly le Dim 6 Nov 2016 - 10:05

De même Superbe dossier : ça sent la passion
Par contre les visites en solo dans certaines de tes aventures Urbex ( je pense aux
descentes en rappel , escalade , ballade sur des trucs pas glop ,....) me paraissent un
tantinet risqué ( ce n'est que mon pt de vue clind'oeil ) : Dans ce type de sortie je verrais
plutôt un DUO .Après tu exposes bien le problème d'une sortie en groupe avec ces inconvénients .
Concernant la trousse , pour ma part , j'ai toujours un flacon huileux de mélange d'huiles essentielles
Manuka + Tea tree : Testé suite à une perforation par un clou rouillé sous un pied avec une belle
inflammation au bout d'un jour : très efficace sur moi

Bonnes visites

A+
Grizzly



grizzly
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 140
Localisation : Pyrenée
Loisirs : randonnées hivernales
Date d'inscription : 19/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par Wanamingo le Lun 7 Nov 2016 - 0:56

C'est un de mes trip à moi aussi Smile quand tu veux sur paris !

Wanamingo
Modérateur & animateur

Masculin Nombre de messages : 1213
Date d'inscription : 27/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par tarsonis le Lun 7 Nov 2016 - 10:36

Kerkallog a écrit:_pour le pansement dans l'urgence j'ai toujours sur moi 1 ou 2 rouleaux de chatterton & une pochette de mouchoirs secs:
 pas cher, peu encombrant, pratique, souple, résistant,...

Effectivement clind'oeil
L'idée des pansements prêts à l'emploi portera avant tout sur la possibilité de soigner rapidement d'une seule main, surtout si ces dernières sont souillées clind'oeil

Philippe-du-75013 a écrit:Félicitation pour ce fil d'une très grande qualité, j'y ai appris beaucoup de choses même si je ne me lancerai plus dans ce genre d'aventure (trop d'ennuis bien réels pour prendre des risques supplémentaires).
Merci pour vos retours !
J'espérais faire découvrir un peu cette activité et la plupart des ses aspects. Tant mieux si vous avez appris de petits trucs et apprécié la lecture clind'oeil

BigBird a écrit:je connais quelques photographes amateurs qui sont fans de ce genre d'expéditions, et c'est vrai que, outre l'adrénaline (pour rentrer sans se faire repérer avec leurs matos),
c'est souvent l'occasion de ramener des images chargées d'histoire, (splendeur et déclin d'une époque, le tout dans le même cliché), avec quelques fois des échecs (entrée repérée lors d'un déplacement précédent, mais devenue depuis impraticable, murée, barricadée, ou ensevelie de décombres ...)

J'ai déjà croisé pas mal de photographes, les risques me semblent plus élevés pour eux, vis à vis de l'encombrement mais surtout par le risque de se faire confisquer ou dérober son matériel. Mais vu le nombre de fois où j'aurais tellement aimé avoir un vrai appareil digne de ce nom, je les comprends clind'oeil

grizzly a écrit:De même Superbe dossier : ça sent la passion
Par contre les visites en solo dans certaines de tes aventures Urbex ( je pense aux
descentes en rappel , escalade , ballade sur des trucs pas glop ,....) me paraissent un
tantinet risqué ( ce n'est que mon pt de vue ) : Dans ce type de sortie je verrais
plutôt un DUO .Après tu exposes bien le problème d'une sortie en groupe avec ces inconvénients .

Comme quoi j'ai beau essayer de finaliser ce post depuis plus d'un an, il manque toujours quelque chose d'important !
LE détail que j'ai oublié : je ne suis jamais parti en Urbex seul, mais toujours accompagné, ma femme et moi quasiment toujours, et avec quelques personnes de plus de temps en temps.

Le gros problème que l'on rencontre est le risque d'être séparé, qui arrive souvent avec les hôpitaux ou les souterrains très sombres. La tentation est très grande lors d'une découverte de visiter quelques secondes en solo une partie du spot. Du coup, on a pas d'autre choix que de s'appeler et risquer de faire du bruit.
J'ai pensé à de petits Talkiewalkies mais l'encombrement et la logistique sont un peu trop importants pour l'usage qu'on en aurait...

Avant de partir on laisse une info à un tiers de confiance et avant l'entrée du spot, on définit un point de sortie si on est séparés. Cela nous a été utile une fois lorsqu'elle pouvait passer par un mur perforé tandis que j'étais trop large et devais trouver une second issue.

Concernant la trousse , pour ma part , j'ai toujours un flacon huileux de mélange d'huiles essentielles
Manuka + Tea tree : Testé suite à une perforation par un clou rouillé sous un pied avec une belle
inflammation au bout d'un jour : très efficace sur moi
Ouch, tu as eu le même souci... j'ai tout de suite balisé en pensant à l’ostéite mais cela s'est bien résolu.

Wanamingo a écrit:C'est un de mes trip à moi aussi Smile quand tu veux sur paris !
Avec plaisir ! clind'oeil

________________________________________________________
Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. M. L. K.
Step It Up - Mia Dolls - Un Mauvais Fils - 25 Years of Zelda - Machinarium - Récapitulatif des projets électroniques - [Chroniques du Bunker de L'Apocalypse] - Projet Geiger - Culture ethnobotanique en France

tarsonis
Co-administrateur

Masculin Nombre de messages : 7988
Age : 30
Localisation : Est
Loisirs : Randonnée, botanique, bidouillages DIY, médecine, bouquins SF.
Date d'inscription : 21/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par Wanamingo le Lun 7 Nov 2016 - 21:21

Je découvre au passage le Manuka :
Aroma Zone a écrit:

  • Infection cutanée, abcès, teigne, ulcère, ampoule, verrue, herpès, pied d'athlète, plaie, coup de soleil, échauffement de la peau, brûlure légère
  • Soins de la bouche : gingivite, amygdalite, ulcère buccal, mauvaise haleine
  • Piqûres d'insectes, allergies
  • Infections ORL : bronchites, catarrhes, rhumes, grippes, sinusites, toux
  • Prévention contre les épidémies


ça m'a l'air parfait ! Et ça traite meme les coups de soleil...

Wanamingo
Modérateur & animateur

Masculin Nombre de messages : 1213
Date d'inscription : 27/07/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par grizzly le Mar 8 Nov 2016 - 7:35

@Tarsonis : les Talkies peuvent etre bien je pense : ils en font des rikiki maintenant même en VHF ( à part l'antenne pr le gain clind'oeil )
avec des écouteurs et micro pas trop cher en commandant direct Chine : c'est ce que j'ai
J'ai souri qd tu as marqué trop large : c'est ce que je disais quand j'avais du mal à passer les étroitures en spéléo
@ Wanamingo : j'utilise le Maunuka en complement du Tea Tree car à priori spectre plus large dont le staphylocoque doré ( 50/50 dilué ds
de l'huile) : j'avais vu celà sur le forum de Manise il y a qq années

A+
Grizzly

grizzly
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 140
Localisation : Pyrenée
Loisirs : randonnées hivernales
Date d'inscription : 19/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par vigo le Ven 11 Nov 2016 - 1:09

Beau sujet..

vigo
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 311
Age : 56
Localisation : rhone-alpes
Date d'inscription : 02/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par merlin06 le Sam 12 Nov 2016 - 11:07

Merci du partage, très intéressant. Very Happy

________________________________________________________
« Celui qui voit un problème et qui ne fait rien fait partie du problème. » Mahatma Gandhi.

merlin06
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 128
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 21/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par Lisica le Sam 12 Nov 2016 - 23:17

C'est un très beau post, Tarsonis, qui me touche particulièrement... Je ne connaissais pas le terme Urbex ; mais maintenant que si, je pourrais parler de Rurex, alors, parce que je fais exactement la même chose. Hors agglos. Repérage de ruines, fermes abandonnées, cahutes, bergeries... Approche silencieuse, solitaire, patiente. Exploration respectueuse et prudente.
Oh, ne riez pas, généralement je dis bonjour au lieu et lui demande la permission avant d'entrer. tendre Si jamais je sens une hostilité ou n'importe quoi de pas clair, je reviens sur mes pas.
Quand je pars à ces "rendez-vous", j'ai toujours avec moi un petit carnet à dessin et quelques crayons, au cas où quelqu'un me demanderait ce que je fais là. Quelques croquis me permettent aussi d'écouter avant d'aller plus loin.
Ce qui me passionne est la façon de bâtir, d'il y a quelques décennies, dans les campagnes. J'ai vu des ouvrages extraordinaires, comme ce captage d'une source en amont qui traversait le mur par une canalisation en terre cuite pour arriver à la pile (évier) et s'évacuer ensuite sous le sol pour arriver à un bassin à l'extérieur. La ferme était ruinée mais l'eau coulait toujours, glacée.
Ce qui me morfond est que ces ruines, lorsque je repasse quelques temps plus tard, ont quasi toutes été rachetées, en cours de rénovation (souvent pas très heureuse), et me sont alors interdites. J'ai l'impression d'être orpheline...
Mais j'avoue que je suis bien moins équipée et préparée que toi.
En fait, je n'avais jamais pensé que ça pouvait être une activité, ou que quelqu'un d'autre pouvait prendre plaisir à rendre visite à un lieu oublié, si ce n'est pour chiper ce qui restait à chiper ou squatter. Et je suis bien contente de le découvrir. clind'oeil

________________________________________________________
Les choses ne deviennent pas plus faciles, c'est toi qui devient plus adroit.

Lisica
Membre

Féminin Nombre de messages : 51
Age : 47
Loisirs : Communiquer avec le vivant
Date d'inscription : 31/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Urbex : Exploration Urbaine & review de terrain d'un petit EDC

Message par moniot van moeren le Sam 19 Nov 2016 - 0:05

J'ai pu régulièrement faire des sorties "urbex" (je ne connaissais pas le terme) sur le littoral Nord. Nous avons pas mal de friches et de bâtiments à l'abandon, qu'ils soient civils ou militaires, mais aussi industriels. Ce qui m'a paru intéressant, c'est surtout le décalage -plutôt recalage- des sens. Lorsque je sors en mini-mini dans la nature ou en zone péri-urbaine, je me déplace dans un univers plutôt plan, me déplaçant de spot en spot, plutôt isolé, avec un périmètre de sécurité et une visibilité assez importants. Dans une friche, je parle de mon vécu personnel qui n'est peut-être pas perçu de la même façon par tous, je dois raisonner en 3D et mon périmètre est beaucoup plus restreint... en effet, les lieux sont sans doutes "hantés" ;D par d'autres visiteurs. Nous avons des squatteurs, notamment en migration vers la GB.
Dans un plan et dans un zone naturel ou en friche, je peux penser au BOB ou EDC traditionnel-classique avec tout l'armement du scout. Dans ce type de site, j'ai eu des moments de frousse certains. Je n'ai jamais eu envie de monter une tente, ni faire un feu de... squatteur, mais plutôt rester le plus discret possible, surtout que je n'ai pas plus d'invitation que lors de mes virées dans la brousse. De plus, la taille du sac et la qualité des vêtements sont importants.
Pour le sac, mon 30l est un grand maximum et, à mon sens (sentiment), le moins large possible pour pouvoir se mouvoir sans s'accrocher.
Pour les vêtements, je les préfère, pour cette "visite" Low-profile tout en étant FOMECBOT, surtout faisant un minimum de bruit au frottement et permettant les enjambées... pas de moule-bur** quoi ! Et des couches qui permettent de réguler plus facilement sa température tout en restant discret.
Pour le couchage : sac MUL, sursac et couverture épaisse. J'utilise un pare-soleil aluminisé s'il fait froid. Je dormirai mal, mais je dois rester en alerte.
Pour le matériel : mon EDC urbain avec la lumière, l'eau en poche (en gourde, ça fait du bruit), de quoi manger avec un minimum de cuisson, du gel hydroalcoolique.
Cet hiver, je me suis donné l'enjeu de sortie cet hiver (Janvier ou Février), en mode trashcraft (joli néologisme, non ?). L'objet est de sortir avec mon matos mini et de ne le sortir qu'en extrême limite. Ensuite, je suis sensé positiver tout ce que je trouve. Je le fais en pleine nature ; je dois l'adapter à la friche urbaine.
Je pense avoir tout dit.
Juste pour revenir sur ton post Tars' ; je te suis quant au secret des découvertes. Des paradis de Globe-Trotters se sont transformés en décharges après les avoir rendu publiques. Pour cela, je ne partage pas non plus mes spots. Ou alors si j'ai suffisamment confiance dans la lucidité et la maturité de l'informé... Ça se fait dans le réel et non sur un forum clind'oeil

MvM

________________________________________________________
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

moniot van moeren
Membre Premium

Masculin Nombre de messages : 64
Age : 47
Localisation : Flandre en France
Emploi : Technicien de laboratoire/Chimiste
Loisirs : Ethnobotanique, chimie, minimalisme, recyclage, jardin, enthomophagie, analyse des risque, sorties sauvage en autonomie, initiation survie, anticipation et résilience
Date d'inscription : 20/01/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum